Avertir le modérateur

Heuliez : Dix millions pourquoi ?

heuliez-friendly-2.jpgRenflouer Heuliez ? Si je pense aux salariés, menacés de perdre leur emploi, je dis oui. Le chômage est une telle glue... Mais si je prends en compte les règles basiques du financement d’entrepris, j’ai de quoi m’interroger.

Disons les choses simplement : le marché est la raison d’être d’une entreprise. Disons le encore plus : une entreprise qui n’a pas de marché n’a pas de raison d’exister, en tant qu’entreprise. Si elle exerce une tâche d’intérêt général, la collectivité publique doit apporter son soutien, dans la mesure de l’apport de cette tâche au bien commun. Et meme, en dehors de service publics d’Etat, accomplissant des missions d’intérêt général, de la Défense à la Justice en passant par l’Education, les actions des structures publiques n’ont d’avenir que sur des bases économiques saines : le directeur d’un hôpital ou d’une maison de la culture en est convaincu.trouvez-une-alternative-a-la-faillite-personnelle-id599.jpg

Alors, tout faire pour sauver une entreprise, ses emplois, et les emplois indirects, d’accord. Mais à condition de ne pas faire n’importe quoi, sauf à prévoir de cruelles et coûteuses désillusions, et à créer ailleurs des incompréhension et des rancoeurs. Car les entreprise, qui ont eu un beau passé, qui évoquent des perspectives d’avenir stimulantes, mais qui présentent pour les mois à venir un business plan rêveur et non financé, il y en a à la pelle. Je vois plus d’un chef d’entreprise, qui la mort dans l’âme, doit se rendre au greffe du tribunal de commerce pour remplir un dossier de déclaration de cessation de paiement, en faisant tout pour tenter de trouver une solution de redémarrage, et qui bute obstinément sur ces deux questions : le flou du business plan, et la finance. Faut-il faire la liste des sociétés, avec un véritable savoir-faire et des bush-chute.jpgsalariés compétents, qui ont du déposer le bilan car une crise de trésorerie les empêchait de payer l’URSAFF ou la TVA ?

Que l’affaire de Heuliez soit économiquement et socialement préoccupante, pas de doute. Mais que l’Etat et une région, qui ne connaissent que le financement par les impôts, s’engagent et prennent des risques que ni les banques, ni les industriels du secteur ne veulent prendre… Il y a  tout de même de quoi se poser de sérieuses questions. C’est ce qu’avait répondu le fameux Fonds stratégique d’investissement  (FSI), une caisse publique : «Le fonds n’intervient qu’à condition que le projet porté par l’entreprise soit rentable. Le FSI n’est pas là pour combler les trésoreries.»

Soutenir financièrement Heuliez, et à hauteur de 10 millions d’euros, certainement si la démonstration publique est apportée cavale-sans-issue.jpgque ni les banques, ni les industriels, ni le FSI n’ont compris l’avenir de la société. C’est possible, mais il va falloir argumenter, tant pour légitimer cet engagement sur fond publics, que pour définir les critères qui permettent de justifier ce choix pour Heuliez et de le rejeter pour d’autres entreprises, tout aussi méritoires.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ces argumentaires se font attendre. L’entreprise est sous sauvegarde judiciaire depuis octobre 2007, soit 18 mois, et sans solution économique.  Qu’explique Bercy à Libération : «Heuliez va mal et ce n’est pas lié à la crise. Ses activités traditionnelles autour des décapotables n’ont plus de raison d’être car les constructeurs ont fini par les intégrer. » Précisons. En quelques années, Heuliez a perdu des partenariats importants, notamment auprès de PSA Peugeot Citroën, qui fabrique en direct. Ca, ça ne se rattrape pas. Et les voitures électriques, ce ne sont pas des ventes assurées pour demain. D’où le largage les banques, les partenaires industriels qui se cassent, et le tribunal de commerce  qui en 18 mois n’a pas trouvé de solution... Ce que demande le FSI n’est pas idiot : un nouveau plan avec des alliances au sein d’un vaste programme de véhicule électrique français, et une restructuration des activités traditionnelles, qui en l’état, plombent les comptes.

Je peux me tromper. Mais ce qui est sur, c’est que les arguments convaincants, je les attends encore, et qu’une aide publique ne saurait être discriminante.  

 

faillite-banque.jpg

Commentaires

  • Dommage qu'il n'y ait pas grand chose à commenter du côté du droit.

  • J'ai lu le lvre de Montaldo sur les tribunaux de commerce, il y a un certain temps. Il n'y a pas grand chose à attendre de ces juridictions, elles empirent souvent les choses.

  • "pas grand chose à commenter du côté du droit"? ...meme sous l'angle du droit de l'entreprise ou du droit de la faillite, qui font la moitié de l'activité des cabinets d'avocats?

    Montaldo avait écrit à charge, uniquement. Le bilan des tribunaux de commerce n'est pas si mauvais, car sinon, comptez sur le lobby industriel pour les exploser.

    De plus, nous parlons ici de l'entrepriise en difficulté, et le tribunal de commerce siège sous la présidence d'un magistrat et en présence du procureur. Dix huit mois de sauvegarde, sans solution, c'est un très très mauvais signe.

    le discours de l'entreprise et des politiques est plus que douteux. "j'ai des marchés fructueux qui m'attendent, et les collecivités doivent financer. " Mais si ces perspecives sont si fructueuses, pourquoi les partenaires industriels et financiers, qui a priori cherchent à faire des affaires se cassent? Est-ce à la collectivitté publique, qui n'est formée pour cela, de prendre les risques financiers et indutriels que refusent les pros???

  • Eh,oui cela me rappel le bon temps de tonton ou l'on finançait les charbonnage de France a coup de subvention pour fermer toutes les mines quelques années après nous avions a l'époque un ministre communiste a la santé Ralite qui en avait rajouter une couche en faisant transformer les chaufferies des hôpitaux fonctionnant au fuel en chaufferie charbon Ils a fallut la aussi revenir en arrière peu de temps après
    dans les années 90 Edf ne savait pas quoi faire de sa surproduction électrique et proposait aux institutions et maisons de soins et de retraites la pose gratuite d'une ensemble chauffage eau chaude électrique et un engagement de 9 ans de fourniture électrique a un cout inférieur a la thermie fuel,avec une remise a l'état d'origine a la fin du contrat
    La nationalisation du crédit Lyonnais,voila encore une gabegie financière que nous payons encore aujourd'hui
    Enfin si on regarde les comptes de l'état et des collectivités locales et ,s'il fallait leurs appliquer les règles comptables et de gestions des entreprises ils seraient tous en faillite

  • Nos "fleurons des nationalisées"
    EDF qui a laissée les barrages hydro-electrique sans entretien ce qui va un jour nous couter une subvention bonbon Des lignes haute tension limitent saturation,des centrales qui devraient être fermées et démontées et que l'on "prolonge",car de toute façon on n'a pas provisionné le couts exorbitants de la mise hors service
    SNCF Fermeture de lignes,abandon du transports de marchandise,absence d'entretien des caténaires,non remplacement des rames obsolètes etc
    La santé On a laissé se créer des hôpitaux la ou les camarades politiques du moment le demandaient et non en fonction de l'intérêt général ,moralité aujourd'hui on rafistole a coup de millions d'euros
    L'armée Dont plus de 5%du matériel est soit obsolète,soit immobilisés faute de réparations ou et de pièces de rechanges

  • Démosntration imparable... Tout juste peut-on remarquer que dans les périodes de crises, les entreprises se font fourmis mais n'ont pas les moyens par exemple de mieux former leurs employés pour se rediriger vers d'autres activités (par exemple tournées vers l'environnement), et qu'en période d'embellie (jusqu'à la crise donc), les entreprises se font cigale en s'evertuant à montrer aux boursicoteurs comment elles peuvent être rentables, sans offrir de formations à leurs employés par exemple.

  • Pour l'armée c'est plus de 50% des véhicules et des engins (tanks,avions helico etc...)qui ne sont pas opérationnel faute de crédits

  • @antimythe
    Si l'Etat était comparé au privé, on demanderait au président de rembourser son augmentation de salaire, octroyée dans un structure pourtant en faillite...De la retenue, de la décence, mais pour les autres surtout.



    D'autre part il y a une grande méconnaissance du système français tel qu'il est. Arrêtons les marchés publics qui alourdissent la dette publique, vous verrez le nombre de trés grosses boîtes qui mettront la clé sous la porte, des boîtes pourtant " bien gérées" dans l'imaginaire du quidam...

  • vous m'avez bien compris, je déplorais seulement que votre billet ne traite pas plus du droit en soit bein que pour l'espèce il y ait pas grand chose à se mettre sous la dent..
    bref, bonne journée

  • C'est le résultat d'une mauvaise gestion permanente, qui ne date pas d'hier.
    Dans un environnement de concurrence forcenée et déloyale souvent, avec une évolution technologique qui ne traine pas elle non plus, ça ne pardonne pas.
    Il faut voir à long terme et loin devant quand on est aux commandes.... Nous voyons que là comme dans le monde financier...
    Boum!
    D'autre part dans le présent cas d'Heuliez, il y a bien eu un long laisser-aller pour en arriver là.
    Le blog-captain a raison de rappeler que ce n'est pas depuis la présente crise que ça va mal dans cette boîte.
    En fait ils se sont laissés plumer! Peut-être même aussi c'est fait exprès dans le cadre d'une stratégie tordue élaborée bien au-dessus de l'entreprise.
    C'est arrivé avec la construction navale qui fut partiellement détruite volontairement par les "politiques" durant les années 80, à Dunkerque, Nantes, La Ciotat, La Seyne sur Mer etc.
    Tout cela pour s'emparer des terrains par exemple, et pour se débarrasser aussi des "mauvais électeurs"... Parfois les raisons profondes et inavouables sont très subtiles. Mais le résultat est là:
    - On a voulu se débarrasser des gens et on l'a fait! Et trop peu de gens concernés en ont été conscients, ou bien c'était trop tard.
    Nous savons maintenant, surtout en ce moment que l'intérêt collectif général n'est pas pris en compte par ceux qui nous gouvernent. C'est la saison des cadeaux pour les uns, et de l'ANPE pour les autres.
    Et on tenter encore de faire croire que c'est inévitable. Parfrosi en tout cas c'est trop tard! Il fallait réfléchir, avant de voter.

    Bien navicalement / Met vriendelijke groeten
    - Le matelot blogueur, ex-ingénieur radio et ancien officier de la marine marchande

  • C'est une situation bien complexe : le business plan d'Heulliez ne semble pas tenir la route (sans mauvais jeu de mot). Est-ce à l'état et aux collectivités locales de déverser des fonds dans un tonneau des Danaïdes, je ne le crois pas non plus. Tiens, je savais pas que c'était chez Sego (question subsidiaire)
    Traditionnellement les voitures françaises étaient faites à 75% par les sous-traitants, dans le présent marasme il semble que cette tendance s'inverse, et il y a beaucoup d'autres fermetures à craindre.
    Je pense aux salariés qui doivent passer par une montagne russe émotionnelle : espoir,désespoir,colère,dépression. Dans ce genre de situation, politiques et syndicats jouent un drôle de jeu en donnant de faux espoirs aux employés qui sont prêts à rejouer Fort Chabrol.
    Le propiétaire a bien le droit de jeter l'éponge, sans vouloir engloutir ce qui lui reste de capital. Protection judiciaire, c'est un moratoire, genre chapître onze ?
    Dix huit mois de prolongations, c'est déja beaucoup ; pendant ces dix huit mois aucune solution n'a été trouvée et il serait peut-être plus honnête d'annoncer aux salariés que les carottes son cuites, malheureusement.
    Ils deviennent otages de luttes bassement politiques, et ça ne fait pas grand chose pour améliorer leur sort.

  • Autre équipementier en difficulté : Valeo qui défraie la chronique avec les indemnités de départ des dirigeants. Je crois qu'il y a beaucoup de démagogie dans le lynchage médiatique des dits dirigeants. C'est aux actionnaires de savoir s'ils sont assez con pour mettre l'argent par les fenêtres, ce sont des négociations d'ordre privé.
    Après tout, ces mêmes dirigeants ont peut-être travaillé d'arrache-pied pour limiter le nombre de licenciements.
    Je crains beaucoup le mélange des genres public/privé et ce FSI.
    J'ai aussi de fortes préventions contre les "juristes/financiers" comme madame Lagarde dont l'expérience américaine est remarquable. Le talent des "juristes/financiers" consiste, pour les plus doués, à touver les failles du système juridique et à prendre un temps d'avance sur la loi qui ne manquera d'être vôtée pour réprimer des pratiques douteuses.
    Ils auront gagné un an ou deux, et engrangé des bénéfices indus pendant ce temps.
    Je ne suis toujours pas remis du coup du tribunal arbitral de Tapie.
    Qu'est-ce t'en penses Fran ?

  • Je pense que ce système de vote en conseil d'administration ( CA ) de primes pour lui, d'indemnités pour l'autre est un échange de services au sein d'une caste de grands patrons, avec une logique de réseau. Aujourd'hui on vote pour machin, bidule et truc votent favorablement, machin s'en souviendra lorsqu'il siègera dans leur CA...Ils ont trouvé la poule aux oeufs d'or et l'essorent tant que ça pond, même si crise il y a. Alors Sarko, qu'il le pense ou pas, a raison de le dire, c'est indécent, malsain, improductif, scandaleux...
    Et non je ne pense pas que c'est le prix à payer pour garder ces fantastiques managers que le mond entier nous envie.

  • Dans le cas de Valeo, le patron prend une indemnité de deux ans de salaire après vingt ans de boîte, ça ne me parait pas extravagant. Je trouve le cas de Bouton plus choquant, non pas que les stock options soient un mauvais système, mes ces plans devraient concerner tous les employés, du président au balayeur, et pas quelques dirigeants seulement.

  • Mais nom d'un chien, mais, tu es de gauche ?!...lol

    Pour Valeo, vu la situation de la boîte, c'est anormal. La rémuneration c'est du fixe et du variable indexé sur le résultat. Si le résultat est négatif, t'as que le fixe, point. Demande aux VRP...

  • J'ai travaillé pour un boîte où le plan de stock options était réparti sur tout le personnel, évidemment c'était une boîte étrangère...
    Je n'ai plus en tête le calcul des indemnités de licenciement, mais avec 20 ans d'ancienneté il aurait eu 18 mois de salaire, me semble-t-il. Même s'il n'a pas bien performé, il a le droit a des indemnités de licenciement, c'est pour ça que je trouve l'agitation actuelle un peu démago.

  • Licenciement ( ou départ pour les pontes ) pour non-atteinte d'objectifs, c'est faute professionnelle, donc zéro indemnités...

  • Y doit bien y avoir un conseil d'administration et un conseil de surveillance qui n'ont pas fait leur boulot en temps utile. Dans le business toute décision peut-être mise en cause: de la couleur des rideaux jusqu'à la stratégie d'investissement, les dirigeants peuvent apporter beaucoup pendant un temps et s'essouffler ou manquer de se renouveler, ça ne veut pas dire qu'ils soient toujours à jeter aux chiens.

  • Non mais eux jettent bien aux chiens des wagons entiers de quadras et quinquas impossibles à réinsérer, pour ensuite se servir sur l'aide publique, alors pas de quartier.

  • Pas de quartier, branle con de baba ! Euh... branle bas de combat mille sabords, tout le monde aux écoutilles, pendez le au mât de mizaine, reviens Arlette !

  • Pas besoin d'Arlette, qu'on vire les patrons bling-bling, et qu'on en recrute des au moins aussi bons et aimant un peu moins les rolex.
    Et aux chiottes les amalgames et ceux qui les nourrissent.

  • Y en a aussi qui se goinfrent dans le service public :

    http://www.lepoint.fr/actualites-medias/rfi-christine-ockrent-touche-310-000-euros-par-an-selon-les/1253/0/328834

  • @Mathaf

    Y a aussi le type là qui dirige l'autorité des marchés de finances, l'ancien monsieur "europe", il est arrivé à l'AMF et bingo ( ! ) une augmentation de traitement ! Il a justifié ça en déclarant que sa rémunération était décidée par les pouvoirs publics...Okay monsieur, toutes mes confuses.

    Il y a le bas peuple, et pis il y a le haut du panier, le bas subit la crise et se serre sa petite ceinture en coton, le haut continue de se régaler et desserre sa belle ceinture en cuir.
    C'est beau la fraternité sociale en France...

    *****désolé pour ces propos gauchistes*******et vive les réformes !********

  • FRA-TER-NI-TE, t'es rentré dans les ordres ou quoi ? Dans le système capitaliste, l'homme est un loup pour l'homme ; dans le système communiste, c'est l'inverse. (Churchil)
    Si les salariés passaient moins de temps à se bouffer le nez, ils pourraient s'intéresser aux vraies questions, monter de vrais syndicats qui représentent vraiment l'intérêt général. Ca n'a pas été fait depuis la libération.

  • Y a du taf mais c'est envisageable et le gvt actuel travaille sans le savoir dans ce sens, je pense.

  • Il s'agit AVANT TOUT de sauver une entreprise qui a des brevets et qui doit les exploiter, malgré le fait que les umpistes préfèreraient que ses brevets soient rachetés à pas cher par Bolloré & co!!!

    Merci à SEGOLENE ROYAL d'avoir mis en lumière que l'état aller laisser à l'ami du Président, Vincent Bolloré, tout le loisir d'exploiter sans concurrent les brevets de voiture électrique!

    L'état a tellement GASPILLE en donnant aux banques et aux entreprises qui se sont vautrés dans cet argent en se le distribuant en bonus et stock options que je ne vois pas pourquoi quelqu'un ralerait si l'Etat donnait un peu, aussi, à des entreprises moyennes et innovantes!!!

    Il faut quand mêlme investir sur l'avenir et pas uniquement sur les amis de Sarkozyt et de sa soeur Parisot!!!

  • Ben oui Mathaf...
    "...Si les salariés passaient moins de temps à se bouffer le nez, ils pourraient s'intéresser aux vraies questions, monter de vrais syndicats qui représentent vraiment l'intérêt général.
    Ca n'a pas été fait depuis la libération...."

    On ne le répétera jamais assez ça.
    On se le disait encore entre ancien(e)s collègues hier et avant hier soir d'ailleurs!

  • Vous pouvez déjà réserver la Friendly. Pour en savoir plus….
    https://www.heuliez.com/heuliez-electric/index.php

  • Merci pour l'info!
    La région Poitou Charente est vraiment pionnière en éco développement et les anti ségolistes s'étranglent de rage!
    C'est pas à Lille ou à Asnières qu'on verrait ça!!!

  • Est ce que celà ne pose pas tout simplement le problème du management directorial de l'entreprise ?
    Si Heulliez se retrouve aujourd'hui sans véritable base commerciale, avec une gamme non crédible et un plan de charge sinistré, alors que -comme vous l'écrivez, il y a eu un nombre suffisant de signes avant-coureurs (internalisation par les constructeurs des séries qui faisaient le carnet de vente..), n'est-ce pas parce que les dirigeants de l'entreprise n'ont su voir venir la faillite ?
    Il y a là quelque chose de malsain dans notre société industrielle, à considérer que des dirigeants doivent gagner énormément du fait de leurs responsabilités, et à les absoudre dès qu'ils ont failli ....

  • N'essayez pas de nous faire croire que les dirigeants d'heuliez sont plus incompétents que ceux de Renault, de Peugeot ou que Pérol et sa formidable idée de Natixis qui a ravagé les deux banques dont il va prendre la tête!!!

    Allons! Allons!!!
    Si l'Etat arrêtait de se laisser mener par les lobbyes des armes et du pétrole, la voiture électrique aurait déjà innondé le marché!

    En tout cas, si Sarkozy a donné des milliards à Renault et à Peugeot, si il a distribué des milliards à des banquiers incompétents et toxiques pour la société, c'est le moins qu'il puisse faire de donner l'aumone qu'il a consentie à Heuliez!

    Heureusement que Mme Royal est tenace et que, à la différence de Sarkozy avec Grandrange, elle ne laissera pas sombrer Heuliez!
    Et ça, ça doit réchauffer le coeur des salariés que l'Etat et Sarkozy s'apprêtaient à laisser tomber si elle n'avait pas mis Heuliez sous les feux de l'actualité médiatique!

  • Mais on la love ta Sego, c'est notre purin d'ortie à nous.

  • à Mathaf Hacker

    le purin d'ortie est bien plus agréable que tes relents ...

    tu l'aimes, tu l'aimes pas, c'est pas le problème du peuple qui souffre et qui lutte pour sa survie...

    Ségolène Royal affole la droite, et c'est pour ça qu'on la soutient!

    Va voir à Heuliez si on préfère Sarko ou Ségo??? celui qui ment ou celle qui lutte???

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu