Avertir le modérateur

Outreau: Les juges devant les juges

Le procureur de Boulogne-sur-Mer Gérald Lesigne comparaitra le 19 mai devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour les manquements qui lui sont reprochés par le ministère de la Justice dans le traitement de l'affaire d'Outreau.

 

Cette convocation s’inscrit dans le cadre du droit disciplinaire. Les juges sont jugés par leurs pairs, c’est-à-dire les membres du Conseil de la Magistrature , lequel, aux termes de l’article 64 de la Constitution , assiste le Président de la République , qui est le « garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire. »

 

Dans la meure où la personne en cause est un membre du Parquet, c’est in fine Rachida Dati, garde des Sceaux, qui prendra la décision. Le CSM ne rendra qu’un avis. Viendra ensuite le tour de Fabrice Burgaud, alors juge d’instruction, actuellement substitut du procureur à Paris. Les poursuites avaient été engagées en juin 2006 par le garde des Sceaux, Pascal Clément, alors qu’un rapport d’enquête administrative avait conclu à l’absence de faute. La sanction peut aller du blâme à la révocation.

 

Il n’est pas nécessaire de revenir sur le drame qu’a représenté ce procès : douze personnes ont subi des années de détention provisoire, un 13e est mort en prison, et deux procès ont été nécessaires pour parvenir à innocenter ces gens, dont les vies restent brisées. La justice, comme rarement, s’était fourvoyée.

 

L’attention s’était focalisée sur le juge d’instruction, comme si celui-ci décidait de tout. Non, un dossier pénal est celui du procureur, maître des poursuites, avant d’être celui du juge. Le procureur est présent à tous les stades de la procédure, pour avoir connaissance du dossier, prendre des réquisitions, demander des mesures d’investigation, saisir la chambre de l’instruction. Dans cette affaire, Gérald Lesigne lui-même était allé soutenir l’accusation au premier procès, devant la cour d’assises, à Saint-Omer, où il avait demandé sept acquittements. Plus tard, il a déclaré : «J’aurais dû en demander plus, car je suis aujourd’hui profondément convaincu de l’innocence de ces personnes».

 

C’est tout le débat : l’erreur ou la faute ?

 

« Errare humanum est ». La règle vaut pour tous, pour le magistrat comme pour le médecin : quel que soit le statut, quelle que soit la profession. Droit à l’erreur, oui, mais pas droit à la faute. C’est dire qu’il ne faut pas focaliser sur le résultat, qui fait le constat de l’erreur, mais sur le processus, qui seul permet de distinguer l’erreur de la faute.

 

Alors, y avait-il eu faute, notamment pour Gérald Lesigne, l’ancien procureur de Boulogne-sur-Mer ? L’audience devant le CSM est très attendue. Elle fixera le niveau de la barre des exigences, alors que nombre de praticiens du droit vous dirons qu’à l’évidence ce dossier n’est pas le seul avoir connu ce type de dysfonctionnements. Les conséquences sont hors du commun, par les causes.

 

Si le CSM devait conclure, comme l’enquête administrative, qu’il n’y a pas eu de faute, il faudra beaucoup argumenter pour ne pas enfermer l’opinion publique dans l’incompréhension. Avec à la clé, une grande défiance vis-à-vis de la justice. C’est dire les enjeux de l’audience du 19 mai.

 

Après le naufrage qu’a été cette affaire, le débat se trouve singulièrement compliqué par les travaux de la commission parlementaire. Combien de louanges pour cette commission et ses auditions télévisée, sous la direction des députés Philippe Houillon et André Vallini ! Or, ce spectacle était navrant. Les parlementaires se drapant dans l’indignation, semblant découvrir des réalités qui sont celles de la justice française depuis des décennies, et oubliant qu’en la matière tout dépend des lois. Des lois qu’ils votent, toujours plus sévères, en en ignorant les effets. C’est dire aussi qu’il faudra aussi, pour être juste, poser la question de la faute de la loi.

Commentaires

  • Philippe Houillon, c'est mon député, donc il ne peut pas se tromper.

    Les lois plus sévères ne signifient pas qu'on peut incarcérer en préventive simplement sur "la vérité absolue" des racontards d'enfants.

    Burgaud représente réellement ce qu'il y a de plus néfaste chez l'homme. Cette soumission sans borne à l'autorité, prêt à dépasser toute émotion humaine. Faut avoir le goût du sang pour agir ainsi, servir aussi un intérêt personnel de détestation de l'homme et de lui-même, faut être sans vibration, sans intérêt, un petit .. (et j'arrête pour ne tomber dans l'insulte).

    Des Burgauds, des déshumanisés, ils sont des milliers au service du pire. Et c'est par eux que fonctionne une société si bien huilée capable de broyer des gens honnêtes.

    Condamner Burgaud, c'est condamner la plupart des rouages, la majeure partie des pions, utilisés pour tenir en laisse la société dans la peur.

  • Il a certainement manqué au juge Burgaud un peu d'humanité et beaucoup de compréhension. Il suffit parfois de se mettre, un tout petit peu, à la place des autres pour mieux comprendre. Il n'était pas soumis à l'autorité, il ne voyait que ce qu'il voulait voir. Ce n'est pas être néfaste, c'est humain. Et nous réagissons tous de la même manière quand on ne fait pas l'effort d'analyse ou d'esprit critique.
    Malheureusement il n'est pas le seul parmi ses pairs, et ce n'est pas tant la loi qu'il faut changer mais l'attitude de ses représentants. Il y a suffisamment de textes qui, s'ils étaient respectés, éviteraient les "Outreau".
    Quant à la commission du même nom, c'est vraiment de la poudre aux yeux, du brassage d'air, du gaspillage de temps et d'argent. Elle n'a rien apporté. Et n'apportera rien.
    En ce qui concerne ce M. Houillon que j'ai vu 2 ou 3 fois face au juge, il m'est apparu plus comme un procureur que comme un homme à la recherche de la vérité.
    En fait il agissait exactement de la même façon que le juge Burgaud, avec arrogance et à priori.
    Il se trompait donc lui-aussi.

  • Pauvre Houillon n'obtenait pas de réponse de Burgaud qui regardait ses pieds, lors de la commission.
    C'est constamment, l'avocat qui soufflait à Burgaud ce qu'il devait rétorquer au mieux.
    Le "procureur" avait-il d'autre choix que le secouer pour rechercher la vérité ?
    Admettons l'arrogance, ce qui est le souvent le cas dans un tribunal, pour autant Burgaud est ressorti libre de la commission malgré la présomption de faute.

  • Attention, je n'entends pas dire qu'il ne s'est rien passé d'anormal au Palais de Boulogne sur Mer.

    Je constate que l'enquete adminsitrative avait conclu à l'absence de faute, cque c'est le ministre qui a choi de porter plainte devant le CSM, et que si le CSM suit l'avis des enquêteurs, ou prononce une sanction de principe ( avertissement, blâme...) cela risque de créer un nouveau choc dans l'opinion, avec des dégats collataraux lourds.

    La sévérité de la loi ne justifie pas toute attitude des juges, ... et d'abord parce que ce sont des juges! Non, deux choses étaient très sujettes à critique:
    - la conviction et la preuve dans le procès, c'est très complexe. Impossible d'attendre la preuve parfaite. Par ailleurs, bcp d'infos données avec émotion+++ auriaent mérité un décryptage, au lieu d'eêtre livrées à l'état brut.
    - Les parlementaires semblaient découvrir ce qu'est la Justice, ce qui est grave! Comment osent-ils légiférer en ignorant les réalités d'un terrain qui n'est que le fait de la loi?

  • Dans cette affaire, le seul reproche que l'on peut faire à la Justice, c'est la détention provisoire selon des critères douteux. Et du provisoire qui peut durer des années. Pour preuve, la France est un record de cette procédure.

    Les parlementaires avaient découvert le problème de la présomption d'innocence, mais pour celui la condamnation provisoire, la majorité des juges en abusent.
    Il faut s'appeler Renaud Van Ruymbeke pour sortir du lot, comme on vient de le voir encore ce week-end.

  • Surtout si elle dure 3 ans!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Burgaud est un symbole de l'incompétence à un niveau élevé de la hierarchie.

    Burgaud est la preuve que les diplômes ne font pas tout, et le savoir doit se compléter de l'expérience, sous la tutelle de personnes chevronnées.

    Ce jeune homme semble avoir été lancé dans les responsabilités sans garde-fou, comme l'agent de la Société Générale aujourd'hui.

    Il est intéressant de constater que le citoyen Burgaud avait commis une "erreur" identique sur un de nos concitoyens, dans son poste précédent.
    Il sera "examiné" par ses pairs sur l'Affaire Outreau, mais tiendront-ils compte de la première "faute" ?
    Je crains que le CSM mute disciplinairement les incompétents.

    Je rappelle que le citoyen Burgaud avait déjà eu un examen pour devenir magistrat, mais nous savons tous, que la majorité des étudiants "bachottent" comme des machines.
    Je l'ai entendu au cours de son audition, et ce type me faisait l'impression d'un fiéffé imbécile, se défendant comme un enfant pris la main dans le pot de confiture; malheureusement, ce crétin a broyé des vies à jamais.

    Je ne peux rien dire du procureur Gérald LESIGNE.
    Peut-être avait-il trop le nez dans le guidon.
    Et quand, nous entendons que certains experts, auprès des tribunaux, font des "expertises de femme de ménage" parce qu'ils ne sont pas payés aussi chers qu'ils le souhaiteraient... tout cela fait froid dans le dos.
    Durant le régime Nazi, certains des dignitaires ou des fonctionnaires avaient obtenu leur doctorat, et se retrouvaient à des postes éminemment importants... nous savons ce qu'a donné l'Incompétence collective : une incompétence criminelle.

    Burgaud ne doit pas rester dans ses fonctions car un imbécile ne devient jamais un homme intelligent, par contre il sera toujours possible de nommer un homme intelligent à la place d'un imbécile.

    Si la Justice est aveugle, elle doit être équitable.

    L'équité serait qu'il fasse autant de prison que les hommes et les femmes qu'il a emprisonnés... Bien sûr, c'est une utopie...
    mais comment redonnera-t-il à leurs enfants la fierté de leurs parents "condamnés".

    Comme à certains médecins criminels, Burgaud devrait avoir une interdiction d'exercice de la Justice.
    Il y a assez de métiers et de professions pour qu'il puisse se recycler.
    Je crois savoir qu'une place vient de se libérer à la Société Générale. ;-))

    Je lis "Errare Humanum Est"...
    Une erreur, c'est qu'il égare un dossier sur une mauvaise pile...
    Mais ici, c'est pire.
    Outre, la mort d'un être humain, ce sont les vies de plusieurs être humains, les parents et les enfants (car ceux-ci sont toujours oubliés - les fameux dégats collatéraux dont se foutent royalement les intéressés) qui ont été broyées.

    Burgaud, il ne te reste plus qu'à devenir Président de la République, ou "Roi de la République", pour rembourser toute ta vie, de ton salaire, le mal que tu as fait.

    Et si j'étais mal élevé, et te croisant sur un trottoir, je ne pourrais que te cracher à la figure, citoyen Burgaud.

    Je pense que beaucoup de nos jeunes concitoyens qui n'ont pas fait l'Armée, n'ont plus réellement l'occasion de se frotter aux autres dans des moments difficiles.

    Beaucoup, après le baccalauréat, font 4 années à l'Université, entre fêtes étudiantes et beuveries du jeudi soir, entrent à l'école de Magistrature, y passent le concours de magistrat, puis :

    "On ne devient magistrat qu’en prêtant serment, en s’engageant à remplir fidèlement ses fonctions, garder religieusement le secret des délibérés, dignité et loyauté. Mais pour être magistrat il faut également :

    • avoir une parfaite maîtrise technique du droit,
    et se tenir informé de sa constante évolution ;
    • avoir une grande faculté d’écoute et d’attention,
    de manière à bien appréhender les situations de fait et appliquer la loi au plus juste ;
    • savoir communiquer, car il faut être capable de mener les débats,
    d’argumenter, d’expliquer aussi les décisions."

    Et hop, directement dans le grand bain...

    Voilà, nos magistrats sont lachés dans un tribunal après des années de théorie et de Dalloz.

    Vous voyez un morveux infantile, sans personnalité, assez lâche pour ne pas regarder son accusateur, et se faire souffler ses répliques par son avocat :
    est-ce cela un HOMME ?

    Avec mon ami, Jean-Michel APATHIE, quand nous faisions notre Droit, nous avions vécu auparavant, et nous avions commencé très tard nos études de Droit, et nous continuions à travailler pour payer nos études.

    Les Burgaud me rappellent les "Bourgeois" de la chanson de Jacques Brel :

    "Les bourgeois c'est comme les cochons
    Plus ça devient vieux plus ça devient bête
    Les bourgeois c'est comme les cochons
    Plus ça devient vieux plus ça devient C..."


    Cambronne a laissé une expression, Burgaud va nous laisser son nom.

    Bientôt nous dirons ne fait pas ton burgaud, ou arrêtes de burgauder !
    Il sera, alors, synonyme d'incompétent ou de fonctionnaire irresponsable.

    Cela me rappelle l'humour du Principe de Peter :
    " Le nombre des fonctionnaires paresseux ou insolents est infini, comme l‘est celui des généraux dont les hésitations démentent leurs principes hardis, des gouvernants que leur servilité congénitale empêche de gouverner réellement. [..]
    Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence. [..]
    Dans la plupart des hiérarchies, la super-compétence est plus répréhensible que l’incompétence.
    L’incompétence ordinaire n’est pas, comme nous l’avons vu, une cause de renvoi mais simplement un obstacle à la promotion. La super-compétence aboutit souvent au renvoi, parce qu’elle bouleverse la hiérarchie et viole ainsi le premier commandement de la vie hiérarchique : la hiérarchie doit être maintenue. [..] "


    Meilleurs Voeux pour 2008 !


    Sic transit gloria mundi

  • Hier soir, sur France 2, je voyais le spectacle de nos deux gentils députés, qui nous ont dit "On va voir ce qu'on va voir, la loi on va vous la changer. Et il y aura plein de sous pour la justice. Comme Vallini était celui de Gauche il a pris un ton genre outragé pour dénoncer la détention provisoire. Sa proposition: un plafond de deux ans pour les affaires criminelles. Merci Vallini, les innocents de l'affaire d'outreau ne seraient restés que deux ans en prison pour rien.

    Augmenter le budget? Et bien je ne suis pas d'accord. Quelle augmentation, pour quelles missions? Ca ne va pas...il faut des sous! quelle ouissance de la réflexion!

    Tout est dans la mentalité des juges et dans le respect des droits de la défense. Le tribunal de Boulogne aurait eu plus d'argent, cela aurait changé quoi?

    Burgaud... bien sur. Mais ne croyez pas que ce sont des comportments isolés. Burgaud a agit selon les préceptes enseignés à l'ENM. Le procureur a toujours acquiescé. Et toute la hiérarchie a suivi: parquet général et chambre de l'instruction.

    C'est le vrai pb pour le CSM et l'audience du 19 mai. Juger un homme qui est le fruit d'un système.

  • Vu avec du recul je considère en tant que citoyen qu'il ne s'agit pas de faute ou d'erreur
    mais d'incompétence tout simplement .

    Quand certains juges comprendront ils que s'il subsiste le moindre doute , il faut voir les choses d'une autre façon ? Les témoignages : manque de minutie et de bon sens ! Pas de soucis du détail et de logique ! Faire confiance aux spécialistes ....assistantes sociales et autres experts payés à 10 euros de l'heure ? A quoi sert un juge s'il suffit de faire confiance ?
    Surtout lorsque l'on sait que même des aveux sont fragiles !

    Un Désastre cette affaire ...Heureusement que les avocats sont là pour rétablir l'équilibre !!!

  • Maitre : En quoi consiste le concours de juge ? puis après l'école , l'obtention du diplôme ?

    Le jury : composé de ? Y a t il des avocats ? des citoyens éclairés ?

    Le futur juge est il mis face à de vraies affaires ? Quelle évaluation ,y a t il des redoublants?

    Tout concours de fonctionnaire devrait avoir des jury composés de techniciens pour la partie "connaissances techniques "et de citoyens pour le" comportement ,attitude ,notions de service public etc...."

  • la detention provisoire est un systeme tres efficace pour eviter au mis en examen d etre approche d une facon ou d une autre dans une affaire de delinquance financiere de trafic de drogue ou de grand banditisme dans le cas ou le mis en examen est menace ou risque d etre contacte avant confrontation.un autre aspect de l affaire m interpelle dans l affaire d outreau de la meme maniere que kerviel dans l affaire de la SG.Les autorites judiciaires auraient elles parfois des tentations de faire le boulot des enqueteurs? Et cela pour gagner des galons?le fric est le moteur adrenalinique des traders l avencement le moteur adrenalinique des fonctionnement ! Burgod jeune juge Kerviel Jeune trader etaient devant un coup du siecle ! Burgod retient les prevenus en otage pour leur faire dire ce qu il veut en agitant devant le nez de BADAOUIla carotte de la liberte ! Il fait le plus longtemps cavalier seul car il va devoiler et resoudre et incarcerer un reseau de centaines de DUTROU dans 2 pays ! IL pete un cable et commet la plus grosse connerie des annales judiciaire en brisant des dizaines de viesmais quid des enqueteurs de terrain des polices belges et francaises?Comment peut on arriver a un proces sans Temoignages sans filatures sans les preuves de l appartenance de cette fameuse ferme en Belgique?
    Mais Enfin C est du meme acabit qu les controles de Kerviel N importe Quoi!

  • Cher Maître,

    Vous avez mis le doigt sur le coeur du problème: le juge Burgaud est le fruit d'un système. Condamner le jeune magistrat inexpérimenté n'aurait aucun sens; au demeurant, une telle condamnation deviendrait même injuste si le système qui a engendré Fabrice Burgaud n'est pas aboli.

    En effet, le juge Burgaud a tout simplement fait ce qu'on lui a appris à faire à l'ENM. De plus, comme vous le soulignez Maître, ces décisions n'ont jamais été remis en causes durant l'instruction, ni par le parquet, ni par la chambre d'accusation.

    La commission d'enquête parlementaire n'a pas mené son travail à son terme, et son enquête n'a pas forcément soulevé les bonnes questions. Une question essentielle est le recrutement et la formation des magistrats. Je m'explique: prenons un(e) jeune homme (femme) âgé(e) de 23 ou 24 ans qui vient tout juste de décrocher son master2 de droit, et qui passe dans la foulée avec succès le concours de la magistrature. Après 31 mois de formation incluant des stages, notre jeune (femme) sera en mesure d'exercer sa profession de magistrat alors qu'il ou elle n'a pas 30 ans et n'a encore que peu de vécu.

    Ainsi, imaginons que notre tout(e) jeune magistrat(e) soit nommé juge aux affaires familiales, il (elle) sera amené à juger d'affaires de divorce, de pensions alimentaires, de droit de garde d'enfants... Le problème, c'est que ce jeune magistrat n'a peut être pas fondé de famille, n'a peut être pas d'enfant... Bref, il (elle) juge d'affaires sur lesquelles son expérience personnelle est faible, il (elle) se comporte donc en pur technicien du droit si jamais ses qualité humaines sont peu développées. C'est probablement ce qui s'est passé pour le juge Burgaud: il était très jeune et un dossier plus que lourd (dans tous les sens du terme) est tombé un beau matin sur son bureau.

    Les pouvoirs publics devraient peut-être réformer le recrutement et la formation des magistrats. Je me permettrais de proposer une piste pour une telle réforme: dans certains pays, pour devenir magistrat il faut impérativement avoir exercé de nombreuses années comme avocat; cette profession est très formatrice, l'avocat est confronté à ses clients et à leurs histoires (parfois épouvantable), il n'est donc pas qu'un technicien du droit (sauf souvent à ses débuts). Après plusieurs années à écouter ses clients, à rédiger assignations et conclusions, à plaider ou à tout le moins faire valoir des observations devant les juridictions, notre avocat aura acquis une certaine vision de l'humanité, de la société dans laquelle il vit, et il aura appris à découvrir les qualités et les faiblesses du système juridique et judiciaire auquel il participe. Fort de cette expérience et de ses compétences en droit, il pourra alors faire un magistrat de bonne qualité.

  • @Alexandre : en plein dans le mille ! Il faut envoyer votre proposition d'urgence à qui de droit !!!!

  • Mais le juge n'a qu'à appliquer le Droit rien que le Droit.

    Est-il écrit dans le Droit qu'on doit incarcérer, en détention provisoire, quiconque est dénoncé par un voisin rancunier ? Sinon, faut se sauver de ce pays, on est tous en danger.

    Si le juge n'a fait qu'appliquer ce qu'on lui a appris à faire à l'ENM, il y a mis du zèle avec ses complices procureur et tutti frutti qui révait d'être au coeur d'une affaire Dutroux.

    Plus personne n'est responsable de rien, c'est le système. Le système n'est pas absolu, l'absolu n'est pas sur Terre, mais rien n'oblige un juge à n'écouter que lui.

  • Dans ce cas, Total n'est pas responsable de la marée noire. C'est le système.
    Tous les navires sont pourris et sous pavillon panaméen. Total, comme les autres, n'a fait qu'appliquer le systéme commun et général d'utilisation de transporteurs admis dans le monde entier.
    Il ne faut pas condamner Total. C'est le système qui est responsable et coupable.

    Mais alors le système, c'est nous tous !

  • Faut-il rappeler qu'après F. Burgaud, il y a eu un deuxième juge d'instruction dont personne ne parle, qui n'a rien remis en cause sur le fond et qui a contribué au maintien en détention des accusés jusqu'au procès?

  • Etre juge suppose de s’extraire des contingences du quotidien, des nécessités gestionnaires, pour entendre au-delà d’un contentieux, derrière les apparences, la fragilité d’une situation derrière le fracas judiciaire.

    « Il s’agit bien d’un tragique de l’action, dès lors que la norme reste reconnue comme partie au débat, dans le conflit qui l’oppose à la sollicitude en charge de la misère humaine. La sagesse du jugement consiste à élaborer des compromis fragiles où il s’agit de trancher moins entre le bien et le mal, entre le blanc et le noir, qu’entre le gris et le gris, ou, cas hautement tragique, entre le mal et le pire. », P. Ricœur, Le Juste, Seuil Esprit, 1995.

  • M. Delmas-Marty souligne la qualité de l'ENM, mais relève qu’elle créée un regrettable esprit de corps :

    « Je crois effectivement que beaucoup d’aspects positifs s’attachent à ce type de formation. Mais elle aboutit à créer un corps très solidaire face aux avocats, qui sont ressentis comme totalement extérieurs et parfois comme de véritables ennemis. Ce antagonisme réapparaît chaque fois qu’il s’agit de réformer […] Cet antagonisme est pour moi un point faible dans la formation des magistrats. Je ne sais pas quelle serait la bonne réponse. Davantage de ponts entre les professions ? Une formation partiellement commune entre les avocats et les magistrats ? ». RDP 1998

  • La revue Justices, dans un numéro spécial « Ce qui a changé dans la Justice depuis vingt ans », paru chez Dalloz en 1999, avait organisé la confrontation de points de vue de deux anciens Garde des Sceaux, H. Nallet et J. Toubon.

    H. Nallet : « Après avoir relevé l’affaiblissement du clivage droite/gauche, comment s’opère alors la socialisation du corps et l’élaboration de revendications collectives ? Les magistrats sont pratiquement tous issus de l’ENM, ce qui les profilent sur un moule – voire dans une pensée – unique. Le « groupe de référence » des juges a changé : ils ont moins d’attrait pour la hiérarchie et cherche moins à s’élever qu’à se plaire dans les fonctions qu’ils exercent, à y trouver intérêt ». Il relève à cet égard l’apparition d’associations regroupant les magistrats par fonction : juge pour enfants, juge d’instruction.

    J. Toubon : « Je suis favorable à une formation commune et pour la création au sein d’une université d’écoles de droit comprenant des professeurs et des professionnels. Ces écoles de droit formeraient les magistrats, les avocats et aussi les notaires car toutes ces professions, notamment dans l’harmonisation européenne vont évoluer vers une certaine fongibilité ».

  • Alors erreur ou faute ? C'est bien la question posée au début.

    Pour vous : faute de tout un corps social solidaire.
    Pour moi : faute d'une partie d'un corps social que j'appelle les burgauds. Sinon faut mettre aussi les Van Ruymbekes dans le lot.
    Et comment s'appelait cette femme juge si célèbre qui est repartie en Suède, écoeurée par le système pénal français ?
    Pour certains : simple erreur ou incompétence comme JP.

    Je comprends maintenant pourquoi le juge Burgaud est toujours en place, pendant que les contribuables ont payés pour cette banale faute générale ou petit incompétence.

  • La justice repose sur un système pyramidal.

    A la base, ceux qui débutent. En appel, les expérimentés. A la cour de cass’, les cadors.

    Un choix : défendre « La Justice », c’est-à-dire, l’institution. Les strates expérimentées sont là pour rectifier les erreurs et fautes des jeunots du premier étage. C’est ce qui s’est passé pour Outreau : les innocents ont été innocentés par la cour d’assise qui jugeaient en appel ; donc, il n’y a pas eu d’erreur judiciaire. CQFD.

    Autre choix : les expérimentés au premier feu : juge d’instruction, juge aux affaires familiales, juges pour enfant. Meilleure qualité pour le justiciable, mais piètres carrières.

    En réalité, c’est comme dans les villes ( mais là je suis hors sujet) : il faut tout mélanger : les jeunots, les expérimentés, les juges, les avocats… Ce que je souhaite à mes enfants : une justice métissée…

  • un dossier en justice qui ressemble a outreau mais pas d'enfants , une plainte déposer le lendemain , ou la fille dit j'était sur un marché depuis 1h 30 et un garçon que je connait pas m'attrappe par le bras et m'enmène de force chez lui . donc un samedi midi ou le marché est remplie de gens et de commerçants , la fille crie pas , elle traverse le marché et la rue et prend l'autre rue sans rien dire , rentre dans une tour de 14 étages prend l'ascenseur et dit rien . elle va dire il me rentre chez lui , me jette sur le lit et me viol , puis ouvre la porte et me jette sur le palier , cette fille appel aucun secours , aucun voisin et ressort de la tour , prend le bus et rentre chez elle ou elle met une chemise de nuit et va sur son ordinateur , mais le soir a 20h20 appel le garçon et lui dit pourquoi tu veut pas sortir avec moi , tu aime pas les grosses le garçon l'envoie ballader elle appel a plusieurs reprises et lui balance des menaces a 22h30 la mère appel ce garçon et lui dit pourquoi vous avez violé ma fille , lui répond j'ai rien fait a votre fille , et le lendemain elle dépose plainte depuis 13 mois il est en prison a cause de ça , tout a été fait aucune adn rien de décélé , donc l'avocat dit une parole contre la sienne , lui dit la vérité que cette fille il la connut fin juillet 2006 ou il discutait avec elle pendant une semaine et ne la revoie plus , la fille déménage de la ville en octobre 2006 et personne la revoie en janvier 2008 elle vient içi sur le marché voie le mec qui faisait ses courses et va lui dire bonjour et dit que fait tu , lui répond mes courses et je rentre chez moi faire le ménage , elle dit je vais aller chez une copine et je vais faire un bout de chemin avec toi , il et elle traverse la rue et lui arrive devant sa tour ou elle va dire ma copine habite la et rentre dans l'immeuble avec lui , il et elle prenne l'ascenseur et lui sort au 6 èmè étages seul et elle monte plus haut , puis elle revient et sonne a sa porte et dit ta besoin d'un coup de main pour faire ton ménage et s'invite pour rentrer chez lui , elle rentre et regarde partout et le portable du garçon sonne c'est sa copine qui l'appel , il parle et après l'appel la fille lui dit ta une copine lui répond oui , de la la fille lui dit contente pour toi , et lui va a la fenètre et voie un copain qui passe en bas il l'appel et dit attend moi j'arrive et il sort avec la fille et descend arrive en bas devant le copain il dit au revoir a cette fille et elle part seule un samedi a 14h20 , le témoin a témoigner , et malgré ça il est toujours en prison car l'avocat de la fille va dire que les témoins ont été influencer par une personne d'içi , alors que ses témoins sont véridique , sale histoire et dans des affaires comme ça tu paye un avocat les yeux de la tete qui est incapable d'avoir des arguments devant les juges , un avocat qui a aucun argument pour sortir son client de la , la justice est capable d'en faire un coupable idéal .

  • un détenu sait pendu hier matin a la prison de villepinte il avait 28 ans marocain .

  • J'ai suivi avec intérêt les débats de la commission parlementaire de l'affaire "OUTREAU". J'ai pensé naïvement qu'une grande réforme de la justice allait être entreprise, que les 64 magistrats, les services sociaux, les pseudo-psychologues en répondraient devant la justice. NADA, NIET, NO, Aucune sanction. Au contraire, ces personnes sont toujours en poste, il y en a même qui ont eu une promotion. Moi, foi en la justice. Plus jamais.

  • @louisa je suis entierement d accord avec vous il y a 3 administrations en france qui ressemblent plus a des nids de frelons qu a des administrations l education nationale la justice et le milieu hospitalier ne vous amusez jamais a y mettre le doigt! Le procureur de MONTGOLFIER voulant combattre les dysfonctionnements de la justice au parquet de NICE un juge y faisait la pluie et le beau temps a bien failli tomber professionellement sous les coups fourres Heureusement Elisabeth GUIGOU a sauve sa tete et le juge a ete ou delocalise ou blame je ne sais plus !

  • @lemurien77: Permettez moi de corriger votre commentaire précédent; il n'y a pas que 3 administrations en France qui ressemblent à des nids de frelons ou de vipères. Il y en a 4, car il faut ajouter la fonction publique territoriale. Il suffit de voir le nombre de contentieux lié à la fonction publique territoriale qui encombre les greffes des tribunaux administratifs.

  • en fait il y a plus que 4 administrations qui sont des nids de frelons egalement des etablissements prives le sont . pour autant le systeme de lAVANCEMENT est en lui meme un systeme cancerigene de l ambiance d une administration quelle qu elle soit !le fait egalement qu aucune administration n echappe a la surveillance bienveillante ou malveillante de 4 syndicats qui ont tous les 4 le monopole de la defense des fonctionnaires en france ! c est d ailleurs la raison pour laquelle l esprit de certaines administration n a pas change depuis 1950

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu