Avertir le modérateur

Baisse de 60% des contraventions

 

Baisse de 60% des contraventions. Chers amis, quittez la vallée du Rhône, où alternent bouchons et radars. Pour des vacances détendues, c’est à Québec qu’il faut aller. A Québec, roulez à l’aise! Selon les chiffres présentés par la Ville, les policiers distribueraient 60 % de moins de contraventions qu’en temps normal.

 

Le problème est qu’il ne s’agit pas d’un test grandeur nature de responsabilisation des conducteurs, ou d’une infiltration des structures policières par je ne sais quelle secte remplaçant la sanction par l’indulgence. Non, c’est plus basiquement la résultante d’un conflit qui oppose, pour des raisons de statut professionnel, la Ville et ses policiers, regroupé au sein d’un très efficace syndicat, la Fraternité des policiers. Les responsables de La Fraternité se défendent d’avoir donné des consignes visant à organiser cette grève toute faite de mansuétude et de pardon. Mais ils constatent une démobilisation des policiers, du fait des mauvaises relations qui existent avec leur employeur, la Ville.

 

Pour la Ville, il faut régler le problème de fond, mais gérer aussi les conséquences de cette grève des talons à souche. Moins de sous, certes, mais surtout trop d’accidents affirme la Ville. La peur du gendarme est le début de la sagesse… alors si le gendarme remplace les contraventions par des absolutions… Et de faire état d’un étude rédigée par un criminologue, Étienne Blais, de l’Université de Montréal, faisant le lien entre le ramollissement de la répression et l’augmentation des accidents. De telle sorte, la balle change de camp. La Ville doit faire le nécessaire assurer la sécurisé des citoyens. On ne rigole plus.

 

Et on retrouve là un débat assez universel, mais bien franco-français : quid des grèves dans les services publics? Dés lorsque l’activité est reconnue comme un service public, pourquoi ne peut-on pas imposer un service minimum au nom du service dû à la population ? Mais que reste-t-il du droit de grève si le service minimum revient à assurer un service normal ?

 

Au Québec, ce type de question relève de la compétence d’une institution, le Conseil des Services Essentiels, créé en 1982. C’est une juridiction administrative chargée d’ « assurer le maintien de services essentiels suffisants pour préserver la santé ou la sécurité du public lors de grèves légales et d'assurer au public les services auxquels il a droit à l'occasion d'actions concertées illégales. » Le Conseil peut aussi exercer des « pouvoirs de redressements » lorsque les services essentiels ne sont pas rendus lors d'une grève légale. Toute la question est que la loi ne définit pas quels sont les services essentiels. C’est au Conseil de trancher. Le Conseil des Services Essentiels exerce ses missions dans la transparence. Il informe la population dès lorsqu’il est saisi, et annonce ses mesures de médiation, ou ses audiences. Et ses sentences sont immédiatement disponibles, via Internet.

 

Dans le conflit qui l’oppose à la Fraternité des policiers, la Ville de Québec a donc saisi le Conseil des Services Essentiels, afin d’obtenir une ordonnance provisoire pour forcer les policiers à recommencer à verbaliser, car « c’est la sécurité à la quelle sont en droit d’attendre les citoyens qui est en danger. » Pas si simple a répondu le Conseil, dans une décision publié ce vendredi. D’abord, il faut que la Fraternité des policiers, qui vient de prendre connaissance de l’étude du criminologue, dispose du temps nécessaire pour trouver ses propres experts, et organiser sa défense. Et le Conseil d’ajouter qu’il souhaite l’accélération de la procédure d’arbitrage en vue d’établir le contenu de la convention collective des policiers de Québec, stigmatisant le mauvais climat de travail entre la Ville et ses policiers. L’affaire est reportée au 20 octobre. La Ville a indiqué qu’elle allait faire appel.

 

Donc, si vous passez par Québec, et que la grève des policiers vous est sympathique, levez le pied et conduisez zen, pour ne pas fournir à la Ville l’argument qui permettrait de briser la grève. Même chose d’ailleurs si la grève ne vous est pas sympathique…

 

Commentaires

  • le site du Conseil des services essentiels

    http://www.cses.gouv.qc.ca/

  • La Fraternité des policiers, que c'est beau cette solidarité dans l'amitié "brotherhood".
    S'il y a bien une profession détestable, c'est bien poulet de la rue ou de la route.
    Déjà l'uniforme, ce n'est pas vraiment humain. Mais en plus la répression du carnet à souche, si elle était exceptionnelle, ça se comprendrait. Mais des centaines, des milliers pas jour, c'est une mise en place d'un pillage organisée sur le dos de la promiscuité.

    Les états d'âme des québécois sont plus courants que chez les français. Pour ne pas dire inexistant en France. Le français s'entredévore, le québécois s'entr'aide. C'est une constante. Peut-être que le québécois se sent fragile dans un milieu anglo-saxon. Le français se croit le centre du Monde, phare de l'humanité. L'un se remet souvent en question, l'autre se prend au sérieux. Services essentiels pour les hôpitaux et les sapeurs-pompiers sûrement. Mais verbaliser à outrance à tarifs exhorbitants relève davantage des services de médiocrité du Ministère des finances.

  • Le Canada est montré en exemple dans beaucoup de domaines : gestion de l'immigration, éducation, traitement des criminels pathologiques etc.
    Une vraie démocratie, toujours à la recherche des meilleures solutions, une société solidaire, dommage que l'hiver y soit si long.

  • on vie en france pas au québec .

  • Chut ! Fallait pas le dire. Gilles croyait que Montréal est une ville en amont sur le Rhône.

  • Il y a cinq Montréal en France, dont une dans le Gers, arrondissement de Condom.

  • Dans le Gers, pour les batteries de poulets sur la route.

    Un jour je passe à Montreux sur le Lac Léman et au lieu de "Montreux", j'ai dit "C'est beau Montréal, on à une superbe vue sur le Mont Blanc" à mes amis. Tout le monde peut se tromper.
    "Gilles si tu nous regardes .. on te salue !" de nos vacances. Et dire que lému nous lit dans son cybercafé près de schmoulzy les oies.

  • Le blog continue pendant les vacances, surtout qu'il fait partie des vacances quotidiennes d'un tacheron du barreau.
    Se lever le matin, et se disant "je vais apprendre quelque chose dans la journée", et le vérifier le soir, c'est un luxe. Le blog y participe, et par trois fois : pour étudier le sujet, écrire et lire les post. De sacrées vacances.

  • Faut reconnaître qu'il faut être balaise pour écrire un sujet presque chaque jour.
    S'informer au mieux, bien concentrer ses idées, se relire, se corriger .. Pouf ! J'en suis fatigué d'avance. Une chose est certaine qui écrit lit deux fois. Et bien davantage, on retient bcp mieux sans compter tous les accotés que l'on laisse, que l'on exprime pas forcément pour ne pas être trop long ou trop pompeux. Mais cela nous instruit aussi.
    Au moins, faire travailler nos neurones, on risque moins de les voir se rouiller, ce qu'on appelle l'Alzheimer. Santé et idées ordonnées, on gagne sur les deux tableaux.

    Félicitations à Gilles, que l'on encourage à nous permettre de progresser et nous maintenir en pleine forme. Un bon esprit, c'est aussi des vacances.

  • Je continue dans les compliments, moi aussi je trouve qu'il faut une organisation du tonnerre
    pour produire un article par jour. Félicitation Gilles, et ce que j'apprécie plus, c'est qu'il met impossible de savoir quelle est votre tendance politique tellement vos articles sont objectifs et argumenté de faits.

    Bonne continuation

    Franck

  • Et remerciements à toutes et tous pour votre fidélité et votre attention.
    Dans mon métier, si je fais la part entre ce que j’ai appris des enseignements de mes profs , et des échanges avec mes clients, j’arrive à deux colonnes 50/50.
    Le blog permet de donner suite… Inventons!
    Et puis quelle liberté
    Tiens quelques nouvelles de Chine

    Les autorités ont arrêté le 21 juillet 2008 un blogueur dissident, Du Daobin, qui vit dans la province du Hebei. Il est accusé d’avoir publié des articles à l’étranger, d’avoir hébergé des amis, et de s’être déplacé sur le territoire chinois sans en avertir les autorités, d’après l’organisation Reporters sans frontières.

    Reconnu coupable “d’incitation à la subversion de l’état”, il était en probation depuis sa condamnation en 2004 à trois ans de prison et quatre ans de résidence surveillée pour avoir soutenu une autre cyberdissidente, Liu Di. Cette étudiante avait été emprisonnée sans jugement pendant plus d’un an en 2003 pour avoir publié des textes sur internet appelant à plus de démocratie en Chine.

    Du Daobin est le troisième blogueur à être arrêté depuis quelques mois, après Hu Jia et Huang Qi. Ye Guozhu, quant à lui, devait être libéré cette semaine, mais sa peine de prison a été prolongée indéfiniment. Près d’une cinquantaine d’autres cyberdissidents sont actuellement sous les verrous en Chine.

    Ce sont des frères et des soeurs!

  • Et Sarko va en Chine, alors que ce pays n'a toujours pas fait un devoir de mémoire de "la révolution culturelle" et sadique envers tous ceux qui déplorent des morts dans leur famille. C'est terrible tout un peuple qui rit tandis que les meilleurs ont été exterminé pour une cause inverse et extrème à ce qu'elle offre aujourd'hui. M'enfin, la répression a toujours le même motif, celui de la pensée unique.

  • Sur une route départementale, un camion se fait arrêter par des policiers:
    - Contrôle, que transportez-vous?
    - 6000 douzaines d'huître.
    - On a reçu des ordres très stricts au sujet des renforcement des contrôles:
    ouvrez-les!

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu