Avertir le modérateur

Sécurité : Darcos invente ce qui existe déjà

doisneau.jpgUne enseignante poignardée au collège, ça a de quoi inquiéter. Se munir d’une arme pour frapper, c’est un assassinat : le juge en a tiré les conséquences en prononçant, fait rarissime, la mise en détention de ce gamin de 13 ans. La prof’ est sortie d’affaire, mais on imagine le traumatisme. L’enquête nous dira ce qu’il en est, alors prudence : mais tout semble accréditer le geste soudain chez un élève plutôt paisible, et qui n’avait rien manifesté auparavant.

La réponse de Darcos est venue au congrès de la PEEP. Le ministre veut donner aux responsables d’établissement « les moyens juridiques et matériels d'agir » en leur octroyant « le droit de faire ouvrir le cartable ou de fouiller l'élève qu'ils suspectent de vouloir introduire des armes ». Très bien,… mais le problème, c’est déjà l’état du droit. Les responsables d’établissement ont « le droit de faire ouvrir le cartable »,… et heureusement !  Imaginez la scène. On suspecte un élève violent d’avoir une arme dans son cartable, et la seule solution serait de croiser les doigts en espérant qu’il va se tenir peinard et ramener l’arme à la maison ! Si tel était l’état du droit, il y aurait de quoi s’inquiéter.

Non, nous ne vivons pas au pays de Nunuche, mais de l’ordre républicain. Toutes les libertés, tous les droits peuvent être limités par voie d’autorité, dès lorsque cette limitation est proportionnée à un but légitime. Ce principe est un pilier de la légalité. Pas la peine de voter une loi pour dire cela, car la règle résulte d’un principe général, blindé sur le plan constitutionnel et européen.

Cette règle étant générale, elle s’applique bien entendu à la vie scolaire. Ce qui se trouve dans le cartable, ou dans les poches, est protégé par le droit de propriété et celui de l’intimité de la vie privée. Donc, pour ouvrir d’autorité et pratiquer ce qui serait une perquisition, il faut un acte de police judiciaire : flagrant délit ou autorisation du juge. Le chef d’établissement n’est pas un officier de police judiciaire, et lui donner cette formation et cette compétence n’est pas d’actualité. Il ne peut donc fouiller,… mais il est le responsable du bon ordre dans doisneau-robert-information-scolaire-2203491.jpgl’établissement et, à ce titre, il n’est pas démuni. Il peut intimer l’ordre à l’élève d’ouvrir son cartable ou de retourner ses poches. Et l’élève qui refuse est mis à l’écart, pendant qu’on appelle les parents et la police. Ce n’est pas une fouille, mais le résultat est le même. Et pour être complet, j’ajoute que s’il y a une menace immédiate contre des personnes, chacun est tenu de faire le nécessaire, en fouillant ou en maîtrisant manu militari l’élève, le temps que la police arrive. Ca reste dans la proportion, donc pas de problème.

C’est d’ailleurs ce qu’expliquait une circulaire du ministre de l'Education Nationale qui date de plus de dix ans (n° 98-194 du 02/10/98) : « En cas de risque ou de suspicion caractérisée, les chefs d'établissement peuvent inviter les élèves à présenter aux personnels de l'établissement qu'ils auront désignés le contenu de leur cartable, de leurs effets personnels ou de leur casier. L'élève s'y refusant sera isolé de ses camarades, le temps que toutes les dispositions permettant de mettre fin à cette situation soient prises. On s'efforcera d'avertir immédiatement la famille, notamment s'il s'agit d'une élève mineur. »

C’est clair : le chef d’établissement ne peut pas fouiller, mais si l’élève refuse d’ouvrir son sac, on l’isole et on appelle les flics, qui agiront eux dans le cadre du Code de procédure pénale. Ca tombe bien, c’est leur métier. J’offre donc bien volontiers cette circulaire à Darcos. Je me permets également de lui conseiller deux excellentes publications de son ministère : la circulaire n° 2006-125 du 16 août 2006 sur le prévention et la lutte contre la violence en milieu scolaire, et le guide pratique « Réagir face aux violences », destiné aux enseignants et aux équipes éducatives, diffusé dans tous les établissements scolaires. Ces deux textes expliquent tout cela avec beaucoup de précision.

Le vrai problème dans l’affaire du collège de Fenouillet, c’est qu’il n’y avait aucune raison de se méfier de quoi que ce soit. Et là, ce n’est pas une circulaire ni un discours qui vont nous sortir d’affaire. Changer la loi, alors que le droit permet de réagir, ça n'a pas de sens. Si c'est pour donner aux chefs d'établissement des pouvoirs judiciaires, voire la qualité d'OPJ, c’est entrer dans un truc infernal, et donner à cette affaire une dimension qu’elle n’a pas.

Voilà. On nous annonce Darcos pour succéder à Dati. Et bien, j’ai l’impression qu’on ne s’ennuiera pas.

0709-rentree-scolaire-index.jpg

Commentaires

  • Depuis que l’Education Nationale ne fait plus la police, les forces de l’ordre font la leçon.
    Quand la rue, l’école et la crise jouent un vaudeville, personne n’est trompé, tout le monde est débiteur.
    Entre les parents démissionnaires et le corps enseignant sclérosé, il reste la bavure policière.
    Quand les exceptions construisent les exemples, le législateur transforme l’épiphénomène en cas d’école.
    La suite ici :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/05/21/post-it-police-scolaire/

  • Un régal votre blog...

  • Darcos place Vendôme ? Bin mince, les robes Dior vont pas lui aller à lui...

  • voter autrement aux européennes il y a que ça a faire .

  • Pour ne pas avoir de soucis avec les élèves et les parents, certains professeurs donnent des notes au dessus de 10. Ils sont tranquilles, ceux sont les professeurs , l année, suivante qui doivent ramer pour faire remonter le niveau. Et, il arrive aussi que certains élèves soient surpris des notes obtenues aux examens. Voila les risques des conduites dictées par la peur au détriment de la VERITE POUR L ELEVE. En revanche, si ce n est pas un problème de trouble au travail de la classe, il ne faut pas donner de punition pour travail insuffisant.---- Car LA PREMIERE INTELLIGENCE d un enfant est de comprendre que s il va à l école , c est POUR LUI et son futur.

  • Le pauvre Darcos tend les verges pour se faire battre. C'est quand même insensé de planter un prof, ça arrive tous les ans.

  • Un passage intéressant est "en cas de risque ou de suspicion caractérisés". Là on a matière pour un officier de police judiciaire de demander une fouille, ou pour le responsable d'établissement d'imposer que le sac soit fouillé (par lui ou par l'officier) avant de laisser l'enfant rentrer dans l'école.

    MAIS il faut que ce risque ou que cette suspicion existe. Je doute très fortement que le fait qu'une enseignante ait été poignardée quelque part justifie à un quelconque moment un risque ou une suspicion précise permettant une fouille systématique (c'est bien de ça que parlais notre ministre) dans un autre établissement.
    Ce serait soumettre le droit à l'école au renoncement à sa propriété et à sa vie privée, ce qui n'est en aucun cas proportionné étant donné l'absence totale de corrélation entre le fait divers et les autres enfants/écoles.

    Tout au plus pourrait-on imaginer une fouille systématique mais temporaire dans un établissement où de nombreuses armes ont été régulièrement trouvées.

  • il y a 60 agressions quotidiennes d'enseignants en France ! et c'est la qu'il serait intéressant de faire des analyses statistiques afin de trouver les solutions pédagogiques adaptées !
    Est ce que c'est fait ?

  • Dans certaines crèches et haltes garderies les personnels sont déjà dépassés par les conduites d'enfants de 2 a3 ans Certains enfants en bas ages ont des conduites de passage a l'acte qui ne peuvent être contenus ou maitrisés par les méthodes pédagogiques et éducatives classiques Le phénomène va en s'accentuent ,mais chut comme dans l'éducation nationale on minimise l'ampleur Moralité les familles qui en ont les moyens choisissent un autre mode de garde et les enfants en difficultés sociales et affectifs se retrouvent entre eux Bonjour les dégâts futurs Mais bon ,je suis react en disant cela,puisque nos sociologues et autres "savants des sciences sociales"soutiennent le contraire comme a l'>EN il y a quelques années Dormez brave gens,dormez

  • Pour améliorer le système éducatif et en cela fatiguer moins les professeurs et les élèves ayant pour résultat des frictions il faudrait ne plus morceler l'apprentissage de la connaissance tel qu'elle est pratiquée.
    Il faudrait que les élèves n'ai pas 2 h de math puis 2 de français etc .. mais un enseignement complet de l'année en math sur x jours puis en français etc..
    D'autre part le métier d'enseignant devient de plus en plus un métier à risque et on ne reconnait pas au professeur cette nouvelle donnée.
    Au contraire on remplit les classes par rapport à la capacité qu'elle peuvent supportées par soucis inavoué d'économie budgétaire.
    Les augmentations de salaires sont bloqués à 0,5% par année depuis 2002 et encore au moins pendant 3 ans.
    Enfermé dans sa classe il n'a pas de vie sociale professionnelle et pas de vie familiale non plus car ses semaines de travail représentent en moyenne 70 heures payées 18 heures.
    Pas moyen non plus de se détendre à cause de sa faible rémunération (en moyenne sur une carrière 1800 €) car toute distraction est payante.
    Il est prisonnier du système éducatif comme les gardiens de prison du milieu carcéral.

  • La réponse X Darcos est "pleine d'intelligence réfléchie à sa façon", les portiques détecteurs à l'entrée des écoles. Aux USA il y a des années sous le coup de l'émotion (ce qu'il ne faut jamais faire,ça a déjà été dit ici-même) à la suite d'évènements dramatiques, de nombreuses écoles ont été équipées des fameux portiques, "façon aéroports":
    Ca déclenchait si souvent pour rien ou n'importe quoi que.... Ils sont "off" presque tous maintenant!
    Encore une réponse de philosophe de comptoirs de bistrots donc...

    Car après le coup de couteau de cuisine entre les seins d'une prof il y a quelques jours, c'est dans l'air du temps Européen moderne...
    Voici la dernière histoire Belge:
    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/un-prof-plonge-la-tete-de-son-2009-05-15-706630.shtml
    Je remarque que dans toute l'Europe, même et à commencer par chez le "modèle" de la Finlande souvent présenté comme parfait, (un mythe comme la vie merveilleuse des chômeurs Danois) il se passe de "drôles de choses" (tout de même) dans nos écoles!!

    Pendant les années 60 au temps du Général, l'école n'était pas marrante, car je n'aimais pas les blouses grises etc...
    (il n'y manquait que le portrait du vieux Maréchal!) Il existait indéniablement des excès "d'autorité" mesquine, ça C sûr! Mais ces conneries d'aujourd'hui n'arrivaient pas, aucune d'entre elles!
    Ou pas souvent!!! Car, j'ai tout de même le souvenir d'une tentative de viol dans mon lycée en 73. j'aime autant dire que "ça a chié des bulles"!
    .
    La réaction réactionnaire de X Darcos est ...
    C'est comme avec la récession! Le thermomètre était planqué depuis un an au moins. Il existe une difficulté à regarder le problème et ses causes en face, le laisser-faire total et le libéralisme économique...

    Avec de pareils cons dans les ministères, on n'a pas fini avant un certain
    temps, de violer les filles dans les toilettes des écoles, de poignarder les
    profs ou les pions et d'en foutre plus d'un ou une "au gnouf" pour avoir
    tenté maladroitement de rétablir un peu de calme dans la classe, avec un
    coup de pieds au derche!
    Travailler toujours plus mal dans les ministères, pour s'enfoncer toujours plus dans le système éducatif...

  • @ Boy nous fait d'autre part, une belle remarque:
    ...Il est prisonnier du système éducatif comme les gardiens de prison du milieu carcéral..."
    Il est sûr que même si notre ami Darcos soudain, proposait une réforme intelligente et progressiste, elle serait refusée d'office par "le milieu ambiant" sans même être écoutée!
    Ceci n'étant que le résultat de dizaine d'années de mensonges.
    Seul un régime politique entièrement différent saurait se faire écouter....

  • Il faut mettre les parents devant la responsabilité qui est la leur d'avoir conçu des enfants, déjà si on démarrait par ça, ça srait pas mal...

  • On devrait transférer Gouantanamo en Belgique et nommer ce prof en tant que " haut responsable aux tortures " ! Je connaissais les pieds dans le béton , mais la tête dans un seau plein de béton ...chapeau ! L'histoire ne dit pas combien de temps la tête est restée immergée !
    Tout est possible le prof de cuisine qui maintient la tête de son élève dans un seau de mayonnaise ou le prof de chimie qui maintient la tête dans de l'acide ! décidément nos amis belges ont encore beaucoup à nous apprendre !

  • Ca C sûr!!! On commence par en rire, tellement c'est "inattendu" (si on fait abstraction du reste).
    ceci dit il se passe des trucs de ce genre dans toute l'Europe (et pas seulement là), de plus en plus souvent! Ca mérite tout de même un examen des évolutions sociales, car l'école n'est que le reflet d'une société qui rend fou à grande échelle! Et ça, ce n'est pas la faute de Sarko! (tout au plus il "suit" le mouvement)

    Le gag du vol de vélos supposé aussi, où va-t-on? Le plus triste c'est que tout le monde en disserte sans savoir ce qui s'est exactement passé et que...
    Je ne serais pas surpris d'apprendre que effectivement il existait un motif légitime d'enquêter sur ces gars, et qu'ils ont tombés ensuite sur un ballon dégonflé, tout bêtement... Un peu plus de discrétion s'imposait, surtout actuellement. Nous sommes dans la ridiculitude non pas de Ségolène, mais celle de notre ami Frédérique Lefebvre, porte-voix de l'UMP! (cela dit il sait inventer des mots marrant)

  • Oui mais ça n'empêche que l'un des deux vélos était volé ...Ils vont peut être mettre à jour un trafic de vélos ou scooters ? Les jeunes parfois de très bas age sont utilisés par les grands frères pour voler dans les supermarchés et sortir la marchandise !

    Les policiers ou gendarmes savent ce qu'ils font dans ce genre d'affaire ! Il faut arrêter de parler d'enfants traumatisés quand ces mêmes gosses trainent tard le soir ! Fran a raison il faut commencer par les parents qui sont incapables de tenir leur gosses !

  • @jp2: Quel mélange nauséabond...

    > Ils vont peut être mettre à jour un trafic de vélos ou scooters ?

    Je rappelle, 10 et 6 ans les deux enfants. un traffic de scooters ? vraiment ? (et quand bien même ce serait vrai ça ne justifie pas d'interpeller les enfants plutot que les parants, au contraire, plus c'est grave plus il faut respecter les procédures)

    > Les jeunes parfois de très bas age sont utilisés par les grands frères pour voler dans les supermarchés et sortir la marchandise !

    Tiens, c'est le traffic de scooter qui est fait au supermarché ? nan ? le vol de vélo alors ? non plus ? Mais de quoi parlez-vous ?

    Vous venez de transformez deux gamins de 10 et 6 ans en trafiquants de scooters qui sortent des marchandises des supermarchés sur la pression de leur grand frère (qu'ils n'ont peut être même pas). Que les vélos à l'origine du problème soient volés ou pas vous affabulez, et de manière grave.

    > Les policiers ou gendarmes savent ce qu'ils font dans ce genre d'affaire

    Oui, ils viennent d'arrêter deux mineurs en lieu et place de leurs parents (puisque ce sont les parents qui sont responsables aux yeux de la loi) alors qu'il n'y avait aucune urgence (on parle de vélos volés il y a plus d'un mois et d'enfants identifiés et connus), dont un enfant de moins de 10 ans qui donc n'a aucun droit d'être mis dans une situation quand bien même on l'aurait pris sur le fait.

    Moi j'espère justement qu'ils n'ont pas réalisé ce qu'ils faisaient, sinon c'est vraiment très grave.

    > Il faut arrêter de parler d'enfants traumatisés quand ces mêmes gosses trainent tard le soir.

    Ah ? Il faut dire que le jour se couche tôt ces temps ci, puisqu'il semblent qu'ils aient été arrêtés après l'école, donc vers 16h30 - 17h00

    Là encore ce sont des assimilations et des afabulations.

    > Fran a raison il faut commencer par les parents qui sont incapables de tenir leur gosses !

    Là au moins je ne peux être que d'accord avec vous. Malheureusement leur montrer un état qui ne respecte pas ses propres règles est le dernier moyen pour leur permettre d'avoir du respect pour ces mêmes règles. Quant à faire de telles assimilations comme les vôtres, ça risque surtout de leur retirer tout respect tout court et d'inciter à les considérer "de l'autre côté de la barrière", ce qui est la dernière chose à faire si on veut faire respecter les règles.

    N'oubliez pas, nous parlons d'enfants de 6 et 10 ans, de petits humains qui ont encore tout à apprendre et une compréhension limitée du monde qui les entoure, du pourquoi des règles et des conséquences (mêmes s'ils savent très bien qu'ils ne doivent pas voler des vélos, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit). L'éducation est encore en cours, à faire. Est-ce là le meilleur moyen de les éduquer ? permettez moi d'en douter.

    Reste après que en tout temps on a eu des vols de vélos et ce genre de bêtises. On en a même peut être moins que deux ou trois générations avant. Ca ne justifie certainement pas les (éventuels) vols mais ça ne justifie par contre absolument pas l'emballement sécuritaire contre-productif.

  • Pourquoi nauséabond ? les parents responsables : oui dites vous ? alors vous faites partie de ceux qui ont approuvé la suppression ou suspension des allocations familiales dans le cas de parents irresponsables ? sinon comment faites vous si le gosse n'est pas mis face à ses responsabilités d'enfant ? vous mettez les parents en prison et expliquez au gamin que c'est de sa faute ou de la leur ?

    Concernant les supermarchés la technique est rodée et j'ai assisté à une "razzia " !
    C'est simple : vers 11 h45 lors de la grande affluence , deux ou trois gamins attirent les vigiles à deux caisses en faisant sonner les alarmes ! ils savent alors les occuper pendant que 12 ou 15 gamins chargés de marchandises franchissent les autres caisses ... et transmettent le butin en dehors du supermarché !

    Dans l'histoire tout le monde rentre chez soi !

    "emballement sécuritaire contre productif " : depuis trente ans tout a été essayé en matière de prévention et déjà deux générations de psychologues ou autres sociologues se sont engraissés avec ces belles théories !

    Et on continue sans broncher à assister à l'effondrement de toutes les règles de notre société !

  • Depuis quelques années ,les jeunes sont ciblés....on a commencé avec les 17 /18 ans dans les années 2003/2004 plus les 15/16 dans les années 2005/2006 plus les 6 /14 de 2007 a aujourd'hui....je crois qu'on avait présenté un projet de loi sur la " détection précoce des troubles du comportement "chez les enfants de trois ans « pouvant conduire à la délinquance ,projet de loi rejeté en 2005 me semble-t-il ,polémique en 2008 sur ce même projet ....nous nous dirigeons a petits pas (faut pas braquer les français)vers cette loi,c'est comme Hadopie ....vous n'en voulez pas et bien vous l'aurez quand même!!!
    Maintenant en ce qui concerne le vélo présumé "volé" :
    1-Pourquoi la mère a-t-elle été directement a la police avant de voir l'autre maman?
    2-Pourquoi la police ne c'est-elle pas rendu au domicile des parents des "présumés" voleurs? peur du quartier?Le vélo était dans l'école?
    3-La maman des "présumés" voleurs passe sur toutes les chaines télè alors que je n'ai pas vu la maman soi-disante "volée"....matraquage des médias dans un seul sens?
    4-Comme par hasard la maman des "présumés"voleurs a pu produire une lettre sur l'honneur d'une personne apparament bien placé certifiant qu'elle avait fait cadeau de se vélo?
    Enfin heureusement que c'est un vélo anonyme,et non pas un scooter célèbre qui a été "présumé" volé,sinon les bambins n'auraient aucunes chances d'échapper aaaaaaaaaaaa.....!!!!

  • Eric je crois qu'on s'est pas compris ! l'un des vélos était un vélo volé acquis il y a deux ans par la mère , elle a même montré "le papier " qui validait ses dires !

    On peut faire confiance aux gendarmes pour remonter à celui qui l'a vendu et ainsi de suite ... donc vous en déduisez que ce sont les gosses de 6 à 10 ans qui font le trafic ? c'est votre interprétation .

    Il y a deux ans un ancien ministre a suggéré de repérer les futurs enfants à problèmes dés l'age de 3 ans , cette théorie est défendue et appliquée déjà dans de nombreux pays , mais chez nous les "spécialistes de l'éducation" ont crié au scandale en disant qu'on voulait fliquer les enfants ! c'est le statu quo et on régresse puisqu'on fait rien ?

    Par contre de nombreux enseignants vous parleront de ces deux ou trois élèves par classe de moyenne section qui sont impossibles à tenir et déjà responsables de nombreuses dépressions d'enseignants ! ce sont de petits humains ... oui tout le monde est passé par là ,mais les responsables ou sont ils si on ne les corrige ( sens non violent ) pas ces chérubins ?

  • Retour dans le passé : nos commentaires se sont croisés ... on n'a pourtant pas échangé !

  • @Jp2
    Exact nous n'avons pas échangé,mais mon commentaire a moi ne va pas dans le même sens que le votre...et il y a toujours eu dans les classes depuis des lustres deux ou trois enfants terribles!!!! mais a l'époque faut bien reconnaître que les parents avaient le sens des responsabilités(si je rentré chez moi en disant que l'instit m'avait tapé sur les doigts avec sa règle,ma mère aussi sec m'en retourné une ,pour m'apprendre a bien me tenir en classe) et les instituteurs beaucoup plus d'autorité ,je crois que pour les instits cela a commencer a merder si je puis dire dés lors qu'ils ont tutoyés les élèves,ils sont devenu des "copains" le mélange des genres n'a jamais été une bonne chose...

  • Ce que je comprends pas c'est que de mon temps les instits travaillaient 70 h par semaine du lundi au samedi avec sortie "sciences naturelles" le jeudi " , ils étaient respectés et on savait lire et écrire avant d'entrer en 6 ème ! et on parlait de vocation ....
    Aujourd'hui , d'après le commentaire d'Eloy un peu plus haut , les professeurs de écoles font toujours " 70 heures " mais les inconvénients en plus : ils ne sont plus respectés et les gosses savent à peine lire et écrire !

    Pourquoi ne change t on pas les choses dans le bon sens ? et pourquoi l'éducation nationale reste elle imperméable au changement ? c'est de l'avenir de nos enfants qu'il s'agit !

  • Pourquoi???? mais parce que, pour garder le pouvoir,il faut maintenir le peuple dans l'ignorance....!!

  • @jp: Nauséabond parce que sur un fait divers dont finalement on n'entends qu'un ou deux sons de cloches certainement pas objectifs vous arrivez à faire dire que ces jeunes trainent tard le soir, volent sous la pression des grands frères dans les supermarché et participent à un trafic de scooter. Quand bien même il y aurait vol de vélo, ce qui pour l'instant est loin d'etre certain, tout le reste est pure démagogie. Ces enfants n'ont (à priori) pas volé dans les supermarchés, pas trainés tard le soir, pas participé à un trafic, etc.

    Vous allez me dire que vous parlez en général, pas de ceux ci. Mais alors qu'est ce que cela à avoir avec notre histoire ? en quoi justifiez-vous ce qui arrive à ces deux enfants sous prétexte que d'autres seraient plus terribles ? Ma justice n'est pas celle des dégats collatéraux.

    @jp2: C'est bien de ça que je parle. Et vous ne faites que confirmer. Si on admet la certification sur l'honneur qu'ils ont acquis le vélo correctement. Quand bien même le vélo aurait été volé à la base, que foutent donc ces deux enfants au commissariat ? Vu qu'on savait qui c'était, une enquête polie auprès des parents n'aurait-elle pas été plus adaptée ?

    C'est *ça* qui me gêne. Vous dites vous même que les gosses n'ont rien à voir dans l'histoire, alors pourquoi parle t'on d'un coup de petits qui volent dans les supermarchés, de gosses qui trainent tard le soir, ou même - en vous reprenant - de les repérer dès trois ans ? Puisque justement vous acquiescez le fait que si vélo volé il y a, ce ne sont pas eux qui l'ont volé.

    Quant à choisir, sur un sujet d'éducation entre un ministre et des spécialistes de l'éducation, mon choix est vite fait. D'autant que si on parle bien du même ministre, qui est maintenant président, il a dit dans le même discours que c'était une question de génétique et héréditaire. Vous soutenez toujours l'idée ?

    Quant à dire que ne rien faire c'est régresser, j'ai du mal à entrevoir votre définition de "régresser". Ne rien faire c'est ... ni régresser ni s'améliorer, par principe.

    Maintenant je confirme, des enfants difficiles il y a. Pour beaucoup la solution n'est certes pas de les réprimer ainsi mais de faire leur éducation. Le plus gros du travail est bien à faire chez les parents.

    Mais soit, admettons que certains nécessitent une prise en charge directe et plus forte. On ne me retirera quand même pas de l'idée de amener un gamin de 6 ans au commissariat pour un vélo dont on a remarqué après coup qu'il ne l'avait pas volé, ce n'était une réponse ni adaptée ni proportionnée.

    Et surtout .... pour l'instant on a juste eu une mère qui a dit "ce vélo c'est celui de mon gosse et il a été volé". Bref, une parole. Avant de parler de trafic, il faudrait peut être savoir si c'est bien le vélo volé ou pas.

    Vous vous emballez, vous justifiez des mesures répressives sur les mineurs en oubliant la primauté de l'éducation, et en ajoutant toute une sphère de préjugés de vols et de délinquance.

    J'aimerai bien voir le jour où ce sont vos enfants. Moi je veux bien changer des choses, mais pas faire n'importe quoi simplement justifé par un fait divers.

  • Quelques remarques :

    Selon mes souvenirs perso il y avait de la violence à l'école il y a 50 ans, moins envers les instits, mais entre jeunes mâles, et pour faire court, allez donc voir la "Guerre des Boutons".
    Le mâle chez l'humain, même enfant ou adolescent, est violent en groupe et ça ne date ni d'hier ni d'avant hier. Relisez "Sa majesté des mouches". Et adulte, c'est pas souvent mieux.
    On a pas vraiment de solution, enfin si, mais en augmentant considérablement le nombre d'adultes pour les encadrer par exemple, mais les vieux radins ne veulent pas payer. Ça coute moins cher de stigmatiser et de se plaindre et de se rassurer en disant "de mon temps...".
    J'attendais que quelqu'un sorte ici que les curés irlandais (entre autres) avaient une méthode efficace, mais non, les vieux ont pas osé.

    Les formes que prennent la violence dans les sociétés post modernes, c'est encore autre chose.
    J'ai pas peur, je désigne en coupable n°1 la télé (enfin sauf ARTE). On arrête la télé un an, histoire de calmer le jeu et dans le même élan de recréer du lien social direct ?
    C'est pas cher, ça, faut juste une vraie réforme (pas un truc bidon de guignol).

    En France on n'a pas trop d'armes en circulation, jusqu'ici, on a pu éviter les massacres au lycée qu'on a pu voir aux USA et ailleurs. C'est déjà ça.

  • L'affaire des vélos (dont un se serait révélé volé et deux autres autres pas etc. Ceci me semble bien complexe pour ce genre de vol) telle qu'elle nous a été présentée c'est ridicule. Ceci dit le big-boss de la police locale dit publiquement que ce qui fut fait (sans nous donner aucun détail?!) était parfaitement légal et justifié. Alors, il devrait s'exprimer plus clairement! Il n'y a pas à priori, de Secret Défense là-dedans!

    Moi, je veux bien croire qu'il y avait "quelque chose" digne d'un pareil intérêt et d'enquête musclée, mais s'il est vrai qu'on est venu à deux camionnettes de flics pour arrêter des enfants de 12 ans, que s'est-il passé d'aussi grave? Il y a déjà eu des "bavures" absurdes dans le genre, toujours mal expliquées.

    Le problème demeure qu'il existe des enfants, des ados de moins de 12 ans et parfois de moins de 10, dont la police ou les gendarmes, sont obligés de constater que ce sont d'incroyables petites crapules extrêmement dangereuses. Ce fait est établi, avéré et surtout hélas incontournable.
    Il leur est même arrivé (la police) d'avoir peur de certaines petites gouapes mises en en garde à vue à la suite de violences étonnantes. C'est dire!
    - Les flics les plus expérimentés n'avaient jamais vu ça, et ils se demandent ce que seront ces petits salauds (et les filles sont parfois aussi violentes!) quand ils auront 45 ans, avec.... Un peu d'inquiétude.
    (là, ils sont en plein dans le "vivement la retraite"...)
    Une seule consolation:
    - Ils (elles) ne sont pas très nombreux. Mais!
    - Le nombre augmente lentement mais sûrement.
    D'autre part ceci a été nié trop longtemps, donc n'a pu qu'aggraver un problème qui ne vient pas de l'école, mais de la communauté qu'elle doit servir, avec toujours moins de moyens et en étant de plus en plus mal organisée.
    - Fran a raison effectivement, il faut commencer par les parents sont trop souvent incapables de "tenir" leurs enfants, et ça... Ca ne va pas du tout! Surtout s'ils en ont les moyens financiers!
    - Mais l'école aussi va "de travers". Grave...

    Si maintenant on stigmatise trop les enfants, ça ne vient pas de nulle part, c'est aussi parce que ce problème existe, qu'il est très grave et qu'on veut s'en servir pour "fliquer toujours plus".
    Là, ce qui nous sert de gouvernement, il est en train de nous préparer une nouvelle collection de bombes à retardement qui risque à terme, de faire passer les talibans et Al Qaida pour un problème sans aucune gravité. (en plus, c'est là qu'ils vont recruter pour nous emmerder!)

    Ces sujets sont "pris à l'envers" en marchant sur la tête, nous ne pouvons que le constater puisque ça s'aggrave! Comme le terrorisme international d'ailleurs, on bricole et utilise ou manipule pour finalement se servir des problèmes (pour conserver un ordre social dangereux) au lieu de les traiter.

    Les enfants vraiment dangereux sont peu nombreux mais ça s'aggrave et ça augmente:
    - Raison de plus pour ne pas faire semblant (comme enlever les poubelles en position "vigipirate") ni attendre que ça se passe avec pour seule réponse, la menace et la répression violente!
    Si j'avais la solution, je ne le garderais pas pour moi, mais je pose le problème:

    Ces enfants "à problèmes" devenu très dangereux, dans une société comme durant les années 50, 60 et 70 quand nos parents étaient toujours plus riches chaque année, on pouvait sérieusement "spéculer" sur l'espoir qu'ils deviennent "recasables" à l'avenir en prenant de l'âge et de la jugeotte!!
    En nos années 2000, sans un changement politique réel, profond et radical, nous allons continuer collectivement à nous appauvrir en masse. Les "intéressé(e)s", et bien pas besoin d'être devin pour s'avouer qu'ils ne seront pas faciles à "tenir" une fois devenus adultes, toujours plus violents!

    Il faut des pions et des profs, du personnels, des locaux (esta locos?) remis en état, mais surtout:
    Un environnement extérieur qui redeviendrait SAIN!

    la situation est celle des mécaniciens du Titanic quand ils essayaient de pomper pendant que dans le grand bureau du Cdt les officiers et l'un des ingénieurs du Chantier devisaient ensemble devant les plans 10 minutes après la collision. L'architecte en chef leur a dit:
    -"C'est mathématique. Avec ce que nous avons déchiré en longueur de coque, dans une heure et demie ou au maximum deux heures, nous serons coulés!"
    Les mesures voyantes ou puissantes de répressions et de police maintenant, c'est un peu comme si on avait descendu des cuillères à café aux mécanos du Titanic pour les aider!
    - Ya trop d'eau qui rentre! Dès qu'on ouvre une porte, il y a encore plus de l'eau derrière....

    Elever des enfants dans une ambiance sociale de foire d'empoigne généralisée et de "chacun pour soi et Dieu pour tous"... Il n'y a rien de pire, mais c'est ce que nous faisons depuis le début des années 80!
    Darcos et Estrosi rament dans la choucroute.

  • Oui Yessrol!! Ya toujours eu des conneries entre les enfants et entre les ados. Mais ce n'"tait pas à ce point ni aussi dangereux à termes! Et "à l'époque" comme jp2 nous le rappelle utilement, dès qu'un tordu "il bougeait seulement une oreille", il "en prenait une" immédiatement!
    Et comme ça n'arrivait pas souvent ouvertement, l'ordre était plus facile à maintenir!
    Maintenant on a disposé toutes les causes pour créer le Bronx et les profs et instits arrivent presque à poils en classe! Comment faire alors? Ca ne m'étonne pas que l'HP des profs près de Rambouillet, il est complet et joue "à guichets fermés" en permanence!

  • Pour les risques d intrusion de personnes extérieures, rien ne vaut des petits établissements scolaires où tout le monde se connaît . Pour ce qui est des élèves voulant exercer une vengeance, ceux sont les autres élèves qui peuvent prévenir le passage à l acte, car il y a toujours des confidences avant.

  • Et oui Hervé... En plus l'école qui devrait être un lieu ouvert sur l'extérieure, est maintenant obligée de transformer ses sites en "forteresse". Ce n'est plus "seulement" ridicule et contre productif d'un point de vue pédagogique, c'est tout un symbole représentant le délitement de la cohésion sociale, résultat d'un laisser-aller généralisé dans tous les domaines depuis le début des années 80....

    Seuls les petits établissements peuvent freiner les phénomènes de ce genre. Et c'est naturellement, quelque peu insuffisant.

  • Je pense que les photos qui illustrent votre article ont été prises par anonymus alias Doisneau et que leur publication respecte toutes les règles en vigueur...

  • Eric il y a 600 quartiers à problème en France , c'est la qu'on deale , c'est de la que l'on va faire les razzias dans le coins tranquilles , c'est la qu'ont lieu l'essentiel des 10 000 agressions sur les policiers , c'est la que les enseignants ont le plus de dépressions , c'est grâce à la délinquance de ces quartiers que certain homme politique a gagné et qu'un autre s'est fait éliminer au premier tour par Le Pen et c'est enfin dans ces quartiers que depuis trente ans on a dépensé des dizaines de milliards en vain en matière de réhabilitation ( refaire ce qui a été dégradé par le vandalisme ) et de pseudo prévention pour une délinquance qui est essentiellement victime de sa culture ....bref je n'ai rien d'autre à ajouter et laisse ça aux intellectuels qui pullulent sur internet . J'ai oublié de dire que tout ça s'est construit sur trente ans et qu'on est mal barrés !

  • L obligation scolaire était une conquête de l égalité de l accès au savoir pour tous. Mais avec le collège unique, c est devenu une contrainte, car il y a des élèves qui sont inadaptés à cette filière unique. Alors, quand ils n en peuvent plus, certains deviennent violents, et, hélas, pour garantir la tranquillité de sa classe, l enseignant ne peut pas lui dire "Vous êtes libre, vous avez le choix: rester est suivre les règles ou partir" . Actuellement, beaucoup de violence vient de cette cohabitation forcée ou le collège et le lycée deviennent une quasi garderie de pré-adolescents .

  • Oui c'est bien Doisneau ! et ça rappelle des souvenirs ! on avait des blouses grises dans le primaire mais des blouses noires ( avec liserés rouges ) à la maternelle ! En ce qui concerne les encriers nous devions les remplir chaque matin , chacun notre tour ! L'encre se trouvait dans des bouteilles de 1 litre avec un bec verseur particulier .

    Le samedi matin gare à celui qui n'avait pas fait correctement ses 20 lignes de lettres avec pleins et délies ! La plume "sergent major " était délicatement essuyée et rangée pour le lundi ! C'était l'époque ou l'on respectait celui qui nous transmettait le savoir et l'essentiel de nos droits et devoirs !

  • Il y avait un antidote à l'encre : la craie. Et plus tard, le stylo Bic qui servait de sarbacane avec comme munition des grains de riz. Il y avait aussi un antidote à la craie : le vinaigre que mes parents passaient sur le tableau noir. Jolies photos !

  • Et oui... qlq mots avant de déserter le bureau....
    Et oui, j'aimais pas les blouses grises et la sévérité ambiante de l'école primaire des années 60 "la mienne".
    Mon instit Corse ultra sévère, et son épouse qui "officiaient" dans la même école...
    Elle et lui n'étaient pas très marrants!
    J'ai eu successivement en tant que petit bonhomme né à la fin des années 50, affaire à elle puis à lui et je crois qu'ils n'ont pas démérité en matière de passage du savoir élémentaire:
    Lire, écrire, mesurer, compter, moral républicaine (ringarde? on est obligé d'y revenir) juger, etc...
    Ceci étant complété pour ne pas dire chapeauté par le "Respect des uns envers les autres et du maître"
    (je les cite!) Ils parlaient de démocratie (la vraie!), de Respect du Travail et de la France et son Empire...
    (qui pourtant n'existait plus au milieu des années 60...)

    Cela dit, au-delà de leur formation (j'ai oublié comment et pourquoi je le sais) en 1941 leur avait donné des habitudes de rigueur extrême! Et je ne crois pas que même en se creusant la tête, il soit possible de leur reprocher autre chose que cet autoritarisme qui était général à cette époque. Ils maintenaient leur ordre à eux, qui était aussi celui du Général Grand Charles: Droit comme un I.

    Et oui, il y a 600 quartiers à problèmes en France.... C'est ça le problème, pas l'école! L'école le subit.
    Si on n'avait pas presque totalement abandonné des quartiers, des espaces, complets et des populations entières à leur sort depuis le milieu des années 70....
    C'est le résultat de toutes les dérégulations ultra-libérales.
    Leurs habitants ne seraient pas depuis les années 80/90 en train de "remonter dans les arbres" en se fabriquant (laissés à eux-mêmes) des mentalités tribales!
    Parfois, les personnes originaires des pays lointains sont (naturellement) tentées d'essayer de retrouver leurs racines AVANT de s'adapter au nouveau pays, alors que cela doit être l'inverse!
    Le nouveau pays, il a ainsi eu "tout faux"!! Parce que lui aussi il devait faire l'effort de s'adapter à eux.
    C'est comme ça que des Corses vivent en France depuis 250 ans...

  • Ce qui serait intéressant d'analyser, ce sont les motifs qui poussent les élèves "à qui on donnerait le Bon Dieu sans Confession" à "peter les plomb".
    Je me souviens il y a 25 ans des enseignants de l'époque au collège : entre l'enseignante en Anglais qui supportait que les élèves qu'elle avait suivi depuis la 6e (on lui enlever son livre de corrigés : y'avait plus personne....), le prof d'histoire qui "hurlait" son cours au lieu de l'enseigner et le prof de sport ivre dés 14 heures, et tout ça avec la bénédiction du corps enseignant et de la Fédération des Parents d'Eleves.
    Si à l'heure actuelle, ce genre d'attitude est encore d'actualité, faut pas s'étonner du résultat !
    Quand aux parents, ils font partis de la génération de ce qui ont du se taire et encaisser les brimades voir certains coups, sans pouvoir rien dire, car leurs propres parents étaient de la génération 'l'enseignant à toujours raison".
    Et bien à notre époque, la première chose qu'il faudrait, c'est mettre "carte sur table" entre le corps enseignants, les parents et les élèves, et voir ce qui ne va pas ; et éviter tout rapport de force (dans les deux sens).

  • Ah! Nous avons tous connu quelques profs, "souffrants". Ca existe dans toutes les professions et toutes les activités... Et c'est aussi fonction de la dégradation des conditions de vie et de travail.

    Il existe bien un problème de façon de faire dans l'Education Nationale:
    - Elle dépense toujours plus en donnant l'impression d'être de moins en moins efficace, ou de ne plus l'être pour tout le monde, ce qui est extrêmement grave!
    - Tandis que les armées Françaises font toujours plus et plus loin, (pour le meilleur et parfois pour le "moins bien") avec toujours moins d'argent chaque année! Et les militaires commencent à péter les plombs!

    Mais les illettrés jeunes sont aujourd'hui beaucoup moins nombreux en proportion par classe d'âge, que chez les gens de plus de 50 ans. Donc, dire qu'ils "foirent tout", c'est faux! Je me souviens de beaucoup plus d'excellents profs, que des quelques rigolos en nombre finalement faible. ceux-là n'étaient pas bien orientés je crois...

    Il y a un problème de Considération, de Respect et de moyens mal utilisés, c'est sûr!
    Et ce n'est pas les équipe de branques qu'on a vu depuis 30 ans au pouvoir qui vont soigner ça!
    Ca... On l'aurait remarqué, depuis les années 70....

  • la societé devient violente; que fait t'on?
    rien ;toujours des profs de 1m50 boutonneux ou des filles laides ;des bucheuses à lunettes
    mal baisées ..
    dans les 2 cas ces profs n'ont jamais fait de sport de leur vie;ce sont des tetes à claques
    des intellectuels..
    ils ne veulent pas laisser la police entrer dans l'etablissement; ce sont des gauchistes
    qu'ils viennent pas se plaindre lorsqu'ils prennent une baffe..

    la police sa devient pareil; ils se mettent à 5 pour maitriser un ado qui les insultent copieusement.
    eux aussi mesurent 1 m 70 maxi..

    ma solution; une police plus efficacce; embauchez des costauds ;genre vigiles de boites de nuit; autoriser les à se servir de leur matraque dés qu'on les insulte ; vous verrez les comportements changeront...

    dans les etablissements prenez des profs courageux ;pas les peureux à lunette..
    le prof doit etre autant jugé sur ses faculés intellectuelles que sur son charisme...
    et sa sportivité..
    quelques bouffes n'ont jamais fait de mal ...

    le probléme les gauchistes ont envahi les ecoles et sont contre toute répression...
    tant pis pour eux

  • Ce qui m'agace Gignnacc c'est que ce sont ceux qui se disent "républicains" qui sont le plus près à dire ça, alors que ce en quoi ils croient devrait leur imposer tout le contraire.

    Une police qui frappe contre les insultes ? non seulement ce n'est pas proportionné mais ça rend la police juge, partie et bourreau. Tout le principe de notre république c'est éviter ça. Certes les comportements changeront, mais en mieux ? loin d'être sûr. En tout cas je serai le premier à proposer une révolution.

    Recruter des profs sur leur physique et non sur l'enseignement ? pourquoi pas, mais dans ce cas arrêtons d'appeler ça une école et appelons ça une garderie. (sans compter que des profs compétents et motivés il n'y en a déjà pas tant que ça, si on ne garde que ceux qui sont costauds ça va pas être ça).

    Personnellement je n'ai rien contre la police dans les écoles (d'ailleurs ils y sont déjà quand la situation le nécessite), la répression est nécessaire, mais TA répression, c'est le retour des chemises brunes et des milices. C'est ça l'avenir que tu veux pour ton pays ? la question n'est pas de savoir s'il faut de la répression mais laquelle et comment. Celui qui croit avoir la solution simple et évidente est soit un génie soit un grand imbécile.



    Mais bon, comme d'habitude, on mélange tout. Déjà quel que soit le nombre de policiers ou la force des instit, ou même le droit aux policiers de mettre à terre ceux qui ne leur plaisent pas, on n'arrêtera jamais les actes isolés qui par nature ne sont réprimables que trop tard. Ici c'en était un. 10 policiers avec matraques et un prof orienté videur de nuit, pas sûr que ça aurait changé quoi que ce soit (à part creuser encore plus l'absence de respect entre les uns et les autres).

  • tant qu'un certain nombre de nos contemporains ne prendront pas conscience de l'existence des relations de causes à effets dans la vie, et penseront que les coups de matraques peuvent apprendre la politesse aux enfants, surtout tant que ceux-ci auront le droit de vote.... Et bien il arrivera que des bush ou des Sarko gagnent les élections et s'installent au pouvoir et que... la situation s'aggrave!
    Qu'est-ce que ça veut dire "gauchiste"?
    (c'est quelqu'un qui ne sait pas ce que tout ça veut dire...)
    Pas plus que le terrifiant front national du 21 avril 2002, j'ai remarqué que le gauchisme m'ait pourri la vie.
    tandis que le lasser faire économique et social intégral des système UMP-PS, je ne eux que constater depuis 1980 le résultat, et c'est pas plus brillant que ce que ferait le FN ou "les gauchistes"!
    Le système UMP-PS nous pourrit la vie depuis 30 ans et cassant tout ce qui fonctionnait bien autrefois, la régulation des prix par exemple, mais on organise d'immense manifestation contre un ridicule tigre de papier en avril 2002, et diabolise en permanence en le(s) faisant passer pour extrêmiste(s), quiconque veut arrêter la connerie collective ambiante...

  • De notre temps dans les années 50/60 tout le monde enseignant était craint et respecté !

    Je me souviens d'un surveillant général qui , au moment des rassemblements dans la cour, obtenait un silence immédiat dés qu'il apparaissait au fond de la cour à prés de 100 mètres des élèves ( il y avait prés 1200 élèves qui se mettaient en rang par classes ) . On n'entendait alors plus une mouche voler ! un jour un élève a parlé dans les rangs et il a été renvoyé définitivement !
    Aujourd'hui un prof qui fait une remontrance est pratiquement soupçonné d'incompétence ou harcelé ou frappé par des membres de la famille de l'élève , alors il laisse faire avec les conséquences que l'on connait en attendant une possibilité de mutation !

  • Ca me scie tout de même de lire ça...
    C'est quoi les gauchistes gnangan gnac?
    Tu crois vraiment que les coups de matraques, ça va apprendre la politesse aux enfants?

  • Je suis d'accord quand je lis qu'autrefois un enseignant était respecté.
    Mais autrefois c'était quoi ?
    - les classes de campagnes (parfois des classes uniques) où l'enseignant était respecté de tout le village (oui je suis issu du milieu rural) : le "maître" ou la "maîtresse" comme on les appelé faisait son maximum pour que l'élève aime l'école et savait se faire respecter (bon moi c'était les années 75-81)..... après on a eu droit à quoi ? Fermeture des classes de campagne, regroupement, et voilà ces chers petits à 30 dans une classe avec un instit tout droit sortie de l'école des maître (tiens, il n'est pas question qu'on la remette en cause, cette formation ? )
    - j'ai connu les collèges de campagnes avec ces bons ou mauvais enseignants, mais on était pas plus de 25 par classe, et même la plus nunuche des prof arrivait à maitriser son groupe : aujourd'hui, ils sont combien ? 30 ou 35 par classe ???
    Quand j'apprends que le collège de campagne où j'étais il y a 25 ans est maintenant classé en ZEP : ça me fait mal au coeur !
    Après j'ai connu le lycée professionnel : et là, je suis tombé sur de bons enseignants aussi qui m'ont redonné goût à l'école, et j'ai pu continuer ensuite.
    Tout n'est pas mauvais.
    Mais pourquoi avoir détruit les systèmes qui fonctionnaient si bien ?
    Pourquoi il y a quelques années a t on jeter les Maîtres Auxiliaires qui connaissaient bien leurs élèves pour avoir été au même poste durant plusieurs années. Un climat de confiance et de respect s'était installé. Et à la place, on a mis quoi ? Des enseignants qui ont été mutés d'office, qui sont pas motivés, et qui ne connaissent pas leur "public".
    Bravo,
    Continuons comme ça à ne pas prendre en compte les remarques des uns et des autres
    Continuons à faire la politique de l'Autruche...
    Et après, faut pas s'étonner du résultat !

  • Mmmmmmmmmmmmmmmm je suis Ravi : quel pur délice ce blog ? Merci a VOUS les prof-inventeurs !!

    Pourquoi?

    "(...) Tu crois vraiment que les coups de matraques, ça va apprendre la politesse aux enfants?"
    Ecrit par : Thierry BRESSOL |

    Pourquoi????

    "Mais parce que, pour garder le pouvoir; il faut maintenir le peuple dans l'ignorance... !!"
    Ecrit par : retourdanslepassé |

    Bref.

    Ceux ci résument bien le tout compolitique. Ceux ci dit; c'est de mieux en mie; et ça avance coup T coup! Encore et e core pour que l'Education populaire triomphe enfin.

    Vive la solidarité populaire!

  • Je lisais ce matin, August Von Kageneck qui parle de son passage dans les années 30, chez les Jésuites, en Allemagne.
    C'est ça qu'il nous faut. Pas besoin de portique avec eux mdrrr

  • sur le net ;il y a 99 pour cent de gauchistes ;mais aux elections 5 pour cent!!!
    réveillez vous les gars ;la majorité veut plus de sécurité et n'a pas envie que son fils se fasse poignarder ou racketter à l'école!!!!
    il faut fouiller les cartables et c'est facile sur 1000 éléves 20 à fouiller seulement !!!
    ceux des caids ; des insolents ;pas dur de repérer les chefs de bandes...

    en 1985 je manifestais avec mes potes étudiants ;la police a chargée ;la moitiés des étudiants a fui ...sont pas trés courageux..
    lors de la 2 eme charge ;ils restaient plus grand monde ;sa s'appelle disperser les manifestants...
    quelques coups de matraques ou bouffes c'est trés éfficcace..
    j'ai eté matraqué et interpellé et j'ai passé 24 h en garde à vue sans manger ;relaché le lendemain à 17 h!!
    sa calme et sa donne plus envie de mainfester ;
    j'ai compris ce jour la la manipulation des syndicats étudiants et des profs qui veulent
    garder leur priviléges et envoie les jeunes au casse pipe...


    y a 50 ans on les envoiyaient à la guerre...
    ceux qui réussissent bossent ;mainfestent pas et deviennent les" patrons"
    les leaders syndicalistes étudiants comme harlem désir
    obtiennent un poste doré au ps..

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu