Avertir le modérateur

Avocat de la défense

9782738123435.jpgSalut François. Il est bien beau ton « Avocat de la défense », publié ce début septembre, chez Odile Jacob. Les pénalistes parlent, on le sait, mais peu écrivent. François Saint-Pierre est un pénaliste respecté, un esprit indépendant et il écrit : c’est une chance pour nous.

 

Je conseille vivement ce livre à tous ceux qui cherchent à comprendre ce qu’est la défense, aux avocats qui en arrivent à croire qu’ils font un métier banal, aux journalistes qui en ont assez d’être démentis par les faits, aux magistrats qui ont tant de peine à accepter que nous soyons aussi des coquins, et aux étudiants qui s’apprêtent à prendre du service dans la défense des libertés. Courrez tous chez le libraire, et faites exploser les ventes : François pourra faire une grandiose tournée des bouchons de Lyon avec tous ses amis, et apaiser son gosier surchauffé par des plaidoiries infernales avec quelques bons pots de côtes.  

 

« Avocat de la défense » est un livre qui compte. Construit, des idées, beaucoup d’enseignements, de la documentation… On apprend beaucoup, et réussite incontestable, tu offres la rigueur des informations au top du top et de vraies analyses dans un langage accessible par tout un chacun, et bien balancé. C’est la marque de celui qui sait, pour avoir tant labouré la matière. Le sujet est immense, mouvant, les réformes se multiplient, se font et se défont, on part de Cicéron et on arrive dans l’actualité… le tout en 230 pages qui fourmillent d’histoires, de vécu, avec quelques plongées dans des interrogations philosophiques. Ton livre est dangereux car il en remplace beaucoup d’autres. Non, soyons positifs, il donne envie d’en lire d’autres. ciceron.jpg

 

Ton implication donne sa tonalité au livre : ce n’est pas « la défense », mais « l’avocat de la défense », et ça veut dire beaucoup. Il y a les lois, la jurisprudence, les enseignements universitaires, les cours et les tribunaux, les droits de la défense… Et il y a ces gus un peu spéciaux que sont les avocats pénalistes. Un peu spéciaux, car ils choisissent de faire les plus belles études, de se nourrir de culture, pour finalement vivre du crime… et en tout cas de l’argent des criminels. Sans scrupules, ils combattent les preuves que notre gentille police a tant de mal à réunir, n’hésitent pas à satelliser une procédure pour un petit vice de forme, et entretiennent un rapport élastique avec notre bénie vérité. Tu cites Cicéron soutenant que la défense « est un art qui repose sur le mensonge, qui parvient rarement à la connaissance du vrai, qui cherche à exploiter les opinions et souvent même les erreurs des hommes ». Quel programme !

 

Oui, mais il y a aussi Cicéron décrivant l’éloquence de l’avocat comme « l’art d’arracher de l’âme des juges, leur cruauté toute entière ». Après tout s’enchaîne : la fonction de la défense, l’argumentaire et le conseil. La base reste : se lever, pour au nom de la loi, défendre celui que tout accuse. L’avocat est le plaideur, celui à qui le président donne la parole. Le pouvoir des lois d’un côté, et l’illusion des mots de l’autre. Parce qu’on ne donnait aux avocats que la parole, ils ont appris à en faire une puissance argumentaire qui a renversé bien des tables. Ca s’apprend et ça se travaille. Pas d’éloquence pour qui ne connaît pas parfaitement son sujet. Et pour s’écarter du danger – parler pour ne rien dire – il faut commencer par apprendre à écrire. Je conseille, comme de grandes pages, ce que tu écris de l’éloquence et de la rhétorique.

 

cicerone_copertina_de_oratore.jpgEt voilà que ça se complique. Alors que l’avocat vient d’apprendre l’usage de la parole, il faut maintenant qu’il acquière la maîtrise de la technique. A force de demander des droits pour la défense,… ces droits sont arrivés, et on en annonce d’autres. Dans la douleur législative, avec d’impressionnants mouvements de yoyo, mais ça progresse, et ça s’accélère : la suppression du juge d’instruction ne se comprend qu’avec de nouveaux pouvoirs pour la défense, qu’il va falloir assumer. C’est un défi. Si Cicéron revenait faire un tour, il faudrait le renvoyer sur les bancs de l’école ! Car l’avocat qui ne se saisit pas des armes que lui donne le Code de procédure pénale est un mauvais, et engage sa responsabilité. On voit dès lors l’enjeu : devenir un technicien sans renoncer à l’éloquence ; être un orfèvre de la jurisprudence capable de nouer les tripes des jurés.

 

Deux remarques critiques pour finir.

 

« Etre avocat de la défense est un état ». Ce qui peut surprendre, paraître prétentieux, mais que tu expliques. Tu devais aller plus loin : dans le monde tel qu’il est, c’est un esthétisme. Il y a de la beauté chez l’avocat de la défense.

 

Et puis, je me demande au final si ta tonalité n’est pas trop juste. Car, la défense passe par l’excès, l’abus, la provocation, le pied de nez céleste. Et tu sais mieux que moi que la justice est plutôt une brave fille, parfois une princesse, mais souvent une grosse mémère qui n’avance qu’à coup de lattes dans le train. Je parle du petit monde de la justice, dont les avocats, dont je suis.

 

artwork_phoenix_wright_ace_attorney_20050112.jpg

Commentaires

  • @Maître devers,

    ouhhh dangereux tout ça... Vous me donnez envie de renouer avec le Droit pénal. J'irai lire ce livre et vous en donnerez mon point de vue.

    En revanche c'est toujours bien beau d'entamer un bouquin par Cicéron, mais encore faudrait-il commencer par les sophistes. "Ah ! les sophistes ! Ces menteurs ! Ces vendeurs de savoir !", diront certains d'entre-nous de ces amants de la sagesse trop longtemps conspués.

    Et pourtant que serait la démocratie sans les sophistes ? Ce sont bien eux qui ont initié la rhétorique. J'attends de voir un ouvrage qui puisse les réhabiliter.

  • LJS,

    Si ce n'est fait, tu devrais lire l'apologie de Socrate, ouvrage court et limpide. Et puis les Philippiques, grands morceaux d'anthologie.

  • avec sarkozy en 7 ans les avocats gagnent beaucoup d'argent ....

  • un avocat de la défense, qui croit en son client (je prends l'hypothèse où celui-ci est innocent, mais que le système a voulu enfoncer), c'est incroyable, mais ça se voit, ca se sent. Il défend avec une sincérité qui se dégagde de son comportement, de ses paroles, de ses faits et gestes. Même si un avocat quelque part, reste un comédien (ce n'est pas pour rien que Me Verges s'est retrouvé au théâtre). Quand le client est coupable, il cherche circonstances atténuantes, joue sur l'émotion..., bref, fait tout pour qu'il ramasse le moins possible.

    J'ai vu de remarquables penalistes en défense, j'en ai tremblé, je suis restée scotchée. Quand un avocat de cette envergure vous annonce les honoraires, vous vous dites "mais il est fou celui là, il m'a pris pour Madoff ou quoi?". Quand il obtient votre acquittement, alors que tout avait été scrupulesement monté contre vous, vous vous dites qu'en fait, quoi que vous fassiez, vous ne pourrez jamais le rétribuer pour ce qu'il a fait, c'est un peu comme le médecin qui trouve "le truc" pour vous sauver. Mais il n'est pas normal que des gens aux faibles revenus ou sans revenu n'ait pas accès à un "grand", "the best", même si d'une part, il est faux de dire que les avocats à aide juridictionnelle ou les commis d'office ne sont pas bons, et d'autre part, des "pointures" prennet l'AJ pour des dossiers très complexes qui nécessitent des heures et des heures de travail.

    Ce n'est pas facile: l'accusation sait tout sur votre client, vous ne savez rien sur la personne qui vous accuse (avec le fichier Cassiopée, ce n'est pas pour arranger). La configuation du procès pénal n'est pas à votre avantage non plus: l'accusé, sur un "box des accusés", comme pour figer la culpabilité dans l'esprit des jurés; la partie civile, elle, est du même côté que le rouge et le noir, elle est défendu certes par son avocat, mais "géographiquement", elle a à coté d'elle le Ministère public, l'"ordre" et quand on est du côté de l'"ordre", c'est qu'on a raison, c'est qu'en face, psychologiquement, l'accusé est forcément coupable. Du détail? peut être. Des apparences? mais les apparences sont parfois trompeuses, au penal, cela peut avoir des conséquences dramatiques. Et c'est là qu'intervient l'art de la défense, qui s'attèle à tout décortiquer.

    à lire ce jour p 2 du Progrès, une interview de François saint-pierre.

  • Le problème de la suppression du juge d'instruction, c'est que défense et accusation ne sont pas à armes égales puisque la justice a le monopole de l'enquête. Dans la procédure accusatoire des USA, l'enquête est contradictoire et les avocats ne se privent pas d'enquêter et de contester.

  • Très belle rhétorique (normal venant d'un avocat)... Ainsi, on peut admirer l'avocat de la défense qui défend un client innocent, de même que celui qui défend un client coupable mais ne cherche qu'à avoir un jugement équitable vis à vis de l'affaire jugée (le moins possible).

    Néanmoins, je méprise les avocats de la défense fourbes et besogneux, utilisant les oublis (inévitables) ou les failles dans la réglementation pour faire libérer en connaissance de cause des criminels, pédophiles, gangsters notoires, ... Car si la défense de toute personne accusée est nécessaire dans toute démocratie, ces derniers bafouent ouvertement la démocratie en permettant à des individus nuisibles de continuer leurs méfaits en étant "au-dessus des lois", ce qui pose tout de même problème dans une société égalitariste comme la démocratie.

    C'est pourquoi j'admire ceux qui permettent son application, et rejoint les post précisant qu'il devrait être accessible (il est possible de rêver) d'avoir les meilleurs avocats même pour les plus pauvres.

  • mathaf

    Si tu parles de l'œuvre écrite par Platon, je dois l'avoir toute poussiéreuse dans ma bibliothèque, il faudrait que je m'y plonge à nouveau car à vrai dire... je déteste Platon, sauf pour ce qui est de sa conception de l'art et de son dieu unique. Et même là, ironie du sort, lui qui dans sa république idéale voulait bannir les artistes, ceux-là se revendiquent encore de Platon. C'est fou ce que l'histoire peut nous réserver. Mais je m'y replongerai, avec un œil plus diverti.

  • Mais depuis quand voit on un homme qui veut être président de la répubique se faire nommer sur un poste par le président de la république qu'il est censé voulouir dégommer ???

  • Si c'est au sujet de DSK, ce n'est pas le bon topic. lol
    Sarko l'a bien fait, lui. Il a eu les "cojones", il a fouttu le docteur Jacquot à la trappe, rien que ça, ça méritait.

  • LJS,

    Et dire qu'on enseigne pratiquement plus le grec, c'est tragique.
    Le grand Démosthène répétait ses Philippiques face à la mer, la bouche remplie de cailloux, ça c'est de l'entraînement de haut niveau. lol

  • Mathaf,

    Tout à fait d'accord avec toi ! D'ailleurs qui le voudrait de nos jours ? On parle politique sur un autre topic, je ne perds pas espoir. Il y aura bien un grand homme politique qui sortira en France, et qui pourtant ne connaîtra rien du grec. Eh quoi ! Machiavel ne lisait Aristote qu'en latin... Et ça ne l'a pas empêché de revivifier les sciences politiques !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu