Avertir le modérateur

A mes amies condamnées, à mes amis condamnés

« Pas de personnes condamnées dans mon entourage ». C’était l’un des engagements les plus idiots de François Hollande, et le drolatique « Sinistre du Redressement Productif », dont il n’y avait rien à attendre, s’avère en fait très utile pour combattre cette idée. droit pénal, Liberté, Justice 

Ce drolatique sinistre a été condamné au civil par le Tribunal de grande instance de Paris pour injure publique car en septembre 2011 il avait traité plusieurs dirigeants de Seafrance « d’escrocs ». L’action avait été engagée au civil sur le fondement de  la loi sur la presse, et les qualifications sont les mêmes qu’au pénal. D’ailleurs l’affaire a été jugée par la chambre spécialisée, la 17° chambre du TGI de Paris, qui a retenu que la qualification d’ « escrocs » était « incontestablement outrageante ».

Chacun sait que ce drolatique sinistre est un allumé complet, dont l’esprit n’a pas encore conceptualisé la différence entre une caméra et un miroir.

Aussi, je remercie les dirigeants de Seafrance d’avoir su rappeler à celui qui a construit sa gloire en jouant au procureur à la rose, qu’il y a des limites à ne pas dépasser. L’outrageur, outragé un instant, avait annoncé qu’il ferait appel, mais bien sûr il n’en fera rien, car il n’est pas sûr de s’en sortir avec l’euro symbolique devant la Cour.

Tout ceci serait juste l’occasion d’en rire si ça ne nous ramenait pas à cette phrase de Hollande, dans le JDD du 15 avril : « Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées ».

C’est tellement idiot que ça n’a pas tenu huit jours. Dont acte. Mais ça ne règle pas la question car ce propos repose sur une méconnaissance profonde de ce qu’est la fonction de la justice.

L’idée qui sous-tend cette phrase est que la condamnation en justice est une relégation. C’est l’idée, aussi infantile que sarkozyste, qu’il y a les gentils et les autres, et que la vie est comme un damier : des cases blanches et noires, avec des lignes bien définies, à angle droit. Dans cette vision, être condamné est une abomination. Cela vous fait basculer dans un autre monde : il faut que la marque reste à vie, que toutes sortes de portes se ferment à vous, et qu’on vous surveille de près car vous êtes un récidiviste en puissance : qui a fauté fautera. droit pénal, Liberté, Justice

Là où c’est grave, c'est que toutes ces salades reposent sur la croyance en la pureté. On est du côté des purs ou de celui des impurs, et la condamnation en justice est une irréversible contamination de la pureté.

Restons dans le sérieux.

Ce qui est cause, c’est la loi, à laquelle on doit le respect (lorsqu’elle-même respecte le droit). Nombre de comportements relèvent de choix personnels et sont hors du domaine de la loi, alors que dans les rapports aux autres, c’est la loi qui s’impose.

Mais nous ne sommes pas chez les Bisounours … Trouver l’accord avec la loi, et à tout moment, n’est pas si simple, surtout si la loi est injuste, et de plus on ne peut assimiler respect de la loi et obéissance à la loi, car reste toujours une part irréductible pour la liberté responsable.

L’autre drolatique sait qu’injurier est illégal, mais il prend la liberté de traiter d’escrocs des dirigeants d’entreprise qu’il estime sans scrupule. Sa liberté est bornée par sa responsabilité, fondée sur la primauté de la loi, et non pas par l’obéissance à la loi, qui conduirait à la servilité.

Et puis, le jugement n’est pas la relégation, ou la création d’une catégorie de citoyens de seconde zone. La condamnation pénale, sanction d’ordre général prononcée en application de la loi, est une manière de se remettre à jour vis-à-vis de la société. La sanction prononcée compense le trouble causé à la société, et toute sanction trop sévère est une injustice.

C’est ce que dit, depuis 1789, l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, proclamant que « la loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires ».

La condamnation est une seconde chance. Ce n’est pas une manière d’effacer le passé, comme si rien n’avait existé. Bien au contraire : le jugement reconnait les faits, et c'est un moyen pour les dépasser. droit pénal, Liberté, Justice

Dans un premier temps, la situation est fragile et un juge serait très préoccupé par un autre manquement. On garde alors toutes les traces.

Mais si le temps qui passe montre le retour au respect de la loi, alors il est temps d’oublier : les sursis ne peuvent plus être révoqués, les condamnations s’effacent des casiers, soit par l’effet de la réhabilitation légale – 10 ans à compter des faits – soit par des lois d’amnistie.

Il faut un esprit bien simple, ou égaré, pour imaginer des vies en ligne droite, sans transgression de la loi. Il y a toujours beaucoup d’enseignements à tirer d’un jugement, même quand la condamnation est symbolique, mais il faut se débarrasser une bonne fois pour toutes de ces conceptions fondées sur l’exclusion de ce que l’on décide différent, ces conceptions qui ont pourri la pensée sociale ses dernières années.

Je connais tant et tant de personnes qui ont été condamnées, et qui sont des amies et des amis, des gens de grande valeur, en qui on peut avoir toute confiance. J’en connais tant qui sont passés par la violation de la loi, plus ou moins grave, et qui sont aujourd’hui à des années lumières de ces temps difficiles. L’idée d’une mise à l’écart, du fait d’une condamnation, est insupportable.    

 

droit pénal, Liberté, Justice

Allégorie de la Paix et de la Justice, 1753, Corrado Giaquinto, Indianapolis, Museum of Art

 

Commentaires

  • Ca illustre bien le catéchisme nigaud d'un socialisme pontifiant.

  • Cher Maître,

    votre amour pour Arnaud Montebourg transpire ces lignes : je m'étonne que vous ne lui ayez pas collé une particule comme tout bon détracteur qui se respecte.

    néanmoins, l'avocat que vous êtes a oublié quelques éléments, notamment ceci http://goo.gl/6iwpn càd la condamnation d'un ancien dirigeant pour escroquerie... insulter un condamné pour escroquerie d'escroc n'est-ce pas appeler un chat un chat ?

    si Montebourg a joué au procureur durant sa carrière, c'est sans doute parce que c'était nécessaire, je vous renvoie au hasard aux affaires Chirac ou Guérini..... vous dites qu'il joue au procureur, comment expliquez-vous qu'il n'ait jamais perdu un procès en diffamation ?

    Accessoirement, il semble que FH ne voulait pas s'entourer de personnes condamnées pour corruption ou assimilé - ce que le JDD omet.
    Une condamnation civile pour injure - dont l'appel semble être relevé - n'entre donc pas dans cette catégorie.

    je vous souhaite une bonne journée.
    sa

  • Ce qui est certain c'est que là dessus FH aurait mieux fait sinon de se taire, du moins de la jouer plus soft. Toutefois ici, il ne s'agit pas d'amitiés, mais d'un gouvernement qui doit montrer que l'exemple vient d'en haut, idée à laquelle je souscris.

    Ce que je crois c'est que AM aurait pu s'exprimer plus subtilement à propos des dirigeants de Seafrance et de leurs pratiques difficiles à qualifier, mais bon ce ne sont là que broutilles dont à mon avis tout le monde se contrefiche.

    Sur le fond, bien sur que vous avez raison sur ce qu'est une condamnation selon la loi et sur la vie d'après.

  • @Gilles Devers,

    Oui, je suis d'accord avec la fin de l'article, mais l'absence de nuance entre condamnation pénale et civile est dommageable!

    Pourquoi les victimes n'ont -elles pas saisi le Tribunal Correctionnel ou le Tribunal de Police??? Question à creuser, mais j'ai déjà ma petite idée;..

  • Pourquoi Sevand ?

    IL ne s'agit pas d'une condamnation pénale mais d'une condamnation civile très symbolique : je suis curieux de nature :)

  • Pour arrêter de se prendre la tête, (à méditer avec Audrey) :

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=rAMsM_HzZaM

  • Éthique, déontologie, morale, Honnêteté …Pour tous ?...Non bien sur, il y a des degrés et nuances pour ceux qui sont du bon coté …..Ces mots sont destinés, avant tout a stigmatiser l'autre, celui qui est l'adversaire, celui qui n'a pas....,celui qui n'est pas....celui qu'il faut combattre,au motif qu’il n’appartient pas au glorieux « peuple de gauche » (sic)... Au moment ou les socialistes vont détenir le monopole de tout les pouvoirs et alors qu'ils contrôlent déjà tout les contre pouvoirs, ce n'est pas un hasard si, surgit ces idées de l'homme de gauche normal, l'homme juste, l’homme pur ...A opposer a ceux qui,votent a droite et qui sont forcement malhonnête, immorale et n’ont aucune déontologie et aucune éthique…..C'est avec ses mots et ces idées nauséabondes, que sont nés toutes les dictatures ...Nous, nous en approchons, a grand pas..Kamarad

  • @ Gilles Devers,

    Je suis d'accord aussi sur la partie de l'article concernant le sens de la peine.

    Mais pas vraiment sur l'analyse concernant la ligne Holandez.

    Je m'explique : les promesses d'Hollande s'inscrivaient dans le contexte sarkozyste. Là on est dans un débat sur les limites de la liberté d'expression et il me semble que la CEDH protège beaucoup plus les propos d'ordre politique.

    L'objet et le cadre des propos de Montebourg sont incontestablement politiques : contexte dont les juges ont tenu compte. C''est vrai aussi que la SNCF aurait pu écarter un dirigeant condamné au pénal à 9 mois avec sursis et 40 000 € d'amende (à payer cash). C'est pas très malin !

    Globalement pour les autres dirigeants qui se sont sentis vexés même s'ils n'avaient pas été désignés =>

    "escroc" serait "incontestablement outrageant" ???

    L'expression "Patrons voyous" utilisée depuis des lustres par n'importe quel dirigeant politique n'a pas été retenue. Mais escroc oui...

    allez comprendre...

  • Ah ce genre de discours sur la condamnation et donc sur l'homme fait du bien.
    Mais pourquoi ne pas vous placer en tant qu'avocat du condamné? et rappeler handyside comme vous l'avez souvent développé dans le passé? parce que pour le coup il me semble que la condamnation est disproportionnée vis à vis des limites à la liberté d'expression telle que l'entend la CEDH...

  • Le cas Montebourg : comme disait mon ami Chirac, ca m’en touche sans faire bouger l’autre.

    Je sais qu’il a de nombreux partisan, et à l’inverse du jeune marié Valls, il a fait un score aux primaires. Mais je sais aussi le tort qu’il a fait au parti quand il annonçait sa fin, et qu’il avait créé avec son compère (d’un temps) Peillon « le nouveau parti socialiste ». Tout ça pour se refugier sur la motion d’Aubry au congrès de Reims…

    J’observe d’ailleurs qu’il s’était bcp excité contre Chirac, mais que quand le procès est arrivé, il a dit que le procès n’était pas opportun. Il faut dire qu’à ce moment, le procès était critiqué dans les médias, et que Monsieur ne fait rien contre l’opinion. Tout marche à la voile.

    Il avait tape Emmanuelli comme il a ensuite tapé Chirac, et c’est très très facile de sa part : car Emmanuelli et Chirac ont géré une époque où il n’y avait pas de financement autorisé des partis.

    En réalité il y a eu un passage : les responsables politiques ont gardé le même nombre de conseillers, mais payés par l’import sur des emplois de chargé de mission au cabinet, ou sur des organismes satellite. A l’époque d’Emmanuelli ou de Chirac il aurait fait comme Emmanuelli ou de Chirac, car c’était la seule solution pour faire de la politique.

    Il était éteint dans le PS, exclu de son courant par Peillon. ll s’est refait une santé aux primaires sur la ligne « à Gauche toute pour pas cher » : on verra ce que sera son action…

  • L’appréciation du tribunal qui le condamne pour avoir traité ses souffre-douleurs du moment d’ « escrocs »…

    Le tribunal apprécie, et la 17° sait ce qu’elle fait. S’il n’est pas d’accord, il fera appel, mais je pense qu’il ne fera pas appel. Donc...

    On peut évoquer l’arrêt CEDH Handyside (protection de toutes les idées, même de celles qui choquent qui heurtent ou qui blessent)… quand il y a une idée. Mais ici, nous ne sommes pas sur le terrain de la diffamation, mais de l’injure, et Handyside n’apporte pas grand-chose…

  • je suis curieux de nature :)

    Écrit par : Denis75 | 25.05.2012

    En fait, les poursuites sur le fondement de la loi du 29 juillet 1881 (sur la Presse) sont très spécifiques, elles exigent qu'une plainte préalable de la victime ait été déposée dans les 3 mois suivant la publication.

    De plus, elle permet à la personne poursuivie de soulever "l'exception de vérité" (article 35), c'est à dire de démontrer que les faits qualifiés de diffamatoires sont vrais. Or, je ne suis pas sur que les dirigeants de la boîte soient tout à fait à l'aise avec les éléments qui pourraient ressortir.... (je ne sais pas si une enquête a déjà été ouverte sur ce point).

  • Total hors sujet

    C'est une demande sur un point de droit dans le secteur public. Et je n'ai pas de juriste sympa dans mon entourage.

    J'enseigne ans le supérieur et on fait intervenir sur vacations des intervenants professionnels.
    Ils sont salariés ailleurs et on les paie à l'heure.

    Il y a une nouvelle règle récemment: si cet intervenant est à la retraite (ce qui peut être le cas d'un très bon intervenant, beaucoup plus libre de sa parole) ses heures de cours sont payées en TD soit 30% moins cher.
    (Au motif de réduire le déficit public j'imagine ...)

    J'imagine que cela doit être légal ... puisqu'ils nous demandent d'appliquer cela.

    Mais comment est-ce compatible avec les règles de non discrimination selon l'âge ?

  • Sans côté partisan, Montebourg et Sarkozy, c'est de la même veine : on est dans le show-politique nauséabond. L'un comme l'autre ont bien compris le poids des médias, de la petite phrase assassine. Phrases spontanées et non retenues, ou plutôt bien pesées et bien posées, c'est pareil : aucune classe.
    Ca lui vaut un bon tirage d'oreilles et c'est très bien comme ça, mais à quel prix (avocats, juges, etc...) sincèrement, car au delà de la théorie de la justice, elle a un cout, et je pense qu'elle a aussi d'autres chats à fouetter, malheureusement.

    Mais au delà de cette volonté de blancheur réclamée par FH, qu'est qu'il est allé foutre ce mec dans un ministère à la con. Pour mieux l'occuper et le contrôler et ainsi affaiblir la super-gauche du PS ???
    On retourne dans les manoeuvres politico-politiciennes, et ça m'énerve encore plus. Je peine à croire qu'on puisse un jour pouvoir voter pour quelqu'un qui est plus qu'un illusionniste.

    Sinon, votre point de vue m'a éclairé selon un nouvel angle. Merci

  • @Marianne,
    Je me dis quand même que ce n'est pas le salarié retraité qui est payé moins, mais les charges qui sont supprimés. Donc, il n'y a pas de préjudice pour le salarié retraité mais pour l'Etat, donc pas de discrimination..

  • IL ne faut pas pousser Pépito dans les catcus!
    Ce pauvre Montebourg n'a fait que dire la vérité.
    Si Eudes Riblier et quelques autres de cette bande de pirates en col blanc ont su éviter la condamnation, ce n'est pas par innocence, c'est (rien de moins) parce que ici, on n'est pas aux Etats-Unis, où la justice est indépendante (pas toujours pour le meilleur, C connu, mais souvent) et que là-bas, les patron voyous qui se font chopper, il vont à leur vraie place, en prison et pour longtemps!

    Demandez à Google "Le naufrage de SeaFrance + souvenirs de mer"
    Vous aurez une revue de prsse complète sur le sujet.
    L'un de ces pirates a tout de même été condamné à la prison avec sursis, C dire qu'il "en a fait" beaucoup! Et derrière Eudes Riblier, se cache une longue suite de plans sociaux, destructions d'entreprises (Chantier Naval du Havre par exemple) et licenciement en série.
    Ces gens ont été qualifiés aveec fionalement indulgence, par Mondebourg, qui fut condamné avec INJUSTICE et d'ailleurs, déclare faire apple, ce qui ne me surprend pas du tout... Affaire à suivre.

    Des gens comme les dirigeants de Seafrance, au 18ème siècle, on les pendait haut et court et c'était "bonne justice" disait-on à l'époque...

  • Le cas de Montebourg n’est là que pour illustrer. La question, c’est la phrase de Hollande et surtout l’idée qui sous tend cette phrase.

    Je crois Hollande excellent en économie et expert en carte électorale oui pour sentir les réactions politiques du pays. De ce point de vue, je dis bon courage à ceux qui voudront le dégommer en 2017.

    Mais c’est une réalité qu’il ne s’est jamais intéressé aux questions de justice.

    Pour lui, il faut ficher la paix aux juges, qui ne font que trancher des contentieux, et ce n’est pas la peine de se prendre la tête avec çà. Sauf que ça ne répond pas du tout aux questions posées et ça explique sa phrase « noir ou blanc, choisis ton camp »

  • Même qu'il a dit "Pour la justice, la daube ira", je l'ai entendu ça ! lol

  • La recherche de cette pureté judiciaire s'étend au civil

    Vallini a été rembarré car il a avait une affaire au prud'hommes

  • Je pense que dans la tête de FH il s'agissait de condamnation pénale. C'est comme ça que je l'ai compris...
    Qui n'a jamais été condamné au civil?

  • Voilà l'affaire qui a bcp compté pour écarter Vallini... du pur prud'hommes !

    http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120229.OBS2593/le-monsieur-justice-de-francois-hollande-se-tire-d-affaire.html

  • Ben je n'ai jamais été condamné au civil ni au pénal. Ce n'est pas faute d'avoir été attaqué, notamment aux prudhommes.

  • VAllini à de l'épaisseur humaine, on le constate dans cette affaire de prud'hommes...

  • @Mathaf,

    l'exception ne fait pas la règle...même pas un divorce?

  • Moi

  • Même qu'il a dit "Pour la justice, la daube ira", je l'ai entendu ça ! lol


    Mouais : ce serait pas un poil limite ça ?

    lol

  • techniquement les contraventions, ça ne compte pas, n'est-ce pas ?

  • Sevand,

    Si, mais un divorce n'est pas une condamnation, même s'il y a un jugement. Ca peut même être une récompense et une libération une fois le côté dramatique retombé. lol

  • techniquement les contraventions, ça ne compte pas, n'est-ce pas ?

    Écrit par : Denis75 | 25.05.2012

    ?

    Sevand,

    Si, mais un divorce n'est pas une condamnation, même s'il y a un jugement.

    Écrit par : Mathaf Hacker | 26.05.2012

    juridiquement vous pouvez être condamné à payer une pension alimentaire, donc condamnation au civil.

  • ?

    Sevand,


    Ben oui : je pensais qu'il s'agissait des condamnations. Si on ne va pas devant le tribunal de police, l'amende acquittée n'est pas une condamnation.
    Oh évidemment si les contraventions pour excès de vitesse à cause de ses putains de radars automatiques ça compte, ben oui, j'ai perdu 4 points dans ma vie pour des excès inférieurs à 20 km/h

    ;-)

  • Ce qui est bizarre sur cette page, à commencer par l'article en tête, mais aussi sur tous les commentaires sauf les miens. Etes-vous irresponsables, insensibles à l'argent de l'Etat, inconscients? Mais aussi totalement ignares de la "chose maritime"?
    (en soi ne pas savoir, "C pas la crasse", mais quand on ne s'informe pas, si!)

    Aucun(e) d 'entre vous ne s'est intéressé au FOND de l'affaire. C grave, tout de même...
    Qui a payé les conséquences des conneries faites par la direction de SeaFrance, qui a détruit la boîte volontairement? C aussi Vous! "Derrière" ceux qui ont perdu leur place.
    Faut-il rappeler qu'il n'y avait pas que des pirates?
    Vous qui payez des impôts. Vous ignorez ce que ça a couté collectivement. Si vous en saviez plus sur le sujet, on écrirait moins de sottises sur cette page! Croyez-vous que la mésaventure de Montebourg en elle-même, c'est intéressant?
    Pour une fois qu'il avait raison en plus... ;-)) Laissons lui le plaisir d'en jouir, ça n'arrive pas si souvent. C sûr qu'il lui arrive souvent de dire des trucs...

    On a détruit délibérément une des meilleures entreprises maritimes de France, pour faire "place nette" à une concurrence débridée aux prix toujours plus bas et aux conditions de travail toujours plus mauvaises, mais aussi pour s'emparer des navires à bas prix aussi, avec un cynisme incroyable. Trop de gens écrivent sur ce qu'ils ne connaissent pas.

    D'autre part, au cours de l'immobilisation des navires qui dure encore, les conditions techniques de celle-ci n'étaient pas "au top", c'est le moins qu'on puisse en dire:
    Lors d'un fort coup de vent en tempête en janvier dernier, le Berlioz a rompu ses amarres et dérivé dans le bassin pour aller se fracasser contre un navire câblier en escale et opération de chargement de câble, avec les dégâts qu'on devinera, et tous les risques de blessures et/ou de décès que cela suppose, car C parfois arrivé en pareil cas.
    J'aime autant vous le dire aussi, même s'il n'y avait pas eu cette collision entre navires, c'était quand même dangereux. Il faut dans ce genre de cas, mobiliser en urgence les lamaneurs et les remorqueurs pour rattraper un gros navire qui n'est pas maître (plus de machine, plus d'équipage) de ce qu'il fait en dérivant, C très dangereux par coup de vents.
    Mais tout le monde dans ce pays s 'en fout quand on risque sa vie, surtout pour réparer les saloperies des crétins qui gouvernent.
    De voir qu'on se fout même du caractère dangereux de l'affaire, comme des personnes victimes de la petite mafia des bords, que la direction laissa faire, on doit lire ceci:
    Vous-êtes vous posés cette question:
    C'est intéressant la mésaventure de Montebourg et le sexe des anges?
    Vous-êtes vous relus ici? (pas-même l'orthographe, C dire)
    Ya des moments, on se dit "vaut mieux entendre ça que d'être sourd" Ou on regrette de savoir lire... Car lire cette étalage, c consternant.
    Les marins et les anciens marins dont je suis, ne sont pas seul à le penser, car de la marine à l'aviation en passant par l'agriculture, on lit et entend trop de "dauberie".
    Les choses méritent d'être apprises, avant de jacasser.

  • me revoilà.
    J'insiste avec handyside car il a ouvert la voie à une jurisprudence particulière s'agissant des limites acceptables à la liberté d'expression. Désormais dès lors que les propos tenus le sont à l'occasion d'un débat d'intérêt général le domaine de la liberté d'expression s'élargit vis à vis de celui de ses limites. Ainsi Noel Mamère avait pu traiter un haut fonctionnaire de "sinistre personnage" et ne pas être condamné pour diffamation (et le directeur de publication de fr2 pour complicité de diffamation): CEDH 7 nov 2006 Mamère c/ France.
    Surtout il semble que les limites admissibles à la liberté d'expression sont reculées en faveur des hommes politiques (CEDH 1er juillet 1997 Oberschlik c/ Autriche).

    en espérant qu'il fasse appel donc! (mais même moi je préfèrerai lacher mon euro...)

  • Seafrance c'et une chose, que dire de la SNCM ?

  • IL est sûr que Montebourg ne 'est jamais intéressé réellement aux questions de justice et C un tort.
    Je lance un cri d'alarme sur mon site "souvenirs de mer" et d'autres le font aussi car:
    Ce qui est arrivé est arrivé, on ne fera pas revenir les Arméniens disparus en 1915, la Cie SeaFrance, ex "Armement Naval de la SNCF"*, encore moins....
    * Magnifique héritage de la Cie PLM et des CF de l'Etat, car la SNCF est née armateurde navire de commerce, autant que metteur en scène des chemins de fer! Ces entreprise privées ((sauf en Normandie et gare St-lazare, les CF de l'Etat) furent dissoutes en 1937 pour construire la SNCF, avec (faut-il le rappeler?) l'assentiment des actionnaires des Cies de Chemin de Fer, qui avaient su comprendre qu'on ne pouvait pas gagner avec ça beaucoup d'argent, sans risquer de scier les pieds d la table, d'où l'option "Service Public".
    Revenons en 2012! (pour éviter le syndrome du régime de Vichy ;-)) qui savait faire marcher ses trains, pour le meilleur* comme pour le pire...
    En 2012, après Seafrance, à qui le tour? La SNCM file un très mauvais coton et ses nouveaux actionnaires (depuis la privatisation, encore une horreur économique qui installera encore mieux le chômage centrale) manifestent une volonté évidente, de s'en débarrasser, comme la SNCF des années 1990 et 2000....
    C'est un véritable scandale.
    Et ce genre de scénario de salopards, ne se limite pas au secteur de la navigation maritime!
    J'évoque principalement ce que je connais et reste prudent sur le reste, mais nous le savons que ça existe ailleurs, ces pratiques de pirates en col blancs.

  • Écrit par : Denis75 | 26.05.2012

    juridiquement ce sont des condamnations. Donc on trouve peu de gens qui n'ont jamais été condamnés.

  • On se sert bcp d’Handyside, qui fait tomber les procès en diffamation comme des mouches.

    Mais il faut faire la distinction entre injure (expression péjorative) et diffamation (articulation d’idées). L’approche Handyside a bcp fait évolué la jurisprudence sur la diffamation, mais peu sur l’injure, car justement Handyside ne concerne que… les idées.

    Quelle est l’idée dans une injure ?

    Le seuil entre l’injure et la diffamation se joue sur la preuve : si le fait est susceptible de preuve contraire, sur la base donc d’éléments factuels, alors on est sur le terrain de la diffamation. Si c’est une qualification générale, c’est le domaine de l’injure. Après on mesure l’outrage, l’atteinte à l’honneur, et c’est très circonstanciel

    Si Montebourg connaissait ses dossiers, notamment en étant plus assidu sur le blog de Thierry Bressol, il aurait pu faire une magnifique démonstration pour expliquer tout le mal qui pense des patrons de SeaFrance. Il n'aurait jamais été condamné.

    Là, il préfère un rot. C’est moins fatigant que d’étudier un dossier.

    De même, on ne peut faire jouer le degré supérieur de polémique reconnus au personnel politique (l’outrance admissible pour se faire entendre) car les patrons de SeaFrance ne sont pas des hommes politiques.

  • Le fait d’avoir été condamné pour escroquerie est un fait, dont on peut parler. Le jugement est public, et on peut très bien commenter les jugements (on ne fait que çà…) la limité étant de ne pas discréditer la justice (par ex comme les flics qui font une manif avec le matériel de service pour protester contre la condamnation d’un collègue)

    Mais il est brutal de résumer la qualification d’une personne à « c’est un escroc » parce qu’il a été condamné pour escroquerie.

    Dans son discours, l’andouille Montebourg pouvait stigmatiser les patrons condamnés pour escroquerie, mais de la à dire « c’est une bande d’escrocs » il y a de la marge.

    C’est la même différence entre une personne raciste (il y en a) et une personne non raciste qui a été condamné un jour pour des propos racistes.

  • Ca C sûr, si Montebourg avait suivi l'affaire depuis le début avec soin, ne serait-ce que sans "dossier" mais avec "seulement" la revue de presse du "le Naufrage de SeaFrance", il n'aurait dit que des choses précises, au lieu de ses termes du genre "escroc"
    (pas tout à fait appropriés à al situation d'ailleurs) et on ne pouvait pas le condamner, car les fait sont là et... Quelques décisions de justice attestent aussi que les ex dirigeants de Seafrance, ne sont pas très honorables...
    D'où sans doute la modération (qui m'a amusé) du 1 Euro symbolique! Sans doute le Tribunal a voulu faire un petit message, à ce sujet...
    Il n'a fait que se ridiculiser, et donner à Nadine Morano l'occasion de... Restons courtois avec les dames. (même si, est-elle une Dame?)

  • Pour moi, le problème c'est que FH n'aurait jamais du affirmer qu'il ne s'entourerait pas de personnes condamnés sans faire de nuances.

  • @marianne

    Il faudrait connaitre le texte

    On se situe à un point charnière car

    1) Il y a une discrimination, car pour le même travail, des personnes sont payées de manière différente en fonction de leur âge

    2) Cette discrimination n’en est peut-être pas une, car :

    - il ne s’agit pas d’une mesure individuelle faite à la tète du client mais de l’application d’un texte général (un décret ?)
    - cette mesure générale est peut-être fondée sur un juste motif

    La loi interdit les discriminations individuelles, donc la privation d’un droit prévu par la loi pour un motif non lié à l’intérêt général, mais au statut de la personne

    Les discriminations peuvent aussi être générales, en frappant une catégorie particulière de personnes. Toute la question est de savoir si le motif qui fonde ce régime spécifique est défendable du point de vue de l’intérêt général

    En bout de course, si on veut le savoir… on dépose un recours devant la juridiction administrative et on argumente que le texte est discriminatoire car il touche une catégorie de personnes, atteintes en fonction de leur statut personnel sans cause estimable

  • Je crois qu'il faut nuancer ses propos, parce qu'il y a un monde, entre une simple contravention pour garer dans un endroit interdit et un condamnation pour détournement d'argent public.

    Cependant, si on veut prétendre une position publique, je crois qu'il faut avoir le casier judiciaire vide.
    Techniquement je crois ce le cas d'Ayrault mais, dans son cas, je n'ai pas trouvé qu'il aurait du être choisi.
    On doit être plus exigent quand il s'agit des affaires d'état et ne jamais accepter ceux qui ont été déjà condamnés une fois.

  • Bon alors je vais défendre Ayrault le naze (Oh my God !), il a été condamné pour une erreur de gestion, genre laxiste. Le seul fait que cette connasse de quiche lorraine l'attaque lui vaut mon pardon. Par contre, la morale saucissialiste à la lapin-crétin je m'en tamponne le coquillard avec une patte d'alligator femelle. lol

  • Sevand,

    Répose à retardement : je ne vois pas le divorce comme une condamnation. Je vois simplement le divorce comme une action en deux temps : 1) Constatation (de non conciliation) , 2) répartition des biens, des ressources, et malheusement des enfants. Le divorce est contre mes convictions , en tant que Kto, mais nul ne peut y échapper sur le plan juridique. Je n'éprouve aucune amertume à verser une PA à la mère de mes enfants; au contraire, cette PA me revient moins cher que quand je l'entretenais à rien foutre.

  • @sevand | 27.05.2012
    Et oui! Ils ont parlé trop vite, comme d'hab... Et là, C + grave que de faire des fôte dortograf en posant des commentaires ici!
    D'autre part, le sujet est évoqué depuis hier de nouveau, par le site de "la Voix du Nord", qui a souvent fait d'excellents articles sur la question (C pas si courant dans la presse locale):
    - Le Procès en cours à Calais des 274 plaignants contre les 1ers licenciements abusifs, bien avant le naufrage.
    - Le commentaire du nouveau ministre, qui fait une critique sévère de la gestion de cette "crise" par le Gouvernement précédent. Ben oui, il a raison. Mais lui aussi, on l'attend au tournant sur la question: Va-t-on enfin sévir contre ce genre de système de "management"?
    Pour moi là est la question, car SeaFrance, C un peu tard pour brasser de l'air.
    La SNCM est actuellement menacée par un scénario très voisin et.. Là aussi "ça craint"!
    (la revue de presse "le naufrage de SeaFrance" de "souvenirs de mer")
    En plus elle est capable d 'entrainer la CMN (Cie Méridionale de Navigation), ce qui laisserait place nette à Corsica Ferries, aux pratiques parfois douteuses, et q'uon devrait obliger à passer sous le pavillon "fr" car Nom de Dieu! Ce sont des Corses qui ont monté ça, pas des Italiens.......
    Là aussi, le ministre devra prouver pour qui il travaille, il sera obligé de se trahir:
    - Pour les patron armateurs sous pavillons de complaisance (et tout ce que ceci signifie)
    - Ou pour l'Intérêt collectif des Marins Français?
    A suivre...

  • Hello, Mathaf,
    tu est animalier aujourd'hui. :)
    Patte d'alligator femelle? Super , en mieux si elle est une maman!

    Cela me rappelle , une virée dans un bateaux aérien aux everglades dans le marécage grouillé de alligators avec un type qui avait la tête de z z top aux commandes, je n'ai jamais rencontre un type aussi dingue de ma vie.Il était complètement déchainé sur le bateau.
    voila, tu devrais laisser grandir ta barbe pour aller avec ta Harley Davidson.
    j'avais a ce moment , le rêve de camper 1 nuit au coeur des everglades . J'ai déchantée après 15 minutes d'ataques de moustique furieux. Je n'ai jamais vu autant de moustiques réunis. L'endroit méritait son nom Hell bay.

  • Hello Adri,

    Tiens j'ai déjeuné au bord de la mer à côté d'une brésilienne, j'ai adoré son goût pour les accessoires : Chaussures, Collier, bracelets, bagues, tout y était.

  • Eh oui, nous aimons nous mettre en beauté. Le ptit détail compte, n'est-ce pas?
    Moi, particulièrement , j'adore les bagues. ma dernière est une bague fait en papier mâché en tête de chat dont le modèle a été l'un des chats de chez Hemingway. ( tu vois, comme les vendeurs nous embrouillent, bon cote chat, c'est vrai qu' il en avait par tout dans la boutique).
    tu savais que les chats de Hemingway avaient 6 doigts?)

    Regarde ce site de bijoux design , je m'achete chaque fois que je passe par Rio.
    en plus ce fait avec du matériel recyclable et par une coopérative des artisans de Rio de Janeiro.
    On a commence a vendre en France et US après un défile où la marque Chanel l'a utilisé.
    Donate j'aime pas quand cela devient trop connu et tout le monde s'achète. :(
    J'ai arreté de me mettre.

    http://www.viktoriashop.fr/boutique/sobral/
    http://www.sobralusa.com/articles.asp?ID=142
    http://www.sobralusa.com/category-s/85.htm

    tiens, en juillet je vais rester 2 semaines en France et je pense aller en Camargue. C'est près de chez toi?

    Juste une question indiscrète a cote ou avec ? :)

  • Adri,

    J'aime beaucoup la Camargue, surtout les saintes maries de la mer. C'est bien loin de chez moi, mais si tu passes en pays basque "casa mia casa tuya" comme on dit.

  • Mais oui Sevand, j'en suis sûr. La dame n'était pas très jeune mais très séduisante, comme toutes les femmes qui veulent plaire.

    J'ai déjeuné en bord de mer, beaucoup de monde sur la plage, les vagues et les surfeurs étaient là. En dégustant un filet de merlu accompagné d'un Muscadet sur lie, j'aperçois une serveuse arborant un T-Shirt avec un gros imprimé disant "I'll come straight to the point". Les lèvres me brûlent de lui demander "What point, the fingerpoint ?". Mais elle était trop loin.

  • Sevand,

    "Les soirs où je suis argentin
    Je m'offre quelques Argentines
    Quitte à cueillir dans les vitrines
    Des jolis quartiers d'Amsterdam
    Des lianes qui auraient ce teint de femme
    Qu'exportent vos cités latines
    Ces soirs-là je les veux félines
    Avec un rien de brillantine
    Collé au cheveu de la langue
    Elles seraient fraîches comme des mangues
    Et compenseraient leurs maladresses
    A coups de poitrine et de fesses"

    Jacques Brel, Knock le Zout Tango.

  • je serais tango ce soir...

  • Merci,
    mathaf, mais je vais passer en coup de vent. je ne sias pas combien en fait je vais rester la-bas. je veux aller a Arles.
    cela fais un bail que je veux chevaucher en camargue. :)

  • Très bon choix Adriana, j'adore les chevaux camargais. Mon meilleur souvenir de cheval était au dessus de Manosque, pendant que la lavande était distillée. Genre Marlboro county, avec selle américaine, une clope dans une main et les rennes dans l'autre.

  • mathaf,
    Je veux ressentir l'ivresse de galoper comme une folle , le soleil en train de m'aveugler sur les dunes a cote de la mer.
    Jusqu'a ce que je tombe par terre. :)

  • Mathaf, j'aime bien qun tu m'appelles adri
    Cela fait tres bresilien.
    Allez, j'arrete mon vin blanc :)

  • Comment se regonfler quand on a été condamné ? Très joli à regarder :

    http://www.youtube.com/watch?v=9OawiTae0bA&feature=related

  • Mathaf : "(à méditer avec Audrey)"
    La Téquila, pour la mériter, il faut danser ! :-)
    ... disait le frangin.

  • Voici une tribune intéressante sur le Conseil d'Etat

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/28/un-conseil-d-etat-trop-politise_1708440_3232.html

  • Hum hum...

    Sorry, je n'étais pas assez présent ces jours-ci.

    Je viens de donner un coup de gomme

    Mais tout le monde reste on line, ça va de soi.

  • Cher Gilles,
    Je te demande encore des excuses , non pas par mes mots , je n’ai aucun regret, mais pour n’avoir pu respecter tes consignes. Pour etre franche, ce serait pour moi egal, si tu m’avait exclue. J'allais tres bien comprendre. Mon engagement est avant tout avec les personnes que j’aime bien et c’est ton cas, pas avec les regles.
    Avec moi c’est tres simple : Si on respecte mes origines, si on me respecte en tant que femme, je vais moi aussi essayer de respecter cette personne, car des fois, il se peut que je dise une chose avec maladresse.
    Sinon, je n’ai aucun probleme de me baisser a leur niveau et reflechir leur comportement. Je sais moi aussi etre tres a l’aise dans la loi de rues et du caniveau.
    La conversation ce serait toute une autre si ses personnes etaient dans mon territoire en tete a tete. J’ai été sciement provoquée dimanche, voila mon seul regret est que je ne vais pas finir mon travail avec l’un d’eux.
    Bonne semaine a toi.

  • Adri,

    Ce qui est embêtant, ce n'est pas tant la stupidité que la répétition. D'abord on ignore et puis on chauffe et ça devient difficile de remettre les gens à leur place de façon élégante, comme d'aucun fonctionnaire qui me chie dans les bottes à propos de ma retraite, un monde !

  • Chères amies, chers amis

    … je ne sais pas trop quoi dire.

    Bien sûr qu’il faut toujours privilégier les idées, l’affrontement des opinions, et éviter les prises à parties, et les mises en cause personnelles, qui même avec l’anonymat font des dégâts. Il y a des précédents, pas de bons souvenirs.

    Mais on ne va pas devenir ici « le courrier des lecteurs du Monde ». J’ai souvent dit que beaucoup de respect pour toutes les formes d’écritures. Je dirige depuis 10 ans une revue universitaire en droit de la santé, et on ne se permet pas le moindre écart relationnel. Je ne préférer pas l’un ou l’autre, ce sont des choses différentes.

    Bref, le rappel « affrontement des idées pas des personnes » est important, mais il bafoué à longueur de journée, et c’est bien… sinon, ce ne serait plus un blog. Et puis on étouffe sous l’hypocrisie, les lois du silence, l’absence de spontanéité… Alors, non, pas de doute, il faut accepter les excès. Ils sont même indispensables. Parole libre.

    Comme pour une bonne photo, il faut parfois renforcer le contraste.

    Libre, ca n’empêche pas de s’obliger un effort avec un discipline personnelle, mais ne rigolons pas, on n'inventera pas ici la séparation des idées et des affects, comme si ces deux mondes ne se parlaient pas.

    Sans façon, nous parlons de choses souvent graves, très personnelles et l’outrance des uns aide d’autres à ajuster les argumentaires. Impossible d’imaginer çà sans passion.

    Pour le reste ? Je n’oublie pas mes belles années d'infirmer, et mon admiration devant les cicatrisations.

  • Je pense infiniment regrettable, que je sois seul sur cette page à avoir évoqué, le fond du sujet! Ce qui arriva à Mondebourg, finalement ça n'a pas d'importance:
    C'était de sa faute, par maladresse (C pas la 1ère fois ;-)) et on ne lui a pas couper la tête!

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu