Avertir le modérateur

Il saoule sa fille, âgée de deux ans

dyn008_original_313_502_pjpeg_2565708_afdc6e10bb837bb45808f559c171a588.jpgIl y a quand même des gus qui roulent sur la jante. Un week-end avec le papa, et la fillette est rendue à la mère avec une alcoolémie de 1,7 g.

L’enfant n’a que deux ans, mais les parents sont déjà séparés. La résidence habituelle est fixée chez la mère, et le père bénéficie d’un droit de visite le week-end.

Le 4 janvier dernier, la mère récupère l’enfant en début de soirée, et observe un comportement curieux, l’enfant «titubant et se montrant très excitée», rapporte Le Parisien. Vu ce que l’on sait depuis, on peut imaginer aussi une haleine inhabituelle chez un enfant...

La mère prend la direction des urgences pédiatriques de l’hôpital, où un bilan sanguin est effectuée : l’alcoolémie ressort à 1,7 gr d'alcool dans le sang. Approcher les 2 gr pour un adulte peut être un motif d’hospitalisation pour surveillance.

La mère aussitôt va porter plainte. Le père, placé en garde à vue, reconnaît qu’il s’agit de whisky. Mais sa version des faits, est que c’est la fillette qui a profité d’un moment d’inattention du père pour ouvrir toute seule la bouteille de whisky et en siffler le contenu.

Le procureur n’avait pas été franchement convaincu, d’où la convocation devant lenm-photo-212461.jpg tribunal correctionnel de Créteil, ce mercredi,  pour administration de substance nuisible, infraction est définie par l’article 222-15 du code pénal. Pour que l’infraction soit constituée, il faut trois éléments :

-          un acte  positif d’administration, soit en l’occurrence le fait d’avoir fait boire l’enfant ;

-          une substance nuisible, et il ne fait pas de doute que l’alcool, dont la consommation  réglementée de par ses dangers, est une substance nuisible pour un enfant de deux ans ;

-          un préjudice, constituée en l’espèce par cette alcoolisation aigüe de l’enfant, justifiant d’une surveillance en milieu hospitalier. 

2194071643_small_1.jpgLe procureur avait requis une peine de 6 à 8 mois de prison. Devant le tribunal, le père a ré-expliqué qu’il n’y était pour rien, et qu’il pouvait juste se reprocher un défaut d’attention. Mais ce n’était pas lui qui avait fait boire l’enfant. Le tribunal a écarté ces arguments, et a condamné le père à 10 mois de prison, dont 4 avec sursis. Ce qui signifie que le père va devoir effectuer 6 mois fermes, et qu’il restera pendant 5 ans un suris de 4 mois, prêt à tomber si une nouvelle infraction devait survenir.

Manifestement, le père  n’en aura pas fini avec la justice.

 

D’abord, on se trouve dans l'un des cas rares où peut être envisagé un retrait de l’autorité parentale, par application de l’article  378-1 du Code civil : « Peuvent se voir retirer totalement l'autorité parentale, en dehors de toute condamnation pénale, les père et mère qui, soit par de mauvais traitements, soit par une consommation habituelle et excessive de boissons alcooliques ou un usage de stupéfiants, soit par une inconduite notoire ou des comportements délictueux, soit par un défaut de soins ou un manque de direction, mettent manifestement en danger la sécurité, la santé ou la moralité de l'enfant. »

 

Danger manifeste pour l’enfant..., nous y sommes. Les tribunaux hésitent souvent à prononcer cette mesure, qui revient à faire disparaître le père de l’éducation de l’enfant. Or, cette jeune fillette de 2 ans a besoin de ce rapport paternel. Vouloir l'effacer, c’est prendre le risque de le voir resurgir plus tard, irraisonné.

 

La solution est sans doute de s’orienter vers un droit de visite exercé dans un lieu neutre, c’est-à-dire un lieu d’accueil public, encadré par des travailleurs sociaux, pour patiemment, repartir de l’avant. Ne pas tout casser, et laisser une chance au retour de la confiance.

 

 

L300xH369_Allance_-_Tu_peux_compter_sur_ton_papa-a1458.jpg

 

Commentaires

  • Gilles,

    Il y a une erreur de typo sur le prononcé de la peine : c'est 10 mois de prison, dont quatre avec sursis.
    Encore un drame de la connerie humaine qui aurait pu se terminer de façon encore plus terrible. Et le père a du en rajouter une louche en niant les faits devant les magistrats.
    Est-ce qu'un mois de prison n'aurait pas suffi pour le faire réflêchir? Plus privation d'autorité parentale évidemment.
    Je ne sais pas pourquoi, je sens que je vais me faire assassiner par le choeur des tricoteuses pour laxisme aggravé...

  • Disons qu'un mois pour avoir mis en danger la vie d'un jeune enfant ne me paraît pas suffisant. Ni pour cet imbécile de père, ni même pour dissuader les autres de le devenir...

  • Rectifié.

    Ce qui a pu conduire à cette (relative) sévérité, c'est le niveau l'alccoolémie atteint. A ce stade, un enfant est proche du comas éthylique, avec un risque de lésions irréversibles.

    Quand meme... la vie n'est pas forcément très simple, et il y a des enfants qui se trouvent avec en plus des handicaps relationnels lourds à dépasser. Quand on dit "juge pour enfants", c'est souvent au volet pénal que l'on songe. Voir les déclarations tous azimuts de l'ex-socialiste Dati, et de tous les choristes du Sarkoband.

    Or, la réalité du travail du juge des enfants, c'est d'abord cette mission de protection.

  • Bonjour Cavalier,

    Ca faisait longtemps... Je me souviens quand je gardais mon petit frère (dix ans de moins), il en profitait pour faire les pires conneries, il adorait mettre les épingles à cheveux dans les prises. Un jour qu'il était dans son bain, il a sifflé un flacon de Méréprine (sédatif léger), derrière mon dos, du coup il est devenu surexcité, on a fait venir le médecin et j'ai pris une bonne engueulade.
    Quand j'ai eu des enfants à mon tour, je ne les quittais jamais des yeux, jusquà l'âge du collège.

  • Encore l'expression concrète d'une société qui tombe malade, pour que
    ça arrive, et au moins une fois que cela se sait, et se condamne, fatalement.

    Proverbe Chinois: "le poisson commence à pourrir par la tête"
    Se référer à l'article précédant consacré à la méthode du quotta policier et....
    A la lettre d'un Gendarme.

  • Bonjour Mathaf,

    Je pense que le problème du père réside aussi dans le fait :
    - qu'il a continué à nier les faits,
    - qu'il a fait preuve d'irresponsabilité en ne conduisant pas sa fille directement chez un médecin. Comment a-t-il pu ne pas remarquer la différence de comportement chez sa fille ?

    Autre hypothèse: sa fille serait devenue soûle à force d'être embrassée par son père....

  • "Quand j'ai eu des enfants à mon tour, je ne les quittais jamais des yeux, jusquà l'âge du collège."

    C'est exactement ce que je fais avec mes 2 fils, c'est un métier à plei ntemps, mais j'ai de l'avance, j'ai fais les conneries avant eux, à leur âge, donc je fais beaiucoup plus de prévention que de répression ( pas de xbox, va dans ta chambre, tu fais 10 lignes, etc ...) :)

  • Je doute qu'un enfant de deux ans aime le goût du whisky et puisse en boire tout seul, en effet. Le magistrats, les JAF, les juges pour enfants, sont assez affûtés pour savoir si le gars en face d'eux ment ou pas. En tout cas il s'est fait bien bastonner.
    Peut-être n'avait-il pas plus envie que ça de "garder" sa fille, mais qu'il voulait quand même excercer son "droit" de garde par principe.

  • Je suggère de former un groupe de travail composé d'élus, de médecins, d'intellectuels, pour réflechir sur un projet de loi visant à installer sur les bouteilles de whisky un message d'information à l'adresse des enfants de 2 ans.
    J'en parle à Nic et e vous dis.

  • Fran,

    Si tu veux faire un Grenelle du whisky pour enfants, il faut t'adresser à Borloo.

  • Alcool ,medoc ,certains parents font ingurgités n'importe quoi a leurs gamins pour qu'ils leurs foutent la paix Les cuillerées de sirop qui font dormir,l'eau de vie qui calme c'est relativement commun dans certaines familles et ce n'est que relativement anodin par rapport a ce que peuvent endurer certains enfants comme mauvais traitements
    Entre ce que l'on appelle pudiquement dans les services de pédiatrie les "enfants secoués",ceux qui tombent a de multiple reprises,ceux qui se brulent a répétition etc etc ...... On pourrait imaginer que les enfants maltraités le sont surtout dans les familles a problèmes sociaux et bien c'est loin d'être ainsi le parent pervers est présent dans toutes les couches sociales,et hélas ce n'est pas nouveau

  • Pas besoin d'être pervers pour maltraiter l'enfant, ça peut être de la simple négligence.

  • Après la guerre de 40 la politique de protection de l'enfance était radicale Les enfants était retirés des familles Les bébés étaient confiées a des pouponnières (sanitaire et sociale ) les enfants et ados confiés aux services de placement familiale de la protection sociale
    Cette politique de retrait quasi systématique sera abandonné dans les années 70 pour donner lieu a une volonté de maintiens a tout prix des liens familiaux Les travailleurs sociaux ayant reçu mission de suivre et faire évoluer ces situations de violences familiales
    Comme toujours en matière éducative et sociale le balancier qui était monté trop haut après guerre est reparti dans l'autre sens probablement aussi trop haut,car le bilan de cette nouvelle politique est plus que nuancé Il est probable que les solutions sont multiples et complexes et qu'ils ne faut ni en exclure certaines ,ni en privilèges d'autres Eviter les attitudes dogmatiques et privilégier les réponses individuels,pour protéger les enfants et maintenir un lien familial dont les contours doivent être évolutif et multi formes

  • ebonjour à tous bonjour Maître


    je me pose plusieurs questions sur cette affaire
    le père était il seul lorsqu'il gardait l'enfant ?
    si oui et dans la mesure où cet homme a fait boire intentionnellement son enfant et ne veut pas protéger une autre personne on peut s'interroger sur ses motivations car si cet homme est responsable de ses actes on peut légitimement penser qu'il a voulu tuer l'enfant

    pourquoi les juges ne l'ont -il pas poursuivi pour ce chef d'accusation?

    il y a des zones d'ombre dans cette affaire qui me paraissent incohérentes

    avez vous eu Maître accès au dossier pour en juger? ( je ne suis pas pénaliste et je dis peut être une bétise)

  • pour en finir je me méfies toujours des affaires relatées par la presse et je vais voir aux sources pour argumenter l'avez vous fait Maître?

  • Et en plus, si ça se trouve, c'était pas du bon Whisky... genre Johny Walker ou LongJohn.. c'est capital! Dis moi ce que tu bois, je te dirai ce que tu es...

    Bon, plus sérieusement, je trouve que pour une première faute, la justice a la main bien lourde. Le sursis prendrait ici tout son sens... Au lieu de ça, voici un type qui va être brisé par 6 mois en maison d'arrêt...sachant que ses codétenus ne vont rien ignorer de sa faute et vont lui pourrir la vie.

  • Je ne sais que penser de cette affaire. J'ai eu trois enfants et franchement ils ont fait mille et une bêtises, dont manger de la lessive à la louche! Hum! Hum? Pour dire que très jeunes les enfants ont des goûts spéciaux.. et ils sont si rapides... par contre leur faire avaler quelque chose qu'ils ne veulent pas... bonjour! Franchement faire avaler de force un verre de whisky à une fillette de deux ans cela me semble réellement difficile reste que l'adulte responsable aurait du aller direct à l'hôpital lorsqu'il s'est rendu compte que quelque chose clochait. L'histoire ne dit pas pourquoi il ne l'a pas fait et c'est pourtant le plus intéressant pour apprécier ses capacités paternelles ... ben à la votre hein!

  • Bon ...on sait pas si le pere est un alcolo,on sait rien de la mere ,on sait pas pourquoi ils sont separes ,si le pere a un penchant pour la boisson on peut imaginer qu'il avait un coup dans l'aile,qu'il s'etait servi un whisky ,avant de toucher a son verre une envie pressente le dirige droit aux toilette laissant la petite en tete a tete avec le verre de whisky et comme beaucoup de gosse elle touche a l'interdit....le pere revenant des wc et n'ayant pas les idees claires ne c'est pas apercu que la gamine avait torche son verre et encore moins qu'elle etait bourre,d'ou l'explication fourni c'est elle qui a ouvert la bouteille et qui c'est servi!!!

  • C'est vrai ça, Gilles aurait-il sauté la barre pour devenir procureur ?

  • ce genre d'histoire est une horreur de plus. Antimythe a raison de rappeler cette plus saine pratique d'autrefois. ce laisser faire actuel n est plus admissible meme si, peut etre autrefois il est aussi arrive que ce soit trop severe.
    certaines personnes ne sont d evidence pas capables d elever des enfants.
    Un enfant c est plus faire a faire qu a elever, surtout si on n a pas tout a fait, fait expres, emportee par le mouvement ou tombee dans une embuscade... ;-))
    trop responsable sans doute j ai attendu de me sentir capable d en elever pour en avoir. Et a 50 ans c'est toujours pas fait. tant pis ou tant mieux, mais moi je ne passe pas dans le journal ni devant le juge avec des horreurs de ce genre et les voisins n'ont pas peur de me confier le bebe... jusqu a present, meme quand j ai de la visite ils ont eu raison.

  • Ah!! J'étais sûr qu'elle repasserait ici.
    Ca doit pas faire longtemps.
    Salut Isabelle, et à la semaine prochaine! Tel 18h00.

    Le blog-captain se fait en effet procureur, car c'est très grave, tout simplement.
    Bis, mon refrain préféré, beaucoup trop de gens ont des problèmes d'analyse des rapports de causes à effets.
    Et faire des enfants, c'est aussi devoir les élever ensuite. Faut pouvoir ça c'est sûr! Ca vient aussi d'être dit.

    Avec la tendance actuel de l'Empereur N1 à réagir publiquement sur n'importe quel "fait divers", pourvu qu'il soit tragique ou spectaculaire, je reste fort surpris qu'on n'ait pas encore proposé la création d'un permis de faire des enfants... ;-))
    Voilà un truc qui va être difficile à règlementer.
    Le malheur c'est que parfois, en prenant connaissance de certaines tristes "histoires", je me demande si ce ne serait pas une idée recevable. Ca prouve que c'est grave tout ça.
    Cela dit il me semble que dès qu'une famille "se fait remarquer", même pour un truc en apparence bénin, il me semble qu'un questionnement et "faire le point" en détail, c'est indispensable.
    D'une façon générale, le mode de fonctionnement de nos sociétés en Europe est en train de devenir très dangereux pour l'avenir de nos enfants, avant même leur adolescence.

  • Dans la série mise en danger : encore une enfant tuée par ses chiens, dans la Marne. C'est les parents qu'il faudrait piquer. Ca fait je ne sais combien de fois que ça arrive, les propriétaires de chiens dangereux sont ils jamais poursuivis ? Je n'ai pas l'impression.

  • «La fi............ ouvrert ..........................eille de whisky et en a sifflé le contenu»


    Elle n'était pas la seule .....Yen a un kiiiiii va se faire "saoul flé" s'il ne relit pas ses textes.

  • Dac avec Mathaf

  • C'est bien ce que je pensais, l'affaire de la fillette tuée par ses chiens classée sans suites :


    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090330.OBS1291/attaque_de_chiens__la_fillette_serait_morte_presque_sur.html

  • Il "faudra" ou deviendra peut-être un jour ou l'autre nécessaire d'instaurer un permi pour avoir des chiens chez soi Mathaf...
    Si ce sont b ien les deux chiens vus à la TV qui "sont impliqués", il est évident qu'ils étaient fort mal élevés.
    A ce titre, leurs maîtres méritent une sanction, un grand "coup de barre".
    Ce genre de chien est naturellement gentil, calme et patient avec les enfants, et...
    Il n'existe aucune justification (s'ils sont bien élevés bien sûr) de laisser ce genre de chien à l'extérieur dans un enclos.
    Tout ça pour dire, sans trop de risque de dire des sottises, qu'il est évident que ces cleps étaient mal élevés, avec tous les dangers que ceci suppose... A commencer par les enfants quand il y en a à proximité, circonstance aggravante.
    Je n'ai pas bien suivi l'affaire, et ne sais pas les "suites". Mais si la justice fait son travail...
    Pour les chiens je ne sais pas comment ils sont vraiment ni leur âge, ça compte.
    Mais pour les maîtres, ces gens sont dangereux, peut-être même sur un vélo!
    Aux juges de juger....

  • Bressol,

    C'est un sujet qui reste en souffrance. Tous les chiens sont potentiellement dangereux pour les enfants petits, a fortiori un animal de cette masse musculaire, avec cette mâchoire.
    Ca me scie, je ne trouve pas cela plus intelligent que l'abruti qui fait boire du whisky a sa fille parceque, sans doute, il ne supporte pas les cris et les pleurs.
    D'un côté une peine sévère, de l'autre ben... Ils porteront cette croix pour le restant de leurs jours. Et puis ça pourra se reproduire ailleurs, toujours sans suite.
    Comprends pas.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu