Avertir le modérateur

Exécution des peines : Un système aberrant

amouyal-jean-yves-1958-les-pieds-sur-terre-2025429.jpgEntre 97 000 et 102 000 peines de prison ferme non exécutées et 80 à 89 000 peines en attente d’exécution au 31 mars 2011 : c’est la politique Sarkozy, et on applaudit ! Vive la loi, vive la République. En attendant, il faut leur remettre les pieds sur terre…

Qui peut banaliser ces chiffres ? Le prononcé de la sanction pénale est devenu un leurre : le tribunal dit une chose « au nom de la loi, le tribunal vous condamne à… », et la condamnation effective n’a rien à voir car s’applique l’article 723-15 du Code de procédure pénale, issu de la loi 2009-1436 du 24 novembre 2009. Loi signée par deux grands poètes contemporains, Nicolas Sarkozy et Rachida Dati.

« Les personnes non incarcérées, condamnées à une peine inférieure ou égale à deux ans d'emprisonnement ou pour lesquelles la durée de la détention restant à subir est inférieure ou égale à deux ans, ou pour lesquelles, en cas de cumul de condamnations, le total des peines d'emprisonnement prononcées ou restant à subir est inférieur ou égal à deux ans bénéficient, dans la mesure du possible et si leur personnalité et leur situation le permettent, suivant la procédure prévue au présent paragraphe, d'une semi-liberté, d'un placement à l'extérieur, d'un placement sous surveillance électronique, d'un fractionnement ou d'une suspension de peines, d'une libération conditionnelle ou de la conversion prévue à l'article 132-57 du code pénal. Les durées de deux ans prévues par le présent alinéa sont réduites à un an si le condamné est en état de récidive légale ».

C’est donc très clair. Tu es condamné à deux ans de prison ferme, mais tu es libre le jour du jugement. Alors, « si la photo est bonne » comme chantait Barbara, tu bénéficies d'une semi-liberté, d'un placement à l'extérieur, d'un placement sous surveillance électronique, d'un fractionnement ou d'une suspension de peines, d'une libération conditionnelle.Donc la peine prononcée, c'est une base discussion.

Une belle couillonnade, et une couillonade légiférée, ce qui est rare.Staff%20-%20Les%20Pieds%20Sur%20Terre%20Pochette%20CD.jpg

D’un côté, il y a le discours, de haute portée philosophique : « Nous allons vous débarrasser de la racaille ». Quand je pense que le France que nous adorons, celle dont l’histoire parle au monde, ce pays qui a tant fait pour les idées et les libertés a choisi de voter pour l’ahuri capable de tenir de tels discours… Je veux bien critiquer Sarko, mais je serais incohérent si je ne critiquais pas ceux qui ont adhéré à ces propos frelatés.

De l’autre côté, il y a la réalité la plus triviale, à savoir le nombre de places en prison. Après un grand effort de construction ces dernières années, on atteint 56 150 places disponibles, et le nombre de détenus est de 64 584. Voilà toute l’ampleur du problème. Si vous mettez à exécution demain  les peines de prison ferme  prononcées par les tribunaux, on se trouve à plus de 150 000 détenus. Soit  trois fois plus que le nombre de place disponibles. Une situation à la russe.

Aussi,  Dati se fiche du monde quand elle évoque sa bénie loi de novembre 2009 et les grands engagements de Sarko : « Ce qui me gêne dans ce rapport, c’est de remettre en cause les engagements du président de la République, ceux que j’ai mis en œuvre ». Il n’y a jamais eu la moindre intention de s’engager dans une véritable politique pénitentiaire. Le seul objet de la loi était de légaliser le double langage : percuter de peines de prison tout ce qui bouge, et trouver des palliatifs législatifs pour ne pas exécuter ces peines. Indécent.

A Gauche, c’est la même débandade devant les réalités.

359479.jpgMosco, le porte-parole qui n’a plus de parole à porter, prépare sa primaire pour négocier un bon ministère à Hollande. « Si on a une police sous pression, on a aussi une justice sous pression, une justice à qui on ne donne pas les moyens de faire son travail ».  Ah oui ? Précise ta pensée, si ça ne te colle pas la migraine... C’est quoi  « les moyens de faire son travail » : moins de peines, ou plus de places en prison ? Allô ?... Aucune réflexion. T'as raison: ça te fatiguerait.

Ségolène Royal, médicalement vivante, propose que les jeunes délinquants soient encadrés militairement.  Encadre tout ce que tu veux, mon cœur, mais le problème est différent. Tu ne réponds pas à la question. Tu fais quoi des peines non exécutées ? Tu entaules dans les casernes de La Rochelle ? Tu changes la loi pour arrêter la pénalisation de la vie sociale ? Allô ?... Vide sidéral.

Et voici se précipitant vers un micro charitable financé par le RSA, mon préféré, l’idole des jeunes et la vedette des banlieues, l’ineffable Jean-Jacques Urvoas, Monsieur Sécurité du « Parti Socialiste » : « La droite cherche encore une fois des boucs émissaires pour dissimuler son échec dans la lutte contre l'insécurité ; avant-hier, c'était les 35 heures dans la police, hier les immigrés, aujourd’hui les juges. » Wahou, c’est chaud, mon Jeannot ! Un petit truc… Es-tu d’accord pour réformer toutes les lois idiotes qui autorisent des peines de prison au max ? Allô ? J’attends ta réponse. Au lieu de faire le dindon, réponds : es-tu prêt, devant l’opinion et les électeurs, à prendre l’engagement d’abolir ces lois répressives ?  Je sais que tu n’es pas prêt. Pas de problème. Mais alors, merci de nous dispenser de tes discours aussi creux qu’alambiqués. Dégage.

Pour ma part, mon avis de président de la République du blog est bien clair. Les lois répressives sont en surnombre, et les tribunaux prononcent des peines inutiles, qui font du mal aux personnes sans rien apporter à la société. Il faut :

- bloquer à 50 000 le nombre de places en prison,

- supprimer la loi sarkozienne sur la récidive,

- abroger toutes les lois qui confondent  « sécurité » et « peur »,

- revoir toutes l’échelle des peine,

- amnistier les 100 000 personnes condamnées à de la prison dite ferme, mais en réalité aléatoire.

Ainsi, la loi ne sera plus un coussin pour les velléités électorales. Le respect de la loi, une autre époque.

timeo.jpg
Vous vouliez ma photo ? ... C'est fait !

Commentaires

  • Non , pour une fois je ne suis pas d'accord avec vous monsieur le président de ce blog .
    Le problème n'est pas législatif mais logistique , construisons des prisons pour permettre à des détenus d'être incarcéré dans des conditions plus dignes mais n'oublions pas que l'élément qui peut le plus empêché les individus de commettre une infraction est la certitude de la réponse pénale , soit d'être condamné et subir une peine .
    je crois que vous pensez trop a ces pauvres délinquants mais pas assez a leurs victimes .

  • Nos députasses sont des pantins qui crachent des lois inapplicables à longueur de temps, ils sont absents de l'assemblée nationale, institution d'inutilité publique, la moité du temps.
    Si quelqu'un devait être placé sous surveillance électronique, c'est bien ceux-là.

  • C'est toujours le même fil rouge, rien ne sert de condamner un agresseur à de petites peines, autant lui mettre un bracelet électronique et le laisser à loisir retourner intimider sa victime lorsqu'elle ressortira de l'hopital. Car c'est ce qu'il se passe, la protection des victimes c'est juste de l'écrit.
    Cette volonté de petite justice à la semaine, c'est encourager la loi de la jungle. Ainsi les deux criminels en puissance qui ont démoli le visage et le crâne d'un jeune girondin à coups de marteau à Paris alors qu'il retirait 20 €, et qui ont 15 et 16 ans ne devraient même pas aller en prison si on suit certains, hé bien j'aimerais que les angélistes aillent le dire à ses parents.
    Cette obcession à refuser de voir la peur de beaucoup de gens en matière d'insécurité, c'est suicidaire pour notre société.
    Sarko est certes un beau parleur, mais un jour on aura quelqu'un qui dira et fera. Et ce jour seront punis les punissables et protégés, les faibles. Ce jour uniquement

  • Elle date de quand, la dernière loi en date ? Deux ans ? Comment est-ce qu'on peut évaluer les effets d'une loi votée il y a deux ans, donc mise en oeuvre concrètement, dans le meilleur des cas, il y a un an, voire six mois.

  • repris sur mon blog avec un petit rajout à la fin :
    Et je rajouterai pour compléter cet excellent article de Gilles DEVERS, que n'a toujours pas été résolu les remarques d'Adolphe Franck du siècle dernier qui posait que "dans les cas ou la loi prononce l'amende, l'amende sera-t'-elle la même pour le pauvre que pour le riche ? Mille francs d'amende pour un millionaire, c'est une misérable obole dont la privation n'est pas sentie, c'est une miette tombée du banquet de Balthazar. Pour le pauvre qui gagne son pain à la sueur de son front, qui vit de on travail auy jour le jour, c'est une effroyable confiscation" (A Franck Philosophie du droit pénal, 1880)
    Et c'est pour cette raison que Sarkozy créa la remise de 20% pour ceux qui ont les moyens de payer dans les trente jours leur amende. Les pauvres ? Ils paieront plein pot, et avec des pénalités s'il le faut....
    On me rétorquera qu'il existe un principe de personnalisation de la peine....
    Ca entretient la discussion, et ça éloigne le mythe d'une justice de classe, qui est de moins en moins un mythe et de plus en plus une réalité.

  • Fran, simplement : "Et ce jour seront punis les punissables et protégés, les faibles."
    Je vous retournerais la question : les faibles c'est quoi. Car la victimisation a outrance, c'est bien plus négatif que de cerner ce que le maître des lieux tente de nous expliquer.

    Car parler de faibles les personnes qui se ne veulent pas prendre la moindre des précautions élémentaires. Ex: la personne peut importe l'âge qui compte les billets en pleine rue à la sortie des distributeurs ou sorti de banque, ou qui vous sort un paquet de billets♠ pour leurs courses. Les personnes qui au moment payer par CB regarde leur CB ou est inscrit en très gros leur code avec l'inscription "Code cb". J'en passe et des meilleures.

    Vous leur dites et c'est tout juste si vous ne vous faites agresser et traiter de tous les noms ...

    A méditer

  • Vous ne voulez pas supprimer les juges tant qu'on y est !!!

  • Jacky

    A mon humble avis, on doit surtout lutter contre la violence plutôt que de réprimander ceux qui involontairement encouragent soi-disant le passage à l'acte.
    La mise à l'écart des canailles lorsqu'ils ont fauté, c'est un défi aujourd'hui en France, faut faire en sorte que ça devienne la norme. T'as agressé ? Tu dégages entre quatre murs y méditer.

  • @ Fran : "T'as agressé ? Tu dégages entre quatre murs y méditer." c'est bien là le problème de l'incarcération en France : au moins pour ce qui concerne les peines courtes rien n'est fait pour la peine prenne du sens, pas de psychologues à qui parler (ou si peu), pas de thérapies proposées aux délinquants sexuels (ou si peu), peu de travail et bien souvent celui ci est un travail sans intérêt.

    Le détenu en maison d'arrêt cherche avant tout à éviter les embrouilles ou bien à continuer ses petits trafics de shit ou de téléphone portables. La mission d'amendement dédiée à la prison est un échec total pour les petites peines, c'est un peu moins pire en CD ou en Centrale mais ce n'est guère mieux. Par exemple, il y a quelques années, au CD de Caen "spécialisé" dans la détention de délinquants sexuels les salles qui servaient aux scéances de thérapie de groupes ont été transformées en cellules!

    Alors oui il faut revoir l'exécution des peines en France mais bien pour que celles ci prennent un sens et que la prison ne soit pas que la mise à l'écart temporaire d'un membre de la société qui a fauté. L'enjeu est là.

  • Le but est que les victimes soient à l'abri à court terme et à moyen terme de leurs potentiels agresseurs.
    Il faut pour les cas graves une vraie assistance active à la réinsertion.
    En particulier en cas de violence et d'affaires de mœurs, surtout si les enfants et les femmes sont concernés.
    Si c'est des histoires de pognon, faut voir., l'e-bracelet est sans doute suffisant.
    Il faut en finir avec la détention provisoire sauf si il y a bien sur, danger immédiat.
    Il faut en finir avec des lois bâclées et des services de police et judiciaires débordés.
    Il faut un minimum de présomption d'innocence.

    Bref, la prison moyenâgeuse à la Française et sur saturée, voyez ce qu'en dit Amnesty, ça me parait, et indigne, et socialement contre-productif.

  • Je ne suis pas pour tout Prison. Mais ceux qui y sont, ne doivent pas vivre comme des pachas mais travailler et gagner un salaire. Non, en fonction de leur désir mais en fonction du règlement de la prison.
    Là, il y aura peut-être moins de candidats d'aller en prison avec la télé, internet, chambre d'amour et autres gâteries pour ces malheureux prisonniers qui ont tué, violé, agressé, volé.
    Il est temps d'arrêter de les victimiser et les habituer au travail physique tout en s'occupant de leur instruction. Et évidemment, il faut faire du sport.
    A mon avis, cela serait une bonne école de vie, ce type de prison.

  • Aussi, Dati se fiche du monde quand elle évoque sa bénie loi de novembre 2009 et les grands engagements de Sarko : « Ce qui me gêne dans ce rapport, c’est de remettre en cause les engagements du président de la République, ceux que j’ai mis en œuvre ». Il n’y a jamais eu la moindre intention de s’engager dans une véritable politique pénitentiaire. Le seul objet de la loi était de légaliser le double langage : percuter de peines de prison tout ce qui bouge, et trouver des palliatifs législatifs pour ne pas exécuter ces peines. Indécent.""


    Jusque là je suis d'accord!



    " Au lieu de faire le dindon, réponds : es-tu prêt, devant l’opinion et les électeurs, à prendre l’engagement d’abolir ces lois répressives ? Je sais que tu n’es pas prêt. Pas de problème. Mais alors, merci de nous dispenser de tes discours aussi creux qu’alambiqués. Dégage."


    Et voilà que le raisonnement est absurde: partir de "petites phrases" de critiques du gouvernement actuel pour en tirer un programme des candidats de gauche est de l'escroquerie intellectuelle! On peut, bien sûr, critiquer les propositions de la gauche mais en se fondant sur leurs propositions et non sur ces "petites phrases"!""


    "Pour ma part, mon avis de président de la République du blog est bien clair. Les lois répressives sont en surnombre, et les tribunaux prononcent des peines inutiles, qui font du mal aux personnes sans rien apporter à la société. Il faut :

    - bloquer à 50 000 le nombre de places en prison,"


    ce qui reviendrait à imposer à chaque juge des quotas: belle idée


    "- supprimer la loi sarkozienne sur la récidive,"

    je serais d'accord avec vous sur le principe mais pas pour les mêmes raisons... L'abolir parce qu'on ne peut en assurer l'effectivité est une fausse bonne raison


    "- abroger toutes les lois qui confondent « sécurité » et « peur »,"

    du blabla, quel serait votre critère pour dire qu'une loi confond les deux? votre volonté, majesté?



    "- revoir toutes l’échelle des peine,"

    pourquoi pas, sauf que c'est du vent, vous savez que les maximums légaux ne sont jamais prononcés!


    "- amnistier les 100 000 personnes condamnées à de la prison dite ferme, mais en réalité aléatoire."



    Y a qu'à faire ça, dire que finalement ce sont tous des bons agneaux, si je résume: tu es condamné à un TIG ou à une amende, tu dois travailler ou payer et la mention sera sur ton casier, tu es condamné à de la peine ferme (ce qui en général signifie que tu n'en es pas à ton premier coup), merci monsieur, rien à voi, lessivage du casier pour bonne conduite? non parce que y a pas de place en prison!

  • Le bilan de la loi, trop récente, reste à faire. Oui, et le pb était antérieur à la loi, oui. Mais cette loi n'a été adoptée que pour masquer l'impossibilité de la fibre répressive. Les prisons sont pleines et débordent. Que faire ? De l'alternative à la prison. Oki ! Mais ici on insitutionalise l'alternative après le prononcé de la peine.

    Je propose donc qu'on évite cette phase qui n'est pas illégale mais qui est illogique, et a pour seul objet de tromper l'opinion et de créer un pb insoluble.

  • @sevand,
    d'après nos équipes d'investigation, l'excellent côte de Roussillon et la joyeuse ambiance qui avaient accompagné une soirée amicale a pu donner une embellie aux volontés réformatrices du président de la République du blog.

    Quand meme, tant de peines prononcées et impossibles à exécuter... Impossible de dire que c'est secondaire!

    La Gauche n'est pas prete à assumer son discours. On pourrait faire la liste des lois de droite qu'elle a critiqué et qu'elle a laissé une fois arrivé au pouvoir.

    Or, ici, il y a un problème crucial à régler: ces peines en attente c'est un vrai pb. Et je ne vois rien à Gauche pour faire face. Je dirai bien au contraire, car les coqs genre Valls ont décidé de jouer la surrenchère.

    Pour ce qui est de la récidive, il y avait bien assez dans le Code pénal. Alors, oui, abrogation pure et simple de la loi.

    Après, et plus globalement, se pose je crois une question réelle : le fait qu'il y ait passage de 50. 000 à 70.000 détenus modifiet-il réellement le degré de sécurité et de respect de la loi dans la société ? Pour ma part, je ne suis pas sûr.

  • Exact Mussipont la peine d'emprisonnement doit être plus que de la mise à l'écart, une mise à l'écart ave un volet thérapeutique axée sur la cause de l'emprisonnement . Ca sera plus efficient et ça permettra ainsi de couper l'herbe sous le pied de ceux qui écrivent ceci :

    "les tribunaux prononcent des peines inutiles, qui font du mal aux personnes sans rien apporter à la société "

    Les petites peines sont notamment appliquées à des gens violents, qui sèment ici et là des victimes meurtries et terrorisées. Ecrire qu'on ne doit pas emprisonner les violents car on va les casser, moi je trouve celà insupportable.

  • Je me garde bien de mettre en cause la gravité de telle ou telle peine, dans telle ou telle affaire. C'est la compétence des juges et basta.

    Mais je pose la question globale sur l'utilité de la peine.

  • La prison est un outil de pacification de la société, qui permet de mettre à l'écart ceux qui en ne respectant pas les lois, transforment la société en zone d'insécurité ( homicides, escroqueries, violences, cambriolages...). Il faut construire des prisons, voilà tout. Plutôt que faire des cadeaux fiscaux, qu'ils construisent des prisons.
    Il ne faut pas verser dans la sublimation et céder aux charmes du discours de ceux qui pensent qu'en chaque être humain il y a une part de bon et que l'avenir pour le pire des êtres humains est toujours de recouvrer la liberté. Ce n'est pas possible. Certains d'entre nous sont nuisibles, et n'ont rien à faire en liberté. Par exemple là je pense aux paras de Francazal notamment. Notre système ubuesque les relachera.
    Par ailleurs la récidive doit donner lieu à la recherche de responsabilités. Les victimes de récidivistes, ou leur famille, devraient pouvoir attaquer en justice les personnes qui ont relaché leurs agresseurs, lorsque la décision a été plus qu'hasardeuse et a donné lieu plus à un pari sur l'humanité qu'à une décision sensée.

  • @Devers,

    Qu'il y ait un problème, j'en suis convaincu! Mais le régler en amnistiant les condamnés, il me semble un peu facile d'accuser ce pauvre côte de Roussillon d'être à l'origine de votre programme électoral!!!!!

    On en revient toujours au même problème: comment éviter la délinquance et surtout la récidive? la prévention seule, ça ne marche pas, la répression seule, ça ne marche pas...que faire?

    Personnellement, j'aimerais que les peines prononcées soient exécutées, conformément à la décision rendue (si le TC dit prison ferme, c'est prison ferme, s'il dit DEUX ans, c'est deux), car les peines ne sont pas décidées aléatoirement, mais en fonction des faits, de la personnalité! D'ailleurs, aujourd'hui, les délinuqants ne viennent plus et attendent le débat devant le JAP, c'est tout dire!

    Mais personne n'a la solution miracle, et vous non plus! donc la prison reste la façon la plus simple d'évincer pendant quelques temps les gens dangereux;..; même si ce n'est plus que ça!

  • A propos de la "prise en charge thérapeutique" des délinquants sexuels, j'aimerais vraiment que quelqu'un me donne un exemple de thérapie qui ait donné des résultats probants sur eux? A ma connaissance rien, pas même la castration chimique, ne résout complètement le problème.. alors?

  • La castration chimique, ça fonctionne pour certains, j'ai lu l'interview d'un pedophile un jour dans laquelle il disait que ça faisait disparaitre ses pulsions. On dit souvent que c'est inefficace car on trouve encore des illuminés pour nous dire que c'est un traitement inhumain.

  • Concernant la thérapie des délinquants sexuels en prison, on ne peut faire que mieux vu qu'actuellement on ne fait pratiquement rien! Triplons, quaduplons le nombre de psys en prison (et pour cela il faudra les paye correctement!) et donnons leur les moyens de bosser et voyons ce qu'on arrive à faire.

    Le problème est qu'inévitablement malgré tous les dispositifs mis en place un ex-détenu finira par récidiver et Ciotti, Sarko ou Miss Le Pen seront là pour crier au 20heures leur indignation et réclamer une sanction exemplaire, une sévérité acrrue et patati et patata. Tant que le français se feront leurrer par ces démagogues sans scrupules on ne pourra pas avancer d'un pouce sur ce sujet.

  • @mussipont: je ne parle pas de volontés politiques, ni de moyens financiers ou humains à mettre en oeuvre.. Avant tout cela la vraie question c'est : qu'existe t'il d'assez efficace contre la récidive qui puisse constituer une alternative à l'emprisonnement?
    @Fran: malheureusement la seule preuve valable de l’efficacité de la castration chilmique c'est l'absence définitive de récidive et pas la parole du pédophile non?

  • Exact crom mais ça vaut le coup de l'imposer et faire en sorte que le suivi soit confié à d'autres personnes que des métiers de la justice. Faut un suivi rigoureux, scientitfique.

  • @ crom : je ne parle pas d'alternative à l'emprisonnement, je demande juste que la peine de prison serve à quelque chose! C'est bien beau d'imposer un suivi socio-judiciaire post détention mais si on a laissé quelqu'un 10 ans derrière les barreaux sans lui apporter d'aide thérapeutique j'ai bien peur qu'on arive à un résultat assez médiocre à la sortie...

  • Pas d'accord.
    Environ 10% de la population emmerde les 90 autres %.
    Il faut donc augmenter le nombre de place en prison. Et appliquer intégralement la peine 10 ans c'est 10 ans.
    La perpétuité c'est "perpet" mais il faut donner les moyens aux surveillants, il ont une tâche très difficile. Je pense
    que le personnel pénitentiaire s'ili en a les moyens et plus a même de définir s'il y a risque de récidive. Dans ce cas on demande aux ou à la victime son accord pour réduire la peine. On ne pense pas assez aux victimes.

  • Vous avez raison lapin, on devrait même demander à la victime de fixer elle même la peine et on changerait le nom de "justice" en "vengeance privée". 2500 ans de civilisation pour en revenir au talion....

  • Ah lapin, j'oubliais un truc "10% de la population qui emmerde les autres" ça nous fait 6,5 millions de délinquants (ben oui je compte les mineurs aussi parce qu'ils ne sont plus les mêmes qu'en 1945 bla bla bla) pour moins de 60 000 places de prison. Je me demande si vous n'exagérer pas un peu le problème de la délinquance parce que même les américains avec 2,3 millions de personnes sous les verrous n'arrivent pas à 1% de leur population...

  • 10 % c'est angéliste, moi je dirais 25 %.


    ...


    je déconne mussipont je déconne...

    Mais je suis d'accord avec vous, a peine de prison, oui et re-oui ( ils sont sourds ) pour les abolitionnistes de l'emprisonnement, mais qu'elle soit rendue efficace pour l'insertion. Le boulot, le logement, le garant c'est maigre, il faut une thérapie liée au délit, crime...

  • "10 % c'est angéliste, moi je dirais 25 %."

    Non 25% de nuisibles c'est correct si on compte les électeurs du FN. ;)

  • Voter ce n'est pas un délit, si ? ;-)

  • Non en effet ce n'est pas un délit.


    Voter FN c'est juste une insulte à l'intelligence. :o)

  • Non plus, c'est juste une preuve d'extremisme de son idéal. Comme l'est l'islamisme, le sionisme, le racisme, etc
    Un type comme Goldnish n'est pas bête, il est extremiste.

  • Bonjour

    Article très interesant.

    Bonne continuation pour le blog qui est très instructif.

  • @ mussipont :
    "Voter FN c'est juste une insulte à l'intelligence. :o)" une belle réflexion de démocrate çà !!

  • Heureusement qu'il y a les électeurs du FN pour servir d'exutoire à la haine et à l'intolérance autrement nos amis bien-pensants et moralement irréprochables qui votent PS seraient bien embarrassés pour les condamner ... la haine et l'intolérance.

  • "Non plus, c'est juste une preuve d'extremisme de son idéal. Comme l'est l'islamisme, le sionisme, le racisme, etc" (Fran)

    L'islamisme, c'est la même chose que le judaïsme, le christianisme etc...
    Ensuite il y a les intégristes, ou les fondamentalistes.

  • J'ai lu qu'islamisme était comme sionisme, avec ce caractère politique de vouloir étendre son influence sur un ou plusieurs états.

  • @ crom,

    La haine et l'intolérance sont bien présentes chez les électeurs du FN.
    http://www.youtube.com/watch?v=Z_flIQsyvIE&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=g08gtv-KMU0&feature=related

  • Oui. Mais comme toutes les religions qui ont ce caractère de prosélytisme prônant l'expansion ou du moins le respect de la religion en question.
    Après il y a les intégristes, les fondamentalistes qui foutent la merde.

    Le terme sionisme est aussi à prendre avec des pincettes. Il y a un sionisme laïc, un sionisme religieux, un sionisme historique, un sionisme politique... Judaïsme et sionisme ne sont pas des notions qui se recoupent forcément.

  • @denis 75 :
    je ne dis pas le contraire, je dis juste qu'elle est aussi présente chez les autres, les remarques récurrentes concernant les ELECTEURS du FN (pas les skins ou les plus extremistes de l'extrême droite) qui représentent peu ou prou 15% des electeurs, ces remarques ,donc, en sont la démonstration.

  • @ crom : je vous rassure, je trouve tout aussi con de voter FN que de voter trotskyste ou coco! Et je ne vote pas PS non plus en général.

  • "Environ 10% de la population emmerde les 90 autres %."

    Oui, comme le souligne Mussipont, c'est utiliser des chiffres sans en connaitre l'ampleur ni la véracité.

    J'apprécie beaucoup le fait que, depuis le départ, l'idée de petite peine de prison est rattachée à délinquance, dans laquelle on colle pour certains, et si j'ai bien lui, arnaques, violences aux personnes, braquages. Y'a comme une très légère différence selon moi entre un beigne méritée ou non, des violences en réunion, ou d'avec un braquage à main armée.

    Mais ce que je trouve assez curieux, c'est qu'à aucun moment l'on ne s'insurge contre le fait que nombre de peines de prisons ne sont pas appliquées pour la délinquance en col blanc. Pourtant, entre le braquage à quelques centaines d'euros, et le pillage de la nation de plusieurs millions d'euros, y'a comme une infime différence. Elle réside peut être dans le fait que d'un côté on a des violents armés qui peuvent tuer, de l'autre des charismatiques non armés, mais qui aident au suicide.

    La petite délinquance n'est que le reflet de notre économie. Il serait utopiste de penser que si la société était parfaite, l'on aurait plus de délinquants, mais avec une société plus équilibrée, on en verrait nettement moins.

    C'est donc un débat technique, car le volume des peines prononcées trouve ses causes bien en amont de la justice.

  • Vincent,

    Que penser alors de la reflexion menée par les dirigeants de PSA qui on le sait tous trouve sa source dans le besoin de créer de nouvelles sources de dividendes pour leurs actionnaires. moi cette violence là elle me parle, encore davantge que celle du politicard qui plonge la main dans le pot de confiture.
    Ce que s'apprêtait à faire donc en douce ( merci la CGT de s'être procuré la note interne ), Peugeot, n'est rien d'autre que la mise sur la paille de quelques centaines de foyers au mieux, quelques milliers au pire, non par necessité absolue de sauver le naivre, mais par volonté de servir encore du meilleur champagne dans la cabine de pilotage.
    C'est la pire des ignominies. Ces décideurs devraient être trainés devant les tribunaux, et les rentiers devraient voir une partie de leur fortune réquisitionnée et redistribuée à la base modeste qui ocntribue autrement plus à la bonne marche de l'entreprise.
    lol pour le coup même Besson s'est mis en colère.

  • Merci pour cet excellent billet sur la situation des mises en application des peines privatives de liberté. La surpopulation actuelle touche les maisons d’arrêts, seuls établissements à accueillir à bras ouverts quelque soit l’effectif. Résultat, des conditions de détention inhumaines et dégradantes. La France, plus prompte à exiger l’excellence auprès de ses homologues européens qu’a faire vœu d’exemplarité, est d’ailleurs régulièrement épinglée par la CEDH. Les PSE (placements sous surveillance électronique) sont encouragés, mais… il faut des moyens humains et matériels derrière, sans parler des conditions nécessaires dont peu de justiciables, souvent fortement marginalisés et peu soutenus par leurs familles, peuvent s’assurer : un logement et une ligne téléphonique fixe, idéalement un travail, mais l’état du marché de l’emploi étant ce qu’il est… Quant aux mises en application tardives, parfois jusqu’à trois ou quatre ans après les faits, elles ne servent qu’à détruire ce qui a été reconstruit souvent dans la souffrance, mais aussi la confiance de soutiens indéfectibles, pour qui l’incarcération vient ruiner tout ces beaux efforts de réinsertion. Le moral des troupes est au plus bas. Si rien ne change en 2012, il deviendra difficile, voir intenable, de continuer à travailler derrière les barreaux…

  • Décriminaliser les drogues et les faire gérer par le système médical: des bureaux infirmiers et médicalisés genre bureaux de tabac !

    Une très grande partie des délits sont liés à la drogue: elle crée un besoin d'argent considérable qui motive les comportements de vol, de prostitution, de trafics en tout genre et de violence.

    La prise en charge de la délivrance des drogues par le système médical (Il faut former les médecins pour savoir le faire et en profiter pour faire connaître les substituts moins nocifs) va en faire baisser les prix: le trafic de drogue ne sera plus aussi rentable, cela diminuera les délits de trafic.

    On aura beaucoup moins de gens en prison. On économisera de l'argent qui pourra être utilisé à prendre soin des drogués qui doivent être traités comme des malades et non comme des délinquants.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu