Avertir le modérateur

L’Express viole la loi et s’en fiche

affiche.jpgLe dossier médical de Johnny publié par L’Express, et le journaliste expliquant que tout ceci est moralement très bien et juridiquement dans les clous, parce que (1) il a lu le dossier mais ne l’a pas eu entre les mains, et que (2) tout le monde sait que Johnny est un poivrot. Je souhaite de rapides poursuites pénales contre L’Express car ce n’est plus de l’info mais du voyeurisme.

 

Le très savant Express nous dit : attention les amis, c’est très compliqué. Non, c’est très simple. Il suffit de lire les codes.

 

On démarre par notre pote à tous, le Code civil. Allons jusqu’à l’article 9 :

« Chacun a droit au respect de sa vie privée ».

 

La santé fait partie de la vie privée, tant que la personne n’a pas diffusée elle-même l’information.

 

C’est à Johnny de définir le périmètre de sa vie privée. Il a plus d’une fois raconté que, comme Verlaine et Bukowski, il boit son canon un peu plus qu’il ne faut. Oui, mais il n’a jamais rien fait pour accréditer qu’il entendait ouvrir davantage les secrets de sa vie intime, et spécialement pour l’une des périodes les plus difficiles de sa vie, à l’hôpital de Los Angeles, en ce début d’année.  

 

Donc, il est tout à fait certain que L’Express viole l’article 9. le_voyeur.jpg

 

La limite ? La légitime information du public, une notion blindée par des montagnes de jurisprudence.

 

Dire que Johnny est hospitalisé, sous sédation, est déjà une information, et largement suffisante. Les experts ont tenus une réunion de trois heures sans se prononcer, et demandent un délai complémentaire.  Rien n’est simple, et les informations aussi détaillées que parcellaires que publie L’Express ne sont pas justifiées par le besoin d’information du public mais par la nécessité de booster les ventes. A l’issue de la réunion, Termine, l’avocat du bon docteur, a donné des infos parfaitement suffisantes, et évitant tout déballage inutile.  

 

Mais comme le Gillette à deux lames, voici le volet pénal, pour couper le poil rebelle de L’Express.

 

D’abord, l’article 226-13 qui définit le secret professionnel.

 « La révélation d'une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d'une fonction ou d'une mission temporaire, est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende ».

LE%20VOYEUR.jpgAh, ah , mais L’Express n’est pas un médecin, dépositaire du secret ! Mieux il est protégé par le secret de ses sources. Certes, mais ce n’est pas le problème. Qui a cafardé ? On le saura peut-être un jour,  mais cette info n’est pas nécessaire pour sanctionner L’Express. Le journaliste explique lui-même qu’il a lu le dossier, arrivé par des voies secrètes.  

Ca ne tient pas une minute. Le dossier lui est parvenu car un lascar du monde de la santé a violé la loi. Ce qui nous conduit à l’article 321-1 du Code pénal sur le recel :

« Le recel est le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d'intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d'un crime ou d'un délit ».

Transmettre une chose en sachant que cette chose provient d’un délit… Ca te parle ? Donc, recel.

Et puis, comme le hasard ne fait pas peut-être tout, il faut aussi se poser la question de savoir si l’ingénu de L’Express n’a pas un peu cherché à la trouver cette info. Ce qui nous renvoie à l’article L. 1110-4 du Code de la Santé publique. Ce texte définit les infos couvertes par le secret, et ajoute :

« Le fait d'obtenir ou de tenter d'obtenir la communication de ces informations en violation du présent article est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende ».

Parfois, j’en viens à penser que les journaux devraient être financés par l’impôt, et avec des recettes largement supérieures à leurs dépenses. Comme cela, ils n’auraient pas besoin de s’engager dans la course au spectaculaire, et nous délivreraient des informations nickel, vérifiées et hiérarchisées. Cette publication du dossier médical est vraiment lamentable.

wm-Voyeur_Specialist.jpg
Un journaliste de L'Express enquête...

Commentaires

  • "Parfois, j’en viens à penser que les journaux devraient être financés par l’impôt, et avec des recettes largement supérieures à leurs dépenses. Comme cela, ils n’auraient pas besoin de s’engager dans la course au spectaculaire, et nous délivreraient des informations nickel, vérifiées et hiérarchisées."

    Hou lala Gilles : une pensée marxiste à peine voilée..? Il faut vous ressaisir ;)

  • J'ai lu seulement deux fois dans ma vie des chroniques de Christian Barbier et je ne reconnais plus sa plume. Bien qu'étant plutôt voyeur. Ecrit-il lui-même ses articles ?

    La marque l'express est galvaudée (je m'insurge) dans la tradition française ce grand journal sur le Net, peut aller chercher son "streaming" à la source. (ou acheter une personnalisation).

    Il y a un problème identitaire, Je suis envieux des baux bureaux, mais c'est d' hommage (aaa) pour l'Express.

    C'est la chute de l'Empire roumain !

  • C'est vraiment dégueulasse, non seulement sous l'aspect vie privée, mais aussi sur le plan financier car cela peut avoir des conséquences sur l'assurance annulation des shows.
    Le préjudice est énorme, j'espère que l'Express va morfler.

  • S'abaisser pour fouiller dans les vies privées, les étaler au grand jour, n'est pas digne de la presse française, vous avez déjà intégré "politiquement correct", cela suffit, ne suivez pas l'exemple de la presse anglaise.

  • Canteloup : Johnny ne parlera qu'en présence de sa vodka. lol

  • Scandaleux la presse people certes, et passible de sanctions pour la publication de toute info médicale sans consentement de la personne concernée.

    Mais mon cher Gilles, votre article frise néanmoins la complicité de recel en faisant une sorte de publicité (un buzz, pardon) à cet acte délictueux. non ? En ce qui me concerne c'est ici et maintenant que j'apprends cette histoire.

    A moins que dénoncer les méfaits d'une drogue dure soit aussi un acte citoyen.
    A quand la photo du foie de Johnny sur les bouteilles de rosé de Provence avec la mention funèbre "L'alcool ne dégrade pas que le cerveau" ?

  • Ce journal ne fait plus que les caniveaux Quand a Barnier pitoyable personnage,plus préoccupé de son image que de vrai journalisme

  • Johnny et Gérard Schivardi même combat..

  • bravo
    j'espérais vraiment lire un article comme celui-là même si j'aurais aimé l'écrire...

  • Un homme "son chirurgien" a failli être lynché alors il faut rétablir la vérité.

  • Beaucoup d'artistes font respecter leur vie privée : pas de photos des enfants, pas de chalet à Gstaad, hospitalisation dans des hopitaux moins "people", pas de baignade à poil à St Barth. Et tout va bien.

  • Et le fait que l'on ait tenté de faire porter toute la responsabilité de cette affaire au professeur Delajoue ne vous choque pas mr Devers?
    Le fait qu'une arnaque a l'assurance, ni plus ni moins, ait été sur le point de fonctionner merveilleusement bien non plus?
    Le fait que des millions de personnes en france médias compris aient désigné sur de fausses informations tournant a la calomnie un responsable dont aujourd'hui on se rend compte qu'il n'y est pour rien ne vous choque pas non plus?
    L'express n'a fait que son boulot. De l'investigation et la mise a jour d'un mensonge enorme.
    Et les autres organes de presse devraient s'en inspirer!

  • Hou là là !!!

    Faut vraiment pas y toucher à votre Johnny national !!!

    Je vous rappelle au passage que cette année la propre femme de Johnny a parlé de "ses dépendances" dans un interview accordé à une grande chaine nationale, à une grande heure d'écoute et que c'est de notoriété publique que Johnny s'adonne à ses vices notamment dans les lieux publics !!! Alors arrêtez de me faire rire un instant ! Ce n'est pas du tout privé.

    Je trouve bien pitoyable les écarts à la loi mis en avant dans cet article, car même en n'ayant que de minces notions juridiques elles ne tiennent absolument pas la route.

    Serte ce médecin a très mauvaise réputation et il ne doit pas être tout blanc dans cette affaire, mais bon Johnny n'est pas un sain et se poser en victime alors qu'il sait pertinemment qu'il ment et notamment à son public c'est petit !

  • Quand on gagne sa vie en s'étalant tous les jours depuis des décennies dans la presse, il n'y a plus de vie privée qui tienne le jour où çà ne vous arrange plus !
    Et l'Express a fait son boulot en publiant cette information ; à défaut, c'est un autre journal, français ou étranger qui l'aurait fait !

  • Effectivement, ce n'est pas glorieux pour l'Express... Ceci étant et dans ce cas, la fin justifie les moyens. Lorsque Johnny était hospitalisé, cela s'est répandu dans les médias. Quand il en est sorti (trop tôt ?) cela s'est répandu dans les médias... quand il a eu ses soucis post opératoires qui ont entrainé ce que l'on sait et que son "staff" familial et artistique ont crié "Haro" sur le chirurgien, cela s'est répandu dans les médias. Quand il a fallu "défendre" le supposé coupable, personne ou si peu de monde... et rien ne s'est répandu dans les médias...
    Lorsqu'on a mené son public ( et son assurance ?) en bateau de telle façon depuis des semaines, il est normal d'avoir un retour de bâton pour remmettre les choses en place.

  • Cher Gillou, vous as t-on entendu lorsque le docteur Delajoux s'est fait agresser suite aux diffamations de la famille Hallyday et de ses parasites qui là se moquaient particulièrement bien, dans les médias, du secret médical et de la vie privée pour tenter de récupérer autant que possible du fric qui va bientôt s'échapper des poches de leur poulain? Non? Alors excusez-moi, monsieur le redresseur-de-torts mais quand une injustice en répare une autre, cela ne me choque pas plus que cela et me laisse en fait particulièrement froid vu que je n'ai pas de parti pris...

  • Ne confondez pas tout.

    Le médecin de Johnny put très bien se défendre sans divulguer le dossier. Rien ne permet d'accréditer qu'il soit à l'origine de la fuite. Rien. Il est déféndu par un avocat de grande compétence, et qui sait ce qu'est la pression médiatique, et les déclarations de cet avocat hier sont déontologiquement nickel.

    De plus, ce blog n'a jamias participé à la meute lachée contre le toubib. Mes accusateurs d'un jour se plantent comme des choux. Voilà ce que j'écrivais le 18 décembre, en m'étonnant d'un référé très précipité, alors qu'on avait si peu de recul.

    http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2009/12/18/le-refere-de-johnny.html

    Votre remarque s'inscrit dans une idée que l'on retrouve, et sur des problématiques très diverses, a savoir qu'il est impossible de se défendre en respectant le droit. Mais pas du tout.

  • Une star joue avec les médias et ne peut se plaindre quand les médias parelent de ce qu'hier la star a dévoilé, et de ce qu'aujorud'hui elle voudrait cacher. La jurisprudence est parfaitement claire sur ce point.

    Mais attention.

    L'atteinte à la vie privée c'est du civil, sauf s'il y a des moyens d'espionnage. Le secret, c'est du pénal, et surtout concernant la santé.

    Lors du référé, Johnny avait demandé le his clos, accordé par le tribunal. Donc L'Express viole la loi, la volonté de Johnny et la portée de la décision du tribunal.

    L'Express pouvait très bien informer sans donner tous ces détails, et ces observations médicales.

  • @Mathaf Hacker > l' article de l' express ne change absolument rien pour les assurances puisque les infos révélées leur ont déjà été données pour l' enquête . Tu crois que l' express publie des infos exclusives que même les partis ignorent ? lol

  • Belle indignation. Que n'a-t-elle commencé avec la première violation, celle des sbires de Johnny, entourage et promoteur(s). Vous me répliquerez qu'ils n'ont pas vraiment violé le secret médical puisque les secrets médicaux révélés étaient de gros mensonges et qu'ils n'ont pas nui au patient puisqu'ils étaient précisément destinés à lui faire économiser beaucoup d'argent. Que le docteur Delajoux ait été scandaleusement trainé dans la boue à cette occasion ne vous a pas ému? Moins, visiblement. L'un de vos commentateurs trouve que ce n'est pas très glorieux pour L'Express. Je trouve au contraire que ça l'est: rétablir la vérité et laver l'honneur d'un innocent, quoi qu'on pense du bonhomme, c'est tout sauf honteux. Eric Mettout, rédacteur en chef de LEXPRESS.fr

  • Quand on subit une opération, les chirurgiens, médecins précisent bien : pas d'alcool, pas de tabac dans les jours qui précèdent et suivent l'intervention !
    Il peut toujours porter plainte contre Delajoue, s'il n'a pas été sobre et que l'intervention s'est déroulée normalement, il perdra et ce n'est que justice...
    Quand je pense que ce médecin c'est fait boxer par un fan - de Jojo et de la vodka sans doute !

  • Quand on subit une opération, les chirurgiens, médecins précisent bien : pas d'alcool, pas de tabac dans les jours qui précèdent et suivent l'intervention !
    Il peut toujours porter plainte contre Delajoue, s'il n'a pas été sobre et que l'intervention s'est déroulée normalement, il perdra et ce n'est que justice...
    Quand je pense que ce médecin c'est fait boxer par un fan - de Jojo et de la vodka sans doute !

  • Le point de vue dégoulinant d'honneur et de vérité du rédac chef de l'express.fr ci dessus me fait doucement rigoler.

    Il n'empêche que jauni ou pas, le secret médical est la base de l'indispensable confiance dans la relation soignant/soigné. Sans parler des possibles dégâts collatéraux, genre assurances, banques, emploi...
    Et qu'un recel est un recel.
    A moins bien sur que la source soit le patient lui même.
    Quant au parallèle avec un Président de la république, c'est une sacré faille intellectuelle de mettre sur le même plan un bateleur alcoolique et l'élu de la nation qui dispose entre autres de la responsabilité du feu nucléaire. La santé du Président ne concerne pas forcément tous les Français, mais certainement d'autres que lui-même.

    Il y a plus gênant sur le même thème, il y a rapport de la CNIL concernant les fichiers profs et élèves d'une boite de rattrapage scolaire.
    La différence ?
    il s'agit ici de gens qui n'ont jamais joué ni vécu de leur image publique et des scandales y afférents. Bref des gens comme vous et moi.
    il s'agit ici non pas d'un seul individu, mais d'une pratique massive.

    Je cite le Monde.fr parlant de la CNIL : "Elle précise avoir également découvert des informations détaillées sur l'état de santé des élèves, parents et enseignants, tels que "hospitalisé en urgence pour une tumeur cancéreuse au cerveau de grade 3"."
    Et l'article source ici :
    http://www.leparisien.fr/economie/acadomia-mis-en-cause-pour-avoir-fiche-ses-clients-27-05-2010-938511.php

  • "Le médecin de Johnny put très bien se défendre sans divulguer le dossier. Rien ne permet d'accréditer qu'il soit à l'origine de la fuite. Rien. Il est déféndu par un avocat de grande compétence, et qui sait ce qu'est la pression médiatique, et les déclarations de cet avocat hier sont déontologiquement nickel."

    Pourquoi amenez-vous l'hypothèse que la fuite viendrait du docteur Delajoux? Qui en parle?

    "De plus, ce blog n'a jamais participé à la meute lachée contre le toubib. Mes accusateurs d'un jour se plantent comme des choux. Voilà ce que j'écrivais le 18 décembre, en m'étonnant d'un référé très précipité, alors qu'on avait si peu de recul."

    Vous ne me convainquez de rien avec ce précédent article qui n'aborde l'affaire que d'un point de vue technique. Même si vous n'avez pas fait parti de la meute qui s'est finalement retrouvée lâchée sur le docteur delajoux, vous ne nous prouvez pas non plus que vous l'aviez condamnée avec la même énergie que vous avez aujourd'hui vis à vis de l'Express.

    "Votre remarque s'inscrit dans une idée que l'on retrouve, et sur des problématiques très diverses, a savoir qu'il est impossible de se défendre en respectant le droit. Mais pas du tout."

    Les précédents faits dont l'agression dont avait été victime le chirurgien vous donne tort sur ce point.

  • L’Express.fr a le commentaire tellement express qu’il ne lit pas ce qui est écrit.

    Il suffit de lire mon texte du 18 décembre pour éviter de m’imputer des âneries. Mais c’est sans doute trop demander à notre ami Eric. Allez, il va se ressaisir !

    Et puis la production de salades se poursuit.

    Voici Johnny accusé d’avoir violé le secret. A ceci prêt que justement, la seule personne qui peut donner des infos sur sa santé c’est Johnny. Les informations ne sont pas secrètes comme le secret défense, cher Eric. Ce qui est protégé, ces sont les confidences, les secrets confiés. Si Johnny publie son dossier , c’est son droit le plus strict. Mais ça ne marche pas pour les tiers.

    Ensuite, de « gros mensonges destinés à lui faire économiser beaucoup d'argent ». Donc les assureurs et les tribunaux sont des imbéciles parfaits. Ils oublient la science et la procédure, et jugent et paient en fonction des infos qui circulent sur le net. Magique : c’est la grande réforme de la justice express.

    « Laver l'honneur d'un innocent » : mais Eric, un peu de calme ! Lisez vite mon texte du 18 décembre qui vous expliquera qu’il s’agit de civil et d’assureur, et pas de pénal. Alors invoquer la présomption d’innocence, c’est tout faux.

    Et après, oui j’ai violé le secret, mais pour laver l’honneur d’un homme. Donc, c’est la loi quand on peut, si on peut, l’essentiel étant que le but soit estimable. Mais ça, cette érosion des principes du droit devant les nécessités, c’est une pente glissante et express vers les conceptions juridiques talibanes.

    Eric témoigne donc d’une grand inculture du droit. Ce n’est pas un problème, car on réplique et ça c’est la liberté.

  • Cela ne prouve qu'une chose... Le code de la presse est inique et la France a un système judiciaire bien pourri qui n'a pour but que de permettre au paresseux de juges de bien ficeler leurs dossiers sans avoir à se soucier des gens concernés.
    Elle est propre la Loi de France faite et votée par des élus qui s'attribuent des privilèges sur le dos des contribuables et qui s'octroient le plus facile de tous l'impunité totale pour le chef du gang des voleurs élus.
    La vie privée est un mensonge parmi d'autres sans aucun fondement si ce n'est de protéger le riche contre les pauvres, et comme le dit si bien nombre de préambules à cette loi de France, on ne peut juger pareillement un ministre et une marchande de poisson. Bravo les gars.
    Mais fat et vain le français aime être maltraité et passe son temps à discuter paresseusement pour se montrer, il est socialiste il suivra les mots d'ordre du parti, il est de droite il accusera les arabes et les noirs, mais aucun ne pense une seconde à se voir.
    Bien le bonjour chez vous, O grands français de France.

  • Cher yesroll, si l'Express est attaqué en justice pour cela et condamné, ses dirigeants assumeront de toutes manières mais, vu la manière dont les proches de JH se sont servi des médias pour diffamer un docteur soumis au secret médical, j'ai comme un doute que Johnny osera remuer ainsi le couteau dans la plaie sachant sa grosse part de responsabilité.

    PS: mentir sur un secret médical n'est pas condamnable selon vous, dire la vérité par contre l'est. Bravo.

  • Le problème ce n'est pas Halliday,mais le secret médical En donnant raison a l'Express vous admettez qu'un journal puisse un jour publié votre dossier médical ? Vous avez certainement de "bonnes raisons "de haïr Johnny,mais est ce suffisant pour être complice d'une presse pourrie

  • Perso je me demande juste ce qu'est une " quantité incroyable d'alcool ingurgitée quotidiennement " en termes de litres et de degrés , le reste je m'en branle, surtout vis-à-vis d'un type qui vit dans le luxe en vendant son "personnage" depuis des lustres.* ( combien les photos déjà ???? )
    Wok'n woll !!!!!!!!



    * terme désignant des luminaires rupins et massifs mais également des durées hachement longues; yeahhhhhhh

  • Nacery,Depardieu,pour les plus connus Dans le monde du showbizz ,des arts,et de la littérature,drogue,alcool combien ne sont pas tombé dedans,un peu ,beaucoup,de façon croyable ou incroyable ?Piaf,Signoret,.....

  • antimythe, oui, j'admets que j'apprécie particulièrement qu'un journal publie le dossier médical d'un type qui a caché la vérité après tous les mensonges que ses proches ont propagés en se servant à leur profit du secret médical auquel était soumis le chirurgien (qui pourrait donc encore les poursuivre à son tour pour diffamation). Ceci est un peut-être un acte illégal mais il n'en demeure pas moins un acte qui rétablit la vérité donc j'approuve.

  • Vous parlez de droit, Gilles, fort bien - faudrait-il encore me démontrer qu'en droit français, il est interdit (et condamnable) de rendre public des éléments d'un dossier médical américain, où la loi en la matière est, si je ne m'abuse (et je n'ai jamais prétendu être un expert en matière juridique, je ne suis qu'un pauvre journaliste), fort différente. Vous me dites ensuite que, grosso modo, Johnny (ou son entourage, puisqu'il s'agit de ça, de Camus en particulier) a, lui, le droit de proférer de gros mensonges et de tenter de faire des économies sur le dos d'un docteur Delajoux qui a l'immense avantage d'être très antipathique (et de rendre plus acceptable, la preuve, ce genre de manoeuvre). La ficelle était grosse, je vous l'accorde, et tant la justice que les assureurs ne s'y seraient sans doute pas laissé prendre. Ca la rend moins scandaleuse, moins dénonçable? Pas pour ce qui me concerne. Comme je continue à juger que la rumeur, plus ou moins contrôlée, pour ne pas dire la manipulation (et nous nous sommes nous-mêmes fait avoir, en d'autres temps) a pris le pas dans cette affaire sur l'information et que revenir à l'information, y compris en prenant le risque de nous livrer en pâture aux bonnes âmes, c'était, sinon notre devoir, au moins notre boulot. Sinon, je suis bien content de vous faire rire.

  • Vous savez, Eric, un avocat qui pratique le contentieux toute la journée pendant quelques décennies et qui ne cultive pas un peu le goût de rire ou de sourire, il va direct dans la dépression grave, genre acariâtre +++, et çà ce n’est bon pour personne, et ni pour mes clients, ni pour mes 4 épouses.

    Si je bondis hier quand je vois votre texte, c’est bien parce que c’est L’Express, qu’on aime bien le lire. « Ah non, pas eux ! » Alors, bon, un p’tit mot sur mon blog, c’est trois fois rien, et même bien moins grave qu’un entartrage. J’essaie simplement de mettre en oeuvre les principes de la Bible : mieux vaut donner que recevoir.

    Le droit applicable aux US est pour moi terra incognita. Mais je serais surpris que la publication par un tiers d’un dossier médical ne tombe pas sous le coup de la loi. J’ai souvenir de qq discussions de congrès sur le secret, et nos amis ricains étaient très à cheval sur le sujet.

    Par contre, je parierais bien mon poids en Code pénal que s’applique à notre sujet l’article 113-2 dudit Code pénal :
    « La loi pénale française est applicable aux infractions commises sur le territoire de la République.
    « L'infraction est réputée commise sur le territoire de la République dès lors qu'un de ses faits constitutifs a eu lieu sur ce territoire ».

    Or, la publication a eu lieu sur le territoire.

    Vous dénoncez la chasse dont a fait l’objet le bon docteur. Je ne sais plus quel journal à l’époque, mais je crois bien que c’était le Figaro, était allé rechercher au greffe civil les affaires portant le nom du bon docteur, comme si c’était un casier judicaire. Alors qu’il doit surtout s’agir d’ordonnance de référé désignant des experts, avec le résultat que l'on voit. Et que l’entourage du rocker ait excité la foule, c’est minable et odieux, pas de doute.

    Mais voilà. Je cherche à défendre le droit comme vous défendez votre liberté. Je coince vite quand on m’explique que le droit c’est un truc bonnasse, et qu’il faut savoir s’en passer pour défendre le juste. Non, le droit démocratique est très efficace, et le bon docteur peut défendre son honneur, et vous pouvez défendre son honneur, sans causer une méchante hernie à notre belle règle du secret médical.

  • Gilles, je ne doute évidemment ni de votre bonne foi, ni de la valeur de votre démarche, ni de votre humour (de vos quatre femmes, en revanche...) Je doute considérablement, à l'inverse, de mes compétences en matière de droit (moins de celles de Pontaut, moins encore de celles de notre service juridique), ce qui ne m'empêche pas d'être d'accord avec vous: en la matière, il faut être vigilant (l'avons-nous été? Je fais confiance aux conseils du clan Hallyday pour nous épingler si ça n'a pas été le cas). Pour le reste, je persiste: en rétablissant la vérité (enfin, la vérité... une part de vérité) dans cette affaire, nous avons fait notre boulot.

  • Mr Mettout Je viens d'aller consulter votre blog .... Affligeant.... Que vous puissiez considérer,et que vous le revendiquiez, que l'affaire Zihia et l'affaire Hallidays soient de l'information,digne ce nom.....c'est triste et tellement symptomatique d'une presse écrite qui se meurt Mais après tout votre attitude est conforme a celles de vos collègues de tout bord qui sont prêt a tout pour surnager désespérément

  • Antimythe, que vous n'appréciiez pas ma vision des choses et le fait que je considère que, dans mon métier, il y a un temps pour parler du Rwanda, de John Demjanjuk, de la crise ou des retraites (ce que nous faisons, et sans commune mesure, en terme de quantité et d'énergie dépensée, avec ce que je décris ci-après, mais ça, bien sûr, ça vous arrange de ne pas le voir) et un temps pour parler de sport, de faits divers, de célébrités, de mode, de bouffe... et que non seulement ça n'est pas incompatible, mais que c'est dans le code génétique de tout média généraliste (comme ça l'a toujours été), c'est votre droit le plus strict. En revanche, dire que mon blog est "symptomatique d'une presse écrite qui se meurt" (alors que je bosse sur Internet!) et que mon attitude "est conforme à celle de [mes] collègues" (je passe sous silence le truisme insultant qui enrichit votre fin de commentaire), vous me permettrez de trouver que c'est un peu exagéré: je connais peu de journalistes, moins encore de responsables éditoriaux, qui viennent expliquer leurs choix, aussi honnêtement que possible, et exposer ainsi leur point de vue (et s'exposer eux-mêmes). Vous trouvez mon attitude affligeante? Je trouve la vôtre décourageante.

  • Mr Mettout Vous vous exposé ,c'est votre choix et vous voudriez qu'en retour je soit plus... magnanime a votre égard Voyons Mr Mettout vous ne nous ferez pas l'insulte de nous faire croire en un geste altruiste et désintéressé Vous venez défendre un point de vue que beaucoup de vos lecteurs vous reproche et blâme Vous assurez courageusement le service après vente de certains éditoriaux qui posent problème En conclusion vous êtes en position défensive et vous campez donc sur des choix politiques de l'express que nous sommes un certains nombre d'anciens lecteurs a trouver affligeants Vous exposez en tant que journaliste , que ce soit sur papier ou sur internet seul le support change Sur le déclin des journalistes et de la presse écrite je persiste,internet permet l'expression de tous,et l'accès instantané a l'information pour cela le journaliste est inutile Par contre ,nous l'attendons sur des articles de fond ,non partisan et documenté et la c'est le désert Même le monde reprends les dépêches de l'AFP in extenso y compris les coquilles et les fautes grammaticales et vous le vend pour du journalisme ,c'est dire

  • Notre grand ami ROZES (les noirs sont aussi blanc que neige) écrit, sur son blog (où on ne peut pas répondre):
    "L’équipe de France de football comporte une majorité de joueurs noirs, que le CRAN estime représenter entre 60 à 90% des effectifs de l’équipe selon les matches.
    Mais la diversité disparaît dès que l’on monte dans la hiérarchie du football, dans les instances dirigeantes.
    Voici les chiffres:
    Conseil fédéral du football : sur 21 membres, 1 Noir
    Conseil d’administration de la ligue du football professionnel : sur 25 membres, 0 Noir
    Arbitres : sur les 98 arbitres qui officient en ligue 1 et 2, 0 Noir.
    Entraîneurs : sur 20 entraîneurs de ligue 1 et 20 entraîneurs de ligue 2, entre 0 et 1 Noir selon les saisons.
    Présidents de clubs : sur 40 présidents, entre 0 et 1 Noir selon les saisons.
    La Ligue du football professionnel a mis en place des directeurs de l’organisation et de la sécurité des clubs de ligue 1 et ligue 2 et professionnels du championnat national. Au total sur ces 82 directeurs, il n’y a aucun Noir."

    Oui, certes, mais pourquoi 60 à 90% de joueurs noirs dans l'Equipe de France?
    pourquoi pas de "discrimination positive"?
    pourquoi l'égalité de représentation de la population française n'est-elle pas, là, respectée?
    pourquoi la "diversité" n'est-elle pas respectée dans l'équipe de france?

  • La justice est très aléatoire ni infaillible. Cela tranche singulièrement avec cet avis de Gilles Devers considérant qu'à coup sûr l'Express a violé la loi française.

    Outre les multiples hypothèses non prouvé dans cet avis, qui restent à prouver, il faudrait aussi expliquer pourquoi la loi française s'appliquerait.

    Le journaliste de l'Express relate avoir eu accès au dossier médical américain. Pourquoi la loi française s'appliquerait si ce journaliste a bénéficié d'une fuite aux Etats Unis ?

    Sur le fond, l'information de l'Express présente un intérêt certain puisqu'elle met à néant les informations péremptoires des proches de Johnny qui disaient que les docteurs américains leur avait dit que le Dr Delajoux l'avait massacré : on apprend que les rapports de ces docteurs ne contiennent nullement de telles alégations.

    L'autre information concernant l'aggravation de l'état de santé de Johnny compte tenu de la prise d'alcool est également intéresante puisque le Dr Delajoux n'a rien à voir à cela. Cela a été constaté par des docteurs américains.

    Enfin, rien ne permet d'affirmer que le Docteur Delajoux ou son avocat aient eu communication de ce rapport des médecins américains, donc comment Gilles Devers peut prétendre que cette révélation n'apporte rien au dossier : il n'en sait rien.

  • Pour la Saint PELE, je vous offre un Code pénal, car la loi est notre trésor commun

  • Où est écrit que tout le monde doit absolument respecter la loi, dans le code pénal? La seule chose que ce code dise, c'est qu'il faut au fond assumer la responsabilité et les conséquences de ses actes répréhensibles. Il semble que l'Express soit apparemment prêt à le faire complètement, sans regrets, pour avoir rétabli une vérité qui avait été manipulée. C'est tout à son honneur, selon moi.

  • Exact Bazou, nous ne sommes pas en théocratie où la loi impose de respecter des conduites. Nous y arrivons par la loi burqa, je suis d'accord avec vous, mais heureusement ces lois gérant les comportements restent minoritaires.

    Donc le code pénal définit une régle, et n'oblige pas directement à la respecter. La transgression de la loi ne justifie pas l'exclusion sociale, mais seulement le passage devant un tribunal.

    Maintenant, on ne peut pas jouer à ce jeu à la con trop lontemps. Et le juge peut en arriver à se montrer sévère.

    L'Express n'avait nul besoin de nous donner les détails intimes du dossier médical, alors que le bon docteur avait le jour meme son excellent avocat devant toutes les radios et télés, pour dire ce qu'il en était. Et le dire en respectant la loi.

    Au fil du temps, la sagesse humaine rend des jurisprudences très intéressantes. Ainsi, il est acquis que ne commet pas de violation du secret, le médecin attaqué en justice ou par voie de presse, qui dans la limite de ce qui est nécessaire, livre des informations confidentielles sur la santé du patient qui le met en cause.

    Mais L'Express dans son numéro de Zorro, c'est à cote des clous.

  • Ca m'a également choqué. Même Johnny, qui nous consterne avec ses graves soucis de santé, plus ou moins connus du "grand public" que nous sommes, il a droit à un minimum de confidentialité. Cela dit, ça fait longtemps que l'express, fait partie de "une certaine presse"...
    C tout de même hallucinant.

    Note de bas de page: Bravo pour la dernière photo ici! C'est d'une cocasserie libératoire.
    Une véritable histoire belge en prime:
    Il y a quelques années, un commissaire de police de Charleroi s'est fait chopper en flagrant délit de faire exactement ce que montre cette photo.... A 55 ans, en position de commissaire de police, ça fait tout de même un peu désordre! C'est ce qui s'appelle être resté gamin, en tous cas....
    (il a dû avor dumal à conserver son autorité au boulot ce gars là.... ;-))

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu