Avertir le modérateur

Le siphonné du devoir de réserve

Devoir de réserve pour les écrivains honorés d’un prix littéraire ! C’est en France, et c’est UMP. Une petite fièvre identitaire pour notre toujours subtil Eric Raoult. Et d’abord, qu’est ce que ce devoir de réserve ?

 

Trois textes pour la liberté d’expression

 

shadok-cerveau_castaliefr.1244534634.jpgLe cadre est posé par trois textes. Les deux premiers sont de type fondamental, car ils protègent l’exercice de la liberté d’expression par tous. Deux articles 10.

 

D'abord, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : 

 

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

 

Ensuite, la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme :

 

« 1. Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n'empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d'autorisations.

 

« 2. L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire. »

 

Pour la fonction publique, cette liberté est proclamée à l’article 6 du statut général, à savoir la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 : « La liberté d'opinion est garantie aux fonctionnaires ». Quelques mots… et beaucoup de jurisprudence, avec un double but : défendre l’expression des opinions, et protéger de toute discrimination en fonction des opinions.

 

On aurait pu ne rester là, c'est-à-dire en interprétant l’article 6 en fonction des deux articles 10.

 

 

Ce que dit le statut de la fonction publique…

 

6a00d8345167aa69e20115708b7db2970b-320wi.jpgLe législateur a apporté des précisions avec l’article 26 :

 

« Les fonctionnaires sont tenus au secret professionnel dans le cadre des règles instituées dans le code pénal.

« Les fonctionnaires doivent faire preuve de discrétion professionnelle pour tous les faits, informations ou documents dont ils ont connaissance dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions. En dehors des cas expressément prévus par la réglementation en vigueur, notamment en matière de liberté d'accès aux documents administratifs, les fonctionnaires ne peuvent être déliés de cette obligation de discrétion professionnelle que par décision expresse de l'autorité dont ils dépendent. »

Voilà les deux seules limites légales : secret professionnel, ne pas trahir des secrets confiés, et la discrétion, se faire discret sur les affaires du service auprès des tiers.

Et pour le reste on obéit aux ordres et on la ferme, car les ordres sont des ordres ?

Pas si simple, répond l’article 28 :

« Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l'exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. »

Donc même un ordre peut se discuter. Et heureusement, car l’ordre illégal n’a pas de fondement dans une République. Je signale cette autre conception :

 

« Les fonctionnaires, à tous les rangs de la hiérarchie, sont soumis à une discipline fondée sur l’autorité des chefs, l’obéissance et la fidélité des subordonnés.

 

« La discipline se manifeste par une soumission constante aux lois, décrets, et règlements en vigueur, et par l’obéissance des subordonnés  aux ordres de leurs supérieurs dans l’exercice de leur autorité.

 

« Cette obéissance doit être entière. Toutefois, dans le cas où l’ordre reçu leur paraîtrait entaché d’irrégularité, ou s’ils estiment que son exécution pourrait entraîner des inconvénients graves, les subordonnés doivent exprimer leur manière de voir à leurs supérieurs. Si l’ordre donné est maintenu, il doit être exécuté. »

Obligation d’exécuter les ordres gravement illégaux… Alors ? Ce texte sinistre est l’article 13 du statut général de la fonction publique, institué le 14 septembre 1941, par le Gouvernement de Vichy. Gouverner, c’est prévoir.

.. et ce qu'ajoute la jurisprudence

galerie-membre,masque,masques.jpgRevenons au statut actuel. Où est donc passé notre devoir de réserve ? Et bien, il n’est pas dans la loi. Mais vous savez comment fonctionne le droit : tout le droit n’est pas dans la loi, car le droit n’est rien sans son inépuisable réserve de jurisprudence. Donc, le devoir de réserve est une obligation générale des fonctionnaires, mais une obligation jurisprudentielle.

Le Conseil d’Etat, statuant en matière disciplinaire, rappelle régulièrement que « le devoir de réserve s'impose à tout agent public. » (Conseil d'Etat, N° 97189, 28 juillet 1993)

Il existe parfois une référence de texte, mais c’est rare. Un conseiller d’Etat est tenu à « la réserve que lui imposent ses fonctions ». Pour la police, joue l'article 11 du décret du 18 mars 1986 portant code de déontologie de la police nationale : « Les fonctionnaires de police peuvent s'exprimer librement dans les limites résultant de l'obligation de réserve à laquelle ils sont tenus et des règles relatives à la discrétion et au secret professionnels ».

Très bien. Mais quel est le contenu de ce droit ? La jurisprudence s’est gardée de donner une définition générale. L’idée est une exigence de comportement, qui trouve sa source dans l’idée même de la fonction publique : un service au nom de la collectivité, engageant l’autorité publique. Chaque agent en est un représentant, ce qui impose une attitude générale : respect, dignité, distance devant l’évènement, culture de la neutralité et du loyalisme… La jurisprudence utilise un curseur très mobile, lié à la place dans la hiérarchie. Plus l’agent est près de l’autorité, plus il est tenu à cette réserve.

Ajoutons que ce devoir de réserve fait l’objet d’un aménagement spécial pour les agents investis de responsabilités syndicales dans l'expression de leurs opinions « dès lors que cette expression se rattache à la défense des intérêts professionnels des agents de l'administration ». (Conseil d'Etat, N° 213590, 29 décembre 2000)

Alors, le cas Marie Ndiaye

00107215.jpgMarie Ndiaye n’est pas fonctionnaire. Donc, le devoir de réserve lui est inapplicable. Point.

Le Goncourt est un concours indépendant, en tout cas de l’Etat. Aucun rattachement, même fonctionnel, donc aucune prise non plus pour le fameux devoir.

Marie Ndiaye est écrivain. Les deux articles 10 – le patrimoine génétique de la liberté d’expression – c’est d’abord et avant tout pour les écrivains, pour leurs œuvres comme pour leurs déclarations. Sans limite ? Si, le trouble à l’ordre public. Et a priori pas d’émeutes en vue… Donc, hors la loi, si je puis dire. Mais notre ami Eric Raoult est sur ce point un expert, connu pour refuser avec constance à appliquer la loi SRU dans sa commune. Au nom de l’identité nationale ? 

Il est donc assez insensé que la polémique ait pu s’installer, comme si poser une obligation de réserve à un écrivain était une vraie question. Où en est-on de notre goût pour les libertés ? A ce propos,  je dois dire que je déplore la déclaration de Marie Ndiaye qui s’en remet à l’arbitrage de Frédo.

Marie, là, permets moi de te dire, en toute amitié, que tu es à côté de la plaque. Un ministre, autorité administrative, pour garantir une liberté aussi importante que la liberté d’expression ? Jamais de la vie ! Cette liberté, elle est d’abord à toi, par ta capacité à tout dire, et à te faire entendre. Ensuite, si un malheureux te cherche des noises, c’est lui qui te collera devant un juge. Et à ce juge, tu ne lui demanderas pas garantie. Tu développeras tes arguments pour forger toi-même ta victoire, et il restera au juge à chasser les mouches.

On marche sur la tête…

18892729.jpg

Commentaires

  • Maître,
    je vous suggère de donner des cours de liberté d'expression à bon nombre d'élus de quelques collectivités qui ont une interprétation extensive du devoir de réserve. Ils en abusent.

    quant au cas de Marie Ndiaye, qu'elle ne se sente pas seule, Eric Raoult a tout recemment approuvé a demi mots l'expulsion de Florence Beaugé de Tunis http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20091105.OBS6908/rsf_reproche_le_manque_de_courage_politique_deric_raoul.html

  • Une autre pitrerie de Raoult. Chaque fois qu'un pipole s'exprime sur la politique, ça débouche sur un tas de conneries. Yannick Noah avait dit que si Sarkozy était élu, il se casserait... Ben on attend toujours.

    J'ai relevé une phrase sensée dans l'interview de N'Diaye par les Inrocks :
    "Et même si Angela Merkel est une femme de droite, elle n’a rien à voir avec la droite de Sarkozy : elle a une morale que la droite française n’a plus. »

  • Noah habite NY, gros malin.

    Quant à Raoult, ce qu'il a dit est indigne d'un homme politique d'une democratie. Il devrait être privé de tous mandats et responsabilités.

    Bonne zournée les p'tits clous

  • PARIS (AFP) - Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a estimé que Marie NDiaye, Prix Goncourt 2009, et le député UMP Eric Raoult avaient l'un et l'autre le droit de dire ce qu'ils veulent, refusant ainsi de trancher leur différend sur un éventuel "droit de réserve" des écrivains.

    Pauvre Fredo, il a beien du sushi.

  • Pas grave quand on nem...

  • Il ne peut pas mener son ministère à la braguette.

  • Au fou ! Raoult le Magnifique a inventé le devoir de réserve avec effet rétroactif ! Car, si j'ai bien compris, le commentaire en question date de juillet dernier, c'est à dire AVANT que le fameux prix ne soit décerné, non ?

    Complètement absurde, cette histoire. En plus, au lieu de renvoyer Raoult dans les cordes, le malheureux Frédo joue les Roi Salomon... Décidément, il les accumule !

  • Poil au cule

  • Le siphonné du droit de réserve ose parce que Marie Ndiaye est noire.

    Quand Dominique de Villepin écrivait à propos de la France "Elle a les jambes écartées. Elle attend désespérément qu'on la baise ...." est-ce que les barons de la droite avaient exigé un droit de réserve ?

    Les Français, du moins certains d'entre eux, sont très prévisibles.

  • C'est prêter à Raoult de bien vilain sentiments. Il est juste con comme un ballon, il fait une sortie de ce genre tous les ans.

  • "Le siphonné du droit de réserve ose parce que Marie Ndiaye est noire. "

    J'en suis pas persuadé. C'est encore plus bête que celà.

  • Ca fait longtemps que je vis en France et je commence à connaître les Français.

    Quand j'exprime mon avis sur la France, on me rappelle gentiment mais fermement que je suis soumise à un droit de réserve. Pourtant, je ne suis pas fonctionnaire. .

    Je ne dis pas que Raoult est raciste. Il est juste comme la majorité des Français.

  • Ce genre d'affirmation basée je suppose sur ton expérience ne vaut pas mieux que ce qu'il dit à propos de Marie Ndiaye, c'est du raccourci, du sensationnel. Mais t'as le droit de le dire, et c'est pas si mal pour un pays de racistes, n'est-ce-pas...

  • Je pense que Raoult a "juste" un problème avec les libertés publiques et politiques, il l'a démontré a plusieurs reprises.

  • Il est de notoriété publique que l'UMP vient de se "jumeler" avec le PC Chinois...

    Ceci entraine cela !

  • Je crois qu´elle a tombé la tete la premiere dans une question piege faite pour cela.
    Elle manque malheureusement l´experience d´un politique d´accabit comme ce Raoult.
    Il a bien profité de l´occase: Parle sur moi et je suis vivant.

  • Il y a, bien sûr, l'article 10 de la Déclaration de 1789, cité par l'auteur du blog. Il y a également l'article 11 : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi." Les propos de Mme N'Diaye ne tombent sous le coup d'aucune loi.
    Au-delà d'une obligation de réserve qui pèserait sur un écrivain et dont la seule affirmation devrait couvrir de ridicule la suffisance servile de celui qui l'a édictée, on peut se demander si ce parlementaire ne devrait pas être démis de plein droit de son mandat. Qu'a-t-il fait, en effet ? Niant par sa tirade l'existence même de l'une des plus fondamentales de nos libertés, garantie par la Déclaration de 1789 intégrée au Préambule de la Constitution de 1958, il n'a pas hésité par là à remettre en cause la forme républicaine de nos institutions. C'est une faute disciplinaire pour un fonctionnaire. N'est-ce pas plus grave pour un élu de la Nation ?

  • Fran, oui j'ai le droit de dire ce que je veux. Du moins en théorie. Parce qu'en France lorsqu'un étanger ou un Français issu de l'immigration dit ce qu'il pense, on lui montre la porte de sortie. Genre "t'es pas content, tu te tires".

    Bah oui c'est comme ça.

  • En France comme ailleurs, le monde est donc raciste, comme tu es l'es envers les français, comme je le suis envers les umpistes.

  • Ce qui est marrant avec les Français, c'est qu'ils pensent qu'ils sont tolérants et ouverts à la diversité, à la différence.

    Pkoi pensent-ils ainsi ? Ce n'est pas parce que la France est le pays des droits de l'homme que les Français sont tolérants et ouverts.

    Regardez l'assemblée nationale, les ministères, etc.... et vous aurez la démonstration que la France n'est pas du tout ouverte à la diversité. Regardez tous les débats qu'il y a sur le voile islamique, la burqa. Comment se fait-il qu'une poignée de femmes ultra minoritaires parmi les musulmanes suscitent autant de rejet ? Pkoi le ministre de l'immigration a lancé un débat sur l'identité nationale ? Si la France était à l'aise avec l'altérité, ça se saurait.

  • Fran, tu es l'illustration du ce que je dis.

  • Tes reflexions montrent un déficit de reflexion qui n'a rien à voir avec des origines ou un ressentiment.
    Je suis trés critique avec mon propre pays pourtant je ne le quitterai pas pour tout l'or du monde.
    Si ça te console de voir en moi un raciste, hé bien soit, si ça peut soulager quelqu'un , ce n'est pas moi que ça fera souffrir. C'est aussi idiot que de dire à tous les turcs, "vous etes des genocidaires"...

  • Le devoir de réserve c'est ne pas porter atteinte à la liberté d'expression quand on est parlementaire. Car la liberté d'expression est française et en plus liberté égalité fratérnité. Donc quand est ce qu'on juge ce parlementaire et ses gens pour case prison?

  • Que pensez vous de la chasse à l'UMP?
    PS: je suis fonctionnaire.

  • Aysin, ce que tu écris est hypothétique. Certainement, l'imbécillité, ça existe, et dans tous les pays, mais il ne faut la généraliser à toute une population...

    "Deux tiers des Français désapprouveraient le départ de Rama Yade du gouvernement, selon un sondage
    AP | 09.11.2009 | 14:14"

    "A la question : "étant données les difficultés répétées" de Rama Yade, "fortement critiquée pour avoir affiché des positions contraires" à celles du gouvernement, "trouveriez-vous normal qu' (elle) soit renvoyée ou contrainte de démissionner du gouvernement", 67% des Français interrogés répondent "non", tandis que 22% répondent "oui", et 11% ne se prononcent pas."

    Il ne faut confondre Sarkozy et son karcher avec tous les Français.
    ...Mais nous sommes un peu hors du sujet... :-)

  • aysin, je suis française et pourtant sur certains blogs de personnes de couleur, je n'ai pas le droit de citer parce que je ne suis pas noire et je ne suis pas de leurs avis. le communautarisme marche dans les deux sens. ce que toi tu ne trouves pas normal, je ne le trouve pas normal non plus pour moi. il n'y a pas que les français de souche qui reagissent comme tu le dis.
    pour ce qui est des dires de cette dame, je les trouves deplaces au moment ou elle reçois un prix. elle alimente une polemique qui s'intensifie sur certains blogs, a savoir la discriminations des personnes de couleur en france.

  • @ tonton5769,

    Les propos tenus par Marie N'Diaye ont été tenus en aout donc bien avant son prix.
    C'est Eric Raoult qui les a remis à la page plus de 3 mois après l'interview et la polémique dont vous parlez n'a pas besoin de cette écrivain.

    @ Fran,

    Le racisme est malheureusement le sentiment le plus partagé sur terre, aucun peuple n'en détient le monopole.
    Cependant, l'Etat à le devoir limiter les comportements déviant comme il le fait pour la délinquance, la toxicomanie, la prostitution etc... il devrait faire de même avec le racisme.
    Il ne peut pas obliger les gens à s'aimer, mais il peut empêcher que l'on refuse un emploi ou un logement à quelqu'un à cause de ce qu'il est (noir, gros, homo, femme...).
    Il faut bien reconnaitre qu'aujourd'hui l'État ne le fait pas bien!
    Je ne refuse le droit à personne d'être raciste ou scientologue ou musulman ou rastafarien, tant que cela reste privé et ne pénalise personne. Le délit d'opinion n'existe pas chez à ce que je sache!
    Aysin n'a pas totalement tort lorsqu'il dit que quand un français "d'origine" émet une critique sur la politique du pays (sport national), les gens réagissent généralement de manière viscérale est agressive ce qui ne signifie pas qu'ils soient forcement racistes.
    N'entendez vous pas pire sur Sarkozy et le gouvernement tous les jours dehors ou au boulot?
    Et ça émeut qui?!

  • Je crois que la critique n'est bonne que quand elle propose aussi a la fin
    une solution positive.
    Or, les propos de cet dame n'était pas a l'hauteur d'un prix Goncourt et je la croyais plus intelligente et subtile.
    Elle pourrait bien critiquer la situation politique sans avoir recours aux pleonasmes qu'au fond ne disent rien.
    Je crois que c'est trop facile critiquer et puis dire qu'on s'est tiré pour aller vivre ailleurs a cause de ça.
    C'est ça la solution? se tirer quand les choses vont mal?
    Les gens qui sont au chomage devant l'usine fermé n'ont pas la facilité d'aller vivre en Alemagne comme cette dame. Tous se tirent alors? Le dernier éteint la lumière?

    Ou est sa contribution pour améliorer la situation?
    Son exemple demontre le suivant: Je sais critiquer d'une façon oportuniste.

    C'est ne pas parce qu'elle est noire qu'on n'a pas le droit de remarquer ces propos deplacés.

    Par contre, elle a tout le droit de dire ce qu'elle veut quand elle veut et ou elle veut. Elle n'est pas tenue aux droit de reserve.
    Et nous de prendre note ou pas.

  • Adriana,

    Tu es la sagesse même. Ainsi notre ordre moral nous interdirait de critiquer un noir, un juif, un arabe, un homosexuel, un pipole. Même si Raoult est con comme un ballon, il a parfaitement le droit d'être la risée de la société en débitant des conneries plus grosses que lui. Finalement, il est beaucoup plus drôle que bien des saltimbanques. Et... je me MARRE ! Comme disait Coluche.

  • Adriana,

    Si tu ne connais pas, voici le sketch de Coluche :
    http://www.youtube.com/watch?v=CP9X6Choqk0
    "Et qu'est-ce que c'est que ces portugais qui enlèvent le pain de la bouche de nos arabes ?"
    Ca serait censuré aujourdhui.

  • autant pour moi, othello. mais je ne pense pas qu'elle ait changer d'avis aujourd'hui. quand on veut que les choses changent, on les affrontent, on ne se casse pas du pays ou l'on vit, c'est trop facile d'accuser autrui quand on ne veut pas donner la vrai raison pour laquelle on est parti. pour certains, il faut toujours un bouc emissaire car il ne savent pas faire fasse a leurs problemes.

  • Je vois mal pourquoi obtenir un prix Goncourt inviterait le lauréat à plus de retenue et d'intelligence, c'est pas vraiment l'objet du prix.

  • C'est tordant comme le soutien aveugle envers un président inefficace incite à exiger la perfection chez ses critiques.
    On serait sous 1 gouvernement socialo, ces mêmes moutons la soutiendraient.

  • Lauréate du prix Goncourt ou simple quidam intellectuelle qui écrit ; Noire ou Blanche ; Il s'agit de la liberté d'expression et du devoir de réserve.

    La liberté d'expression à une limite, la question est de savoir si elle a été dépassée.

    Pour le devoir de réserve il est écrit dans le billet : "Marie Ndiaye n’est pas fonctionnaire. Donc, le devoir de réserve lui est inapplicable. Point."

  • Je ne vois pas une mule en train d´écrire un Goncourt. Pas encore, en tout cas.

    Par contre je vois plein qui saver lire mais pas comprendre un texte.

    Je n´ai jamais dit que je suis pour Sarko.
    Mais il y a des façons et façons de critiquer comme il y a aussi
    une façon plus inteligente d´écrire. C´est pour ça qu´elle a reçu le prix.
    A moins que maintenant ce prix ne vaut plus rien comme le Nobel de la paix.
    Alors la, une mule peut le recevoir

  • Mathaf,
    Ouais,
    Le politiquement correct a aussi ses intouchables.

  • Le devoir de réserve...
    J'avais - dans une autre vie - une collaboratrice qui me sortait à chaque instant son "droit de réserve" pour critiquer certaines de ses collègues qui parlaient à tort et à travers: "il faudrait leur rappeler, Monsieur, leur "droit" de réserve..."
    Amusant.
    On a de la peine à définir positivement l'obligation de réserve qui s'applique, vous avez raison de la rappeler, aux agents de l'Etat, avec une exigence de plus en plus forte à mesure qu'on monte dans la hiérarchie.
    D'ailleurs la jurisprudence fait une lecture "en négatif" de cette obligation, ce qui est plus aisé que de définir positivement.
    On dira que dans telle ou telle situation, le fonctionnaire (ou le magistrat) Machin a manqué à son obligation de réserve...

    Marie N'Diaye ? ses propos n'ont aucune espèce d'importance. Prix Goncourt ou pas, ils sont sans le moindre intérêt. L'anti-Sarkozisme à tout crin est aussi stupide que le Sarkozisme d'idolâtrie. Elle est partie vivre à Berlin ? Grand bien lui fasse !
    Ils n'engagent que sa petite personne - dixit Bernard Pivot - mais en aucune façon l'académie Goncourt et encore moins la France, Ô grands dieux, non !

  • Marie N'Diaye ? ses propos n'ont aucune espèce d'importance.

    Sauf a mettre en valeur le Eric Raoult en mal médiatique et vendre aussi quelques bouquins, quelques journaux, et remonter un Audimat comateux au passage.

    Dans tout ça on oublie l´emprunt qui va endetter encore plus les générations futures de Français.
    Alors la, il y a une petite importance quand meme

  • @ adriana

    "...Dans tout ça on oublie l´emprunt qui va endetter encore plus les générations futures de Français.
    Alors la, il y a une petite importance quand meme..."

    Oui, mais là on sort du sujet, l'obligation de réserve (de ceux qui y sont astreints et de ceux qui n'y sont pas).
    Il se trouve que j'ai connu dans ma carrière beaucoup d'hommes politiques et de parlementaires. Ne surtout pas croire que la Représentation nationale (représentant le Peuple souverain...) est constituée d'hommes et de femmes tous d'une très haute hauteur de vues. Il y en a quelques-uns (unes) tout de même...mais enfin...

    Quant aux intellectuels, s'ils ont pu avoir un rôle éminent dans la République, naguère, force est de reconnaître que beaucoup se sont déconsidérés au cours des dernières décennies, par leurs erreurs, leurs reniements, leurs volte-faces...

    C'est bien pourquoi je dis que les propos du prix Goncourt 2009 n'ont strictement aucune espèce d'importance

  • Bernardini,
    Tu sais , j´adore les hors-sujet. j´ai petit probleme d´obeir aux regles surtout quand je reflechis.
    Des fois les hors-sujet ont de l´importance pour comprendre ce qu´on discute.

    Pour les politiques, ce que tu dis n´est pas surprennant. Le contraire le serait.
    J´ai une alergie fondamentale aux politiques.
    Connais quelques uns avec ce profil psychologie a ma petite echelle sociale et je te dis.
    Ils sont comme du savon mouillé.
    Toujours souriants, toujours d´accord, toujours ami de tous, toujours surfant sur le haut de la vague et ne jamais prenant une position pour ne pas se compromettre.
    ceux la ne manquent pas d´argent pour leur projet bidons, d´appuis et écrasent ceux qui n´ont pas d´importance et utilisent les gens a leur profit.
    Dans ma petite échelle de vie, je les vois nager comme des requins a l´affut d´une opportunité.
    Pour quoi en serait different a une echelle politique plus grande?

    Le pouvoir est un atracteur pour ce type de mouches.

  • Adriana réfléchit maintenant...

  • Pour quoi? Tu n'y arrives pas, meme avec beacoup d'efforts? Quel dommage.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu