Avertir le modérateur

Sarkozy, militant UMP

Nicolas Sarkozy président de la République ? Soyons franc : pendant un temps, j’y ai cru.  Ca ne me réjouissait pas, mais bon : le vote avait eu lieu, et rien n’est plus précieux que la démocratie.

locke.jpgPour retrouver un peu de sérénité, je m’étais plongé dans le second « Traité du gouvernement civil » de notre ami John Locke, publié en 1690 qui recommandait la séparation des pouvoirs entre plusieurs personnes, car la tentation de porter la main sur le pouvoir est trop grande.

 « Lorsque, dans une même personne ou dans le même corps de magistrature, la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il n'y a point de liberté ; parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même séant ne fasse des lois tyranniques, pour les exécuter tyranniquement.

« Il n'y a point de liberté, si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative, le pouvoir sur la vie et la liberté des citoyens serait arbitraire ; car le juge serait législateur. Si elle était jointe à la puissance exécutrice, le juge pourrait avoir la force d'un oppresseur.

« Tout serait perdu, si le même homme, ou le même corps des principaux, ou des nobles, ou du peuple, exerçaient ces trois pouvoirs ; celui de faire des lois, celui d'exécuter les résolutions publiques, et celui de juger les crimes ou les différends des particuliers. »

Notre autre ami Montesquieu, supporteur des Girondins de Bordeaux avant l’heure, avait ajouté la couleur France par cette formule restée célèbre : « Pour qu’on ne puisse pas abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.»montesquieu.jpg

Et notre vénérable, car inspirée des travaux de la  franc-maçonnerie, Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789 d’enchaîner en son article 18 : « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.

L’article 5 de la Constitution de le V° République, de 1958, a apporté une dimension intéressante, car elle instituait un chef de l'Etat doté de larges pouvoirs. La séparation des pouvoirs, c’était ainsi de se placer au dessus du jeu politique, car si le même parti contrôle l’exécutif et le législatif, la fameuse séparation des pouvoirs devient de la bouillie pour les chats. Encadrez donc, chères amies et chers amis, cet article 5 : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'Etat. »

Michel Debré, rédacteur de la Constitution, avait expliqué : « Si vous me permettez une image empruntée à l’architecture, je dirais qu’à ce régime parlementaire neuf, il faut une clef de voûte. Cette clef de voûte, c’est le président de la République. Faute d’un vrai chef d’État, le gouvernement, en l’état de notre opinion, en fonction de nos querelles historiques, manque d’un soutien qui lui est normalement nécessaire. Le président de notre République est, dans notre France où les divisions internes ont un tel pouvoir sur la scène politique, le juge supérieur de l’intérêt national. »

Charles de Gaulle de la Boisserie, principal bénéficiaire, avait proclamé : «  Le président de la République ne saurait être confondu avec aucune fraction. Il doit être l’homme de la nation tout entière, exprimer et servir le seul intérêt national. »

Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy nomme les dirigeants de l’UMP, règle les détails de la campagne pour les européennes, et va présider une importe réunion de l’UMP.

Je suis donc rassuré. Sarkozy n’est pas devenu président, il est juste resté militant de l’UMP. Les choses sont plus claires. Et si Sarkozy voit que sa politique ne marche pas, je lui conseillerais simplement de lire la Constitution… et de devenir Président au sens de l’article 5, au lieu, au rythme de deux discours par jour, de s’accrocher à tout ce qui bouge. C'est une régle qui puise sa source à Athène dans le berceau de la démocratie: le pouvoir solitaire ne mène pas loin.  

pict_20080827PHT35550.jpg

Commentaires

  • Dans une société matriarcale, un homme en est elu le chef, doit il se transformer en eunuque? Le fait d'etre au service de tous et de s'occuper des interets collectifs ne chasse pas les convictions pour lesquelles il a été placé à ce poste. l"hypocrisie est au contraire de se cacher derriere la fonction. mais cela a des limites qui restent liées à l'interet général.
    Dans le même ordre d'idées les demandes de l'opposition sur les temps de parole sont d'une idiotie dans egal. La majorité et l'oppositions ont des temps de parole mesurés parceque cela empeche la main mise sur l'outil dit "le 4éme pouvoir". Mais il est normal que le president soit hors de ce comptage car il est l'image de la nation et que tous sommes comptables de ce qu'il fait et dit.

  • Je me souviens de l'image d'un certain président "au dessus des partis " , et qui se prenait au sérieux dans la forme ....s'il ne souriait jamais , moi toujours en le voyant !

    Balladin83 a tout dit ! et je confirme : que d'hypocrisie !

  • Le président ne peut plus être au dessus des partis, à moins d'être un modèle de vertu, depuis l'élection présidentielle au suffrage universel.
    Le parti est une machine de guerre qui s'organise de façon militaire pour remporter cette bataille tous les cinq ans. c'est d'ailleurs ce que le PS n'a toujours pas compris.

    Je préfère nettement le système anglais, qui reste le modèle de démocratie occidentale, essentiellement bi-partisan, avec un premier ministre qui est le chef de la majorité.
    Le président de la république ne peut pas être la Reine d'Angleterre ; même si Sarko est orripilant en mettant ses mains partout.

    Plus que la séparation, il faut considérer le partage et l'équilibre des pouvoirs ; la chambre des représentants et surtout le Sénat américain ont des pouvoirs considérables en comparaison avec nos deux petits présidents de l'assemblée et du sénat. L'initiative parlementaire est quasi-inexistante dans le système français.
    Même chose pour le Conseil Constitutionnel, très mal composé et qui n'a pas le statut de Cour Suprême. En revanche, il y a une faille dans le système américain : le pouvoir présidentiel de nommer et de révoquer les juges, dont Bush a largement abusé.
    L'inamovibilité des juges français reste le dernier rempart des libertés dans notre système.

  • On ne peut guère blâmer le jusqu'au-boutisme consistant à boire les paroles de ce petit bonhomme qui de toutes ses entreprises, la meilleure restera celle d'avoir réussi à être élu président de la république.
    Avoir une gauche plus que médiocre n'excuse en rien l'inneficacité de Sarkosy, et de son gouvernement qu'il rend fantoche par sa frilosité à déléguer du pouvoir.
    La réforme est une sorte debaguette magique devant en terme de communicatio, balayer toute critique, or c'est vraiment galvauder ce terme. Car de réforme il n'y en a pas, on procède juste ici et là des coupages budgétaires ou humains, point barre.
    La France ne va pas mieux, elle n'ira pas mieux demain et c'est bien la première fois, communication oblige une fois de plus, que ce ne sera pas la faute de celui qui en a confisqué le pouvoir.

    On rigole du comptage des votes entre aubry et royal au PS mais au moins c'était de la democratie interne. Quand en face vous avez Xavier Bertrand élu à l'unanimité, vous vous demandez où se situe la democratie interne dans l'UMP...Mais de celà, la communication offcielle interdit de parler, l'ordre établi est là et en plus il ne sert à rien, enfin il ne sert pas l'intérêt général.

  • Je précise. La question n’est pas de mettre fin à l’hypocrisie.
    Il ne s’agit pas de reprocher à Sarkozy de s’occuper de politique et des affaires de la Droite, ce serait un comble !
    Il est normal qu’il surveille ce qui se passe à l’UMP.

    Mais là où je marque mon désaccord, c’est que je crois que la séparation des pouvoirs loin d’être une gêne est une condition de l’efficacité. J’ai cité deux grands auteurs, et je fais référence à Athènes. La question n’était pas : « comment compliquer la vie des dirigeants », mais « comment renforcer le pouvoir dans la durée ».

    L’exercice du pouvoir politique suppose une prise de distance. Instituer et faire vivre d’autres organes, même concurrents, c’est se donner les moyens de comprendre la sensibilité du pays, de faire respirer le corps politique, d’éviter la contagion des erreurs.
    Le président de la V° n’a jamais été, même pendant les cohabitations, un arbitre éloigné de tout, et qui laissait les clés au premier ministre. La constitution lui donne un rôle très actif : mais s’occuper de tout, c’est finalement le meilleur moyen de se planter. Ma conviction est qu’en s’impliquant à ce point dans la vie interne de l’UMP, Sarko s’affaiblit en tant que chef de l’Etat, qui doit président de tous les Français

  • Le rappel des pouvoirs constituionnels du chef de l'Etat. La consitution lui donne un rôle eminnement politique, il n'y a jamais eu aucun doute. mais la liste de ces pouvoirs (liste impressionnante) devrait lui suffire. Pour son bienfait et celui du pays.

    Art. 8. - Le Président de la République nomme le Premier Ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.
    Sur la proposition du Premier Ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions.

    Art. 9. - Le Président de la République préside le Conseil des Ministres.

    Art. 10. - Le Président de la République promulgue les lois dans les quinze jours qui suivent la transmission au Gouvernement de la loi définitivement adoptée.
    Il peut, avant l'expiration de ce délai, demander au Parlement une nouvelle délibération de la loi ou de certains de ses articles. Cette nouvelle délibération ne peut être refusée.

    Art. 11. - Le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux assemblées, publiées au Journal Officiel, peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d'un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions.
    Lorsque le référendum est organisé sur proposition du Gouvernement, celui-ci fait, devant chaque assemblée, une déclaration qui est suivie d'un débat.
    [ Entrée en vigueur dans les conditions fixées par les lois et lois organiques nécessaires à leur application (article 46-I de la loi constitutionnelle n° 2008-724 du 23 juillet 2008) Un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d'une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l'abrogation d'une disposition législative promulguée depuis moins d'un an.
    Les conditions de sa présentation et celles dans lesquelles le Conseil constitutionnel contrôle le respect des dispositions de l'alinéa précédent sont déterminées par une loi organique.
    Si la proposition de loi n'a pas été examinée par les deux assemblées dans un délai fixé par la loi organique, le Président de la République la soumet au référendum.
    Lorsque la proposition de loi n'est pas adoptée par le peuple français, aucune nouvelle proposition de référendum portant sur le même sujet ne peut être présentée avant l'expiration d'un délai de deux ans suivant la date du scrutin.]
    Lorsque le référendum a conclu à l'adoption du projet ou de la proposition de loi, le Président de la République promulgue la loi dans les quinze jours qui suivent la proclamation des résultats de la consultation.

    Art. 12. - Le Président de la République peut, après consultation du Premier Ministre et des Présidents des assemblées, prononcer la dissolution de l'Assemblée Nationale.
    Les élections générales ont lieu vingt jours au moins et quarante jours au plus après la dissolution.
    L'Assemblée Nationale se réunit de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours.
    Il ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l'année qui suit ces élections.

    Art. 13. - Le Président de la République signe les ordonnances et les décrets délibérés en Conseil des Ministres.
    Il nomme aux emplois civils et militaires de l'Etat.
    Les conseillers d'Etat, le grand chancelier de la Légion d'honneur, les ambassadeurs et envoyés extraordinaires, les conseillers maîtres à la Cour des Comptes, les préfets, les représentants de l'Etat dans les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74 et en Nouvelle-Calédonie, les officiers généraux, les recteurs des académies, les directeurs des administrations centrales sont nommés en Conseil des Ministres.
    Une loi organique détermine les autres emplois auxquels il est pourvu en Conseil des Ministres ainsi que les conditions dans lesquelles le pouvoir de nomination du Président de la République peut être par lui délégué pour être exercé en son nom.
    [Entrée en vigueur dans les conditions fixées par les lois et lois organiques nécessaires à leur application (article 46-I de la loi constitutionnelle n° 2008-724 du 23 juillet 2008)
    Une loi organique détermine les emplois ou fonctions, autres que ceux mentionnés au troisième alinéa, pour lesquels, en raison de leur importance pour la garantie des droits et libertés ou la vie économique et sociale de la Nation, le pouvoir de nomination du Président de la République s'exerce après avis public de la commission permanente compétente de chaque assemblée. Le Président de la République ne peut procéder à une nomination lorsque l'addition des votes négatifs dans chaque commission représente au moins trois cinquièmes des suffrages exprimés au sein des deux commissions. La loi détermine les commissions permanentes compétentes selon les emplois ou fonctions concernés.]

    Art. 14. - Le Président de la République accrédite les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires auprès des puissances étrangères ; les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires étrangers sont accrédités auprès de lui.

    Art. 15. - Le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la Défense Nationale.

    Art. 16. - Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier Ministre, des Présidents des assemblées ainsi que du Conseil Constitutionnel.
    Il en informe la Nation par un message.
    Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d'assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d'accomplir leur mission. Le Conseil Constitutionnel est consulté à leur sujet.
    Le Parlement se réunit de plein droit.
    L' Assemblée Nationale ne peut être dissoute pendant l'exercice des pouvoirs exceptionnels.
    Après trente jours d'exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le Président de l'Assemblée nationale, le Président du Sénat, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d'examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d'exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée.

    Art. 17. - Le Président de la République a le droit de faire grâce à titre individuel.

    Art. 18. - Le Président de la République communique avec les deux assemblées du Parlement par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat.
    Il peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote.
    Hors session, les assemblées parlementaires sont réunies spécialement à cet effet.

  • Pourquoi toute cette affaire revient sur le tapis. C'est un peu normal qu un chef d ETAT s intéresse au parti qui a reussi a le faire élire et de plus maintenant il va etre aidé dans sa tache par un homme de confiance en la personne de XAVIER BERTRAND il aura plus de temps pour s intéresser a ses ouailles car le temps passe vite nous somme déja a la fin janvier et les échéances de plusieures élections sont proches le européennes les régionales etc et surtout la principale l élection présidentielle de 2012 se rapproche et que je pense qu il se représentera et que l on risque de voir se repéter la vision d OBAMA sur les plateaux de teles avec ses enfants de tout age et surtout la femme qui peut rivaliser avec MICHELLE OBAMA notre grande et belle CARLA BRUNI et pour un coup cela sera un coup de maitre.

  • Faut arrêter l'hypocrisie, Sarko a imposé Bertrand, il n'y a absolument aucun fonctionnement démocratique au sein de l'UMP. Je sais que ça gratte certains, mais c'est ainsi.

  • La France est dans un declint irremediable ,causé par une direction desastreuse .
    Preparons nous a un avenir tres tres sombre.La strategie de sarko est tres simple :
    VEROUILLER pour MIEUX diriger. C'est le veritable systeme de la CAMORA.

  • Par contre au ps tout est réglo ! Ségolène Royal pourra t elle confirmer ?

  • Fran,

    Il doit y avoir un dirigeant à un parti, pas douze comme au PS. Je sais bien qu'ils chérissent leurs courrants, mais c'est le bordel organisé. Enfin c'est à eux de voir ce qu'ils préfèrent : figurer ou gagner.
    Ce qui est le plus ennuyeux dans la constitution de la cinquième est moins l'étendue des pouvoirs du président que la faiblesse des pouvoirs du parlement. Il n'y a pas de contrôle effectif de l'éxécutif par le législatif, contrairement au système anglais, De Gaulle a toujours voulu une assemblée de godillots et ses successeurs s'en sont parfaitement accomodés.

  • @Mathaf
    La democratie c'est le bordel puisqu'il y a inévitablement débat d'idées et luttes de leaders, à contrario l'ordre impeccable derrière un seul leader ne partageant rien du pouvoir, je te laisse deviner à quoi ça ressemble.

  • UN jour peut être nous atteindrons le niveau de démocratie, la vraie, celle qui, apaisée, consensuelle, tolérante, admet la confrontation des idées, mais refuse l'affrontement idéologique permanent ,stérile et ringard, dont nous sommes, nous Français, les champions.Ce qui s'est passé a l'assemblée est une honte Menacé de mort un ministre et entonné la Marseillaise quel mauvais Vaudeville Un coup de poignard dans le dos de la démocratie J'ai honte pour mes amis socialistes

  • Moi aussi Antimythe mais j'ai également honte pour ceux qui adhèrent à un système basé sur la seule personnalité et les desirata d'un seul leader.

  • Ministre menacé de mort? Je n'avais pas vu passer

  • Srko fait du Sarko rien de bien nouveau,dans le fait qu'il se comporte en chef du parti D'autres avant lui l'on fait ,plus hypocritement,grâce a des hommes de mains aux places stratégiques,dans le parti Lui le fait ouvertement Est il possible de faire autrement ? Un président élu reste de droite ou de gauche,et ne reçoit le consentement a sa politique que de la majorité qui l'a élue Il en est ainsi chez nous en France ,ou l'affrontement idéologique remplace le débat d'idée,et la recherche de consensus C'est ainsi a tout les niveaux,de décisions politiques régions départements,'etc;;;;enfin presque partout ,il y a quelques exceptions,mais trop rares a mon gout Au sein ,des partis ,des syndicats et même des associations évoquer autre chose que la ligne directrice vous expose a un retour de bâton souvent violent

  • @Gilles
    Je n'ai pas vu non plus, mais faut bien charger la mûle hein...

    @Antimythe
    blablabla...Faut garder le courage d'être democrate dans une république et apparemment ce n'est pas donné à tous.

  • En gros pour moi le problème n'est pas là.

    NS sait se comporter en fin diplomate à l'extérieur, mais chez nous il monte les gens les uns contre les autres.
    Alors que c'est de l'inverse dont le pays a besoin.
    Ainsi que d'une alternative crédible.

  • Sur le même sujet , Robert hue interviewé sur la chaine parlementaire cette après midi :
    Je précise qu'il ne s'agit ni d'une blague ni un poisson d'avril :

    "Sarkozy se comporte comme Brejnev ...."

    Finalement venant d'un communiste on peut se demander si ça ne serait pas un compliment ...

  • Hue sait de quoi il parle et en celà, les aveugles du camp UMP devraient s'inquiéter. Dati la favorite au goulag européen, le félon au firmament, c'est une redite de l'histoire ça.

    Mais soyons sérieux, ce petit nicolas n'a pas la carrure même d'un despote.

    Pour paraphraser un historien ( allemand ), ce n'est pas qu'il y a suffisamment de gens de droite en France pour laisser le pouvoir à Sarko, c'est surtout qu'il n'y a pas assez de gens de gauche, de véritables gens de gauche, modérés, pragmatiques et sincères, pour le lui ôter. Et il n'y est pas étranger. Pauvre Besson, il mange son pain blanc, la suite sera compliquée.

  • Pour moi, l'UMP n'est qu'un clan de notables qui veulent protéger leurs privilèges, l'organisme de fonctionnement d'une république bananière "maintenant" un système économique et social malhonnête qui ne respecte rien d'autre que l'argent et veut tout gérer en petit comptable médiocre.

    Personnellement je ne considère pas Sarkozy comme le Chef de l'Etat,
    mais comme un chef de clan désigné par le mensonge, l'ignorance et la bêtise collective, rien de moins.
    D'autre part, il m'est arrivé, et je sais ne pas être le seul à penser cela, de me demander s'il est nerveusement équilibré, ce qui m'incite à considérer encore plus, son élection comme scandaleuse et surtout.... Dangereuse comme celle de Georges W Bush l'a été.

    Bien navicalement / Met vriendelijke groeten
    Thierry Bressol OR1
    - Le matelot blogueur, ex-ingénieur radio et ancien officier de la marine marchande
    http://souvenirs-de-mer.blogdns.net/
    http://marine-inconnue.blogspot.com/2008/09/contenu-de-marine-inconnue.html

    La démocratie?
    http://marine-inconnue.blogspot.com/2008/12/chaussures.html

  • Franchement il aurait mieux fallu qu'il reste président de l'UMP,il aurait moins fait de dégats nationales et internationales.

  • Oui, Sarko est bien le roi de l'Union des Mal Polis... Il ne représente qu'eux...!
    Non, ce n'est pas une mule, mais un âne baté!!!

  • Un âne doit être bâté pour être utile, les bourricots du PS ne le sont pas. lol

  • A Mr BRESSOL; je veux me rassurer en pensant qu'à l'instar de Bush, le petit (au sens de ses idées) Nicolas sera balayé par le vent de l'histoire en un rien de temps. J'avais craint que ses oeillères ne poussent ses affidés à voter n'importe quoi, mais je vois que quelques uns gardent raison (Coppé, Accoyer, d'autres) et qu'il n'a pas d'alternative que de faire appel à des laquais (Besson, Dati,...). Et, surtout, (entendu sur la chaîne parlementaire !) sur 75 textes de loi votés depuis mai 2007, seuls une dizaine sont applicables... Donc, une fois ce bouffon fanfaron disparu, on verra dans quel état il aura laissé la France.
    La seule inconnue étant l'électorat; en France, on ne vote jamais pour, mais contre. Contre S Royal en étant la plus récente illustration. Il faudra donc une alternative crédible au sortant pour que le vote contre lui nous amène son anti thése: a-dogmatique, cultivé, intelligent...

  • @pm

    C bien le problème.... Ca ne peut que finir d'ici pas très longtemps, et ça va fatalement mal se terminer.
    les appels à la désobéissance et à la non application des consignes, règlement etc. se multiplient bien entendu.
    Ce n'est que le début.
    La démocratie, c'est acceptation, donc que ce soit acceptable, par tous de la règle générale.
    Or, on n'est plus dans l'acceptable actuellement.
    La démocratie C comme l'amour, ça n'existe pas vraiment. Il existe cependant des preuves d'amour et de démocratie.
    C'est par exemple de pouvoir encore aujourd'hui dire et écrire tout cela ouvertement, sans réel risque physique ou professionnel immédiat.
    Cela dit, les tentatives tout azimuth d'intimidation à manifester ou à l'action syndicale, ou à faire grève, constituent un signe fort de la tendance....
    La malhonnêteté généralisée qui domine dans le fonctionnement de nos sociétés en Europe, est aussi un mauvais signe...
    D'autre part comme les talibans en Afghanistan, détruisent ou sabotent les écoles fréquentées par les petites filles, puis celles des petits garçons (pour être plus sûr que ceux-ci ne deviennent trop malins et s'instruisent pour risquer décider d'instruire aussi les filles) ici en France, on sape consciencieusement le système éducatif:
    Même état d'exprit de base, compoprtement similaire, naturellement!
    Bien navicalement

  • Sarkozy n'est aucunement un partisan de l'UMP, il n'a qu'usurper l'UMP à ses propres fin. Lui ses idéologies de pouvoir, son bien au-delà de la France il veut simplement régner sur l'europe, c'est pour cela qu'il est devenu ministre de l'économie de l'intérieur. Plus facile de s'approprier l'UMP que de devoir créer son propre parti! Les idéologistes de pouvoir n'ont pas de parti ils sont le parti!

  • Oui ça va mal se terminer;tous simplement parce que plus de la moitié des français ne comprenent rien a la politique et surtout a celle menée par Sarkozy...ce qu'ils voyent c'est Sarko partout ,a la tele,sur les journaux sur les radios ,Sarko est passé par ci,Sarko est passé par là,Sarko en Palestine..Sarko dans le Nord..Sarko dans le Sud...;Sarko qui nomme les dirigeants de l'UMP...Sarko qui lance les Europeenes.....Sarko qui dit qu'il y a de la place pour deux (avec Obama)pour diriger le monde...Sarko qui denigre tous ses predecesseurs....qui denigre le dirigeant europeen Tcheque....Sarko qui soutient Israel et enfonce le Hamas au point d'avoir dit qu'il ne discuterait jamais avec eux,et qui change d'avis sitot le discours d'Obama terminé.....Sarko qui donne de l'argent aux banquiers sans contre partie,et qui s'apprete a recommencer du moment qu'ils renoncent a leurs bonus,comme si cela aller les empecher de s'augmenter les salaires avec des primes mensuelles bidons pour compenser les bonus......Sarko qui ose dire aux personnels hospitaliers(apres avoir augmenter le budjet de l'Elysee de 11%avec des collaborateurs en veus tu en voilà) plus que le probleme n'est pas l'argent mais seulement un probleme d'organisation....etc...etc....et je viens d'apprendre que le syndicat des architecte (5%de la profession)ont signé en cachette un accord impliquant 40 000 salaries qui sont desormais obliges de souscrire ,sous peine d'amende,a la meme mutuelle chere et mal remboursé.Mutuelle qui a remporté sans concertation le marché des agents du pole emploi et je vous le donne en mille ,qui est le delegué general de cette mutuelle...GUILLAUME SARKOZY.......
    Nicolas Sarkozy lors de son election qu'il feta comme tout le monde le sait...et ensuite avouant en janvier 2008 que les caisses etaient vides a mis le feu aux poudres....et c'est par la haine du Sarkozisme que les français vont lui repondre!!

  • Les grands présidents ont toujours été les plus haïs, en France. De Gaulle, Mitterrand, Sarkozy. A côté d'eux les autres n'étaient que des gérants ou du pipi de chat.

  • Le président de 2009 vis encore PLUS pour son compte en banque, que ces prédécesseurs!

  • kripto,

    Y a pas grand chose à faire, y a que des bourricots en face. Il n'ont qu'a s'en prendre à eux-mêmes. La police de Sarko ira protéger les braves moutons qui manifestent contre les cayras qui n'attendent que ça pour les dépouiller, tout le monde rentrera chez soi cocu et content.

  • sarkozy espère gagner en juin les élections européennes ! perso je vote pas pour lui .

  • Il n'est pas nécessaire d'appeler à la rescousses les grandes figures historiques du droit pour constater que Sarko ne fait qu'utiliser le pays pour sa petite personne. A ce jour, son seul objectif c'est d'être réélu, comme Chirac, Mitterand et Giscard avant lui. Nous pourrons peut-être éviter qu'il le soit, mais nous ne pourrons pas éviter qu'un autre fasse pareil. Vous qui êtes avocat, ne serait-il pas possible d'assigner le président devant les tribunaux car, avec cette action dans l'UMP, il bafoue la constitution ?

  • Pas con ton idée JG...

  • Sarko, un gd président, je dois pas avoir de bonnes lunettes! Oui, comme son mentor Bush, il va vite appartenir au passé....
    oui, à bourricot, bourricot et demi... Ca n'empêche pas qu'un âne bouffi d'orgueil et de vanité, ruant sans arrêt à droite et à gauche et incompétent à la tête d'un pays, ça le fait pas..
    Un fin diplomate à l'étranger, je rêve!! oui pour lécher Kadhafi et la chine pour du fric, ça il sait faire!!!

  • giscard d'estaing en 1978 a refuser la grace de christian ranucci guillotiné a 20 ans et innocent d'après le pull over rouge !!!

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu