Avertir le modérateur

L’erreur fondamentale de Villepin

DartRecueilG.jpgLe citoyen Galouzeau de Villepin Dominique a-t-il des avocats et lui reste-t-il des amis? Il y a de quoi se poser la question après la déclaration grandiloquente de l’ancien Premier ministre, planté devant la porte du tribunal correctionnel de Paris qui doit le juger.

Je relis, les yeux ébahis.

«Nous sommes aujourd'hui le 21 septembre. C'est le jour anniversaire de la République française.»

Eh ben mon Galouzeau, tu en as gros sur le cœur pour aller chercher à la rescousse le 21 septembre 1792, et les députés de la Convention décidant d’abolir la royauté ! Je t’assure, ça fait un peu décalé… L’art de décaler les sons?

«C'est aussi le jour dédié par les Nations unies pour la paix dans le monde.»

Là, tu sombres déjà. Une pensée pour les victimes des guerres. Je te rappelle que tu es surtout convoqué là pour une affaire de dénonciation calomnieuse… Attention, grosse tête, grosse migraine…

«J'espère que l'exigence de justice sera au rendez-vous.»

Ca tombe bien,… tu es au tribunal. Et pour avoir rendez-vous avec la justice, ce n’est pas si mal. affiche_Thierry_la_Fronde_1963_1.jpg

«Je suis ici par la volonté d'un homme, je suis ici par l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française.»

Là, tu commences à tutoyer l’outrage aux magistrats. Car, la citation en justice est signée par un monsieur, procureur de la République, qui s’est appuyé sur les travaux de deux juges d’instruction et de nombreux flics de haut niveau. Et il se trouve que c’est Nicolas qui figure sur les faux listings. Que plus d’une personne t’accusent… Qu’éventuellement, tu avais intérêt à la chose. De quoi te défendre, tout simplement.

« J'en sortirai libre et blanchi au nom du peuple français. »

Mais non, personne ne veut t’entauler. Et « blanchi »… Comment peux-tu utiliser ce mot à mi-chemin entre les truands et la Mère Denis. Tu es innocent ou coupable. Ton psy n'est pas rentré de vacances, ou quoi ?

« Certains voudraient croire qu'il n'y a pas dans notre pays de procès politique, je veux le croire aussi et pourtant nous sommes ici en 2009 et nous sommes en France. »

Pas de doute : les juges du tribunal correctionnel, qui s’apprêtent à analyser ce dossier en toute indépendance, vont être heureux de cette assimilation avec les procès de Moscou.

1158602457.jpg« Je veux redire que mon combat n'est pas un combat personnel, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui se battent contre l'injustice, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui sont victimes de l'abus de pouvoir. La justice est un bien précieux mais c'est aussi un bien fragile qui demande l'engagement de tous. Je sais que la vérité triomphera. Je vous remercie. »

Oui, il était temps que cette déclaration solennelle prenne fin. Le problème est que tu as aussitôt enchaîné en début d’audience avec des conclusions tendant au rejet de la constitution de partie civile de Nicolas. Je passe sur les précédents de Pompidou et Giscard, qui avaient ouvert la voie. La question mérite réflexion quand le président de la République forme des demandes, alors qu’aucune ne peut être formée contre lui. Oui, mais la protection est provisoire, le feu étant simplement gelé jusqu’à la fin du mandat. Surtout, dans cette affaire, Nicolas s’est abstenu de toute démarche et ne forme aucune demande. Sauf celle de participer à la recherche la vérité, comme victime. Bref, tu as choisi d’ouvrir les débats en offrant une victoire à Nicolas. Sympa.

Mon cher ex-quasi candidat à la présidence de la République, tu ferais bien de remettre les pieds sur terre. Tu es poursuivi dans le cadre légal, en fonction d’infractions précises, sur des faits qui posent question, et après avoir exercé les droits et recours ouverts à la défense pendant l’instruction. Le respect de la loi passe par la considération des juges, et dire aux juges ce qu’ils devront juger, après leur avoir passé un savon républicain, n’est pas la meilleure entrée en matière.

Dominique, c’est preuve contre preuve que ça se jouera. Et ça se jouera dans la salle d’audience, pas dans le couloir, et ce même si tu te crois le plus fort.

strongman.jpg

Commentaires

  • Délicieusement rafraîchissant...

  • Il mérite une claque sur le museau, le mégalo conspirateur.

  • Petite anecdote amusante, Gilles appréciera :

    "Insistant à plaisir sur " les 42 tomes de l'instruction " et martelant sa foi en " l'oralité des débats qui vont se tenir ici même ", l'avocat de Nicolas Sarkozy s'est autorisé, en réponse aux critiques portées sur l'indépendance du tribunal, à dispenser " une leçon au jeune confrère qu'est M. de Villepin [qui exerce désormais le métier d'avocat], qui assiste sans doute à sa première audience correctionnelle " : " Ici, a-t-il lancé, les décisions rendues sont motivées et les juges qui les rendent se fondent sur des preuves. " (Le Point)

  • Continuons à nous laisser endormir par un petit despote qui nous démantèle la république pour en faire un royaume de nantis et de cerfs...

  • La leçon donnée par Herzog, l'avocat de sarko, est cinglante.

    Avant de me faire taper, à mon tour, je précise que de Villepin est défendu par d’excellents avocats, il n’y a pas de doute. Mais l’expérience montre qu’il est parfois impossible pour les clients d’écouter ce que leur conseille l’avocat.

    Allumer les juges, ça c’est déjà vu. Et il n’y a pas si longtemps, parce qu’au regard des droits de la défense, le procès dérapait. Mais là, le procès n’avait pas encore commencé.

  • L'utilisation de ses enfants et de sa femme face aux médias:pitoyable et lamentable
    Le personnage est prêt a tout pour servir son ambition politique Le pouvoir rend fou Lorsque l'on examine a froid les positions et postures des Sarko,Villepin,Bayrou, Royal,et compagnie,c'est terrifiant de voir ces égos démesurés capables des pires vilainies

  • ce billet est un bonheur notamment pour de nombreux étudiants en droit, de par les principes qu'il rappelle.

    Mais comme tous les principes, il y a le principe et l'application pratique. S'il m'est permis un "dépassement" de l'affaire clearstream, au delà de cette "histoire", les principes, on peut y mettre un sacré bemol.

    j'ai eu pendant longtemps une idée très (trop?) idéaliste de la justice, sans doute la même naïveté qui pousse nombre d'étudiants en fac de droit. On y croit, on y croit, jusqu'au jour où l'on déchante.

    "la citation en justice est signée par un monsieur, procureur de la République, qui s’est appuyé sur les travaux de deux juges d’instruction et de nombreux flics de haut niveau": comme j'aimerais croire à l'indépendance, à l'autonomie de ce beau monde!!! le Proc qui signe, mais qui fournit l'encre? (je le redis, d'une manière générale, au delà de cette affaire). On a déjà entendu après un acquittement ou une relaxe: "depuis le début on clame notre innocence, ils voulaient obtenir notre inculpation, ils l'ont obtenu, tout simplement". Et il y a bien des Courroye de distribution...

    "La question mérite réflexion quand le président de la République forme des demandes, alors qu’aucune ne peut être formée contre lui. Oui, mais la protection est provisoire, le feu étant simplement gelé jusqu’à la fin du mandat": sur le point de l'immunité (une fois de plus au delà de clearstream) qu'attendons nous pour nous mettre en "compatibilité" avec la position de la CEDH? Et attendre quelques années, après la fin du mandat, ce n'est pas une manière d'avoir les gens "à l'usure"? Et en cas de double quinquennat, n'est-ce pas un système qui frole le ridicule? délai raisonnable?

    sur les propos rapportés par Mathaf, c'est vrai, c'est motivé. Heureusement que l'on n'est pas aux assises.

    " Le respect de la loi passe par la considération des juges, et dire aux juges ce qu’ils devront juger, après leur avoir passé un savon républicain, n’est pas la meilleure entrée en matière.": en même temps des juges ne doivent pas dans le travail qui va être le leur juger en fonction de propos qui ont pu les froisser. Si j'insulte un juge de con et que je suis innocente, il me relaxe et il me poursuit pour l'insulte.

  • ce billet est un bonheur notamment pour de nombreux étudiants en droit, de par les principes qu'il rappelle.

    Mais comme tous les principes, il y a le principe et l'application pratique. S'il m'est permis un "dépassement" de l'affaire clearstream, au delà de cette "histoire", les principes, on peut y mettre un sacré bemol.

    j'ai eu pendant longtemps une idée très (trop?) idéaliste de la justice, sans doute la même naïveté qui pousse nombre d'étudiants en fac de droit. On y croit, on y croit, jusqu'au jour où l'on déchante.

    "la citation en justice est signée par un monsieur, procureur de la République, qui s’est appuyé sur les travaux de deux juges d’instruction et de nombreux flics de haut niveau": comme j'aimerais croire à l'indépendance, à l'autonomie de ce beau monde!!! le Proc qui signe, mais qui fournit l'encre? (je le redis, d'une manière générale, au delà de cette affaire). On a déjà entendu après un acquittement ou une relaxe: "depuis le début on clame notre innocence, ils voulaient obtenir notre inculpation, ils l'ont obtenu, tout simplement". Et il y a bien des Courroye de distribution...

    "La question mérite réflexion quand le président de la République forme des demandes, alors qu’aucune ne peut être formée contre lui. Oui, mais la protection est provisoire, le feu étant simplement gelé jusqu’à la fin du mandat": sur le point de l'immunité (une fois de plus au delà de clearstream) qu'attendons nous pour nous mettre en "compatibilité" avec la position de la CEDH? Et attendre quelques années, après la fin du mandat, ce n'est pas une manière d'avoir les gens "à l'usure"? Et en cas de double quinquennat, n'est-ce pas un système qui frole le ridicule? délai raisonnable?

    sur les propos rapportés par Mathaf, c'est vrai, c'est motivé. Heureusement que l'on n'est pas aux assises.

    " Le respect de la loi passe par la considération des juges, et dire aux juges ce qu’ils devront juger, après leur avoir passé un savon républicain, n’est pas la meilleure entrée en matière.": en même temps des juges ne doivent pas dans le travail qui va être le leur juger en fonction de propos qui ont pu les froisser. Si j'insulte un juge de con et que je suis innocente, il me relaxe et il me poursuit pour l'insulte.

  • "pas si longtemps, parce qu’au regard des droits de la défense, le procès dérapait. Mais là, le procès n’avait pas encore commencé": OK Maître, mais les principes, on les respecte de A à Z, avant même que le procès ne commence, de la garde à vue, de la mise en examen, jusqu'au verdict, pas uniquement pendant le procès

    (PS: je précise, je n'ai aucun intérêt dans la défense de De Villepin)

  • je précise juste:

    "Avant de me faire taper, à mon tour": vous aurez compris Maître que je ne tape sur personne

  • Le Conseil de l'Ordre aurait quelque raison de renvoyer de Villepin sur les bancs de la faculté :

    D'abord, pour y apprendre le droit.
    Ensuite, pour méditer sur le serment qu'il a prêté :

    "Je jure, comme avocat, d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité."

    Ca commence mal.

  • Très bon article et très amusantes les illustrations !
    Gael

  • Staline jugeait aussi ses condamnés au nom du droit ... du droit instauré sous une dictature communiste !

  • Sarkozy est avocat de métier également....

  • Article consternant. peut-être parce que je ne suis pas juriste, mais une simple citoyenne qui voit les valeurs républicaines disparaître sous les attaques de l' "omniprésident " qui hélas a été élu par d'autre citoyens...
    Quant à Me Herzog, j'ai noté son panégyrique de la fonction du juge d'instruction, alors même que Nicolas Sarkozy , Partie civile présidentielle qu'il représente, n'a de cesse que d'essayer d'éliminer ces magistrats....

  • Cela me fait rire lorsque certains ,parlent de la grandiloquence de Galouzeau, que ce soit à l'ONU ou au Tribunal, seule sa voix est théâtrale, elle cache le contenu de discours qui, sont, d'une pauvreté affligeante.

  • La république est nées en 1972 ? Comme moi ?ah bon ?

    lol

  • Votre billet est un billet d'humeur à charge contre DVD ! Vous donnez le ton tout de suite ! irrecevable car non objectif ! parti pris évident !

  • Evitons l'amnésie.

    Ce qui est certain c'est que sans Villepin et Chirac, la France aurait envoyé des troupes s'enliser dans le bain de sang en Irak.

    Cela en fait des morts en moins, Afghans comme Français.

    Je ne suis politiquement pas à droite, mais je n'oublierais jamais le discours de Villepin aux Nations Unies.

    Qui fera un jour le décompte des victimes innocentes de la politique de Sarkozy?

    La seule chose grave dans l'affaire Clearstream, c'est qu'elle a permis d'enterrer l'affaire des Frégates de Taïwan qui, elle, a causé des morts (probablement des assassinats pour éviter des fuites).

  • J'ai adoré.
    Vivement la suite.

  • Coucou Fran, pardonnes-moi pour cette correction intempestive, mais il y a une faute qui m'a dégommé un oeil (lol) :
    "Continuons à nous laisser endormir par un petit despote qui nous démantèle la république pour en faire un royaume de nantis et de cerfs..."
    On écrit serfs comme servage... A moins que tu désirasses écrire : "un royaume de nains et de cerfs (tirant l'attelage des nains).

    @ Gilles,
    Bonne lecture ; ça fait du bien de mettre les points sur les i.
    Pourtant, sur le fond, je me joindrai volontiers à Révoltée sur ce coup-ci. Sans essayer d'innocenter Galouzeau ou le charger un peu plus, il faut reconnaître que ce procès est une mascarade ; imaginer une seule seconde que la justice est indépendante en France est quelque peu... Utopique ! L'indépendance de la justice est inversement proportionnelle à l'importance politique des "affaires"... Ça aussi c'est un fait.

    Sur la forme : un ami aristocrate m'avait déjà "villepindé" à ce sujet. On ne peut pas juxtaposer la préposition "de" et la particule "de"... Je ne sais pas si je suis très clair donc quelques exemples. On doit écrire "le gouvernement de Villepin" et non pas "le gvt de de Villepin" (la particule saute). Ou : l'erreur fondamentale de Villepin.

    Cordialement,
    D.

  • @ Marianne,
    Pour l'instant, nous ne sommes pas en Irak, mais nos forces sont présentes en Afghanistan et ce fut sous le règne de Jacques Ier (dont M. de Villepin était un proche conseiller) que la France envoya des troupes là-bas (le Premier ministre d'alors - L. Jospin - ne pouvant de toute façon pas s'immiscer dans les domaines réservés du président de la République...).

    Quant à l'affaire des frégates de Taïwan... Ca dure depuis 15 ans environ.
    http://dinersroom.free.fr/index.php?2009/02/12/1056-et-revoila-l-affaire-des-fregates-de-taiwan
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_l%27affaire_des_fr%C3%A9gates_de_Ta%C3%AFwan

  • A mon avis Sarkoleon est juge et partie tout simplement. Il controle tout.

  • La meilleure jusqu'à présent:

    "Ce n'est pas l'élection d'un Chippendale dont il s'agit. On peut être beau, grand et arrogant et perdre", a ajouté Pierre Charon." (L'Express)

  • "Ce n'est pas l'élection d'un Chiwouawoua dont il s'agit. On peut être laid petit et teigneux et gagner"

  • La meilleure intervention des hypocrites de service serait plutôt celle de F. Lefebvre :

    http://lecabinetdebarner.blogspot.com/2009/09/sans-commentaire.html

  • Rapelez vous qu'un autre "chef d'Etat" a fait pendre ses opposants à des crocs de boucher et que cela ne lui a pas vraiment porté chance....

  • Exact DenisfromParis, je me suis gourationné et je te remercie de me reprendre ;-)

    Maintenant pardonne-moi mais j'ai un tableau à terminer, c'est un nain nu qui gambade au milieu de cerfs endormis, dont les bois bourgeonnent de roses rouges...

    PS / Pour Lefebvre on est d'accord.

  • @Patrick
    Verrais-tu en Villepin un Von Stauffenberg ?

  • Bonjour Denis 75,

    Dis, ton site (club des blogueurs), quand est-ce que tu l'alimentes avec un billet que je vienne t'embêter (gentillement et amicalement bien sûr)?

  • @Denis75

    Je viens de relire ton message, ( je l'avoue, sournoisement à la recherche d'une faute )et "pardonnes-moi " il me semble que ça ne prend pas de "s" mais tu auras surement corrigé de toi-même j'esperasse...lol

  • Lefebvre comme tous les nazes de l'Union pour la Majorite Pestilentielle recherche des coupables faute de trouver des solutions.

  • Ce billet est un torchon, rédigé (mal rédigé de surcroit) à la gloire de son Altesse Sarkozy. La syntaxe qui se veut recherchée est proprement lamentable tout autant que le contenu, c'est une charge de plus contre De Villepin qui dans sa position n'a pas besoin qu'on en rajoute., Quant à ceux qui critiquent le fait que ce dernier se serve de sa femme et de ses enfants, c'est oublier comment Sarkozy a outrageusement manipulé la famille lors de son élection, avant et après. Je ne défends en aucun cas celui qui a voulu nous imposer le CPE et qui nous a refilé le CNE mais il faudrait que Sarkozy cesse de se prendre pour le Roi de France et les gens pour des imbéciles.

  • Y sert aryen...

  • Pauvres cons de sarkozystes!Je vous emmerde et je vous souhaite une retraite à 0 euros!Bande de fachos, cons et dèbiles.

  • Yafode c'est un billet écrit par un avocat sur un autre avocat entouré d'avocats dont certains défendent l'honneur d'un autre, encore, avocat...
    Oui je sais ma prose ressemble beaucoup à du guacamole...

  • Fran,
    histoire d'avocat et de guacamole...
    il est très interessant de regarder l'étymologie du mot avocat (celui qui nous défend) et surtout de l'avocat que l'on mange... c'est très "bizarre", j'ai découvert cela il y a quelques temps, il fallait y penser... Alors du coup, le guacamole, moi qui adore ça, en connaissant l'étymologie, ça passe moins...

  • @ Fran,
    Exact !
    J'avoue que je ne suis pas au point sur les innombrables règles et les exceptions aux règles du français (j'ai confondu avec la forme négative de l'impératif pour les verbes du premier groupe. Dès lors, "ne me pardonnes pas" loool)
    Merci pour la correction !

    @ Révoltée,
    mais tu peux m'embêter autant que tu le désires sur les billets déjà pondus (BHL prend cher dans l'avant-dernier et "la gauche" standard aussi dans le dernier)... Le prochain billet devait concerner le libéralisme. Mais... C'est trop embrouillé... Le terrain est trop miné pour se permettre de raconter n'importe quoi (pour l'instant je lis les chef d'oeuvres de certains "libéraux" - mais qui sont tout de même pro-capitalistes (première contradiction théorique et insurmontable sur laquelle je bute)... - et "ça m'énerve").

  • Pas de pitié pour les croissants !!

  • sommes-nous tombés si bas, au point d'arbiter entre ces tristes sbires ? laissons-les se bouffer entre eux !

  • A moins d'entretenir avec de Villepin des relations étroites et de vous employer dans cette note à lui distiller quelques conseils avisés, je ne vois pas ce qui vous autorise M. Devers à utiliser ce tutoiement teinté de mépris et d'arrogance partisane. Lorsque l'affaire a été révélée au grand jour en 2004 , Sarkozy a dit (en parlant du principal intéressé):"Il est mûr, c'est le moment de l'enterrer définitivement" (ou quelque chose dans le genre, en tous cas l'adjectif "mûr" y était). Il n'est point besoin d'être expert pour entrevoir dans ce procès la volonté unique d'un chef d'état d'écarter un adversaire politique de taille, les expressions "procès politique" et "acharnement" se révélant pour le coup tout à fait appropriées. Il est certain que Villepin et Sarkozy avaient connaissance des listings et les deux ont succombé au pari opportuniste de laisser couler l'affaire avec l'espoir d'en récolter quelques bénéfices. Ca a tourné à l'avantage de Sarkozy. Méconnaissant la situation politique actuelle, vous ne percevez pas l'intérêt stratégique que revêt cette affaire pour Sarkozy (qui se moque bien de savoir si justice sera rendue): la principale opposition à Sarkozy se situe dans son propre camp parmi les gaullistes républicains (souverainistes?) convaincus (Dupont-Aignant, Juppé, Barouin et plein d'autres) dont les principaux relais dans les institutions ont été évincés (direction des RG...) au profit de vassaux sarkozystes acquis à cette idéologie de rupture antirépublicaine. Voilà tout l'intérêt pour notre président d'enterrer politiquement son opposant le plus crédible (et le plus talentueux).

  • Simple et sain. Juste le rappel de quelques faits mais, une réflexion roborative, loin des lieux communs journalistiques qui noircissent les colonnes des journaux; loin de la paresse intellectuelle de journalistes institutionnalisés qui se laissent embarquer sans retennue par les stratégies de communication des acteurs de la farce. A croire qu'il suffit de savoir tendre un micro pour obtenir une carte de presse.

    Merci

  • Denis 75:
    euh, j'avoue que sur le sujet que tu envisages, je vais avoir du mal à t'embêter...
    si tu veux un peu de lecture:http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/09/22/les-histoires-de-l-oncle-keynes-par-marc-roche_1243641_3232.html

  • "d'enterrer politiquement son opposant le plus crédible (et le plus talentueux)."
    Gaby uniquement dans sa tête et dans la votre
    Pour la majorité des Français Galouzeau ,c'est le souvenir d'un piètre 1er ministre,c'est le CPE et le CNE Quand au discours a L'ONU ce n'est qu'un discours la décision de ne pas allez en Irak c'est Chirac,pas Galouzeau

  • Billet prétentieux, suffisant, le Genre de d'enflure que Voltaire et Beaumarchais auraient détesté
    c'est sûr que l'intervention de Villepin à eu le don en tout cas de faire écrire un i......e d'avocat.
    et c'est votre punition d'avoir publier ce torchon qui n'est drôle pour personne .Consolez vous, vous avez certainement fait des heureux parmis ceux qui aiment à calomnier leurs semblables.

  • complètement ridicule Monsieur de Villepin, nous ne sommes plus à l'ére des grandes déclarations de DANTON ...

  • Ce billet sent le 53 %

  • euh... quelqu'un peut m'expliquer ce qui se passe sur ce blog aujourd'hui? c'est quoi? la grippe A? l'automne? le lobbying?

  • Tout cela est un coup monter à l'origine par sarko le manipulateur le voyou des carpathes.
    il s'engraisse lui sa famille ses copains du CAC 40 les requins de patrons.
    Mais le 14 juillet 1789 reviendra et sa t^te tombera dans la sciure et se sera fait par les ouvriers

  • Des effluves de 53%...

    Et non, ce n'est pas le genre de la maison.

  • Mdrrrrr il fait pitié. Il joue les Antigone sacrifiée par la justice des hommes, mais sa pièce à tout d'une farce de la commedia dell' arte.

  • Plus précisément : le personnage de Matamore dans la comedia dell Arte. lol

  • "Et ça se jouera dans la salle d’audience, pas dans le couloir"
    Vous plaisantez, j'en suis sûr !
    Je suis moins sûr que Sarkozy sorte indemne, même si Villepin morfle.
    Villepin n'est q même pas mal comme orateur, tandis que Sarkozy, à part les meetings...si jamais il décide de se pointer au tribunal on va rigoler.
    Pourquoi pas, au point où on en est...

  • Mathaf,

    Mdr! Oui, mais après avoir joué une des fourberies de Scapin.

  • l'une des questions c'est "la justice est-elle indépendante en France ? "

    Question irrecevable! ca la jsutice est duale, et on veut toujours l'enfermer dans le monisme.

    Le parquet n'est pas indépendant. La CEDH l'affirme, après tant d'autres. C'est d'ailleurs une question de statut, tranchée par la loi : le parquet est placé sous l'autorité du garde des sceaux. Tous les pays n'ont pas ce fait le choix, mais c'est une tradition en France.

    Dans notre affaire, le parquet aurait-il pris les meme décisions si Dominique, par impossible, avait été élu président ? Chacun petu se faire son opinion, et argumenter. C'est le procureur de la Républioque lui-meme qui est venu çà l'audience. Comme vous, je suivrais avec attention, car j'ai cru comprendre que son analyse n'avait pas toujours été linéraire. Mais il faut être juste : le parquet est tenu par une appréciation en opportunité. c'est le Code. Il peut donc constater que les éléments réunis jusitifieraient de poursuites, mais que ces poursuites ne sont pas opportunes. ca, c'est du quotidien.

    Mais attention : il y a le parquet et le siège ! Et mettre en cause, par a priori, l'indépendance et l'impartialité des juges, c'est un sacré pari, qu'il faudrait agrémenter. Or, qui dit le droit ??? Ce n'est pas le parquet, ni les avocats, mais le juge et encore le juge qui esdt sur la chaise du haut: cour de cassation, et dans un genre complémentaire, la CEDH

    Imaginons une autre entrée en matière:

    "Je garde mes déclarations pour les juges, qui ont tout mon respect de citoyen, et d'ancien premier ministre. Mon terrain sera celui de la loi, des preuves et des arguments. Je m'opposerai frontalement aux accusations du parquet, et parce que nous arrivons enfin au débat judicaire, celui de l'égalité des armes, je vais pouvoir montrer que les griefs ne reposent sur rien de factuel, et que mon innocence est intacte. Après nous tirerons les leçons politiques. Au moment d'entrer dans cette salle d'audience, je pense à tous ceux qui ont été salis par le soupçon et qui n'ont pu bénéficier d'un procès équitable pour rétablir la vérité. C'est une épreuve, je l'assume, et je ne prendrai jamais le risque d'affaiblir le tribunal dont j'attends la proclamation de mon innocence."

  • Clearstream, littéralement "le flux limpide", est décidément plutôt un cloaque marécageux !

    Quelque chose cloche depuis le début dans cette affaire : les fichiers présentés au juge Van Ruymbeke et à Dominique de Villepin étaient évidemment faux depuis le départ et ils n'ont pu que très vite le découvrir. Ceux qui les ont falsifiés ne pouvaient pas ignorer que la supercherie serait vite découverte. Or quels que soient les fauteurs de la falsifiquation, ils n'ont pas fait cela pour faire "une bonne blague", ni pour faire accuser les personnes visées dans les fichiers puisque la falsification grossière allait être découverte. C'est intéressant de réfléchir au mobile du crime, à qui profite le crime, et en quoi cette diversion nous fait oublier le crime d'origine, celui des rétrocommissions sur les frégates de Taiwan, qui vont coûter 1,5 milliards à la France.

    Voir mon billet de blog :
    http://marie-annekraftblogpolitique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/09/22/clearstream2-l-enfumage-qui-fait-oublier-clearstream1.html

  • Marianne,

    Je traduirais plutôt Clearstream par "Onde Pure", comme dans la fable :

    Un agneau se désaltérait
    Dans le courant d'une onde pure.
    Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
    Et que la faim en ces lieux attirait.
    "Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
    Dit cet animal plein de rage :
    Tu seras châtié de ta témérité.

  • Marie-Anne je suis entièrement d'accord avec l'analyse que vous développez sur votre site:

    La falsification des listing de clearstream avait pour but, et a parfaitement réussi à:

    Enterrer l'affaire des frégates de Taïwan qui elle, était grave et a été émaillée d'assassinats (il y avait beaucoup, beaucoup, d'argent en jeu).

    Bon, c'est pas une raison pour me piquer mon pseudo! Non mais.

  • De Villepin ne semble toujours pas avoir compris qu'il existe un monde réel et qu'il n'est pas au dessus de ce monde.

  • il n'est pas question de remettre en cause ou de douter de l'indépendance du siège.

    Duale la justice, pourquoi pas. Je dirais même que c'est une dyarchie; la justice ne commençant pas avec le procès, il ne faut pas négliger ce qui se passe en amont. Et c'est ce "morceau" avant-procès qui pose problème, même si (heuresement!) ce n'est pas le parquet qui fait la justice à lui tout seul.

    J'adore le droit, il est fait de plein de petits mots qui permettent de faire à peu près ce que l'on veut. Opportunité? C'est bien ce qui pose problème. J'avoue ne pas avoir étudié le droit penal comparé, je ne sais pas trop comment cela se passe ailleurs, et ça ne veut pas forcément dire que c'est meilleur que chez nous. Mais par opportunité, c'est parfois (pas tout le temps), je fais en fonction de mon humeur, de mon café s'il a été bon, et de tant d'autres variables. Et parmi ces variables, les "convictions", les "connivences", et le respect de ma hierarchie. C'est ce mot "opportunité" qui fait que selon le tribunal de France ou de Navarre, les mêmes faits dans le même contexte seront "opportuns" à poursuivre ou pas. C''est le même mot qui voudra que l'ont poursuive Monsieur untel et pas Monsieur untel. Et il n'y a rien de pire qu'un shérif qui agit par "idéologie".

    maintenant on peut dire aussi : ben ce n'est pas grave, le mec innocent qui a été poursuivi, ben s'il est innocent, il sera relaxé... Mouai... j'aimerais y croire, c'est juste que c'est risqué., c'est un peu comme un pari. La "pré-justice", avant le procès, conditionne quand même pas mal la suite des aventures. Déjà, en raison de l'inégalité des armes à ce stade de la procédure. Et aussi parce qu'il y arrive (pas tout le temps) que nous ayons des policiers et enquêteurs qui regardent trop la télé et qui construisent durant l'enquête un véritable scénario, allez, vous, tout seul, démontez la solide construction bâtie par plusieurs personnes (par exemple, le cas du SDF accusé il y a quelques mois d'agressions sexuelles, le mari de la "victime" était dans la police, il s'est mis sur ce dossier "corps et âme" sans mauvais jeux de mots). C'est ce que vous diront les acquittés d'Outreau, ou d'autres: "ils voulaient obtenir notre inculpation, ils l'ont obtenue". Une fois jetés dans l'arène, plus de 50% du travail est fait, dans un seul sens.

    Mais l'innocent, s'il l'est vraiment, il n'a qu'à faire appel de sa condamnation? Ouai, mais quand le système s'acharne, difficile de faire confiance et de risquer d'aggraver sa peine. La Cour de cassation? elle se retranchera derrière l'appréciation souverainne des juges du fond, et encore, si besoin de l'AJ, il y a un système de filtre qui fait que ce n'est réservé qu'aux Sieurs Galouzeau et cie.

    Donc, ce Sieur Galouzeau, si Mme 47% avait gagné? Peut-être qu'il en serait là aujourd'hui. Mais peut-être que non. Je ne dis pas qu'il n'a rien fait, qu'il est innocent, qu'il n'a rien à se reprocher. Peut-être que la parquet non indépendant n'a reçu aucune directive. Mais vu l'état de notre droit, peut-être que si, et si c'est le cas, ça s'est fait en toute "légalité", c'est le système, c'est comme ça.

    Son discours, c'est sûr, c'est du nimporte quoi, c'est entre le burlesque et les guignols de l'info. Mais quand il dit "je suis là par la volonté d'un seul", il peut avoir tout faux, mais vu l'état de notre droit, ce n'est pas une bêtise grossière que de l'envisager. Et quand il dit "j'en sortirai blanchi" c'est la même chose que s'il disait "j'attends la proclamation de mon innocence.".

    ça, c'est du point de vue du droit. C'est vrai qu'après, question stratégie, c'est autre chose.

  • @ révoltée: Mouai... L'article de M. Roche ne me parle pas des masses... Pour ma part, Keynes était avant tout un capitaliste (philanthrope c'est certain ; libéral d'un point de vue politique, c'est sûr ; libéral tout court... Pas d'accord !
    C'est ainsi :)

    Au tôlier (ou taulier ? :) des lieux,
    C'est peut-être ma logique binaire (d'administrativiste spécialisé dans le REP [Recours pour Excès de Pouvoir]) qui veut ça : je ne pense pas que la justice soit indépendante...

    Après je respecte ceux qui du côté du Siège, des avocats - voire au sein du Parquet (si, si) - respectent le Droit et scandent l'indépendance des juges... Mais j'ai du mal à les croire.

    J'ai déjà argumenté un tout petit peu concernant la justice administrative à propos d'un autre billet - et j'avais conclut, il me semble, qu'il s'agissait d'un problème de "justice" en général. La justice judiciaire ne m'inspire guère confiance, voilà tout.

    Ensuite, force est de constater que le numéro de Galouzeau est tout simplement risible. La victimisation peut présenter quelques avantages lorsqu'il s'agit de démasquer une agression (parfois larvée), de faire la lumière sur une affaire gênante, de concentrer l'attention d'âmes qui, sinon, ne se seraient pas souciées de votre sort... Mais dans son cas, c'est tout simplement "immoral" - vu que ce terme-ci est "à la mode" ! (Et toc)

    @ tous les gens(Jean?)-foutre, les sarkozystes refoulés à 2 balles ou, pire, les insouciants qui pensent que DDV est blanc comme Blanche-neige dans cette affaire (spécial'dédicace @ adriana et @JEAN) et traite notre hôte en suppôt du sarkozysme :
    Heuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !
    Vous avez lu ne serait-ce qu'un billet en entier sur ce blog ? Ou vous êtes tout simplement des trolls ?
    (C'est une question...)
    http://www.slate.fr/story/9199/frederic-lefebvre-est-un-troll

  • et si sarkozy était dans l'affaire ?

  • Quitte à avoir un président de droite pour la vie, j'eusse préféré ce grand bellâtre distingué et fin orateur, plutôt que ce petit refoulé hargneux et grossier.

  • Fin orateur DVD ? C'est plutôt les Chargeurs Réunis, il en fait des tonnes.

  • Quelle arogance!!
    On sent bien que le rédacteur est un avocat.

  • Vivement un billet sur l'erreur fondamentale de Nicolas Sarkozy...

  • D'accord avec Revoltée, Dom et Gilles2. Monsieur Devers, ce jour je ne comprends pas l'objectif de votre billet sinon personnel (?) ou de mauvais pied. En effet, De Villepin ne fait qu'user des stratagèmes employés par tous et de façon bien plus extraordinaire, pas de quoi fouetter un chat, d'autant que... seule la justice tranchera.

  • Villepin se défend comme il veut, et il a d’excellents avocats.

    Mais il y a tout de même des failles.

    Qu’est ce qu’un juge ? Celui dont le métier est la culture de l’égalité des armes, pour dire le droit. Villepin a, grâce au code de procédure pénale, des droits pendant l’instruction. S’il se retrouve en correctionnelle, après avoir fait tous les recours qu’il souhaitait, c’est que ses demandes ont été rejetées.

    Sa déclaration grandiloquente est à pleurer de rire. Appeler ça de l’art oratoire, comme je l’ai lu…

    Surtout, respect pour les juges de la 11° chambre, qui entrent en fonction, et ne sont pour rien dans els étapes précédentes.

    Ce brave garçon, qui n’a jamais rien compris au suffrage universel – je rappelle que c’est l’artisan de la dissolution de 1997 – souffre d’une suffisance qui l’ensevelit ! Qu’a-t-il donc à reprocher aux juges, dont il ne sait rien, pour leur infliger sa leçon sur les origines de la république ?

    Dans une démocratie, on répond devant les juges. Ce n’est pas drôle. Mais s’estimer au dessus de la loi, c’est le propre des bandits.

    J’ajoute, car c’est le cri de joie du jour « Sarko savait, et il a attendu avant de réagir ». Une petite manip, si c’est vrai, mais qui ne change rien au fait initial, à savoir ajouter son nom sur une liste de suspects. Or, c’est ça l’infraction.

  • @ MAM : MAYDE MAYDE !!! (rire!)

    @ Angel,
    Mais non !
    De Villepin utilise des procédés exorbitant du droit commun...

    "En effet, De Villepin ne fait qu'user des stratagèmes employés par tous"... Ah oui d'accord
    "et de façon bien plus extraordinaire". Ah bah non, plus d'accord !!!

    Et oui, lorsque le quidam est convoqué devant la justice, il ne peut en aucun cas utiliser autant de manoeuvres dilatoires que le Sieur Galouzeau... (ça c'est un fait avéré)

    Quand ce même quidam a le malheur de croiser une caméra, elle l'égratigne un peu plus.

    Quand notre quidam - appelons-le Dédé vu qu'il commence à nous être familier - forme une demande incidente afin d'être dédommagé (juste au cas où...), on lui rit au nez.

    Mais après, sans être forcément "personnel", on a toujours le droit de râler un petit peu, de gratter à certains endroits ou de dire ce que l'on pense d'un sujet quelconque..?!?

    "d'autant que... seule la justice tranchera".
    C'est là que le bât blesse, car c'est peut-être le seul point d'accord entre Gilles1.0 et d'autres.

  • "oups"

    doublon...

  • à lire certains commentaires sur ce billet, depuis hier, on ne peut pas avoir un avis "en droit" sans être partisan d'un côté ou de l'autre.

    Denis 75, MAM, comme déjà dit, c'est pas une référence...en plus actuellement, trop occupée à donner des ordres au parquet (rire)!


    Me Devers: En l'état actuel, le proc et le juge d'instruction, ce sont souvent des « potes ». Ils sont voisins, et encore quand il ne prennent pas le café ensemble et qu'ils ne déjeunent pas ensemble à midi. Il se cotoient. Alors la défense, cet inconnu étranger, ne parviendra sans doute pas à rompre cette relation adultérine. Que fiche un proc dans un palais de justice?????
    effectivement, le quidam Dédé qu'évoque Denis (on va oublier Villepin 2 minutes) dispose d'un certain nombre de droits durant l'instruction de part le code de procédure pénale. Mais là aussi, le code et la pratique. Je n'ai plus les stat en tête, mais la chambre de l'instruction confirme beaucoup de décisions du juge d'instruction, et pourtant certaines personnes seront par la suite relaxées ou acquittées.. Pourquoi? corporatisme? Peut être. Mais aussi par impossibilité de réaliser un vrai contrôle (dans le doute, on confirme la décision du juge d'instruction), impossibilité dû notamment au fait que le code impose des délais. Ne maitrisant pas le fond des dossiers, elle fait confiance à son juge.

    Reste, toujours avant le procès, la possibilité de saisir la Cour de Cassation. Mais nombre d'avocats prudents s'y refusent, sans doute à juste titre, pour des raisons psychologiques: la nature humaine et la justice humaine étant ce qu'elles sont, ils craignent qu'un refus de la cassation ne fige dans l'esprit, dans la tête des juges du fond qui auront à traiter l'affaire un « pré-jugement » négatif.

    Parmi les droits, possibilité de demander des auditions, production d'une pièce... mais là aussi, ce n'est pas systématique, et une fois de plus « psychologiquement », il vaut mieux éviter de froisser le juge d'instruction, faut pas le contrarier, lui qui déjà a commencé à fondé une conviction sur les pièces policières: là aussi prudence.

    Pour en revenir à Sieur Galouzeau, avec son speach à deux balles, il se ridiculise, c'est sur. Mais le message qu'il semble vouloir faire passer, c'est une critique non pas de la 11ème chambre, ni une leçon aux juges, mais une critique de ce qui s'est passé avant. Ce n'est pas fin, c'est nul, OK. Il aurait pu rajouter aussi que le 21 septembre c'est la catastrophe AZF ou l'anniversaire de ma tante.

  • Si de villepin tape sur la procédure antérieure au procès, en tout cas, ce n'est pas Sarko qui respecte la 11ème chambre, ni la présomption d'innocence (mais pour ça, on le savait)

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5g_4dHOQ_67hYuYerrSEL2P8IqtaQ

  • Si le chippendale argenté arrêtait de faire le ventilateur avec ses bras, et du bruit avec sa bouche et son derrière dans la salle des pas perdus, ça nous ferait des vacances. Mais ce serait désolant pour les journalistes. sniff

  • Alors cher Gilles, je crois qu'on tient là l'erreur fondamentale du sieur sarkozy, à quand un papier ?
    Et si vous me permettez de vous paraphraser, voici comment serait votre dernière phrase, prédestinée en fait l'on dirait :

    Nicolas, c’est preuve contre preuve que ça se jouera. Et ça se jouera dans la salle d’audience, pas au journal télévisé, et ce même si tu te crois le plus fort.

    lol

  • qui va prouver un rajout de nom dur dur a prouver ?

  • Il faut désormais que je plaide pour Nico (quel boulot !)

    Notre bien aimé de sa Dame président de la républqique occupe la place inconfortable de la partie civile. Il est ainsi une "partie rapportée", et non l'une des parties principales, qui sont le procureur et les prévenus. Cette place difficle à occuper, que bien des système juridiques ignorent, pèse sur cette conscience, déjà atteinte par l'infamie, car s'il est une chose qui est sure, c'est que Nico figurait sur les listes, par l'usage d'un faux.

    Et puis, on ne peut mettre sur le meme niveau une grande délcaration mise en scène et un lapsus lors d'une interview. Surtout que la vie du prévenu est tout de meme très occupée par ce procès, alors que la partie civile a tant d'autres préoccupations et sujets à traiter, et meme le monde à sauver.

    Ah, mais me direz vous, la force du lapsus est que loin d'être une bourde, il révèle le fond de la pensée.

    Certes. Mais il s'agit alors de s'en prendre à ce que pense la partie civile, ce qui est contraire à l'artilce 10 de la Convetion européenne des droits de l'homme. La pensée est du registre de l'intime, et sanctionner la pensée intime c'est nier l'esprit humain.

    Et puis, si le lapsus laisse apparaitre les éléments de sincérité, il faut s'en féliciter alors que l'instruction du procès a souvent ressemblée à un concours de mensonge organisé. Un peu de spontanéité et de fraichuer fait du bien. Que d'autres suivent l'exemple.

    Mais il y a davantage. Car chacun sait que la solennité, la formalité ne vise qu'a enfouir le sentiment profond. Derrière la déclaration grandiloquente de Galouzeau de Villepin, il faut entre les balbutiements du petit Dominqiue en culottes courtes. Et la petite voix, la seule qui compte, dit en réalité que la peur d'être condamnée est telle que le prevenu veut discrétiter la justice et ostraciser les juges. Au moment d'entrer dans la salle, il cherche déjà une sortie.


    PS pour Nicolas

    Fais gaffe la prochaine fois, car il faut vraiment ramer pour te défendre. Amitiés à Carla.

  • "Il faut désormais que je plaide pour Nico (quel boulot !) " " Fais gaffe la prochaine fois, car il faut vraiment ramer pour te défendre": c'est excatement ce que je me suis dit...pour ma part... pour Dominique...

    Notre Nico, ce n'est pas compliqué, si les paroles ont dépassé sa pensée: un petit communiqué même pas pour s'excuser, ce n'est pas ce qu'on lui demande, mais pour rectifier son propos.

  • 1 partout

  • et tous pour un!

  • Effectivement, pour Nico ce n’est pas compliqué. C’est encore plus simple que "œil pour œil, dent pour dent", car Nico c’est plutôt du genre "pour un œil, les deux ! pour une dent, la mâchoire !"

  • Avoir un cerveau et s'en servir pour défendre Nicolas Sarkozy, c'est encore plus nauséabond que ce que peut dire ou faire ce petit despote gesticulant.
    Je pars vomir.

  • pour compléter ce que j'ai pu écrire plus haut... décidemment...

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/09/23/01016-20090923ARTFIG00529-le-copier-coller-embarrassant-d-un-juge-d-instruction-.php

    Un procès pour cambriolage qui devait s'ouvrir à Angoulême a été renvoyé à une date indéfinie. Motif : le juge d'instruction, au lieu de rendre son propre rapport, se serait contenté de copier le réquisitoire du parquet. Fautes d'orthographe comprises.

    Une décision judiciaire qui laisse pantoises les parties civiles. Sept prévenus, qui devaient comparaître mardi devant le tribunal correctionnel d'Angoulême pour de multiples cambriolages, ont vu leur procès repoussé à une date indéterminée. A l'origine du renvoi : le juge d'instruction, censé délivrer ses propres conclusions, se serait contenté de «copier-coller» le réquisitoire du parquet, révèle mercredi le quotidien Sud Ouest. Un procédé que seul l'avocat de la défense a relevé.

    Le juge d'instruction a réécrit «mot pour mot, virgule pour virgule et même fautes de frappe pour fautes de frappe» l'acte fait par le parquet, a ainsi dénoncé l'avocat des prévenus, Me Christophe Cariou-Martin, au cours de l'audience. «L'arrêt de renvoi doit être un acte objectif et non la reproduction servile des arguments du procureur de la République», a-t-il ajouté, se référant à l'article 184 du code de procédure pénal et à la loi du 5 mars 2007. Cette dernière prévoit en effet que le juge d'instruction mentionne les éléments à charge et à décharge qui motivent le renvoi de l'affaire devant le tribunal correctionnel.


    Les victimes furieuses

    Le tribunal a finalement donné raison à Me Christophe Cariou-Martin, en expliquant que l'ordonnance du juge d'instruction ne répondait pas aux exigences imposées par le code de procédure pénale. Le parquet, qui a immédiatement fait appel de cette décision, devra ressaisir le juge d'instruction pour qu'il réécrive l'ordonnance de renvoi. En attendant, les sept prévenus ont retrouvé la liberté. Les victimes une vingtaine- ont quitté furieuses le tribunal.

    Le cabinet de l'avocat de la défense, Ducos-Ader, n'en est pas à son coup d'essai. C'est la troisième fois qu'il parvient à obtenir un renvoi sur ce motif. De quoi donner un argument de plus à ceux qui militent pour la suppression du juge d'instruction, Nicolas Sarkozy en tête. «En faisant des copier-coller des actes du ministère public, le magistrat instructeur scie la branche où il est assis», estime Me Cariou-Martin dans la Charente Libre, qui regrette au passage que ses autres confrères, par «désinformation» ou manque de temps, ne fassent pas comme lui.

  • Fran,

    Tu ne devrais pas traiter ta part de cerveau disponible de cette façon. LOL

  • Il vaut trés cher mon cerveau, trés cher.


    Bin ouais il est tout neuf, il n'a jamais servi...

    Mouhahahahaha

    Mais bon suffit de solliciter un neurone pour ressentir ce sentiment bienveillant envers sarkozy qui flotte ici.

  • J'adore car j'étais sûr que ça se passerait ainsi, que les deux journalistes auraient droit à ceci de la part du petit nerveux :

    "La scène, rapporte la presse, s’est déroulée au terme de l’entretien accordé par Nicolas Sarkozy à TF1 et France 2, mercredi soir à New York. En colère, le chef de l’Etat a reproché aux deux journalistes qui venaient de l’interroger, David Pujadas et Laurence Ferrari, de ne pas l’avoir repris de volée quand il a lâché ce que la presse présente à tord comme un lapsus : ce mot « coupable » qui visait très directement Dominique de Villepin. Une bourde que Nicolas Sarkozy attribue presque aux deux journalistes: accusés de ne pas avoir fait correctement leur travail, en ne pratiquant pas le droit de suite, Pujadas et Ferrari essuient donc l’ire d’un président de la République qui se paye également au passage la directrice de l’information de France 2 , Arlette Chabot, au motif qu’il n’y aurait pas de « bonne émission politique » sur France 2. "

  • Faut acheter des actions d'usines de crocs de boucher les gars.

  • Imaginons deux minutes que l’un deux journalistes lobotomisés de service ait eut l’audace médiatique, le sursaut déontologique, … de reprendre le petit nerveux en plein direct et de lui signaler (je sais pas comment) qu’il venait de dire une connerie …

    Je me marre

  • Il dit celà avec une telle conviction, une telle solennité, un tel orgueil mal camouflé, c'en est minable.
    Si Villepin n'est pas condamné, le juge ne doit surtout pas répondre au téléphone dans les jours qui suivent...mdr

  • L'erreur fondamentale des clairons anti-galouzeau car trop beau :

    Lahoud connait des proches de sarko et de ce fait la théorie du piège pour plomber villepin prend du poids...
    Genre tu couches mon nom, on fait comme ceci, comme celà, on s'arrange pour que ça soit éventé, Villepin l'apprend et demande de rendre public le bordel, et là je me porte partie civile et je torpille mon ennemi UMP de 2012.

  • La suite serait délectable
    Malheureusement je ne peux
    Pas la dire et c'est regrettable
    Ça nous aurait fait rire un peu
    Car le juge au moment suprême
    Criait maman pleurait beaucoup
    Car au Villepin le jour même
    Il ne put faire trancher le cou

    Gare au Sarko o o o o ozy

  • Les conclusions des juges d'instruction "zig et puce", sont assez accablantes :

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jmjUdwjCbg29mu6t5_qrXHGiusEw

    Le brave papy Rondot avait aussi noté ,dans ses fameux carnets , que Villepin affirmait agir pour le compte de Chirac.

  • http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/le_proces_clearstream/20090929.OBS2938/lahoud_aurait_ete_en_contact_avec_des_proches_de_sarkoz.html

    Piste peu exploitée notamment par ceux dont la motivation première est avant tout de se farcir Villepin, et que la vérité en pâtisse peu importe...

  • Que sarko cherhce a exploiter au max, personne ne conteste. Que Villepin cherhce à se défendre sur le terrain politique, c'est normal. Reste à savoir s'il le fait comme il faut, mais ça, chacun apprécie.

    Le pb, c'est quye le tribunal n'a pas à dire quel est le plus retord des deux, mais à se prononcer sur des faits précis:
    1 - sarko est il victime? oui, parce que son nom figure sur ces listes (et pas Villepin)
    2 - qui matériellement a insrict son nom, ie qui est capable de rentrer sur ces listings ?
    3 - qui a dénoncé au parquet ces informations en sachant qu'elles étaient fausses ?
    4 - celui qui a inscrit le nom de sarko et celui qui a dénoncé en sachant que c'était faux, ie les auteurs principaux, ont-ils agit de leur propre initiative ou à l'insitigation de quelqu'un ?

    Ca, c'est pour le tribunal. Ca et rien d'autre.

    La où je ne comprends pas du tout Villepin, c'est qu'au lieu de défendre le tribunal et l'audience, qui va faire apparaitre la vérité sur le point n° 4 (le seul qui l'intéresse) il multiplie les attaques contre ce procès, en parlant de procès politique. Si les débats sont pourrris parce que les juges sont parciaux, qu'il dépose des conlusions et fasse plaider la partialité de la la juridiction.

    Politiquement, Sarko méprise la justice, c'est connu. Sa présence dans le procès, légale, est rendue indigeste car on voit qu'il veut peser sur le tribunal.

    Villepin aurait tout à gagner en valorisant la justice, en montrant son respect pour la procédure, car la déclaration de son innoncence par le tribunal n'aura que plus d'éclat.

    Cette agitation anti sarko, avec la précipitation a faire délivrer pendant le WE un assigantion qui sera examniée pendant des années, ne me semble pas, d'un strict point de vue de la défense, opportun. Il y a eu plus d'un homme politique qui peine à prendre au sérieux le tribunal, et qui devient plus réaliste devant la cour d'appel: Juppé, Huchon...

  • J'ai rien à carrer de Villepin, mais ce procés ressemble fort à une mascarade inquisitrice. J'ai grand espoir en un retournement défavorable à la cour sarkozyste et donc un non-lieu trés rapide en faveur du grand bellâtre, les fusibles prendront ce qui leur revient dans le scénario élyséen. Mon seul souhait est que Villepin puisse se présenter en 2012 et ainsi diviser de manière significative la droite.
    2012 peut se jouer en ce moment.

  • "Villepin aurait tout à gagner en valorisant la justice, en montrant son respect pour la procédure, car la déclaration de son innoncence par le tribunal n'aura que plus d'éclat." :

    Très bien dit.

  • « Politiquement, Sarko méprise la justice, c'est connu. »
    Je me permettrai d’ajouter, c’est normal, car le personnage ne connait qu’une seule justice « la sienne ! ».

    « Villepin aurait tout à gagner en valorisant la justice, en montrant son respect pour la procédure, »
    Vous rejoignez sans doute ici les propos de Edwy Plenel (parlant de Villepin) : « Je l'ai eu pour adversaire, ses contre attaques ont été faites à la loyale, en mobilisant des avocats et des journalistes. »

    J’attends demain soir …..

  • Fran,

    Hé hé, tout le système pénal français se définit comme "inquisitoire", contrairement au système pénal anglais qui est "accusatoire". Et dans ce système accusatoire, l'enquête est contradictoire. Ce qui veut dire que les avocats anglais peuvent mener leur enquête et contester celle de l'accusation. Comme disait un frère de la côte (africaine) les avocats français sont outillés comme des putains sans cul. lol

  • Justice : non-lieu requis pour Chirac
    AFP
    29/09/2009 | Mise à jour : 17:31 |
    Le parquet de Paris a requis hier un non-lieu général dans l'enquête sur les chargés de mission de la Ville de Paris dans laquelle Jacques Chirac et une vingtaine de personnes sont mises en examen, a-t-on appris de sources proches du dossier, confirmant une information du Canard enchaîné.

    C'est la Saint Innocent. lol

  • comme quoi Villepin a tort, le parquet peut être indépendant

  • "comme quoi Villepin a tort, le parquet peut être indépendant"... Pfffff, je n'ai même pas senti l'estocade. Qu'on vienne me parler d'indépendance de la Justice ensuite : il suffit d'avoir du pognon et des relations pour être jugé sur une quinzaine d'années et éviter, la plupart du temps, la saine vengeance publique (cf aff. Juppé, Pasqua, Tibéri... Au surplus, je constate que lorsqu'il s'agit de politiciens de gauche, la célérité de la procédure est très souvent rétablie... Mais bon, passons).

    Pour en revenir à Villepin, il faut reconnaître qu'il se victimise sûrement un peu trop : mais a-t-il beaucoup d'autres cartes à jouer. Il a utilisé tous ses jokers et bottes secrètes ; il n'a plus les faveurs du 1er des pouvoirs : pourrait-il attendre sagement le verdict (décrété principalement par l'opinion publique et les politiciens du moment) sans entrer sur le terrain politique. L'affaire Clearstream 2 est plus un procès politique dès l'origine qu'un procès tout court : non?
    Après tout, laissons-les se manger entre-eux (et tant pis pour 2012 Fran : il y aura d'autres prétendants). Ils ont chacun mis le doigt là où il ne fallait pas et ils sont happés par la machine judiciaire. Quel que soit le résultat final, cette affaire compromettra un peu plus la Justice actuelle et contribuera à réformer profondément le système judiciaire.

    @ Mathaf,
    La procédure française reste principalement inquisitoire, mais le législateur y a introduit des mécanismes de la procédure accusatoire.
    Accusatoire, inquisitoire : aucune n'est parfaite - si mes souvenirs de 3ème année de licence sont encore suffisamment frais.

  • Et pendant ce temps....l'Islam envahit l'Europe. Disputez vous braves gens, pendant ce temps des gens de hautes valeurs fanatiques religieuses veillent sur vous...

  • euh.. Denis 75, la phrase "comme quoi Villepin a tort, le parquet peut être indépendant" c'était juste une petite pointe sur les relations très amicales et courtoises entre les deux présidents de la République, l'actuel et l'ancien. Pour en revenir à l'indépendance de la justice, comme déjà dit, la procédure "avant procès" ne m'inspire guère confiance. De Villepin ou un autre, cette "étape avant procès" peut se dérouler dans le respect l'indépendance, tout comme ce peut être l'inverse. Tout comme elle peut prendre en considération des élements qui nous échappent (quels risques et quels intérêts à aboutir à telle solution plutôt qu'à telle autre?...)

  • "l'Islam envahit la France" : c'est bien mon grand, t'as tout compris, tout seul, comme un grand.

    Vote pour Sarko en 2012 va ! Ils va nous en débarrasser de tous ces métèques ; d'ailleurs, il a commencé et sa politique est un franc succès : les immigrés en situation irrégulière sont passés de 200 000 (chiffre gouvernemental) à moins de 50 000 (toujours selon la propagande virtuelle et fascisante du moment) => coup de pied de l'âne

    @ Révoltée,
    J'avais compris : c'est pourquoi l'estocade ne m'a même pas fait mal :)

  • Je savais pas que villepin était musulman, on m'a tout caché, din bebek.

  • euh, tu sais, Denis75, le temps que je trouve deux neurones et que je les connecte...

  • mathaf, par souci d'égalité homme/femme, on ne va pas dire "din bebek", mais "din waldik"...

  • mathaf, par souci d'égalité homme/femme, on ne va pas dire "din bebek", mais "din waldik"...

  • Si vous pouviez cesser d'échanger des informations par messages codés : merci !!!
    @ Mathaf,
    Mais t'es un vrai tombeur : Adriana là-bas, Révoltée ici...

  • Denis 75, le billet sur les effets du cannabis, ce n'est pas celui-ci (rire). Je t'avais pourtant conseillé de limiter ta consommation!

    En plus; il faut se méfier des tombeurs, parce qu'après pour se relever...

    Allez Denis 75, tu veux un message codé toi aussi?

  • R2D2

  • @Duchnock

    Rassure-moi, tu n'es pas un assimilé ?...

  • http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/10/01/le-proces-sarkozy-villepin-ou-les-jeux-du-cirque-par-dominique-barella_1247862_3232.html

  • Comptes bancaires piratés : Sarkozy peut se constituer partie civile
    La cour d'appel de Versailles a jugé recevable la constitution de partie civile du chef de l'Etat, victime, parmi d'autres, d'une affaire de piratage bancaire. (AFP)

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu