Avertir le modérateur

Familles homoparentales : Un pas en avant à Rennes

132109.jpgSéparation d’un couple homosexuel : la cour d’appel de Rennes accepte l'exercice conjoint de l’autorité parentale. Devançant la loi, la jurisprudence s’enhardit sur le chemin de la famille homoparentale.

Anne et Emilie ont vécu une vie de couple pendant des années. En septembre 2006, suite à une insémination artificielle pratiquée en Belgique, Anne a donné naissance à une petite fille. Les deux jeunes femmes se sont séparées en juin 2008, et ont organisé une garde alternée, assurant chacune présence et investissement dans l’éducation de leur fille.

Oui, mais le lien entre la petite fille et Emilie n’est qu’affectif. D’où une demande en justice, par requête conjointe, sur le fondement de l’article 377 du Code civil : « Les père et mère, ensemble ou séparément, peuvent, lorsque les circonstances l'exigent, saisir le juge en vue de voir déléguer tout ou partie de l'exercice de leur autorité parentale à un tiers, membre de la famille, proche digne de confiance, établissement agréé pour le recueil des enfants ou service départemental de l'aide sociale à l'enfance. »

Requête conjointe, cela signifie que les deux étaient d’accord,... mais il restait à convaincre le tribunal. 

Et bing ! En novembre 2008, le tribunal de grande instance a rejeté la demande, en relevant que la séparation était récente, et qu’en l’absence 9782841147496.jpgde toute difficulté dans l’organisation  de la vie quotidienne, il n’y  avait pas lieu de prendre cette mesure. Dialogue de sourd : d’un côté, circulez, il n’y a pas de  malheur en vue ; de l’autre, c’est le bonheur que nous cherchons à organiser.

De ce qu’explique l’AFP, le parquet, qui intervient au civil dans ce type de dossier, a devant la cour, apporté son appui à la demande, soulignant l'intérêt du lien existant entre Emilie et la petite fille, et reconnaissant que « son engagement actuel s’apparente bien à celui d’un parent dans le cadre de la séparation d’un couple. » Banco pour la cour d’appel, dans un arrêt du 30 octobre : délégation d’autorité parentale avec exercice partagé, au profit de celle qui n’avait pas porté l’enfant. Pour la cour, « l’autorité parentale sur l'enfant sera ainsi partagée entre Anne et Emilie pour tous les besoins de l'éducation de l'enfant ». Cette délégation n’est ni une adoption, ni un statut social, mais c’est une avancée bien réelle. Nous voici à la première étape d’une famille homoparentale.

Il semble que les cas acceptés par les juges soient rares, et pourtant la Cour de cassation a ouvert cette  possibilité dès 2006 (1° chambre, 24 février 2006, n° 04-17090).

Deux femmes vivaient ensemble depuis 1989 et étaient pacsées depuis 1999. L’une d’elle était la mère de deux enfants, nés en 1999 et 2002, et dont la filiation paternelle était inconnue. Elles avaient demandé la délégation du temps de leur union.

La cour d'appel d'Angers avait accepté mais le procureur s’y était opposé au motif qu’il fallait justifier « de circonstances particulières et non de la simple crainte de la réalisation hypothétique d'un événement », à savoir un malheur, genre la séparation ou un décès. Rien du tout, avait répondu la Cour de cassation, contestant cette interprétation dépressive du Code civil : l'article 377 ne s'oppose pas à ce qu'une mère seule titulaire de l'autorité parentale en délègue tout ou partie de l'exercice à la femme avec laquelle elle vit en union stable et continue, dès lors que les circonstances l'exigent et que la mesure est conforme à l'intérêt supérieur de l'enfant. »

amour.jpgJurisprudence salutaire car on abandonne un critère malheureux, pour chercher la meilleure solution pour l’enfant. Et la Cour avait noté la réunion de plusieurs facteurs :

-         - les deux enfants étaient décrites comme des enfants épanouies, équilibrées et heureuses, bénéficiant de l'amour, du respect, de l'autorité et de la sérénité nécessaires à leur développement,

-         -  la relation unissant les deux femmes était stable depuis de nombreuses années et considérée comme harmonieuse et fondée sur un respect de leur rôle auprès des enfants

-         l'absence de filiation paternelle laissait craindre qu'en cas d'événement accidentel plaçant la mère, astreinte professionnellement à de longs trajets quotidiens, dans l'incapacité d'exprimer sa volonté, l’autre femme ne se heurte à une impossibilité juridique de tenir le rôle éducatif qu'elle avait toujours eu aux yeux des deux enfants.

Ainsi, il était de l’intérêt de l’enfant de dire oui à cette délégation.

Un arrêt de Cour de cassation, avec un couple uni, et au moins un arrêt de cour d’appel, avec un couple séparé. Le cadre jurisprudentiel est posé. Reste à apprécier, au cas par cas, ce qu’il en est de l’intérêt de l’enfant, mais ces deux décisions de justice fournissent des références assez encourageantes.

pomme-damour.jpg

Commentaires

  • Un bon point pour les magistrats français alors. On attend les réactions des deux autres autorités constitutionnelles en espérant donc qu'elles feront preuve de professionnalisme - et en misant en ultime recours sur une énième décision lénifiante de la CEDH.

  • Qu'on ne s'étonne pas après de constater que la secrétaire d'état à la famille, ne se comporte au gouvernement que comme le porte-parole de l'Elysée...
    La famille "française" à droit à un enterrement de première classe dans l'indifférence générale.
    La "parentalité" ne sera jamais la parenté, l'usine à gaz qui se dessine là, n'abolira jamais le vrai lien qui existe entre le donneur et l'enfant.
    Si, ce dernier veut connaître son origine à sa majorité, quid?
    Par ailleurs, on aura forcé la justice à bien des contorsions pour des gens qui n'ont pas respecté le droit à l'origine et qui affichent moins d'intérêt à la cause de leur enfant qu'à celle de leur communauté...
    Mais, c'est vrai le politiquement correct ne tolère pas mes propos...

  • il vaut certes mieux avoir accès aux origines, quite à ce que le père soit alcoolo ou violeur...
    Tant que la loi française n'autorise pas la procréation médicalement assistée aux couples homo, ceux ci continueront de chercher à l'étranger des solutions pour fonder leur famille.

    Et que dire de la loi française qui autorise le mensonge en admettant la reconnaissance du père (non biologique) en cas de don de sperme dans les couples hétéro ???

    Les enfants de couples homo ou vivant dans des couples homo existent, ils ont droit à un cadre légal, une reconnaissance, afin de les protéger des querelles d'adultes, qu'ils soient homo ou hétéro...
    Posez vous ces questions si votre enfant vous annonce un jour son homosexualité...

  • Si les deux mamans se remettent en ménage avec deux filles, les gamines auront quatre mamans ?

  • J'ai rien contre les homosexuels dès lors qu'ils ne s'entichent pas d'avoir des enfants. La procréation c'est : un mâle et une femelle. Point barre. Qu'ils aient une sexualité différente ne leur donne absolument pas le droit de ce croire parents en faisant pression sur la loi.

  • On est bientot en 2010 et on peut lire encore des propos pas très classes vis à vis des gays.... Il est temps d'ouvrir les yeux et de regarder nos voisins suèdois ou d'autres pays scandinaves !!!

  • Posez vous ces questions si votre enfant vous annonce un jour son homosexualité...

    Ecrit par : etalors | 09.11.2009

    Je lui répondrais qu'il a fait le choix d'un vie stérile, que je le respecte mais suis attristé d'assister à la fin de ma descendance.
    L'homosexualité est une pratique sexuelle, rien d'autre!...
    Par ailleurs, en quoi l'alcoolisme serait-il plus infâment que l'homosexualité?
    Comme je vous le dit on force les mots à définir un concept inepte.
    La réalité est plus prosaïque, et s'impose par conséquent à l'esprit de la majorité des gens, sauf à nous considérer tous comme des fascistes un jour, il faudra en convenir...
    Pour ce qui se pass chez les autres (scandinaves), c'est comme dans le cas présent; tant que cela se passe chez-eux, rien à dire...

  • J'aurai préféré grandir dans une famille homosexuelle plutot que dans ma famille de barje parfaitement hétéronormée.
    Si n'importe quel débile a le droit d'être parent dès lors qu'il entre dans une chatte ou se laisse rentrer une bite dedans!...Elle est belle la France!!

  • à Béatrice,

    Vous êtes consternante ! Je n'arrive pas à croire qu'en 2009 des gens comme vous croient encore que l'homosexualité est un choix de vie. On nait homo, on ne le devient pas !
    Par pitié, instruisez-vous avant de lâcher des âneries pareilles. Après, on en reparlera. Vous avez parfaitement le droit d'avoir des opinions, mais faites-en sorte de ne pas passer pour une imbécile, car ça denigre vos argumentations.

    A +

  • Qu'il est bon de voir de bonnes nouvelles comme celle là ! Enfin les choses avancent dans le bon sens ! :D

    Par contre je suis affligée de voir certain de vos commentaires :(
    Comment pouvez-vous croire que l'homosexualité est un choix et une simple pratique sexuelle ?!?
    Ce n'est pas un choix, c'est un fait que ces personnes découvrent en grandissant.
    Essayez d'imaginer qu'en grandissant vous vous soyez rendu compte que vous aimiez les personnes du même sexe que vous et pas ceux du sexe opposé ! Quoi que vous fassiez !
    Vous vous seriez forcé a avoir des rapports sexuels et une vie de couple avec une personne qui ne vous attire pas ? Vous seriez resté sans Amour toute votre vie sous prétexte que pour beaucoup de personne l'homosexualité c'est "MAL" ?
    Ces personnes sont comme vous et moi, ils ont le droit au bonheur de l'Amour, qu'il soit dans le cadre du couple ou de la famille.
    Il ne s'agit pas ici de "perversité" mais d'un simple état de fait. La Vie a choisit de leur faire aimer les personnes du même sexe qu'eux et il essayent de vivre une vie comme les autres au maximum. Vivre, exister, aimer, faire des enfants...
    Ce que tout être humain a le droit de désirer et de tout faire pour y parvenir.
    Je connais plusieurs couples homo (hommes et femmes) qui ont eu des enfants, et je peux témoigner que je n'ai vu que du bonheur dans leurs familles et dans leurs yeux.
    Les enfants sont vraiment désirés, aimés et vivent très bien cette "petite différence".
    Alors, je vous en prie, réfléchissez deux secondes, essayez de vous mettre à leurs places, et comprenez qu'il n'y a rien de mal a aimer...
    Et surtout, enlevez-vous cette image purement sexuelle reliée à l'homosexualité, et essayez pour une fois de voir qu'il s'agit également d'Amour.

  • La discrimination ethnique ou "raciale" est trop présente sur notre planète pour laisser comparer l'homosexualité à un racisme. L'hétérosexualité est la norme, aucune discussion sur le sujet et son évidence... c'est la base absolue et inconditionnelle de la vie sur terre. Que des médecins apprentis sorciers aient remis cette vérité en question par la procréation assistée est une forfaiture éthique. Ceux qui nous disent que l'on découvre sa sexualité en grandissant, que les éthéros sont parfois pleins de tares et peuvent procréer, que l'amour doit être respecté entre tous les êtres, etc...; oublient trop souvent de nous dire ce qu'ils pensent de l'inceste et la pédérastie. Ces deux choix auxquels les individus ne sont pas préparés à la naissance, et découvrent en grandissant doivent-ils être légalisés?Les raisonnement qui sont appliqués pour imposer l'homosexualité à nos esprits peuvent servir avec la même efficacité ces pathologies. Si l'on trouve normal de demander à ces malades de réfreiner leurs pulsions, en quoi cette demande serait-elle infondée à l'égard des homos?La nature a pourvu les hommes et femmes d'attributs sexuelles différents et complémentaires, elle n'a pas envisagé d'autres possibilités, pourquoi?Dans de telles conditions, sont-ce les hétéros qui sont dans la régression en refusant de reconnaître l'homosexualité comme une normalité?Ne risque-t-on pas un jour de voir la DUDH (droits de l'homme) réécrite?L'époque que nous vivons ne veut souffrir d'aucune contrainte, immédiateté est sa règle, jusqu'au jour où un pays portera à sa tête un homme qui redéfinira les conditions pour tous, la décadence de notre humanité en paiera le prix fort...Les idées font les mondes, mais certaines détruisent des espèces...
    Je ne suis pas contre les homosxuels, je revendique le droit de penser comme je veux sans être stigmatisé.

  • "suite à une insémination artificielle" donc elles ont bien eu besoin du sperme d'un homme, que ça leur plaise ou non!
    Il est tout fait à normal d'autorisée 2 femmes à avoir un enfant par insémination artificielle : l'homme n'est pas une marchandise que ces femmes peuvent à loisir utiliser pour se faire inséminer et avoir un enfant comme elles achèteraient un pot de fleur!

  • @ Tony :
    Comment pouvez-vous vous permettre de comparer l'homosexualité avec l'inceste et la pédérastie ???
    Cela n'a rien a voir !!! L'homosexualité ne fait de mal a personne !
    Nous parlons de personnes adultes et consentantes qui vivent leurs relations et/ou leurs amours sans que cela ne porte préjudice à personne ! Il n'y a rien de "pervers" ou de "sale", même si vous n'affectionner pas ce type de relation.
    Alors pourquoi cela vous gène-t-il tant ?
    Y-a-t-il agression ? Manipulation ? Viol ?
    NON !!!!!
    L'inceste et la pédérastie sont des choses graves et bien heureusement punies par la loi.
    L'homosexualité pas !
    Qu'il est facile pour vous de faire ce type de raccourci infâme !

    "La nature a pourvu les hommes et femmes d'attributs sexuelles différents et complémentaires, elle n'a pas envisagé d'autres possibilités, pourquoi?"

    C'est la Nature elle-même qui a fait que l'homosexualité existe ! Ce n'est pas l'homme qui l'a créé ! L'homosexualité existe depuis la nuit des temps et surtout elle n'existe pas seulement chez l'homme, mais aussi chez les animaux ! ( Un petit coup de Google vous aidera a faire votre culture sur le sujet ).

    Certes, vous avez le droit d'avoir vos opinions, mais j'espère que vous comprendrez également que quand vos arguments ne tiennent pas la route, on vous le dise.

  • Un enfant c'est un père + une mère et non pas 2 pères ou 2 mères

  • Ouah, que dire ! Stupéfaite par les propos tenus !


    - Tony : Vous revendiquez le droit de penser autrement ! Je suis entièrement d'accord vous avez le droit de penser ce que vous pensez et on en discute ! Par contre je vous invite " à porter" un autre regard avec plus d'empathie sur un choix de vie de l'espèce l'humaine ! Que ce choix ne corresponde pas à votre système de valeur cela vous regarde ! Par contre dire que l'homosexualité est une pathologie n'est ce pas stigmatisant ?? Par contre je ne comprends rien à votre raisonnement mettre sur le même plan l'homosexualité, l'inceste et la pédérastie. Je vous à invite a réfléchir sur question du choix et de la loi ? Et pour terminer pour ce qui est de la discrimination ethnique dire que rien n'est comparable je dirais rien n'est hiérachisable.
    Petite démonstration ....
    A lire votre texte je me suis amusée à changer le mot " L'hétérosexualité " dans une de vos phrase pas mot "race blanche". Et voila ce que cela donne ...
    A abracadabra...La race blance est la norme, aucune discussion sur le sujet et son
    évidence c'est la base absolue et inconditionnelle de la vie sur terre.. Justement la norme peut se discuter et doit être discuter pour la faire évoluer dans tous les domaines (sociale, légale, morale...)!

    Et je terminerais par la phrase de socrate " Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien" je vous invite à l'expérimenter......

  • Chère Florence,

    Je ne lis aucun argument dans vos propos...
    Il y a manipulation quand on édicte des lois qui interdisent ou restreignent les libertés fondamentales, comme celles d'opinion et de parole.
    L'homophobie, est un mot vide de sens pourtant on condamne dessus des gens.
    La manipulation consiste à toujours associer le racisme et l'homophobie or, ils n'ont pas de racines communes...
    C'est un mal fait à l'humanité cela.
    Dans un monde où il est dit que la pénurie d'eau menace, quant elle sera là, qui peut dire que des enfants nés de ce genre de configurations auront les mêmes droits que les autres, puisqu'ils n'auraient jamais dû voir le jour sans aide extérieure au couple homo?
    Quand on renvoi un individu sans papiers dans son pays, où notre armée et d'autres font la guerre à son peuple pour lui apporter la "paix", que l'on ose prétendre que notre pays n'accueille pas la misère du monde, ne sont-ce pas les valeurs de l'humanisme qui sont bafouées, l'homosexualité et ses choix se comparent-ils à ces réalités?
    Là, c'est un agression à notre intelligence à tous.
    Demander la reconnaissance des mêmes droits pour les homos que pour les hétéros, n'est-ce pas un viol des règles qui nous fédéraient autours de mêmes valeurs?
    Comme vous allez vite en absolution ma chère...
    Et religieusement, quelles seront les adaptations à apporter, comment?
    Si vous pouviez me donner un argumentaire sur tous les points évoqués sans vous laissez aller à l'insulte, sans faire de démagogie, je vous rappelle que la nature à fait les hommes et que ces derniers ont fabriqués des bombes pour la détruire, sous toutes formes et en toutes circonstances, c'est pareil pour l'homosexualité, ce n'est pas l'oeuvre de la nature, c'est une déviance de l'Homme. Que cette déviance soit assumée pleinement devant les autres Hommes sans vouloir y fourrer des artifices pseudos intellectuelles propres à tromper les moins vigilants d'entre-eux...
    La justice devrait avant tout résoudre les problèmes des pères qui ne peuvent voir leurs enfants, après divorce il y a inéquité là!...

  • Moi j'applaudis !!
    comme le dis denis75 : Un bon point pour les magistrats français.

  • Bonjour à tous,

    Liberté, Égalité, Fraternité … on parle en ce moment d’identité national, comment intégré les immigrés mais en réalité les français aux même ne savent plus qui ils sont. Les trois mots qui sont notre devise ne représentent plus rien pour beaucoup d’entre nous.
    Ou est la liberté ou la fraternité dans vos propos ? Ne parlons même pas de l’égalité. Comment voulez vous avoir une société moderne et active quand on met de coté une partie d’elle-même ? La nature a su perdurais par sa capacité d’adaptation si une société ne sais pas le faire elle est voué a la mort.
    Dans les propos on trouve deux clans, le clan des pour qui parle d’Amour, de respect et d’éducation d’enfant et l’autre qui parle de sexualité d’inceste et de pédérastie je ne savait pas que dans l’éducation d’enfants et l’amour qu’on lui porte sa propre sexualité en faisait partie. Quand on est parent je pensais, a tord semble t’il, que cela devais rester dans la chambre a couché des parents a moins que les pervers ne soit pas ce que l’on pense en fait !! Ca fait quoi d’être dans le mauvais camp ?
    En quoi l’amour d’un père est-il différent de celui d’une mère ? Attention a la réponse car si il est différent les pères ne doit plus avoir la garde lors d’un divorce … En quoi un père ne peut-il pas remplir d’amour et éduqué un enfant ?
    Je préfère voir un enfant avec deux pères ou deux mères qu’un enfant ballotté a la DAS de foyer en foyer. Ne serait-il pas plus heureux dans une structure familiale ? Même si elle ne correspond pas à la famille type je pense qu’il serait plus heureux. Je n’ai jamais vu de famille parfaite alors pour privé un enfant d’être heureux et protégé en cas de difficulté de la vie par un cadre légal ? Le problème n’est pas d’autorisé ou pas c’est de légalisé ces situations car c’est enfants existent !! Il est temps d’arrêté de faire l’autruche ce n’est pas parce que c’est n’est pas autorisé que cela n’existe pas. Avant la légalisation de l’avortement, elle existé aussi et des drames arrivé. Nous sommes dans le même cas de figure. Alors que devons nous faire ? Légalisé ou dire a tous c’est enfants qu’ils valent moins que leurs camarade car ils ont des parents qui n’existe pas aux yeux de la loi !
    La France ce bat pour les droit de l’homme a l’étrange mais ne devrait elle pas ce battre aussi dans sont propre pays ? La France reste un pays rétrograde qui n’est toujours pas capable de vivre avec sont temps. Elle vit toujours en réaction a un événement, malgré notre passé nous ne sommes toujours pas capable de prévoir et d’anticipé une situation. Arrêtons de construire des murs entre les personnes sous prétexte qu’elles ne sont pas comme nous. Abattons, nous aussi, nos murs.

    Jean-Michel.

  • Précisions
    Tout n'est pas fait à travers ces deux décisions de justice, et le progrès ne résulte que de la combinaison des deux
    - délégation d'autorité parentale et exercice conjoint à Rennes
    - adoption à Besançon

    Notamment, à Besa,çon, est jugée la capacité à adopter individuellement. C'est l'adoption par une femme, qui vit avec une autre, mais ce n'est pas une adoption par un couple homo.

    ll faudra aussi, après adoption, engager la procédure de délégation d 'autorité parentale.

    Pour une adoption par le couple, la jurisprudence ne montre pour l'instant aucune ouverture.

    Mais dans quelques temps, quand il y aura
    - adoption individuelle en connaissance d'une vie de couple homo
    - délégation d'autorité parentale, et tout va bien

    viendront des demandes d'adoption par le couple, et au regard de l'intéret de l'enfant, il sera difficile de tout bloquer du fait de dispositions législatives qui dans les faits sont ignorées dans la vie sociale.

  • Arrête ton char, Ben Mur

  • Je m'inscris pour réagir à tant d'idioties, de mauvaise foi, de "petites pensées" stupides... comparer l'inceste et la pédérastie à l'homosexualité, vraiment je souhaite que ces personnes se fassent violer au coin d'un bois, par un maniaque qui leur fera violence, cela leur remettra un peu les neurones en place ? (peut-être) ou alors pour avoir le même discours qu'elles: "c'est ce dont elles rêvent depuis toujours en fait (de se faire violer et violenter) et elles seront enfin heureuses..."

  • @ Tony

    Je ne suis pas Florence, et cela m'énerve de répondre à des personnes dénuées de raison, mais je vais me permettre d'accéder à votre requête. C'est-à-dire vous montrer pourquoi, simplement, vous avez tort. Et je ne le dis pas inconsidérément, c'est l'absurdité de vos propos qui me force à employer de tels qualificatifs.

    - « L'homophobie est un mot vide de sens »
    En un sens vous avez raison, l'homophobie, pénalement parlant, n'est que trop peu reconnue. Et c'est d'ailleurs là le réel tort fait à l'intelligence des individus. Dans la réalité, ce mot prend tout son sens lorsque des personnes - telles que vous - se permettent, au nom de ce qu'ils prennent pour une liberté d'opinion, de discriminer, d'insulter, voire de faire acte de violence à l'égard des personnes homosexuelles.

    - « C'est un mal fait à l'humanité cela. »
    Le mal fait à l'humanité c'est celui qui constitue à mener celle-ci à sa perte en érigeant des dogmes autour de la haine de l'autre (quel qu'il soit). Ensuite l'argument malthusien du trop grand nombre d'individus sur terre est assez amusant dans la mesure où l'on invoque justement comme argument de menace contre l'humanité (que constitueraient les couples homosexuels) celui de leur impossibilité à procréer. Mais bref, passons. Vous dites donc que ces enfants n'auraient jamais du voir le jour. Certes, mais n'est-ce pas la même chose pour les couples stériles ? Doit-on refuser toute insémination artificielle au simple motif du trop grand nombre de personnes sur Terre ? Doit-on empêcher des personnes qui souhaitent donner la vie (que celles-ci soient homosexuelles ou non) de le faire en invoquant l'impossibilité "naturelle" alors que la science le permet ?
    Ensuite, si l'on s'en tient au même discours, cet argument que vous avancez ne tient plus la route dans le cas des adoptions.

    - « Là, c'est un agression à notre intelligence à tous. » (sic)
    Encore une fois, l'agression à l'intelligence de tous je la vois dans vos propos. Et dans celles d'autres commentateurs également, ne soyons pas injustes, vous n'êtes pas le seul homophobe à répondre. Si l'homosexualité et ses choix, comme vous dites, ne se comparent ni à la guerre, ni à l'expulsion, etc. il n'y a justement pas lieu de mettre tout ça dans le même panier. Ce qui est dénoncé, par contre, c'est l'exclusion des personnes. Et, certes, expulser un sans-papiers et exclure une personne homosexuelle ce n'est pas la même chose, mais dans tout les cas c'est du mépris envers un être humain et un rejet de celui-ci.

    - « Demander la reconnaissance des mêmes droits pour les homos que pour les hétéros, n'est-ce pas un viol des règles qui nous fédéraient autours de mêmes valeurs? »
    Au contraire. Reste à définir les valeurs dont vous parlez, mais si vous évoquez celles de liberté, d'égalité et de fraternité (déjà bien assez bafouées), je pense qu'il est justement urgent (afin de les respecter) d'enfin considérer les personnes (en couple ou non) homosexuelles (et bisexuelles également, ne les oublions pas) comme égales des autres, avec les mêmes droits et les mêmes possibilités de construire leur vie comme elles le souhaitent.

    - « Et religieusement, quelles seront les adaptations à apporter, comment? »
    Ah ah ! Que vient faire la religion ici ? Nous parlons de la société civile, et dans un pays laïc celle-ci n'a rien à faire dans les débats sur les droits des individus. Et c'est d'ailleurs malheureusement trop souvent le cas lorsqu'on voit leur influence dans les débats d'éthique, mais passons.
    Ensuite, sur les adaptations, je citerais en exemple la Grace Cathedral (San Francisco), qui dépend de l'Eglise Episcopale américaine, cette dernière acceptant tout le monde en son sein : les homosexuel(le)s, les bisexuel(le)s, les transsexuel(le)s, sans discrimination. La Grace Cathedral accueille de plus tous ceux qui le souhaitent (de confessions différentes ou sans confession), ce qui est finalement logique (du moins dans les religions du Livre) si l'on part du principe que Dieu aurait fait l'homme à son image :)

    - « c'est pareil pour l'homosexualité, ce n'est pas l'oeuvre de la nature, c'est une déviance de l'Homme. »
    Alors, qu'est-ce qui est l'œuvre de la Nature et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Effectivement, on ne peut parler de gène de l'homosexualité, ou de quoi que ce soit qui s'en rapproche. Après, à dire que c'est un choix, il y a un fossé qu'on s'abstiendra de franchir, si l'on est intelligent. La société influe sur notre comportement, notre schéma de valeurs, notre opinion, et également, pour une part, sur nos préférences sexuelles. Est-ce pour autant un fait qui caractériserait une soit-disant déviance de notre société, sa décadence ?
    Non, l'homosexualité est présente dans toute société, et l'a toujours été. Qu'elle soit reconnue ou punie, elle a toujours (aussi loin que remontent les sources dans ce domaine d'études trop récent) existé et en tout lieu.
    Il ne faut donc pas chercher à empêcher cela d'exister (seuls les fanatiques religieux croient cela possible), mais plutôt d'enfin l'accepter pleinement pour que nous puissions évoluer vers une société plus juste.
    [Cela dit, il restera encore de nombreuses choses à faire et dans de nombreux domaines pour espérer voir un jour émerger une société juste, mais cela relève d'autres questions que celles évoquées ici]

  • D'accord, bien sur.

    Mais je ferai une remarque, qui n'est pas une réponse à Benoit, mais qui est d'ordre général.

    La question du mariage et de l'adoption homos resteront un pb homo avec tout le lot d'incompréhension et de polémique si la question n'est portée que par les groupes homos. Ils sont en première ligne, car ils attendent bcp, OK. Et la spécificité des questions légales à traiter est une réalité. Mais l'avenir se complique s'il n'y a pas, et toujours, une réfexion plus large sur qu'est ce que la famille et la filiation aujorud'hui.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu