Avertir le modérateur

Quelques précisions sur le blasphème

Et voici tous les petits ignorants qui veulent partir en guerre pour le blasphème… Ils ont trouvé une nouvelle épopée, « le droit au blasphème ». De tout côté, ces asthmatiques de la contestation s’agitent pour ce droit... Alors quelques précisions s’imposent.

Droit ou liberté ?

liberté de religion,liberté d'expression,blasphèmeD’abord, ils confondent droit et liberté. Et ça change tout. Le droit, c’est une créance d’un citoyen sur l’Etat. C’est par exemple le droit à la sécurité sociale ou le droit à l’éducation. Si le droit est reconnu, il est qualifié et réglementé, et l’Etat vous le doit. La liberté, c’est bien différent : c’est vous, allant de l’avant sur une terre de conquêtes. L’Etat ne garantit rien, car il n’a pas à définir le contenu de votre liberté,… car justement, c’est votre liberté. Et votre liberté, ce n’est pas la mienne, et ce n’est pas à la loi de la définir. La loi doit seulement veiller à ce que ni l’Etat ni personne ne crée pas d’obstacle à l’affirmation de votre liberté. L’Etat s’engage à vous permettre de pratiquer une liberté, dont il se refuse à apprécier le contenu… sauf trouble à l’ordre public. 

Notre période vante la culture de la soumission, et raisonner à partir des droits convient bien à ces crétins, qui imaginent leur vie comme celle de nabots remplissant, avec joie, les petites cases que l’Etat a créées pour eux. Mais réfléchir par eux même, non, trop compliqué, car trop libre.

Alors le droit au blasphème ? Certainement pas, car ce serait la loi préfigurant la fin de la pensée. La liberté de blasphémer ? Ca, on peut en parler. C’est bien différent. Et c’est, du point de vue de l’analyse juridique, ce qui se passe sous nos yeux. Une troupe de théâtre fait le spectacle qui lui plait : très bien ; des manifestants font les manifestations qui leur plaisent : très bien. La limite ? L’ordre public. Mais aucun problème car quelques bleu-marines veillent à ce que ces deux libertés en conflit s’expriment. Et si l’une des parties abuse, alors que l’autre saisit le tribunal, car il n’existe pas de liberté sans limite. Le droit, le vrai, le droit objectif, répond parfaitement. Pourquoi venir nous seriner avec ce subjectivisme déconnecté du droit au blasphème ?

La loi sanctionne le blasphème de trois ans de prison

liberté de religion,liberté d'expression,blasphèmeHorreur, horreur, chères amies et chers amis. Il reste un grand pays européen pour punir le blasphème de trois ans de prison ferme. Brr… Ce pays, c’est la France, par le Code  pénal d'Alsace et Moselle, maintenu en vigueur par le décret du 25 novembre 1919.

Dans le recueillement, lisez l’article 166 : « Celui qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement Dieu par des propos outrageants ou aura publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la Confédération et reconnue comme corporation, ou les institutions ou cérémonies de ces cultes ou qui, dans une église ou un autre lieu consacré à des assemblées religieuses, aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera puni d'un emprisonnement de trois ans au plus ». Yurghhhh !

Ah, mais me direz vous, c’est un vieux texte tombé en désuétude… Rien du tout, comme le confirme cette réponse du Ministère de l'intérieur, publiée dans le JO Sénat du 01/06/2006, page 1538, à la question écrite n° 22419 du sénateur de Moselle M. Jean Louis Masson.

Le 30 novembre 1999, la Cour de cassation a confirmé un arrêt de la cour d'appel de Colmar qui sur le fondement de l'article 167, avait condamné des militants d’Act Up qui, lors d’une cérémonie religieuse et oralement, s’en étaient vivement pris à la personne de l’évêque et à ce qu’il représente.

Le ministre avait commenté : « Ces jurisprudences confirment donc le maintien en vigueur de ces dispositions de droit pénal local, dont la mise en œuvre et la détermination du champ d'application, notamment quant à son extension aux cultes non reconnus, relèvent de la compétence exclusive de l'autorité judiciaire ».

Et après ?

liberté de religion,liberté d'expression,blasphèmeAprès, il ne reste pas grand-chose à dire pour le droit, qui heureusement, n’est pas le seul repère de la vie sociale. Morale, philosophie, sociologie, politique…  à d’autres de prendre le relai.

Je n’ai donc que peu de choses à ajouter, mais quand même…

La religion ne bénéfice d’aucune immunité. Elle est une liberté, un fait social, elle vit par ses manifestations extérieures, et elle est donc soumise à la critique. Il n’y a que peu de limites lorsqu’est en cause un précepte religieux qui organise la vie sociale : qui comprendrait qu’un parti politique se voie reconnaître une part d’immunité car qu’il afficherait une dimension religieuse, comme le font les partis démocrates chrétiens ?

Il n’y a pas non plus beaucoup de limites, quand cette analyse critique vient des scientifiques, des connaisseurs. Ces analyses là sont tout à fait essentielles, car ce sont celles de savants. Ce sont les plus pertinentes, et elles sont libres.

Pour la création artistique, la jurisprudence dispose de mille repères, alors si ca vous démange, saisissez le juge,… qui répondra. Le téléchargement d’images pédophile est une infraction, mais les représentations artistiques d’enfants nus peuplent nos musées… Et la force de l’écriture : relisez la Bible, si vous avez oublié ce que veulent dire les mots.

Ce qui fait problème, c’est l’attaque brutale, bovine, sans raison, sur ce qui fait l’intime de la croyance religieuse. C’est un élément de l’intimité de la personne, et la part de sa pensée la plus précieuse car elle ne résulte que de la conviction. C’est l’attaque des sauvages qui veulent détruire ce qu’ils ne connaissent pas. Je ne sais pas si ca mérite une condamnation pénale, mais je suis sûr que ça mérite une condamnation morale. A un enfant pénible, on lui dit : « fiche nous la paix ». Et ça marche.

Commentaires

  • "Ce qui fait problème, c’est l’attaque brutale, bovine, sans raison, sur ce qui fait l’intime de la croyance religieuse."

    Ca ne me gène nullement que l'on attaque une religion de quelque manière que ce soit, tant que ces attaques restent cantonnées dans les bornes de la loi.
    Une religion, de même qu'une idée politique, non seulement peut, mais doit aussi pouvoir être attaquée de manière brutale ou bovine. Pourquoi pas sans raison, non plus, pour tous ceux qui ont du temps à perdre...
    Si ce n'est leur droit c'est assurément leur liberté.

    Pour connaître les bornes à ne pas outrepasser, il suffit de consulter un juge qui piochera dans les textes de jurisprudence.

  • Ce qui fait problème, c’est l’attaque brutale, bovine, sans raison, sur ce qui fait l’intime de la croyance politique....Ha non là on le droit....

  • comment peut-on blasphémer quelque chose ou quelqu'un dont personne ne sait si, ni ne peut prouver qu'il existe vraiment ???
    si je dis : "la mère de l'univers est une grosse poufiasse !", et que mon voisin croit que cette "mère" existe pour de bon .. à ses yeux je blasphème, de même quand quelqu'un dit "le père noel est une ordure", les enfants seraient bafoués dans leur conviction et autorisés par la loi à faire emprisonner l'impétrant ??
    heureusement, les enfants finissent par grandir, peut-être un jour les adultes grandiront aussi ...

  • Ca ressemble à une sublimation de la foi.
    Quand tu veux te débarrasser de ton chien, prétend qu'il a la rage et quand tu veux te débarrasser d'une liberté d'expression, prétend qu'elle émane des "sauvages"...

  • Sur le net il est bien difficile d'interdire et s'en remettre à la sagesse du troll c'est comme attendre de l'humanisme à un financier de la City.
    Il est aussi vrai que passé les bornes il n'y a plus de limites.

    Chanter en cœur "le Curé de Camaret", ou crier en se prenant un coup de marteau "N de D, P de B" est ce un blasphème ?

  • Là où il n'y a pas de croyance, il n'y a pas de blasphème.
    Les Versets sataniques (1989)
    Citations de Salman Rushdie

  • Là où il n'y a pas de croyance, il n'y a pas de blasphème.
    Les Versets sataniques (1989)
    Citations de Salman Rushdi

  • Bonjour et merci pour cette saine lecture et cette remise au point salutaire.

    Merci pour le rappel de la façon dont droit et liberté s'articulent et la confusion entretenue entre ces deux notions. Merci, surtout, pour votre saillie, mordante à souhait, contre la culture de la soumission et les « nabots remplissant, avec joie, les petites cases que l’Etat a créées pour eux ».

    Votre prose est de nature à dépoussiérer un peu mes conceptions d'athée et de mécréant fier de l'être : je m'étais fait à admettre la liberté de croyance au nom d'un "droit à l'erreur" mais cela ne me satisfaisait guère. Il faut dire que j'ai déjà rencontré des personnes culturellement confinées dans le refus d’envisager la religion comme un choix possible, non seulement entre plusieurs croyances ni plus ni moins légitimes les unes que les autres, mais aussi entre la croyance et la non-croyance ! Leur parler du "droit d'être athée" est un raccourci maladroit mais utile.

    Vos indications déverrouillent quand même mes possibilités d'approfondir la matière.

    Bien à vous,
    L'Ankou

  • Au fait, j'y repense à l'instant au sujet de "Je ne sais pas si ca mérite une condamnation pénale mais je suis sûr que ça mérite une condamnation morale." et pour répondre à votre interrogation :
    Je vous rappelle que nos bons pères fondateurs de la République ont classé le crime de blasphème et de lèse-majesté en tant que "crimes imaginaires".

    Donc non, légalement on peut bel et bien dire merde au Roi comme merde à Dieu... et que ceux que çà ennuie, qu'ils le soient dans leur intimité et ne viennent pas nous faire la "morale".

  • Bonsoir, puisqu'il y a tant de pusiallanimité envers cette fameuse pièces et des piques discrètes envers le Maître Devers avec qui je suis d'accord pour des rares fois, je vous propose que les mêmes artistes montent la même pièce mais au lieu de Jésus, ils mettent le visage de Bouddah, Jéhova, Mohammed, que Dieu me pardonne et qu'ils le couvrent d'exréments. Je serais impatienta de voir la réaction non seulement des barbus mais surtout des "amis" des artistes, des gauchos de la place des Vosges et d'autres endroits cossus. Objectivité et raison, mes amis.

  • C'est un type de liberté facile qui n'est pas assumée et une insulte à l'intelligence.
    Le jour où ces mercanti de chiotte subiront les conséquences de leurs paroles et de leurs actes (c'est le cas pour trop peu) j'en serai fort aise.

  • Restons simple : la plus grande multinationale du crime , c ' est le monothéisme . Tout le monde le sait et depuis longtemps . Salut et fraternité .

  • Croire,c'est avoir la foi en une religion et admettre une soumission de l'esprit aux percepts religieux ...C'est tout sauf rationnel....Le blasphème est tout aussi irrationnel,et il n'a pas d'existence pour celui qui ne croit pas.....En conclusion ne blasphème que celui qui croit .... Les autres sont libres d'esprit ,et font usage de cette liberté,laquelle s’arrête,la ou commence celle des croyants

  • Que la liberté apparaisse facile ou pas, celui qui la nie est liberticide.

  • Je ne vois pas ce que la liberté d'insulter a de grand . En l'occurence, la justice n'offrant aucun recours, libre à ceux qui se sentent injuriés de prendre cette question à bras le corps; légalement ou pas.

  • Rien de grand en effet, simplement tout ( raillerie, dessin humoristique, roman...) ranger dans le tiroir insulte, c'est vite liberticide.
    Pourquoi pas bientôt créer le délit de prononcer des mots désobligeants sur les religions ?
    C'est risqué d'être si susceptible.

  • Dans ce cas il faut monter d'urgence une pièce de théatre traitant les juifs d'apatrides et de youpins, ainsi tout le monde sera servi équitablement.

  • Et en plus il y a un large public pour cette expression libre qui fera un max de pognon.

  • J'attends les réponses des champions de la liberté...

  • Et si je reprends les propos du peu recommandable Georges Sidos : " La presse est l'abrutissement du peuple par les juifs" aurais-je au moins le droit de citation sans être assigné ? Le "peuple" chrétien est victime de plus de 50 000 meurtes tous les ans en raison de sa foi, et lui chier sur la gueule est proprement intolérable.

  • Je chie sur la Torah, le peuple juif est déicide, c'est mon droit ou pas de l'exprrimer. Ce doit sûrement être un droit fondamental, ou pas ?

  • Je crois qu'il y a 2 vérités, celle qui dit que Dieu a été créé par l'Homme (minoritaire mais c'est pour moi la quasi évidence) et celle qui dit que c'est Dieu qui a créé l'Homme (majoritaire).

    Sans doute la vérité opérationnelle et raisonnable est de ce fait entre les deux.
    Mais pas de quoi en faire tout un plat dans un sens ou dans l'autre.

  • Les croyants commencent à nous gonfler avec leur pensée intime sacrée dont on ne pourrait rien moquer et qui feraient d'eux l'élite spirituelle de ce " bas monde ". Puisqu'elle est intime qu'ils la réservent à leur alcôve.

  • A ma connaissance celui qui fait l'objet du scandale c'est dieu,ou son prophète dans le cas des caricatures mahométanes....Pas les croyants....Dieu est il si susceptible ? ....Mataf ,vous avez le droit de dire,ce que vous voulez,sur les religions,mais sur les ethnies religieuses ("le peuple juif")vous risquez des poursuites judiciaires

  • antimithe,

    C'est sujet à caution de confondre religion et ethnie. Ainsi, il n'existe pas d'ethnie ijuive, malgré les légendes qu'on nous sert, et l'islamophopie est le masque transparent de l'arabophobie. Seul le judaïsme est judiciairement protégé du blasphème, ah y sont forts ces juifs !

  • Mataf Pas plus d'ethnie juive que d'ethnie arabe lorsque l'on parle de Musulmans Il n'y a pas que les Arabes qui le sont
    " l'islamophopie est le masque transparent de l'arabophobie." ....Ah et donc la Chretientophobie qui a aboutit a la séparation de l’église et de l’état n’était que de la Francophobie ?...Apparemment le masque qui se veut xénophobe ,est surtout un slogan Musulmanophile ,destiné a faire taire les musulmanophobes ...Quand aux Chrétiens qui s'imaginent qu'a la faveur des coups de boutoir pour détruire la laïcité par des intégristes musulmans ils font avancé leurs causes ils se font des illusions ...Ils leurs manque le pouvoir de victimisation sur des bases ethniques et juridiques

  • antimythe,

    J'ai du mal à comprendre votre prose, dois-je avouer. C'est pourtant cette bande d'enculés de sionistes qui cherche à faire taire ses contradicteurs par tous les moyens. La laïciité est inscrite dans les évangiles; c'est la séparation des pouvoirs spirituel et temporel que prônait Jésus de Nazareth, juif de chez juif. C'est précisémént la raison pour laquelle il a été condamné par ces enfoirés.

  • Mathaf, vous avez le droit et la liberté de ne pas aimer les Juifs, mais pas les insulter. C'est sur ce prétexte que les camps de concentration ont été organisés où des mlns de Juifs, Roms, soldats Russes, communistes Allemands sont morts de faim, d'épuisement, gazés ou brûlés dans les fours crématoires. N'oublions pas le Vel'd'Hiv. C'est la honte de la France. C'est une honte aux forces de l'ordre, les gendarmes qui ont obéi à l'occupant. La police nationale n'existait pas encore. Jésus de Nazareth prônait la paix, l'amour, l'amitié, la tolérance comme le fait le Coran, la Torah sans parler du bouddisme qui est une vraie philosophie de vie, je me répète, peut-être.
    Antimythe est bien malin. Il prend le problème à l'envers en démontrant dans son court exposé que ceux qui se disent chrétiens utilisent des intégristes musulmans pour détruire le principe de laïcité en France et ceux qu'on traite de xénophobe, sont en réalité les défenseurs de l'expansion musulmane en France. Mais là, il n'y a pas un petit couac, Antimythe ? Le FN, éternel xénophobe devant l'Eternel, défend donc les Musulmans ?
    D'autre part, les chrétiens n'ont pas les mêmes armes de lutter contre l'intégrisme musulman ou le judaïque car les conditions historiques, politiques ont fait que les Juifs sont devenus les Martyrs de l'Humanité ce qui n'est pas faux. Et les Musulmans sont "persécutés" en France actuelle ce qui est loin d'être vrai.
    Donc, quoiqu'ils fassent, les Chrétiens manquent de base de victimisation suffisamment solide et fiable pour tuer la laïcité. Résultat : tout va continuer comme avant et nous, on va s'étriper pour le pur plaisir de la rhétorique ?!

  • J'a toujours un vieux Pilote des années 70 dans lequel zeus invite tous ses potes, parmi lesquels jésus, dépressif, c'est savoureux. allah est présent.Y a bouddha, etc
    A l'époque personne n'était assez con pour gémir sur un éventuel blasphème.

  • Je précise le dessinateur, un certain gotlieb.

  • "Imaginez les réactions aujourd'hui si je montrais Zeus et tous ses potes, Jésus, Mahomet, Bouddha, Jéhovah, en train de se bourrer la gueule, de fumer des pétards et de faire des blagues à deux balles comme dans God's Club ? Ce n'est plus possible de faire ça. Ou alors, c'est tribunal et menaces de mort "

    Gotlib ( en 2007 )

  • Non pas Mahomet, mais Mohamad. Mahomet est l'invention du temps de Philippe le Bel quand les Templiers étaient arrêtés, on les accusés d'adorer Mahomet, on ne sait pas exactement ce qu'il représentait mais pas le prophète Mohamad. Et tout cela pour les tuer et voler leurs richesses. Philippe le Bel n'a rien eu et mort l'année même comme l'a prédit dans les flammes du bûcher le dernier Maître des Templiers ainsi que le pape qui n'a pas su défendre ses plus fidèles croyants.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu