Avertir le modérateur

HADOPI pas à pas

e0f96c504933ce0f.jpgPour commenter le projet de loi HADOPI… rien de mieux que le lire. A éviter : les communiqués du chargé du com’ du ministère. Lorsque qu’avait été publié le rapport Olivennes, j’avais dit tout le mal que n’en pensais. J’ai attendu le projet de loi, et son amélioration souhaitée avant la présentation à l’Assemblée nationale. Et bien, je vois qu’une fois de plus, le gouvernement ne tient aucun compte de ce que j’écris sur le blog. Bon, ils font ce qu’ils veulent, mais quand ils auront perdu les élections et laissé la place à Madame la Présidente, il ne faudra pas qu’ils viennent se plaindre ici. mamy2.jpg

 

La loi modifie le Code de la propriété intellectuelle, soit l’ensemble des textes qui permettent à un créateur d’être rémunéré de son invention et de son oeuvre. Plongeons dans le vif du sujet.

La loi crée deux structures : la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI), et la Commission de protection des droits (CDP).

La HADOPI intègre la catégorie des autorités administratives indépendantes, organisme genre « CSA » ou CNIL ». Ce ne sont pas des juridictions, mais des organes administratifs auxquels la loi assure une indépendance fonctionnelle. Une autorité administrative, c’est un bras désarticulé du Gouvernement. La HADOPI récupère trois missions : protection des oeuvres auxquels est attaché un droit d'auteur, observation de l'offre légale et de l'utilisation illicite de ces oeuvres et objets sur Internet, et régulation pour la  protection et l'identification de ces œuvres. HADOPI, c’est donc un peu la mamy, bienveillante et autoritaire, du processus. Mais si elle cause, elle ne frappe pas.

Pour tenir le martinet, la loi (Art. L. 331-16) crée la Commission de protection des droits. La CPD, c’est la mère tape dur.

03-1-2.jpgElle regroupe trois magistrats, issus du Conseil d'État, de la Cour de cassation et de la Cour des comptes.

Pour préparer ses dossiers, la CDP peut obtenir « tous documents », et notamment les données conservées et traitées par les opérateurs, dont « l'identité, l'adresse postale, l'adresse électronique et les coordonnées téléphoniques du titulaire de l'abonnement utilisé ».

OK. Internet ou la liberté… Souriez, vous êtes fichés, alors que rien ne vous est encore reproché, et que vous ne pouvez rien faire pour défendre vos droits, car vous ne savez pas qu’ils sont atteints. h-3-1422665-1234522917.jpg

Lorsqu'elle est saisie de faits « susceptibles de constituer un manquement à l'obligation définie à l'article L. 336-3 », donc piratage, la CDP peut envoyer à l'abonné, sous son timbre et pour son compte, par la voie électronique et par le fournisseur d’accès, une recommandation lui enjoignant de respecter cette obligation et l'avertissant des sanctions encourues en cas de renouvellement du manquement.

OK. Mais qui reçoit la mise en demeure ? Exemple le plus simple. Le petit frère espiègle qui s’amuse à partir de l’IP ouverte au nom du grand frère, et qui se dépêchera de détruire la recommandation. Très drôle : téléchargez vos CD depuis les IP des hôtels, et allez prendre l’air. Et on fait comment avec les sites exploités depuis l’étranger, qui représente tout de même 99% de la planète. Des missions d’enquête ? Prévoir alors un bon budget de fonctionnement pour la CDP…

SIGE_piratage_20080618_px_470__w_ouestfrance_.jpgEn cas de renouvellement, dans un délai de six mois, la CDP peut assortir l'envoi d'une nouvelle recommandation.

OK. Le schéma brouillage de piste se poursuit.

La loi ajoute : « Le bien-fondé des recommandations adressées en vertu du présent article ne peut être contesté qu'à l'appui d'un recours dirigé contre une décision de sanction prononcée en application de l'article L. 331-25. » Donc, il faut attendre de subir une coupure d’accès pour contester les mises en demeure.

Vient l’article L. 331-25, destiné à devenir l’un des plus célèbre du netLorsqu'il est constaté que l'abonné a, dans l'année suivant la réception d'une recommandation, la commission peut, après une procédure contradictoire, prononcer, en fonction de la gravité des manquements et de l'usage de l'accès, l'une des sanctions suivantes :black_out_france.gif

« 1° La suspension de l'accès au service pour une durée de trois mois à un an assortie de l'impossibilité, pour l'abonné, de souscrire pendant la même période un autre contrat portant sur l'accès à un service de communication au public en ligne auprès de tout opérateur ;

« 2° Une injonction de prendre des mesures de nature à prévenir le renouvellement du manquement constaté et à en rendre compte à la Haute Autorité, le cas échéant sous astreinte.

Vous avez là déjà bien des difficultés de mise en oeuvre de ce texte.

D’abord, tout part de l’IP. Brouillons les pistes de la manière la plus simple, avec plusieurs IP dans la famille, ou au boulot, ou à la fac, ou en bidouillant. Un peu de ruse, et ce ne sera assurément pas trop difficile de faire couper l’Internet des voisins. Idem pour le gamin un peu espiègle, qui télécharge à partir de l’IP de la famille ou du grand frère.

la33_l_ere_du_vide_3_a.jpgEt la généralité de la mesure ! Trois mois de planté, peine incompressible. On imagine le cas de tout un chacun, qui utilise l’IP de la maison pour le travail, ou l’IP du travail qui fait aussi pour la maison, comme c’est le cas de toutes les professions libérales. L’Internet du bureau coupé pour trois mois, alors que c’est un outil de travail, parce que le copain du petit frère est venu un après midi télécharger un morceau di CD de Beyonce… Ca risque d’être chaud…  

Et pour faire la pub, la loi prévoit : « La commission peut décider que la sanction mentionnée au 2° fera l'objet d'une insertion dans les publications, journaux ou supports qu'elle désigne. Les frais sont supportés par les personnes sanctionnées. » vide.1188055073.jpg

OK. Enfin, pas OK du tout ! Mais, en réalité, tout dépend des modalités de mise en oeuvre et de contrôle. Et là, que doit la loi : rien du tout. Elle renvoie purement et simplement au décret d’application. Le parlement vote à l’aveugle !  

« Les sanctions prises en application du présent article peuvent faire l'objet d'un recours en annulation ou en réformation par les parties en cause devant les juridictions judiciaires.

« Un décret en Conseil d'État fixe les conditions dans lesquelles les sanctions peuvent faire l'objet d'un sursis à exécution.

« Un décret détermine les juridictions compétentes pour connaître de ces recours.

 C’est le vote d’une loi genre saut à l’élastique, mais sans ne rien savoir de l’élastique.

Dernière chose. L’Europe n’est pas pour. Elle est même contre, et s’apprête à adopter un texte qui interdira ce type de procédé. Et la loi sera aussitôt vidée de son contenu.

showfile.jpg

Commentaires

  • Je trouve tout a fait nul toutes ces surveillances.
    Sauf bien sur ,en cas de pedophilie et terrorisme ou quelque chose criminelle du type drogues.

  • lorsqu'on examine le dossier législatif de cette proposition de loi une vraie usine à gaz
    j'admire plus particulièrement cet article

    Art. L. 331-24. – Lorsqu’elle est saisie de faits constituant un manquement à l’obligation définie à l’article L. 336-3, la commission de protection des droits peut envoyer à l’abonné, sous son timbre et pour son compte, par la voie électronique et par l’intermédiaire de la personne dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne ayant conclu un contrat avec l’abonné, une recommandation lui rappelant les prescriptions de l’article L. 336-3, lui enjoignant de respecter cette obligation et l’avertissant des sanctions encourues en cas de renouvellement du manquement. La recommandation doit également contenir des informations portant sur les dangers du téléchargement et de la mise à disposition illicites pour la création artistique.

    « Cette recommandation par voie électronique ne divulgue pas les contenus des éléments téléchargés ou mis à disposition.

    « En cas de renouvellement, dans un délai de six mois à compter de l’envoi de la recommandation visée au premier alinéa, de faits susceptibles de constituer un manquement à l’obligation définie à l’article L. 336-3, la commission peut adresser une nouvelle recommandation par la voie électronique, dans les conditions prévues au premier alinéa. Elle peut assortir cette recommandation d’une lettre remise contre signature ou de tout autre moyen propre à établir la preuve de la date d’envoi de cette recommandation et celle de sa réception par l’abonné.

    « Cette lettre ne divulgue pas les contenus des éléments téléchargés ou mis à disposition.

    « Le bien-fondé des recommandations adressées en vertu du présent article ne peut être contesté qu’à l’appui d’un recours dirigé contre une décision de sanction prononcée en application de l’article L. 331-25. La recommandation porte mention du numéro de téléphone ou de l’adresse postale ou électronique. L’abonné destinataire informé auparavant par courrier ou par voie électronique peut adresser des observations à la commission de protection des droits.

    « Ces recommandations sont motivées.

    bref on vous dit vous avez fauté mais on ne vous dit pas quelles sont les fautes qui vous sont reprochées!!!!

    A voir dejà tous les articles sur le sujet, les batailles d'experts, les interrogations sur le camouflage possible ou le piratage ou autre des adresses IP je pense qu'il va y avoir du sport pour appliquer ce texte déprimant

    les débats commencent le 11 mars à l'assemblée nationale

    nos députés votant tout et n'importe quoi en ce moment je pense que le projet va passer comme une lettre à la poste enfin je devrais dire comme un mail sur messagerie.......

  • L'UFC-Que Choisir a fait constater par huissier la facilité et la rapidité avec laquelle on peut pirater l'adresse IP d'un internaute et télécharger de la zique avec. Tout le monde aura compris qu'ensuite les ennuis sont pour l'internaute piraté.
    Hier ont été interviewés Alain Chamfort et le président de la Sacem, nul besoin de vous dire qu'ils ont soigneusement évité ce genre de questions.
    Perso si un jour ça m'arrive je porterai deux plaintes distinctes, une pour l'escroc, une autre pour celui qui s'acharnera sur moi.

  • D'ailleurs plusieurs ministères (dont celui de l'économie numérique) ont supprimé leur Wifi, ils pensaient que ce n'étaitp as assez sécurisé. En revanche, les internautes moyens devront continuer à supporter ça.

    J'ai lu quelque part que The Pirate Bay comptait faire tomber dans les mailles du filet, des milliers d'adresses IP factices...

    Et tout ça pour quoi ? Pour surveiller une technologie déjà dépassée pour les vrais pirates, ceux qui téléchargent vraiment.


    Et je ne vais pas me lancer sur la morale et l'évolution des demandes du marché qui n'a pas été suivie par les producteurs, ni sur les méthodes contestables de l'industrie du jeu PC (qui provoque des téléchargements) car sinon on ne s'en sortirait pas.

  • La revue associative "Que choisir?" ne dit pas autre chose, un "foutoir juridique" si je me souviens bien...
    Cela dit, un problème d'abus dans l'usage de la "vaste toile existe".

    Pour ma part, je pense que trois évènements très graves ont rendu l'Internet de moins en moins sympathique:
    - L'accès trop simple qui permet aux plus nuls d'entre nous d'y faire n'importe quoi!
    - Le concept de "liberté du renard dans le poulailler" s'est exprimé magnifiquement, dès lors qu'on a toléré des pratiques commerciales et publicitaires sur la "vaste toile", qui à l'origine avait 3 vocations nobles:
    . Universitaire
    . Militaire
    . Culturelle
    - Mais la plus triste pollution fut le... Haut débit!
    Un superbe progrès technique, l'amélioration de la connexion, s'est transformée en un désastre culturel:
    (par son mauvais usage comme d'habitude)
    Ce qui assurait le maintien et la valorisation d'une civilisation de l'Ecrit, pour ne pas dire la Civilisation "tout court", est devenu une centre de vidéocrassie...
    Etait-ce inévitable? No sé. Mais ceci prouve une fois de plus que la nature humaine étant ce que nous savons, la Règlementation stricte est (hélas) toujours nécessaire!

  • Pour certains "la toile" devrait être une zone de non droit ou tout est permis
    Avec cette loi (mal fagotée il est vrai)
    Les flics et la justice débarquent dans la cité internet
    Alors: Les dealers flippent,les consommateurs aussi et les commanditaires mettent déjà en place des stratégies de détournements
    Le Karcher internet,risque de n'être que de peu d'efficacité,tant sont nombreux les internautes pour qui l'idée que les comportements de copies illégales (vols) sont acquit comme un droit

  • Non, les dealers ne flippent pas.

    Je reconnais, j'ai déjà utilisé du contenu piraté. Mais, aurais-je été pris si cette loi avait été votée ? Non. Tout simplement parce que cette loi ne vise qu'un moyen de téléchargement. De plus en plus abandonné d'ailleurs.
    EN REVANCHE
    le consommateur lambda peut avoir peur. Car avec ce système, techniquement parlant, les erreurs sont faciles à commettre pour les "flics" justement (le Royaume Uni va arrêter la surveillance par IP suite à plusieurs erreurs judiciaires). Ce qui fait que n'importe qui peut être condamné, sans avoir rien fait.

    Superbe loi que voilà.

  • On ratisse large et puis on trie ensuite, tant pis pour les dommages collatéraux.

  • Il n'y a pas de loi incontournable Les "virtuoses" du clavier,échapperons certainement a la justice ,mais ils sont marginales
    Le plus gros(en volume total) du piratage est fait par les Mr Toutlemonde et ceux ci seront quelque peu désarmés et dissuadés, lorsqu'ils recevront un message leur disant qu'ils sont repérés
    Ils renonceront certainement et c'est l'effet recherché
    La police de proximité dans la cité de non droit d'internet

  • C'est illusoire, d'autres moyens seront trouvés pour écouter de la zique gratos.
    Wait and see...

  • Je me demande qui va payer toute cette surveillance et le personnel qui va avec?

    - Pour le piratage musique. Il y a long temps que ce qui rapporte de l'argent sont les tournées pas les cds!
    voir Madonna. Elle n'a plus de maison de producteurs de disque.
    La musique sur internet est un moyen de faire la pub, pour que les gens aillent a ce qui rapporte vraiment: la tournée de shows

  • antimythe : non, la majorité du piratage par P2P est faite par des gens sachant un brin manipuler un ordinateur. Ces gens sauront passer à un des nombreux logiciels non couverts par la loi HADOPI.

    Le piratage de Mr Toutlemonde, c'est daily, youtube ou autre.. et Megaupload ou dl.free pour les fichiers.

    Or ces cas ne sont pas couverts non plus par la loi hadopi.

    Allez, admettons, on va dire que les réseaux cryptés vont être cassés. Soit, hypothèse la plus optimiste pour la loi.

    Les deux autres types de piratage fonctionneront tout autant...

    Cependant j'ai des doutes.

    Ce qui risque de se passer c'est exactement ce qui s'est déjà passé :
    le premier type de réseau, napster a été attaqué au point de le fermer. Ce n'est pas ça qui a arrêté le piratage.

    Le deuxième type de réseau va être attaqué.. au point de fermer ? Ce n'est pas ça qui va arrêter le piratage. va pour le troisième type

  • votre critique sur le silence de la loi sur les modalités de recours est excessive, la procédure relevant du pouvoir réglementaire, une fois que la loi a fixé la juridiction compétente et son pouvoir de pleine juridiction: vous noterez à ce sujet que le législateur reprend une terminologie qui s'applique d'habitude au contentieux administratif mais il est vrai que le législateur a entendu déroger au principe de séparation des pouvoirs (le juge administratif est compétent pour connaitre des recours contre les décisions prises par les autorités publiques dans l'exercice de leur prérogative de puissance publique, CC 1987 Conseil de la concurrence) tout en fixant les garanties de contrôle inspirés du contentieux administratif et du juge administratif.
    Un peu contradictoire le législateur puisque cela revient à reconnaître l'efficacité du recours en annulation devant son juge naturel, le juge administratif sauf qu'ici le juge compétent est le juge judiciaire, au nom de la tradition autovalidante, le JJ gardien des libertés.
    Ensuite, le juge compétent (sans doute la cour d'appel de paris, comme pour le conseil de la concurrence ?) opérera un contrôle de la légalité avec en plus un pouvoir de réformation de la sanction et de son quantum.
    Je ne vois donc rien, sur ce point, d'anormal

  • Le plus marrant c'est la conclusion de Gilles : l'Europe est contre. Encore une usine à gaz qui va alourdir le bilan carbone de l'assemblée nationale. Il faudra créer une section "crimes contre l'environement, à la cour de justice européenne". Législateurs ringards, bavasseurs jusqu'à la nausée, incompétents, à la solde des lobbies. Qu'ils s'achètent donc une épine dorsale.

  • Manifestation contre la loi hadopi.
    demain jeudi 12 Mars
    en face l'assemblée nationale 18h

    buzzez!

  • Je ne comprend rien : en fait il n'y a qu'une toute petite partie des oeuvres qui seront protégées. Quid des Photos, livres, Bd, Partitions, ect qui sont en ligne ?

    C'est encore une loi "sur-mesure" pour les Majors, à l'identique de la Loi sur l'Audiovisuel.

    Ce qui m'inquiète en plus de ce qui vient d'être dit, c'est le prix de tout ça : quand on comprend la complexité du sujet, la mise en oeuvre va nécessiter des moyens colossaux.

    Sur le fond, on a d'un coté une économie dynamique (Internet et FAI) et de l'autre côté des rentiers/conservateurs (les Majors). Le gouvernement choisi donc d'orienter sa politique sur le conservatisme : on avait bien besoin de ça en période actuelle.

  • Il n'y a surtout qu'une partie surveillée.

    Mais j'encourage antimythe a lire ceci :
    http://www.clubic.com/actualite-263732-usurper-adresse-ip-constat-huissier-que-choisir.html

  • On va se marrer je sens avec cette loi débile. Bousillez dare-dare votre wifi, vos voisins ça se trouve y surfent déjà...

  • Perso, je me demande si cette loi n'est pas un écran de fumée (un attrape-nigaud ?) qui cache autre chose ; en effet c'est un premier jalon pour le CONTROLE d'internet !

    Une fois adoptée "pour les artistes" (tu parles), "on" pourra l'étendre de façon indéfinie à toutes sortes de secteurs, comme le fichage ADN, qu'on ne pouvait pas être contre, puisque c'était contre les vilains violeurs ;->

  • Vais m'refaire l'intégrale de la série " Le prisonnier " moi tiens...

  • Je vais à la médiathèque et j'emprunte quelques CD ou DVD.
    Ou chez des copains et je leur en prête aussi, bien sur.
    C'est bien, on voit des gens, on parle et on rit et d'ailleurs la bibliothécaire ne me laisse pas de bois.

    Sur le tas, des fois il y en a un que que j'aimerai réécouter.
    Je le copie, c'est légal, Copie Privée selon je ne sais plus quel code et même taxé puisqu'il y a un modeste montant prélevé sur tous les supports vierges.

    Reproduire le même système sur Internet et l'implémenter en droit, c'était sans doute trop compliqué pour un ministre épris de culture.

  • A propos d'Internet, la vaste toile a plus de 40 ans, elle est de septembre 1969 dans ses premières applications.
    Le premier e-mail date de 1971 et la Reine Elizabeth 2 envoya en fanfare le 8ième E-mail, le 1er Août 71 je crois...
    Le premier Spam est du 10 Octobre 78, et les cornichons scientifiques qui laissèrent un de leur visiteurs envoyer un message de ce genre, un représentant en "prêt à porter", à 800 personnes, pour lui faire une belle démo technique..... Ils s'en mordent encore les doigts!

    Pour ma part, j'ai utilisé des commandes DOS sur fond noir pour accéder à des pages, et le e-mail pour ma première fois en 92.
    Mais le WEB tel que nous le fréquentons, il a eu 20 ans le vendredi 13 mars 2009, je l'avais oublié mais le Soir me l'a rappelé:

    http://www.lesoir.be/la_vie_du_net/actunet/on-n-a-pas-tous-les-jours-2009-03-13-695703.shtml
    http://archives.lesoir.be/il-y-aurait-desormais-1-600-000-internautes-belges-le-n_t-19990917-Z0H8J7.a.html?&v5=1

    Bravo à Tim Bemers et Robert Caiillau du Cern, même s'ils se déclarent consternés par certaines "dérives!
    Bon anniversaire!

    Bien navicalement / Met vriendelijke groeten
    Thierry Bressol OR1
    - Le matelot blogueur, ex-ingénieur radio et ancien officier de la marine marchande

  • Beaucoup plus modestement que la Reine Elizabeth 2 qui envoya en fanfare et devant les médias le 8ième E-mail, j'ai envoyé le 813ème SMS lors d 'une séance de tests en 1994.
    Ce service de radiotéléphonie mobile GSM n'était à l'origine, qu'une astuce "bête" et un moyen de test pour s'échanger les mots de passe informatique de supervision cellulaire à distance, (par les "voies de signalisation") puis des rendez-vous sur site, puis....
    Quand des "commerciaux ont su que ça existait, et qu'on les a fait utiliser ça, et ben.... Vooilà.

  • J'adore l'idée que les techniques pour contourner cette loi sont considérées comme n'étant connues que par des marginaux (pas d'exclusion, juste dans mon idée une petite frange de la population d'internet).

    Toute une génération est née avec Internet et les ordinateurs... et m'est avis que les petits script kiddies ne sont pas si peu nombreux que ça. Ils sont même sans doute bien plus que je l'imagine. Question d'intérêt, malgré les mauvaises méthodes utilisées.

    Et veuillez croire que les Mr Toutlemonde utilisant Internet comme un journal et une boîte aux lettres next-gen ont tous ou presque des contenus soumis au droit d'auteur, en le sachant ou non, dans leurs disques durs, rien qu'en utilisant du preloading dans son navigateur par exemple...

  • Et puis d'abord, le premier problème ... c'est la preuve !

    Qu'est-ce qui va servir de preuve, hein ? Une suite de chiffres (la fameuse "adresse IP") fournie par un "tiers", qui n'est certainement pas fiable, et certainement pas "de confiance". Et puis, si ce "tiers" décide d'ajouter tout plein de fausses "adresses IP", comme l'a annoncé The Pirate Bay ... Ça va être épique !

    Soit tout plein d'innocents seront touchés, soit des dépenses astronomiques (au regard des faits) seront faites pour séparer l'ivraie du bon grain...

  • Hadopi, c'est surtout une grosse arnaque de plus, qui ne sert strictement à rien, si ce n'est de venir au secours d'Edvige, pour compléter les fichiers globaux, à multi-usages....
    Pas pire que les errements de Staline ou Mao, mais ça commence à y ressembler. Etonnant qu'on n'ait pas encore inventé un radar détecteur de téléchargements, avec fichage et envoi automatique des lettres de félicitations, à fins d'y coller les timbres amendes.

  • A qui fait défaut l’argent que les français n’ont pas les moyens de dépenser....??????

  • Au fond dans cette affaire de machin bancal, la culture a bon dos.
    Internet est encore un média libre et cela ne peut plaire aux partisans d'un pouvoir fort, qu'il soit socialo bureaucratique comme en Chine ou dans les théocraties ou qu'il soit néo conservateur comme chez les anglo-saxons. Ici c'est un drôle de mélange.
    Il y a déjà en place des structures qui fonctionnent bien comme dans la lutte contre la cyberpédophilie ou contre d'autres crimes et délits.
    Mais ce n'est pas suffisant, d'aucuns veulent se donner les outils et les structures pour surveiller, contrôler, réprimer tout ce qui bouge. Mettre la toile en liberté surveillée.
    Quitte à bricoler à tous les étages.
    Ce ne sera pas sans mal, les débats ne passent pas comme une lettre à la Poste, on verra ce qu'en dira le Conseil Constitutionnel, on verra si l'Europe réussit à faire valoir ses valeurs.

  • Bonjour,

    une petite question : cette nouvelle loi a-t-elle prévu la suppression de toutes les taxes qu'on avait fait peser au fil du temps sur les cassettes, les CD et DVD vierges et plus récemment les mémoires RAM et les disques durs, pour nous avait-on dit compenser le manque à gagner des artistes du fait de copies d'œuvres enregistrées ?

    Si la nouvelle surveillance mise en place met un terme à ces copies illicites, il serait choquant de continuer à payer pour celles-ci.

  • "La loi française a tenu 3semaines!

    "Riposte graduée : les eurodéputés disent non à la coupure Internet
    Le Parlement européen a estimé que couper l'accès à Internet à un citoyen reviendrait à le priver d'un droit fondamental.

    "Anne Confolant 27-03-2009

    "Alors que l'examen du projet de loi Création et Internet reprend devant l'Assemblée Nationale le 30 mars, les députés européens viennent officiellement de se prononcer contre la coupure de l'accès à Internet, qui fait partie intégrante du concept de riposte graduée voulu par Christine Albanel.

  • Caramba, encore raté ! lol

  • pété de rire le Fran.........yépiiiiiiiiiiiiiii

  • Caramba, encore raté ! Effectivement...
    Je dirais même plus, mille Millions de mille sabords!!!
    Cette fois tous fermés dans le gros temps....
    Je n'ai relu que les commentaires récents ici faute de temps.
    Cela dit l'un(e) de nous disait l'idée principale, ces gens haïssent internet encore plus que les régimes Chinois, Tunisien et Birmans réunis, car en France ils n'ont pas la possibilité facile de clouer le bec de presque tout le monde...
    Leurs tentatives maladroites de museler et contrôler le web sont pathétiques et ridicules, ils "leur faudra" faire venir des conseillers chinois et assumer s'ils veulent arriver "à quelque chose"...

    Caramba! C'est bien le mot.

  • Publié le 27/03/2009 à 09:47 - Modifié le 28/03/2009 à 13:55 Le Point.fr

    INTERVIEW - La loi Hadopi mènerait à une exclusion démocratique
    Propos recueillis par Laurène Rimondi


    http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/interview-la-loi-hadopi-menerait-a-une-exclusion-democratique/1387/0/329546

  • Ben oui!
    Pour certains "la toile" devrait être et rester une zone de total non droit ou tout est permis.
    (ce fut longtemps dans l'air du temps, le "n'importe quoi, n'importe comment")

    L'abonné que je suis à un courrier e-mail de Telerama a eu connaissance de ceci, qui enrichit le débat:
    http://www.telerama.fr/techno/creation-et-internet-une-tribune-d-olivier-cazeneuve,41026.php
    En effet, la loi "Hadopi" est débattue en ce moment....
    Le fait est que la situation est grave car il existe un enjeu fort:

    Je me répète, la généralisation du haut -débit chez le grand public,
    tel que l'Internet "complété" par le www entre 1989 et 92, ce fut
    une catastrophe annoncée, avant même qu'il ne se répande.
    Sur le coup en 1999, je me suis dit:
    Ce sera désastreux économiquement, et ne fut pas le seul! Malgré les très précoces avertissements des techniciens et des artistes lucides, RIEN n'a été fait. Maintenant, "on est dedans"...

    Quand on voit ce qui est arrivé au point de vue musical, on peut craindre le pire à propos du cinéma!
    - Je viens d'écouter l'opinion de Costa Gavras, ils sont tous d'accords les "Pro" du cinéma:
    - Il FAUT absolument faire quelque chose, car sinon, ils ne pourront plus financer leurs films.
    Les artistes musiciens, les meilleurs, gagnent souvent plus avec leurs spectacles en publics qu'avec les disques, surtout maintenant! Mais "ça baisse" avec la crise.
    Ceci dit ils peuvent s'en sortir "en bricolant" et certains types d'oeuvres musicales, ne souffrent pas des téléchargement à la hussarde.
    Tandis que... Avec le cinéma, il faut énormément d'argent pour tourner un vrai film, ceci bien avant de commencer à gagner le premier centime!
    C'est dire que si les petits trouducs qui ne réfléchissent pas (je sais bien qu'ils ne le feront pas) et s'ils pompent la musique ou les films par tous les moyens aussi vite que possible, bien avant la sortie publique des nouveaux films, et bien tôt ou tard....
    Il n'y aura plus de vrai cinéma!
    La "culture de gratuité" qui s'est installée sur le "net" est désastreuse à terme. Car elle ignore le fait simple que le gratuit en réalité ne l'est pas...
    Il ya toujours quelqu'un ou quelque chose qui paie à notre place quand c'est "gratuit".
    (souvent d'ailleurs, c'est nous, plus tard et autrement!!
    C'est dire l'autisme généralisé des "téléchargeurs")
    Et faire comprendre cela à ceux qui "téléchargent", et bien.... Bonjour la galère!
    (ça se saurait, si c'était possible)
    Le prix qui sera payé finalement, sera très cher!!
    (on regrettera même que ce prix ne soit pas en argent)

    Maintenant aucun retour en arrière n'étant possible en matière de musique, il faudrait barricader pour le cinéma, si ce n'est pas déjà un peu tard...
    Le malheur, c'est qu'avec ce régime incompétent et Pimprenelle au ministère de la culture...
    On a cette usine à gaz dont ont peut se demander quels nouveaux emmerdements ça va fabriquer, que va-t-il arriver?
    Je pense que la répression sera tôt ou tard nécessaire, parce qu'on a laissé pourrir le problème trop longtemps.
    - Mais! La répression n'est pas la solution, c'est une digue qui sera débordée.
    - Et... Une solution purement technique "bloquante" pour empêcher le piratage, sera presque toujours elle aussi "larguée" tôt ou tard.

    L'enjeu est la survie du vrai cinéma. Il serait temps de consulter les "intéressés", c.à.d. les cinéastes, et de Communiquer vraiment sur ce dangereux phénomène.
    Une réflexion politique et collective de fond, qui ne peut qu'être internationale, juridique et technique, est devenue absolument nécessaire et incontournable pour inventer à terme, un nouveau "business modèle" pour financer la Création. Car "en l'état", la situation ne sera plus tenable.
    Et c'est urgent!
    Qui a vraiment intérêt à laisser détruire, par des cons, le Cinéma??
    Ce n'est pas avec ce bricolage juridique qu'on va solutionner ce problème, naturellement très vicieux.

    Le superbe progrès technique que fut l'amélioration de la connexion, s'est transformé en un désastre culturel: (par son mauvais usage comme d'habitude)
    Ce qui assurait le maintien et la valorisation d'une civilisation de l'Ecrit, pour ne pas dire la Civilisation "tout court", est devenu une centre de vidéocrassie...
    Etait-ce inévitable? No sé. Mais je ne le crois pas.
    Ceci prouve une fois de plus que la nature humaine étant ce que nous savons, la Règlementation stricte est (hélas) toujours nécessaire!
    Cette réglementation et le nouveau "business modèle", ils doivent "aller de soi", comme ce fut longtemps le cas de l'ancienne façon de financer la création.
    Faut faire preuve d'imagination, ça c'est sûr!
    Les cinéastes et les musiciens doivent être consultés avec "la distribution", mais AVANT elle.
    Ceci étant, pour éviter l'invasion par la pub!!!
    Souvenons nous des radios libres associatives en 1981/82, qui furent polluées par la pub qlq années plus tard.
    Sur Internet, la pub devient envahissante, et il est très difficile d'arracher ou de peindre en noir les affiches! Telle est la seconde menace sur le cinéma. Quand il ne restera que la pub, on sera dans la chierie pure, finalisée et cristallisée. Voyez-vous mêmes, les skyrock etc...

    Sauver la culture de ce modèle, ce régime semble essayer qlq chose, mais comme ça se passe, j'ai des doutes!

    Met vriendelijke groeten / Bien amicalement & navicalmement
    Thierry Bressol OR1
    - Le matelot blogueur, ex-ingénieur radio et Consultant Telecom et ancien officier de la marine marchande
    http://souvenirs-de-mer.blogdns.net/spip.php?article261
    - J'ai parmi mes correspondants irréguliers, un des gars rencontrés
    à cette occasion, il m'a confirmé tout cela, "ça craint". C'est bien ce qu'il a dit!

  • Messieurs les Parlementaires soyez sérieux,
    Imaginons dans la famille Internet Haut débit , le père, la mère et trois enfants, chacun raccordé à l'ADSL sur une même adresse IP par WIFI ce qui est désormais courant, un seul vilain canard de la famille télécharge illégalement, les quatre autres vont-ils voir leur connexion coupée, en vertu de l'individualisation des peines???
    Messieyrs les Parlementaires vous pouvez mieux faire!
    De Jacques VERRECCHIA
    Avocat à la Cour
    Spécialiste en Droit de la Propriété Intellectuelle

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu