Avertir le modérateur

Varces: Et la responsabilité de l’Etat?

9PRFJCAF5AJR8CA3XFS1CCAHB6CHWCATXDXNSCA305GJCCA9Y63S7CAH6Z706CAQYN5K4CA19VYE9CA318PI5CAFYINKBCAZ3DJGSCA46SGNUCAH041R7CAXLCITACA41ABJ2CA1SIMB1CA1OE4B3.jpgIl va falloir ne pas tout confondre. La surpopulation carcérale et le désintérêt public pour les prisons n’a pas grand-chose à voir avec l’assassinat d’un détenu, ce dimanche après-midi à la maison d’arrêt, de Varces, dans l’Isère. Ce qui est en cause, c’est l’action de l’Etat, garant de la sécurité des détenus.

Varces est, pour dire les choses simplement, la prison de Grenoble. Le bâtiment n’est pas archi-vétuste : la prison date de 1972. Surpeuplée, oui, comme toutes les maisons d’arrêt, et ce à la différence des centres de détention, où se purgent les longues peines. La prison de Varces, prévue pour 233 détenus, en regroupe 345.

Le chef d'état-major de la sécurité de l'Administration pénitentiaire, Martin Parkouda, a expliqué : « Un tireur posté sur une colline à l'extérieur de la maison d'arrêt a fait feu au moment de la promenade, touchant mortellement un des détenus et en blessant un autre qui a été admis à l'hôpital. » Plusieurs balles, comme pour une froide exécution. Et la suite est connue : les détenus, en signe de protestation, refusent de gagner leurs cellules ; d’autres parviennent à mettre le feu à l’atelier. Intervention des pompiers et des forces de l’ordre, et dans la soirée, l’ordre était rétabli.

Comment un tel fait est-il possible ? La prison de Varces est surplombée par une colline, libre d’accès au public, et le relief offre une vue plongeante sur la cour de la prison. Un homme armé a d’ailleurs été rapidement repéré et a été arrêté. Une affaire liée aux règlements de compte qui frappent le milieu grenoblois.images.jpg

Les crimes entre détenus, ça arrive. Le dernier, c’était le 10 septembre, avec un jeune homme de 20 ans égorgé par son codétenu à la maison d'arrêt de Rouen. Un assassinat depuis l’extérieur, c’est beaucoup plus rare.

L’un des plus célèbre a eu lieu au sein de la prison d’Ajaccio, le 7 juin 1984,et intéressait les milieux indépendantistes. Un commando de trois hommes s’était introduit au sien de la maison d’arrêt, pour abattre à bout portant deux détenus qui étaient accusés de la mort d’un des figures du mouvement indépendantistes, Alain Orsoni. L’affaire avait été ensuite jugée par la cour d’assises de Lyon.

Revenons à Varces. J’imagine volontiers qu’il y a eu maintes réunions pour évoquer l’absence de sécurité liée à l’existence de ce chemin qui surplombe la prison. Et je suis prêt à parier que la solution bloquant ce chemin, qui semblait impossible, va être trouvé.

BODZKCA89IBM6CA15RVG6CA2V47ZSCAKPI6A2CASJOXZHCAG2WI9NCA2WCPHECAH15IXSCAWK0PCRCA3V16U0CA29AT88CAK75MLDCA1TUU6JCAD98IBXCA5SQ6JBCA4UEH20CA5GJEUBCA7A3GSG.jpgMême si l’assassinat est la cause immédiate de la mort, le fait qu’un détenu ne soit pas protégé de l’extérieur de la prison engage la responsabilité politique de l’Etat. Et juridiquement ? Bien sûr, l’essentiel est la responsabilité massive sur la plan pénal, par le fait d’assassinat. Un acte de tueur, et une intention implacable. Mais, on doit poser aussi la question de la responsabilité juridique de l’Etat. L’Etat, au nom de la loi, assume de priver quelqu’un de liberté. Certes, il n’endosse pas, de ce fait, la responsabilité des actes commis par d’autres personnes, surtout s’ils sont criminels. Mais dans la configuration de cette prison, du contexte particulier de ces règlements de compte, l’Etat a-t-il adapté les moyens du service public au risque spécifique qui était créé ? Une heure après les faits, on évoquait déjà un règlement de compte, s’inscrivant dans une série, rendu possible par la configuration des lieux. L’administration judiciaire pouvait-elle ignorer ce qui en une heure est devenu une évidence ? Ne pouvait-elle rien faire pour éviter ce drame ? Si, elle le pouvait. Alors, même s’il faudra en savoir bien davantage, une telle affaire conduit à mettre en débat la responsabilité de l’Etat.

Commentaires

  • Eternelle question de la responsabilité de l'état, peu enclin à se condamner lui-même .
    C'est pourtant l'aboutissement de la démocratie, bien au delà du folklore électoral.
    Encore du grain à moudre pour la CEDH.

  • Du Figaro

    La ministre de la Justice, Rachida Dati, venue sur place dimanche, a annoncé une série de mesures pour renforcer la sécurité de la maison d'arrêt, notamment l'installation de caméras de surveillance au-delà des murs, qui seront aussi surélevés.

    Selon FO-Pénitentiaire, elle a aussi évoqué "la pose de grillages au-dessus du mur d'enceinte". "Cette communication (...) est un vrai scandale quand on sait que la situation de la maison d'arrêt est catastrophique depuis plusieurs années", a estimé le syndicat.

  • interview de l'avocat de la victime, dans Le Point

    Interrogé lundi matin par lepoint.fr, son avocat, maître Gallo, se dit "très en colère". "On condamne une personne, on l'incarcère et on l'expose à la mort sans autre forme de procès ! Il y a quelques mois seulement, un syndicat avait alerté l'administration pénitentiaire à propos de la dangerosité de cette maison d'arrêt de Varces, qui expose les détenus aux regards extérieurs. Mais tout le monde s'en fout ! Quelle sanction pour tous ceux qui ont laissé faire cela ? ", dénonce, rageur, l'avocat.

  • Les truands qui s'entretuent comme disait Chichi ça m'en bouge une sans bousculer l'autre
    Voila une place de libre
    Sécurité dans ce domaine,et responsabilité de l'état oui mais si je ne m'abuse il y a eu déjà une attaque de prison aux armes lourdes y compris, grenades et RPG
    Alors un groupe bien décidé et bien organisé pourra toujours passer a l'acte et cyniquement je dit,tant que c'est entre eux

  • ?

  • Oui j'ai vu Rachida à la TV proposer des mesures comme le rehaussement du mur.
    C'est une bonne occasion pour la voir s'exprimer. Elle a du boulot la pauvre, s'il faut même surveiller les collines alentours des prisons.
    La mort guette de partout. Ce n'est pas la faute de Rachida si l'homme est fou.
    Et pour parler franc, dans la conjoncture de crise, qui va pleurer pour un mafieux tué par un autre mafieux ? Les gens ont bien d'autres soucis et de compassion à donner tous azimuts.

  • La compassion, c'est une chose.
    Ici, ce qui est cause c'est l'exercice du pouvoir judiciaire, l'une des quatre fonctions régaliennes de l'Etat. L'Etat en faille sur le pré-carré de son action! C'est pour Rachida Dati qu'il va falloir avoir de la compassion.

  • Armez les détenus pour qu'ils puissent se défendre !

    Ceci dit, je pense comme Antimythe.

    En Corse, deux corses furent abattus aprés un assault d'une prison. Ils étaient soupçonnés d'avoir abattu un leader de la cause nationaliste...A l'époque, pas grand bruit...

  • Et pourquoi ne parle t on pas de Loic Techer qui vient de faire 16 ans de prison alors qu'il était innocent ....?

  • Rachida Dati etait averti des le mois de Juin de la dangerosite exterieure de la prison de Varce...mais bon je suppose que ses predecesseurs aussi?????Rachida sur ce coup n'a pas de chance!!!!

  • Ici ca s'appelerait "duty of care". Le detenu, quelque soit sont statut, est sous la garde de l'etat au travers de l'etablissement penitencier. C'est donc sur l'etat que retombe la responsabilite de la surete, de l'entretien, de l'encadrement du detenu. C'est son devoir, vis a vis du detenu et du processus de justice, afin que celle-ci puisse suivre son cours. Donc meme si le detenu est le pire des salauds, l'etat doit le proteger des attaques, interieures ou exterieures a la prison. L'etablissement penitencier doit donc avoir les moyens pour le faire.

  • On ne peut rien faire contre un tueur déterminé. Lee Harvey Oswald fut assassiné par Jack Ruby dans les garages de la police de Dallas et, en plus, en direct sous les yeux de millions de téléspectateurs alors qu'on s'apprêtait à transférer Oswald des cellules de la police vers la prison de comté.

  • Biensur que l'on ne peut proteger a 100%. Mais dans de tels cas, l'etat doit faire tout ce qu'il peut et doit faire pour minimiser le risque. Ce qui ne fut pas fait.

  • Je ne verserai pas une larme sur les truands qui tuent des truands ; ce qui est exaspérant, c'est le récit perpétuel d'une administration qui ne veut pas lever un doigt sur des problèmes tangibles et connus depuis des lustres. Pas étonnant que les secrétariat aux droits de l'homme soit aux affaires "étrangères".

  • Si ce fut fait. Sauf que l'on ne pouvait pas raser la montagne en face de la prison, na !

  • @ Anna,

    Oui c'est sans doute vrai, mais Grenoble, ce n'est pas vraiment la localité standard où l'Etat maîtrise tout ce qui bouge. Ce n'est pas plus Amsterdam, et pourtant. Le tireur a été appréhendé, montrant que les services de l'Etat fonctionnent un peu malgré tout.

    La sécurité à 100 % n'existe pas, ni dedans, ni au-dehors. Ici, comme parfois ailleurs, pas de mesures, ni de guerre, préventives non plus.

  • Personne le demande le 100% sécurité, et le prinicpe de précaution c'est du bidon médiatique.
    Mais là c'était de l'insécurité 100%. Le type s'est fait allumer comme au tir aux pigeons!

    La mort d'un jeune homme est une tragédie. Quel qu'il soit. Il y a tant à faire dans la vie.

    Mais, ce n'est aps le problème. le pb, c'est le focntionnement d'un qautre services publics qui sont la marque de l'Etat: diplomatie, défense, police, jusitce. C'est l'Etat de par la loi. Et un maec qui est abattu alors qu'il est sou mandat de justice, c'est un fait qui interpelle l'Etat. Aucune mesure de sécurité adaptée n'avait été prise. Et des choses simples: il y a dans le secteur des prisons qui ne connaissent pas cette faille de la colline qui surplombe la cour. Le jeune homme serait encore vivant.

  • Soit, mais il ne faut pas trop exagérer, ce qui ressemble à un accident fortuit de la route, dont les probabilité restent faibles.
    Mais effectivement, le choix n'est sans doute pas des meilleurs, Cayenne, avec des requins pour garder les accès, s'impose à nouveau. A moins de vendre les téléviseurs, pour acheter des briques et rehaussser les murs.
    C'est un peu incroyable tout de même, cette histoire autour d'un fait divers insignifiant. L'état va certainement en prime verser quelques dizaines de milliers d'euros aux fammilles.
    je veux bien qu'on considère le dossier sous sa stricte approche juridique. Etonnant que là on s'en préoccupe, car c'est médiatisé, alors que dans la plupart des cas, le Français de base est bien seul pour se débrouiller en cas de problème, déjà pour arriver à faire faire une enquête: comment votre fils a été renversé par un chauffard en camionnette, qui lui a foncé dessus, l'envoyant illico en séjour à l'hosto. Et vous avez le numéro du véhicule ? Et quelle tête il avait le conducteur? Tout juste s'il n'y a pas eu doute sur les déclarations, d'un jeune en état de choc allongé au sol et ne pouvant parler. Classé sans suite, pas trouvé la camionnette. Si, il y en a bien une qui a passé à ce moment, mais le propriétaire ne reconnaît pas les faits.

  • Des prisons où on voit dedans, il y en a d'autres, ne serait-ce que celle à Châlons en Champagne, par exemple du haut des HLM environnants.

  • vive les tueries entre corses arabes marseillais grenoblois et autres voyous qu ils se flinguent s émasculent se décapitent en toute tranquillité je n enverrai pas le samu les sauver!

  • Ce sont ceux dont on parle qui sont responsables de l'insécurité à l'extérieur des prisons !

    Alors un peu de pudeur ! Globalement on est plus en sécurité à l'intérieur qu'à l'extérieur de la prison !

  • Quel Etat où les voyous font la loi en prison !

  • Protégeons les prisons. Quel méchant lemurien. Si tu as une voisine, comme dans l'affaire Outreau, tu seras bien content que l'on t'envoi le SAMU quand tu seras en prison.
    "On ne dit jamais, fontaine je ne boirai pas de ton eau".
    Si ton compagnon de cellule est un gros mafieux et qu'il est visé au moment où tu regarde à travers les barreaux de la fenêtre, ce serait un peu génant lol !
    Protégeons nos lemuriens.

  • Sans doute, sans doute ...

    mais j'aimerais que Gilles parle de la CIMADE avant le 23 octobre :

    http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2290/articles/a384308.html

  • ingenys outreau éxiste pour d'autre détenu en prison , mais l'affaire outreau plusieurs personnes incarcéré et un homme se tue en prison voila pourquoi l'on parle d'outreau . la justice en france n'est pas le reflet de faite entrée l'accusé loin de la , il faut suivre un dossier et un avocat qui vous fait tout lire pour comprendre comment la justice manipule le détenu . c'est incroyable !!! un enquèteur de justice éffectue une enquète de personnalité il va chez des personnes qui connaisse le détenu donc il va chez sa copine qui dit la meme chose qu'elle a déja dites au commissariat cet enquèteur écrit met ne fait pas signer vos dits . puis il continue chez une autre personne ou il entre demande aucune carte d'identité , il écrit vos dits et aucune signature de vos dits écrit par l'enquèteur , puis il rend chez la juge sont rapport et cet enquèteur se permet de dire sur le rapport rendu a la juge , des choses genre sait un fabulateur et un courreur de femme . qu'aurait dit a l'enquèteur sa copine et une dame alors que nous avons jamais dit ça a l'enquèteur de justice , cet enquèteur n'est pas honnète car il écrit de lui meme des choses non dites . comment avoir confiance a la justice de notre pays vue ses faits .

  • Concerant l'affaire Outreau, Roselyne Godard, la boulangère, confie, le soir du 18 mai «Je n'ai plus foi en la justice. On est présumés innocents, on est traités comme des condamnés.» On est bien d'accord avec Jacqueline.

    Concernant la CIMADE. Par un décret publié le 22 août dernier, "le ministre de l’Immigration a décidé de bouleverser le dispositif qui permettait d’informer les étrangers retenus dans les centres de rétention et de leur apporter assistance dans la mise en œuvre effective de leurs droits." rapporte aussi "l'humanité".
    La CIMADE savait que son statut était temporaire. Qualifiée "d'asso protestante" par le torchon "la croix", il semble que les cathos demandent leur part d'action.
    Les nouveaux candidats ont jusqu'au 22 octobre pour se faire connaitre.

  • @ingenys

    merci,
    sauf que ce n'est pas un problème de religion.
    c'est une question de compétences et d'indépendance.
    La Cimade a commencé à s'occuper des réfugiés du temps des retours de camps en 1945.
    Les "internés " ont confiance en elle
    Ses rapports annuels sont éloquents
    Sa présence sur l'ensemble des territoires lui permet une analyse comparée des centres et des préfectures, ce que le nouvel appel d'offre va "éclater" en plusieurs intervenants.
    Si le PS se tait par soucis de laïcité, c'est du gâchis.
    J'en avais glissé un mot à l'oreille de Michel Rocard à La Rochelle ...

  • Si la CIMADE est écartée aujourd'hui, c'est parce qu'elle gêne. Elle a la confiance des étrangers, est jugée trop proche de la Ligue des droits de l'homme, et n'a jamais cessé de crier au scandale face à ce qui est réellement un grand scandale.

    Ceci étant dit, que personne ici ne s'imagine qu'il est totalement protégé de la prison ! Même en restant honnête, il est de plus en plus facile à l'Etat d'envoyer qui il veut en prison, et quand il veut. Il suffit d'une simple dénonciation (qui peut être rétribuée depuis les lois Perben II), d'une accusation d'outrage à agent (point n'est besoin à l'OPJ de founir de preuve), ou d'un accident de la circulation qui tourne mal.
    Ne roulez pas trop les mécaniques, tous les Jean ou autres Lémuriens, car mince est la frontière qui sépare le simple citoyen (je ne parle pas de notables fils à papa du genre Jean S., qui sont au dessus des lois, mais de simples gugusses comme vous et moi) du détenu fraîchement accueilli en maison d'arrêt.
    Je crois qu'à certains ça ferait beaucoup de bien de partager quelques mois le sort de ceux dont ils croient si loin.

  • La CIMADE a tjrs eu une action remarquable. Et elle a su se montrer fédératrice, car l'"exlxusive n'est pas registre. D'autres associations pourraient elles faire leur place? Sans doute, mais il y a tant à faire.
    Ce qui gêne, c'est que la CIMADE étant présente dans tous les centres, elle finit apr avoir autant d'info que le ministre.
    Je me suis parfois énervé contre Brice le Valeureux, car sur ce sujet il en fait trop, et trop mal. Admettons que plus d'une fois, j'ai mis le pied en touche. Mais le décalage entre ce que l'on voit aux audiences et ce discours est trop important. La détresse humaine, ça existe. Ca ne veut pas dire qu'on tolère n'importe quoi, mais il y a des manière de faire. Lui aussi joue dans l'outrance, alors on se laisse emporter.

    Sa croisade contre la CIMADE, c'est tout à fait désolant. Les travailleurs sociaux, les avocats, cherchent à agir au plus vite? Et meme si la CIMADE avait parfois un caractère chasse gardée qui les gonflait, son action a été excellente. On renvoie ces associations très respectueuses du droit à l'état de prestataires de service. Brice se paie une victoire fragile, qui n'est que l'usage gratuit de ses pouvoirs.

  • merci gilles

    Bref je résume la CIMADE fait du Bon boulot mais elle est en situation de monopole et trop souvent outrancière.

    Quand tu dis "Les travailleurs sociaux, les avocats, cherchent à agir au plus vite?" tu entends que la Cimade ne met pas assez d'huile et joue parfois contre l'intérêt de tes clients ?

    "Admettons que plus d'une fois, j'ai mis le pied en touche" Tu peux en dire plus ?


    http://latelelibre.fr/index.php/2008/04/perpignan-mercredi-apres-midi/

  • @ logjohn,

    C'est quoi ton truc, aurais-tu osé consulter mon dossier ? mdr.
    C'est vrai que la frontière est mince. Allez je la raconte, car cela vaut par le niveau de subtilité du système. Le 1 avril en réunion du conseil municipal, lors de la répartition de la représentation de l'opposition dans les commissions, un touriste connu pour son CPU un peu lent, commence à développer une problématique du style, que l'opposition étant formée de deux groupes de poids inégal, lui étant le chef de la composante la plus forte, ce serait normal que la répartition prévue à égalité soit modifiée et que lui bénéficie donc de plus de places.

    J'ai immédiatement vu que par conséquent nous on aurait du en avoir moins. Avec le maire, qui est un démocrate soviétique en puissance, trop heureux de pouvoir enfoncer un coin, je me suis dit, qu'il serait peut-être judicieux de tourner le truc en dérision, avant que n'interviennent des décisions irréversibles idiotes, à notre détriment.

    Comme le "monsieur" venait de demander un partage différent, j'ose une perche et dit: oui, peut-être qu'il faudrait couper en deux. Au rebond, il répond" oui c'est cela, il faut couper la part en deux". Ma collistière commence à rigoler et moi je rajoute : "ok il n'y a qu'une solution, il faut couper en deux à la hache". Le maire assez content de voir que l'opposition s'oppose entre elle, passe à la suite, sans avoir fait aucun rappel à l'ordre, tout le monde connaissant les limites du CPU du spécialistes couacs ou quiproquos et divers sourires discrets s'étant dessinés sur les figures.

    Deux mois plus-tard, je reçois une convocation en gendarmerie, pour répondre à une plainte déposée le 2 avril, motif "menaces de mort".

    Bon, je dois avouer qu'un gendarme, m'avait fait filtrer l'histoire du dépôt de plainte. Je lui avais répondu que je m'en foutais complètement des conneries de l'autre "idiot".
    Ben, figurez-vous, qu'apparemment la justice a encore du temps de disponible, car la plainte a été instruite, avec convocation de "n" témoins....dont le journaliste du coin, l'adjoint sécurité du maire " l'autre communiste que j'ai cité plus haut" et encore divers autres, avec un temps d'audition cumulé de nombreuses heures, à qui il a été demandé si j'avais bien utilisé le mot "hache", entre autres du genre, ce qui était vrai et qu'ils ont confirmé. Un des témoins m'a laissé entendre de me méfier, car leurs précautions oratoires pour la formulation et le cadre où elle était intervenue, auraient été refusées, car il fallait répondre à la question exigée par le proc et pas autre chose. Ya Ka....je suis favorable à la discipline, même pour celle de la procédure.

    J'ai moi-même été entendu et j'ai signé le PV rédigé, par un aide "APJ", tel quel, avec au bas mot 15 fautes de français sur la page. J'ai juste fait rajouter, cela suite aux enseignements tirés d'une précédente expérience, que je me réservais le droit de porter plainte, en cas de suite donnée.

    J'avais téléphoné au procureur, au milieu de l'été pour voir ce que donnait l'affaire, mais "le proc" ne trouvait pas le dossier, me suggérant de retéléphoner un mois plus tard. Ce que je n'ai pas eu l'opportunité de faire, si on veut me me solliciter, je ne suis pas loin.

    Apparemment l'affaire n'est pas classée. Il faut bien "qu'au nom du peuple, on rigole un peu", sinon ce serait monotone et si triste.

    Finalement, je me demande combien on peut bien tirer de fric à un "CPU65", pour procédure et plainte, abusives, à instrumentaliser la justice pour faire payer le fait, de nous être maintenus au second tour, pour arbitrer en faveur du schéma le moins pire pour la commune, à savoir son élimination pour le poste de premier magistrat.

  • Et repetita... (re code)

  • @ Anna,
    Si par exemple à partir d'Outlook, tu disposes de diverses adresses courriel pour intervenir, chaque fois que tu utilises l'adresse qui n'est pas enregistrée à 20 mn le système te demandera le code, de la même façon quand tu te déplaces, change d'ordinateur ou autre perturbation du style. Théoriquement il vérifie ton pseudo et ton courriel. Mais il n'est pas impossible que le système fasse un test sur ton IP.
    Il me réclame le code tous les deux ou trois messages, car j'ai un système un peu tordu. je ne parle même pas des système tordus avec IP aléatoire, ou autres.
    Donc, pas anormal en soi, en principe.

  • « Admettons que plus d'une fois, j'ai mis le pied en touche. »

    Je pense que la politique de Brice le Valeureux, fils spirituel de Nicolas le Bien Aimé, est mauvaise. L’immigration choisie, c’est un slogan très éloigné du réel. La politique des quotas est, pour l’essentiel, illégale. Brice fait valider ses choix par des déclarations critiquables, et par l’assentiment de chefs d’Etat africains, contre des aménagements de la dette. Quand je rentre des audiences ou j’ai vu dans les yeux d’êtres humains, ce qui signifie la détresse, et qu’avec un coup de tampon, on pouvait rendre la vie heureuse, ça me fait régulièrement péter les plombs. J’ai donc lâché ici des propos sans doute trop axés contre notre vaillant ministre. Voilà. Maintenant, une des règles du blog est de reconnaitre quand le pied est en touche, mais de l’admettre quand il permet de remettre la balle dans le jeu.

    « Les travailleurs sociaux, les avocats, cherchent à agir au plus vite »

    Les expulsions d’étrangers commencent par une interpellation. Ca ne prévient pas. Ca veut dire un coup de fil, et tout mettre en œuvre. Nous avons nos arguments, nos méthodes, mais n’avons d’autres choix que la recherche de l’efficacité. Si la décision est mauvaise, on fait appel, croisant les doigts pour que l’avion ne soit pas parti entre temps. Toujours vite, très vite, trop vite.

    La CIMADE bien implantée dans les centres, ça gonfle parfois, je le dis amicalement, car quelques uns, plus d’un, veille à ce qu’on ne s’approche pas trop de « ses malheureux ». Ca existe, et c’est un travers fréquent dans ce domaine. Mais pour l’essentiel, la CIMADE assure tout ce que nous ne savons pas faire. Prendre le temps, parler, considérer comme des êtres égaux ces sans papiers qui voient toutes les portes se fermer. La CIMADE aurait pu se laisser piéger par les excès du militantisme, ou une abdication devant les réalités. Elle s’est gardée de ces deux travers.

    Je prends rendez vous pour ma retraite. Fini la course au temps. Je m’inscrirai au tour de permanence des commis d’office pour prendre le temps de défendre les droits de ces étrangers magnifiques, qui rêvent d’un bonheur à inventer.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu