Avertir le modérateur

  • Eva Joly se lance dans une carrière d’illusionniste


    dessin-illusion.jpgBonne nouvelle : Eva Joly is still alive. Les équipes d’investigation du blog l’ont retrouvée à Rio. Nous pensions débusquer Eva en Guadeloupe ou à la Martinique entrain de faire du boudin antillais, pour ne pas avoir été nommée ministre de la Justice alors que tout la qualifiait. 

    Mais sûre de son génie, et confortée par l’enthousiasme populaire qu’elle a créé lors de la campagne des présidentielles, Eva Joly laisse comme menue monnaie la politique en France et s’attaque à un challenge enfin à la dimension de son talent : l’éthique internationale.

    Et oui, chères amies et chers amis ! Eva Joly est à Rio pour créer un « Tribunal international éthique ».  Et d’expliquer : « Sur le modèle du tribunal Russell, qui avait fait beaucoup pour arrêter la guerre au Vietnam, il s'attaquera aux crimes contre l'environnement ».

    Moi je trouve qu’Eva Joly a bien raison. Comme elle ne peut se faire élire nulle part et que personne ne veut la nommer  nulle part, elle se crée son tribunal mondial et se nomme présidente. Bien vu,… mais un peu modeste. Tant qu’à faire, elle pourrait ajouter à ses compétences le bonheur absolu et l’amour fou. Ca ferait une somptueuse carte de visite : « Madame Eva Joly, quasi-ministre de la Justice, Présidente duTibunal international de l’éthique, du bonheur absolu et l’amour fou ».

    A part çà, son tribunal bidule, c’est juste une grosse arnaque.

    Cette invention des tribunaux d’opinion date de l’époque où il n’existait aucun système juridique international capable de sanctionner les violations du droit. Alors, on créait une belle asso, on lui donnait le nom de tribunal, et au lieu de tenir un congrès, on organisait un simili procès, comme une pièce de théâtre. Avec de bons relais médiatiques, ça pouvait avoir un impact sur l’opinion.nd7sb4lkry.jpg

    Tout le problème est que désormais on dispose de règles efficaces en droit international, et les relativiser pour préférer des tribunaux de bazar est une faute. Le système a encore plein de défauts et d’insuffisances,… mais la principale faiblesse est que les groupes militants n’ont pas encore compris tout ce que pouvaient apporter  les outils actuels du droit. Ce droit est mésestimé, voire honni, car ressenti comme lié à la mondialisation, alors qu’il est d’une efficacité remarquable dès que l’on s’en sert, non pour faire de beaux discours, mais en soumettant aux tribunaux des bases factuelles sérieuses assises sur les techniques actuelles du contentieux.

    Un seul exemple : la responsabilité des entreprises. Les traités d’investissement qui permettent de faire du business comprennent tous les clauses liées au respect des droits fondamentaux… difficiles à opposer aux Etats, mais faciles à utiliser contre les entreprises. Par priorité, choisissez celles qui ont leur siège en Europe, histoire de se les farcir avec les goûteuses et charnues jurisprudences de la Cour de Justice de l’Union Européenne.

    J’ajoute que quand on en est à dénoncer des « crimes écologiques », parler d’éthique est de la foutaise. Ce qui est en jeu, ce sont les spoliations de biens à grande échelle et les atteintes à la santé, données sur lesquelles on dispose de bons outils juridiques, et ce dès le droit interne.

    Eva Joly a choisi d’amuser les grands groupes industriels avec son « tribunal international éthique ». C’est sûr que ce genre d’annonce, qui détourne des actions juridiques efficaces pour de la guimauve bien-pensante, doit les faire bien rire. 

    Art-illusion-29.jpg

  • Hollande a rendu les armes devant Le Pen

    hollande,sarkozy,immigrationN’imaginez pas un instant que je vais laisser passer par pertes et profits la trahison de Hollande. Le Pen a construit sa gloire sur un thème : « Il y a trop d’immigrés ». Et Hollande répond : « Oui, il y a trop d’immigrés ». Ce n’est pas la fin de la Gauche, mais l’apogée de la Gauche molle.

    Hollande n’a jamais rien eu à fiche de l’immigration. Il s’en tape. Pendant ses années de premier secrétaire, vous ne trouverez jamais une ligne de soutien aux associations qui œuvrent pour la défense des droits des étrangers. Il a sous-traité la question à la saumâtre asso SOS Racisme, et son douteux « Touche pas à mon pote ». Le sympathique dirigeant est Harlem Désir, condamné es-qualité pour escroquerie à 18 mois de prison avec sursis. Le pote, c’est le gentil arabe qui, bon couillon, vient se faire évangéliser par les valeureux socialistes. Mon petit arabe à moi,… comme la petite copine tchadienne de Morano. Nul.

    Sarko, qui était un Hollande N-1, avait lui aussi posé les armes devant la famille Le Pen. Il avait créé un ministère de l’Identité Nationale, et lorsque ce ministère a sombré, il avait donné compétence pour l’immigration au ministre de l’Intérieur,… ce qui n’avait jamais été vu. La Gauche vivante avait protesté, alors que ces questions ont toujours relevé des affaires étrangères ou des affaires sociales. Le mollasson Hollande a maintenu la mesure prise par son frère intellectuel, Sarkozy. Comme çà, c’est clair.

    Après, cette salade sur les 30 000 régularisations par an... Mais savent-ils de quoi ils parlent ? « On va fixer des critères ». Mais banane, figure-toi que ces critères existent depuis belle lurette, et qu’ils s’appellent l’asile, la vie familiale et le travail, avec des jurisprudences blindées sur lesquelles la limace Hollande n’a pas plus d’influence que sur la première circonscription de La Rochelle. Les « régularisations » ne sont pas des cadeaux mais des reconnaissances de droits.hollande,sarkozy,immigration

    C’est parce qu’ils ont le droit d’obtenir un titre de séjour que certains immigrés injustement précarisés obtiennent gain de cause. Hollande, et son chef de chantier Valls, accréditent le discours lepéniste de l’envahissement qu’il faut contenir.

    Une faute centrale : l'oubli de ce qui fait la Gauche, la solidarité.

    Le roi de la molasse avait annoncé des concertations tous azimuts, et sur tout et n’importe quoi. Mais, tiens, pourquoi pas de concertation sur l’immigration ? Hollande valide les 30 000 régularisations de Sarko, et repart dans son trou. C’est trop risqué de parler d’immigration avec les pros ? Ah les petits… Et tous ces crétins entonnent en cœur : « pas de laxisme ! ». Quel aveu ! Pour ces colonialistes dans l’âme que sont les dirigeants socialistes, l’immigration est une affaire de délinquance.

    Il faut donc poser quelques principes.

    -       L’immigration est la grande chance de la France. Sans les populations immigrées, la France serait en régression économique. Les immigrés participent à tous les niveaux à l’expansion du pays. Sans eux, l’économie s’écroule.

    -       Grace à l’action internationale de Pompidou, Mitterrand, et Chirac, la France garde une excellente image dans un monde fracassé par les impérialismes. Cette amitié est manifeste dans les pays francophones d’Afrique, et il est urgent d’engager une grande politique avec ces peuples amis. L’immigration fera partie des questions à négocier,… loin de la caricature des 30 000. Sarko avait fait un discours frelaté à Dakar, mais au moins il avait été à Dakar pour parler de l’Afrique. La molasse s’est contenté d’une interview de son porte parole au journal Le Monde. Ca, ce sont les talonnettes dans la tête.  

    hollande,sarkozy,immigration-       Il est impossible de parler valablement d’immigration sans une mise au carré avec ce grand pays qu’est l’Algérie. L’Algérie est au cœur de notre histoire. C’est la base de tout. Les Algériens ont des choses à nous dire, et nous avons des choses à faire ensemble. J’aime beaucoup l’Egypte, la Libye ou le Liban, mais pour la France, rien ne peut se faire sans une relation construite avec l’Algérie. Pour l’ouverture au monde, l’Algérie est comme l’Allemagne pour la politique européenne.

    -       Dans trente ans, la planète reposera sur de grands pays leaders : la Chine, la Russie, l’Inde, le Brésil… Pour Hollande cuisiné à la sauce Le Pen, la question de l’immigration se résume au nombre de basanés dans le 9-3. Fatal error. Se refermant sur ses frontières, en cultivant l’image d’une France finie, qui ne peut plus s’accroître mais qui peut juste être partagée, Hollande – qui sait très bien tout çà – vend ses idées pour pas un rond. Il le paiera cher.

    Ils voulaient réussir l’intégration, entendue comme une assimilation. Le résultat est qu’ils ont intégrés la pensée Le Pen, de A à Z.

    Si la France veut penser son aveniri, elle doit, en lien avec les pays intéresser, s’ouvrir au monde et ouvrir les portes pour l’immigration. Mais ils ne ferons rien, pour ne pas braquer l'électorat lepeniste. Le naufrage est annoncé dans ce refus de reconnaître les droits des personnes immigrées.

    hollande,sarkozy,immigration

     Navire faisant naufrage près du Mont Athos, Ivan Aivazovsky, 1856

  • Ce sera le gouvernement des reniements

    affiche-Le-Bouffon-du-roi-The-Court-Jester-1955-1.jpgHollande, c’est du Sarko sans Sarko et du DSK sans DSK. Il n’y a pas de quoi regretter le vote du 2° tour, car Sarko cornaqué par un Buisson en délire, ça devenait n’importe quoi, mais il n’y avait pas grand’chose à attendre de cette Gauche molle, amaigrie, sans muscle ni colonne vertébrale.

    Le gouvernement de Hollande sera ce qu’avait été sa campagne : je ferai la politique de Sarko sans les excès de Sarko. Il n’y a pas de surprise. Nous allons avoir du sous-Raffarin, à l’eau tiède.

    Petite revue d'actualité. 

    Le temps de la campagne, la Cour de cassation avait dit, vu l’état de la loi, ne pouvoir sanctionner les « licenciements boursiers » et, par ailleurs, le Conseil constitutionnel avait annulé la loi sur le harcèlement sexuel, trop imprécise. Priorité du gouvernement qui entend combattre « les puissances de l’argent » ? Une fois au pouvoir, on se calme : les licenciements boursiers, c’est compliqué, l’urgence est la loi sur harcèlement sexuel : soixante procédures par an, qui se finissent par quelques mois avec sursis !

    Après, on a le licenciement de Nicole Brick, ministre de l’Ecologie pour quinze jours, qui avait osé remettre en cause les intérêts de Total et de Shell pour les forages lointains, au large de la Guyane. Dégagée et remplacée par la docile Batho, qui sait ce qu'il lui reste à faire pour durer : des risettes, et éventuellement une surprise-partie avec Hulot, le roi du gel douche. 

    Très bon aussi le coup du SMIC ! Le gouvernement de la justice sociale fait le paon : 2% d’augmentation, dont 1,4 mécanique pour rattraper l’inflation, ce qui représente une mesure de justice sociale de 0,6%, soit 20 euros par mois. Géniale, la Gauche et son plan de guerre pour les travailleurs pauvres.Bouffon_vk028.jpg

    Pour les 60 000 embauches dans l’Education nationale, c’est pas mal non plus. On se souvient des calculs puissants de Hollande expliquant que le coût serait supportable, mais aujourd’hui il n’y a plus de coût du tout : les embauches dans l’Education nationale seront compensées par la purge dans d’autres services, pour que les effectifs de la fonction publique restent constants. Très drôle.

    Hier, Hollande confirme qu’il maintient la politique de Guéant pour l’immigration. Ca ne peut surprendre personne dès lors qu’il avait nommé à l’Intérieur le mec le plus à Droite du PS, célèbre pour ses propos xénophobes tenus à Evry, et qu’il avait laissé au ministère de l’Intérieur la compétence sur l’immigration, ce qui est une invention sarkozyste. Grande « innovation » : ce sera au cas par cas, mais avec des critères… Ce qui est exactement la situation actuelle. Vous croyez que les préfectures et les tribunaux décident en jouant aux dés ? Un peu de sérieux... Et puis, comment dire « j’appliquerai les critères » en donnant déjà un chiffre, 30 000 (le chiffre de Sarko-Hortefeux-Guéant-Valls-Hollande) ? Le Pen se marre, et engrange. 

    N’oublions pas le meilleur, le beau discours de Hollande soutenant le 8 avril 2008 à l’Assemblée Nationale une motion de censure contre le gouvernement car Sarkozy avait décidé d’intégrer le commandement militaire de l’OTAN. Extraits.

    « Ce retour vers l’OTAN est non seulement contraire à nos intérêts et il est aussi contradictoire avec la stabilité du monde. Car, la décision du Président de la République intervient au moment où l’OTAN change d’identité. C’est en ce sens qu’elle est inopportune.

    « L’Alliance connaît, sous l’influence américaine, un double élargissement :

    473_001.jpg« Géographique d’abord, puisqu’elle s’étend jusqu’aux confins de la Russie, sans exclure d’aller au-delà de l’Europe et qu’elle conduit des opérations hors de sa zone naturelle –comme c’est le cas en Afghanistan.

    « Politique ensuite, car l’OTAN est dans une fuite en avant dans les missions qui l’éloignent de ce qu’elle est – une alliance militaire – pour devenir l’organisation politique de l’occident. « « Une ligue des démocraties» selon la formule de Mac Cain, dépositaire des valeurs du bien et poursuivant le mal dans une nouvelle illustration de la guerre des civilisations.

    « L’OTAN devient le bras armé d’un bloc occidental dont la mission principale est de défendre partout ses valeurs. Une sorte de substitut à l’ONU permettant aux Etats-Unis de ne pas agir seuls.

    « Cette dérive avait été, jusque-là, rejetée par la France hostile à l’idée d’un gendarme d’un monde occidental bien pensant. Elle est aujourd’hui acceptée par le Chef de l’Etat lorsqu’il lie, dans son discours de Washington, l’avenir de nos valeurs à celui de l’Alliance ».

    Il avait une bonne occasion de rappeler ces bons principes lors du sommet de l’OTAN de Chicago, mais... il a tout avalé.

    Et pendant que le matin il nous amuse avec ses combats de coq publicitaire sur la relance, il nous prépare l'après-midi un plan de rigueur jamais vu. Dans l’immédiat, 10 milliards d’annulation de crédit, et un gel pur et simple des dépenses de l'Etat sur trois ans : 2013, 2014 et 2015.

    Sarkozy a quitté le pouvoir, mais il a imposé des critères de gouvernement que ses successeurs n’osent même pas discuter. La France dirigeante est malade dans sa tête.

    En fait, les hommes politiques sont rigolos. Ils sont des cracks pour les campagnes électorales, et une fois qu'ils sont assis sur le trône, ils fondent les plombs.

    17%20REMBRANDT%20LE%20RENIEMENT%20DE%20PIERRE%20ST%20PETERS.jpg

    Rembrandt, Le Reniement De Pierre, Musée de Saint Petersbourg

  • C’est le bazar à l’Ecole Polytechnique

    Je croyais que les modèles de la marque « Etat » se trouvaient dans des institutions genre l’Ecole Polytechnique. Eh bien non, c’est là-bas la gabegie gestionnaire nous explique la Cour des comptes dans un référé publié ce 22 juin.

    cour des comptes,etat,armée

    Premier problème : pas de comptabilité analytique fiable, de telle sorte que « le coût complet de la scolarité reste difficile à évaluer ». C’est mal parti !

    Ensuite, les profs. « La gestion des personnels enseignants est trop laxiste » et « les dispositions régissant la gestion des enseignants n’ont pas été appliquées ». Résultat : « l’École demande à ses enseignants des services nettement inférieurs à ceux des universitaires ». De plus, les « règles relatives aux autorisations de cumul d’emploi n’ont pas été respectées ». La Cour des Comptes relève une majoration de la rémunération des enseignants a temps incomplet pour 1,3 million d’euros en 2009 alors qu’un « décret de 1986 qui l’interdit expressément ». Bon, mais s’il faut respecter la loi, on ne fera jamais rien…

    Ecole élitiste ? Quasi ségrégationnisme, oui ! Les effectifs ne comptent que 11% de boursiers, et seulement entre 11% et 18% de femmes ». Selon la Cour, « les statistiques font apparaître, plus nettement encore que dans d’autres écoles comparables, un recrutement excessivement masculin et concentré sur les catégories socioprofessionnelles "cadres supérieurs – professions libérales et professions intermédiaires" ».

    Et ça continue ! A l’X,  les études sont gratuites… et rémunérées. Les étudiants ont le statut de troufion, et ils perçoivent une solde de 1160 € par mois – au total plus de 25 millions par an. En contrepartie, les élèves s’engagent à travailler les premières années pour l’Etat, et s’ils vont travailler dans le privé, soit 70% des élèves, ils doivent rembourser cette aide. Pour ne fâcher ces petits chéris, l’Ecole ne réclame plus ce remboursement, ce qui est illégal… et foncièrement anormal alors que les élèves relèvent massivement de l’élite sociale.   

    cour des comptes,etat,armée

    Voici donc Polytechnique prise les doigts dans le pot de confiture. L’Ecole a répliqué qu’elle était entrain de tout revoir… On veut bien le croire, maintenant qu’elle s’est faite poisser en flagrant délit. Alors, quel effort ? Le référentiel étant de 30% d’élèves issus de milieux modestes, on est en à combien ?

    Il faut beaucoup de laxisme institutionnel pour qu’une école d’Etat, placée sous l’autorité du ministère de la Défense, s’offre des facilités qui seraient mortelles pour une structure privée. Et on attend un rapport du même tonneau sur Sciences Po…

    cour des comptes,etat,armée

    Un nouveau sigle pour Polytechnique

  • US : La Cour suprême légitime le racisme

    Lalo_Alcaraz.jpgChaque pays choisit les libertés qu’il entend promouvoir, et il n’existe pas de modèle. Mais quand ce choix a été fait, on trouve deux régimes : celui de la liberté comme un bloc, et celui d’une construction alambiquée avec des principes, des conditions, des exceptions, des circonstances et des interprétations. Les US étaient une référence pour le premier modèle, assumant ce qu’est une liberté, mais tout crispés sur leurs petites peurs, ils sont entrain de vendre tout çà. L’arrêt de la Cour Suprême rendu ce 25 juin dans l’affaire du contrôle au facies illustre ce recul.

    La Cour devait se prononcer sur la conformité à la Constitution d’une loi entrée en vigueur en juillet 2010 en Arizona, Etat du Sud-Ouest qui a une frontière commune avec le Mexique. La loi, n° SB 1070, comprenait quatre dispositions voyouses, instaurées pour endiguer l’invasion par les étrangers :

    - le contrôle, même sans motif, du statut migratoire de toute personne soupçonnée d'être illégalement aux Etats-Unis, donc le contrôle au facies ;

    - l'obligation pour tout immigré de pouvoir présenter des papiers à tout moment ;

    - l'interdiction de travailler ou de rechercher un emploi en l'absence de papiers ;

    - l'arrestation sans mandat de toute personne suspecté d'être clandestin.juan_luis_garcia.png

    La question posée était de savoir si un Etat fédéré peut imposer sa petite législation anti-immigrée, alors que la question relève par principe du pouvoir fédéral.

    La Cour suprême a rendu sa décision hier, et elle a annulé les trois dernières dispositions, confirmant la compétence de l’Etat fédéral : « L’Arizona a peut-être des frustrations compréhensibles face aux problèmes provoqués par l'immigration illégale, mais l'Etat ne peut pas mettre en œuvre des politiques qui remettent en cause la loi fédérale ».

    En revanche, le contrôle au faciès, qui était la mesure la plus controversée, a été reconnue licite. Selon la Cour, le caractère systématique des contrôles de police prévu par la loi ne constitue pas un empiètement sur les prérogatives de l'Etat fédéral. L'Etat fédéral est mis en échec sur la défense des libertés. Les latinos, qui sont les arabes du coin, peuvent contrôlés à tout moment sans autre motif que d’avoir une tête de latinos. Jan Brewer, gouverneur républicain de l'Arizona, a salué une « victoire du droit ».

    C’est très mauvais pour Obama, qui flippe en attendant pour la fin de semaine l’arrêt sur la réforme du système de santé, car Mitt Romney est à fond sur ces questions d’immigration, et ça fait pas malin pour un président black de se faire fourguer le contrôle au faciès.

    alto-arizona-stop-sb-1070.jpgAlors, Obama a publié un communiqué mi-chèvre mi-choux, histoire de masquer cette belle victoire du racisme : « Je reste inquiet des conséquences pratiques de la disposition de cette loi qui perdure et qui permet aux forces de l'ordre locales de vérifier le statut migratoire de quelque personne que ce soit pour peu qu'elles la suspectent d'être aux Etats-Unis illégalement. Aucun Américain ne devrait vivre ainsi suspecté juste à cause de son apparence ».

    Pour le coup, la situation est plus claire en France, le Conseil constitutionnel ayant condamné ces pratiques dans sa décision n° 93-323 DC du 05 août 1993 relative aux contrôles d’identité : « La pratique de contrôles d'identité généralisés et discrétionnaires serait incompatible avec le respect de la liberté individuelle. L'autorité concernée doit justifier, dans tous les cas, des circonstances particulières établissant le risque d'atteinte à l'ordre public qui a motivé le contrôle ».

    Et quant toi, mon brave ami Obama qui prend ton petit air brimé devant les stupéfiants arrêts de la plus réac des cours, je te propose de petites idées sympathiques : tu t’engages pour la ratification du Pacte des Droits Civils et Politiques de 1966 et du Protocole I qui permet les recours individuels devant le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU ; ensuite du fait de même pour soumettre les US à la juridiction de la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme. C’est tout simple : la qualité d’un Etat de droit est de se soumettre au contrôle des juridictions internationales. Pour le reste, laisse faire la si vaillante société civile, qui s'est très bien mobilisée contre cette loi SB 1070. Tu verras aussitôt ta funeste Cour Suprême prendre des airs de veille pomme fripée.  

    5_29_spanish_opt.gif

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu