Avertir le modérateur

Voyage au bout de la nuit, 2010

Une overdose à quatre ans. L’histoire dramatique de Colleen, et nos larmes pour pleurer. Les articles publiés dans L’Union – L’Ardennais par Aurélie Beaussart permettent de comprendre.

 

Oui, un drame, mais quand vous aurez lu ce qui suit, vous voudrez tous embrasser la sœur ainée, Morgane, 13 ans, qui doit pleurer toute sa peine, mais qui est la plus merveilleuse des messagères du printemps. Trop, c’est trop.

 

Juin 2010 : soustraction aux obligations parentalesdyn006_original_527_736_pjpeg_2500099_37f14ad07b0766fe3fdd28abb1da9732.jpg

 

C’est l’histoire d’une famille. Les parents, Alain et Céline, et quatre enfants : Mégane, 13 ans, Benoît, 11 ans, Collen, 4 ans, et Alain Junior, 3 ans.

 

Un cas grave pour le Conseil général de l’Aisne. A la suite d’un signalement par les services sociaux, début 2010, les parents ont été cités devant le tribunal correctionnel de Laon, le 10 juin 2010, pour soustraction aux obligations parentales (Code pénal, art. 227-17).


La base du dossier était un rapport des enquêteurs sociaux pour les trois ans écoulés. Un rapport accablant : « Les faits vont de janvier 2007 au 31 octobre 2009. Il apparaiît que les enfants ont été totalement délaissés. On parle d’hygiène déplorable des jeunes mineurs qui vivent au milieu de dépôts d'ordures. Ils dorment sur de vieux matelas, dans une maison infestée de mouches, de poux et de puces. Ils ont la gale. Les carnets de vaccination ne sont pas à jour. Ceux qui sont en âge d'aller à l'école n'y vont pas avec assiduité. »

 

Le Conseil général avait mandaté un avocat pour assurer la défense des droits des enfants, et il avait décrit une situation abandonnique.

 

Ce rapport et cette audience avaient conduit à la séparation de cette famille, déjà cassée.

 

Lors de l’audience du 10 juin, le père ne s’était pas déplacé. Seule la mère était là, et son propos était celui d’une personne dépassée. Pourquoi toutes ces négligences ? « J'en avais ras-le-bol. Le père se droguait tout le temps, je n'avais plus envie de rien. »

 

Elle avait tout largué : son compagnon, ce taudis… et les enfants, essayant de recommencer une vie : « Sans ses enfants qui constituaient une charge trop lourde ». La vie…, mais sans les enfants.  

 

Le tribunal avait condamné les deux parents. Un an de prison avec sursis pour la mère, et 4 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans pour le père, « avec obligation de recevoir un travailleur social, de suivre un traitement médical pour sa toxicomanie ».

 

Ca, c’était le pénal. Sur le plan de l’assistance éducative, on en était resté au basique : la mère était partie, et le père était resté. Décision : résidence auprès du père, avec l’aide des services sociaux, entre le juge des enfants et le conseil général.

 

Pas fameux, certes. Mais fallait-il placer les enfants en institution ? Ou disperser la fratrie entre plusieurs familles d’accueil ? Et le père n’était-il pas sujet à amendement ?

 

Surdose de Méthadone pour Colleen138595.jpg

 

La routine avait repris : les quatre enfants vivaient avec un père toxicomane, la mère tentait sa chance à l’Ouest, les services sociaux étaient partis pour une longue affaire, et les enfants étaient unis, mais en survie.

 

Ce 22 septembre, tout a chaviré : Colleen, 4 ans, la dernière de la fratrie, est décédée aux urgences du centre hospitalier de Chauny, en fin de soirée. Elle avait avalé un flacon de méthadone, tôt le matin.

 

Mercredi dernier, les examens ont confirmé la cause du décès et les parents ont été arrêtés. Placés en garde à vue, ils ont relâchés vendredi, et l’audience de jugement est fixée en février, à nouveau, pour soustraction aux obligations de l'autorité parentale. Seule le père est poursuivi.

 

Un drame. Que s’est-il passé ? 

 

Le matin, Colleen a trouvé un drôle de flacon de mérhsadone mal rangé, et en a tout avalé le contenu.

 

Au début de l'après midi, l’assistante sociale était la maison. Les quatre enfants et le père était là. Colleen dormait. En réalité, elle était alors flinguée par la méthadone, mais vivante. On a causé, et puis l’assistance sociale est partie. Le père aussi s’est absenté pour aller faire des courses.

 

En fin de journée, Mégane, la grande sœur, à peine 13 ans mais qui veille à tout, a trouvé Colleen effondrée, et elle a appelé une voisine. Celle-ci n’a pas appelé les secours, mais la mère, qui a débarqué aussitôt, pour appeler les secours, qui ont embrayés vers l’hôpital. Il était trop tard : Colleen est décédée d’une overdose. Du point de vue médical, une embolie pulmonaire.

 

Le père est rentré dans la soirée, pour être accueilli par les policiers, qui l’on testé positif à la cocaïne.

 

 

Trop compliqué pour le Maire

 

Le Maire de Quessy, Christian Crohem, est à côté de ses pompes, dépassé par la situation : « C'est un événement accidentel par imprudence. Il ne faut pas porter de jugement de valeur en dehors de l'émotion. Cette famille est en situation de détresse avancée, mais il ne faut pas stigmatiser un quartier ou une famille, ça aurait pu se produire chez n'importe qui. » Pas de jugement de valeur…

 

Monsieur le Maire, ce ne sont pas les valeurs qui sont en cause, mais la vie d’un enfant de quatre ans. Tu piges ?

 

L’avocat des enfants s"interroge

 

Maître Vignon s'étonne du choix du Parquet d'opter pour une convocation par officier de police judiciaire, pour une audience dans trois mois : « Il était sous contrôle judiciaire. Il s'agit d'une récidive à l'intérieur même de la mise à l'épreuve. Il aurait pu faire l'objet d'un jugement immédiat. Je suis effrayé de voir que cette précédente procédure n'a servi à rien. Elle n'a pas conduit ce monsieur à se ressaisir et à endosser son rôle de père. C'est affligeant. C'est lui qui, par inattention, par négligence, a causé la mort de cette enfant. Ça s'appelle quand même : homicide involontaire.

 

Aurait-il fallu placer les enfants après le procès de juin ? L’avocat ne s’emballe pas, et montre toute la difficulté : « C'est un peu facile de dire cela. Il faut faire un maximum pour maintenir les enfants dans leur milieu d'origine. L'enfant a besoin de ses parents même s'ils sont défaillants. On a de plus en plus de dossiers de délaissement d'enfants. »

 

Le procureur de la République justifie la qualificationDavid-Lorenz-Winston-Solitude-8457.jpg

 

Le procureur de la République de Laon, Olivier Hussenet, s’explique. « Nous avons décidé, à tort ou à raison d'ailleurs, de laisser à ce père le soin d'enterrer son enfant, explique Olivier Hussenet, le procureur de Laon. Il n'y a rien de perdu dans la répression à le juger dans deux mois. Nous sommes dans un accident domestique. Elle aurait aussi pu boire de la Javel. Des produits ménagers dangereux sont stockés à portée de main des enfants dans bon nombre de foyers. La question de la comparution immédiate peut se poser dans tous les dossiers. Là, ce monsieur devra rendre compte en février. »

 

Il explique les poursuites pour mise en péril de mineur telle qu’elle est décrite par l'article 227-17 du Code pénal : « Le fait, par le père ou la mère légitime, naturel ou adoptif, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre gravement la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant mineur. »

 

Poursuivre le père pour homicide involontaire était impossible, soutient le procureur : « Ce n'est pas possible, selon la loi Fauchon de 2000 qui distingue la causalité directe et la causalité indirecte. Il faut prouver qu'il y a violation de façon manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement. Dans ce cas précis, aucune loi n'oblige à mettre la méthadone hors de portée des enfants.

 

Le père veut assumer par la sanction

 

Le père de Colleen sait qu'il risque la prison : « S'il faut que j'y aille j'irai. Dans un sens je me sens coupable. Je savais que la méthadone est un produit dangereux. J'ai peut-être mal rebouché le flacon, je ne me souviens pas. Mais si j'avais vu que Colleen n'était pas bien j'aurais fait quelque chose. Si je l'avais vu manipuler la méthadone je serais intervenu. »

 

Depuis le tragique décès de son enfant, il a quitté ce logement : « C'était trop dur. J'ai tout jeté. Je ne pouvais plus rester à l'endroit ou Colleen est morte, m'assoir sur le canapé où elle s'était installée. Ca n'aurait pas dû arriver. Si j'avais eu de la méthadone en gélules ça ne se serait pas produit. C'est mieux sécurisé. Il faut vraiment de la force pour sortir le cachet. Je suis désolé de ce qui s'est passé. »

 

Il sait que tous le considèrent comme responsable. La mère a repris les enfants et ne veut plus qu'il ait de contacts avec eux : « S'il souhaite les voir, d'accord, mais pas tout seul. »

 

La mère et ses remords

 

La jeune femme exprime sa douleur : « C'était difficile de voir tout ça dans la presse. Quand j'ai vu marqué ‘morte d'une overdose’ ça m'a fait un choc. Colleen n'a jamais pris de drogue. J'ai eu peur qu'on puisse penser le contraire. Quand j'ai quitté le père de Colleen je ne pouvais pas prendre les enfants car mon nouveau logement était trop petit. Je comptais emménager dans un logement plus grand pour les accueillir. J'étais en train de tout faire pour ça », explique-t-elle. Elle se constituera certainement partie civile : « Je ne veux pas d'argent mais au moins une peine de prison. Je veux qu'il comprenne. »

 

Le tribunal correctionnel de Laon jugera le père de Colleen le 3 février.

 

Des larmes pour Colleen, et cette interrogation : Si j’étais devant Morgane, que pourrais-je lui  dire ? 

 

 

Dunke-ellington1.jpg

Commentaires

  • Les articles de Aurélie BEAUSSART

    http://www.lunion.presse.fr/article/aisne/morte-dune-overdose-a-4-ans

    http://www.lunion.presse.fr/article/aisne/colleen-4-ans-victime-de-la-methadone-et-de-la-negligence

    et son mail

    abeaussart@journal-lunion.fr

  • L'immense Duke Ellington, "Solitude"

    http://www.youtube.com/watch?v=oraWwHYKKig

  • Et encore

    http://www.youtube.com/watch?v=rOJT6HoAwn4

    http://www.youtube.com/watch?v=RvGZyq3mvAU

  • Billie Holiday

    http://www.youtube.com/watch?v=jrMp3URM1JI

    http://www.youtube.com/watch?v=6d4KCZwUxRU

  • Code Pénal, Article 227-17

    Le fait, par le père ou la mère, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant mineur est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

  • Oui, le titre de la mélodie de Duke Ellington est : "Solitude".
    Pour ajouter sur l'affiche "Dans ma" ?
    C'est un peu anecdotique ce que j'écris. :-)

  • Perdre un enfant est sans doute ce qu'il peut arriver de plus dur dans la vie.
    Quand on a une part de responsabilité, c'est surement encore pire.
    J'aurais tendance à dire que la prison ne sert à rien en général dans ce genre d'histoire, mais là ça peut éventuellement aider le père à décrocher de ses addictions.
    La mère je lui souhaite de faire pour le mieux avec ses autres petits.

    Coté artiste, c'est à Nina Simone que j'ai pensé. Ici par exemple quand elle chante les quatre femmes en elle : http://www.youtube.com/watch?v=qCwME6Jpn3s
    et les paroles ici : http://www.mp3lyrics.org/n/nina-simone/four/

  • Je ne sais pas comment l'état a pu permetre que des enfants restent avec un pere toxicomane.
    Completment dingue ! du n'importe quoi.
    S'ils étaient placés dans des famillies d'accueil tout de suite, cet enfant serait peut etre en vie.
    Je n'ai pas de mots pour decrire de tels parents.
    Ils meritaient une peine beacoup plus lourde les deux.
    Mon Dieu, il a beacoup de Français qui ferait n'importe quoi pour adopter.
    Pour quoi une telle faillite de l'état et leur services responsables?
    Et maintenant qu'ils ont fait des enfants restants?
    Je n'ai aucune pitié pour ces deux là. Aucune, cela me revolte.

  • Il fut un temps ou l'on retirer les enfants d'un milieu familial jugé pouvant être déficitaire,tant au niveau des besoins vitaux,que des conduites addictives des parents Cela a conduit a ouvrir de nombreuses structures :pouponnières Maison d'éducation éducative etc ... le tout géré par les services d'aides sociales a l'enfance,autrement dit l'état Tout n'était pas parfait dans ce dispositif souvent excessif et répressif vis avis des parents Avec la décentralisation,et quelques scandales Le contre pied de ce système prétendit que toutes les familles sont en capacités de s'occuper de leurs enfants pourvu qu'on les y aida de façon systémique Hélas,comme s'il suffisait de mettre en œuvre un outil pour résoudre les problèmes sociaux Comme d'hab en france il faut que le balancier atteigne son apogée dans le grotesque pour remettre en cause les dogmes qui ont conduit a ces scandales

  • Il y a trop de gens vraiment largués, tout simplement, au point que souvent les "structures" de secours social baissent les bras ou n'ont pas la compétence pour une évaluation spécifique qui conviendrait à tel ou tel type de situation.
    La structure sociale la plus courante pour protéger les enfants est je crois la famille d'accueil et il y en a de moins en moins. Je ne suis pas sur, mais c'est mon impression entre les critères d'acceptations plus élevés et le manque de volontaires...
    Tu te trompes Adriana, les parents sont surement bien assez punis comme ça.

  • >>Tu te trompes Adriana, les parents sont surement bien assez punis comme ça.


    Je n'y crois une seconde. Apres des annés de maltraitances sans que l'état fasse rien , sans qu'ils soient responsabilisés le minimum, ni derangés pour qui que ce soit, Ils ont egoistiquement peur maintenant des consequences pour leur vies
    Yesroll,
    Tu part du principe que TOUS les parent forcement ils aiment leurs enfants. C'est faux.

    Il en a qui les jettent a la poubelle apres la naissance, il en a qui torturent leurs enfants pendant des années comme ce couple. Et meme , il en a que balancent leurs enfants par la fenetre du batiment apres l'avoir étranglé. ( eh oui, je rapporte tous des cas veridiques ). Il en a plusieurs cas. Je te raporterais l'horreur qui est le lot des gens qui travaillent dans ce service.
    Ma mere est assistante sociale, et elle est souvent arrivé chez nous en pleurs. Tu peux pas imaginer, a quel point l'être humain peux porter en soit le mal absolu.


    Il en a qui le laissent sans aucune vie digne pendant des années, comme ce couple:

    voilà le recit:

    Les faits vont de janvier 2007 au 31 octobre 2009. Il apparaiît que les enfants ont été totalement délaissés. On parle d’hygiène déplorable des jeunes mineurs qui vivent au milieu de dépôts d'ordures. Ils dorment sur de vieux matelas, dans une maison infestée de mouches, de poux et de puces. Ils ont la gale. Les carnets de vaccination ne sont pas à jour. Ceux qui sont en âge d'aller à l'école n'y vont pas avec assiduité. »

    c'est la politique de passer la main sur leur tete pendant desa années, et trouver des excuses pour leur comportement qu'on est arrivé a la mort de cette petite fille.

    Partir du principe de ne pas responsabiliser ces gens là, les traites des pauvres, digne de pitié comme tu fais et le laisser aller de l'état qui est tout aussi coupable, a fait que ce fillette soit morte.

    Ils meritent aller tous les deux en taule pour des nombreuses années. Finalement, assumer leur resposabilités apres toute une vie a fuir de ça.

    >>Perdre un enfant est sans doute ce qu'il peut arriver de plus dur dans la vie.
    Yesroll, faut savoir que dans la vie reelle, il y a des parents que s'en fichent completement de leurs enfants. Ils n'ont aucun amour ni conscience. Le problème est qu'ils ont é'té finalement appelés a leur responsabilité, a rendre fialement compte de leurs actes!
    J'ai n'ai aucune , aucune, pitié. Au contraire de toi, ils doivent être responsabilisés.

    Mon seul souci est, ou sont les autres enfants? ils ont en danger, s'il continuent avec eux.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu