Avertir le modérateur

Le recensement des Juifs : Loi du 2 juin 1941

Le second statut n’est rien sans la loi du même jour qui impose le recensement des Juifs. Rien n’est possible si la population juive n’est pas déterminée, or le régime sait que le critère de désignation – race ou religion – reste très imparfait. D’où l’astuce : imposer à tous les Juifs de se faire recenser, sous peine de sanction. Le Journal officiel du 14 juin 1941, publie en continuité la loi du 2 juin 1941 prescrivant le recensement des juifs, une obligation fondée sur un système d’auto-désignation. Difficile à mettre en œuvre, vu le flou des critères légaux – comment une personne peut-elle savoir si elle est juive ou non au sens de la loi ? –  mais redoutable dans ses effets : en cas de déclaration, c’est le statut ; si l’administration relève un cas de non-déclaration, c’est le statut, des sanctions pénales et un possible internement dans un « camp spécial », ce même pour les Français.

L’article 1° rend le recensement obligatoire, et c’est aux personnes concernées d’estimer si elles sont juives, au sens de la loi.

« Art. 1°. – Toutes les personnes qui sont juives au regard de la loi du 2 juin 1941 portant statut des juifs doivent, dans le délai d’un mois à compter de la publication de la présente loi, remettre au préfet du département ou au sous-préfet de l’arrondissement dans lequel elles ont leur domicile ou leur résidence, une déclaration écrite indiquant qu’elles sont juives au regard de la loi, et mentionnant leur état-civil, leur situation de famille, leur profession et l’état de leur biens.

« La déclaration est faite par le mari pour la femme, et par le représentant légal pour le mineur ou l’interdit ».

L’article 2 instaure des sanctions pénales et l’internement.

Art. 2°. – Toute infraction aux dispositions de l’article 1° est punie d’un emprisonnement de un mois à un an et d’une amende de 100 à 10.000 fr., ou de l’une de ces deux peines seulement, sans préjudice du droit pour le préfet de prononcer l’internement dans un camp spécial, même si l’intéressé est Français.

Le communiqué de presse rédigé par Xavier Vallat souligne, de manière dramatiquement prémonitoire, le but de ce recensement est une avancée vers « la solution complète du problème juif » :

« Il faut en effet que nous sachions exactement le nombre et l’origine des israélites que nous hébergeons. Les conditions actuelles nous forcent à garder pour l’instant les centaines de mille de juifs qui ont déferlé sur la France au fur et à mesure qu’Israël cessait d’être roi en Europe Centrale.

« La solution complète du problème juif ne peut être qu’internationale, à tout le moins européenne. Il faut donc pour l’instant l’ajourner jusqu’à la conclusion de la paix. Mais il convenait pour l’instant de prendre des mesures immédiates pour la sauvegarde de notre économie nationale et de l’intérêt français.

« C’est ce que fait le Gouvernement ». 

(Cité par Laurent Joly, Vichy dans la Solution finale, Grasset, page 199) 

Commentaires

  • ce n’est pas en 1942 que les interdictions professionnelles (celle d’enseigner par exemple), s’abat sur les Juifs en France, mais en 1940. Le « temps des décrets » (1940-1942), selon l’expression d’Edgar Faure à Nuremberg, qui comporte la spoliation des biens des Juifs, précède celui des rafles. Et les arrestations de mai 1941 et la rafle d’août 1941 ont déjà fait des coupes sombres dans la population juive parisienne. Des dizaines de Juifs sont morts de faim dans le camp de Drancy. Des milliers d’entre eux sont internés dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande et dans les camps de zone sud. Dans le malheur commun aux habitants d’une France dont les ressources, notamment alimentaires, sont pillées par les occupants, celui des Juifs étrangers est rendu plus aigu par les quelques deux cents décrets de Vichy et ordonnances allemandes qui les ont déjà très largement – et bien avant le port de l’étoile – plongés dans une misère encore plus noire que celle des années de crise.

  • Comme je l'ai déjà dit maintes fois, les Juifs souffrent depuis les millénaires et cela continue encore aujourd'hui. L'Israël veut commencer les négociations, le Hamas refuse d'y assister. En ce qui concerne les colonisations, le démantèlement commencé, même douloureux, doit être terminé. On verra après, d'ailleurs, une autre invention de l'Hamas pour continuer à tuer les enfants, femmes juifs. Ce n'est qu'une bande d'assassins qui ont réussi à gagner les élections par les menaces.

  • Todo dinбmica y muy positiva! :)

    Garretot

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu