Avertir le modérateur

  • Lamentable Eric Besson !

    aketo_sale_type.jpgEric Besson ne respecte rien. La preuve : il travaille le dimanche. Le dimanche 10 mai, il avait signé les contrats confiant la responsabilité de l'assistance juridique aux étrangers placés en centre de rétention à six associations : la Cimade, l'Ordre de Malte, le Forum Réfugiés, le Collectif Respect, France Terre d'Asile et l'Assfam. Banal. Banal ? Non pas vraiment.

    Car notre gentil ministre agissait dans le cadre d’un marché – celui de l’attribution de mission d’assistance juridique aux étrangers – et la légalité de ce marché venait d’être débattue devant le tribunal administratif de Paris, trois jours plus tôt. Or, le susdit marché était tellement frelaté que le tribunal avait instamment demandé que les mesures d’exécution – la désignation des prestataires – soient reportées.

    Au départ, la loi, une loi hélas nourrie de l’angélisme que dénonce à juste titre notre bien aimé de sa Dame président de la République, loi il est vrai callée sur le droit européen qui garantit à toute personne le respect effectif de ses droits. h-20-1363171-1229797904.jpg

    Dans le premier épisode, Brice-le-Valeureux avait vu un problème bien réel : l’administration, sous pression des objectifs chiffrés qui sont la clé des carrières ministérielles, prend des arrêtés de plus en plus tordus. Les étrangers ne s’en aperçoivent pas trop, mais lorsqu’ils sont placés en centre de rétention, tout change car ils rencontrent la CIMADE, qui a mission légale de les assister pour la défense de leurs droits, Et les beaux arrêtés tombent comme les feuilles en autonome. Un ministre normal aurait donné des consignes pour rehausser le niveau de légalité des arrêtés ; un ministre anormal a choisi de flinguer l’organisme qui gagnait trop de procès et défendait si bien l’Etat de droit.

    Brice-le-Valeureux a cherché à bidouiller la loi pour légitimer de nouveaux marchés de manière à évincer la trop efficace CIMADE. Pas possible de faire grand-chose du côté de la loi, et ça s’est joué via des arrêtés fixant les termes du marché. Idée simple : on crée des critères balourds qui permettent au ministre de choisir les associations qu’il veut, l’essentiel étant qu’elles soient moins efficaces que la CIMADE. 

    Après divers épisodes, un nouveau marché est publié, attaqué par la CIMADE devant le tribunal administratif de Paris. L’affaire vient à l’audience du 7 mai, et les débats sont très défavorables au ministre. L’affaire est mise en délibéré, ce qui signifie que le tribunal prend le dossier sous le bras pour l’étudier au calme avant de rédiger le jugement. Et comme l’audience a été calamiteuse, le tribunal demande au ministre d’attendre le jugement pour prendre les mesures d’exécution. Notre ineffable Besson comprend qu’il va se faire ratatiner, et fonce en signant le 10 mai les contrats désignant les contractants pour une prise d’effet le 2 juin. Sous entendu : une fois que tout sera passé dans les faits, que les associations auront pris la suite du service, le mauvais jugement viendra, mais on fera appel, et la CIMADE de facto perdra pied. Oui, mais la CIMADE a engagé un nouveau recours en référé le 15 mai contre les arrêtés du 10, et le juge s’est prononcé ce samedi 30 mai, explosant l’arrêté de Besson. Sacré filou !   

    filou_1.jpgDans son ordonnance, le tribunal indique que « les prestations  fixées par le ministre de l'immigration, ne permettent pas d'atteindre, dans son intégralité, l'objectif fixé par législateur. » En clair, les étrangers ne bénéficiraient plus d’une défense effective de leurs droits. Donc, un sinistre, par arrêté dominical, viole les droits de l’homme, lorsque cet homme est étranger. Si Rama Yade était encore vivante, elle se serait insurgée.

    Dans l’immédiat il n’y a plus personne pour faire le job à partir du 2 juin, et Eric Besson va donc devoir signer un avenant pour prolonger la mission de la CIMADE. Trop drôle. J’espère qu’il y aura un photographe pour immortaliser ce grand moment de la vie républicaine en Sarkozie.

    Moins drôle. Le jeu à la c… des cinq associations bénéficiaires des contrats, qui se tenaient gentiment derrière Besson, et s’apprêtaient la main sur le cœur à dégager la CIMADE pour exercer des missions qui ne leur permettaient pas d’assurer une défense effective des droits des étrangers. Je vous rappelle leur nom, pour que puissiez les couvrir de farine à la première occasion : l'Ordre de Malte, le Forum Réfugiés, le Collectif Respect, France Terre d'Asile et l'Assfam. 

    toro.jpg

     Délibéré du tribunal administratif

  • Julien Coupat dans le texte

    manif-coupat2.jpgCe qui est reproché à Julien Coupat et ses joyeux amis, pour leur valoir des mises en examen pour  « direction ou organisation d’un groupement formé en vue de la préparation d’un acte de terrorisme», je n’en sais rien. Il faudrait avoir les pièces de la procédure, mais pas de doute que 6 mois d’enquête ont permis de pressuriser les faits et il serait surprenant que la procédure évolue beaucoup encore. Disons simplement que si la remise en liberté ne veut pas dire non-lieu, elle ne correspond pas exactement à ce qui était annoncé au début de la procédure, sur le démantèlement de l’extrême gauche anarcho-je-ne-sais-quoi-qui-est-un-péril-pour-la-société-française.

    Il ne ressort rien d’autre du dossier que ces dégradations des équipements SNCF. Nous pouvons donc tous partir l’esprit en paix pour une beau week end au soleil : la menace terroriste en France parait relativement limitée… Coupat et ses amis protestent de leur innocence : l’avenir dira, mais dors et déjà les déclarations péremptoires de MAM semblent se nourrir de l’apesanteur. Une comédie qui rappelle d’illustres précédents : gonfler ses muscles devant de pseudo affaires de terrorisme est une tentation permanente desfanfaron.jpg gouvernements, et plus d’un, malgré les enseignements de l’Evangile, a succombé. Dans l’immédiat, les avocats vont contester la qualification d' «infraction d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste», avec cet argument : le sabotage des trains coûte de l’argent et colle les abeilles aux utilisateurs, mais ne remet pas en péril les vies. C’est un vrai débat, car la répression « anti-terroriste » bénéfice de toute sorte de règles dérogatoires, et il faut quand même que l’acte reproché ressemble un peu à du terrorisme.

    Nous verrons donc pour les faits, mais nous pouvons déjà voir ce qu’il en est du discours, car le site de soutien à  Julien Coupat et ses amis, reproduit une interview du plus célèbre épicier de Tarnac. Et bien, nous sommes face à un cas intéressant qui combine les syndromes du enflement de tête et de l’adolescence mal assumée, conduisant à l’enfermement dans un monde imaginaire.

    Julien Coupat nous invite à se placer dans une perspective historique, rien de moins. C’est « la fin d’une période de gel historique dont l’acte fondateur fut l’accord passé entre gaullistes et staliniens en 1945 pour désarmer le peuple sous prétexte d’éviter une guerre civile ». Et d’expliquer : « La droite renonçait à ses accents ouvertement fascistes, la gauche abandonnait entre soi toute perspective sérieuse de révolution ». Oui, mais voilà, « la clique sarkozyste a pris l’initiative, unilatéralement, de rompre ce pacte. » Heureusement, Julien Coupat veillait à notre bonheur.

    « Face à ce pouvoir en guerre qui ose penser stratégiquement et partager le monde en amis, ennemis et quantités négligeables », il n’existe plus aucun obstacle : gauche lâche et compromise, extrême gauche qui offre la grisaille soviétique améliorée, bureaucraties syndicales « plus vendues que jamais ». D’où la conclusion : « Dans ces conditions, la seule force qui soit à même de faire pièce au gang sarkozyste, son seul ennemi réel dans ce pays, c’est la rue, la rue et ses vieux penchants révolutionnaires. »

    un_monde_ideal_02.jpgAprès cette analyse de haut vol, Julien Coupat théorise la place du droit dans la société :

    « Quand on ne parvient plus à contenir ce qui déborde, on peut encore lui assigner une case et l’y incarcérer. Or celle de "casseur" où se croisent désormais pêle-mêle les ouvriers de Clairoix, les gamins de cités, les étudiants bloqueurs et les manifestants des contre-sommets, certes toujours efficace dans la gestion courante de la pacification sociale, permet de criminaliser des actes, non des existences. Et il est bien dans l’intention du nouveau pouvoir de s’attaquer à l’ennemi, en tant que tel, sans attendre qu’il s’exprime. Telle est la vocation des nouvelles catégories de la répression. »

    Et comme péroraison, ce modèle de diatribe populiste : « Mais la plus remarquable imposture du système judiciaro-pénitentiaire consiste certainement à prétendre qu’il serait là pour punir les criminels quand il ne fait que gérer les illégalismes. N’importe quel patron – et pas seulement celui de Total –, n’importe quel président de conseil général – et pas seulement celui des Hauts-de-Seine–, n’importe quel flic sait ce qu’il faut d’illégalismes pour exercer correctement son métier. Le chaos des lois est tel, de nos jours, que l’on fait bien de ne pas trop chercher à les faire respecter et les stups, eux aussi, font bien de seulement réguler le trafic, et non de le réprimer, ce qui serait socialement et politiquement suicidaire. »

    Donc, d’un coté, les puissants, qui sont riches et méchants, et de l’autre les faibles, qui sont pauvres et gentils. Pas de doute qu’avec de tels fondements idéologiques, les révolutionnaires de Tarnac font changer le monde.

  • Angélique Vs Marianne

    410E9N569DL._SL500_AA240_.jpgEt voilà Sarko qui nous refait le coup du gourdin à quinze jours d’un scrutin. Avec des arguments à deux balles, usés à force d’être rabâchés, et une rhétorique de marchand de lessive débutant, genre : « Faut-il attendre que l’irréparable se produise pour agir ? » S’il y a vraiment un truc de vieux chez Sarko, c’est son discours sur la sécurité.

     

    Sarko entrain de débiter ses 8 pages de discours, disponibles sur le site de l’Elysée pour les afficionados, ça ressemble à l’inévitable moment des repas de famille où Papy entonne le couplet sur les guerres qu’il a faites et celle qu’il croit avoir faites. Quand il commence, on sait qu’il est impossible de l’interrompre, et aux premiers mots on a déjà deviné les derniers. Ca radote, ça se contredit, ça fulmine contre les moulins à vent… Assez pathétique.

     

    S’agissant du cas de notre Papy Sarko, le cas présente une gravité objective car avant que Nicolas Sarkozy soit président de la République, un certain Sarkozy Nicolas était ministre de l’Intérieur. C’est bien le problème, en matière de sécurité comme pour le reste : la Gauche étant dans les choux roses depuis des années, le bilan devient celui de la Droite Umpéiste. Prenons donc le développement des bandes et les quartiers où la police ne rentre plus, qui sont les thèmes à la mode, ça n’a pas un petit air d’échec, ces histoires ?

     

    Pas le temps de s’arrêter à ces détails : l’essentiel est de réactiver les cellules souches sécuritaires qui sommeillent chez de vieux électeurs. Une piqûre de rappel à quinze jours du scrutin, ça a toujours marché, alors pourquoi s’en priver. Avec une majorité écrasante au Parlement, le gouvernement peine à faire voter ses lois. Alors, les appliquer… un autre monde. Peu importe, seul compte le discours et les deux points à grappiller dans les sondages pour repasser de 26 à 28%. en11873.jpg

     

    Un petit exemple : les chiffres pour dire que rien en va depuis trois mois. Comme le relève Le Nouvel Obs, les chiffres du ministère de l’Intérieur ne sont pas en ce sens. Mais il est bien préférable d’inverser des chiffres pour vendre la bimbeloterie des arguments. Autre exemple : « Aucune rue, aucune cave, aucune cage d’escalier ne doit être abandonnée aux voyous. » Quel dommage de ne pas s’en être préoccupé plus tôt. Et rendez vous dans six mois pour mesurer le résultat ! On continue : « Les établissements scolaires doivent être sanctuarisés, à l’abri de toute forme de violence. C’est une priorité absolue pour les autorités de l’Etat ». Parfait, sauf qu’il y a treize ans le même s’insurgeait contre cette idée de sanctuarisation lors d’une émission de France 2, expliquant que la violence était dans l’environnement, qu’il était illusoire de penser une école coupée du monde, et que c’était une faute de surmédiatiser cette violence-là. Il est vrai qu’à l’époque, c’était Bayrou qui avait dit vouloir sanctuariser… ceci expliquant cela.

     

    Mais ce grand moment ne serait rien sans le couplet final : l’ennemi est intérieur, intérieur à vos consciences, et l’ennemi c’est l’angélisme.

     

    Admirez la hauteur de vue et la profondeur de la pensée de Papy Sarko : «  Alors pendant des décennies, l’idéologie dominante était fondée sur l’idée que la misère engendre naturellement la criminalité qui ne peut donc être traitée que par des mesures sociales. Cet angélisme continue d’ailleurs d’imprégner le discours d’une partie des élites françaises. Je dis exactement le contraire : c’est la criminalité qui favorise la misère en aggravant l’exclusion, et la stigmatisation d’une partie de la société française. (…) Ne vous laissez donc pas intimider par la dictature des bons sentiments, par la pensée unique qui voudrait excuser les auteurs de violence et chercher à culpabiliser les défenseurs de l’ordre républicain. »

     

    Après une démonstration aussi puissante, nous y voyons plus clair. Sarko a gardé le flair, et il a déniché le coupable. Le coupable est une coupable : c’est Angélique, qui voulait supplanter Marianne.

     

    18836933.jpg

    Angélique, la marquise des anges

    Michèle Mercier

  • Gestion Sarkozy : Ca part en live

    326672.jpgComme le Parti socialiste semble manquer d’imagination pour la campagne des européennes, je lui suggère de recycler en tract le rapport de synthèse de la Cour des comptes publié hier sur la gestion budgétaire de l’Etat pour 2008.

     

    Commençons par le déficit. Je ne reviens pas sur les mâles engagements pris pendant la campagne : la dette était notre ennemie, la France vivait au dessus de ses moyens, il était irresponsable de faire supporter nos faiblesses par les générations futures…

     

    Résultat : « L’exercice 2008 s’est achevé avec un déficit budgétaire de 56,3 Md€, en augmentation de 47 % par rapport à celui de 2007 (38,4 Md€). » Cette somme est énorme : elle représente 25,4 % des recettes nettes. Application pratique : vous disposez de 75€ de revenus, et vous en dépensez 100. Elle est pas belle, la vie ? Et encore ce chiffre de 56,3 Md€, est en réalité supérieur de 5,9 Md€, soit un total de 62,2 Md€. Pourquoi ? Ces 5,9 Md€ sont des dettes exigibles au cours de l’exercice budgétaire 2008 et que l’Etat tout simplement n’a pas payées !

     

    Les causes de cette misère gestionnaire ? C’est la crise me direz vous, et le gentil Nicolas nous protège. Et bien, ce n’est pas ce qui ressort du rapport de la Cour des comptes.

     

    « La dégradation du solde enregistrée en 2008 est le résultat des effets cumulés d’une baisse marquée des ressources nettes de l’Etat (4,6 %) et d’une croissance soutenue de ses dépenses. »

     

    Regardons donc les deux aspects.

     

    S’agissant des dépenses, le Gouvernement avait dit qu’elles n’augmenteraient pas en volume. L’objectif était de +1,9 %, soit la masse augmentée du taux d’inflation. Bilan : l’augmentation des dépenses du budget de l’Etat a été de 3,4 %. Pratiquement le double.

     

    Les recettes nettes de l’Etat sont en retrait de 11,2 Md€ par rapport à 2007. La crise, encore ? Pas vraiment : « A elle seule, la poursuite de la politique d’allègements fiscaux a induit en 2008 une diminution de recettes de 7,6 Md€. » Vous vous rappelez la fameuse loi TEPA du 21 août 2007, le bouclier fiscal et autres salades qui allaient dynamiser l’économie… La Cour a fait les comptes : perte nette de 7,6 Md€. Nous sommes vraiment gouvernés par des génies.

    faillite-banque.jpg

     

  • J’ai testé la Scientologie

    PMononoke19.jpg

    Tester ce qu'est la Scientologie... L'exercice n’est pas trop compliqué : il suffit d’aller sur le site de « L’Eglise de Scientologie »  et de lire la substance de la science du maître les lieux, l’ineffable Ron Hubbard. Je vous recommande le test, mais vous le décommande en période hivernale, car si se fendre la poire est un délice, le faire avec les lèvres gercées devient un supplice. Profitez donc de ces beaux jours où le risque de gerçure des lèvres est insignifiant. Vous ne serez pas déçus. 

    Ca démarre à la première ligne :

    «Scientologie : du latin scio, connaître, et du grec logos, étude. Scientologie signifie "savoir comment savoir" ou "étude de la sagesse". La Scientologie est l'étude de l'esprit humain et de sa relation avec l'univers matériel et les différentes formes de vie. La connaissance de ces sujets est disponible pour tous ceux qui le désirent sous forme de livres et de conférences enregistrées. Sa pratique s'exerce sur deux axes: l'enseignement et le dialogue Dianétique appelé l'audtion. »l.-ron-hubbard-dianetics.jpg

    Le truc genre « on efface tout et on redémarre » ou « la pensée qui remplace celle des autres ». Je pensais bêtement que l’histoire de la pensée reposait sur 5 000 ans de réflexions et de progrès humains, avec le néolithique tendant la main aux tribus de la vallée du Nil, qui allaient inventer l’écriture hiéroglyphique. Chapitre 2 avec les Aztèques et tout le toutim. La balle au centre avec les Grecs, qui in extremis font la passe aux Romains, qui se nourissent de tout ce qu’appportent les sociétés de la Méditerrannée pour créer une civilisation. Et l’histoire se poursuit avec l’éclosion de la pensée libre aux quatre coins de la planète, pendant que les religions s'en donnent à coeur joie. Avec le XVII° et le XVIII° siècles, les découvertes scientifiques – toujours avoir à portée de main l’extraordinaire livre de Daniel Boorstin, Les Découvreurs, chez Bouquins Laffont – font exploser toutes les conceptions. On voit Socrate et Descartes boire un coup ensemble, pendant que ce génial et enfoiré de Tocqueville s’apprête à passer des nuits de discussion avec Marx. Et ça n’en finit pas : la critique appelle la contre critique, et ainsi de suite. Comme si ça ne suffisait pas, arrive le peu dianétique Internet, qui permet à chacun d’écrire et communiquer avec le monde  entier.

    Un monde de culture. Des centaines de mètres de bibliothèque, des jours et des jours à discuter entre amis et à s’engueuler sur tout et n’importe quoi, la bibliothèque d’Alexandrie et le clavier de votre ordi qui s’embrassent langoureusement, avec la conviction que la plus géniale des idées n’apporte qu’une couche millimétrique à l’histoire de la pensée. Quelle vie...

    Et bien ce monde sans fin, genre bonheur absolu, nos deux compères scio et logos, déguisés en dianétiquement vôtre, les réduisent à la misère prétentieuse d’un petit gars. Renoncez à 5 000 ans de culture, et achetez  les bouquins de l’ami Ron Hubbard. Quelques livres et si voulez des images, des conférences enregistrées, et vous saurez tout sur tout ! La scientologie commence comme un autodafé de la pensée. Beurk. Ca me suffisait à passer à autre chose mais, n'écoutant que mon devoir,  j’ai voulu tenter le clic suivant, sur l’oeuvre de Ron. Pas triste.

    charlie-hebdo-scientologie.jpg« Ron Hubbard est le fondateur de la Scientologie. Il a décrit sa philosophie dans plus de cinq mille textes dont plusieurs douzaines de livres, ainsi que dans trois mille conférences enregistrées. »

    Il a décrit sa philosophie…avec des livres à la douzaine, comme les œufs sur le marché. Avec des références au plus grands penseurs de l’humanité ? Que nenni ! Ron, c’est le philosophe qui remplace les philosophes.

    « Hommes et femmes de tous horizons se sont penchés sur son enseignement et l’utilisent pour améliorer leur vie quotidienne ou aider leurs semblables. Des centaines de missions et d’Églises se sont ouvertes de par le monde. »

    On n’a pas fait quatre lignes et me voici déjà à l’église. Moi qui croyait que la pensée ne vaut que dans la contradiction, je vois que tout passe par des églises, loin de tout, coupées de tout.

    « Le succès de son œuvre auprès d’un public très diversifié et les milliers de marques d’estime et de distinctions honorifiques qui lui ont été conférées sont autant de preuves de l’immense popularité dont il jouit; elles témoignent aussi de l’efficacité de sa technologie. Mais plus significatif encore, des millions de gens considèrent Ron Hubbard comme le meilleur ami qu’ils aient au monde. »

    Ouhala, ça pue ! Au troisième aliéna, la philosophie devient une technologie, et efficace avec ça ! Mais, indécrotable Ron, tu ne sais pas que la philosophie est une école du doute, cette merveilleuse méthode qui consiste à tout mettre en question pour se libérer des préjugés, et ouvrir son champ de réflexion. 

    « La renommée de Ron Hubbard en tant qu’homme de lettres et explorateur était déjà établie depuis longtemps, mais la parution en 1950 de La Dianétique : la puissance de la pensée sur le corps attira sur lui l’attention du monde entier. Ce livre, qui marqua un véritable tournant de l’histoire, fournissait la première méthode de résolution des problèmes du mental qui soit utilisable. »charmag1.jpg

     

    La résolution des problèmes du mental… Il se fout de moi, le Ron ! Résoudre les « problèmes du mental »… mais tu sais d’abord les définir ces problèmes, avec ta philosophie technologique ?

     

    « Aussi, à sa parution, le professeur Frederick L. Schuman, titulaire d’une chaire de sciences politiques à l’université de Amherst, aux États-Unis, déclara-t-il dans le New York Times :  "L’histoire est devenue une course entre la Dianétique et la catastrophe. La Dianétique l’emportera si assez de gens sont sensibilisés à temps et assez avisés pour la comprendre."

     

    Incroyable mais vrai : de 5 000 ans de pensée, scio et logos sont parvenus à trouver un professeur de professeur pour porter publiquement le drapeau de la Dianétique, avec D majuscule, ne nous privons pas.

     

    Pour moi, le test est concluant : gavé en deux clics et vingt lignes ! Foutez moi la paix avec cette enflure de la pensée, qui vous fait comprendre qu’il faut tout abandonner de la culture pour refonder une vison du monde à partir de la pensée d’un mec.

     

    Ceci posé, fallait-il faire un procès « au meilleur ami du monde », qui fixe le prix de l’apéro entre 20.000 et 40.000 euros ? De manière concrète, deux questions sont posées au tribunal correctionnel de Paris.

     

    racolage.jpgLa première est de savoir si les entourloupes des scientologues mis en cause entrent dans la définition de l’escroquerie, définie par l’article 313-1 du Code pénal : « L'escroquerie est le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. » Vu ce qu'expliquent les victimes, qui ont le courage d’affronter le procès, ce n’est pas impossible.

     

    Admettons que l’on passe cette étape. Viendrait la question numéro 2 : ces faits sont-ils été commis en bande organisée, donnée qui seule permettrait de raccourcir l’Eglise de Scientologie, tout au moins ses structures parisiennes, puisque tel est clairement l’objet du procès ? Là,  c’est terre d’aventures. Je ne doute pas un instant que le juge d'instruction disposait d'arguments sérieux pour signer l'ordonnace de renvoi devant le tribunal correctionnel; mais la démonstration n'est pas évidente.

     

    Le Parquet de Paris ne voulait pas de ce procès, alors qu’il en a engagé de plus incertains. Tout le problème est que la loi pénale ne sanctionne pas l’injustice ou l’inculture, mais seulement l’illégal, et qu’un échec du procès serait une victoire de la Scientologie. Suivons les débats avec attention, pour voir ce qu'est la Scientologie au dela de son site Internet. En cas de condamnation, prévoir un appel, puis un pourvoi. 

    dzuoahf6.jpg

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu