Avertir le modérateur

T’as pas un milliard ?

francais.jpgSoyons modernes. « T’as pas cent balles ? », c’est has been. « T’as pas un milliard ? », c’est bien mieux. A votre bon cœur, pour nos amis les traders.

C’est du côté de la BNP Paribas qu’est venue cette nouvelle rafraîchissante, et pleine d’espoir. Pour le deuxième trimestre 2009,  la banque enregistre un bénéfice net en hausse de 6,6 %, soit 1,6 milliard d’euros, et elle a décidé de placer en réserve pour les traders 1 milliard. Pour mémoire, l’Etat a apporté à BNP Paribas 5,1 milliards d'euros, dans le cadre du soutien au secteur bancaire. Donc, ce n'est pas si mal.  

Mais le milliard fait tousser. Martine Aubry dénonce « un véritable scandale » et Henri Guaino vient nous asséner un cours de morale, genre éducation civique de première année pour repris de justice, sur le thème : « L’argent, un peu ça va, mais trop ce n’est pas bien. » Nous voici Place du marché, au Lavandou.

Je crois comprendre que cela représente 59.000 € par personne concernée, ce qui à coup sûr relativise les 12.000 € reçus par les salariés de New Fabris, qui ne partaient pas du même salaire de base, et en plus ont perdu leur emploi.

C'est donc une grande cause nationale, qui va nous être serinée par tous nos vaillants partis politiques au cours de leurs universités d’été, diverses et variées, avariées parfois. 2886_cw.jpg

Oui, mais ce n’est pas si simple, et la polémique me semble à deux balles.

On aime ou on n’aime pas les banques et la BNP Paribas en particulier, mais considérer ces organismes uniquement comme des associations de malfaiteurs, c’est un peu court. La banque explique qu'elle est « une des seules du monde à s'être engagée à respecter les recommandations du G20 ». Difficile de flingueur un établissement qui applique les règles fixées. J’imagine Aubry et Guaino déjà entrain de plancher pour trouver la réplique… Dur métier, et avec des primes moins palpables.

Et puis après tout, ras-le-bol ! Appliquons les dignes méthodes de l’anticapitalisme. On pique le milliard, on le redonne à l’Etat, et les traders vont se faire voir. Ah, ah ! Bien sûr, ils vont tous passer à la concurrence, et on se retrouvera avec de bons diesels, sans prime, qui prendront toise sur toise. Mais au moins la morale sera sauve. La morale ? Je dirais même l’éthique.

Voilà. Tout est là. La sortie de crise ne passe par la santé des banques, qui pourraient financer les entreprises. Non, la sortie de crise passe par l’éthique bancaire à la française. Marseillaise, please

beaujolais.jpg

Commentaires

  • Fascinant cette propension qu'ont nos médias, chroniqueurs et autres politiques à s'agiter autour d'un chiffon rouge. Cette histoire du milliard des traders de la BNP est emblématique des dérives, hélas bien trop courantes, auxquelles s'adonnent avec délices nos "élites" et qui semblent si bien fasciner la société. Pourtant, à qui sait le chercher, il est d'autres scandales bien plus importants qui mériteraient qu'on s'y intéresse. Je vous invite donc à lire l'article sous le lien suivant: http://www.jpchevallier.com/article-34556847.html.

    On peut y voir que les problèmes de la BNP sont loin de résider dans ce milliard. Les effets audibles de celui-ci témoignent simplement de l'absence dramatique de culture économique de nos concitoyens et des mensonges répétés dont se rend coupable l'ensemble de la classe politique.

  • bnp paribas est en train de faire des bonnes opérations
    la première une publicité gratuite servie par les médias (bénéfices)
    la deuxième une publicité pour le milieu de la finance (oyez ! oyez ! malgré la crise bnp paribas fait du profit. alors les investisseurs dépechez vous.
    vis à vis de leurs personnels.....
    pour les petits porteurs
    Pour la morale ? Il existe, d'autres moyens qui ne sont visibles que pour le comptable averti de valoriser les tradeurs.
    bien jouer bnp paribas.

  • La réflexion est intéressante, mais apparaît bien conformiste. Ce n'est pas seulement les idées gratuites, qu'il convient de mettre en avant, mais également quelques faits. La capitaux sont déjà à l'étranger, les bons traders également.

    Mais de quoi s'agit-il plus précisément ? De principes. Quand le livret A, notre champion de l'épargne rapporte 1.25 %, est-il normal, qu' en dépit des gros bénéfices que font les banques les bonus très confortables, versés en prime de rémunérations aussi confortable, pour dirigeants, traders et autres, pénalisent le particulier et l'économie. Franchement est-il normal, que le taux d'emprunt se situe à un niveau quasiment trois fois supérieur à celui de la rémunération du livret A ? Je dis non, il s'agit là comme dans beaucoup d'autres domaines d'un racket autorisé par l'Etat, qui vit de beaucoup au-dessus de ses moyens, et in fine, c'est toujours le "couillon de contribuable, qui est fortement pénalisé. Au moyen-âge il y avait bien la dîme, qui ponctionnait 10% du revenu et quelques autres taxes, de péages ou sur le sel, mais elles étaient de très loin inférieures aux prélèvements actuels, de l'ordre de 65%.

    Le point commun qui semble rassembler nos parlementaires, traders et autres banquiers est celui d'avoir le pouvoir de se remplir les poches sur le dos des contribuables.

    Ils auraient bien tort de s'en priver, il n'y a aucune limite ni à la gabegie, ni pour se servir impunément. Ils ne sont pas prêt davantage de redonner la parole "au bon peuple de France" par exemple par référendum, pour lui demander son avis sur ces dérives.

  • C'est avec l'argent des contribuables qu'on a renfloué les banques,tant que tout cet argent ne sera pas retourné dans les caisses de l'état jusqu'au dernier centime ,je refuse que mon "argent"serve a payer des traders.Le monde de la finance a c..... sur notre planète a eux de nettoyer les "Chiottes"!!!!!
    Maintenant si les traders filent a la concurrence comme dit Gilles cela signifie que rien n'a changé et que G8...G14...G20...réunion de ci..réunion de là,ne servent qu'a enfumer les populaces pour mieux engraisser les "élites" et les requins financiers!

  • Le dos des contribuables comme piste d'envol pour les traders??

    Les grandes entreprise franco-françaises qui gangent des sous, c'est effectivement une image du passé, car les capitaux sont internationaux et interdépendants. Mais tous les profits se font pas de l'autre coté des pointillés... Il suffit de voir le niveau des investissements étrangers en France.

    Ce qui est sur, c'est que si on em... un peu trop les traders, ils n'ont pas à traverser "le channel" mais simplement à changer d'étage dans leurs bureaux de Londres.

  • @ Gilles,
    Disons que je ne me suis pas trop intéressé aux système spéculatif, avant d'avoir eu à en subir quelques effets, qui tendent d'ailleurs à faire fortement régresser l'ensemble des Français, exceptés quelques très faibles pour cent, rapidement en direction du SMIC ou carrément du licenciement. Alors que ceux qui sont à l'origine, l'an passé, d'une quasi mise en faillite du système financier, continuent de prospérer de plus belle, au moyen de pratiques spéculatives et à percevoir en prime des sur-rémunérations, sans commune relation avec le fruit normal du travail.

    Inutile de préciser qu'une bonne part de ces spéculations sont à l'origine de la perversion de notre système économique et tirent leurs revenus d'une situation fictive, sur le dos de l'économie réelle et des contribuables.

    Vous nous expliquez en somme, que nos politiciens, comme d'habitude compatissants à l'égard des puissants et de la finance, restent les bras croisés, malgré les multiples promesses effectuées, avec force vibrato et s'en lavent les mains, profitant à l'évidence des retombées ainsi organisées ? Les déclarations serviles de divers Ministres semblent effectivement montrer que les prochaines élections pourraient aboutir à des résultats forts curieux, même en l'absence d'opposition crédible.

    On attend de voir si Monsieur François FILLON, lors de sa convocation des financiers aura l'intention de remédier ou pas à la gabegie spéculative, non résorbée semble-t-il depuis 2008. Apparemment les politiques britanniques de la City n'ont tiré aucun enseignement, comme d'autres semble-t-il et le G20 risque fort de ressembler à l'Europe des 27. Dans ces conditions seuls les citoyens des Etats disposent en théorie du pouvoir de faire changer les règles.

    Si l'on adoptais le principe de nos élites, le monde étant ce qu'il est, pour ceux qui souhaitent conserver une situation aisée ou y accéder, il vaudrait donc mieux qu'ils fassent partie de la race des bandits ou des voyous, que des honnêtes gens, puisque nos élus semblent avoir depuis longtemps abandonné le navire et le petit peuple, pour fricoter avec les rapaces.

  • Désigner les banquiers, les traders et les spéculateurs comme bouc émissaires ne me semble pas plus inapproprié qu'en 1789 lorsqu'il s'est agit des nobles et du clergé.

    Ces associations de malfaiteurs mettent à genoux l'économie réelle et rendent exsangues les programmes éducatifs et sociaux, le bien public, même en Californie, état riche s'il en est.
    Sous cet angle là je ne vois pas la différence entre la carambouille Madoff et la finance ordinaire. Les banques ont été renflouées avec les capitaux publics et que font elles ? Elles recommencent de plus belle leur aspiration indécente du profit en boucle fermée.

    A ce jour malgré prises de consciences tardives et promesses, point de régulation du système spéculatif à l'horizon. Point d'asservissement de la finance et des bonus des banquiers et traders à l'économie réelle.

    Les seules alternatives que je connaisse avec moulte réserves de rigueur, sont de généraliser l'échange direct de biens et services, et aussi le modèle non spéculatif de la finance islamique. Des systèmes embryonnaires hélas à l'échelle du modèle de faillite dominant.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu