Avertir le modérateur

Un défilé d’anciens SS à Riga

freedom_monument.jpgUn défilé d’anciens membres de la Waffen SS, sous protection policière : ce sera ce 16 mars, et à Riga. La mairie avait dit non, mais la justice vient de dire oui.

 

Et ce n’est pas nouveau. Tous les 16 mars, depuis 1994, se tient un défilé vers le monument de la Liberté dans le centre de Riga, organisé par la fondation Daugavas Vanagi, qui soutient les ex-légionnaires lettons de la Waffen SS. Dans le même temps, des groupes opposés, et notamment le Comité antifasciste de Lettonie, manifestent. La Fédération des communautés juives de Russie (FEOR) dénonce cette banalisation du nazisme et des criminels nazis, et appelle les responsables de l'UE et de l'ONU à prendre position.

 

Cette année, le 5 mars 2010, le maire Nil Ouchakov, russophone, avait interdit toutes les manifestations, affirmant que les autorités de la ville prônaient la liberté d'expression et de réunion sous réserve que cela ne cause pas de préjudice à la sécurité publique qui serait menacée si ces  manifestations avaient lieu.

 

Le président letton Valdis Zatlers avait désapprouvé cette décision : « La Lettonie, en tant qu’Etat libre, doit garantir la liberté de réunion. Cette décision relève de la compétence de la mairie de Riga, mais je rappelle que nous vivons dans un pays libre et il faut garantir le droit de réunion ». Riga_Museum.jpg

 

Hier lundi, le tribunal de Riga a annulé la décision du maire : sont autorisés le défilé des anciens Waffen SS et la contre-manifestation. Le critère en discussion était la sécurité, et pas directement la signification de cette manifestation... Cherchons à comprendre, avec un coup d’œil sur l’histoire si particulière de la Lettonie.

 

Dans les années d’avant-guerre, toute cette partie du monde est réglée par le pacte germano-soviétique, signé entre Molotov-Ribbentrop en août 1939, et la Lettonie est placée sous contrôle soviétique dès août 1940. Une sinistre période d’occupation et de terreur, avec 30 000 déportés en Sibérie. Vient le renversement d’alliance, avec l’offensive nazie contre les Soviétiques en juin 1941. Dès le mois de juillet, l’Armée Rouge, qui comprend 130 000 Lettons dans ses effectifs, est poussée hors de frontières, et les Lettons s’inscrivent en masse – environ 150 000 – dans la Wehrmacht. Le 16 mars 1943, les SS lettons affrontaient pour la première fois l'Armée rouge dans les faubourgs de Leningrad. Mais en 1945, c’est le retour de l’ours soviétique, qui instaure la République socialiste de Lettonie. Plus de 100 000 Lettons sont déportés en Sibérie. et le cauchemar durera jusqu’à 1990.  

 

Alors, il y a bien sur le côté patriote, et l’hommage aux soldats de la libération. C’est ce qui veut glorifier le défilé du 16 mars.

imageoff_1_1515.jpg 

Mais, juste à côte, entremêlé, il y a le crime. Le régime nazi a assassiné 80.000 Juifs en Lettonie, avec l’implication de ces troupes d’élite qu’étaient celles de la Waffen SS.

 

Un lieu retrace ces 50 années d’occupations successives et de crimes : le musée de l’occupation, un sinistre blockhaus noir installé face à la maire, à deux pas de la Daugava. Que des troupes nazies puissent être associées à une idée de libération ne m’avait jamais traversé l’esprit avant la visite de ce musée, qui il est vrai, fait mesurer comme rarement ce qu’a été le crime soviétique, pendant 45 ans. Allez visiter ce musée, et poursuivez par une promenade estivale dans les rues du Vieux Riga, qui semblent cultiver le charme et l’insouciance. Comment se saisir de ces fracas de l’histoire, et dessiner l’avenir d’une nation ? Quarante ans après, nous ne savons pas parler de l’histoire de la France en Algérie. Imaginez le défi pour nos amis lettons.

 

Pour autant, cette manifestation ne passe pas. Parce que cette libération du pays en 1941 s’est accompagnée du crime contre l’humanité qu’est le massacre de 80 000 juifs, et parce que la Waffen SS, ce n’était la troupe, mais l’élite.

riga_940x705.jpg
Sur les bords de la Daugava

 

Commentaires

  • En effet ça ne passe pas. En plus d'être l'élite, la Waffen SS était l'étendard de l'idéologie nazie, la troupe n'était pas autant endoctrinée. Un hommage aux combattants enrolés dans l'Armée Nazie ayant combattue l'Armée Rouge siérait mieux à une manifestation pour l'indépendance.

    J'ai passé un an en Lituanie et ai été deux fois à Riga; le commentaire sur l'histoire complexe des pays baltes est tout à fait juste. Ils ont été ballotés sous différents jougs au gré des conquêtes des puissances environnantes. Après une courte indépendance, suivant la Première guerre mondiale, ils furent envahis par les Soviets. Comme partout en Europe à cette époque le "Rouge" faisait peur, et là-bas plus encore qu'ici. Les Nazis ont été accueillis en libérateurs.

    Ils ont une perspective sur l'histoire qui est différente de celle qu'on a ici. Ils ont vu deux génocides; l'un contre les juifs par les Nazis, l'autre contre les combattants de l'indépendance (dont d'anciens soldats ayant servi dans la Wechmarcht) par l'occupant soviétique.

    Pour mémoire, Vilnius (qui n'était pas en Lituanie en 1940), capitale actuelle de la Lituanie était appelée la "Jerusalem du Nord". La ville comptait une population de 80.000 juifs, soit 50% des habitants de la ville. Ils ont tous étaient tués par les nazis. Suivant ce massacre et de ces déportations, il y a la déportation opérée par les soviétiques. Le "musée du génocide" à Vilnius dénombre plus de lituaniens déportés par les soviétiques que de juifs déportés par les nazis. (le nom du musée fait débat; "y a t'il eu génocide par les soviétiques?").
    Il y a donc un décalage entre la mémoire mondiale et leur mémoire nationale.

    Les nationaux des pays baltes ont, en général, un profond mépris pour les russes. Et ce défilé contesté s'inscrit dans la droite ligne de ce mépris, mais va un trop loin et ignore une partie de l'Histoire.

    Pierre.

    ps: à tous les étudiants, faites ERASMUS, à Vilnius ou ailleurs. N'écoutez pas vos profs de Droit qui sont parfois trop attaché à leur Droit Français qui disent que c'est inutile.

    Culture G: - il y a une petite église en briques à Vilnius (Ste Anne) que Napoléon, en chemin pour la Russie, admira et voulu ramener à Paris. La chose serait surement arrivée si la campagne de Russie n'avait pas tourné au fiasco et si Napoléon n'avait pas eu à se retirer si vite.
    -le Grand Duché de Lituanie au XIVème siècle s'étendait de la mer blanche (baltique=blanche) à la mer noire. Petit pays devenu grand et.... re-petit. :)

  • C'est une histoire d'une violence extrême, les sociologues disent que les plaies ne sont toujours pas cicatrisées.

    http://balticreports.com/?p=12950

  • Je souscris globalement a ce que vous ecrivez Pierre.

    Il me semble important de rappeler, sans dedouaner ni les uns ni les autres, que le communisme, qui jouit en Europe occidentale d'une etonnante mansuetude, est responsable d'au moins autant de morts que le nazisme. Et que si l'occupation nazie a dure 3 ans, l'occupation sovietique, avec son cortege d'assassinats et de deportations, a dure 47 ans. Les troupes du "gentil" M. Gorbatchev ont d'ailleurs encore tue des civils desarmes en 1991 a Vilnius et a Medininkai. On doit donc comprendre les sentiments des Baltes.

    Deux points de detail:

    # le Grand-duche de Lituanie a ete a son apogee au XVeme siecle, sous Vytautas
    # l'origine du mot Baltique, qui ne s'est impose qu'au XVIeme siecle, est a priori incertaine. Il semblerait que les specialistes (dont je ne suis pas) s'accordent plutot a le faire venir de mots latin et danois signifiant ceinture.

    Gilles, a Vilnius

  • Merci pour un tel article qui me fait chaud au cœur. En juillet 2009 j'étais en city trip à Riga et j'ai eu la malencontreuse surprise de voir exposées des photos de volontaires lettons dans 2 musées (de la guerre/des occupations) arborant le casque aux runes SS. J'ai écrit un article à ce sujet fustigeant une telle propagande faisant de ces "criminels" (au sens des jugements des Tribunaux de Nuremberg de 1945/1946) dans mon pays paru en octobre 2009 dans un quotidien belge, et ai alerté une chaîne de télévision ainsi que des députés européens. La semaine passée, j'ai à nouveau alerté une chaîne de télévision nationale et des députés européens sur la marche fasciste et SS programmée pour aujourd'hui. J'espère que cette chaîne de télévision passera un "item" à ce sujet. Je connais pas mal l'histoire tant du mouvement nazi que celle aussi sanglante de l'URSS. Et si je sais aussi que la répression en Lettonie par le NKVD fut effroyable (tout autant que dans la partie de la Pologne occupée par ce pays dès septembre 1939), une telle horreur ne justifie d'aucune façon la lutte armée aux côtés des Waffen SS. Qui, directement ou indirectement ont trempé dans le massacre des Juifs et de ceux réputés ennemis du IIIe Reich. Depuis ma visite en Lettonie j'ai lu pas mal de choses sur la Shoah côté letton et notamment un recueil de témoignages paru en russe dont l'auteur est le Letton d'origine David Silberman, et je dois dire honnêtement qu'il n'y a aucune comparaison entre l'holocauste version pays de l'Europe de l'Ouest et les horreurs qu'on connues les pays baltes ainsi que certaines républiques soviétiques dont l'Ukraine, la Biélorussie, la Russie...rappelons tout de même que la Lettonie fait actuellement partie de l'UE et, à ce titre, devrait être rappelée au respect de certaines valeurs humanistes fondamentales qui forment justement le socle sur lequel est fondé l'Union.

    Roland Binet - Belgique

  • Merci pour cette leçon d'histoire. Je ne savais pas.

  • La Waffen SS c'était l'élite armée du régime national-socialiste, pas l'élite de l'armée. L'armée conventionnelle , la Wermacht, comptait des troupes tout autant de haute qualité combattive. Les SS ne dominaient que dans un seul domaine : la fanatisme, qui il est vrai en période de combat transcendait les soldats politiques.

  • Ils défilent en déambulateur? Il ne doit plus en rester beaucoup heureusement...

  • Le problème s'éteindra (peut-être), lorsque cette classe d'âge sera éteinte. En attendant, ce n'est pas à nous de leur dicter leur conduite.

  • J'ai eu l'occasion d'aller à Riga il y a plusieurs années. Il n'était pas bon d'être Russe, déjà à cette époque. Nous avons visité un camps de concentration à l'extérieur de Riga, les baraquements étaient détruits, juste des roses à la place, la nature riante, à croire que les Lettons voulaient effacer toute trace de cette horreur.
    La cathédrale de Riga est splendide. Le peuple letton est grand, beau, blond le plus souvent, brèf, cousins des Allemands. Je n'ai rien contre les soldats allemands qui combattaient, c'était leur rôle, mais les atrocités des SS saluées au grand'jour, c'est faire renaître l'horreur, ma famille a le teint mat avec les yeux bridés, donc à liquider ? L'autre partie de la famille a le teint clair, cheveux chatains, bref, quasiment le type caucasien.
    Comme on le constate, les intégrismes fleurissent partout et c'est contre tous les intégrismes qu'il faut mener la lutte sans laisser aucun de côté.

  • ce qui choque, c'est qu'ils sont suffisemment nombreux pour faire un défilé.

  • N"oublions pas que c'est en grande majorité les citoyens lettons qui ont massacré les juifs lettons, installés en Lettonie depuis le moyen-âge. Ces lettons avaient anticipé la venue de l'armée allemande et avaient fait comme les lituaniens : tuer les juifs sauvagement pour prendre leurs biens. Bien entendu la plus part des lettons qui prirent part à ces crimes furent déportés en sibérie par le régime soviétique, largement constitué de lettons en Lettonie il faut le préciser. Plus tard ces déportés, en fait déportés pour crimes contre les juifs, revirent en Lettonie ... alors les acclamer comme héros est totalement scandaleux.

  • Pour Gilles La mer Baltique vient de baltas qui veut dire blanc en lituanien et qui fait référence au gel de la mer, qui est en fait un grand lac, l'hiver.
    Ayant vécu en Lituanie quelques années, et ayant aussi voyagé dans les pays alentours, je pense que la stigmatisation de "l'anti-russe" cache un passé touble et véritablement honteux. C'est une façon pratique de cacher ainsi les crimes perprétés par les citoyens contre les juifs, et c'est aussi une façon de masquer la très grande participation, très majoritaire, des lituaniens et des lettons au régime soviétique. N'oublions pas que seule une partie des terres furent "kolkhosés", que les pays baltes furent d'un point de vue économique, la "perle de l'Union soviétique". En ce qui me concerne j'ai rencontré énormément de gens qui regrettaient la "prospérité soviétique" et qui ne comprennent pas pourquoi leurs enfants n'apprenent plus le russe à l'école.

  • En Serbie il n y a peut ètre pas d anciens nazis mais des nostalgiques de l épuration ethnique il y en a encore des foules qui n ont toujours pas digéré l indépendance kosovar.Les vieux nazis et les vieux staliniens n ont pas réussi a transmettre leur rèves de dictature sanguinaire aux jeunes générations .Les nouveaux nazis ne sont pas issus des mèmes régions ils haissent les juifs et prient en fabriquant des explosifs.

  • Cher Gilles.

    Point de latin ou de fino-ougrien. D'apres les linguistes le lituanien est aussi ancien que le sanskrit. Les specialistes iront prendre des vacances en Lituanie et boirons une Svyturis Baltas et apprendrons. Baltas, comme le precise Leber, veut dire blanc en lituanien.

    Pour preuve:
    Pays baltes: pays blancs (la neige, les pleines gelees, l'hiver... romantique, non?)
    Baltarusia (lt), Bielorussie en francais, White Russia en anglais.
    Svyturis Balta etait la biere blanche de la marque Svyturis.

    Gilles, goutez une Kalnapilis ou une Svyturis avec des Kepta duona.

    A Leber: En matiere de passe honteux, en Europe, personne n'a de lecon a donner a personne. Je ne sais si un pays, un peuple, peut etre fier de ses actes pendant la seconde guerre moondiale (sauf les Britanniques). Ces lettons, plus qu'ils ne cachent un passe, revendiquent leur combat pour l'Independance et une certaine haine du "russe". Cette manifestation se place definitivement dans la dichotomie qui anime ce pays, voyez: un maire russophone qui veut interdire, un President "lettonophone" qui ne voit pas de probleme.

    Mes excuses pour le QWERTY.

  • Merci de vos conseils Pierre. J'habite en Lituanie depuis 4 ans 1/2 et j'y venais regulierement depuis 1998. Personnellement, je suis Svyturis extra. Mais on diverge .....

  • "Ils défilent en déambulateur? Il ne doit plus en rester beaucoup heureusement...

    Ecrit par : Albert | 16.03.2010"

    Bordel Albert tu m'enleves les mots de la bouche!
    Mais ces crapules il défilent avec de jeunes prostituées habillées en infirmieres? A riga il n'y a que des putes pour européens de l'ouest...
    Aarff saloperie..

  • Pierre,
    En ce qui concerne les Britanniques, vous êtes mal renseignés!Eux aussi ont leur part de massacres sur la conscience!
    Je n'en veux pour mémoire que les 2000 marins français tués sous les obus de 440 de la marine royale, coulés à l'ancre avec leurs bateaux à Mers el Kébir en 1942, parce que churchill redoutait de voir Hitler s"en emparer, et que les amiraux français aux ordres de Vichy avaient refusé de les rejoindre.

  • A Vallguy: J'avais à l'esprit le sort fait aux juifs plus que les faits de guerre.

    Sur ce point je vous prendrais au mot. "Au ordre de Vichy"... Vichy collaborait (même si l'Armée ne collaborait pas et ne combattait pas au côté des nazis), la collaboration c'est comme l'amour: "un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout". On sait où ça commence, on ne sait pas où ça s'arrête. Et parce qu'on ne peut dire que Vichy était des plus neutres, je dirais: "si tu n'es un allié, alors tu es un ennemi".
    La Marine Française étant alors considérée comme une des meilleures forces navales (encore aujourd'hui). J'en veux pour preuve le "Richelieu", attaqué à Dakar mais qui finit par se joindre aux Alliés.
    On ne peut pas en vouloir aux Anglais d'avoir, par précaution, canonner la Marine Française/de Vichy. Il faut aussi avoir à l'esprit que la guerre contre les Uboats faisait rage et que la Navy ne pouvait pas laisser une force de dissuasion en permanence à Mers El Kebir.

    A mon humble avis, vous auriez dû citer le bombardement du Havre; totalement injustifié et criminel.

    Gilles à Vilnius: Je pensais que vous étiez juste de passage. Je suis plutôt Kalnapilis. Et je maintiens pour "Baltique". ;)

  • Pour Gilles, mais c'est logique, les "russes" sont bien des anti nazis, pour les "lettons", c'est moins net, plus "dichotomique". Question de culture, d'éthique et de civilisation.
    Question participation populaire au massacre des juifs, les baltes ont fait en juin 1941, ... sans ordre, ... à la surprise de la wermarcht ... des exactions et des massacres terrifiants, ... sans le soutien logistique et militaire allemand ... et avec la "bénédiction participative" de nombreux prêtres et évèques catholiques. Du reste, c'était si horrible que Himmler lui-même a été effaré et a décidé de s'y prendre autrement. Je vous envoie sur les temoignages des rares survivants sur des sites de mémoire de la shoah. Mot clé par exemple : massacre de "lietukis". J'ai parlé, hélas, à certaines personnes y ayant participé, ... il n'y avait aucun remors ni aucune honte, voire même une certaine fierté ... c'est pourquoi j'ai quitté ces pays, qui à mon sens ont perdu leur âme. N'oublions pas que c'est Vytautas le Grand qui avait accueilli les juifs ... en leur garantissant leur droits pour la religion et la langue, par écrit. ALORS ces soi-disants nationalistes patriotes ont la mémoire bien sélective.
    Pierre: Pour Balte, c'est bien une racine baltique et non scandinave comme le suggère Wikipédia. Cette racine est également russe. Il faut dire que le lituanien a influencé le russe, un peu comme le français a influencé l'anglais. Il y a eu beaucoup plus de relations culturelles et commerciales entre la Russie et le pays baltes qu'entre la Russie et la scandinavie; et le Danemark était tourné vers le Groenland et non vers la Russie.

  • Balayons devant notre porte Plus de 11% d'électeurs ont choisi de voter pour un parti qui a les mêmes relents fétides Dimanche ,il y en aura tout autant Sans compter que tout ceux qui voteront socialiste Dimanche voteront pour cette autre horreur les communistes Combien de morts et d'horreur ? Cela ne les empêchent pas de défiler avec le drapeau de la faucille et du marteau et de chanter l'international,et en d'autre temps d'être au gouvernement sans que cela choque le moins du monde Balayons devant notre porte

  • Les troupes de Vichy n’ont pas combattu avec les nazis… Hélas, hélas, la vérité est contraire, et c’est l’un des points essentiels de la trahison du régime. La trahison a commencé avec l’armistice.

    1. La défense de l’Empire aux cotés des nazis

    La France s’engageait à cesser tout acte hostile contre l’Allemagne et ses alliés, et à assurer la neutralité de son territoire. Ce qui en clair, voulait dire que la France se défendrait contre des actions conduites par ses anciens alliés, à commencer par le britanniques, et les forces françaises libres. Quand De Gaulle s’approche de Dakar, avec l’armée britannique, ce sont les troupes françaises qui turent et les britanniques doivent faire demi tour.

    Avec l’armistice, les français sont devenus les alliés de facto des nazis. Et les troupes françaises « régulières » vont se battre ! Quand les US débarquent à Alger en nov 1942, ils avisent Pétain, qui leur dit de respecter le sol français et donnent ordre aux troupes de combattre l’arrivée des troupes US et britanniques.

    2. Légion des volontaires français contre le bolchevisme

    L’idée de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme avait été lancée par Jacques Doriot, le 22 juin 1941, en clôture du congrès du PPF à Villeurbanne, le lendemain de la déclaration des hostilités entre l’Allemagne et l’Union soviétique. Abetz obtint l’accord de Berlin, et permit la création de cette Légion, sous forme d’une association. La Légion se voyait attribuer pour siège les locaux de l’agence soviétique Intourist, à Paris.

    Vichy marquait sa réserve quant à cette structure qu’il ne contrôlait pas, mais le fidèle Fernand de Brinon en était le président du comité de parrainage.

    Le maréchal Pétain, le 5 novembre 1941, avait adressé un chaleureux message de soutien à l’occasion du départ du premier contingent : « A la veille de vos prochains combats, je suis heureux de savoir que vous n’oubliez pas que vous détenez une part de l’honneur militaire. »

    La loi du 18 juillet 1942 avait créé la « Légion tricolore » pour ne pas laisser le patriotisme armé à la résistance, ou aux collaborationnistes de Doriot. Ce fut un échec.

    La solution vient avec la loi du 11 février 1943 portant création de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme, léglaisant des efforts de collaborationnistes

    D’août 1941 à juin 1944, 13 000 volontaires se présentèrent, et seuls la moitiés furent recrutés. La méfiance allemande ne se dissipait pas et l’encadrement des Français était particulièrement strict. Pour les Allemands, c’était surtout un outil de propagande. Ceux qui rejoignirent le front de l’Est devaient, à l’inverse d’autres contingents étrangers, revêtir l’uniforme allemand au prétexte que Vichy n’avait pas déclaré la guerre à l’Union soviétique. Plusieurs fois remaniée, la LVF resta présente sur le front, avec de lourdes pertes. En août 1944, les membres de la LVF devinrent d’office membre de la Waffen SS.

    3. Engagement de français dans la Waffen SS

    Suivit la loi du 22 juillet 1943 organisant l’engagement de Français dans la Waffen-SS. Loi publiée au JO et donc lisible par tout un chacun.

    Art. 1°. – Les Français peuvent contracter un engagement volontaire pour combattre le bolchevisme hors du territoire dans les formations constituées par le gouvernement allemand (Waffen-S.S.) pour y être groupés dans une unité française.

    Art. 2. Ceux qui, appartenant à cette unité, combattront effectivement hors du territoire, bénéficieront des avantages prévus par les lois et règlements relatifs à la Légion des volontaires français contre le bolchevisme.

    Allait suivre la loi autorisant le recrutement dans la Kriegsmarine (Loi du 17 mars 1944).

    Le recrutement puisa beaucoup dans les effectifs de la Milice. Joseph Darnand lui-même s’y engagea en août 1943, prêtant serment de fidélité à Hitler, ce qui permit l’armement de la Milice à partir de novembre 1943 . Au cours de l’été 1944, se retrouvèrent sur le font Est les engagés de la LVF, et ceux de la Waffen SS, constituant la Sturmbrigade SS Frankreich avec 2500 hommes. Constitués en une division de la Waffen SS, qui pris le nom de Charlemagne, ils participèrent aux derniers combats, au service du Fürher.

    Joseph Darnand a été, pour la dernière période,le ministre de l’Intérieur de Pétain.

    Résumons : Pétain avait confié le maintien de l’ordre à un SS, qui en tant que tel, avait prêté serment de fidélité à Hitler.

    4 - 28 avril 1944 : Message du maréchal Pétain sur la Résistance

    Au printemps 1944, l’arrivée des américains et les britanniques était inéluctable. Et le maréchal Pétain de prendre la parole pour stigmatiser « cette prétendue libération »le 28 avril 1944

    « Français, quiconque parmi vous, fonctionnaire, militaire ou simple citoyen, participe aux groupes de Résistance compromet l’avenir du pays.
    « Il est dans votre intérêt de garder une attitude correcte, loyale, envers les troupes d’occupation. Ne commettez pas d’actes susceptibles d’attirer sur vous de terrible
    représailles. Vous précipiteriez la patrie dans les pires malheurs.
    « Quand la tragédie actuelle aura pris fin et que, grâce à la défense de notre continent par l’Allemagne et aux efforts de l’Europe, notre civilisation sera définitivement à l’abri du danger que fait peser sur elle le bolchevisme, la France retrouvera et affirmera sa place. Cette place sera en fonction de la discipline qu’elle aura montrée dans l’épreuve et de l’ordre qu’elle aura su maintenir chez elle ».

  • L'Histoire est faite d’une suite de massacres et d’exterminations oubliées dont on ne parle plus.

  • La LVF est infiniment plus respectable que les fonctionnaires français qui ont collaboré et devancé les souhaits nazis. Ironie du sort, la division Frankreich a été le dernier défenseur de Berlin, alors que les alsacos de das Reich ont brulé Oradour sur Glane, avec les gens dedans. Malgré nous de mon cul, je le répète.

  • @Mathaf! Seule une courte minorité des Alsaciens "malgré nous" ont fait des conneries, ce n'est plus à prouver. C'est arrivé partout en Europe occupée, et certainement pas plus en Alsace qu'ailleurs! Je ne vois pas l'intérêt d'insulter ces Alsaciens malchanceux entre tous dans l'Histoire de ce joli petit pays....

    Ceux qui connaissent bien les pays Baltes vous le confirmeront:
    - Dans ces 3 pays, il s'est passé un truc rare. Les gens ont très majoritairement approuvé la présence et les méthodes des nazis, ils les ont même aidés joyeusement à "faire disparaître" les juifs.
    C'est d'ailleurs là que le nombre de juifs "disparus" par rapport à ceux qui y vivaient "avant", fut la plus élevée de TOUS les pays occupés, et de fort loin.
    C'est pas difficile, dans certains endroits, pas un(e) seul(e) n'a survécu!
    D'autre part, les très rares survivants, ils sont tous partis sans jamais revenir.... C dire.

    C'est à comparer avec un autre pays occupé (au hasard), la France par exemple:
    C'est là que le plus grand nombre de juifs ont été protégés et sauvés de toutes les façons imaginables, en général par la désobéissance des fameux "justes"...
    Les juifs pouvaient statistiquement compter même sur une aide, jusque dans la police la plus "vichyste", c'est dire.
    (de nombreuses "arrestations" de familles entières furent effectuées entre autres, par la gendarmerie, pour mieux les "escamoter", ainsi les cacher et sauver) Arrêtons de nous fouetter collectivement pour des horreurs qui sont terminées. Occupons nous plutôt de chasser le Besson en 2010... ;-)) Il est tjrs dangereux lui, C pas comme le vieux maréchal!

    Tout ça pour dire que le vrai visage d'une grande majorité des gens des pays Baltes s'est montré cette fois au grand jour, tout simplement!

    J'en ai assez! De cette propagande qu'on nous balance sur les pays Baltes depuis la fin de l'URSS!
    En 1945, un châtiment collectif terrible est tombé sur eux, le plus souvent justement, sur ces 3 pays. Staline ne faisait pas de détail, et c'est peut-être bien là, qu'il a eu raison. C rare!
    La triste mentalité Balte s'est aussi exprimée lorsqu'ils ont voulu détruire le monument aux morts de l'Armée Rouge. Est-il "éthique" de vouloir emmerder ou humilier des morts?
    Ce fut bien la seule fois de ma vie où j'ai approuvé des attaques informatiques!!
    Il semble bien qu'en Russie en effet, de nombreuses personnes n'ont pas du tout "aimé" ça, et je les comprends.
    - D'autre part, depuis la fin de 1991, la minorité Russe ne fait que cracher des ronds de chapeau. Elle souhaite qu'un jour, Poutine vienne botter le cul de leurs emmerdeurs! Ca me ferait bien rire, car ceux ci ne pensent qu'au pognon et ne sauront pas résister....

    J'ose aussi confirmer heureusement, que tous les Baltes ne sont pas "de ce bord là".
    Je crois que maintenant, tout est dit sur ce lamentable sujet.

  • Article très intéressant, merci beaucoup !

  • du même avis que seotons

  • A tous ceux que l'histoire Letonne gène.
    RESTEZ CHEZ VOUS !

    Vous avez votre "mixité" tant désirée à Paris et ailleurs alors restez en FRANCE et NE VENEZ PAS baver sur les jolies filles de RIGA.
    Ils avaient des WAFFEN SS en Letonie ? ET ALORS ?! restez en France et branlez vous bande de merdeux

  • Henribro, on dirait que tu baves de rage, que Dieu me pardonne, tant les Waffen SS, les assassins de tout bord, Allemands, Français, Lettons, Lituaniens, Estoniens, Ukrainiens, Russes et d'autres peuples non juifs, même les Noirs en faisait partie, et cela te va droit au coeur.
    Tous les pays sont multiculturels, cela représente la richesse culturelle de chaque pays, mais tu fais partie de ceux qui cette mixité dérange. Oui, il y a des brebis galeuses, et ce des deux côtés. Sais-tu que les meilleurs kapo (gardiens et aides des SS dans les camps de concentration) étaient des peuples des pays baltes et des Ukrainiens ?
    Ce défilé des SS est un outrage à tous les combattants et résistants morts combattant le nazisme. Il y a eu un Oradour en France, ils sont incalculables en Russie. Oui, le communisme a participé au massacre aussi, d'ailleurs, pour moi, communiste égal SS, même fanatisme. Mais ne salis pas la mémoire de nos grands-pères et pères qui nous ont libéré de la peste marron.
    Ce qui me révolte que ces pays baltes font partie de l'UE et gardent leur barbarie envers les Russes, on ne peut le qualifier autrement.

  • ils défilent avec des cannes mais ils sont vivant et vivent avec de l'argent spolier

    c'est une honte

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu