Avertir le modérateur

L’internement des Juifs étrangers (Loi du 4 octobre 1940)

« Des camps spéciaux pour les juifs étrangers » : le Journal officiel du 18 octobre, p. 5324, publie la loi du 4 octobre 1940 dite sur les ressortissants étrangers de race juive, et qui organise leur regroupement dans des camps.

La population juive étrangère est pour l’essentiel arrivée depuis la prise du pouvoir par les nazis en 1933, et s’est accélérée avec l’Anschluss en 1938. Pour les Juifs les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande seront les antichambres d’Auschwitz. La première rafle du 14 mai 1941 sera une mise en application de cette loi.

Dans la pensée antisémite, les juifs sont inassimilables, et le regroupement des Juifs étrangers repose sur un fonds théorique. Déjà circule l’idée de « tous les expulser ». La question est d’autant plus prégnante  que de 1900 à 1940 près de 200.000 Juifs ont trouvé refuge en France. Ces populations venaient d’abord de Russie et de Pologne, puis d’Allemagne, après les premières mesures anti-juives adoptées en 1933, et enfin d’Autriche après l’Anschluss. La crise des années 1930 n’avait fait qu’attiser l’hostilité à l’égard de ces immigrants, dont la grande majorité est juive.

En France, l’hostilité devient de plus en plus franche, et les autorités publiques cherchent à répondre par diverses mesures. Mais la solution est internationale. Or, une conférence réunissant trente deux Etats, qui se tient à Evian en juillet 1938, pour traiter cette question se traduit par un échec, « un forum où s’étalent sans vergogne les égoïsme nationaux ». C’est dans ce contexte qu’est publiée la loi, dans la foulée du premier statut.

L’article 1° pose le principe : internement par mesure préfectorale, dans des camps spéciaux, au seul motif de l’état de juif étranger. Aucune condition, ni limite. Hommes, femmes, enfants, vieillards, malades ou bien portants : la loi s’applique, à la discrétion du gouvernement. Sept grands camps furent réservés à l’application de ce texte, et au début de 1941, quelques 40.000 juifs y étaient internés. C’est à partir de ces camps que débutera lé déportation en juif, en 1942.

« Art. 1. – Les ressortissants étrangers de race juive pourront, à dater de la promulgation de la présente loi, être internés dans des camps spéciaux par décision du préfet du département de leur résidence ».

La question est traitée uniquement sur le plan administratif, sous l’autorité du ministre de l’intérieur.

« Art. 2. – Il est institué auprès du ministre secrétaire d’Etat à l’intérieur une commission chargée de l’organisation et de l’administration de ces camps.

« Cette commission comprend :

« Un inspecteur général des services administratifs

« Le directeur de la police du territoire et des étrangers, ou son représentant

« Le directeur des affaires civiles du ministère de la justice ou son représentant

« Un représentant du ministère des finances ».

L’article 3 instaure un régime légal permettant aux préfets de prononcer des assignations à résidence, par opportunité.

« Art. 3. – Les ressortissants étrangers de race juive pourront en tout temps se voir assigner une résidence forcée par le préfet du département de leur résidence ».

A lire

Catherine Nicault, L’abandon des Juifs avant la Shoah : la France et la conférence d’Evian, Les cahiers de la Shoah, n° 1, 1994, page 110.

Anne Grynberg, L’accueil des réfugiés d’Europe centrale en France (1933-1939), Les cahiers de la Shoah, n° 1, 1994, page 140

Commentaires

  • A vomir !

    Cette loi -- et le terme même de "race juive", sont d'autant plus ineptes qu'une grande majorité (sinon la totalité) de ces Juifs étaient des Askhénazes, descendants des Khazars, peuple mongoloïde de langue turque, *convertie* au judaïsme au 8e siècle de notre ère.

    Cf "La Treizième Tribu", d'Arthur Koestler, entre autres sources.

    Bien entendu, cette théorie de l'origine khazare des Askhénazes n'est pas très populaire en Israël pour les raisons que l'on devine.

  • J'ai réfléchi longtemps avant d'écrire, tant j'ai défendu les Juifs sur d'autres sujets. J'ai lu beaucoup sur l'histoire des Juifs, leurs souffrances, chassés de partout, humiliés, massacrés. Mais ce temps est heureusement fini. Ils ont un Etat qu'ils défendent bien. Mais à l'Occident, et en Russie, il y a toujours des relents d'antisémitisme, même dans ma propre famille, le sujet n'est jamais abordé car je suis seule contre tous et cela crée des problèmes au milieu d'un repas familial.
    Mon profond respect à tous les Israéliens qui veulent créer un Etat juste, sans extrémismes de toute sorte, car chez eux, il y en a aussi. Ce qui m'a toujours étonnée et j'avais une boule à la gorge que ceux qui sont revenus des camps de concentration, il en reste peu, ne sont pas aigris. Ils sont heureux de vivre et d'aider les autres. En région parisienne, j'ai connu une dame qui a été cachée par une Française pendant 4 ans en haut de son appartement à Paris avec interdiction de faire du bruit, de rire, de parler haut. Et ces deux bouts de choux d'à peine 7 ans comprenaient bien la gravité de la situation. Elle m'a montré le livre où sont transcrits les noms de toutes les familles mortes dans les camps de concentration. Il y avait une longue liste de sa famille aussi. Et elle était souriante, elle cherchait toujours d'apporter de l'aide. Quand je lui ai posé la question, elle m'a répondu qu'il n'y a que l'amour et la foi en Dieu peuvent faire du bien.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu