La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

29/08/2014

Mali : Les tortionnaires islamistes libérés

Vous vous rappelez la déferlante médiatique, orchestrée par le ministère de la Défense, sur la sauvagerie des islamistes qui s’étaient emparés de la célèbre ville de Tombouctou. Des gens abdominales, niant toute idée de civilisation qu’il fallait combattre. « La guerre contre le terrorisme »… la vieille chanson de Georges W. Bush interprétée par l’ex-président du Conseil général de la Creuse. Pas de soucis, tout allait être réglé par la magnifique opération militaire Serval. Sauf que c’était de la manip’ à courte vue, sans aucun projet politique… et donc un échec assuré.

Le groupe Ansar Dine, qui doit tout aux trafics et bien peu à la religion, avait installé à Tombouctou un redoutable « tribunal islamique »,  redoutable car justement il n’avait rien à voir avec cette si belle religion qu’est l’Islam. Ce tribunal était en fait dédié à la célébration de la cruauté, avec comme grand manitou, Ag Alfousseyni Houka Houka, un « juge » qui pendant les dix mois d’occupation, avait ordonné maintes amputations, lapidations et autres flagellations. Ca y est, vous vous rappelez ?

Cette crapule avait été interpellée ce mois de février 2014, et, inculpée pour les exactions commises : séquestration, torture, mutilations corporelles… Sous tous les cieux, ça avait perpète.

Oui, mais voilà, le camarade Ag Alfousseyni Houka Houka vient d’être libéré ce 15 août. Il a rejoint ses réseaux et ne sera jamais jugé.

C’est la monnaie d’échange trouvée par un gouvernement « magnifiquement élu » pour obtenir la libération de ses soldats prisonniers des groupes armés,… lesquels sont toujours les mêmes et toujours aussi présents. En juillet, Bamako avait déjà libéré 42 prisonniers membres de ces groupes, en échange de 45 soldats maliens capturés à Kidal lors des affrontements du mois de mai.

Vraiment, le Mali, une grande réussite…

38401-lawrence-du-mali.jpg

28/08/2014

9-3 : Pas de budget pour dépister la tuberculose

Tout va bien en Seine-Saint-Denis (93). Mardi, le 26, le président PS du Conseil général, Stéphane Troussel (PS), a annoncé que le département ne pouvait plus assurer le financement des centres de dépistage de la tuberculose et des maladies sexuellement transmissibles (MST). Yurghhh ! Troussel ajoute : « Nous sommes dans une situation d’économies forcenées ».344286575_ebd6bce97c_z

La tuberculose reste une réalité, et le 93, qui cumule les populations défavorisées, est le plus concerné. C’est le seul département français où la tuberculose n’a pas reculé entre 2000 et 2010. La maladie touche environ 31 personnes pour 100.000 habitants chaque année, soit quatre fois la moyenne nationale, selon l’Institut national de veille sanitaire.

De longue date, le budget du conseil général, car ce volet de la médecine de prévention est une compétence du conseil général, ne suffit pas, et c’est l’Assurance-maladie qui versait une subvention de 1,5 million d’euros par an, soit 15 % du budget sanitaire du département. Parfait, sauf que c’était illégal, car la Caisse n’a pas pour mission de substituer à l’Etat aux collectivités locales.

Alors ? C’est planté.

Selon le conseil général, cette annulation de crédit remet en cause sept centres de dépistage, et les « opérations de dépistage itinérantes », qui permettent par exemple de prendre en charge les habitants des bidonvilles ou des foyers de travailleurs migrants.  Pour le Dr Jeanine Rocherfort, de Médecins du monde, « Cela poserait un problème de santé publique avec un développement des formes multirésistantes ». Le ministère de la santé a été contacté depuis des mois par Troussel pour remplacer les fonds qui étaient alloués par l’Assurance-Maladie, mais pas de réponse de Marisol Touraine.

Comme le disait lundi l’excellent Rebsamen, « ce pays va bien ». Comme notre ado-contrarié El Blancos, soyons nous aussi amoureux de l’entreprise, et refusons ces discours dépassés qui opposent les riches et les pauvres, alors que la réussite des riches rejaillit naturellement pour faire le bonheur des pauvres. En plus, on nous explique que la nomination de la cosmétique Bambi à l’Education nationale montre que l’ascenseur social marche.

Mais, dans ce monde merveilleux, de quoi se plaint-on, alors ?

pauvrete-mandela.jpg


27/08/2014

La question qui agite le PS : Comment se débarrasser de Hollande ?

A ce stade, il ne faut pas se raconter d’histoires. La seule question qui taraude le PS, toutes tendances et micro-tendances confondues, ce n’est pas : « comment gérer la France », mais : « comment se débarrasser de Hollande ? ». Et ça ne sera pas facile.

7u-debarrasboulognebillancourt

Dégager le président sortant par l’opposition, oui, c’est faisable. Mais par son propre camp…  c’est du jamais vu. Le président, chef de la majorité, est surpuissant même à quinze pour cent dans les sondages, car il a tout l’appareil d’Etat sous son contrôle. Il passe donc la dernière année à multiplier les déplacements, les discours, et les annonces… et tient le discours rodé : « Je gouverne, et nous verrons plus tard pour la campagne », obligeant à une campagne courte, qui casse les pattes des concurrents.

De plus, nos gentils « socialistes » de chez bisounours ont inventé le système des primaires, soit une campagne avant la campagne, et donc un début du processus environ un an à l’avance.

Mais alors, comment imposer au président en fonction de se soumettre à des primaires ? Primaires que de plus il risquerait fort de perdre, se plaçant en pratique dans l’impossibilité de se maintenir, comme un président licencié, en cours de préavis ?

Bon, on renonce aux primaires. Mais qui va aller lui dire de ne pas se représenter ? Alors qu’il jouera sur la campagne courte pour se consacrer à sa fonction gouvernementale ?

Et puis, il y a le Parti. Impossible d’être candidat PS si vous n’êtes pas le pote du trésorier du PS. Pas de politique sans l’argent du parti…, qui est l’argent de l’Etat. Oki. Si on renonce aux primaires, on part donc du PS pour dézinguer Hollande…. Très drôle… Vous imaginez un grand congrès PS, un an avant la présidentielle, se désolidarisant du Chef de l’Etat, et commençant la campagne contre lui ?

J’ajoute que tous ses socialistes en culottes courtes sont tous amoureux de la fonction présidentielle, et ils ne prendront jamais le risque d’affaiblir la fonction, en larguant un Hollande potiche, et sans majorité à l’Assemblée.

Petit détail de plus : Qui ? Quelle personnalité capable de rassembler le PS, divisé comme jamais ? Pour quel programme ?  Là-bas, c’est chacun son commerce de détail, rien de plus. Hollande sait que Valls ne présente aucun danger : il était le chouchou des sondages, car il plaisait à la Droite, mais au sein du PS, il ne fait même pas 5%. Il y pèse tellement peu, que pour les européennes, il n’a pas réussi à placer ses candidats.

Alors, Hollande va renoncer de lui-même parce qu’il se sait perdu d’avance ? Mais vous rigolez !

L’UMP est en très piteux état, à un niveau jamais vu, et la guerre des chefs va finir de tout pourrir, avec Sarko qui rêve de revanche. Tout se joue au premier tour, et le match serait assez ouvert entre Hollande et Sarko. Et si Sarko ne parvient pas à s’imposer à l’UMP, il fera perdre le candidat.

De plus, Hollande va se préoccuper de faire monter le FN, qui est son grand atout. Vous verrez qu’il va nous ressortir le vote des immigrés la dernière année… Avec le rêve d’un FN devant l’UMP, comme aux européennes, pour rafler la mise au second tour, genre « moi, garant des valeurs de la République ». Oh purée…

debarras pub flyer 2b.jpg


26/08/2014

PS post-ado : Heureusement, il y a Merkel

Un « gouvernement de combat » qui tombe après 147 jours d’immobilisme et suite à un discours aviné tenu lors de la fête de la rose à Frangy-en-Bresse… Voilà l’état du pouvoir en France.

Comme le disait mon pote Christian ce matin : « Ça serait le staff de l’OL, ça nous emmerderait, mais là, le problème, c’est que c’est le gouvernement du pays ».

Chères amies, chers amis, notre gouvernement est par terre, et toute la classe politique avec : la « Gauche » en réanimation, la Droite en liquidation, et le FN en crise d’onanisme vitupérant.

Bon, on se calme. Merkel tient les manettes. Le pays d’effondre, mais il reste l’Europe. Notre seule planche de salut. Chacun s’organise dans ses réseaux, ses repères et ses amis. Mais ces connards ont même tué l’Etat.

merkel4.jpg


00:33 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gochmole

25/08/2014

Les grosses manips’ de l’apparatchik Montebourpif

En lisant les titres de ce dimanche soir, j’ai cru rêver : le Parti socialiste aurait en tête une nouvelle politique économique et sociale ? Et quelle nouveauté !… La relance, une volonté pour les plus démunis et, en prime, un carton sur Merkel…

En réalité, ces deux lascars – Montebourpif et son servant de messe, Hamon – n’ont rien à proposer à part des formules à deux balles, et cela a toujours été la base de leur action politique. Ils n’ont aucune ambition pour changer de politique, faute de quoi ils se consacreraient à leur action ministérielle, en utilisant tous les relais qu’offre l’exercice du pouvoir. Non, leur seul but est de rafler la mise lors du prochain congrès du PS.

voter_socialiste

Ils visent à prendre la majorité – tout le monde sait que Hollande est maintenant minoritaire chez les socialistes – ou à tout le moins à s’offrir une grosse minorité, ce qui permet ensuite d’exiger sa part dans tous les organes de pouvoir, et de se donner une bonne base pour les primaires. Et pour rameuter la troupe, rien de mieux que  « Demain on rase gratis ».

La tchatche, en endormant ceux qui ne demandent qu’à dormir… Ils ont toujours fait ça au Parti socialiste, et ça a toujours suffi à leur donner droit de cité, alors qu’ils sont incapables de rien faire d’autre. Aux primaires de 2012, Hamon – qui roulait pour Aubry – avait été malade de voir Montebourpif ramasser la mise du côté de l’aile gauche du Parti (expression qui me fait toujours rire). Là, les deux doivent se bouger, car ils craignent que cet électorat tant amateur de lubies se laisse draguer par un Mélenchon grandiloquent, des Verts en délire ou… des frondeurs qui vont peut-être quitter leur barboteuse. Et comme la base « militante » est en pleine déprime, un petit shoot sur les lendemains qui chantent ne peut qu’avoir du succès.

C’est absolument sidérant. Depuis la SFIO toujours la même salade… : discours de gauche pour le congrès, et politique de droite dès le lendemain.

Au passage, ces deux-là avait tout fait pour faire nommer El Blancos, le fils spirituel de Sarko. 4 mois plus tard, ils le dézinguent, sur une musique gauchiste. Grand sens de la responsabilité…

Montebourpif et Hamon ont approuvé et mis en œuvre toute la politique de Hollande. Après avoir dit exactement l’inverse auparavant. Donc, du côté de la tambouille socialiste, rien de neuf : business as usual…

1950-SFIO.png


00:28 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu