Avertir le modérateur

Respect pour l’histoire

TeacherAndStudents.jpgSupprimer l’histoire et la géographie des enseignements de terminale scientifique, ce qui représente un lycéen sur deux… Nous sommes quand même gouvernés par de dôles de gus.  Mais qu’ont-il derrière la tête ?

 

Ecoutons la com’ à deux sous de Luc Châtel : « On ne supprime pas le programme d'histoire-géo en terminale scientifique, ce programme sera vu en première. En première, les lycéens de la filière S vont voir leur horaire d'histoire-géo passer de 2h30 à 4 heures ». Donc deux heures en terminale devient une heure et demie en première. « L'histoire-géo va garder la place éminente qui a toujours été la sienne dans le système éducatif français et va même voir sa place confortée ».

 

Luc, faut pas charrier. Si c’est pour que l’histoire garde sa place éminente, et bien c’est très simple : tu laisses tout en place, et même tu files un coup de dope en ajoutant quelques heures optionnelles, le but du jeu étant que le jeune lycéen féru de sciences dispose aussi des atouts pour structurer sa pensée. Au passage, tu rabiotes une demi-heure par semaine, ce qui te donne bonne figure à l’heure de la révision générale des programmes publics (RGPP). Toujours ça de pris.

 antique-brass-compass-over-old-canadian-map-1.jpg

Ensuite, qu’est ce tu cherches à faire ? Que nos p’tits gars soient super blindés en classe de première, pour se consacrer aux matières scientifiques en terminale ? Mais pourquoi jouer les sciences exactes contre les sciences sociales ? C’est une régression. Le cerveau  de nos jeunes pousses serait-il déjà arthrosique ? Et puis, la maturité progresse très vite à cette période de la vie, et le même enseignement donné en première ou en terminale, ça change beaucoup de choses ! L’histoire du XX° siècle à des élèves de terminale, ça percute.

 

J’ajoute que ton truc est idiot. Un chouïa de culture générale, ça aide beaucoup pour nombre d’écoles et de concours. Participe à quelques jurys, et tu verras vite le malaise devant ces graines de techniciens qui sont complètement gênés aux entournures pour ce qui concerne l’ouverture au monde.

 

Ce qui m’inquiète, c’est que tout ça vient dans un contexte de manque de respect pour l’enseignement de l’histoire. L’histoire, c’est de la connaissance, et une invitation à chaque élève pour forger ses convictions. Je n’ai pas oublié ce qui a été dit à l’occasion du projet sur l’enseignement du rôle positif de la colonisation : au delà du cas spécifique, tes petits copains trouvaient normal que la loi donne le sens de l’enseignement. Il a donc fallu les calmer, et leur expliquer que ça faisait un peu trop Corée-du-Nord. Je n’oublie pas non plus la crispation pitoyable sur la lettre de Guy Môquet, l’émotion présentée comme un acte de résistance, en décalage complet avec le contexte historique réel.

 

Aussi, passer à la trappe l’histoire en terminale, et prévoir à la place un enseignement optionnel, et qui concernerait la période des vingt dernières années, ce n’est pas sérieux. C’est du plateau télé amélioré. Le propre de l’enseignement de l’histoire, c’est de prendre du temps pour acquérir de la connaissance et construire une réflexion autonome. D’où l’intérêt d’accompagner les lycéens le plus loin possible dans cette voie.

 

entreprise_ecole.jpg

Commentaires

  • Et la géographie donc. Là il peut faire ce qu'il veut, tout le monde s'en moque.
    Et pourtant cette discipline qui, plus que toute autre, ouvre l'esprit sur son environnement à travers ses composantes physiques, économiques et sociales mérite aussi beaucoup d'attention. C'est une formidable "école de penser". Mais c'est peu-être ce qu'il ne faut plus. Penser !

  • Impossible d'appréhender certains domaines ( politique, économie, etc ) sans avoir un bon bagage en histoire-géo.
    Veut-on spécialiser nos élites au point de leur poser des oeillères ?

  • Bon, ben on va rester dans les contemplations béates :
    "Whaou, magnifique article !!!"

    lol

    Ils n'ont plus que 2 heures par semaines en ce moment ? Il y a 10 ans, je suis presque convaincu que j'avais plus d'heures d'hist-géo pour la terminale S (3 ou 4h...). IL faudrait que je vérifie, mais je ne sais pas comment (aller fouiller la cave pour tomber miraculeusement sur un vieil emploi du temps daté de 10 ans... Partir à la rencontre d'un ancien prof d'hist-géo méritant... Vous voulez me mandater pour cette mission ?).

    Plus sérieusement, sur le fond, je bois vos paroles à 400% : tout comme la simplification simpliste du français proposée par F. de Closets il y a quelques mois, ce genre de "réformes" ont un but inavoué visant un appauvrissement intellectuel. Pourtant, dans le domaine de l'enseignement, nous devrions toujours viser l'excellence ; concilier la complexification exponentielle du savoir avec un indispensable développement des esprits critique et réflexif...

  • Je parle souvent avec des pilotes, qui ont suivi la filière maths, il sont souvent complètement polarisés sur leur technique, c'est un peu dommage.
    La philo a failli passer à la trappe en terminale L, je trouve l'enseignement de cette matière très sommaire et ennuyeux. Faut dire que mon prof de philo et moi, nous avions une haine réciproque.
    Je trouvais l'enseignement de l'histoire-géo assez sommaire aussi, mais ça m'a donné envie de lire des livres sur l'histoire, l'économie politique etc.
    L'histoire que je préfère, c'est celle transmise par les parents et grands-parents.

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'Etats qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".


    Je sais que l'on ne peut pas tout enseigner, notamment en raison des contraintes de temps, mais je trouve dommage également que les élèves ne reçoivent pas un minimum d'enseignement du droit, le but n'étant pas d'en faire d'excellents juristes une fois le bac en poche, mais simplement leur donner des repères juridiques (un peu comme les cours d'intro au droit que l'on a en première année de fac de droit), ça peut aider dans la vie

  • Histoire Géographie faites appel a votre mémoire et a l'intérêt que vous portiez a ces matières
    Question subsidiaire quand ( A quel age)avez vous perçu l'intérêt de ces enseignements ?

  • Si le gouvernement veut élaguer ce qui est inutile dans les études, il pourrait commencer par supprimer les maths du concours d entré dans les écoles vétérinaires.

  • Au bac quand j'ai eu 13/20.

  • Pour rester dans le ton ... super l'article. Forçons ceux qui ont choisi une filière scientifique à suivre des cours qui ne les intéressent pas. En terminal, ils ont déjà onze ans d'Histoire Géo dans les baskets. Alors un an de plus ou de moins ... cela ne va pas changer la face du monde. Cela permettrait par contre à ceux qui ont CHOISI un enseignement scientifique de se renforcer dans ce domaine.

  • Projet Chatel versus Loi Falloux


    LOI FALLOUX

    Louis-Napoléon Bonaparte

    15 mars 1865

    Titre II : de l'enseignement primaire
    Chapitre premier : dispositions générales

    Article 23

    L'enseignement primaire comprend :

    * l'instruction morale et religieuse ;
    * la lecture ;
    * l'écriture ;
    * les éléments de la langue française ;
    * le calcul et le système légal des poids et mesures.

    II peut comprendre en outre :

    * l'arithmétique appliquée aux opérations pratiques ;
    * les éléments de l'histoire et de la géographie ;
    * des notions des sciences physiques et de l'histoire naturelle, applicables aux usages de la vie ;
    * des instructions élémentaires sur l'agriculture, l'industrie et l'hygiène ;
    * l'arpentage, le nivellement, le dessin linéaire ;
    * le chant et la gymnastique.

    Article 85

    Jusqu'à la promulgation de la loi sur l'enseignement supérieur, le Conseil supérieur de l'instruction publique et sa section permanente, selon leur compétence respective, exerceront, à l'égard de cet enseignement, les attributions qui appartenaient au Conseil de l'université, et les nouveaux conseils académiques les attributions qui appartenaient aux anciens.

    Délibéré en séance publique, à Paris, les 19 janvier, 26 février et 15 mars 1850.

    Le Président et les secrétaires,

    Général Bedeau, vice-président ; Arnaud (de l'Ariège), Chapot, Lacaze, Peupin, Bérard.

    La présente loi sera promulguée et scellée du sceau de l'État.

    Le Président de la République,

    Louis-Napoléon Bonaparte.

    Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice,

    E. Rouhier.

    http://fr.wikisource.org/wiki/Loi_Falloux
    http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_%C3%A0_l%E2%80%99Assembl%C3%A9e_l%C3%A9gislative_1849-1851#IV_LA_LIBERT.C3.89_DE_L.27ENSEIGNEMENT

    Les enseignements spécifiques au primaire supérieur sont pour partie intégrés dans le programme « facultatif » de l'école primaire, cette partie facultative correspondant non à des options choisies par les élèves mais à des enseignements que l'instituteur peut choisir ou non de donner
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Enseignement_primaire_sup%C3%A9rieur

  • Le projet n'est pas de supprimer ces matières mais de l'augmenter en premiére En résumé,les heures seront doublées en première et diviser par deux en section S Encore une fois tempête dans un verre d'eau

  • Possible, mais ça reste n'importe quoi.

  • De deux heures, on passe à une heure trente récupérée, soit 75%. 25% qui dégagent, c'est ça la coup de rabot.

    Ensuite, l'hisotire contemporaine en terminale, c'es tout de même qqchose. Difficile de comparer avec les cours sur le égputins en 6°... Pas vraiment le meme sens critique, non?

    Et puis que l'enseignemetn de l'histoire géo paraisse torps complexe et futile aux apprentis scientifiques en culotte courte, on s'en moque. L'apprentissage justifie un effort, non?

    Je pense qu'il faut parler de ravages liés à l'absence de culture générale des jeunes étudiants et éléèves de prépa. Faites un tour aux jurys, vous y verrez des abimes d'inculture.

    Et ces "scientifiques" feront quoi, dans cette connaisance de l'environnement ?

    Donc, ça n'est pas une tempête dans un verre d'eau, c'est une vraie interrogation sur la formation, qui a tout moment risque d'être happée vers un utilitarisme social a courte vue.

  • Sans connaissance de l'histoire, où est la conscience politique ? On entre dans la culture Twitter.

  • C'est toute une histoire. Je me rappelle bien de ces heures d'histoires Geo en 1ere S et Terminale C, franchement cela ne nous interessait pas le moins du monde vu ce que nous voulions faire par la suite, par contre nous étions au début des PC mais aucun cours d'informatique ( nous nous formions tout seul soit en ayant monter nos pc soit en les montant avec des amis ayant plus de moyen). Je me rappelle de l'histoire enseigné par des enseignants fortement politisé ( 80% de temps sur l'URSS et 0.1% sur les EU par exemple puis 80% sur les EU et 1% sur l'URSS) avec des enseignants qui essayait de nous rentrer leurs idées. L'histoire ne peut être enseigné mais lu et encore faut-il recroiser les livres pour arriver à avoir une vraie version des choses. Comment la guerre d'Algérie est enseignée ? comment les guerres de Napoléons sont enseignés, comment toutes les guerres contre l'Angleterre sont enseignés ? Désolé mais pour moi l'Histoire ne peut être enseigné car aucun enseignant n'est neutre. La géographie peut être enseigné, l'histoire s'apprend en lisant et en recoupant les informations disponibles exactement comme aujourd'hui il est nécessaire de lire plusieurs journaux, regarder plusieurs programmes d'informations pour dégager une vérité qui n'est peut-être même pas la bonne.

  • Les décisions politiques ne sont pas innocentes, et nos réactions ne peuvent l’être.

    Regardons un instant cette affaire de la lettre du Guy Moquet. Il faut quand meme un sous culture dramatique pour en faire un acte de Résistance, et pourtant ça été validé comme tel par le président de la république et toute l'adsministration.

    A l’époque la ligne du parti, c’est le pacifisme, lié à l’alliance entre Hitler le fasciste et Staline le communiste, du 23 aout 1939. Pacifier l’Est avant de tomber sur l’Ouest. Après l’armistice, Duclos a négocié avec Vichy et les Allemands, la reparution de L’Humanité, et il dénonçait l’action du « juif Mandel ». Il ya eu des militants PC qui ont pris la voie de la résitance, mais très minoritaire. Ca ne changera qu’en juin 1941, lorsqu’Hitler, assuré sur l’Ouest, lance ses troupes sur Moscou. Suivront l’entrée en résistance des communistes, les premiers attentats, et la représaille par la fusisllade des otages du camp de Chaateaubriant le 22 octobre 1941. Parmis eux Guy Moquet.

    Mais le jeune Guy Môquet, âgé de 16 ans, avait été arrêté le 13 octobre 1940. L'heure n'était pas à la résistance, mais à l'alliance des crapules.

    Le tract distribué par Guy Môquet s'adressait au peuple atteint par les évènements. Et la cause des malheurs n'était pas le nazisme, mais les grands groupes industriels et financiers.
    « Des magnats d'industrie (Schneider, De Wendel, Michelin, Mercier ), tous, qu'ils soient juifs, catholiques, protestants ou francs-maçons, par esprit de lucre, par haine de la classe ouvrière, ont trahi notre pays et l'ont contraint à subir l'occupation étrangère (...) De l'ouvrier de la zone, avenue de Saint-Ouen, à l'employé du quartier de l'Étoile, en passant par le fonctionnaire des Batignolles (...) les jeunes, les vieux, les veuves sont tous d'accord pour lutter contre la misère... ».

    Alors, je veux bien croire qu’on peut expliquer ça aux gamins de 6°, mais en terminale, c’est mieux.

    Et qu’ »on en dise pas que c’est du marginal, du cosmétique. C’est une lecture de toute l’histoire politique, et cette affaire a passionné la France. Bien comprise, elle verse un regard cruel sur ceux ui utilsient l'histoire pour leur petit commerce.

    Après, il reste le doiscours "ca ne m'intéresse pas". Dommage, il s'agit juste de comprendre le monde.

  • Le pauvre Guy Mocquet, endoctriné par ses parents communistes, s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, mort pour rien, pas pour la patrie.
    D'autres militants communistes, qui avaient quitté le parti au moment du pacte germano-russe, ont été dénoncés aux allemands et emprisonnés. Leur tête a été mise à prix, rebelotte à la libération, les cocos ont voulu les faire fusiller. Certains ont été l'objet de tentatives d'assassinat bien après la guerre.

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".


    Mais non, vous n'avez rien compris, s'il y a eu toutes ces horreurs, c'est parce qu'il n'y a pas eu de débat sur l'identité nationale:

    http://www.liberation.fr/brut-de-net/06011488-pour-estrosi-un-debat-sur-l-identite-nationale-aurait-pu-bloquer-hitler

  • A ceux qui ont dû attendre la terminale pour apprendre l'histoire et la géographie, c'est que vous n'aviez pas fait grand chose de l'école primaire à la 1ère ! En réalité, on n'apprend rien de plus dans ces deux matières en Terminale qu'on ne sache déjà, sauf si on a été nul pendant tout son cursus scolaire. Tout juste pourrait-on parler de consolidation des acquis, mais encore faut-il qu'il y ait eu des acquis ! On se fat chier en terminale en hist et surtout en Geo Enfin si on peut déplorer une certaine méconnaissance humanitaires liés à l'absence de culture générale de beaucoup de jeunes étudiants il en est de même de l'orthographe,et que dire de l'absence de connaissances en matière d'économie ......

  • Cmme pratiquement tous je trouve stupide et désolant de voir s'appauvrir, voire s'étioler l'enseignement secondaire.
    Il est évident que de nombreux professeurs manquent de neutralité, alors pourquoi ne pas supprimer la philo et pouquoi pas le français dans ce cas
    Combien seront-ils, en plus de leur travail à désirer se documenter, à lire de nombreux livres d'histoire. Pensez-vous que leur objectif ne sera pas de développer au maximum les matières de l'examen pour obtenir une mention ?

  • Au risque d'aller à contre courant des commentaires je voudrais signaler que la mesure proposée a le mérite de poser deux questions:
    La première c'est pourquoi ne pas proposer à ceux qui ambitionnent de faire des études en sciences d'apprendre surtout les sciences? Les carrières scientifiques sont malheureusement très malmenées ces derniers temps en Europe et parmi les causes on peut signaler que les étudiants se retrouvent après un parcours harassant face à des choix frustrants (Tu as fait une thèse, viens donc faire un post-doc tu pourras postuler pour stage..).
    La deuxième c'est pourquoi tout le monde se ne se précipiterait pas sur la filière S à partir du moins où on y apprend de tout et donc elle est considérée souvent à tort mais aussi parfois à raison comme celle qui forme les élites.
    J'ai la conviction que l'inculture que l'on retrouve en prépa ou ailleurs est la conséquence d'un trop plein de connaissances bachottées et donc abandonnées dès qu'un peu de liberté est acquise. En tant que scientifique je regrette bien souvent mon trop peu de compétences en matières de sciences humaines ou en philosophie mais aucunement mes séance de retranscriptions stériles de fiches écrites dans le seul but de réussir mes examens.

  • A chaque gouvernement une réforme concernant l'education nationale !
    ces réformes s'empilent de manière anarchique !

    c'est tout un système qu'il faudrait revoir car à mon sens il faut apprendre à apprendre aux élèves ! des têtes bien faites !

    mais force est de constater que l'education nationale est devenue un bastion intouchable
    un état dans l'état !
    Attention je ne dis pas que le gouvernement actuel a raison il ajoute au chaos existant une réformette mal conçue!

    Parents, professeurs,gouvernements nous sommes tous responsables du niveau lamentable ( culture générale , raisonnement, recul ,réflexion personnelle...)que les élèves de "terminale " atteignent .

  • Encore un petit mot, en espérant trouver un peu de place dans tetetroppleine, pour y glisser quelque idée.
    Pourquoi ne pas proposer à ceux qui ambitionnent de faire des études en sciences d'apprendre surtout des sciences ?
    Il me semble que les sciences ont une utilité sociale. Faire des études en sciences n'est donc pas une fin, mais un moyen de participer au progrès technique, économique et social. Aussi, il serait bien que les personnes qui se destinent à ces études sachent dans quel environnement ils agissent. Que le scientifique soit amené à mieux comprendre l'univers social et politique de sa recherche et de son action scientifiques ne peut, en aucun cas, être une démarche stérile
    Apprendre surtout des sciences pour faire un jour des sciences, c'est le risque de faire, un jour, n'importe quoi. C'est déjà arrivé. L'histoire l'enseigne.

  • Encore un petit mot, en espérant trouver un peu de place dans tetetroppleine, pour y glisser quelque idée.
    Pourquoi ne pas proposer à ceux qui ambitionnent de faire des études en sciences d'apprendre surtout des sciences ?
    Il me semble que les sciences ont une utilité sociale. Faire des études en sciences n'est donc pas une fin, mais un moyen de participer au progrès technique, économique et social. Aussi, il serait bien que les personnes qui se destinent à ces études sachent dans quel environnement ils agissent. Que le scientifique soit amené à mieux comprendre l'univers social et politique de sa recherche et de son action scientifiques ne peut, en aucun cas, être une démarche stérile
    Apprendre surtout des sciences pour faire un jour des sciences, c'est le risque de faire, un jour, n'importe quoi. C'est déjà arrivé. L'histoire l'enseigne.

  • @Révoltée,
    A voir cette vidéo de Estrosi comment ne pas être écoeuré pour justifier un débat qui n'en sera pas un. Je vous invite à lire le libération papier du vendredi 4 décembre 2009 ou Jean Louis Calvet linguisque et Mbodj Pouye anthropologue qui décripte toute la réthorique du guide avec 200 questions. Ce grand débat ne pose t'il pas atteinte à l'ordre public. Les débats dans les préfectures ne vont il pas laissé place à des débordements verbales plus que litigieux !! J n'sais pas quand ce tiendra le debat à lyon mais sans moi...

  • Et oui sosso-massaille la populace va forcement déborder Ces salauds de pauvres types qui n'ont pas acquit la "pensée magique de la bienpensante" Car les ingrats n'ont pas compris que,cette pseudo élite auto proclamée ,pensent pour eux et elle souffre cette "élite" (sic) de voir cette "crassitude" s'exprimer
    Heureusement les ethno-socios -psycho fonctionnaires du commissariat politique,veillent a remettre dans le droit chemin tout ces incultes,ces minables du bulbe qui ne comprennent rien à rien Des misérables analphabètes,xénophobes,racistes qu'il faut faire taire Allez ouste au goulagh

  • @domoundar, je ne dis pas le contraire.
    Ma vision est qu'à voir trop mettre dans la tête des nos enfants et de nos étudiants on aboutit à l'effet inverse. Les programmes de sciences sont surchargés pour bien apprendre et histoire, géographie, philosophie et même les langues sont enseignés sur un mode de bourrage de crane. Le jour de l'examen le crâne est remplie, le lendemain il est vide.
    Je pense qu'à 18 ans il serait plus judicieux d'avoir effectivement un emploi du temps adapté à l'objectif des ses études. Pour le savoir qui n'est pas "utile" puisque c'est le mot à la mode il me parait plus pertinent d'apprendre à apprendre.
    Après la terminale le fait de ne pas avoir de cours de philosophie ou d'histoire ne m'a jamais incité à ne pas ouvrir de livres où ne figurer ni formule mathématiques ni expérience de physique.

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".

    Sosso-Massaille,

    ça dépend, à Lyon, ça peut être sympa, pour le plaisir d'entendre que l'identité nationale passe
    - pour aulas par le fait que chacun participe financièrement à son stade
    - pour Genin le stalinien par l'identité vestimentaire unitaire
    - pour Gollnish... on n'ose même pas imaginer

    Et puisqu'il est question de Lyon, voilà ce qu'en pense son maire:
    http://www.liberation.fr/politiques/0101601023-l-identite-nationale-ne-se-reduit-pas-a-convoquer-l-histoire

    Aulas nous dire que l'identité nationale passe par la contribution de chacun à participer financièrement à son stade, le stalinien de Genin nous dire que l'identiténa

  • Révoltée

    "Mais si, a contrario, la gauche se révélait désormais capable de prendre à bras-le-corps ces problématiques-là, elle aurait alors tout à gagner à engager un débat authentique sur l’identité nationale."
    - J'extrait cette phrase de son contexte mais qu'en penser ? De quoi la gauche est capable pour moi il y a pas de défi à parler d'identité nationale? Pour la gauche le défi se décide ailleurs? Que fait vraiment collomb pour la cohésion sociale?? De grand label encore "égalité"?? Et pour terminer je reprendrais sa phrase
    il n'est pas encore trop tard pour " bâtir, c’est l’avenir qu’il faut inventer" surtout "si nous le voulons bien"

  • Préambule : "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'Etats qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".

    Erratum : Sur mon post sur le billet Petite histoire de la loi de 1905 j'ai oublié de faire figurer au faîte de la page le préambule sus-mentionné. Celui-ci doit être considéré comme réputé avoir été figuré.

    Je suis sans cesse exaspéré de voir des étudiants en droit annihilé par la pure technique juridique. Qu'est-ce que la technique si le professionnel n'est pas un minimum éclairé ? Souvent ils ont le profil suivant : Idées binaires et manichéenne. Je souhaite pour ma part être un praticien (et prof surtout) scrupuleux et éclairé. Alors j'espère qu'on ne viendra pas nous supprimer nos cours d'histoire du droit à la faculté, qui sont les seules vrais moments de partage et d'ouverture.

    Hélas, depuis quelques années on remarque que les Français ont de moins en moins de connaissances historiques.

    Avec une telle loi, c'est comme si on souhaitait que le citoyen reste un mouton inculte et sous l'emprise de ses mythes. L'histoire, c'est le véritable anti-mythe, l'outil redoutable pour pourfendre les préjugés.

    Bref, bref, je ne vais pas me montrer faussement polémique : Gilles Devers, je vous remercie pour un tel billet, et je vous approuve complétement.

  • Seuls l'Histoire la Géographie et le Calcul sont importants pour le l'écolier lambda.
    Les explications scolaires ont toujours raison pour un lycéen contre la vie vécue.
    Les lycéens ne connaissent que ce qui est livresque.
    Ce qu'ils pensent par la suite, n'est que de l'emprunt de choses lues dans les bibliothèques.

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".


    Sosso-Massaille:

    "pour moi il y a pas de défi à parler d'identité nationale": entièrement d'accord avec vous. en plus, défi vis à vis de qui? par rapport à quoi? un défi dans lequel on cherche à démontrer quoi au juste? Ce serait sympa que les gouvernement parviennent à relever d'autres défis, genre la lutte contre le chômage, la précarité...

    Si le but de ce débat était de faire plus de voix pour les prochaines régionales, ce n'est pas en Rhône-Alpes je pense que Sarko va pouvoir inverser la donne, l'UMP ayant mathématiquement peu de chances de l'emporter, mais après, ma foi, tout est possible en politique, on n'est jamais sûr de rien à l'avance (et heureusement d'ailleurs)

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".


    Sosso-Massaille:

    "pour moi il y a pas de défi à parler d'identité nationale": entièrement d'accord avec vous. en plus, défi vis à vis de qui? par rapport à quoi? un défi dans lequel on cherche à démontrer quoi au juste? Ce serait sympa que les gouvernement parviennent à relever d'autres défis, genre la lutte contre le chômage, la précarité...

    Si le but de ce débat était de faire plus de voix pour les prochaines régionales, ce n'est pas en Rhône-Alpes je pense que Sarko va pouvoir inverser la donne, l'UMP ayant mathématiquement peu de chances de l'emporter, mais après, ma foi, tout est possible en politique, on n'est jamais sûr de rien à l'avance (et heureusement d'ailleurs)

  • Je suis entièrement d'accord. Petit à petit, nous perdons notre essence......notre identité..;et oui, tout se rejoint. On a commencé à réduire l'histoire de France....puis des faits historiques importants ont carrément disparus des livres!!!!et maintenant, carrément, l'histoire disparait au même titre que la géographie ....Ne cherchez pas , nous sommes en train de disparaitre en tant pays, en tant que tout en fait...Un seul mot : dégout.
    L'histoire de notre pays est grandiose dans tous les sens du terme, elle nous a fait et la remettre ainsi en question...nous remet nous aussi en question. Mais, si on gratte un peu on s'aperçoit que ce processus commencé il y a + DE VINGT ANS n'est fait que pour faciliter la disolution de notre patrimoine culturel au profit du multiculturel....et nous retombons dans le débat surl'identité nationale....je déplore cela et j'espère que les français sauront en tenir compte en Mars 2010... nous aurons la parole à travers les urnes et il ne faudra pas se gêner...car on ne brade pas un pays de la sorte et nos politiciens méritent ...uen belle leçon de patriotisme

  • Tiens, Eric Cantona parle d'identité nationale. Son bagage culturel ne nécessite pas de porteur mais, ses idées ne sont pas con. En plus, il s'engage sur de vraies causes.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/12/08/01011-20091208FILWWW00391-l-identite-nationale-par-eric-cantona.php

  • Préambule : "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".

    @Iéna

    Je suis fasciné par l'Histoire de France que j'ai étudié et que j'étudie encore, et pourtant je ne vois pas en quoi le multiculturalisme remettrait en cause ces choses-là. Marc Bloch a dit à peu près que n'était pas français celui qui ne se sentait pas vibrer lorsqu'il a entendu parler du sacre de Clovis... Moi je n'ai pas du tout vibrer. CQFD : Je ne serais pas Français ? bien sûr que non. Mon enthousiasme se situe en aval, dans la manière avec laquelle les Capétiens ont su rétablir le pouvoir héréditaire. Bref passons, c'est un peu hors-sujet.

    A mon sens il ne sert à rien de mélanger les registres et les genres. Au contraire, l'Histoire devrait nous apprendre à s'ouvrir à l'autre, et non pas à rester cloisonner dans une bulle stérile. L'Histoire peut s'allier avec multiculturalisme. D'ailleurs ceci est inévitable.

  • LJS,

    Je ne sais pas si tu as lu le cours de Le Marinier sur l'histoire des institutions, c'est lumineux. C'est un polycopié de 1300 pages qui date des années soixante ; bien loin des cours d'histoire à l'emporte-pièces, cela fait comprendre l'évolution organique de la France sous l'ancien régime.

  • Mathaf,

    Non je ne l'ai pas lu. J'ai lu celui de Harouel qui me paraissait être le meilleur chez nos contemporains. J'irai voir à la bibliothèque universitaire si je trouve ce dont tu me parles. Le souci c'est que je vais bientôt entamer le Testament Politique de Richelieu, donc je ne pense pas que je pourrai le lire d'ici peu. Au passage c'est la première chose que je recherche chez un historien ; la luminosité.

  • @ antimythe,
    "Histoire Géographie faites appel a votre mémoire et a l'intérêt que vous portiez a ces matières
    Question subsidiaire quand ( A quel age)avez vous perçu l'intérêt de ces enseignements ?"

    Titulaire d'un baccalauréat série scientifique, spécialité SVT, je peux t'affirmer que j'ai tout de suite pris conscience que l'hist-géo était une matière fondamentale (peut-être que mes professeurs étaient des pointures...). L'intérêt était très vite trouvé : remettre dans le contexte des faits historiques, situer un conflit mondial sur une carte et appréhender toutes ses répercussions avec précision.

    "Le projet n'est pas de supprimer ces matières mais de l'augmenter en premiére En résumé,les heures seront doublées en première et diviser par deux en section S Encore une fois tempête dans un verre d'eau"

    Foutaises mon cher Antimythe : à l'instar du français enseigné et sanctionné en première, le niveau général des connaissances baissera. Combien y a-t-il de scientifiques qui maîtrisent correctement le français ? Et puis d'ailleurs, est-ce bien utile de connaître le français quand on se destine à poursuivre ses études supérieures dans le domaine des sciences exactes : "non, non. Supprimons l'épreuve de français du baccalauréat filière scientifique et remplaçons-la par une épreuve d'anglais "standard et primaire" qui servira à nos grands chercheurs".
    Oui, mais et ceux qui font un bac S pour ensuite ne pas suivre de cours d'enseignement supérieur dans les sciences exactes..? Qu'ils crèvent la gueule ouverte ? Et quand bien même les bacheliers scientifiques intégreraient un parcours scientifique dans l'enseignement supérieur : ils vont rester toute leur vie dans un labo ou derrière un écran ? Non, j'ai plutôt l'impression qu'ils participeront à des repas familiaux, des réunions informelles entre collègues, peut-être même - on peut toujours rêver - des meetings politiques...


    "En réalité, on n'apprend rien de plus dans ces deux matières en Terminale qu'on ne sache déjà, sauf si on a été nul pendant tout son cursus scolaire" => Bon, bah très bien : rétrogradons également les épreuves de langues vivantes, de philosophie... Comme ça nous aurons des élites scientifiques bien neuneux.
    Tu sais, ils l'ont déjà fait pour la filière sciences économiques et sociales : épreuves du bac de SVT et de math dès la première. Faut voir le niveau d'enseignement et le niveau des élèves à la sortie. Du coup, nos élites en matière de sciences économiques et sociales ont pu se concentrer vigoureusement à l'étude de théories économiques fumeuses et foireuses qui ont conduit notre société au crack du 16 septembre 2008.

    Il vaudrait mieux rehausser le niveau du bac plutôt que de chercher sempiternellement à l'abaisser.
    Pour conclure, je cite LJS : "L'histoire, c'est le véritable anti-mythe, l'outil redoutable pour pourfendre les préjugés."


    @ Sosso et Révoltée,
    Un trait caractéristique de "l'identité nationale" française (ou de la "cohésion nationale" pour reprendre un bon mot de Odon Vallet) c'est son histoire commune justement (construction d'une nation ; révolutions ; colonialisme ; dépassement de l'idée de nation depuis la seconde moitié du XXè siècle ; et, surtout, résistance séculaire face à l'arbitraire, l'injustice et l'obscurantisme).

    C'est paradoxal qu'un gouvernement d'ultra-droite fasse croire qu'il veut un débat serein et constructif sur ce qui rassemble les Français tout en souhaitant supprimer des programmes de terminale S (filière qui attire toujours autant les élites et une majorité d'élèves - poussés au cul par leurs parents) deux sciences aussi capitales. Non ?

  • @ Mathaf et LJS,
    Il y a quantité de livres et recherches scientifiques sur cette matière palpitante qu'est l'histoire des institutions françaises (et qui mériterait d'ailleurs d'être enseignée en même temps que l'étude de quelques notions de droit dans les filières générales du bac) :

    Harouel est pas mal (un peu vieilli tout de même)
    Jean Tulard est pas mal non plus (mais plus historien tout court qu'historien du droit)
    Jean Gaudemet (décédé désormais mais sa femme a pris la relève : Brigitte Basdevant-Gaudemet)

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".



    C'est paradoxal qu'un gouvernement d'ultra-droite fasse croire qu'il veut un débat serein et constructif sur ce qui rassemble les Français tout en souhaitant supprimer des programmes de terminale S (filière qui attire toujours autant les élites et une majorité d'élèves - poussés au cul par leurs parents) deux sciences aussi capitales. Non ?
    Ecrit par : Denis75 | 08.12.2009

    Si si, tout à fait.

    Tu sais en zappant l'histoire contemporainre, ça permettra aussi que d'ici quelques années on n'enseigne pas toutes les "perles" du chef en cours actuellement

  • à Long John : permettez que je ne partage pas votre opinion...Chaque pays a son histoire, je voyage beaucoup et je constate que partout dans le monde, les individus sont fiers de leur histoire car elle est fil conducteur. Ils sont fiers de leurs monuments, de leur patrimoine culturel intimement lié à l'histoire et ma foi....nulle part il n'est question ni de refaire l'histoire ni de la faire disparaitre ou de la modifier...à croire que nous sommes le seul pays au monde confronté à cette ignominie. SI nous baissons la tête, demain, nous aurons des blancs partout où cela dérange...me suivez vous...et que léguerons nous à nos enfants ...Personne ne peut effacer ni Jeanne d'Arc, ni Jeanne d'Albray (mère d'Henri IV)ni Charles Martel, ni François 1er et tous les autres grands noms de notre pays alors je pense qu'il y a bien d'autres choses à modifier que l'histoire de France.Et pour finir, premice d'un choc de culture????je fais partie de ceux qui pensent qu'il y a des valeurs auxquelles il ne faut pas toucher .

  • Iena,

    Qui a dit de remettre en question l'histoire ? Modifier l'histoire, c'est du révisionnisme, tout le contraire de la démarche historique. Il ne s'agit d'ailleurs pas de ne pas être fiers de son histoire. D'ailleurs pour reprendre sur l'Histoire de France, lorsqu'on voit que c'est le plus vieil État moderne du monde avec le Danemark, quand on étudie son histoire politique, on ne peut qu'être fier d'être Français.

    Simplement par définition une histoire c'est différent de la culture. L'Histoire, c'est la science qui a la connaissance du passé pour objet. La culture est dans un sens sociologique "l'ensemble des formes acquises de comportements propres à une société humaine, à un groupe, à un homme, à une époque, qui obéissent à des normes sociales et qui sont transmises par l'éducation". Cette culture évolue au fil des temps. Pour notre part, notre culture puise entre autres ses racines dans la philosophie libérale, et le libéralisme c'est aussi faire en sorte que chaque groupe puisse vivre les uns avec les autres.

    Donc prémice d'un choc des cultures ? Je ne crois pas. Nous vivons dans un village-monde, les échanges d'hommes et de biens sont ininterrompus. Il suffit de savoir qui l'on est, de savoir qui est l'autre tout simplement. C'est à l'Europe de ne pas se montrer sclérosée, afin qu'elle puisse (j'en désespère) être à la hauteur de pays comme l'Inde, la Chine ou le Brésil.

    D'ailleurs le Brésil est un bon exemple de cette réussite du multiculturalisme. Le Brésil est l'un des seuls pays avec les USA à avoir réussi cette utopie. D'ailleurs à mon sujet d'histoire-géo au bac j'avais le choix entre une carte sur le développement du Rhin que j'avais déjà toute faite dans ma tête, et où je n'avais plus qu'à faire un copier-collet intellectuel. Et puis d'autre part on a eu le choix avec une dissertation portant sur le Brésil, un sujet que nous n'avons pas traité en cours. J'ai pris le risque de ce sujet, je me suis jeté, et j'ai eu 17. Comme quoi, tout est possible avec le Brésil.

    Aussi, je ne pense pas qu'il soit possible de faire disparaître l'histoire, celle-ci revient toujours au galop pour rétablir la vérité. Le souci, c'est que même l'histoire est appréhendée par la politique pour mêler cette discipline scientifique au devoir de mémoire. De ce fait, on ne prend en considération que les événements que l'on juge opportun, tout en balayant les autres.

    L'Histoire sera là pour témoigner de Jeanne d'Arc et Notre Dame pour l'Église. N'ayons donc pas peur de progresser.

  • Révoltée

    Spéciale dédicace voila une participation du PS pas au débat mais à :
    http://www.libelyon.fr/info/2009/12/grande-stade-ps.html
    Qu'en pensez ???

  • J'ai fait toute la filière scientifique et je ne me suis jamais plains (ni d'ailleurs mes copains) des heures de cours de géo en Terminale. Pour l'histoire, d'une manière générale, il aurait été préférable qu'elle soit moins détaillée pour certains pays.
    Une heure 1/2 voire 2 heures par semaine en alternance ne peuvent pas faire de mal aux lycéens : il est toujours bon d'avoir cette culture pour savoir pourquoi nous vivons maintenant les événements actuels qui ne sont qu'une conséquence du proche et lointain passé.
    Il faut que les lycéens jusqu'en terminale aient l'éducation suffisante pour pouvoir mieux s'intégrer ensuite dans la vie quotidienne avec ses aléas : les études scientifiques suivantes n'en pâtiront pas !
    Croyez-en l'expérience des 'vieux' !

  • "Je condamne vivement les atteintes aux droits qui sont le fait d'États qui se disent musulmans. Je condamne avec fermeté le fait que la liberté religieuse ait pu être bafouée. Je déclare non conformes à l'Islam les actes à l'encontre des "minorités" religieuses".


    Sosso-Massaille

    Merci pour le lien.
    En fait, plus rien ne me choque du PS local, c'est "méthode courante". Je ne serais même pas choquée si le parti tenait un "listing" de tous ceux qui en interne n'ont pas apporté leur soutien, genre "on s'en souviendra". Et ce n'est pas la première fois. Je trouve en revanche la position constante et inflexible de Meunier courageuse, ce qui lui a sans doute coûté la tête de liste UMP pour les régionales.
    Sur le fond, je rejoins ceux qui souhaitent un maintien à Gerland (http://www.mag2lyon.com/article/10560/OL--un-collectif-pour-le-maintien-a-Gerland) pour un tas de raison. Par ailleurs je ne comprends pas que l'on cède à chaque fois aux caprices de Sieur Aulas: amendement législatif sur mesure,argent du contribuable, défense du projet avec ou sans l'Euro 2016....

  • Et voici un lien vers Justice au singulier, blog tenu par Philippe Bilger (un procureur assez médiatisé)

    http://www.philippebilger.com/blog/2009/12/enfin-je-vais-signer-une-p%C3%A9tition.html

    Petit extraits : "L'histoire et la géographie ne sont pas négociables dans une société comme la nôtre. On ne chipote pas avec elles. On ne feint pas de mettre en cause leur légitimité en les frappant de contingence. On les garde précieusement comme un trésor ou de plus en plus une planche de salut."

    "L'histoire(...), c'est la compréhension du monde."

    "'histoire et la géographie, c'est donner de l'éternité à notre précarité, de la profondeur à notre légèreté, du passé à notre avenir, de l'espérance à notre pessimisme."

  • "Quand il parle, Nicolas Sarkozy hausse les épaules, pointe du doigt, dresse les poings. Ces phrases sont souvent courtes, le verbe se veut populaire, les fautes de Français pullulent." extrait marianne 2 de ce jeudi..

    Histoire à lire !!

    http://www.marianne2.fr/Sarkozy-je-reviens-vers-vous,-les-riches_a183083.html

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu