Avertir le modérateur

Second statut : Elements de contexte

Le second statut des Juifs résulte des volontés croisées de Xavier Vallat – les mesures anti-juives doivent être efficaces car elles répondent à des nécessités nationales – et de l’amiral Darlan – le gouvernement entend faire la preuve de ses capacités pour pouvoir traiter avec les Allemands.

Darlan, le choix de la collaboration avec le pouvoir nazi

Laurent Joly évoque ainsi le contexte :

"Le 11 mai 1941, l’amiral Darlan est reçu à Berchtesgaden par Hitler. Une fois de plus, le Führer évoque sa déception du 13 décembre.

"L’amiral Darlan, comme il en rend compte au conseil de ministres du 14 mai 1941, estime devant Hitler que « la collaboration n’était pas seulement la simple conséquence de la défaite  française mais qu’elle était une nécessité  historique incontournable. » Hitler lui tient le discours suivant : « Je suis décidé à donner une place honorable à la France dans la fédération européenne », mais il ne promet que « des avantages de détail. » Trois jours plus tard, devant ses collègues, Darlan tire la conclusion suivante : «  Pour moi, mon choix est fait : c’est la collaboration. (…) La seule intervention possible est celle des Etats-Unis. L’état d’impréparation militaire de ce pays fait qu’il se passera bien des années avant qu’un seul de ses soldats prenne pied en Europe. (…) L’intérêt de la France est que la guerre soit aussi courte que possible. (…) Dans l’état actuel du monde et compte tenu de notre défaite, de notre formidable défaite, je ne vois pas d’autre solution que la collaboration pour sauvegarder cet intérêt. »

"L’amiral demande « qu’on veuille bien lui faire, du coté allemand, des concessions qui fussent « moins essentielles que spectaculaires », selon ses propres mots, dans un but de propagande. Seul le spectaculaire peut convaincre l’opinion publique des bienfaits de la collaboration, raisonne le fin stratège politique qu’il pense être. Le vice-président du Conseil est plus que jamais prêt à céder tout ce qu’il peut céder pour gagner les faveurs de l’Allemagne nazie[i]. L’auteur cite Jean Guéhenno, Journal des années noires, (Gallimard, 1947, Réed. 2002), qui note le 21 mai 1941 : «  Commerce de détail. – Vous aviez droit à deux lignes de correspondance. Vous aurez droit à sept. Mais vous nous donnerez vos bateaux… Dans quelques semaines, Hitler aura tout acheté et Darlan tout vendu."

Quelques précisions sur la loi et son application

Recensement

L’idée d’obliger les Juifs à se déclarer eux-mêmes, sous peine de sanctions pénale et d’internement, est la démarche des nazis. C’est aussi celle que préconisait Charles Maurras : « C’est les Juifs qu’il faut interroger sur eux-mêmes… Une loi qui obligerait les Juifs à faire la « déclaration » de leur juiverie serait facilement obéie des intéressés dans le cas où des sanctions sérieuses ne manqueraient pas de frapper les non-déclarants[ii]» :

L'antisémitisme serein

Dans une note de novembre 1940, Xavier Vallat expliquait : « Il est aisé de prévoir qui si vous autorisez deux juifs sur cent banquiers à s’installer comme manieurs d’argent, les deux banques juives auront rapidement plus d’importance que les quatre vingt dix-huit banques non-juives[iii].

Une volonté affichée d’exclusion

Marc-Olivier Baruch rapporte l’extrait suivant du procès-verbal de la réunion du 4 novembre 1941, qui retrace l’échange entre M. Lagrange et M. Gazagne, directeur du statut des personnes au commissariat général aux affaires juives :

"M. Lagrange : La loi actuelle est-elle susceptible de recevoir une application souple ?

"M. Gazagne répond négativement.

"M. Lagrange : Si le Conseil d’Etat est consulté, il demandera à connaître l’intention du législateur.

"M. Gazagne : C’est d’exclure les juifs de tous les emplois.

"M. Lagrange : Il est donc inutile de demander l’avis du Conseil d’Etat[iv]."

Il s’est notamment agit de savoir si les demandes de dérogations formées par des personnes frappées d’une mesure d’exclusion sont suspensives ou non. Le Conseil d’Etat a répondu par la négative, dans un avis du 7 août 1941 qui ne laisse que peu d’échappatoire[v]:

« Le licenciement, ou la cessation des fonctions, professions ou emplois doivent être immédiats, même au cas où une demande de dérogation a été présentée, à la seule réserve des cas exceptionnels où cette demande apparaîtrait comme manifestement justifiée ».



[i] Laurent Joly, Vichy et la solution finale, Grasset, 2007.

[ii] Charles Maurras, « Le programme antijuif. Maximum et minimum », L’Action Française, 26 mars 1941

[iii] Laurent Joly, Vichy dans la solution finale, précité, page190 ; Renée Poznanski, « Les professions interdites », in Les Juifs pendant le Seconde guerre mondiale, Seuil, page 145.

[iv] Marc Olivier Baruch, « Routine et légitimation », in Servir l’Etat français, Fayard, page 167

[v] Renée Poznanski, Les Juifs en France pendant la Seconde guerre mondiale, Seuil, page  604.

Commentaires

  • Vous savez, Gilles Devers, quand je lis ces textes, je suis effondré. Quand je pense qu'il en est qui se réfèrent encore à Charles Maurras !

    Il nous faut rester très vigilants.

    Si la situation n'est pas la même, Dieu merci, certains remugles très puissants remontent à mes narines. Jouer à l'apprenti sorcier avec de tels thèmes, c'est jouer avec le feu le 10 août 2010 à 40 kms de Moscou.

    Vigilance.

  • effectivement, le ventre est toujours chaud..... ce qui me consterne plus encore, c"est le sentiment que Sarkozy mène cette campagne, aidé de ses chiens policiers, dans le but essentiel de faire diversion des affaires Woerth et autres.... Il a sauté sur le premier prétexte venu, en sachant bien que - et d'autant plus que sa politique sécuritaire est un fiasco total en ce qui concerne les atteintes aux personnes comme le démontrent les nombreux problèmes dans certains endroits dits "sensibles" qui alimentent chaque jour les journaux - l'excitation identitaire est un moteur efficace

  • Aujourd'hui comme à cette époque, (nous, on n'a rien manqué!) nous ne sommes pas précisément dans le style
    ""Prestige de la France"!!
    Comparons un peu:
    La situation en 12010 avec ce que nous raconta un jour à bord de mon navire, Mr Antonio Mitrano, directeur de l'Agence Maritime Consignataire de la Cie à Montevidéo (Uruguay) lors d'une escale en 1981. Ce Monsieur très sym...pathique et plus très jeunes, veillait à tout pour le Service de notre Porte-Conteneurs et celui de son Equipage, du Commandant au Novice Cuisine.
    Ce fut bien le seul Agent Maritime que j'ai rencontré, qui nous apportait des patisseries locales, y compris d'énormes croissants pour le petit déjeuner! C'est dire ce qu'était pour lui et pour beaucoup de monde sur place, le Prestige de la France, retrouvé avec De Gaulle.

    Il nous a raconté un soir, la réaction en Amérique du Sud, lorsqu'au petit matin du 15 Juin 1940, ils ont su par telex (et câbles sous-marins) que les Allemands étaient rentrés dans Paris.
    Lorsque cela s'est su partout, c'était arrivé depuis déjà au moins 8 heures, très peu de gens sont allés au boulot, les cloches des églises sonnèrent le glas et elles furent vite pleines de gens, hommes femmes et enfants de tous âges et de tous métiers, venus pour prier et se réconforter ensemble, quand ce n'était pas pour en pleurer.
    Le Consul et l'Ambassadeur de France à Montevideo et partout ailleurs en Amérique Latine (les journaux le disaient) reçurent de nombreux appels téléphoniques et télégrammes de soutien, même... Venu du Consul d'Allemagne, c'est dire l'émotion.

    Dans le bureau de Mr Mitrano, des journaux anciens affichés montraient le sabordage et l'incendie (qui dura 15 jours) du cuirassé Graf Von Spee, les foules devant les églises le 15 juin 1940, les mêmes foules joyeuses cette fois du 8 Mai 1945 et bien sûr, un portrait du général Artigas, père de l'Indépendance de la "Republica Orientale del Uruguay", qui chassa les Brésiliens au 19ème siècle....

    Croyez-vous qu'en 2010, si Paris tombait aux mains de l'ennemi (c'est d'ailleurs chose déjà faite, mais cette fois sans aucun char d'assaut) ça déclencherait une telle émotion dans toute l'Amérique du Sud, ou ailleurs? ;-))
    A notre époque, pour "faire des économie"? on démentèle aussi méthodiquement notre réseau diplomatique en catimini, qui Reste encore cependant le plus dense* de TOUS les pays, mais sans doute pas pour longtemps, car tout, absolument tout est en cours de "réduction de voilure", personnels jamais remplacé, locaux vendus, institutions fermées, etc....
    (*on a en effet, 4 fois plus de Consuls et Ambassadeurs, que les USA....)

    Ceci dit, malgré les protestations locales presque partout au monde, on casse l'Alliance française etc... Ceci étant, depuis maintenant plus de 15 ans.

    En cumul avec le comportement de plus en plus discutable (pour rester poli) du régime sarkozyste, la France est en train de rejoindre le régime de Vichy en matière de "prestige très spécial"...

  • D'autre part, il n'est pas inutile de rappeler ici les 2 Faces du régime de Vichy:
    (qui ne faisait pas que des conneries et n'était pas maître chez lui, faut-il le rappeler?)
    La méchante:
    http://marine-inconnue.blogspot.com/2009/11/pillien.html
    La trp méconnue:
    http://marine-inconnue.blogspot.com/2009/08/blehaut.html

    A comparer avec aujourd'hui

  • Ce qui est marrant avec ces histoires de vichysme et de nazisme, c'est que certains veulent faire connaitre un sort funeste aux musulmans d'aurope et d'amerique... Ceci avec le soutient de nazillons européens, de neo-cons americains et de sionistes israelites...

  • Ca commence avec des aperos pinard saucisson et on sait ou ça fini...

  • Le problème du prestige de la France, piétiné et saccagé par le sarkozysme et trente ans de système UMP-PS, c'est plus grave que le simple "premier degré" de ce qu'est une image de marque.
    C'est potentiellement très lourd de conséquence!
    Qui n'a pas remarqué la différence de traitement suivante?
    - La large générosité internationale lors du tsunami sur le Sud-Est Asiatique à la fin 2004 et
    la réaction, "fort peu de pognon" récolté cette fois, alors que c'est aussi grave, pour la catastrophe survenue au Pakistan il y a peu?

    C'est terrible et injuste pour la plus grande partie des quelques millions de sinistrés du Pakistan. Sont ils soupçonnés d'être tous des intégristes musulmans? Tel était le centre de mon information sur la réaction e Amérique du Sud lorsque le ciel est tombé sur la France...
    Nous risquons de payer très cher la période sarkozyste.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu