Avertir le modérateur

Embarqué au poste à 7 ans !

logocouleurgf.jpgUn grand malfaiteur de 7 ans et ses comparses de 10 ans : un remarquable coup de filet de la police d’Angers. Il faudrait aussi songer à marauder du côté de la halte garderie pour repérer les futurs truands : remonter les filières, prendre le mal à la racine… quel boulot ! Rue 89, qui nous raconte l’affaire, rapporte cette explication du commissariat : « Si on les laisse faire, ça peut dégénérer. C'est un début. Ils finissent par casser des abris de bus. » Waouh !

Alors, à quels méfaits s’adonnait cette bande organisée ?

Ces bandits, quatre filles et un garçon, sans scrupules opéraient le mercredi, et au lieu de mettre à profit ce jour vaqué pour réviser leurs partiels, ils consacraient leur temps à jouer dans la cour de l’immeuble. L’oisiveté est la mère de tous les vices, ont aussitôt pensé les policiers à qui on ne la fait pas, et derechef ils ont ouvert une enquête de flagrance, bien décidés à ne pas laisser une nouvelle zone de non-droit s’installer.

Et bingo !  Ces redoutables hors-la-loi jouaient ostensiblement, sans même se cacher, bafouant l’essence de la valeur travail, et pire : ils faisaient des dessins sur les murs avec des copeaux de bois. Ca commence comme ça, et ça finit par le braquage de banque. Eh oui, réfléchissez deux minutes ! Que fait l’enfant qui dessine ? Il s’invente un monde meilleur, et comme il ne pourra pas l’atteindre, il sombrera dans les hold-up. C’est tout tracé. Le dessin d’enfant devrait être interdit.

Du délire absolu.

Les policiers ont embarqué les cinq enfants dans la plus grande discrétion, alors qu’ils étaient dans le jardin d’un groupe de petits immeubles en U, avec les parents juste à proximité. Un coin très tranquille. Une maman explique « J'ai l'habitude de laisser mes petites filles. Le jardin est protégé par une grille très haute et je jette des coups d'œil de temps en temps par la fenêtre. Si elles ont besoin de quelque chose, elles peuvent m'appeler. »

Une grande sœur, depuis la fenêtre, a vu les policiers embarquer ses deux petites sœurs, des jumelles de 8 ans : « Je leur ai demandé ce qu'ils faisaient, ils m'ont dit qu'elles dessinaient sur les murs et qu'il fallait aller les chercher au commissariat. »

Du côté des policiers, c’est un délégué du syndicat SGP-FO qui plaide : « Les collègues ont parlé cinq minutes avec les gosses avant de demander où habitaient leurs parents, Personne n’a répondu. On ne les a pas ramenés au poste parce qu’ils avaient gribouillé les murs, mais parce qu’ils étaient livrés à eux-mêmes. S’il s’était passé quelque chose, on aurait sûrement parlé de la faute des policiers ! »

Bien vu : si les policiers n’étaient pas intervenus, les enfants auraient continué à dessiner, en toute impunité.

Ces efforts méritent d’être encouragés, et je me permets donc d’adresser à la police d’Angers quelques pistes pour ouvrir de nouvelles enquêtes.

dessin0048.jpg
976280694.jpg
alek_milanov_ivantchev.jpg
dessin%20(6).jpg
dessin.jpg
dessin_d-enfant_mini.jpg
dessin-enfant.jpg
im_dessin_enfant_09.jpg
pull.jpg
1-A9_Valentine.jpg

Commentaires

  • L'article de Rue 89

    http://www.rue89.com/2011/04/12/a-angers-si-tes-pas-sage-cest-la-police-qui-viendra-te-chercher-199503

  • Un petit bonhomme, du coté du Bd Saint-Honoré, qui fait bêtise sur bêtise depuis 5 ans.... Nos courageux flics syndiqués devraient aller le coffrer.
    Pour une fois ils seraient utiles.
    Et quelque chose me dit que ça règlerait nombre de nos problèmes.

    Ce régime a quelque chose de sinistre qui fait froid dans le dos.

    ça n'a pas l'air de gêner nos bons couillons de Français... ceci dit..

  • Je ne justifie pas les policiers, mais le texte repris par tout le monde semble un peu romancé. Les policiers qui embarquent *discrètement* un groupe d'enfants je rigole (vous avez essayé ?) surtout *avec les parents juste à proximité*.

    Non, les parents étaient bien au chaud en haut des immeubles. D'ailleurs comme vous le dites une personne a interpelé les policiers du haut des immeubles et a eu une discussion avec les policiers qui eux étaient en bas.

    Si réellement les parents étaient "juste à proximité" en jetant un oeil régulièrement vous croyez qu'ils ne se seraient pas jetés à la fenêtre immédiatement en entendant une femme crier suffisamment fort pour être entendue de plusieurs étages que quelqu'un (fut-il policier) embarque ses enfants ? Surtout que contrairement à l'histoire il est totalement inimaginable qu'elle se soit dit "ah bon" quand ils ont répondu qu'il faudrait les chercher au poste. Il y a du y avoir des échanges plutôt à haute voix quand même.

    Et bien avec tout ça les autres parents ne se sont même pas pointés à la fenêtre ? moi j'entendrai quelqu'un crier qu'on embarque mes enfants et j'aurai les miens en bas, je m'affolerai non ?

    Et même là, les policiers embarquent au poste les enfants, la femme n'a pas le temps de descendre. Il se serait passé quelque chose, vous croyez qu'il y aurait eu quelqu'un ?


    Ca ne justifie pas du tout l'embarquement, mais il faut quand même lire entre les lignes : les enfants étaient sans surveillance (sinon on n'aurait pas pu les embarquer, même discretement, CQFD). Il y a largement à dire de ce côté là et oui, très probablement si les parents avaient été en surveillance, les policiers auraient juste fait une remontrance (je les vois mal affronter plusieurs parents pour embarquer les enfants juste pour ça).


    Après c'est sur qu'il est plus confortable de croire à la petite histoire des parents impuissants malgré leur surveillance face à une rafle de la police sur des petits enfants en catimini (possible même qu'ils aient mis de la mousse sous leurs chaussures pour ne pas être entendus hein ...) mais franchement, ça n'a aucune chance de s'être passé ainsi. Des fautes il y en a des deux côtés, et vue l'histoire je serai tenté de dire que les policiers ont mal réagis mais ont aussi fait ce qu'il leur semblait mieux à la vue de la situation.

  • euh... "vaquer à la révision de leurs partiels"... à 7 ou 10 ans????

  • Je me demanderai toujours ce que foutent les parents dont les enfants sont laissés à leur propre sort dehors.

  • à 7 ans en CE1 et à 10 ans en CM2, il y a un examen national venant clôturer des cycles d'apprentissage de trois ans, et c'est trés sérieux, ça figure dans le dossier scolaire des bambinos.

  • Bad boy bad boy, what you gonnado when they come for You :

    http://www.youtube.com/watch?v=S9XEGBrA99E&feature=related

  • Quand j'étais môme, nous passions avec mes voisins parfois la journée dehors loin de la maison, sans surveillance et les gendarmes n'auraient jamais eu l'idée de nous ramener à la brigade! On vit une époque formidable.

  • Moi, quand j' étais petite, j'ai fait plein de bêtises. Quelque fois, j'étais dénoncée par les voisins et j'avais droit a être grondée et aux bonnes fessées le soir. Je suis une criminelle non repentie. J'adorais faire les bêtises.
    si c'est que j'ai fait se passait aujourd'hui, je serais en taule incommunicable des 7 ans.

    C'est vrai qu'aujourd'hui, les enfants n' ont pas de chance. Trop tôt demandés a être des adultes parfaits, obéissants , bref, sans enfance.

  • Moi j'étais chez les scouts, on aidait les vieux et entre deux prières on fumait de la colle.

  • article interessant merci pour l'info

  • purée!!

    du coup moi je l'ai echapée belle car j'aurais pu prendre une peine plancher pour multirécidive!

  • Quand j’étais petit
    Je n’étais pas grand

    Je montrais mes fesses
    à tous les passants

    Ma mère me disait
    Veux-tu les cacher

    Je lui répondais
    Veux-tu l’embrasser

  • Caramba, Yesroll ! Je suis choquée ,:))
    A cet âge la, tu étais un adultephile dangereux en rime et en chanson.

    Est-ce que aujourd'hui tu est devenu fréquentable ?

  • Les commentaires sur ce billet sont pleins de bon sens.

    Force est de constater qu'il y a 20 ans déjà, la grande majorité des jeunes gens de 7 à 12 ans - comme moi - étaient très souvent sans surveillance, ni vidéoprotection 24h/24. Nous courions gaiement dans d'immenses parc durant de longues heures. Nous explorions les rues et avions l'audace d'organiser des matchs de foot2rue... A part ça, il n'y a plus de jeunesse "à cause" de l'irresponsabilité des parents...

    En plus, l'argument des policiers et des syndicats ne tient pas si le témoignage de la grande soeur des jumelles est exact : « Je leur ai demandé ce qu'ils faisaient, ils m'ont dit qu'elles dessinaient sur les murs et qu'il fallait aller les chercher au commissariat. »
    Si ces flics savaient que les enfants habitaient l'immeuble avoisinant et ont quand même décidé de poursuivre leur excès de zèle, ça n'est vraiment pas glorieux. Mais bon : on vit une époque formidable, il faut s'y faire.

  • Oui Adriana, je me suis beaucoup assagi.

  • Denis75, bravo.
    On vit une époque débile.
    Mais les débiles sont au pouvoir.
    Et pour les élire, il faut d'autres débiles.
    Alors tout est en ordre, dans le meilleur des mondes débiles possibles.

    On va relire la guerre des boutons, une histoire de dangereux mafieux, selon les repères sécuritaire de Sarkozy.

  • Oui Adriana, je me suis beaucoup assagi.


    D'accord monsieur le loup, dans ce cas la, on peut se fréquenter dans le blog. :)

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu