Avertir le modérateur

Le Conseil d'Etat et Vichy

Quel a été le rôle du Conseil d’Etat sous Vichy ? Une question du plus grand intérêt, et qui justifie quelques rappels alors que le Conseil d’Etat vient de rejeter le recours formé contre la SNCF pour son rôle dans l’acheminement des déportés vers les camps d’extermination nazis.

 

1. Une structure du pouvoir vichyssois

 

 

Sous Vichy, le Conseil d’Etat, replié à Royat, occupant l’hôtel Royal-Palace, a joué un rôle très important, du fait de la nature du régime instauré le 11 juillet 1940. Les assemblées parlementaires ayant été suspendues, le Conseil d’Etat s’était vu reconnaître, comme sous Napoléon, le statut de « Corps législatif ».   

 

Le Conseil d’Etat entendit, à l’initiative de son vice-président Alfred Porché, faire de la prestation de serment, le 19 août 1941, un acte de forte portée. Le Maréchal était présent, et c’était la première fois depuis Bonaparte que le chef de l’Etat assistait à une assemblée générale du Conseil d’Etat.

 

Le Maréchal souligna le rôle que devait jouer le Conseil d’Etat dans le nouveau régime, qui avait rompu avec toute idée de démocratie :

« Le Conseil d’Etat tiendra une grande place dans le régime que je veux instituer. Le temps des équivoques est passé. Il reste peut-être des insensés qui rêvent de je ne sais quel retour au régime dont ils étaient les profiteurs. Je suis sûr que la Révolution nationale triomphera pour le plus grand bien de la France , de l’Europe et du Monde.

« Quoi qu’il en soit, il faut se prononcer. On est avec moi ou contre moi. Et cette pensée est surtout vraie pour les serviteurs de l’Etat et d’abord de vous qui êtes les premiers. Telle est la portée du serment que je suis venu entendre.

« La gravité du péril intérieur et extérieur rend plus affirmative que jamais ma résolution de m’appuyer sur tous les éléments sains du pays, rassurés par ma volonté de mettre les autres hors d’état de nuire.

« J’ai le souci de l’enfance, printemps de la nation. Je pense aux pères de famille, ces grands aventuriers des temps modernes. Ma sollicitude paternelle qui s’étend à tous va d’une façon particulière à ceux qui s’usent aux consignes les plus ingrates, pour la rémunération la plus modeste et la plus incertaine.

« Mais la réforme matérielle ne me satisfait pas. Je veux par surcroît la réforme morale.

« Après la paix, le premier besoin des peuples est l’ordre, l’ordre dans les choses, dans les institutions, dans la rue, dans les entreprises. Toute porte à croire que dans la France de demain, le Conseil d’Etat animé par l’esprit nouveau du régime saura jouer son rôle.

« J’attends, messieurs, la prestation de votre serment.

 

Alfred Porché fut quasiment lyrique :

 

« Le Conseil d’Etat entend non se borner à un geste, mais accomplir un acte. Vous êtes ici devant votre Conseil. Vous restituez une tradition morte depuis le grand empereur dont le nom est inséparable de notre institution ; à un tel témoignage de confiance, comment ne répondrions-nous pas, non du bout des lèvres, mais du fond du cœur, par une promesse de fidélité ? »

 

Et rappelons qu’il s’agissait d’un serment de fidélité à la personne du Maréchal, non à l’Etat.

 

Pour une synthèse, on peut se référer à Marc-Olivier Baruch :

 

« Soucieux de construire un Etat rationnel, le régime accompagnera la mise en place des secrétaires généraux d’un effort comparable de valorisation du Conseil d’Etat, gardien de l’ordre juridique, auquel était dévolue la mission de ne pas laisser l’autorité basculer dans l’arbitraire. L’assemblée du Palais-Royal fut associée à l’action gouvernementale – dans le discours comme dans les textes – jusqu’à constituer un rouage privilégié de l’Etat nouveau dont il fut, sur plusieurs sujets sensibles, le conseiller écouté. La commission spéciale crée pour examiner les requêtes des fonctionnaires juifs demandant à être relevés de leur incapacité se montrera sévère. Le Conseil d’Etat a cherché, au milieu des périls et avec des accoutumances condamnables, à jouer sa propre carte. » 

 

 

2. Les personnalités

 

Les membres du Conseil d’Etat furent très présents dans la vie du pays. Maurice Lagrange fut un conseiller très écouté du pouvoir. Deux présidents de section ont joué des rôles-clés : André Ripert siégeant au sinistre Conseil de Justice Politique, et Jean-Marie Roussel, Président de la commission des naturalisations. Georges Dayras fut secrétaire général du ministère de la Justice pendant de 1940 à 1944.

 

Dans le même temps, des décisions contentieuses rendues en 1943 et 1944 mentionnent les noms d’Alexandre Parodi, André Ségalat ou Bernard Chenot, qui étaient alors déjà fort engagés dans la Résistance. Michel Debré était encore à l’effectif du Conseil d’Eta, alors qu’il était un des rouges important des réseaux de la résistance gaulliste. A la Libération , René Cassin, qui présidait le Comité juridique de la France libre, deviendra le vice-président du Conseil d’Etat. La mise à la retraite du vice-président, Alfred Porché, fera l’objet de l’un des tous premiers décrets signés par le général de Gaulle, à Paris, le 11 septembre 1944.

 

 

Entre 1940 et 1944, le Conseil d’Etat géra en silence les effets des lois d’exclusion. Dix sept membres furent écartés, au motif d’épuration dont deux des cinq présidents de sections. Le premier était Georges Cahen-Salvador, cité à deux reprises pour son attitude pendant la campagne de France, et félicité à ce titre par Raphaël Alibert, garde des sceaux, en août 1940. Le second est Jacques Helbronner, qui était une connaissance personnelle du maréchal Pétain. Jacques Helbronner fut ensuite arrêté, par application du second statut des Juifs, le 28 octobre 1943 et déporté à Auschwitz.

 

3. Jurisprudence sur l’extension des dénaturalisations aux enfants nés en France

 

 

Le Maréchal voulait une France pure : l’étranger a été le premier ennemi. Une loi du 22 juillet – 11 jours après la prise du pouvoir – prévoyait qu’il serait procédé à la révision de toutes les acquisitions de nationalité française intervenues depuis la promulgation de la loi du 10 août 1927 sur la nationalité. Problème : que faire des enfants français, car nés en France, lorsque les parents sont dénaturalisés. Le régime a très vite choisi la voie la plus simple : la perte de nationalité s’étend aux enfants. Une solution validée par le Conseil d’Etat dans l’arrêt Spazierman. Une solution qui anticipait la déportation des enfants, au motif de ne pas les séparer des parents.

 

 

Les époux Spazierman avaient acquis la nationalité française par application de la loi du 10 août 1927. Ils étaient parents de deux jeunes filles, nées en France, devenues françaises antérieurement à l’intervention de cette loi, par une déclaration au ministère de la justice le 14 avril 1927. Elles étaient donc françaises pour être nées en France. En application de la loi du 22 juillet 1940, les parents avaient fait l’objet d’une dénaturalisation par un décret daté du 14 juin 1941, qui avait étendu la mesure aux deux enfants, encore mineures. La nationalité des enfants ayant été acquise avant la loi du 10 août 1927, date de référence pour l’application de la loi du 22 juillet 1940, les époux Spazierman saisirent le Conseil d’Etat, qui s’est prononcé par un arrêt du 23 décembre 1942.

 

 

Voici cette décision.

 

 

Requête des époux Spazierman, agissant en qualité de représentants légaux de leurs filles mineures et tendant à l’annulation pour excès de pouvoir d’un décret en date du 14 juin 1941 qui a retiré la qualité de Françaises à celles-ci.

 

 

« Le Conseil d’Etat,

 

 

« Considérant que la loi du 22 juillet 1940, après avoir décidé qu’il serait procédé à la révision de toutes les acquisitions de nationalité française intervenues depuis la promulgation de la loi du 10 août 1927, dispose que le retrait de la nationalité pourra être étendu à la femme et aux enfants de l’intéressé ; que la loi ne subordonne l’application de cette dernière mesure à aucune condition tirée du titre auquel ceux qui en sont l’objet possèdent eux-mêmes la nationalité française ou de la date à laquelle ils l’ont acquise ;

 

« Considérant qu’il est constant que les époux Spazierman ont été naturalisés après la promulgation de la loi du 10 août 1927 ; que, dès lors, le décret qui a étendu le retrait de la nationalité française prononcée contre eux à leurs deux filles mineures, bien que celles-ci eussent acquis cette nationalité par déclaration enregistrée au ministère de la Justice le 14 avril 1927, n’est pas entaché d’irrégularité.

 

« Par ces motifs,

 

« Rejette le recours.

 

 

Pour le Conseil d’Etat, la cause est entendue : la loi a prévu cette possibilité d’extension de la dénaturalisation aux enfants, et il ne lui revient pas de soumettre à des conditions ce pouvoir d’opportunité de l’autorité administrative. Solution aussi injuste que paradoxale : les deux filles Spazierman, françaises par déclaration au ministère de la justice le 14 avril 1927, ne peuvent être atteintes par l’application directe de la loi du 22 juillet 1940, celle-ci limitant ses effets aux naturalisations acquises par le jeu de la loi du 10 août 1927. En revanche, elles le sont par voie indirecte, du fait de la dénaturalisation des parents.

 

Une réussite, dont attestera la publication au Journal officiel des noms des familles touchées par ces mesures.

 

Voici quelques extraits des premières listes, publiées au Journal officiel du 7 avril 1941, page 1497.

 

« BIANCHINI (Antonio), menuisier, né le 16 janvier 1898 à Nervesa-della-Bettaglia (Italie), demeurant à Hézy (Yonne), naturalisé Français par décret du 1° février 1939, publié au Journal officiel le 12 février 1939, et ZANARDO (Carolina), épouse du précédent, née le 4 octobre 1901 à Susegana (Italie), demeurant à Hery (Yonne), naturalisée par le même décret, et leurs enfants : 1°  Verina-Maléa, née le 7 avril 1933 à Auxerre (Yonne) ; 2°  Edda-Luigia, née le 8 janvier 1935 à Nervesa-della-Bettaglia (Italie) ; 3°  Serge, né le 11 avril 1937 à Auxerre (Yonne), devenu Français par la naturalisation des parents ; 4°  Dino, né le 14 mai 1940 à Auxerre (Yonne), devenu Français par application de l’article 1° (§1°) de la loi du 10 août 1927.

 

Dino, le petit dernier est né le 14 mai 1940 : la France éternelle, elle, s’est déjà occupée de son cas. Né à Auxerre de parents français, car naturalisés le 1° février 1939, il perd sa nationalité.

 

Dans un autre cas, le décret précise expressément que le jeune enfant déchu de la nationalité, était pourtant « Français de naissance ».

 

« ANTIBO (Charles), cuisinier, né le 1° novembre 1891 à Nucetto (Italie), demeurant à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), rue du Général-Boulanger, naturalisé Français par décret du 3 décembre 1930, et ANDREONI (Madeleine-Françoise-Lucie), épouse du précédent, née le 27 septembre 1895 à Mercatello (Italie), demeurant à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), rue du Général-Boulanger, naturalisée Française par le même décret, et leur enfant, Marcel, né le 9 mai 1934 à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), Français de naissance (Art. 1°, § 1° de la loi du 10 août 1927). »

 

Ce seront ensuite des pages et des pages de publication dans le Journal officiel. Parmi tant d’autres, une famille de Juifs, originaire de Pologne…

 

« KORN (Icek), tailleur, né le 15 mai 1902 à Lodz (Pologne), demeurant à Paris 39 rue Turenne, naturalisé Français par décret du 31 mars 1940, publié au Journal officiel le 31 mars 1940 et NACELEVITCH (Sarah), épouse du précédent, née le 10 octobre 1903 à Lovitch (Pologne), demeurant à Paris, 39 rue Turenne, naturalisée Française par le même décret, et leurs enfants : 1° Maurice-Jacob, né le 25 août 1929, devenu Français par déclaration souscrite le 3 mars 1931, enregistrée au ministère de la justice le 16 avril 1931, par application de l’article 3 de la loi du 10 août 1927 ; Albert, né le 13 janvier 1933 à Paris, devenu Français par déclaration souscrite le 19 avril 1937, enregistrée au ministère de la justice le 14 novembre 1938 par application de l’article 3 de la loi du 10 août 1927. »

Commentaires

  • Question a cent sous mais d'actualité
    Est il envigeasable de pouvoir engegé des poursuites judiciaires envers les locataires de HLM ,qui du fait de leur situation financiere ne devrait pas(ou plus ) en beneficier
    Ceci peut il s'apparenter a du detournement d'aide sociale au logement et faire l'objet de plainte ?
    A vous de jouer

  • Toute cette période est un véritable cauchemar et en matiere de justice tout reste( pv,jugements etc..) et il est difficile d'accepter que des gens respectables aient pu appliquer les décisions de vichy !On ne peut malheureusement pas réecrire l'histoire et dire "moi j'aurai fait ça si...."
    Par contre le pays étant occupé par l'ennemi et ce dernier ayant fait ce qu'il voulait (au moins pendant trois ans ,puisque les premiers faits résistants d'envergure apparaissent en 1943 ?),on les aurait laissé faire leurs mouvements de troupe, aidé à construire leurs murs de l'atlantique (qui finalement n'ont servi à rien) etc...Ce qui d'ailleurs s'est passé . Par contre il aurait alors été facile de refuser de déporter les familles juives ? Les juges de les juger , les cheminots de refuser de conduire les trains des déportations ? peut etre que l'occupant aurait préféré cette tranquilité ? facile à dire , je sais , mais refuser de vendre son ame au diable n'est ce pas ce qu'il ya de mieux pour l'homme ?
    De plus en lisant les différents textes d'historiens on a l'impression que le pouvoir en place en faisait plus qu'on ne lui en demandait ?
    Quand je pense a cette époque (je suis né aprés la guerre) je ne peux m'empécher de penser à ce que disait paul Amar qui dans une émission ou il était questionné par M Papon "mais que vouliez vous que je fasse? " il répondit "il fallait partir monsieur Papon !"
    Facile à dire mais moi c'est certainement ce que j'aurai fait ,et les suivants également .
    Sans appui des habitants d'un pays les occupants passent à autre chose ?

  • Le pouvoir faisait plus qu’on ne lui demandait… c’est depuis Paxton, bine certain. Vichy n’a cessé de courir au devant des demandes allemandes. Les nazis étaient trop heureux de pouvoir contrôler un pays tel la France (et les terres d’Afrique, décisives stratégiquement) avec un service minimum dès lors que Vichy faisait le maximum , persuadé de prépare sa place pour l’après guerre.

    J’évoque ici un pb plus spécifique au sein de phase de quatre ans qui fait partie intégrante de notre histoire : le rôle du Conseil d’Etat. Nous aurons sans doute l’occasion, au hasard de l’actualité, de revenir sur d’autres aspects.

    Comme vous, je suis né après guerre. « Qu’est ce que j’aurai fait ? » Question qui nous hante tous. Dans cette note sur le Conseil d’Etat, je ne rapporte pas les faits aux personnes, mais à l’institution. C’est d’ailleurs une question qui a été bcp débattue chez les historiens. Le Conseil d’Etat, lui, reste plus discret, hélas, sur son rôle pendant la période. Je peux en dire autant de la Cour de cassation, qui a rendu des arrêts horribles, mais la cour de cassation n’est pas associée à l’exercice du pouvoir comme l’est le Conseil d’Etat.

    De même, je distingue
    - celui qui applique la loi – et tant mieux si certains juges (très peu) cherchaient à adoucir l’impact de ces lois criminelles. C’était, pour ces minoritaires, qui ne sont pas partis, une vraie position de résistance.
    - celui qui conseille l’Etat dans la conception et la mise en œuvre de ces lois
    - et nos gentils profs de droit qui n’avaient eux qu’une fonction de commentaire, et qui pour l’immense majorité ont légitimé par leurs analyses, les crimes qui légalement se commettaient. Nous pourrons aussi reparler des activités de la Sorbonne à l’époque : les grands donneurs de leçons gagneraient à baisser d’un ton.

    J’ai aussi souligné le double jeu tenus par certains, et non par l’institution.

    Une fois dit cela, je peux affirmer
    - Que la jurisprudence Spazierman est une ignominie.
    - Que de telles décisions avaient un effet direct pour les personnes concernées, mais aussi un effet indirect de légitimation du crime légal ! C’est là qu’est la vraie responsabilité.

    On vomit sur Pierre Laval qui a obtenu des autorités nazies le fait de ne se pas séparer les enfants des parents, pour la déportation.

    C’est une autre vérité historique de rappeler l’existence de cette jurisprudence Spazierman, qui a, par une interprétation extensive de la loi, validé la dénaturalisation d’enfants nés en France de parents français.

    L’histoire de la prestation de serment ne doit pas être grossie pour ce qu’elle était : les conseillers d’Etat engagés dans la résistance ont joyeusement prêté serment, pour aussitôt poursuivre leurs activités.

    En revanche, l’analyse juridique qui sous-tendait la prestation de serment, et qui a été validée par le Conseil d’Etat et pas nos chers universitaires, était destructrice. Elle déniait la théorie de l’Etat. « L’Etat français » n’a jamais été déclaré officiellement. Pendant plus de six mois, le JO a continué come JO de la république française, avant de changer un jour. Seuls les plus attentifs ont pu s’en rendre compte.

    Pourquoi ce silence ? Parce que pour Vichy, l’Etat n’existait pas. Ou plutôt ce n’était qu’un circonscription administrative. Le pouvoir était incarné en un homme, Pétain, qui comme un roi désignait son dauphin. Et tous nos grands juristes ont légitimé cette personnification du pouvoir.

    Enfin, d’une manière générale, les textes sur les juifs, les étrangers et les juridictions d’exception ont été appliqué avec une rigueur extrême. Souvent avec cruauté. Cela ouvre une vraie réflexion sur la fonction du juge dans la société et sa formation.

  • toute l histoire de vichy repose sur plusieurs faits historiques anterieurs a 1940 blum front populaire guerre d espagne ou non tout cela a conduit a honorer un vieillard de 82ans a la tete d un gouvernement de sauvegarde.BLUM etait juif et riche et plaidait pour la classe ouvriere cela n a pas plu aux croix de Feu et Blum avec son grand talent d orateur n a pas vu venir Hitler cela ne l a pas ete pardonne . D ou l extremistme de droite antisemite qui a conduit a des crimes contre l humanite au vel d iv etc vous savez je suis ne en 45 mes parents non antisemites pour un sou designaient un tel ou untel c est un juif ! cela me paressait etrange etant enfant ! cher president Sarkozy je vous aime comme president mais attention aux nouveaux antisemites aux nouveaux vichissois des banlieues qui voudront votre peau parce que vous etes d origine juive riche et chretien! par contre vous au moins vous voyez venir Ben Laden et ses chiens dangereux!

  • "Le pouvoir faisait plus qu’on ne lui demandait…"
    N'est-ca pas le principe meme, la logique meme de la faiblesse devant plus fort que soi, plus aboyeur que soi?
    Quant Thatcher est venue au pouvoir, et non je ne melange pas tout (elle a bien entendu ete legitimement elue etc.), elle gueulait tellement fort que beaucoup en ont remis une couche, par peur de ne pas etre vus suivant la parole venue d'en haut, ou bien se sentant liberes, autorises a laisser libre cours a leurs envies de bouffer du pauvre, du syndicaliste, du couillon, de l'etranger, du mal eduque etc.
    C'est ca qui marchait avec elle. Plus elle gueulait, plus le gouvernement et l'idee de gouvernement se fondait en elle, dans le personnage qu'elle incarnait et plus une grosse majorite en reclamait.

    La Sorbonne a toujours ete tres conservatrice pure et dure. Ce n'est pas pour rien que fut cree, apres 68, la Sorbonne Nouvelle, en complete reaction a son ainee. Ceux dont je suis qui sont passes par Paris III ont pu jouir d'une toute autre ambiance de liberte, en d'autres temps encore certes.

    Je ne connais pas plus que ma culturette d'ecoliere, qques lectures, des films, des documentaires marquants, des recits de famille, me l'ont appris sur cette periode. Le sentiment majeur que j'ai toujours resenti au travers de tout cela, c'est bien la peur, la vraie, la viscerale, celle sur laquelle on ne peut pas toujours mettre un nom ou une explication mais dont l'enjeu est la survie ou la mort. La mort aura rode ou frappe de plein fouet une nation, la France parmi tant d'autres, pendant 6 annees. C'est une drole d'ombre qui vit a vos basques.
    Cette jurisprudence Spazierman m'a laissee le cul par terre. C'etait cracher officiellement sur les principes meme de ce qui fait la France une terre d'aile (desolee de ma naivete) et rejeter ces enfants et homes et femmes.
    Mes grand-parents sont arrives de Russie en 1922 ayant echappe aux pogroms. Mon grand-pere je crois prit la nationalite francaise, par culture et parce qu'il parlait le Francais couramment, pas ma grand-mere qui demeura Russe (ne pas lui parler d'Etat Sovietique!). Mon grand-pere a ete combattant (les histoires de famille sont a trous), fut arrete (circonstances tres particulieres de denonciation) et finalement deporte a Dachau pendant la raffle du Vel'd'hiv de juillet 42. Apres la guerre mon grand-pere a ete vu en Belgique. Il refusait de revenir en France, terre qui l'avait trahi en refusant de defendre tous ses citoyens, au nom de principes non questionnables, quelle que soit l'origine de ces hommes et de ces femmes.

    Lorsqu'on commence a s'asseoir sur des principes aussi fondamentaux, et que d'autres laissent faire, obeissent, en rajoute leur grain de saloperie, il est deja presque trop tard...

    hummm tests ADN, fichages tous azimuts, raffle de grand-pere chinois a la sortie des ecoles, portrait du prince grandeur super nature au QG pendant les elections (Donc un etat fort est un etat ou la personification du pouvoir ne peut, ne doit pas avoir lieu?) , etc, etc, etc...

    Temps de ne pas s'endormir, non?

  • Quelle est la date de la décision??

  • Cher Maître,
    Il me semble que parmi les magistrats du Conseil d'Etat, deux ont refusé de prêter le serment qui leur était demandé; je crois d'ailleurs me souvenir que, fort heureusement pour eux, ils n'ont pas été inquiétés en raison de ce refus. Hélas, je ne me souviens des noms de ces deux conseillers d'état; peut-être seriez vous en mesure de me rafraichir la mémoire.

  • Tout ceci devrait nous obliger a nous pencher sur la nature humaine et voir comment selon les époques on en est arrivé là ! Pendant la guerre d'aprés ce que j'ai lu plus haut certains ont reproché a Léon Blum "de ne pas avoir vu venir hitler ", en bref de n'avoir pas préparé la guerre ? Et il est vrai qu'avec les loi nazis contre les juifs il n'y avait qu'un pas à franchir pour ces gens là ? Il fallait un responsable à notre défaite ! qui a profité de ça ? Les vrais racistes : les nazis !
    Plus prés de nous le racisme ambiant contre les immigrés n'est pas prés de s'éteindre , qui a profité de ça avec la montée des partis d'extreme droite ? Qui est responsable de cette situation ?
    Et celà ne va pas s'arranger ! la France est en faillite , deficit exterieur énorme (35 milliards pour cette année) , des centaines d'entreprises exportatrices on disparu depuis 30 ans , il en reste 3000 pour 6000 en allemagne (lu dans la presse economique la semaine dernière ) ! La france pays des droits de l'homme oui ! mais aujourd'hui a t elle encore les moyens de sa grande générosité ? Les discours de certains intellectuels et autre people est facile quand on a de l'argent de coté et que l'on vit dans un monde protégé !
    Les français au chomage et sans logement vont ils regarder tout ça en se disant "je l'accepte car nous sommes les pays des droits de l'homme ? Facile de dire que les plus défavorisés sont manipulés ! Eux le vivent chaque jour . Le seul problème c'est que nous n'avons plus les moyens de payer 5 000 000 de fonctionnaires et en meme temps de mettre à mal nos caisse sociales en distribuant à la volée l'argent que nous n'avons pas ,c'est une premiere "la dette de la france s'est faite pour payer des prestations sociales et des salaires" ! Alors que celà devrait etre un investissement pour l'avenir et pour que la france soit plus généreuse dans le futur et reste la patrie des droits de l'homme selon sa grande tradition ! c'est nous qui distribuons le plus et qui avons les prélèvements obligatoires les plus élevés combien de temps celà va t il durer ? Nous ne pouvons plus exporter !
    Le président de la république a bien compris tout ça et l'objectif est bien d'inverser la tendance de ces 25 dernieres années ?
    J'ai des amis socialistes(votant à gauche ) qui sont étonnés de l'action de nicolas Sarkozy et qui lui trouvent beaucoup de courage politique aprés tant d'années de laisser aller !
    Et c'est en stoppant la descente économique aux enfers que les droits de l'homme seront le mieux défendus ! C'est en agissant de la sorte que le racisme (crée par d'autres)ambiant disparaitra !
    C'est de cette façon (peut etre simpliste me direz vous )que je vois la montée du racisme ambiant et la façon de l'éradiquer définitivement ! Si quelqu'un a une autre explication et d'autres méthodes je suis pret à le lire et beaucoup seront interessés je crois .Le racisme pour des motifs de religion ou de couleur de peau ne concerne qu'un minorité d'individus à mon avis !Celà n'empechant pas toutefois de se souvenir de notre passé de ne pas oublier et de rester vigilants !!!

  • "J'ai des amis socialistes(votant à gauche ) qui sont étonnés de l'action de nicolas Sarkozy et qui lui trouvent beaucoup de courage politique aprés tant d'années de laisser aller !

    Thatcher a eu le meme effet au moment d'une situation economique pire encore, celle des annees sombres post crise du petrol, lourdes greves a repetition etc.... le pays en avait marre, c'est aussi con que cela. Ce qui explique aussi le manque de reaction face au muselage a triple tour des syndicats des annees 80 (voir les repressions feroces contre les mineurs) et l'apatie militante qui est de rigueur depuis.
    Ceci pose pour moi une autre question. Faut-il attendre une "descente economique aux enfers" pour se preoccuper des bouc-emissaires eventuels? On en a marre donc on se reporte sur.... les etrangers, les juifs, les arabes, les basanes, les SDF, les malades mentaux, les chomeurs, les gens du voyages, les a-3-pattes, les a-2-tetes, les Picards, les empecheurs de penser-en-rond ?.....................
    Il y a des realites politiques, des realites sociales, des realites culturelles, des realites ethniques, des realites economiques etc., mais on a tendance, en temps de crise, a faire un amalgame complet, melangeant tout et n'importe quoi.

    Ne pas oublier non plus de ne pas faire de reductionisme et oublier les Tziganes, Romanis, les malades mentaux etc., qui furent tout autant l'objet de la haine nazie soutenue par les actions d'un gouvernement francais consentant.

  • Petite remarque dans la discussion. L'observation objective des grandes atteintes aux droits de l'homme trouve d'une manière ou d'une autre sa source dans la misère économique. Tout le monde l'a bien vu avec la folie nazie, car toutes les déclarations de droit qui ont suivi ont instauré le critère des droits économiques et sociaux. Et aujourd'hui, ce sont plus démunis qui dérouillent en première ligne.

    D'où (raccourci) un militantisme pour la construction européenne.

  • Ce sont toujours les plus demunis qui derouillent... quelle que soit la source ou le contexte de leur etat...
    Donc oui, la construction de l'Europe. Faudrait-il encore que l'on enseigne mieux l'histoire afin de faire vraiment comprendre pourquoi sans l'Europe et une Europe bien construite, d'autres horreurs sont encore tout a fait possibles

  • Pour l'europe il faut faire vite car : avec les flamands qui veulent se separer des wallons pour des questions de richesses à ne pas partager , les ecossais qui veulent leur indépendance et leur pétrole , les basques , les italiens du nord et leur richesse etc...tout cela c'est du repli sur soi meme et donc pas trés bon pour les droits de l'homme à terme . Ici il ne s'agit pas de racisme mais de la peur de l'avenir économique .C'est pourquoi il faut garder espoir et travailler pour s'en sortir , le président Sarkozy en bousculant le pessimisme ambiant et en rompant avec les méthodes de grand papa a reussi a redonner cet espoir ! Quant aux plus démunis ils ont un bon fond comme tous les Français mais ne comprennent pas que l'on fasse entrer toujours plus d'immigrés alors que le pays n'en a plus les moyens et qu'ils en souffrent , que faire ? Continuer en laissant faire ? Ou tout faire pour que notre économie ai repris du poil de la bete ? Quel scénario pour le futur si ça ne réussissait pas : la gauche face à l'extreme droite qui se sera refait une viginité car "libre de tout détail de l'histoire " ? Car celà arrivera bien un jour , le jeu des chaises musicales "droite gauche " les français n'en veulent plus ! Et il faut prendre garde que les extremes ne reviennent pas ! On a vu dans le passé ce que celà a donné(en france ou ailleurs) ! Donc le mieux c'est d'oeuvrer dans le sens du président et l'on s'en sortira . Quand à ceux qui répètent à longeur de journée "quels sont les résultats aprés six mois de présidence " il devraient avoir la pudeur de se taire car d'autre ont mis une dizaine d'année pour mettre notre économie sur les genoux ! quant à ceux qui disent à propos des régimes spéciaux "il veulent monter les français les uns contre les autres ", que font ils quand ils disent à longueur de journée "16 milliards de cadeaux faits aux riches "alors que c'est entierement faux ?
    Quant à la leçon de l'histoire encore faudrai t il se donner les moyens d'instruire les jeunes au lieu de les lacher chaque jour à 16 heures et les laisser livrés à eux meme ?
    La nature humaine ? il ya une vingtaine d'années j'ai vu le film "shoah" de Lanzmann et ce qui m'a le plus impressionné c'est ce gardien autrichien d'auschwiz dont on ne voyait pas le visage et qui décrivait avec methode le mouvement des déportés qui formaient une pyramide dans les chambres à gaz lorsque les nazis lachaient le gaz par les cheminées . Il décrivait ça sans émotion aucune comme un travailleur qui devait remplir une tache !Cette épisode je le revis régulierement en me réveillant la nuit en sueur une
    fois par an parfois deux , c'est l'horreur à l'etat pur et jamais au grand jamais je n'accepterai de mon vivant qu'une telle chose se reproduise ! je n'en ai jamais parlé à un psy ! je crois que les millions de Français qui on vu ce film sont comme moi , et parler de raffles lorsque l'on raccompagne des clandestins c'est inacceptable !

  • vous savez je crois que tous les pays du monde connaissent un jour des periodes de grande tolerance et un cycle inverse de sectarisme ideologique.Hitler a redresse pendant un moment l allemagne qui sombrait avec une monnaie de singe dans une banqueroute totale.c est la raison pour laquelle vous avez vu des millions de saluts nazis la chasse aux juifs est intervenue quand hitler etait populaire pendant le redressement de l allemagne.Nos grandes figures socialistes des annees 70 deferre sa femme dray mitterand j en passe qui avait s allende au chili comme modele social savaient ils qu il fallait une brouette de billets pour acheter un paquet de nourriture? le dictateur pinochet a fait le menage et redresse le chili dans un bain de sang mais il l a redresse.MMe thatcher qui pour moi a sauver le royaume uni des Thibaud des CHEREQUE des ASCHIERI anglais a protege jusqu au bout pinochet ce n est pas seulement pour service rendu aux Malouines mais parce que contrairement aux idees recues il a fait du chili une drande democratie moderne et prospere.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu