Avertir le modérateur

Meutre de Marie-Christine : Peut-on expliquer ?

diapo17b4dcced7bacda0e712f6fce3b3fea6.jpgEn 2002, un homme est condamné à onze années de réclusion criminelle pour le viol, l'enlèvement et la séquestration d'une jeune fille de 13 ans, commis à Échilleuses (Loiret), un an plus tôt. En novembre 2008, après sept années de détention, il bénéficie d'une libération conditionnelle. Il revient vivre dans la commune où tout s’était passé. Il est père de quatre enfants, et une vie reprend.

Ce lundi matin, le 28, Marie-Christine, une assistante maternelle, joggeuse habituée de la forêt de Fontainebleau, fait son footing de bonne heure, vers Milly-la-Forêt. Elle est agressée par un homme, qui l’enferme dans le coffre de sa voiture. Depuis son téléphone mobile, elle parvient à ­alerter les gendarmes : une conversation de plus de deux minutes, dont une partie est perdue, car il a fallu passer d’un central à un autre. Alors que la conversation est établie, la joggeuses parvient à donner des précisions identifiant la voiture, le conducteur s’arrête. Les gendarmes entendent le coffre s'ouvrir, et c’est un grand silence. L’enquête est ouverte, et tous les moyens mis à disposition.

Une voiture correspondant au signalement est décrite par des témoins, puis filmée par la caméra de vidéosurveillance de l’Intermarché d'Oncy-sur-École (Essonne), tout prêt de Milly-la-Forêt. Quelques heures pus tard, un hélicoptère repère le véhicule dans la cour d'une longère, à Échilleuses. Le moteur est chaud, mais la voiture est vide. Elle appartient à l’homme condamné en 2002, qui a été employé dans cette maison. Les gendarmes joignent son épouse, et lui intime de faire venir son mari à la gendarmerie. L’homme n’a rien à dire, et nie toute implication.

Mardi, en fin d’après midi, il donne des indications sur l'endroit où repose le corps de la victime. Vers 20 heures, un convoi se rend sur place point interrogation.jpget les gendarmes retrouvent le cadavre de la joggeuse dissimulé « dans un trou, sous des branchages», dans une zone boisée à proximité de Boissy-aux-Cailles. Arrivent la police technique et scientifique, les médecins légistes et le juge d'instruction du tribunal de grande d'instance d'Evry. Les premières vérifications permettent de retrouver une trace ADN de la victime sur le plat de le main gauche de l’homme. On n'évoque pas d'agression sexuelle.

Mercredi après-midi, l’homme est conduit dans le bureau du juge d’instruction. Il reconnaît avoir enlevé et étranglé Marie-Christine, avec un scénario invraisemblable : il aurait laissé la femme attachée à un arbre d'un câble, tout en la laissant habillée, puis se serait rendu chez lui, avant de revenir sur les lieux, pour retrouver la victime entrain de se libérer. Il l’aurait alors conduit à l’écart pour l’étrangler, et il l’aurait alors dénudée. L’homme est mis en examen pour « enlèvement et séquestration en état de récidive légale », et écroué à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Le juge n'a pas retenu la préméditation, et il faut donc songer à un acte soudain.

L’enquête commence. La justice va devoir juger, et elle sera sévère. Et avant de juger, pour juger, elle va chercher à expliquer, ce comportement, qui si brutal fut-il, a été celui d’un être humain. Que se passe-t-il dans le cerveau d'un homme, qui sans ne rien avoir préparer, soudain bascule dans le crime ?

iceberg.jpg image by tuethuc

L'être humain, un iceberg ?

Commentaires

  • il voie le fond

  • Hitler aussi était humain Gilles.
    Cet angélisme me fait gerber.
    Primaire ou pas j'assume sereinement, selon moi ce type ne mérite plus de divaguer au gré de ses pulsions prédatrices dans le monde libre. Ceux qui le lui permettront seront complices de ce qu'il adviendra.

    Votre justice gadget n'explique jamais rien si ce n'est des racontars visant à expier au plus vite les fautes du pauvre bougre qui a soit violé et tué soit violé et dépecé ( pierrot le fou ) soit enlevé et laisser crever de faim, rendre l'humanité ( afin de les réinsérer un jour, maus au début on le dit en chuchotant, les flaques de sang étant juste sèches...) à ces monstres qui s'en sont exclu, c'est de la complicité.

  • Pourquoi refuser de chercher à comprendre le déréglement humain ? C'est au contraire notre devoir.

    On ne peut pas rejeter purement et simplement, comme si ça n'existait pas.

    Votre lien avec Hitler... Quand meme ! Hitler était un homme animé par le gout du pouvoir, qui planifiant une théotie sur l'inégalité des races, a organisé des groupes politiques pendant des années pour prendre le pouvoir, à exercer ce pouvoir avec un efficacité remarquble, a constuit des amres capables de faire trembler le monde, et , au sein de groupes très sstructurés, planifié la dispariation de la population juive en Europe.

    Ici, ce type le matin meme ne connaissait pas la victime, n'avait a priori pas décidé de tuer ( préméditation, qui ne ressort pas des qualifications retenues par le juge ) et n'a pas commis d'agression sexuelle, avant de tuer.

    Oui, ca pose des questions graves sur le comportement humain.

  • Les vrais coupables sont nos élus qui ont refusé l'effet rétroactif de la loi imposant l'enfermement à vie pour soins des malades sexuels....!
    Ces gens là sont des malades à vie...et incurables.....!

  • Elle a vécu l'horreur alors que toute la génération Badinter attende un peu avant de clamer que ce type est un être humain, et qu'il doit être soigné, patati patata...
    Juste un peu de patience avant de détourner le débat et de l'orienter vers le dérèglement humain.

  • Maitre, comprendre le comportement humain est effectivement une nécessité: pourquoi certains commentent ces atrocités, dans quelles conditions, ... Mais cela reste un boulot de chercheur/psychologue, la justice devrait se prononcer sur les faits...

    Et tout comme Fran, je ne peut pas comprendre que quelqu'un qui a déjà violé une fillette de 13 ans:
    1/ est condamné à 11 ans de prison, MAIS SURTOUT sorte au bout de 5 ans (bonne conduite? Pas de meurtre/viol pendant ces 5 ans?...)
    2/ va probablement plaider la folie (= pas de soucis, "c'est pas de sa faute")

    Ce serait bien que les psychologues et juges qui se prononcent sur la libération anticipée de violeurs et meurtriers soient obligés de "donner de leur personne", par exemple être poursuivi pour homicide involontaire. Il est trop facile de signer un bout de papier et de déclarer "on ne pouvait pas savoir!". Dans l'industrie, si un produit ou des travaux blessent ou tuent, les responsables doivent se justifier et les peines de prison suivent: pourquoi la justice serait un domaine particulier, où personne n'est responsable?

  • Chacun dans son métier est responsable et sanctionné pour ses erreurs. Une seule exception, les juges. Remettre en liberté après cinq années un homme dangereux non soigné condamné à 11 ans est totalement irresponsable. En l'occurrence, on pourrait y voir une sorte de complicité morale dans le deuxième crime. Ce juge sera t'il condamné pour sa faute professionnelle ? Non il pourra continuer avec angélisme à faire n'importe quoi dans son travail. Un garagiste qui laisse sortir de son garage une voiture dont la conduite est dangereuse est condamné pour faute professinnelle. Un juge non. J'espère que cette personne aura tous les soir au moment de se coucher une image devant les yeux, celle de la victime que son incompétence a conduit à la mort...Mais j'en doute.

  • Condamné à 11 ans, sorti au bout de 5, réinstallé à quelques mètres de son ancienne victime. Aucune obligation de soins.
    Bref il a été placé dans une situation favorable pour récidiver. La préméditation ne sera pas retenue, beau travail en amont de l'avocat de la défense, et la pulsion est la véritable coupable dans l'affaire.
    J'engage ceux qui le désirent dans la région concernée à se regrouper et à porter plainte contre le système judiciaire pour mise en danger de la population. On peut attaquer une commune dans laquelle son enfant se casse une jambe à cause d'un équipement communal défectueux. On doit pouvoir demander des comptes à un système et des personnes qui remettent un prédateur en situation de potentielle récidive.

  • Brau,

    Il y a une action en cours dans ce sens, peu de chances d'aboutir mais c'est bien de tenter quand même :


    http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/meurtre-a-vannes-faute-lourde-de-l-etat-jugement-le-4-novembre-diapo-30-09-2009-572172.php

  • Comprendre ? On sait me semble t il que l'humain et le mâle en particulier, situé en haut de la chaine des prédateurs est capable du pire, du meilleur aussi, ouf, c'est le plus intéressant au fond.
    Juger ? Pas à l'emporte pièce comme celles et ceux qui tentent pathétiquement de se rassurer à bon compte.
    Protéger la communauté ? Oui, il le faut, et il y a une panoplie de mesures possibles et qui ne sont pas mises en œuvre.
    Pourquoi ? Rien que le fait que le présumé coupable ait été autorisé à revenir habiter à quelques pas de sa précédente victime me semble indécent. Et l'absence de suivi ? Et l'absence de soin en prison ?

  • Mais il n'y a rien à expliquer...c'est là que nos instances se trompent...nous vivons dans des sociétés qui cherchent toujours à expliquer l'inexplicable...alors que nous autres peuple n'attendons que la justice. Les penseurs, les philosophes, les psychologues, les psychiatres et toute la soi disant intelligencia qui est censée nous diriger ont perdu de vue l'essentiel : la justice et la victime. Certaines idées ont été mise au placard parceque incorrectes niveau politique (pression des lobbies le plus souvent), et nous voilà dans le chaos. La réinsertion de ces soi disants malades (violeurs et autres pervers sexuels) est quasi impossible parceque tous ces gens naissent et crèvent en tant que tel. Je reste persuadée que ces individus sont génétiquement comme ils sont donc intraitables donc à exterminer car ils mettent en danger toute la société...et nous devrions regarder comment fonctionnaient les civilisations de l'antiquité...qui elles ne s'embarrassaient pas de préjugés pour pratiquer la JUSTICE et protéger ainsi la population. Je pense qu'il faut rendre la justice au Peuple car apparemment tous nos cerveaux sont incapables d'équité. Un être humain qui viole, tue, torture etc....un autre être humain doit être juger sur la place publique et remis à cette même population qui elle rendra la VRAIE JUSTICE; Nous souffrons tous les jours de constater que nous ne sommes pas protégée par notre propre justice et cela doit cesser sinon, je pense qu'un jour nous nous ferons justice nous même. Personnellement, si cet homme avait violé ma fille et s'il était venu habiter à coté de che moi, il serait déjà mort!

  • Petite réponse à Gilles : Notre devoir, votre philosophie .... bla bla bla

    Ce type est un RECIDIVISTE, je connaissais la victime, inoffensive, effacée, n'ayant pas demandé que sa vie s'arrête à 42 ans!
    Alors on ne se pose pas de questions, ça n'est pas un malade qu'on a oublié de soigner durant sa première incarcération, pas même de circonstances non aggravantes parce qu'il ne l'aurait pas abusée, il est responsable, il est coupable : il faut l'isoler du monde des humains, ses pulsions sont d'ordre sexuelles : on l'emmascule, on l'inhibe chimiquement, j'ai des nausées quand je pense à ce type et à ceux qui tenteraient de lui trouver une mauvaise bonne raison d'être irresponsable ou malade !

  • il faut les "neutraliser" tous ces délinquants sexuels!! on n'ose plus "lâcher" nos jeunes enfants...la castration chimique est-elle la solution pour ces malades?

  • "Le comportement humain", déjà cette expression est trompeuse car elle suppose une unicité et une régularité qui justement sont absentes chez l'humain, car il a une faculté unique: il fait des choix, et de sont ces choix qui déterminent sa responsabilité. Globaliser, c'est ici un moyen de trahir.

    Expliquer les déterminants du choix est utile aux psychologues, aux médecins, aux criminologues. Mais en aucun cas la justice ne devrait s'intéresser à ces bobards subjectifs.
    La justice aveugle ne devrait juger que des faits, des actes, des choix.
    La subjectivité est déjà bien assez présente chez les jurés sans l'introduire par principe.

    Cette manie de vouloir redonner des yeux à la justice est vraiment gerbique.
    Un criminel a toujours de bonnes raisons d'agir comme il l'a fait. Même un fou a un système de pensée qui détermine ses choix.

    Ce n'est donc pas la question. La justice n'a pas à connaître ces "raisons" foireuses.

    Le rôle de la justice est de tracer des limites entre les actes acceptables et les actes inacceptables, et de protéger les gens qui respectent ces limites de ceux qui ne les ont pas respectées.

    Le rôle de la justice n'est pas de pardonner, car ce rôle ne lui appartient pas: cela ne concerne que la victime et son bourreau. Je rappelle à tout hasard aux "esprits larges", que dans le pardon, il est nécessaire que le ciminel demande pardon, et que la victime (ou ses ayants droits) trouve la force de pardonner.

    Si vous voulez jouer les rédempteurs, laissez vous pousser la barbe, mettez les bras en croix, et allez faire votre préchi précha devant des taulards, mais cessez de vous octroyer à peu de frais, des rôles généreux et confortables de grand humaniste.

  • Ce type ne mérite qu'une chose ; une balle dans la nuque. Quand au juge et aux psys qui ont permis sa libération ils devraient rendre des comptes devant la justice et aller tâter de la prison.

  • "L’enquête commence. La justice va devoir juger, et elle sera sévère. "
    Qui va croirte cela? Il faudrait arrêter de prendre vos lecteurs pour des imbéciles.

  • L'agresseur arrete de penser, et nous aussi ?


    Et à partir de quel critère dans l'avancée du crime faudrait-il arreter de penser et juger sans discernement ?

  • La critère ? Il est que la justice n'a jamais commencé à penser et juger avec discernement.
    La preuve ? Relâcher au bout de 5 ans un type condamné à 11 ans et le laisser s'installer sans soins prés de son ancienne victime.
    Ce qui prime pour la justice française n'est pas la justice rendue au nom du peuple mais ce plaisir individuel à comprendre, expier et réinsérer. Dégâts collatéraux ou pas, peu importe.
    Si penser aboutit à ce type de cas, alors oui arrêtez de penser, agissez. Les prédateurs agissent, eux.

  • à Gilles, il est très facile de philosopher, c'est à la mode...et regardez où nous mene la mode!!!il faut arrêter de se masturber avec une telle idéologie à la noix...moi, je suis pour la loi du tallion, celle du plus fort, je suis pour l'oeil pour oeil dent pour dent, je ne m'embarrase pas de préjugés et je n'ai aucun états d'âme et si un jour je suis juré d"'assise, je fonctionnerai de la sorte. A trop penser on en oublie le principal...la victime, les souffrances parfois atroces qui sont subies, le neant connue par la famille etc...je suis désolée mais je ne serais en aucun cas tolérante et je pense que les sociétés les plus évoluées seront celles qui pratiqueront une vraie justice, sans aucune possibilités pour les voyous, les assassins et autres de s'en sortir. Le contraire en fait de ce que vous pensez...

  • Charles, je suis d'accord avec vous. Les soi disants juges , psy et autres qui ont permis à ce - j'hésite à employer le terme d'individu car en est-ce un??????- d'être libérer, devraient rendre des comptes eux aussi à la justice pour incompétence professionnelle et ma foi, je les licencierai sur le champs....ces gens sont politisés à l'extrême, ils sont lobotomisés par des idéaux qui ne collent plus à la réalité de nos sociétés...avec ce genre de soi disant penseurs, il faut être impitoyable....car en toute impunité ils sont eux aussi acteur de cette tragédie et devraient aussi êre jugés.

  • On dépense des millions d'euros sur des projets de loi comme Hadopi pour protéger les oeuvres des gros milliardaires du show bisness, on plante des radars partout sur les routes pour plumer les automobilistes.
    On est parfois traité pire qu'un criminel parce qu'on a téléphoné en conduisant et à coté de ça, on laisse des monstres qui ont violés et tués en liberté !

    Quelle honte pour notre société !

    Nos pensées vont vers les victimes de ces monstres laissés en liberté par nos "soi-disant" protecteurs .

    Cordialement.

  • Ils me font rire, et m'énervent en même temps ces gentils penseurs/chercheurs/psychologues qui trouvent une certaine excitation à penser être les seuls habilités à pouvoir tout expliquer, peser calmement, pondérer les réponses vives et justes du genre "une balle dans la tête règle le problème". Ces gentils penseurs estiment que ceux qui réagissent comme cela, vivement, directement, ne prennent pas toutes les circonstances en compte. Qu'ils sont les illettrés de la justice.

    Pensez-vous que l'ado de 13 et notre pauvre joggueuse (et peut être la prochaine victime à sa prochaine de prison suivante) ont gardé pour elles des circonstances atténuantes bien pensées pour 'sauver' le tueur de la réelle rétribution qu'il mérite. Mérite-t-elle de pourrir dans un trou pendant que ce *** a droit à un suivie psy, à des soins, des analyses poussées, une chambre de prison avec nourriture servie tous les jours ??! Je pense qu'un tueur récidiviste mérite la mort. Ame pour Ame. Les Israëlistes des temps anciens appliquaient ce théorème. Et ils étaient un peuple très évolué par rapport aux autres.

    Un tueur compulsif ne mérite pas des soins. Non. Il mérite la pulsion meurtrière qui l'anime, retournée contre lui.

  • Toutes choses choses inexplicables s'expliquent: 1 Jean 5:19 [...] le monde entier se trouve au pouvoir du méchant [...]

  • La justice échappe au processus democratique, elle a été confisquée au peuple au nom de qui elle est rendue. Les jurés ne peuvent se prononcer que dans une trame prédéfinie et inadéquate au cas notamment qui nous interesse.
    Ce type a 47 ans, s'il est jugé ( car un petit malin va surement tenter de lui faire bénéficier de l'échappatoire "manque de discernement" ) prendra au mieux perpet avec 22 ans de sureté. Sur les 22 ans, il en passera la moitié à fantasmer sagement et disons, hypothèse, dans 15 ans, donc 62 ans, sortira. Il sera suivi deux, trois ans, et ensuite se verra remettre une nouvelle fois les clés de la récidive. Voilà la justice sévère qu'on tente de vous faire avaler.

  • Je veux bien que chacun se défoule sur les comportements humains lors de ce genre d'agression.
    Mais c'est occulté que l'être humain est un fauve et un égoïste. C'est bien de crier aux loups sur sa libération etc ...
    Ca me rappelle une discussion avec une voisine pro peine de mort à propos des crimes d'enfants et qui un jour très en retard, après des blabla avec ses copines, a rouler a grande vitesse pour aller chercher ses enfants. Il se passa ce qui devait arriver ... Deux enfants écrasés suite a un excès de vitesse. Aucun contrôle du véhicule ... Bref ! Une condamnation assez légère !!!
    Depuis, plus question de peine de mort et surtout beaucoup d'indulgence depuis.
    N'OUBLIONS PAS UNE CHOSE ESSENTIELLE, NOUS SOMMES TOUS DES ASSASSINS. Il suffit d'un volant entre les mains et là, c'est l'horreur.
    Alors les personnes exsangue et prolifique sur ce crime, comment se comporte-il sur la route.
    Rien qu'à voir ce que j'ai vu hier sur les routes de France, ça me fait gerber !!!
    Vociférer sur ce crime c'est bien mais relativisez les autres crimes de la route, c'est pire.

  • La récidive concerne la séquestration.

    Nous connaitrons les conclusions de l'autopsie, mais le juge n'a pas retenu d'infraction à caractère sexuel.

  • Je n'ai pas lu quiconque relativiser les crimes de la route, ici tout du moins.

    Pour ceux qui douteraient qu'un juge puisse relacher un multirécidiviste et meurtrier condamné à perpèt, lisez l'affaire Nelly Cremel. On peut aujourd'hui en France, tuer et un jour reprendre une vie normale et être le seul à choisir si on recommencera ou pas; dans le cas que je vous cite, le type a recommencé. La justice permet celà. N'est-ce pas là sujet à débat ?

  • @Gilles
    Laissez travailler les techniciens, on saura si elle a été dévêtue aprés sa mort ou bien avant, et tout le reste. Un conseil d'avocat ne peut rien contre une preuve scientifique, dieu merci.

  • Le procureur de la République d'Evry Jean-François Pascal a fait savoir jeudi que "rien ne laissait penser" dans le comportement du meurtrier présumé de la joggeuse de l'Essonne "qu'il pouvait recommencer".


    C'est tragique de lire ça alors que les enquêteurs sont en train de se demander si l'"être humain" dont nous parle Gilles, ne serait pas un tueur en série, en faisant des rapprochements troublants avec d'autres meurtres similaires dont celui d' une joggeuse de 45 ans dans le Loiret ( Dépêche AFP d'il y a 15 minutes )

  • On peut penser que l'expert psychiatre, sur lequel la justice s'est défaussé, avait un salaire de femme de ménage ?

  • il faut tout simplement interdire les remises de peine. ils sont condamnes, ils font leur temps. les victimes sont quand a elles condamnees a vie, ainsi que leurs familles, sans remise de peine possible. donc exigeons le retrait des remises de peine pour les condamnes, qu'ils fassent leur temps en entier, ce qui serait beaucoup plus logique et respectueux des victimes et de leurs familles. ce serait deja une belle avancee.

  • lena, je trouve que la colère te fait exagérer un peu. _ Si la justice et les hommes en général font comme tu le préconises, ils se mettent au niveau du meurtrier, ou du malade.
    La justice dans ce cas précis a sans doute commis une faute. _ Mais qui peut dire qu'il ne s'est jamais trompé
    Comment les choses se passent

  • Oui, les faits avant les peurs.

  • "Ces gentils penseurs/chercheurs/psychologues" que l'on pointe du doigt ici... Ce sont mes collegues.
    Notre travail n'est pas de chercher a excuser tel ou tel comportement ou acte mais a le decortiquer afin de comprendre le pourquoi du comment et tenter de trouver des solutions afin de minimiser le risque que ca se reproduise. Le risque zero n'existe pas. Ce type aurait pu faire ses 11 ans et commettre un acte identitique a sa sortie ou 6 mois apres ou 10 ans apres. Ni vous ni moi ne pouvons le predire.
    Je soupconne que cette fois-ci il sera mis en unite psy. Son comportement est apparemment pathologique. C'est un crime opportuniste d'un impulsif.
    Quant aux promoteurs de la loi du Tallion, qu'elle est belle la societe ou l'on prone la barbarie collective. La barbarie individuelle ne vous suffit pas? Nous nous faisons deja bouziller par un capitalisme a outrance et a tres grande echelle et en plus des quidams mal eclaires souhaiteraient des fusillades sur la place publique, surement sous les applaudissement de la populus tres vulgaris, popcorn et banderoles a l'appui je suppose. On se croirait aux "meilleurs" moments de l'Inquisition ou de la Terreur. On va tres vite a la derive a ce train la.

  • Je suis d'accord avec josy67. Les remises de peine pour "bonne conduite" me semblent injustes. Un crime = x années de prison. On est pas au supermarché avec des promotions, ou des réductions spécial "bonne conduite" !!! Et en prison, c'est facile d'avoir une bonne conduite, il n'y a rien à faire, personne à violer/torturer/tuer. Il suffit de faire le "gentil", l'humain... ce qui apparemment, ils arrivent à faire en prison !! Bizarrement, leurs pulsions reviennent juste à leur sortie ! Et pas avant, EN prison ! Va savoir. Peut être que ces criminels ont vraiment le choix de laisser libre cours ou pas à leurs pulsion...

  • Ces faits risquent de faire courir un filet de vent glacial le long de l'épine dorsale de bon nombre.

  • d'accord avec toi lena!

  • @anna donskoy
    Le risque zéro en l'occurence est exigible et exigé. Sinon point de sortie de l'"être humain" en question. Sinon vous favorisez la barbarie populaire que vous semblez détester.
    La réinsertion parfois est impossible. Ce type vient de le prouver.

  • Lefevre de l'UMP demande la castration chimique, alors que le caractère sexuel du crime n'est pas évoqué.

  • Tous ces maux, et ces mots ne viennent que d'une chose, l'humain fait des choix mais ne les applique que partiellement. Il faut que les enquêtes soient faites de manière précise exhaustive à charge comme à décharge, que la justice s'applique, et qu'elle soit appliqués jusqu'au bout. Un individu est condamné à 11ans et ressort au bout de 5 de qui se paie-t-on la tête; Du peuple et pour des raisons de surpopulation carcérale ou autre impossibilités de traiter l'individu en question. Maintenant à ceux qui emploi la méthode radicale et définitive, qu'ils prennent en compte que l'homme est faillible et peut se trompé, les erreurs judiciaire existent aussi et leurs causes sont connues ( partialité, incapacité et manquement dans les enquêtes, etc . ). La justice avait dit 11 ans de réclusion, il devait faire 11 ans de réclusion point. Cela mettrait aussi du plombs dans la tête des récidivistes pour les faits d'agressions cambriolages, vols et qui ne pratiquent que ces activités délictueuses pour vivre.

  • Eliminons les violeurs et les assassins mais, ne nous arrêtons pas là !!!
    Eliminons aussi :
    - leurs avocats, qui osent défendre ces monstres
    - les juges, qui ne prononcent pas de peines assez dures contre eux
    - leurs enfants : c'est peut-être génétique, donc dans le doute...
    - leurs parents : c'est surement de leur faute (père ou mère trop possessif/alcoolique/violent/dépressif/etc...)
    - leurs compagne/compagnon, voisins, collègues de travail : ils les fréquentent régulièrement, vous ne me ferez pas croire qu'ils n'ont rien vu venir (tous complices)
    - les journalistes de la presse écrite/radio/télé qui annoncent ces crimes : ne donnent-ils pas des idées aux autres criminels

    Eliminons encore :
    - les dealers qui avec leur merde avilissent notre jeunesse (regardez ce que Johnny H. est devenu)
    - les voleurs : ils volent les pauvres qui deviennent mécontent; et un pauvre mécontent est dangereux
    - les traders : ils volent les riches qui deviennent mécontent; et un riche mécontent est très dangereux
    - tous ces bons pères/mères de famille qui, pour éviter d'arriver en retard au travail, grillent le feu rouge devant l'école
    - ceux qui font pisser leurs chiens sur les roues de nos bagnoles ou contre les murs de nos maisons
    - ceux qui font trop de bruit
    - ceux qui sont trop grands/petits/gros/maigres/bronzés/pâles/chevelus/chauves
    - etc, etc...

    Remettons au goût du jour les supplices du pilori, de la roue, du gibet afin d'assainir notre société moderne qui a perdu tous ses répères et ses valeurs !!!

  • Ce qui s'est passé est horrible et monstrueux, aucun doute là dessus. Et j'ai bien conscience qu'une procédure qui pourrait être intentée pour faute ne changera rien, cette femme ne revivra pas pour autant.

    Je suppose (j'espère?) que tous ici nous nous accordons sur un certain nombre de principes:
    - la loi du talion, même si elle est tentante, est proscrite
    - les crimes et délits sont inhérents à toute vie en société, le but des gouvernants étant de prévoir les modalités pour les "prévenir" et les réprimer
    - il existe chez pas mal de personnes une capacité à regretter, à se racheter, et même à s'améliorer (voir le nombre de personnes qui étudient en prison et ont la rage de s'en sortir, untel devenu avocat il y a quelques années, et d'autres). Voir également cet homme pris par le remord: http://www.ledauphine.com/revelationle-meurtre-a-ete-perpetre-en-1975-en-haute-savoie-il-avoue-son-crime-34-ans-apres-@/index.jspz?article=189082
    - il y a des peines dans certains systèmes (75 ans de prison...) qui ne veulent rien dire au regard du point précedent


    Maintenant, je pense qu'il convient de reprendre quelques données chiffrées. (désolée c'est un peu ancien les chiffres datent de 2004: www.justice.gouv.fr/art_pix/infostat88.pdf ). Ainsi, en 2004, 91 condamnés pour crime avaient déjà fait l'objet d'une condamnation criminelle au cours des 21 dernières années, ce qui aboutit à une taux de récidive de 3%. Ce taux varie selon le type de crime: 9,5% pour les vols aggravés, 2,2% pour les homicides volontaires à 1,3% pour les viols. Je pose juste une question, je ne prétends pas avoir la réponse: si nous prenons le cas des homicides volontaires, est-il réaliste que les 97,8% paient d'un enfermement à vie pour les 2,2%?

    Pour avancer dans le débat, il faut je pense dépasser le stade de l'émotion légitime, à laquelle bien évidemment je m'associe. C'est à tête reposée, et non en surfant comme déjà vu, sur une vague populiste aux ambitions électoralistes, que nos représentants doivent "produire des textes". Et pour ce faire, analyser les faits, les connaissances de la science, voir ce qui existe déjà dans notre droit qui pourrait être efficace mais qui ne serait pas assez appliqué, observer l'humain pour essayer de "comprendre" même si le mot n'est pas approprié. Surfer sur "la vague du moment", on voit bien ce que cela donne: bilan de l'insécurité nul, police des étrangers...

    Dernière précision: en France, aujourd'hui, il y a plus de risque de mourir du fait de la vetusté des hôpitaux que d'un crime dans la rue. Mais effectivement, la criminalité permet de faire diversion, quand on parle d'un côté, on ne met pas l'argent que l'on devrait mettre de l'autre. Et pourtant, là aussi, il est cruel de se dire que ce sont des morts que l'on aurait pu éviter.

    Marie-Christine, reposez en paix.

  • Chacun va se rassurer comme il le peut sur son dégré d'humanité. Il n'empêche qu' il faudrait que ce soit là la récidive qui va permettre d'aller notamment explorer la chaine de décision aboutissant à la remise en liberté d'un prédateur. Et peut-être de l'étoffer.
    On peut effectivement se tromper mais en pareil cas, avec pareille conséquence, on change de voie. Dans les autres métiers, ça se passe ainsi. Je vois mal un aiguilleur du ciel avant de prendre une décision se dire " Aprés tout, le risque zéro n'existe pas..."

  • Le risque zéro n'existe pas. De ce fait on est tous être des tueurs en puissance. Mais j'ai des solutions existent pour pallier à cette incertitude : Recherches génétiques, vérifications des antécédents familiaux, surveillance des gamins à la sortie des maternelles pour les plus perturbateurs d'entre-eux, enfermement préventif a priori et a posteriori, facilitation des dénonciations, fichages, enquêtes psychologiques approfondies, prison pour les criminels de moins de 5 ans...

    ... Bref, une nouvelle discipline devrait être enseignée dans les facs de droit(e), à côté du droit Pénal : Ce serait le droit de la Paranoïa.

    En outre, on demandera à nos étudiants en philosophie de réhabiliter le terme "paranoïa" afin que l'on puisse inscrire en toute sérénité un nouveau titre instaurant le régime juridique de la paranoïa dans notre Code pénal, et ce sans que les citoyens en soit choqués. A cet effet on mettra en scène de nouveaux BHL qui passeront dans les plateaux télé, qui écriront des essais sur la notion de paranoïa, qui évoqueront les bienfaits de celle-ci dans la société (chose qui est trop peu mise en avant)...

    ... Enfin quelques années plus tard les politiques entreront dans la danse : Un Président de la République française plurielle et divisible qui voudra se faire réélire entérinera par referendum ce droit dans la Constitution de la énième République. Du droit "de" la paranoïa on passera à un droit "à" la paranoïa ; un droit qui sera à la fois subjectif et constitutionnel...

    ... Et pendant que les (con)citoyens s'occuperont à se méfier et se détester les uns des autres, le Président réélu fera passer ses réformes protectrices des grandes fortunes en douceur, sans devoir nous mettre la vaseline d'usage.

    Ce sont là mes modestes solutions, si quelqu'un en à d'autres je suis preneur.

  • Fran: On peut vouloir exiger le rique zero mais dans la realite il n'existe pas, precisement car on fait dans l'humain. Ton aiguilleur du ciel sait qu'il n'existe pas. Il se sert de donnees, de parametres du moment, de son expertise, il se repose sur la fiabilite des instruments a sa disposition, il sait que l'ensemble d'informations produit est sur au moment x de prendre une decision et il la prend.
    Maintenant oui, il faudra examiner la chaine de decision tout en sachant que ce qui est valable pour une personne ne l'est pas forcement pour une autre.
    Sinon on tombe dans les propositions style Loi sur la retention de surete, qui enfermeront des personnes ayant purge leur peine,"au cas ou" elle recidivent, ce qui est inadmissible. Ce sera du gardienage securitaire et sans soins de toute facon, des parcs a bonne conscience populiste.

  • Moi je préfère la reconnaissance du droit à écarter les meurtriers du monde libre, ou bien alors en confier la garde aux gens admirables comme Gilles, LJS ou d'autres s'il ya des volontaires. Ainsi, dans un but de résinsertion, ils pourront les employer comme baby-sitter ou que sais-je, gardien de propriété...

    J'aime bien cette idée.

  • @Anna
    Mon aiguilleur du ciel sait qu'il n'existe pas, mais travaille avec l'idée qu'il existe, à la différence du juge d'application des peines qui d'emblée pense que de toutes façons le risque zéro n'existe pas et décide ensuite. Le dégré de prise de risque n'est pas le même.

    S'agissant du type en question, qu'il ait pu se réinstaller à quelques centaines de mètres de so nancienne victime, tu conviendras qu'il y a là une évidente faute professionnelle. Ce cas est source de réformes c'est évident.

  • @féchiéputindmerd

    Oui tes solutions me paraissent adéquates, et ont le mérites de régler instantanément et définitivement le problème. En revanche il faudra trouver des solutions psychologiques permettant aux citoyens normaux et irréprochables de se regarder dans une glace.

    Pour cela je compte sur Anna vu ses compétences en la matière.

    Le seul souci que je rencontre, c'est que je ne sais pas s'il faut attendre chaque décennie pour liquider en masse les déviants, ou doit-on les éliminer un à un tranquillement ?

  • Au passage, je rappel que la peine aux assises est prononcée par un jury populaire, c'est à dire vous et moi.

    Merci pour ma décoration de grandeur d'âme, Fran, ... mais ne parlez pas sans preuve ! LOL

  • Ah nan Fran moi je te le cloue sur place et je te le crucifie... argh ! Ça y est je suis fiché en tant que déviant ! J'espère que le baromètre n'a pas explosé sinon l'avenir de ma descendance est compromise.

  • @LJS
    Je consulte mon registre et je te précise que tu n'as pas encore obtenu l'autorisation de te reproduire LJS...Tu aurais dû opter pour la reproduction accompagnée dès 16 ans, on relâche plein de moniteurs tous les jours.


    @Gilles
    J'en parle plus haut du jury populaire, la latitude de décision est trés étroite. C'est du pipeau la justice populaire.

    Je vais écrire à l'Educ Nat et suggérer de créer une licence de bourreau en fac de droit avec deux maitrises, guillotine et injection. ensuite on peut imaginer des DESS de neuropsycho-regardage dans la glace...

  • Fran: ce doit etre la facon dont tu t'es exprime.
    Quant a laisser la personne revenir vivre sur les lieux de ce type de crime, ici ce n'est pas permis et il aurait ete mis sur le registre des criminels sexuels a vie (je ne juge pas, je dis ce qui se fait)

  • Ca me semble plus cohérent comme démarche, ici c'est plus "je-m'en-foutiste"...Advienne que pourra en bref, jusqu'au jour je suppose où ton tour vient. Ca fonctionne comme ça en France. Tant que c'est pas pour ma gueule, c'est pas si grave...

  • @Fran,

    Ah zut !! Pourtant j'ai trois ans d'ancienneté !! Je devrais demander une dérogation à Chirac... Oups c'est vrai qu'il n'est plus Président. Tu penses que si je vais voir Sarko il va me la donner ma dérogation, ou bien il va demander ma castration thérapeutique ?

  • Ba il faut surtout faire gaffe à ne pas œuvrer à l'avènement de Big Brother. Ce n'est pas en raison de l'incertitude du quotidien qu'on va s'enfoncer dans la peur et la passion.

  • On n'empêchera jamais que ça arrive, mais on peut empêcher la récidive.

  • Il s'agit là d'un chez les toxicomanes,tuer devient ce monsieur une drogue dont il ne peut se séparer.

  • @anna donskoy
    Le risque zéro n'existe pas. Ce serait bien que les juges qui condamnent les responsables d'entreprises (GDF dans les explosions de gaz, la passerelles du paquebot qui s'était effondrée, ...) se souviennent de vos sages paroles...

  • Nous ne sommes pas le seul pays confronté a ce type de problème Les réponses sont multiples mais en majorité composés de soins obligatoires et de suivis psy ,de castration chimique,ou et d'enfermement en unité spéciale La bête est la tapie prête a surgir,et ce n'est pas le vernis humaniste qui nous protège,il craque au moindre évènement ,la preuve certains propos sur ce blog

  • peut-être que certains considèrent que le système dans lequel le condamné attend de nombreuses années dans le couloir de la mort et in fine "trop de la chance" on le loupe, et un bon système sur lequel nous devons prendre exemple?

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/10/01/etats-unis-un-condamne-raconte-son-execution-ratee_1247803_3222.html

  • Joli racolage révoltée...

  • Moi je joue à Batman Arkham Asylum : C'est Batman piégé par le Joker dans l'asile des pires aliénés mentaux. Je joue, et c'est jouissif comme tout avec un Batman plus sombre que jamais...

    ... Je pense qu'on devrait me castrer avant qu'il ne soit trop tard.

  • fran: si racolage il y a, il n'est que passif!

  • Moi je pense puisqu'on est entre gens bien et rigolo qu'on devrait imaginer la joie qu'a du ressentir la jeune fille violée en 2000 lorsqu'on lui a appris que la meilleure des justices, de celle défendue par les plus grands humanistes de notre beau pays, a permis a ce monsieur d'avoir la délicatesse de revenir s'installer sur les lieux de son forfait...



    Oh papa tiens on va acheter du pain ?
    Oh regarde papa c'est monsieur machin, tu sais celui qui m'a enlevé et violé en 2000 !
    oui ma chérie c'est quelqu'un de bien maintenant tu sais, la justice française l'a estimé tout à fait bien dorénavant...
    ha d'accord papa...

  • Adriana,

    C'est une solution comme une autre : Se délecter pendant longtemps de la souffrance psychologique du condamné avant de le voir mis à mort. Le mettre directement à mort serait trop humain, ce qu'il ne mérite pas.

    Moi je propose que soit promue l'exécution au fusil et que ce soit un membre de la famille qui appuie sur la gâchette. Ça devrait permettre à la victime et à la société de dormir sur ses deux oreilles.

  • @révoltée

    lol excellent
    sympa de débattre avec des "adversaires sur le plan des idées" qui ont de l'humour ;-)

  • Moi ce que je redoute c'est une société fondée sur la peur et la paranoïa, ce qui est encore plus invivable.

  • Fran, réciproquement mac, euh pardon, mec...

  • On a bien compris LJS, moi ce qui me turlupine c'est qu'on s'éloigne de notre vrai statut humain, quelques-uns tentent de sublimer, nier ce que nous sommes véritablement.

    Il y a quelque-chose de faux, de superficiel dans cette envie de devenir un ensemble de gens biens sous tous rapports,et ceux qui ne le sont pas, qu'à celà ne tienne, on les amènera à l'être.

    Ce type est à mettre hors circuit, et définitivement. Celui, qui, supposé bien plus sensé que lui, le remettra dans le circuit sera responsable des conséquences dans un sens.

  • Long John Silver | 01.10.2009
    OK. Moi je suis d'accord pour tenir le fusil et appuyer sur la gachette si un de ces "humains" viole où tu ma fille. Celà ne me la rendra pas, mais d'une part je serai certain qu'il ne pourra plus s'en prendre à la fille d'un de mes voisins, et d'autre part je serai certain d'épargner aux contribuables français tous les frais d'internement et de pseudo-traitements que ces irrécupérables nous coûtent.

  • si on ne peux meme pas aller faire son jogging ou tout autre sortie tranquille , sans tomber sur un malade c'est quand meme quelque chose , !!

    on ne penses pas à la pauvre victime et on mets tout le baratin sur ce violeur ou monstre erant !!

    Qu'on lui fassent pareil que la famille s'en charge cela lui feras du bien et il ne recommenceras pas ,on ne vas quand meme pas le soigner ,le nourrir , le vétir dans sa nouvelle cellule ou dans un centre specialisé , non je ne suis pas d'accord de lui offrir une nouvelle chance .Des fous de se genre coutent cher à l'etat !!!

    En plus il restera recidiviste à vie puisque la seule solution c'est d'éliminer la cause ,


    elle est belle la justice !!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Révoltée,

    Je me suis gouré de destinataire, j'ai inscrit "Adriana" au lieu de révoltée, comme quoi...

    Fran,

    On perd également notre statut d'humain à enfermer les personnes sans jugement ni délai fix, seulement par sûreté et en raison d'une potentielle dangerosité (cf rétention de sûreté). A mon sens un excès ne doit pas nous conduire dans un autre excès.

    Spa,

    On devrait également faire payer la balle à la victime comme en Chine, ça sera encore moins cher, et comme ça on ne demandera plus rien à la société.

  • LJS, tu m'a confondue avec Adriana, c'était un compliment pour moi.
    En tout cas c'est clair que le système US interpelle.

  • On en sait plus sur les conditions de remise en liberté de l'auteur présumé des faits, et ça ne semble ni glorieux, ni convaincant sur les méthodes.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/10/02/01016-20091002ARTFIG00006-l-assassin-presume-de-marie-christine-hodeau-remis-deux-fois-en-liberte-.php

  • On revient toujours sur la question des experts qui font des ménages.

  • Hé ouais Gilles, tous nos apprentis psychologues se sont bie nvautrés, le type n'a rien à faire dans un asile, il est simplement alcoolique et pervers.
    Va être dur à ddéfendre le vilain méchant être humain qu'on aimerait qu'i lredevienne gentil u ninstant afin de le réinsérer...

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/10/02/01016-20091002ARTFIG00006-l-assassin-presume-de-marie-christine-hodeau-remis-deux-fois-en-liberte-.php


    @LJS
    Dis-moi qui est actuellement en rétention de sureté.

  • très bien, parce que le système a planté, on peut donc désormais enfermer à vie les 98% qui ne récidivent pas. Ne cherchons pas à comprendre par la "psychologie" ou 'l'observation des comportements" ce qui s'est passé dans les 2% pour savoir "prévenir et alerter" et prendre les mesures appropriés, prenons donc la mesure radicale: qui entre en prison n'en ressort pas.

  • http://blog.lefigaro.fr/threard/2009/10/coupables-attitudes-face-a-la.html


    Tiens révoltée ( pas tant que ça en fait ) ce type répond mieux que moi à cet argument que tu agites comme un hochet.

  • Fran, la différence entre ce que dit ce monsieur et ce que je dis: lui pense que 100% des condamnés doivent rester enfermés. Moi je pense que 98% ont "vocation" un jour à retrouver la liberté et il convient pour les 2% qui restent d'analyser sérieusement les comportements (pas par des rapports de psy à deux balles) afin de voir ce qu'il est possible de faire. C'est sur, je n'ai pas la "solution miracle" sur ce qu'il convient de faire de ces 2% (rétention? mesures médicales? autres...), mais c'est vers cette direction, vers comment ramener les 2% à 0%, que nos gouvernants, parlementaires et scientifiques doivent orienter le débat. Pas en prenant une sorte de "punition collective".

  • Faut pas se tromper la punition elle est d'abord pour les victimes, dont personne ne parle, notamment la jeune fille violée que la justice a négligé en laissant son violeur se réinstaller prés de chez elle. Ca c'est impardonnable.

  • Non, c'est même pire que ça, la victime n'est pas punie, pour être punie, cela implique qu'elle ait fait quelque chose et qu'elle est "sanctionnée" pour ce qu'elle a fait, en l'occurence la victme n'a rien fait et n'est donc pas punie. Evoquer une punition de la victime revient à faire émerger l'idée de sa "responsabilité" dans ce qui lui est arrivé. Elle a eu le malheur, la malchance, de croiser sur son chemin l'horreur.

    En revanche, la condamné, lui est puni pour ce qu'il a fait. La question est de savoir si 98% des personnes qui "executent leur punition" et qui sont "réinsérables" doivent être encore punies une deuxième fois parce qu'il y en a 2% qui recommencent. C'est une drôle de manière "disproportionnée" de régler le problème. On peut aussi s'intéresser à ces 2%, analyser leur comportement, ce qui les caractérisent, comment les repérer...

  • "En revanche, la condamné, lui est puni pour ce qu'il a fait. La question est de savoir si 98% des personnes qui "executent leur punition" et qui sont "réinsérables" doivent être encore punies une deuxième fois parce qu'il y en a 2% qui recommencent. C'est une drôle de manière "disproportionnée" de régler le problème. On peut aussi s'intéresser à ces 2%, analyser leur comportement, ce qui les caractérisent, comment les repérer..."

    Belle manière de noyer le poisson.

    Le cas où effectivement je pense que le type n'aurait jamais du ressortir, c'est le cas du meurtrier récidiviste condamné à perpèt en état de récidive donc et qui avait été relaché et ça avait donné l'affaire Nelly Cremel.
    Dis-moi Révoltée si ce Patrick Gateau devait, aprés avoir prouvé son pouvoir de récidiver sans cesse, ressortir.

  • je noie le poisson et je racole, c'est ton avis, mais on ne peut pas me reprocher d'être démago...

    j'ai dis plus haut, je n'ai pas la solution miracle, j'indique ce vers quoi le débat devrait à mon sens s'orienter.

    "Le cas où effectivement je pense que le type n'aurait jamais du ressortir, c'est le cas du meurtrier récidiviste condamné à perpèt en état de récidive donc et qui avait été relaché et ça avait donné l'affaire Nelly Cremel.": on est donc en partie sur la même longueur d'ondes, tu n'es donc pas pour un enfermement à vie de tous les condamnés? maintenant, je te renvoies la question à laquelle je suis moi même incapable de répondreet qui est à mon sens toute la problématique: ce cas là que tu évoques, on fait comment pour le détecter?

  • Long John Silver, je t'aime !!!
    Je suis preneur de toutes les solutions que tu proposes. Avec les miennes, nous aurons très vite notre société parfaite.
    Je reviens sur quelques points :
    -les "citoyens normaux et irréprochables" n'auront pas besoin de "solutions psychologiques" pour "se regarder dans une glace" puisque leurs actes seront justes
    - de toute façon, il n'y aura pas de solutions psychologiques puisqu'il n'y aura plus de psy (je les mets au même niveau que les avocats de la défense)
    - en ce qui concerne la "liquidation" des déviants, il faut bien sur le faire au fur et à mesure ; il est vrai qu'au moment de la mise en place de nos solutions, il y aura fort à faire

    @Spa et Lacour : les biens des condamnés seront saisis afin de rembourser les frais d'exécution, leurs cadavres seront recyclés (engrais, savon)

  • @révoltée
    Dans le cas de Patrick Gateau, et maintenant dans le cas de celui-ci on les détecte avec la récidive. Ni l'un ni l'autre ne doivent ressortir un jour. Seconde chance oui, troisième, non.

    Dis-moi si tu penses que le type qui a tué la joggeuse lundi doit ressortir un jour. Et si oui, pourquoi et dans quelles conditions ?

  • Fran:

    comme déjà dit et redit, je n'ai pas de solution miracle.

    MAM: "une insuffisance des mesures de suivi […] due essentiellement au fait que la cour d'assises ne les a pas prévues".

    On a des dispositions dans notre droit qui ne sont pas appliquées (suivi socio judiciaire, suivi psychiatrique, HO....) Le rapport Warsmann proposait de créer 3 000 postes de personnel de probation, on est loin du compte, on n'y met pas les moyens. Il est scandaleux de n'avoir que 350 juges d’application des peines pour gérer 250.000 dossiers.

    C'est sûr, c'est comme les décès dus à la vetusté des hopitaux, il faut y mettre les moyens. Mais au fond, cela revient à se poser la question sur le modele de société que nous voulons.

  • Exact

  • Bilger charge sabre au clair contre l'individualisation des peines :


    http://www.marianne2.fr/Justice-contre-la-recidive,-la-peine-de-surete_a182309.html

  • @Fran,

    Pour la rétention de sûreté faudra attendre minimum quinze, vu que la loi votée s'appliquera à ceux qui sont entrés en prison l'année dernière, et qu'elle s'appliquera pour les criminels ayant été condamnés à quinze ans.

    Sarko et sa rebeu de service auraient bien voulu que la loi s'applique immédiatement afin que ça soit une ligne en plus dans son C.V de réélection, mais les juges du Conseil constitutionnel ne l'ont pas vu de la sorte : Pas de rétroactivité en droit pénal (principe de légalité des peines oblige).

    @féchiéputinmerd

    On devrait proposer nos services à l'État, ou bien passer l'ENA. La France a besoin de gens comme nous...

  • L'iceberg est en effet la meilleure image possible de l'esprit de chacun d'entre nous. D'autre part, "l'effet iceberg" est en la matière, encore plus prononcée car si l'iceberg s'enfonce de plus de 9/10, notre esprit est encore moins visible "en surface", même par lui-même parfois. C'est dire!
    Hitler est un bon exemple en effet. Le film "la Chute" a fait du scandale, pour avoir montrer l'homme en détrsse qu'il était aussi, encerclé en fin avril 1945. C'était oublier que le film ne fait pas l'impasse sur le fait que c'était de sa faute, aussi!
    D'autre part, nous sommes abssolument certains qu'Hitler était:
    - Un bon maître pour son chien. (Blondi n'a sans doute rien compris au film)
    - Un excellent patron sympa pour ses sectrétaires, à commencer par la dernière, et qu'ils ne les fouettait pas.
    - Et que somme toutes, il était très sympa "en privé". Et oui, les témoins ne manquent pas.
    C'est aussi devoir ne pas oublier tout le reste...
    D'autre part s'il n'avait jamais su être sympa, PERSONNE ne l'aurait suivi!
    Et nous savons qu'il y a eu "du monde" pour cela....
    C'est bien le vrai problème d'ailleurs! Aujoud'hui, il y a du monde pour suivre Berlusconi, qui n'est pas qu'un clown rigolo parvenu au pouvoir. Faire le clown est devenu nécessaire pour y arriver, mais c'est insuffisant, il faut Tromper presque tout le monde aussi.

    Tout ça pour dire qu'un violeur habitué de cette pratique, souvent rarement puni, il peut facilement rouler dans la farine n'importe quel expert psy et farfelu des tribunaux! La plupart du temps, ces abrutis de psychiatres-experts racontent n'importe quoi aux tribunaux ou juges, qui "avalent" tout! Peut-être peut-on l'expliquer car ils ont cru tout ce que racontait l'individu "expertisé"! Donc ils savent être convainquant, tout simplement.

    Un violeur, lorsque les faits sont clairement établis et prouvés, s'il a montré ne serait-ce que durant cinq minutes lors d'une "conversation", une mentalité de prendre l'autre pour un objet, ne doit Plus Jamais sortir. C'est tout. Pour notre sécurité et celles de nos épouses ou enfants. Tout le reste n'est que baratin.

    PS: je ne comprends pas ça, en admettant que je le "décide", "ça ne marcherait" pas!

    PS2: On est fort loin avec nos "petits voleurs récidivistes", des conneries des soirées des "people" de Hollywood dans les années 70, où toutes et tous étaient blindé(e)s au canabis, aux amphétamines, ou "seulement" bourré(e)s au whisky, et où aucune jeune fille de 13 ans n'aurait dû venir, car tout de même dans ce milieu, quand on y va, on sait ce qui peut se passer! Même à 13 ans! Quant à y revenir 32 ans après... Ridicule.
    (je n'aime pas du tout l'acharnement malsain contre Polansky, même si je pense aussi que c'est au moins un peu de sa faute, ce qui lui est arrivé...)

  • http://www.liberation.fr/depeches/0101595885-hortefeux-reflexion-en-cours-sur-une-garde-a-vue-a-4-jours-pour-les-crimes-sexuels

    C'est bien. Hortefeux a trouvé une vraie réponse au problème: une garde à vue de 4 jours. Je conseille à tous les hommes d'aller prendre des cours de "résistance à la pression policière sur la durée dans des conditions de fatigue, d'usure et de force extrêmes". Parce que si vous avez le malheur de craquer face à cette pression, le tourbillon est lancé.

    Nous sommes en 2009, et un ministre croit encore en la preuve par l'épuisement d'une personne.

  • Là t'as pas tort. C'est une méthode se rapprochant de certaines heures sombres.
    Privilégions plutôt notre ami ADN.

  • thierry bressol, c'est de la faute de la gamine ce qu'il lui est arriver? elle n'avait pas a etre la. tu as une drole de mentalite! si cela arrivait a ta fille, tu tiendrais le meme discours?
    et pour la paragraphe sur hitler, tu es a cote de la plaque! hitler sympa, ou tu as vu jouer ça? et le " c'etait de sa faute 'aussi' " tu aurait pu eviter, est ce un sous entendu que c'etait aussi la faute de ceux a qui il s'en est pris? tes propos sont ambigus et meritent un eclaircissement. polanski doit payer sa dette, meme 32 ans apres. c'est normal. et ce n'est pa "un peu de sa faute", c'est quand meme lui qui a violer cette gamine, non? alors qu'il pait.

  • Josy67!! Avant d'écrire sur un sujet, il faut le connaître!!!
    Et ce n'est pas ton cas! Demande à notre ami Google, il te citera les dépositions des personnes concernées!
    Même ici! Juste sous l'article de Mtre Devers notre blog capitaine, se trouve un extrait du récit judiciaire des FAITS.

    Oui, si "ça" arrivait à ma fille, je dirais la même chose le "ça" de Polansky et sa jeube fille dce 13 ans, n'a rien de comparable avec une sauvage agression commise sur une personne choisie parce qu'elle avait le tort d'être là par hasard, ce qui est arrivé à Marie-Christine. (ce gars ne devrait d'ailleurs plus jamais sortir!)

    Encore une fois, cette "gamine" de 13 ans avait dans son quartier l'habitude de fréquenter le "show-business" du cinéma, entre autres! Elle posait nue dans une revue etc...
    Quand dans ce quartier on se rendait à une fête en soirée chez Jack Nicholson (si je me souviens bien), on sait à 13 ans ce qu'il s'y passe ou ce qui peut vous être proposé!

    Une jeune fille de 13 ans n'est pas une innocente, en général. Surtout enb 2009, et certainement pas en 1977 là où c'est arrivé!
    En fait, au dernier moment elle a changé d'avis et ces cornichons tous "blindés", ils lui ont forcé la main... Voilà, les soirées où on boit trop, tout bêtement.

    Ensuite, l'intéressé déclarait encore il y a peu que "le tintamare" fait autour de sa mésaventure, l'a beaucoup plus perturbée que l'évènement, l'abus en lui même. Et elle a tiré un trait dessus, abandonnant toute poursuite.

    Ca suffit cet acharnement débile pour une histoire de fête mal gérée entre personnes peu précautionneuses, à commencer par elle-même et Polansky, ceci depuis 32 ans!
    On marche sur la tête.

    D'autre part, ce tracquenard soudain en Suisse, ça fait réellement très mauvais genre! Pour une "démocratie", un mot de plus en plus creux. La faute à qui? Pas celle de Jean-Marie Le Pen ou du communisme, ni du pape! C'est la nôtre.

  • Le procureur a fait savoir qu'il y avait des élements de viol et d'assassinat, et doit délivrer un réquisitoire pour ces nouvelles mises en accusation. L'autopsie permettra de donner bcp de renseignements.

    Il faut donc penser à la plus horrible des fins pour cette femme.

  • Fran et d'autres me pretent un généreux laxisme, mêlé d'angelisme crétin. Je ne suis tout de même pas trop d'accord. Meme pas du tout.

    D'abord, cette idée de l'avocat qui est tjrs du coté de l'accusé, c'est lassant et un peu court. Oui, c'est la figure de référence, l'avocat pénaliste. Mais dans tout procès, il y a un avocat pour la partie civile. Comme pour cette femme, commerçante, qui voit un mec entrer le magasin, la braquer, demander le fric - qu'il n'y a pas - et se mettre à canarder. J'ai une missssion pécise, et ce n'est pas d'attendrir la cour sur la misère de l'agresseur.

    Les caricatures, ça va cinq minutes.

    Ensuite, la simplification des discours... Mais allez donc faire un tour pour assister aux procès d'assises. Vous verrez comme les idées simples montrent leur limite en 5 mn.

    Rendre la justice, c'est très complexe. Et dites vous bien que tous les professionnels de justice qui passent deux ou trois jours consacrés à l'étude d'une affaire ne sont pas forcément des reveurs irresponsables.

    Dans la tradition française, il se passe peu de choses en prison, le temps de la peine, et la solution a tjrs été l'aménagement de la peine - réglé par la loi et mis en oeuvre par le juge - pour inciter la personne à faire elle meme les efforts.

    Si on va vers la fixité de la peine, et qu'il se passe tjrs aussi peu de choses en prison, on ira à la catastrophe. Vous trouverez dans la rue des mecs à l'état brut, endurcis et déconnectés par les années de prison. Ce décalage - permanent - est la première cause de la récidive, car aucune question (qui est la source de la criminalité) n'a été traitée, et encore moins résolue.

    Je ne suis donc pas opposé par principe à la fixité de la peine, mais si vous ne voulez pas remettre des brutes en liberté, il faut changer la prison et le régime de la peine, pour engager la bas le véritable travail.

    J'admire le travail des travailleurs sociaux et des médecins de la pénitentiaire. Ce sont des réalités qu'il se coltinent tous les jours. Si la solution idoine existait, soyez sur qu'il seraient les premiers à la demander et à la mettre en oeuvre.

    Et la castration chimique ! Essayons d'aborder ces questions autrement que comme une série de slogans. S'il suffisait de quelques piqures pour régler la récidive des agresseurs sexuels, vous croyez que la loi ne l'aurait pas autorisée? un peu de sérieux tout de meme!

  • Il n'empêche qu'il a bien violé la joggeuse, ce sale menteur, cet assassin que des permissifs ont laissé dehors rejouer au prédateur sexuel.

  • Nous sommes d'accord: ce crime horrible est aussi une terrible échec pour l'insitution judiciaire.

    Mais impossible de s'en tirer en fustigeant "les permissifs". Les données sont bcp plus complexes.

  • On peut faire taire les naïfs en les noyant dans du "bcp plus complexe " mais seulement les naïfs.
    Les acteurs de la justice se retranchent derrière la législation lorsqu'on les fustige pour angélisme ou faute lourde de conséquences, par contre si on tente de la changer, cette législation, ils s'insurgent...

  • Non, il faut proposer, et du sérieux.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu