Avertir le modérateur

La société découvrirait-elle le crime ?

Indécent. Le cirque gouvernemental qui fait suite au crime de Chambon-sur-Lignon est tout simplement indécent. Ce n’est pas la première fois, et c’est devenu quasiment rituel. Mais quand même… 9782247063109.jpg

Le plus simple d’abord. C’est une affaire judiciaire, mais c’est le ministre de l’Intérieur qui mène le bal médiatique. Le brave ministre de la Justice est prié de rester dans son bureau, et il devra se contenter d’un communiqué de presse. Il est vrai que seul compte l’impact électoral, et c’est Guéant qui est à la manœuvre. De ce point de vue, c’est logique.  

Le but est de faire peur. Le principe directeur, c’est la mise en scène de nos peurs. Le crime effraye : on pleure pour la victime, et on redoute pour soi même, car ça peut arriver à tous. Il faut donc regrouper les braves gens, et stigmatiser l’autre. C’est le mythe de la société pure et gentille, qu’il faut protéger des monstres. Guéant a besoin de faire du consensus autour du gouvernement, et l’occasion est unique. Il y a « nous » et « les autres », et moi je vais vous protéger. Le raisonnement d’un mastard de cour d’école...

Tout de suite, il faut changer la loi.

Guéant sait très bien qu’il n’y a rien à changer dans la loi, parce que la loi permet tout. Aux termes de la loi, le mineur en cause peut rester en prison jusqu’à son procès, et il risque la perpétuité. Que prévoir de plus ? C’est là encore la volonté de faire peur : notre sociétésans-titre.png est si fragile que le crime d’un enfant la met en péril. La patrie est en danger, et il faut que les moutons se regroupent autour du chef Guéant. La réalité est pile l’inverse : la loi a anticipé, et depuis longtemps. Le crime fait une victime, une jeune fille, et sa famille. Elle atteint l’ordre public, et bouleverse la société. Mais la société est assez forte, et n’est pas mise en péril par ce crime au niveau qu’il faille aussitôt changer la loi. Quelle puissance donnée au crime d’un enfant !

Alors changer quoi dans la loi ?

Il faut « évaluer la dangerosité ». Mais ce qui se fait depuis que le droit pénal existe ! Quelle inconséquence d’accréditer l’idée que l’appareil judiciaire découvre en novembre 2011 qu’il faut analyser la personnalité d’une personne avant de la remettre en liberté… Sur une affaire criminelle, ça ne se joue jamais sur l’avis d’un seul psychiatre, et toutes les parties peuvent demander une contre-expertise.

Il faut que le Parquet requière systématiquement le placement en milieu fermé. Comme la loi ne peut prévoir un enfermement systématique au seul vu de la mise en examen, alors on invente les réquisitions légales et obligatoires ! Or, le premier parquetier vous expliquera qu’il reste, parce qu’il est magistrat, libre de sa parole à l’audience, pour adapter la mesure à chaque situation. Faut-il alors prévoir un appel légal et obligatoire du Parquet pour tout refus d’enferment ? Ce n’est pas sérieux. 1254629_4594638.jpg

Il faut imposer le secret partagé. Oh la belle illusion ! Réfléchir un peu, c’est trop demander, alors on préfère la loi passoire. Il faut savoir douter avant de décider, et c’est la qualité de ce doute qui fait la qualité de la décision. Et vous allez voir que ce n’est pas trop compliqué. Le premier cas est celui de l’admission imposée dans l’établissement, par une décision de justice. Cette décision est motivée et donc, expliquée. Le deuxième cas est celui où l’admission est libre, et c’est l’affaire du Lycée de Chambon-sur-Lignon. Le juge n’impose rien. C’est une décision libre de l’établissement. La direction de cet établissement est entièrement libre de demander à la famille ce qu’il en est ce ses autre mois de prison. C’est même son devoir.

Une loi nouvelle est parfaitement inutile, et illusoire. En réalité, la question est la confrontation au crime. De tout temps, toutes les sociétés connaissent, et trop souvent hélas, le crime dans son abomination, sa perte du sens humain. Au regard de ce qu’est la violence sociale et la perversion des esprits, la société prouve chaque jour que les lois dont elle s’est dotée n’œuvrent pas si mal. Alors, pourquoi faire semblant chaque fois découvrir le crime ? Pourquoi entretenir le mythe de la société sans crime ? Et puis est-ce insupportable de dire que l’être humain est amendable ? On préfère arrêter de penser ?

1927145357_1.jpg

Maât, la Déesse de la Vérité et de la Justice

Commentaires

  • A partir du moment ou vous émettez un doute ou une critique vis a vis d'une l'institution qui va mal ,quel qu’elle soit l'ensemble ou presque des composantes humaine de cette institution se sent attaqué et réagit par la négation et ou la victimisation et ou l’anathème ...Et plus l'institution est "pathologique" et plus elle réagit violemment,et nie pour sauvegarder le liant pathologique ...Cela c'est une constante rencontrée lorsque l'on fait de l'analyse de pratique institutionnelle ..Force est de constater que l'institution judiciaire est plongé dans un marasme psychologique qui ne permet plus ni recul ,ni perception de se qui s'y passe réellement par les personnels Je ne connais pas toutes les arcanes de cette institution mais il est probable que comme toute institution malade les phénomènes de bouc émissaire , d'addiction et de détresse psychologique doivent être très présent et récurant

  • D'après les "experts" criminoloques, ce type de crime par mineur se compte sur les doigts d'une main tous les ans. Sans être indifférent, on peut trouver cette mise en branle des ministres et autres hauts fonctionnaires parfaitement dérisoire. Pas de société sans crime, pas de zéro mort où que ce soit.

  • Cela dit... les loi tant qu'elles ne sont pas votées et suivies d'un décret d'application n'ont aucune valeur. Du bel effet de manche donc, rien que ça car il me semble qu'il doit traîner un paquet de lois de faits divers non encore appliquables.

    N'empêche moi je pense qu'il y a des tas de lois urgentes à faire et qu'on ne fait pas comme celles concernant la moralisation des affaires financières, les limites des écarts salariaux dans les très grandes entreprises, les bonus dans les banques etc. On en a aussi beaucoup parlé depuis 2007.

  • A force de rechercher les fautes des uns et des autres, on oublie aussi le vrai coupable...l'auteur

  • " C'est une affaire judiciaire, mais c'est le ministre de l'Intérieur qui mène le bal médiatique. "

    Même sans ce ministre crétin, je suis certaine que ce bal ou déballage médiatique se serait produit et cela pour de multiples raisons ; pour le pouvoir : faire peur, mais surtout, des faits divers comme celui-ci à la TV font monter l'audimat et l'on ne parle plus du reste ...
    Je trouve ce procédé déplacé, pour utiliser un euphémisme.
    Quant à avoir recours à des psychiatres pour évaluer la dangerosité d'un jeune, c'est pour les psy trop souvent impossible ; le jeune comme les psy ne peuvent pas vraiment savoir s'il y aura récidive ou pas.
    Disons que c'est la seule chose que peut faire la justice...
    Le psychiatre devrait rester humble et avoir l'honnêteté de dire que ce n'est que son opinion et non une certitude.
    Ce que j'écris n'est que du blabla, le titre de l'article résume le tout :
    " La société découvrirait-elle le crime ? ".

  • @Antimythe,
    pourquoi doit-on conclure que l'institution judiciaire va mal? parce qu'un jeune a récidivé?
    J'ai du mal à comprendre que suite à ce drame (auquel on peut tous émotionnellement compatir), on en conclue que la Justice fonctionne mal! Un train en retard et c'est toute la SNCF qui doit être modifier? un centrale nucléaire fuite et c'est toutes l'industrie nucleaire qui doit cesser?
    Soyons serieux que diable!

  • Le lundi soir, on annonce une loi; le mardi, ce n'est plus qu'une circulaire.

    Récidive des mineurs: une circulaire envoyée la semaine prochaine ...
    nouvelobs.com - ‎Il y a 2 heures ‎

    PARIS (AP) — Le garde des Sceaux Michel Mercier a indiqué mardi qu'il enverrait "dès la semaine prochaine" une circulaire aux procureurs généraux

  • Non, Je decouvre plutot les dysfonctionnements de la justice.

    comme n´y a pas si longtemps, un avocat m´a affirmé qu´il n´employerait pas DSK parce qu´il avait un staff feminin nombreux.
    On met pas dans un lycee Mixte qqn supconné de viol.


    CQFD

    maintenant on peut essaier de rouler les gens dans la farine. c´est comme d´hab

  • "On met pas dans un lycee Mixte qqn supconné de viol.
    "

    le choix appartenait au directeur de l'établissement qui en lisant la lettre des parents aurait pu les interroger.
    La justice n'a rien imposée...

  • Les affaires de moeurs occupent une part importante dans la délinquance des mineurs. Il serait intéressant de savoir combien de mis en examen ou de jugés fréquentent les établissements scolaires.

  • Les "sécuritaires" veulent ils envoyer ces jeunes sur la lune ? Ou les interdire de plage, de boite de nuit, de fac...

  • Alors là ! J'aimerais bien que Gabrielle réagisse :))
    Bravo

  • Peut-être je m'avance... je connais mal le fonctionnement de la justice, mais il me semble que le suivi d'un délinquant est plus l'affaire de la psychiatrie et ses services que de ceux de la justice.

  • Les "sécuritaires" veulent ils envoyer ces jeunes sur la lune ? Ou les interdire de plage, de boite de nuit, de fac...

    C'est le type de non d'argument qui tue le débat. La patrouille idéologique.
    Labeliser les gens négativement pour discréditer leur reinvidications et analyses.

    on a tous le droit de compréhension de ce qui se passe et la légitimité de se poser des questions et d'interpeler les institutions quand il y a des dysfonctionnements. Nul est a l'abri de ne pas rendre compte de leurs actions.
    C'est dans la diversité d'idées, la liberté de se poser des questions que la société avance.

  • Adriana est devenue ma procureure attitrée, a little monomaniaque.

    Mon texte parle d'erreur, et dit que toute erreur n'est pas forcément un faute. Je suis désolé si ce type d'argument cause des souffrances à ma procureure, au point qu'il lui est impossible de lire mes textes avant de le critiquer

  • Deux à cinq mineurs sont tués par d'autres adolescents chaque année, a indiqué, hier, l'Observatoire de la délinquance. Et le viol est la première cause de condamnation des moins de 18 ans pour crimes. Mais ce sont aussi les mineurs qui sont, et de loin, les premières victimes de viols. En 2010, la police a enregistré 5 388 déclarations de viols de mineurs. Dans près de 40 % des cas, quand l'auteur est connu, c'est un adolescent.
    La justice a prononcé, en 2008, 468 condamnations de mineurs pour viols. Ces chiffres, froids, permettent de cerner la question posée par l'affaire du Chambon-sur-Lignon. Tout mineur auteur d'un viol doit-il être, à l'avenir, transféré dans un centre éducatif fermé (CEF) ? Sont-ils adaptés ?


    Alain Bauer, criminologue, fait une autre proposition : réunir une conférence pénale où magistrats, policiers, éducateurs, enseignants, organisent un véritable suivi des jeunes délinquants sexuels dont on sait qu'un sur dix récidive. Le système actuel de suivi serait bureaucratique, digne d'un capharnaüm. Ce que contestent des magistrats et des éducateurs.



    Voila le vrai débat.

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Les-ados-violeurs-en-centre-ferme-la-solution-_3636-2014166_actu.Htm

  • le choix appartenait au directeur de l'établissement qui en lisant la lettre des parents aurait pu les interroger.
    La justice n'a rien imposée...

    La justice l'a déclarée apte a fréquenter un lycée, et selon les infos jusqu'à maintenant, n'a pas tout informé sur les causes de l'ennui avec la justice pour ne pas heuter la présomption de innocence.
    Le lycée a de son coté eu deux sessions diciplinaires avec le jeune et n'a pas pris les mesures qu' il fallait.
    Je vois pour l'instant de la negiigence d'une part et de l'autre. Attendons la suite, l'évolution des informations. Cela peut changer.

  • Peut-être je m'avance... je connais mal le fonctionnement de la justice, mais il me semble que le suivi d'un délinquant est plus l'affaire de la psychiatrie et ses services que de ceux de la justice.

    Écrit par : Sicotine | 23.11.2011




    Eh non, voilà le travers dans lequel tombe beaucoup de gens! NON le criminel n'est pas un malade! il doit être également suivi au niveau éducatif/social (PJJ pour les mineurs ou SPIP pour les majeurs), au niveau de l'emploi et de la formation, mais aussi être contraint à des obligations de pointage par exemple pour qu'on sache où il se trouve (police gendarmerie)....

  • Adriana est devenue ma procureure attitrée, a little monomaniaque.

    Mon texte parle d'erreur, et dit que toute erreur n'est pas forcément un faute. Je suis désolé si ce type d'argument cause des souffrances à ma procureure, au point qu'il lui est impossible de lire mes textes avant de le critiquer


    j'ai l'impression que ce plutôt la contradiction qui vous pose des souffrances.

  • Alors, je serais un avocat malheureux, souffrant, car tout notre métier se fait dans la contradiction. Pour chacun de mes actes, se trouve un ou d'autres avocats pour soutenir l'inverse, et le juge nous contredit encore bien souvent.

    Je ne vois pas d'autre métier pratiquant autant la contradiction

    Meme remarque pour les juges. Dès qu'ils prennent une décision, ils la soumettent à tous les intervenants du procès et chacun peut faire appel.

    Quant au blog, nosu en sommes à plus de 60 000 commentaires depuis sa création, ce qui marquet évidemment un refus obstiné de ma part pour toute contradiction!

  • Sevand,

    Sans doute ; je me posais simplement la question : merci d'y avoir répondu.
    Certainement, les délinquant ne sont pas tous des malades, je pense même que les crimes sont beaucoup plus nombreux parmi la population dite normale.

  • Alors, je serais un avocat malheureux, souffrant, car tout notre métier se fait dans la contradiction. Pour chacun de mes actes, se trouve un ou d'autres avocats pour soutenir l'inverse, et le juge nous contredit encore bien souvent. 

    Ah bon. Mais, c'est   justement cette impression qu'on a en lisant les messages.si ma contradiction était  indifférente, tu n'aurais pas t'en pris a ma personne, au lieu, on aurait contredit l'idée. 
    C'est vrai q critiquer est facile, mais sans critique et opposition il n'y a pas de débat. 

    Quant au billet, j' ai tres bien compris de qu' il s'agit, et je dirais bcoup de monde en plus de moi. meme si je ne fais pas partie de la caste supérieure des avocats-juristes, faut pas être condescendent en croire le contraire.

    Erreur au lieu de la faute, c'est très discutable. 
    ici, il s'agit d'une certitude avant la fin de l'enquête tandis q ailleurs on en discute. c'est pour cette raison que je critique. et pour critiquer cette certitude, on s'en prend a ma personne.


    Quant au blog, nosu en sommes à plus de 60 000 commentaires depuis sa création, ce qui marquet évidemment un refus obstiné de ma part pour toute contradiction!

    félicitations! Je souhaite meme bcoup plus q ça pour ta vitrine.

    mais a-t-on deja calculé le temps de vie moyen  de permanence de ceux dont le commentaire contredisent  ceux du blog?

  • L'esprit polémique leur fait tellement de bien qu'ils vont tous ouvrir des blogs pour exprimer leurs suaves pensées.

  • Sevand,
    les juges n'est pas une caste intouchable.Ils ont des droits et des devoirs comme tous les

    Écrit par : Adriana | 23.11.2011
    Adriana,

    Mais évidemment que je suis d'accord avec toi, mais parfois, on a le sentiment que chacun se croit "capable" de faire le travail du magistrat! c'est un peu énervant parfois, quand on connaît la complexité du droit, quand on a trimé pour décrocher le concours.... Je n'ai pas envie d'apparaître comme "un nanti" ou appartenant à une "caste", mais je constate que tout le monde s'autodésigne compétent pour critiquer les juges, par contre peut de personne irait critiquer sur des blogs son médecin ou son plombier!

  • Ma procureure cherche à alimenter de bien faibles querrelles

    Je pense par exemple nous avons peu de points de vue commun avec Antimythe, qui s'exprime pourtant souvent et régulièrement sur le blog.

    Pour d'autres, nous sommes en désaccord sur certains points, et en accord sur d'autres, et là encore depuis longtemps.

    En revanche, je dois etre plus stricts avec des trols impénitents qui profitent de leur désouvrement et du libre accès des commentaires, pour venir pourrir tout débat avec les trois idées fixes. J'ai déjà expliqué aussi, ma chère procureure, qu'il m'arrive d'etre éloigné de tout ordi pendant des journées entières, et un peu de prévention est nécessaire pour combattre les moisissures.

  • Devers,
    c'est vrai que
    je te critique plus que Je ne je fais des éloges. c'est vrai que critiquer est plus facile, et on oublie souvent de faire des éloges quand on est d'accord.
    Eh bien , si c'est ça ma FAUTE et pas mon erreur, LOL
    si mes critiques te gênent a ce point la, l suffit de me dire. j'arrete tout de suite. ;)
    si mes éloges te manquent, au point de me les reprocher ainsi,
    pas de problème , je me remets demain a la tache.
    A chaque billet deux éloges , et 1 critique. Ok?
    Mais pas maintenant, j'ai du boulot.

  • Mais évidemment que je suis d'accord avec toi, mais parfois, on a le sentiment que chacun se croit "capable" de faire le travail du magistrat!
    Non, je ne serais pas capable de le faire, heureusement qu' il y a des gens comme toi pour le faire, et pour être sincère , je ne voudrais pas, c'est trop difficile.
    Pour les medicins, je sais pas, mais on critique souvent ici leurs erreurs médicales.
    Et les ingénieurs aussi, surtout a près un bâtiment qui s'effronde par erreur de projet.

    Bon, quand un plombier commet un erreur, je crois que cela ne finit pas sans une perte de vie, n'est-ce pas? Bien différent d'un erreur de jugement ou médicale.
    donc, il est normal que les gens veulent débattre et comprendre ce que se passe.
    la critique est le prix pour la transparence et l'evolution des instituitions démocratiques.

    A plus

  • Ma procureure,
    pitié.
    Je suis un homme simple, venu de la campagne gauloise. Ma procureure qui critique, ça, j'ai bien compris. Mais si ma procureure se met à faire des éloges, alors, ça brise mes repères, et ça risque de me vriller l'esprit. Dommage difficilement réparable, car les pièces de rechange sont hors de prix.
    En conséquence,
    le tribunal du blog condamne ma procureure à me critiquer.
    Et ce sera justice

  • Encore un prétexte effctivement, pour renforcer la technique du gouvernement par la peur. Seul point d'excellence de la clique sarkozyste au pouvoir.
    C'est d'ailleurs ce que Daniele Mitterrand savait fort bien expliquer...

  • "Bon, quand un plombier commet un erreur, je crois que cela ne finit pas sans une perte de vie, n'est-ce pas? "

    euhhh! une mauvaise soudure sur une alimentation en gaz et boum...

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu