Avertir le modérateur

Malouines : L’Argentine attaque les entreprises

Aux Malouines, flotte le drapeau british, comme si c’était une évidence. Mais ces iles, vérification faite sur une carte, me semblent tout de même bien dans la sphère d’influence argentine...

Argentine, Malouines, Colonisation

En droit international, les Iles Malvinas, abusivement rebaptisées Falkland, sont sur la liste des territoires non autonomes de l'ONU. Ce qui signifie que pour la communauté des Etats du monde, la question de la souveraineté n’est pas tranchée et que les British, en droit, sont juste administrateurs.

Les Malvinas,c’est un archipel à 500 km des rivages argentins. Deux grandes îles et une kyrielle d’ilots. Seules les deux grandes îles sont habitées, aux alentours de 3 000 personnes, toutes british. Un référendum d’autodétermination est refusé par principe par les deux parties : les Britanniques s’estiment chez eux et ne veulent pas en entendre parler, et l’Argentine sait que ce serait une blague car sur ces îles quasi désertiques – les 3 000 personnes se partagent la surface d l’Irlande – tous les habitants sont arrivés en direct du Royaume Uni, et qu’on y compte en permanence plus de 1 000 soldats de sa Si Gracieuse Majesté.

Argentine, Malouines, Colonisation

L’Argentine a pour argument l’histoire, la colonisation dès les années 1830, le contrôle sur toute la zone qui doit être Sud–Américaine (et ici argentine) et le classement des îles comme territoire non-autonome par l’ONU.

Le dossier n’a jamais avancé car le Royaume-Uni ne veut entendre parler de rien, connaissant aussi bien les contraintes du droit international que ce qu’apporte cette présence stratégique : un point de vue imprenable sur ce secteur de grand passage, une zone d'exploitation maritime inespérée, les richesses de la mer et du sous-sol, et l’accès à l’Antarctique. Tout çà pour pas un rond.

En 1982, les Argentins avaient fait parler la poudre, débarquant leurs troupes sur les îles pour y planter leur drapeau. Les Britanniques avaient répliqués par une attaque grand format, et les Argentins avaient dû reprendre la mer, après de lourdes pertes humaines. Une humiliation pour l’armée, qui fut aussi le signe de la déconfiture des généraux au pouvoir. La guerre perdue conduisit à l’arrivée de la démocratie.

Argentine, Malouines, Colonisation

Trente plus tard, rien n’a bougé, sauf que les drôles de Britanniques du Grand Sud Américain ont blindé leurs positions. L’ONU n’a rien changé de ses analyses et encourage à la négociation pour sortir de ce conflit de souveraineté. Rien ne bouge.

C'est dans ce contexte que l’Argentine reprend l’initiative, et de manière très astucieuse.

Hier, la présidence argentine a déclarées clandestines les activités de cinq compagnies pétrolières autour des Malouines : « Ces activités s’avèrent illégitimes et clandestines car elles sont menées dans une zone sous souveraineté de la République d'Argentine et hors de ce que stipulent ses lois et règlements ».

Formellement, c’est le secrétaire argentin à l’Energie, Daniel Cameron, qui a signé les résolutions, publiées au Bulletin Officiel, déclarant illégales et clandestines les activités des compagnies Desire Petroleum, Falkland Oil and Gas, Rockhopper Exploration, Borders and Southern Petroleum et Argos Resources.

« Ces compagnies ne disposent d'aucune autorisation délivrée par les autorités compétentes du gouvernement argentin conformément aux dispositions de la loi 17.319 sur les hydrocarbures.La déclaration de clandestinité ouvre la voie au lancement immédiat de poursuites au civil et au pénal contre ces entreprises, y compris pour avoir commis des délits en violant la législation douanière et fiscale », a ajouté le ministère argentin des affaires étrangères.

Cette initiative est très sérieuse, et devrait faire réfléchir tous les responsables politiques confrontés au mépris du droit international. Le droit est énoncé, incontestable, mais les Etats dominants s’en moquent, sachant à quel point il est difficile d’agir en droit international contre eux. Pas impossible, mais très difficile.  

Argentine, Malouines, Colonisation

Tout autre est la situation des entreprises, sans immunité, ni revendication de souveraineté, et d’autant plus fragiles que le moteur de leur action n’est pas la défense d’un droit fondamental, mais seulement la recherche des bonnes affaires.

Dans les territoires non-autonomes, l’exploitation ne peut se faire que dans l’intérêt des populations, et quid quand l’entreprise ignore ?  

Les entreprises sont ensuite enserrées dans tout le droit économique : douanes, fiscalité, certificats d’origine. S’ajoute le droit de la concurrence car faire des affaires en violant le droit est une circonstance établissant la concurrence déloyale. Aussi, elles peuvent être attaquées en justice de toute part – par les gouvernements, les entreprises concurrentes, les syndicats, les groupes militants – et de tout côté – civil, pénal, douanier.

Ce contentieux démarre. Il sera moins spectaculaire que l’attaque militaire de 1982, mais il sera plus efficace car l’Argentine connait beaucoup de pays amis pouvant assurer les mesures d’exécution. L’Union Européenne va trouver prise dans la vague, car via le colonisateur britannique, elle devient partie prenante de la violation du droit de l’ONU. La jurisprudence qui va en résulter en intéressera beaucoup de peuples, parfois bien loin des Malvinas.  

Argentine, Malouines, Colonisation

Heureusement qu'il y a le blog, car on est toujours les derniers informés !

Commentaires

  • C'est effectivement une ouverture intéressante à suivre de près.
    Bien vu, Maître Gilles.

    Les contentieux territoriaux ont pris ces dernière années une toute autre ampleur avec les définitions élargies à 200 miles des zones territoriales attachées aux plateaux continentaux. Si une bonne part des nouveaux territoires ont pu être validés, il reste un sacré paquet de contentieux et de négociations en cours.
    http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/MER1954.doc.htm

    L'Argentine a semble t il adoptée une position assez offensive et pas seulement vers les Malouines.
    http://www.lescarnetsdeclarisse.fr/2009/04/geopolitique/largentine-demande-lelargissement-de-ses-eaux-territoriales-jusqua-lantarctique/

  • Notre web-pacha Mtre Gilles serait-il un supporter du "Mussolini de Carnaval"?
    Cela dit pour info, d'ici ce soir ou demain, temps permettant, moi aussi à l'occasion du 30ème anniversaire de cet étonnant évènement (tragique aussi, car il y a eu plus de 800 victime, même si à côte de la 2nde guerre mondiale, ce fut un farce) je prépare une "frappe" à mon bord consacré à ce douloureux sujet:
    Le sous-ensemble annexe "Marine Inconnue" du mon site "Souvenirs de mer", "allumera" une nouvelle page intitulée "Las Malvinas son Argentinas" ou Falklands?, soit ce soir, soit demain.
    Sur cette page, quelques informations restées inconnues ou méconnues.

    D'autre part, j'évoquerai aussi le fait que le problème n'est pas soldé et que l'enjeu demeure.
    La remarque de Yesroll s'impose en effet, e Miss Présidente Cristina (la plus jolie Chef de l'Etat du monde) va aussi effectivement, se disputer avec le Chili, comme c'est arrivé au général Videla avec ce traître que fut Pinochet. L'Argentine projetait une invasion du Chili en 1979, mais ce projet tomba à l'eau, c'est le cas de le dire, suite à une "intrusion" étrangère perturbatrice, heureusement pour les soldats à l'époque.
    Rappel de l'opinion de Jorge Luis Borges, qui sema le trouble dans l'enthousiasme populaire astucieusement déclenché par le général Galtieri:
    -"Le conflit qui vient d'être déclenché aux Malvinas, c'est le combat de deux chauves pour s'emparer d'un peigne..."
    Il n'avait pas tout à fait tort, même si aujourd'hui les réserve de pétrole situées autour de la zone, même si C encore très cher à exploiter, ça commence à être sérieusement "étudiable".
    La présidente risque le succès actuel du redressement de l'Argentine en se lançant "là-dedans", mais la Grande Bretagne n'a plus toutes ses dents et.... Je croit que...
    "Ca craint"!

  • Ceci dit, je crois, et non je croit, aussi qu'on n'a pas trop souvent demandé leur avis aux habitants de ces îles... Qui est beaucoup plus nuancé que cela ne se fait dire par le monde médiatique de nos cousins anglais. En effet, j'ai qlq correspondants qui me confirment la leçon de 1982 a été retenue.
    Sur place, on reste certes très attaché à la "britannité" des îles. Mais! Si on fut rassuré par la déculottée magnifique subie alors par la dictature argentine, on savait que le problème se reposerait dès que l'Argentine serait rétablie dans sa puissance "normale".
    (il s'en est fallu de très peu, pour que l'expédition ne ridiculise durablement Mrs Thatcher qui les prenait à tort pour très faibles, faut-il le rappeler? Le récit de Wikipédia sur le sujet reste incomplet mais il "fait le tour")
    A Port-Stanley, l'idée d'une souveraineté partagée avec le sourire, de pure principe surtout ;-)), accompagnée de concessions réciproques intelligentes, pour garantir la tranquillité définitive des lieux, fait son chemin! On ne veut pas de récidive.
    Car on l'oublie, si chez les civils locaux on ne compta que 4 décès, il y a eu énormément de dégâts matériels et presque 10 ans pour remettre de l'ordre sur les sites de combats. C'est "un détail" qui compte toujours, ensuite!

  • La perfide Albion reste très teigneuse sur les dernières miettes de son empire déchu.
    Il n'y a qu'à voir les positions abracadabrantesques contre l'Espagne et le Maroc sur le détroit de Gibraltar.
    Comme disaient les Sex Pistols : "God save the Queen, 'cause sh's No Future..."
    Thierry, merci pour ta contribution éclairée sur le fond, et "le combat de deux chauves pour s'emparer d'un peigne" m'a bien fait rire.

  • "Le sous-ensemble annexe "Marine Inconnue" du mon site "Souvenirs de mer", "allumera" une nouvelle page intitulée "Las Malvinas son Argentinas" ou Falklands?, soit ce soir, soit demain.
    Sur cette page, quelques informations restées inconnues ou méconnues."


    Coool : on aura un lien pour un accès direct ou il faut se munir d'une pioche, d'une lampe de poche et d'un perroquet bavard pour trouver ladite page ?? ;-)

    http://www.centre-lecture.com/home/IMG/jpg/Carte_No2.jpg

  • Faire la guerre à l'Angleterre, c'était pas très malouin.

  • Et oui Yesroll! Mais c'est Borges qui a dit ça, pas moi mais j'ai aussi beaucoup aimé...
    Cela dit ici ya un réel problème pour écrire un lien, n'ai pas réussi à en poser un depuis 4 mois au moins...
    Pas d'explication. 20 minutes me demande un test anti-automate et jamais malgré l'acceptation apparente, le message "passe"!
    N'ayant pas que ça à faire, j'ai donc abandonné tout espoir de pouvoir poser un lien sur le présent site-blog.... ;-((
    Cela dit, il suffit de le demander à notre ami Googoule, qui sait tout sur tout et tout le monde!

    Ben oui Matthaf! Vouloir botter le cul de Margaret Thatcher sans vérifier qu'il n'y avait pas de piège à loup, c'était pas du tout malouin, c'était argentin et surtout, le fait de chefs militaires fachos, incapables d'écouter leurs services secrets qui tentèrent pourtant de les avertir que ça se passerait fort mal...
    Lire le livre de Gabriel Tizza qui a avoué il y a peu, que son roman "Entourloupe sur les Malouines", ce n'était pas du roman! C'est arrivé presque comme il le raconte.... ;-))
    Le général Galtieri n'avait pas pensé que la dame de fer aussi, pouvait avoir l'idée qu'une "bonne petite guerre", ça pouvait inciter le bon peuple, à ne plus penser à l'économie qui fonctionne mal!

  • Bref, C prêt ce soir, faut faire la mise en page, j'ai commencé dimanche mais C un peu long.

  • Beaucoup de marins ont péri dans cette histoire; côté anglais, un croiseur dézingué par un exocet très français, côté argentin l'amiral Belgrano coulé par la marine anglaise.

  • Je mettrai en ligne ma page demain et je dois surtout dire que l'analyse du Blog-captain Devers est extrêmement intéressante. Le gouvernement Argentin actuel est très dynamique et je crois qu'on peut compter sur la belle présidente Cristina Kirchner pour apporter une réponse forte à un besoin collectif puissant:La population de ce pays fut humiliée gravement par trois fois:- Par la dictature militaire et ses énormes conneries.- Par la déconfiture aux Malouines qui fut l'une des conséquences de l'incompétence de la junte.- Par la crise de 2001 qui acheva de saccager le pays.La Présidente et son équipage ont plus ou moins bien su le faire, mais ils ont pu réaliser une remise en ordre de marche du pays, qui ne fait que commencer. Et elle a promis de s'occuper des Malvinas, tôt ou tard! Elle l'a fait en précisant qu'elle utiliserait tous les moyens possibles, à commencer par des méthodes "douces" encore jamais utilisées.Mtre Devers a fort bien su nous expliquer la démarche en cours!Quand on sait que l'option militaire sera bientôt techniquement de nouveau possible et que c'est aussi ouvertement évoqué, en GB on ne doit pas se faire d'illusion. Tôt ou tard, sans négociation, pendant qu'ils sont encore en position de force relative C le moment, l'éjection sera de plus en plus probable! D'où mon commentaire de ce matin, car c'est la voix de la sagesse.La souveraineté mixte est la solution pour contenter tout le monde, à commencer par la population anglaise (et étrangère "diverse") sur place, qui n'a ni envie ni intérêt de revivre 1982. La balle est dans le camp anglais...Sinon, on risque encore d'envoyer se faire congeler vivant ou de brûler vif des centaines de jeunes hommes, qui auraient (tout de même) mieux à faire...

  • Je mettrai en ligne ma page demain et je dois surtout dire que l'analyse du Blog-captain Devers est extrêmement intéressante. Le gouvernement Argentin actuel est très dynamique et je crois qu'on peut compter sur la belle présidente Cristina Kirchner pour apporter une réponse forte à un besoin collectif puissant, car la population de ce pays fut humiliée gravement par trois fois:
    - Par la dictature militaire et ses énormes conneries.
    - Par la déconfiture militaire aux Malouines qui fut l'une des conséquences de l'incompétence de la junte.
    - Par la crise de 2001 qui acheva de saccager le pays.

    La Présidente et son équipage ont plus ou moins bien su le faire, mais ils ont pu réaliser une remise en ordre de marche du pays, qui ne fait que commencer. Elle a promis de s'occuper des Malvinas, tôt ou tard!
    Elle l'a fait de surcroît en précisant qu'elle utiliserait tous les moyens possibles, en commençant par des méthodes "douces" encore jamais utilisées. Mtre Devers a fort bien su nous expliquer la démarche en cours!
    Quand on sait que l'option militaire sera bientôt techniquement de nouveau possible et que c'est aussi ouvertement évoqué depuis peu, en Grande Bretagne on ne doit pas se faire d'illusion:
    Tôt ou tard, sans négociation (pendant qu'ils sont encore en position de force relative c'est le moment de discuter) l'éjection sera de plus en plus probable!
    D'où mon commentaire de ce matin, car c'est la voix de la sagesse.
    La souveraineté mixte est seule la solution pour contenter tout le monde, à commencer par les populations anglaises et étrangères "diverses" qui sont sur place.
    Personne n'a envie ni intérêt de revivre 1982. La balle est donc dans le camp Anglais...
    Sinon, on risque encore d'envoyer se faire congeler vivant ou de brûler vif des centaines de jeunes hommes, qui auraient (tout de même) mieux à faire...

  • Belgrano n'était pas amiral, mais un général impliqué dans la guerre d'indépendance de l'Argentine. C'est aussi le nom d'une des grandes gares à Buenos Aires, naturellement. (je connais bien la ville)
    Le croiseur Belgrano allait sous peu participer à la guerre activement, mais n'en eut pas le temps, ce fut avoué plus tard. Mrs Thatcher avait donc raison d'affirmer que le navire représentait une menace contre les forces britanniques, ce qui fut confirmé par des documents britanniques déclassifiés en 2003 selon lesquels le croiseur Belgrano avait reçu la veille l'ordre d'attaquer les forces britanniques.
    (ordre intercepté par le GCHQ21, info rendue publique en 1999)
    Par ailleurs le Royaume-Uni avait prévenu le 23 avril 1982 l'Argentine de sa faculté à attaquer les navires ennemis hors de la zone dite "de guerre".
    En 1994 le gouvernement de Carlos Menem a admis qu'il s'agissait d'un acte de guerre légitime puis le Cdt du Belgrano (rescapé) a lui aussi avoué en 2003 que l'éloignement de la zone de sûreté n'était qu'une manœuvre dilatoire.
    Il a joué à la guerre et l'a perdue, torpillé par le sous-marin nucléaire HMS Conqueror, faisant plus de 300 morts pour cette seule opération de guerre, la plus meurtrière de fait, de toute la guerre.
    La plus grande partie des gars sont décédés par le froid, en bain forcé dans l'eau glaciale de cette zone au début de l'Hiver, car les secours ne furent pas capables d'arriver tôt, à cause de la distance et du danger.D'autre part, menacé (naturellement) à son tour par l'aviation, le Conqueror a dû "filer à l'anglaise" après son forfait.
    Il doit donc aussi être noté que la même situation que pendant la seconde guerre mondiale s'est alors représentée:
    Le sous-marin Conqueror ne pouvait pas recueillir les naufragés sans risquer à coup probable "d'y passer" à son tour et n'avait pas la capacité d'hébergement pour prendre les 900 pingouins à son bord. Ca nous ramène à la consigne "Triton Nul" de l'amiral Dönitz...

  • En espagne on décore les laches "militaires" espagnoles liquidés comme il se devait par 6 fois moins de rifains dont feu mon grand père.
    Pour faire oublier la crise on célèbre les perdants! les produits chimiques déversés n'ont pas eu raison de la détermination des rifains à être des hommes libres.

  • La guerre du Rif, fut encore plus sauvage et beaucoup plus meurtrière que celle des Malouines.
    Et reste trop méconnue et oubliée en Europe, mais certainement pas au Maroc, on devait s'en douter.
    Un point commun cependant, au début des révoltes, les militaires Espagnols n'ont pas pris cela au sérieux et c'est quand ils furent localement écrasés et chassés par des pauvres mal équipés et peu formés à ça, qu'ils ont dû comprendre...
    Prendre de haut l'ennemi et le mépriser est toujours une erreur.... L'Espagne de l'époque mise en difficulté au RIF, a fait appel aux Français. Tout ça ne fut pas très glorieux, car ça commence à se savoir, ils ont même utilisé les gaz...

  • La guerre du Rif, fut encore plus sauvage et beaucoup plus meurtrière que celle des Malouines.
    Et reste trop méconnue et oubliée en Europe, mais certainement pas au Maroc, on devait s'en douter.
    Un point commun cependant, au début des révoltes, les militaires Espagnols n'ont pas pris cela au sérieux et c'est quand ils furent localement écrasés et chassés par des pauvres mal équipés et peu formés à ça, qu'ils ont dû comprendre...
    Prendre de haut l'ennemi et le mépriser est toujours une erreur.... L'Espagne de l'époque mise en difficulté au RIF, a fait appel aux Français. Tout ça ne fut pas très glorieux, car ça commence à se savoir, ils ont même utilisé les gaz...

  • La guerre du Rif, fut encore plus sauvage et beaucoup plus meurtrière que celle des Malouines.
    Et reste trop méconnue et oubliée en Europe, mais certainement pas au Maroc, on devait s'en douter.
    Un point commun cependant, au début des révoltes, les militaires Espagnols n'ont pas pris cela au sérieux et c'est quand ils furent localement écrasés et chassés par des pauvres mal équipés et peu formés à ça, qu'ils ont dû comprendre...
    Prendre de haut l'ennemi et le mépriser est toujours une erreur.... L'Espagne de l'époque mise en difficulté au RIF, a fait appel aux Français. Tout ça ne fut pas très glorieux, car ça commence à se savoir, ils ont même utilisé les gaz...

  • Quelques épisodes de la guerre des Maouines ont été particulièrement terribles, à commencer par le débarquement en baie de San Carlos sous un bombardement Argentin soigné, au napalm aussi. Les gars qui furent gravement brulés ne purent être secourus correctement, parce que les hélicoptères sanitaires prévus pour cette éventualité, étaient presque TOUS à bord du gros porte-conteneurs Atlantic Conveyor, qui fut attaqué par des Super-Etendards et incendié deux semaines plus tôt. Tout l'équipage civil de ce grand cargo a également perdu la vie d'ailleurs. C'est ça, la guerre.

    Entre autres leçons de cette guerre, il fut reconnu que les "pisse-froid" qui criaient depuis des années (sans être écoutés) que les navires militaires conçus avec des superstructures en aluminium étaient une grave erreur stratégique, ils avaient raison. Les navires anglais coulés "en étaient" et firent la preuve de leur vulnérabilité. C'est aussi pour cette raison que conserver en service quelques "Grands-Anciens" rescapés de la seconde guerre mondiale, les 4 célèbres cuirassés Américains ou le croiseur Belgrano par exemples, ça n'avait rien de ridicule!
    Heureusement depuis 1945, le torpillage en haute mer n'est plus une activité fréquente. C'est arrivé 3 fois "seulement":
    - Durant leur guerre de 1971 une frégate Indienne coulée par un sous-marin Pakistanais. (pas de survivant)
    - Le Belgrano en 1982 (beaucoup de rescapés)
    - Totalement crapuleux cette fois, une frégate de la Corée du Sud en 2010, par un sous-marin de la Corée du Nord. (là aussi, pas de survivant) Pour éviter le pire et ne rien aggraver, les Coréens du Sud acceptèrent de bouffer leur chapeau...

    Le "grand public" doit aussi le savoir, une torpille moderne est ce qui se fait aujourd'hui de plus terrifiant en matière d'armement. Les modèles récents Allemands ou ranco-Italiens de l'usine de St-Tropez (spécialité locale trop méconnue) sont capables en un seul tir, de faire un tas de tôles avec un grand paquebot de croisière.
    Ceci rend encore plus inadmissible la vente de sous-marins au Pakistan instable qu'on connait depuis plus de 15 ans. Ce n'est qu'une petite allusion au passage à une triste affaire très louche, qui demeure une honte pour la France...

  • A lire...
    http://marine-inconnue.blogspot.fr/2012/06/il-y-30-ans-las-malvinas-son-argentinas.html

  • Le bon peuple des Iles Falkland (pardon, les Malouines!) vote aujourd'hui. hum-hum...
    Les questions qui fâchent demeurent... Cherchera-t-on à faire intelligent?

  • Le bon Peuple des Iles Falklans (pardon. Les Malouines!) vote aujourd'hui. Hum-hum...
    Ceci doit nous rappeler que les questions qui fâchent demeurent posées. Cherchera-t-on à faire intelligent?
    Affaire à suivre...

  • Résultat du traditionnel référendum aux Falklands, pour légétimer officiellement la présence anglaise:
    Plus de 98% de oui! Question:
    Qui sont les quelques affreux qui ont voté non? Et qui vont devoir payer la tournée générale s'ils s ont identifiées?
    Milles abords...
    Ceci dit, le sujet reste entier et C pas un pied de nez qui va arrêter Cristina! Elle est tout sauf dans l'urgence.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu