Avertir le modérateur

C’est le bazar à l’Ecole Polytechnique

Je croyais que les modèles de la marque « Etat » se trouvaient dans des institutions genre l’Ecole Polytechnique. Eh bien non, c’est là-bas la gabegie gestionnaire nous explique la Cour des comptes dans un référé publié ce 22 juin.

cour des comptes,etat,armée

Premier problème : pas de comptabilité analytique fiable, de telle sorte que « le coût complet de la scolarité reste difficile à évaluer ». C’est mal parti !

Ensuite, les profs. « La gestion des personnels enseignants est trop laxiste » et « les dispositions régissant la gestion des enseignants n’ont pas été appliquées ». Résultat : « l’École demande à ses enseignants des services nettement inférieurs à ceux des universitaires ». De plus, les « règles relatives aux autorisations de cumul d’emploi n’ont pas été respectées ». La Cour des Comptes relève une majoration de la rémunération des enseignants a temps incomplet pour 1,3 million d’euros en 2009 alors qu’un « décret de 1986 qui l’interdit expressément ». Bon, mais s’il faut respecter la loi, on ne fera jamais rien…

Ecole élitiste ? Quasi ségrégationnisme, oui ! Les effectifs ne comptent que 11% de boursiers, et seulement entre 11% et 18% de femmes ». Selon la Cour, « les statistiques font apparaître, plus nettement encore que dans d’autres écoles comparables, un recrutement excessivement masculin et concentré sur les catégories socioprofessionnelles "cadres supérieurs – professions libérales et professions intermédiaires" ».

Et ça continue ! A l’X,  les études sont gratuites… et rémunérées. Les étudiants ont le statut de troufion, et ils perçoivent une solde de 1160 € par mois – au total plus de 25 millions par an. En contrepartie, les élèves s’engagent à travailler les premières années pour l’Etat, et s’ils vont travailler dans le privé, soit 70% des élèves, ils doivent rembourser cette aide. Pour ne fâcher ces petits chéris, l’Ecole ne réclame plus ce remboursement, ce qui est illégal… et foncièrement anormal alors que les élèves relèvent massivement de l’élite sociale.   

cour des comptes,etat,armée

Voici donc Polytechnique prise les doigts dans le pot de confiture. L’Ecole a répliqué qu’elle était entrain de tout revoir… On veut bien le croire, maintenant qu’elle s’est faite poisser en flagrant délit. Alors, quel effort ? Le référentiel étant de 30% d’élèves issus de milieux modestes, on est en à combien ?

Il faut beaucoup de laxisme institutionnel pour qu’une école d’Etat, placée sous l’autorité du ministère de la Défense, s’offre des facilités qui seraient mortelles pour une structure privée. Et on attend un rapport du même tonneau sur Sciences Po…

cour des comptes,etat,armée

Un nouveau sigle pour Polytechnique

Commentaires

  • Le rapport sur la gestion de l'Ecole Polytechnique

    http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Gestion-de-l-Ecole-polytechnique

  • Le site de l'Ecole

    http://www.polytechnique.edu/

  • En plus ils ont l'air très con sous leur bicorne.

  • white power.....

  • Bande d'assistés!

  • La racaille n'arrive même pas à y mettre les pieds, à polytechnique !

    Pourtant, c'est une bat' école pour apprendre le maniement du bazooka.

    (bon, trève de plaisanterie).

    Polytechnique est la grande école qui présente bien, de façon caricaturale, tous les travers des grandes écoles françaises : élitisme et favoritisme implicite. La "racaille" n'y a en effet pas sa place, et c'est pas anodin.
    Car pendant que la racaille 2 France va, au mieux, tenter un cursus universitaire et pleurer sa race si elle réussit jusqu'à bac+5 (merci les bourses sur critères sociaux, ouf), ben des gosses de centrevillois le plus souvent assez aisés seront payés pour étudier.
    La racaille 2 France aimerait bien être elle aussi payée pour étudier, quitte à avoir un contrat de travail pour un temps très partiel adapté, lui permettant de préparer son insertion professionnelle (exemple : au lieu de faire vacataire payée à coups de lance pierre dans la BU de sa fac, la racaille 2 France aimerait un contrat genre tiers de temps payé au SMIC plein temps, qui serait une sorte de contrat "travail-études", un peu comme l'ancien statut des surveillants d'externat en collège lycée mais amélioré. Bien sûr la racaille kifferait que les allocs des normaliens et polytechniciens deviennent un contrat "travail étude" du même style exactement).
    La racaille 2 France aimerait bien, tout ça ... sauf que aujourd'hui, elle a réussi son bac+5 grâce aux bourses du crous qui lui ont payé ses pates (bon sang elle en a marre des pates, burk), mais pas plus. Et là, comme c'est une racaille très très brillante, elle voudrait faire une thèse (sur la sociologie de la racaille, véridique).
    Bah manque de pot, les bourses sur critères sociaux disparaissent, ne peuvent s'appliquer pour une thèse, et donc hormis si la racaille est très très bien vue par ses profs (mais c'est une racaille donc ce critère là, c'est hard...) et d'un niveau vraiment très très excellent, où là elle peut espérer un éventuel financement sur critères de mérites, ben elle va l'avoir dans l'os, la p'tite racaille.
    Exit la racaille !
    La thèse, c'est un truc pour enfants de riches qui sont en bons termes avec leurs parents.
    Finalement, la racaille 2 France se dit qu'elle aurait du l'essayer, le concours de polytechnique... sauf que dans son bahut de banlieue, personne n'était au courant que ça existait.
    Etrangement, dans le lycée du parc à Lyon, et le lycée Louis le Grand à Paris, tout le monde savait.

    Dans tous les cas de figure, à l'université ou dans les écoles les plus élitistes comme polytechnique, la racaille moyenne n'a aucune chance de survie. Ce qui est, en soi, discriminatoire, car les élèves moyens issus de classes moyennes sup', eux, vont parfois très loin tranquillement, et terminent polytechniciens ou docteurs, cependant que la racaille moyenne termine... racaille.
    Damned.

  • @racaille 2 France, voila ce j'appelle une Belle Tirade , vraiment claire et précise ,elle mérite une note extrèmement Haute . Vous devriez vous présenter a la tète de l'éducation nationnale, vous seriez le "Boss ". Bravo pour votre prestation,des gens comme vous, on n'en manque ,dans notre Pays .... Mes sincères Salutations . jcé.

  • "ils perçoivent une solde de 1160 € par mois"

    Faux. Le rapport de la Cour des comptes indique que la solde est de 880€ par mois, auxquels s'ajoutent environ 280€ d'APL. C'est la loi qui prévoit le versement d'APL à partir du moment où quelqu'un est locataire de son logement, pas l'Ecole Polytechnique. A partir du moment où les conditions fixées par la loi sont remplies, si vous n'êtes pas d'accord avec ce montant "indécent", c'est la loi qu'il faut critiquer, pas l'X. Je reviendrai sur l'existence d'une solde de 880€ plus loin...

    "les effectifs ne comptent que 11% de boursiers, et seulement entre 11% et 18% de femmes"

    Peut-être faut-il rappeler que le concours d'entrée est ouvert à tous (et à toutes), et gratuit pour les boursiers. De plus, le coefficient des épreuves "culturelles" (français, langues, ...) est très faibles comparé aux matières scientifiques, donc l'argument du "les boursiers ont pas la chance des petits Charles-Henri qui font le tour de tous les musées avec leur parents" semble plus que fallacieux. Le faible pourcentage de boursiers peut donc être dû à deux causes : soit ils ne connaissent pas l'Ecole Polytechnique, dans ce cas la faute est plutôt du côté des enseignants et CPE des lycées qui n'informent pas correctement leurs élèves que du côté de l'Ecole, soit leur classement au concours d'entrée ne leur permettait pas d'intégrer cette école. Faut-il donc faire de la discrimination à l'entrée et intégrer des élèves juste parce qu'ils sont boursiers ? (en rappelant qu'on ne parle pas de SciencePo où l'on peut facilement acquérir des références culturelles et un art rhétorique, alors que si des "équa diff" vous laissent de marbre, il y a peu de chance que ça change du jour au lendemain...)
    Concernant les femmes, leur présence dans les autres grandes écoles d'ingénieurs n'est pas beaucoup plus élevée... Rajoutez à cela le statut militaire qui peut faire peur, et vous avez votre explication.

    Maintenant penchons nous sur l'origine principalement "cadres supérieurs – professions libérales et professions intermédiaires". L'existence de la solde que vous critiquez tant est justement pour une part de permettre à n'importe quel élève de pouvoir intégrer l'école, que ses parents aient des moyens ou non. Il y a donc manifestement un problème quelque part, mais n'est-ce pas plus les lycées et les classes prépa qui font une sélection (involontaire ou non, par exemple par défaut d'information) en amont ? Est-ce plus normal que certains n'osent pas passer le concours de Centrale ou des Mines parce que la vie à Paris est trop chère et que la fac de province semble être la seule solution accessible ?

    Pour finir, "l’Ecole ne réclame plus ce remboursement, ce qui est illégal", je vous renvoie simplement au décret no 2000-900 du 14 septembre 2000 (une partie de la fameuse "réforme X2000"), article 7, pour que vous puissiez me dire en quoi appliquer un décret est illégal...
    On peut toujours demander à nouveau de rembourser la solde, mais alors si l'Etat ne propose pas autant de postes qu'il y a d'élèves (ce qui est le cas actuellement), l'intérêt de la solde (que j'ai expliqué ci-dessus) disparaît, puisqu'un élève peut être amené à devoir tout rembourser (et donc tout épargner durant la scolarité), alors même qu'il voulait continuer au service de l'Etat mais n'en a pas eu la possibilité. Dans ce cas, autant ne rien donner...

    Alors certes il y a manifestement quelques dysfonctionnements qu'il faut régler au plus vite (gestion des enseignants, clarté de la comptabilité), d'autres que l'on peut déplorer mais dont la solution ne semble pas à chercher uniquement du côté de Polytechnique (faible taux de boursiers,...), et d'autres aspects dont l'injustice à première vue ne l'est peut-être pas tant après réflexion, mais on est loin du scandale d'Etat que vous semblez essayer de dénoncer.

    J'espère que vous me publierez...

  • C'et vrai que trouver un travail dans l'état ,apres la fin de sa formation, où les opportunités si font tres, tres rares est un enorme exploit, surtout quand reussir le concours d'entrée dans certaines institutions est plutot plus pour les atouts politiques qu'intelectuels.

    Nous avons aussi ce type de contrat presque-impossible de ne pas finir dans un piège.

    L'état bresilien paye le post-doc, 1 an, une jolie somme de 2500€ par personne et plus si famille a l'exterieur, a condition que le boursier revienne au pays au terme du postdoc et y reste au moins 1 an. Sinon il faut tout rembourser.
    Des fois, vu la qualité du travail fournit par le boursier et quand il tombe sur un super labo ou entreprise, aux US, il a une offre pour rester.
    Le hic, c'est l'obligation de retourner au bout d'un an, en sachant la penurie d'offre d'emplois au retour. Il est certain au retour, pour les boursiers, de rester au moins 1 an ou plus dans le chomage.
    Cela etant dit, bcoup de labo en Europe, utilise la main-d'ouvre des scientifiques etrangers payé par leurs etats d'origine, faute de bourses disponibles sur place. C'est un commerce un peu immoral. Ils vont faire des annonces alechantes dans les pays emergents de leurs labos. On arrive et on a tout un chantier a faire. Montage et installation d'equipements, construction des circuits electriques, et hidrauliques.
    Bref, du bricolage pendant 1 an au moins sur certain equipements, sans etre sur que cela va marcher.
    Je pense aux pinces optiques et d'autres trucs dans le genre. Fours que ne marchent pas( faut les mettre en route), ou meme etre un physicien mais faire des syntheses chimiques car le responsable veut economiser les sous et pas s'acheter le produit vendu dans les labos specialisés.
    Bref, certans postdocs a l'exterieur sont un enorme piège et il faut fuir.

  • Un big up pour la racaille 2 france ! C'est très bien résumé


    Pour "un peu de jugeotte" et son argument ressassé à l'envi de la méritocratie, voici un peu de lecture.
    Et on ne saurait trop lui conseiller de faire preuve d'un peu de jugeotte justement pour pouvoir comprendre pourquoi les grandes écoles sont depuis si longtemps l'apanage des élites (et décriées depuis si longtemps - et par n'importe quel chercheur qui se respecte - comme étant le meilleur bassin aquacole de reproduction des inégalités sociales).

    http://www.scienceshumaines.com/a-quoi-servent-les-notes_fr_14909.html

    [quasiment impossible de rivaliser quand on a 15 ans de retard à tous les niveaux (qualité des cours, des environnements, du soutien à domicile et... ces satanés stéréotypes sociétaux qui collent à la peau) => un encore plus respectueux big up pour ceux qui essayent quand même, y parviennent ainsi que pour ceux qui s'accrochent et décrochent une thèse de doctorat]

  • @Denis75 :

    L'article que vous mentionnez me semble complètement à côté de la plaque par rapport à ce que vous semblez vouloir défendre. Je cite en particulier :
    "Avec le contrôle continu, les filles, les enfants de cadres supérieurs et les élèves sans retard scolaire, sont plus souvent reçus – conformément donc aux biais de notation découverts par la recherche. Grâce aux épreuves anonymes actuelles, la sélection des candidats est marquée par davantage de justice : les élèves d’origine populaire, les garçons, les élèves en retard sont plus souvent reçus."
    Les épreuves écrites du concours d'entrée de Polytechnique sont anonymes, et aux oraux on ne demande pas la profession des parents, le lieu de résidence ou le cursus scolaire. (Quant au sexe, on peut difficilement le cacher, mais à en croire l'article les filles seraient favorisées, donc ce ne serait pas ça qui diminue la proportion de filles dans cette école...) Après c'est sûr que si vous entrez dans la salle d'oral en lançant un "big up gros" à l'examinateur, il aura peut-être un a priori négatif sur vous...

    "comme étant le meilleur bassin aquacole de reproduction des inégalités sociales"
    Une fois entré dans une grande école, les inégalités sociales jouent beaucoup moins et les postes proposés à la sortie sont très peu liés à "papa-maman" (même si je vous l'accorde, papa directeur de la boîte peut éventuellement aider... mais pour tous les autres, je ne pense pas que les postes accessibles à la sortie de l'X soient répugnants...). A l'inverse, les emplois trouvés en sortant de la fac dépendent beaucoup plus des contacts de la famille je pense...
    Ce ne sont donc pas les grandes écoles qui reproduisent les inégalités sociales, au contraire, mais le système éducatif en amont qui ne sait pas orienter correctement les bons élèves, qu'ils vivent au fin fond de la campagne ou à Neuilly...

    "quasiment impossible de rivaliser quand on a 15 ans de retard à tous les niveaux"
    C'est la faute des grandes écoles ou des collèges/lycées ? Supprimez les grandes écoles, et vous créerez des filières de master dont la sélectivité reviendra au même, la subjectivité dans l'étude des dossiers en plus...

  • "quasiment impossible de rivaliser quand on a 15 ans de retard à tous les niveaux" (denis75)
    C'est la faute des grandes écoles ou des collèges/lycées ? (Jugeotte)


    C'est précisément ce point-là que l'article venait développer.

    "Ce ne sont donc pas les grandes écoles qui reproduisent les inégalités sociales, au contraire, mais le système éducatif en amont qui ne sait pas orienter correctement les bons élèves" (jugeotte)

    Ce n'est pas qu'un problème d'orientation. loin s'en faut...

    Le problème est à prendre exactement à l'envers : c'est parce que l'égalité des chances est inexistante au primaire et au secondaire que les grandes écoles sont et seront inaccessibles tant qu'une minorité (dont vous faites partie) affirmeront qu'il n'y a aucun problème de ce côté-là.

    Il est ridicule d'affirmer que les grandes écoles ne sont pas un système de reproduction des inégalités sociales => AUCUNE étude scientifique, aucun rapport étatique ne le démontre ; tous prouvent le contraire...

    Désolé !

  • "quasiment impossible de rivaliser quand on a 15 ans de retard à tous les niveaux" (denis75)
    C'est la faute des grandes écoles ou des collèges/lycées ? (Jugeotte)
    C'est précisément ce point-là que l'article venait développer. (denis75)

    Donc, encore une fois, que viennent faire les grandes écoles là-dedans ?

    "c'est parce que l'égalité des chances est inexistante au primaire et au secondaire que les grandes écoles sont et seront inaccessibles tant qu'une minorité (dont vous faites partie) affirmeront qu'il n'y a aucun problème de ce côté-là"

    Vous avez dû mal me lire, parce que je dis depuis le début que le problème est à chercher en amont des grandes écoles (donc au primaire et au secondaire). Si la sélection sociale des grandes écoles découle des inégalités antérieures, pourquoi vouloir s'attaquer aux conséquences plutôt qu'aux causes ? Comme je l'ai dit, supprimez les conséquences (grandes écoles) et les mêmes causes auront les mêmes effets (avec des filières plus sélectives à l'université (et pas forcément plus justes, cf modèle anglo-saxon)). Faudra-t-il ensuite supprimer les universités parce qu'elles reproduisent les inégalités sociales ?

    Comme bien souvent, il est bien plus facile de blâmer le thermomètre lorsqu'on a de la fièvre...

  • "Donc, encore une fois, que viennent faire les grandes écoles là-dedans ?"
    Écrit par : Un peu de jugeotte | 28.06.2012

    C'est le sujet d'une discussion liée à un des thèmes abordés dans ce billet.

    Alors on ne doit pas se comprendre.

    Je suis d'accord avec votre raisonnement ensuite, sauf que ignorer le paroxysme du problème est le point sensible sur lequel j'insiste toujours.
    J'ajouterais que la sélection dont vous parlez existe déjà de facto dans les universités (sélectivité des cursus universitaires et baisse des chances au fur et à mesure de la dégringolade dans l'échelle sociale). Et ailleurs aussi en fait ! Partout

  • Une autre grande école épinglée (tiens, tiens, je croyais que Richard Descoings était formidable, omniscient, altruiste et un digne serviteur de l'Etat : il a bien permis de se servir dans la caisse surtout...)

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/07/08/la-cour-des-comptes-fustige-la-gestion-de-sciences-po_1730681_3224.html#xtor=RSS-3208

  • Rectificatif

    c'est "Sciences Pipo"

  • On vit une epoque on il fat bon de taper sur l'elite nationale

    1) ce n'est pas un scoop que les filles se détournent des filières scientifiques pour aller dans les langues, littéraires et bio... Mr le pseudo journaliste au QI de é réveillez vous..

    2) ok les enseignants-chercheurs font moins de cours, mais du coups ils passent plu de temps a faire de la recherche contractuelle: polytechnique a le budget recherche (contrat industriel) le plus important de France. Quand les universitaires jaloux auront autant de contrats, ils pourront l'ouvrir! Les universitaires sont jaloux du sttaut des profs de ces ecoles, cets tout! mais rien ne les empechent de postuler sur les postes de ces ecoles!

    3) le concours d'entree de polytechnique est ouvert à tous ! Le fait que seuls 11% des eleves viennent de milieux modestes n'a rien à voir avec l'argent ! Il faudrait plutot s'attaquer en amont, au differences de niveau entre ile de france et province, aux castes pour rentrer dans les grands lycées comme Louis le grand, henri 4 qui preparent aux concours d'entrée car il y a la une grosse selection par l'argent car seuls les parents riches peuvent payer le loyer d'un studio a Paris pour leur fils...

    Le fait qu'un etudiant fils de polytechnicien ait plus de chance qu'un fils d'agriculteurs est que le père connait deja le programme de prepa et l'ambiance et il sait preparer son fils... bref ils prennent de l'avance sur les autres à ce niveau... je suis fils d'agriculteurs et jai pas une grande école! Je suis fiers de mes parents qui mont toujours poussé à bosser dur!


    bref mr le pseudo journaliste au QI de deux, jai du mal a croire qu'un jour vous puissiez rentrer a polytechnique.... jalousie quand tu nous tient!

  • Merci Tony de cette révélation: je suis jaloux ! Nom de Dieu, que n'y ai-je pensé plus tôt...

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu