Avertir le modérateur

Fessenheim : Le poids politique d'EDF

pub-edf.jpgDes rougeurs aux doigts pour deux salariés, pas de prescription médicale, pas arrêt de travail, mais dans le même temps, 50 sapeurs pompiers arrivés en urgence, une campagne de presse nationale, la une de tous les jités ce soir, Corinne Lepage suant et soufflant pour faire le tour des caméras et le président de l’Assemblée Nationale sur le plateau de BFM !

J’aurais aimé saluer cette mobilisation contre les accidents du travail… mais il s’agit uniquement de l’exploitation politique irrationnelle d’un accident du travail parfaitement bénin. Loin de simplifier le dossier, sérieux, de l’avenir de Fessenheim, ça le complique singulièrement car cela donne la fâcheuse impression que les réactions sont affectives.  

L’accident est un dégagement de vapeur lors de la manipulation d’eau oxygénée dans un bâtiment annexe au réacteur, où sont traités certains effluents des réacteurs.

Thierry Rosso, le directeur de la centrale, a expliqué que deux salariés « ont simplement une irritation sur les doigts » et qu’il « n'y a pas d'impact environnemental ». Jean-Luc Cardoso, le représentant de la CGT, a confirmé l’absence de toute gravité.

Pas d'impact environnemental, mais un fort impact politique… 

Pour François de Rugy, président du groupe écolo à l'Assemblée nationale, cet accident vient « rappeler à tout le monde, à tous ceux qui croyaient qu'avec le nucléaire il n'y avait pas de problème de sécurité, qu'il y a toujours un danger ». Pour Noël Mamère, « c’est la preuve qu'il faut fermer Fessenheim au plus vite ».

Où est le blème ?

François Hollande s'est engagé durant la campagne électorale à fermer cette centrale d'ici à 2017.

L'argument souvent mis en avant est que c’est la plus ancienne des centrales, mise en service en 1977 – avec deux réacteurs à eau pressurisée, d'une puissance de près de 900 mégawatts –  prévue pour 40 ans, dépassée et arrivant à ses quarante ans en 2017. 245974-coralie-balmy-dans-la-pub-pour-edf-637x0-2.jpg

Raisonnement simpliste, a affirmé l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) dans un rapport en juillet 2011. L’ASN expliquait en substance que l’âge de la centrale n’est pas déterminant si elle a été bien conçue et bien entretenue. Et elle avait conclu, qu’avec des travaux, la centrale pouvait encore fonctionner pendant dix années. Parmi les préconisations, le renforcement du radier – la dalle de béton sur laquelle a été construit le réacteur –  avant juin 2013.

Hollande a été élu en mai avec un engagement clair, et pourtant en juin, EDF s’est empressée d’investir 20 millions d'euros en un an pour réaliser ces travaux, dont 15 millions pour le ravier !

En 2013, la centrale respectera les conditions fixées par l’ASN pour un nouveau bail de 10 ans, soit jusqu’en 2027, ce qui ne va pas simplifier la décision politique. Dire « c’est un engagement de la campagne, et on sauvera l’emploi » sera trop court, et les écolos doivent ajuster leurs arguments techniques.

Question complémentaire. De nombreuses centrales nucléaires ont été mises en œuvre à cette époque. La régle des 40 ans s’appliquera-t-elle à toutes ?

L’incident d’hier ne pèse rien dans ce débat, mais il va falloir trancher la question de l'avenir de Fessenheim. A voir la frénésie qui a suivi ces « rougeurs aux doigts », je m’interroge sur ce que sera le débat de fond. Mais pas de doute : pour le gouvernement, le plus dur ne sera pas avec les écolos, ni avec les salariés de la centrale, mais avec EDF.

EDF-02.jpg

 

Commentaires

  • Les problèmes de sûreté de Fessenheim, sont de notoriété publique depuis des années : radier trop mince, situation en contrebas du grand canal d’Alsace, piscines de combustible vulnérables à une chute d’avion... Par ailleurs, un "départ de feu" s’y est déjà produit en avril dernier.

    Investir des millions d’euros dans des travaux colossaux et qui resteront dans tous les cas insuffisants n’a aucun sens. Fessenheim met en danger les travailleurs EDF verrouillés par la CGT et les sous traitants et toute sa région, y compris nos voisins allemands et suisses, qui eux ont décidé de laisser tomber cette énergie à haut risque.
    ______________________________________
    Où en est on à Fukushima et au Japon ?
    ________________________
    Où en est on avec l'EPR ?

    C'est terminé aux USA.
    Le combat juridique contre ce projet a été mené pendant 5 ans par les associations NIRS, Public Citizen, Beyond Nuclear and Southern Maryland CARES, aux moyens pourtant dérisoires face à EDF qui a eu recours à l'un des plus puissants cabinets d'avocats, Winston and Strawn.

    L'argument principal retenu par la NRC est que EDF n'a pas pu trouver de partenaire US crédible pour co-exploiter des réacteurs nucléaires, condition incontournable imposée par les lois fédérales, ce qui illustre d'ailleurs parfaitement le fait que le nucléaire est considéré aux USA comme une énergie sans avenir.
    http://www.nirs.org/nukerelapse/calvert/contention1decision.pdf
    Cette décision met fin aux projets d'EDF à Calvert Cliffs et aussi dans tous les USA.

    La construction de réacteurs EPR a fait l'objet ces dernières années de nombreux effets d'annonce par EDF, Areva, mais aussi souvent par Sarkozy lors de ses nombreux déplacements à l'étranger. Il a ainsi été question de l'Italie, de la Lybie, des Emirats arabes unis, du Brésil, de l'Inde, des USA, de la Grande-Bretagne, etc

    Toutes ces annonces ont capoté. Il ne reste guère que le projet d'EPR en Inde, qui est massivement rejeté par la population et qui sera probablement abandonné sous peu, et le projet d'EPR de Grande-Bretagne, où EDF a carrément racheté British energy pour pourvoir commander elle-même des EPR. Mais aucun réacteur ne sera construit sans des aides publiques massives ou de lourds prélèvements sur les factures d'électricité des clients, deux options qui n'ont aucune chance d'être acceptées par la Commission de Bruxelles.

    A ce jour, les deux chantiers EPR de Finlande (Areva) et de Flamanville (EDF) continuent d'accumuler les retards (4 à 5 ans), les surcoûts (6 à 7 milliards au lieu de 3) et les malfaçons. Quant aux deux EPR en chantier en Chine, il faut se rappeler que seuls les deux ilots nucléaires ont été vendus par Areva, qui plus est à pertes (3,66 milliards LES DEUX !)

  • "et pourtant en juin, EDF s’est empêché de décidé d’investir"

    Je ne voudrais pas pinailler, mais je propose " et pourtant en juin, EDF s’est dépêché(e ?) de décider d’investir".

    A part ça, où en est le démantèlement de Brennilis ?
    http://www.rue89.com/planete89/2011/05/12/a-brennilis-la-centrale-nucleaire-est-morte-mais-pas-demantelee-202203
    Merci

  • Merci Clafoutis.

    et un peu de lecture: article de Challenges sur la réistance à attendre d'EDF

    http://www.challenges.fr/entreprise/20120906.CHA0508/la-verite-sur-la-fermeture-de-la-centrale-nucleaire-de-fessenheim.html?google_editors_picks=true

  • Chez un fournisseur d'électricité, de la résistance c'est tout à fait logique.

  • Le tremblement de terre a déplacé le Japon :
    D'après une estimation d'experts américains en géologie, le récent séisme de 8,9 sur l'échelle de Richter a modifié la position du Japon de 2,4 mètres... C'est significatif...
    "Un séisme exceptionnel : 9,0 ou plus : Fréquence 2 par siècle.
    Dès qu'on annonce un séisme, on précise sa magnitude, mais un séisme, d'une forte puissance peut faire plus ou moins de dégâts selon la position de son épicentre...
    "Le tremblement de terre de Bâle de 1356 est l'événement sismologique historique le plus important de l'Europe centrale.
    À partir de ces données la magnitude Mw du séisme a été estimée autour de 6,22 en France, alors que les experts suisses et allemands l'évaluent plutôt entre 6,7 et 6,9 (cf. version allemande de cet article).
    Pour mémoire, une augmentation de magnitude de 0,6 (entre les valeurs 6,2 et 6,8) correspond à une libération d'énergie près de 8 fois plus importante." Wikipédia.
    - De 7 à ... "9" (comme au Japon), c'est une libération d'énergie de près de 30 fois plus importante...
    Ceci dit, je n'aime pas trop parler de ce sujet, car je ne suis pas physicienne.

  • Pour signaler au passage un blog sur le suivi de Fukushima assez carré : http://gen4.fr/

  • Sur l'accident d'eau oxygénée et ce qu'il révèle :

    Les réacteurs de la centrale de Fessenheim produisent de plus en plus de tritium dans l’eau utilisée pour les transferts thermiques de production de chaleur destinée à la production d’électricité. D’ailleurs, EDF entend se dote d'une source d'eau supplémentaire dans les travaux de rénovation envisagés.

    L’utilisation d’acide borique pour « neutraliser la radioactivité » de ce tritium augmente.

    Dans certains cas une accélération brutale la décomposition de l'eau traitée (radiolyse) provoque la formation importante d'eau oxygénée et d’autres composants chimiques faiblement radioactifs ayant pour origine la corrosion des métaux de l’installation.

    Cet incident, lié à la manipulation d'émission de peroxyde d'hydrogène par les eaux de traitement (eau oxygénée) s’il n’est peut-être pas dangereux en lui-même, est révélateur de l’obsolescence de la centrale liée à la corrosion croissante des installations et de la difficulté à en maîtriser le fonctionnement qui en découlent.

    Merci à Vladislav Kivepe dans les commentaires sur l'article de Challenge pour son éclairage technique.

  • Ce que je ne comprend pas , c'est pourquoi depuis quelques années , on fait de discourts sur ce sujet,avec réactions ,contre -réactions, oppositions ,approbations ....mais jamais rien sur la vérité ! les Français sont -ils déja tous contaminés ?

  • L'enjeu est limpide : sommes-nous prêts à payer l'électricité 30 fois plus cher et à ne pas en avoir durant quelques périodes au cours de la journée ? Si oui, on ferme les centrales.
    Si la réponse est non ? Heu bin....heu....

  • Gatsby,

    30 fois plus cher ...????? !!! ???? lol

    Bon !! L'électricité nucléaire n'est pas réellement moins chère. C'est un mytho savamment entretenu depuis des décennies et le prix ne peut malheureusement qu'augmenter.
    (il faut tout prendre en compte dans le coût : bien sûr ils sont malins pour éviter de parler du coût en recherche et développement induit depuis des décennies, du coût inestimable du démantèlement et du stockage des déchets radioactifs ! )

    Et sinon, plutôt que d'avoir une vision chauviniste sur nos prouesses nucléaires, si on développait vraiment les centaines de projets scientifiques en attente..?

  • S'il est vrai que l'affectif intervient vis à vis de l'énergie atomique, et il n'est pas sans rapport avec la notion de catastrophe évitable et celle de la bombe, qui ne sont pas une vue de l'esprit, le coût de l'électricité est une autre réalité à prendre en compte.

    Le coût de la matière première qui ira comme les autres matières fossiles en se raréfiant et celle ci d'ailleurs commence à nous échapper (Les chinois au Niger, la fausse mine d'Areva en Afrique du Sud...).
    Le coût de la maintenance d'un parc de centrales vieillissantes et celui des déchets stockés ou retraités notoirement sous évalués. Et dans six mois ou dans 30 ans celui du démantèlement est à ne pas oublier (provisionner).
    Et celui bien peu lisible en bonne comptabilité de la part allouée à la défense.
    Et puis combien coutent Tchernobyl ou Fukushima ?

    Bref le prix le l'électricité nucléaire qui est assez artificiel ira en augmentant considérablement.
    Et l'avenir de cette source d'énergie à moyen terme me semble bien terne.

    La transition est couteuse mais je ne pense pas que l’Allemagne ou la Suisse qui ont choisi la rupture soient des gens qui jettent l'argent par les fenêtres, autrement dit, le coût de la transition rapide reste raisonnable et constitue un choix avisé et responsable pour le futur.

    Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de problème technique ni que l'on s'oriente vers une pollution zéro, mais nous obligent tous en tant que citoyens et acteurs sociaux, à agir pour une réduction drastique de la consommation tout autant que pour le pétrole.
    Personnellement je vis très confortablement avec 10A au compteur pour une maison de 4 personnes. Et je compte qu'il faut encore à peu près 5 ans pour que disposer de 3Kw solaires soit un investissement de l'ordre de 5 à 6000 €uros.

    Preuve qu'un grand pays industriel peut faire sans, le Japon fonctionne depuis plus d'un an avec la quasi totalité de ses centrales à l'arrêt.

  • @Denis75

    "L'électricité nucléaire n'est pas réellement moins chère"

    Bin si, selon l'Office européen des statistiques Eurostat, le consommateur français paye son électricité (aux trois quarts d'origine nucléaire) 25% moins cher que le prix moyen dans l'Union européenne. Pourquoi ? Bin parce qu'on est super équipés en centrales déjà amorties.
    C'est juste une histoire d'amortissement des investissements, et pas un simple coût de l'atome comme nos idiots d'écologistes l'avancent. Et les autres idiots, je n'en parle même pas. Ca ne veut pas dire que je suis pro nucléaire.
    Si on demande que de l'énergie verte demain va falloir intégrer dans le coût, l'amortissement des installations,et qui va payer ? Pas le père Noël...
    D'où une transition car il est certain qu'au lieu de renouveller des centrales arrivées en fin de vie d'exploitation, on peut investir ailleurs.
    Après on peut parler des prouesses des éoliennes, des convecteurs solaires ou encore de la graisse de canard, mais ça ne va te plaire.

  • Mais non, mais non. C'est juste qu'on ne dit pas tout (si il y a un point sur lequel on ne pourra pas me démentir, c'est l'opacité structurelle autour du nucléaire !!) :

    - si les coûts des centrales etc. sont amortis, pourquoi y a-t-il une augmentation continue des prix (c'est logique ça ? non !)

    - par exemple, sais-tu que l'électricité est parfois moins chère dans d'autres pays européens (alors qu'ils n'ont pas ou presque pas de nucléaire) ?

    - les prix ont été minorés depuis toujours (et certaines conséquences ne sont bien évidemment pas prises en compte) ce qui fausse les résultats de n'importe quel organisme à qui on confie ces chiffres.

    Surtout, c'est facile de faire croire que l'électricité est moins chère grâce au nucléaire alors qu'on a décidé tout simplement de faire payer aux Français qu'une partie.

    "Pour la première fois surtout, la Cour des comptes a calculé le coût de production exact du nucléaire: en 2010, le coût moyen du MWh s'est élevé à 49,5 euros, quand les Français ne paient leur électricité que 31 euros le MWh." (L'expansion)

    En gros, on paye une facture EDF moins élevée, certes ;
    Mais on l'a dans le cul sur les prélèvements obligatoires...

    Tu comprends ? ce qu'on croyait gagner grâce à nos super hauts-fonctionnaires trop malins, nos politiques dévoués et nos ingénieurs à la pointe, on nous le reprend par d'autres moyens.

    hé hé hé : pas folle la guêpe : le nucléaire aura surtout été un immense gouffre financier qui aura permis l'enrichissement d'un petit nombre.


    http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/la-verite-sur-le-cout-du-nucleaire-en-france_280951.html

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/315066-cout-du-nucleaire-la-cour-des-comptes-ecorne-le-mythe-du-nucleaire-pas-cher.html

  • @gatsby
    "parce qu'on est super équipés en centrales déjà amorties."
    Eh non, elles ne sont pas amorties : le coût du démantèlement n'est pas pris en compte (on ne sait toujours pas faire : voir le lien que je proposais sur Brennilis), ni celui du stockage des déchets sur le très long terme (pas décidé et encore moins entrepris), ni celui - statistique - des accidents possibles (probables sur le long terme : les centrales sont-elles assurées ? Je vous rappelle que la société japonaise qui gérait Fukushima a été récemment nationalisée, car ne pouvant faire face à l'indemnisation des dégâts. Profit privé, pertes publiques).
    Donc, non, l'électricité nuicléaire n'est pas une souce d'économies.
    Même s'il est provisoirement indispensable d'y avoir recours

  • Le problème, à mon humble avis, est que l'on remplace l'électricité nucléaire par quoi... Je serai plutôt d'accord pour supprimer le nucléaire, puisqu'il fait peur. Si l'on accepte de s'éclairer à la bougie, à la lampe à pétrole, encore que le pétrole... Si l'on comptait le nombre de morts sur les routes depuis les années cinquante ça serait, ben, 10 000 * 50 soit env. 500 000 morts en France, sans parler des blessés, de la pollution, du bruit, de la destruction de l'environnement par la construction d'autoroutes... Des guerres qu'il provoque.
    Revenir comme je l'ai déjà écrit, au temps du cabriolet et du crottin ? Ce serait bien... Ça me plairait. Je n'évoque pas le charbon, car sa pollution est connue. L'énergie solaire, certainement, ce serait parfait, surtout au Sahara...

  • Pendant plusieurs mois, les Japonais qui disposaient de 54 (de mémoire c'est peut-être à quelques unités près) réacteurs nucléaires soit disant incontournables compte tenu au surplus du statut d'île du Japon ont vécu sans AUCUN réacteur nucléaire en activité. Eh bien il n'y a pas eu de pénurie nationale, des mesures de substitution, de restriction et d'économie ont permis à l'immense majorité des Japonais de mener une vie normale. Sans préjuger des situations diverses mais aussi des effets néfastes des substituts, ce fait a prouvé de manière éclatante qu'il y a une différence certaine entre la réalité et le discours qui veut faire croire que sans nucléaire le monde est condamné à la bougie.

  • "Comment le Japon se passe de ses centrales

    Ils ne sont pas passés du jour au lendemain « à la bougie ». Hier, ils se sont réveillés en allumant la lumière, ont pris comme d'habitude leur douche chaude, branché la machine à café, le toasteur, puis écouté la radio ou la télévision. C'est un dimanche en apparence ordinaire qu'ont vécu les 127 millions de Japonais. A un détail près, mais ô combien symbolique : pas un seul kilowatt/heure d'électricité d'origine nucléaire n'alimentait hier l'archipel nippon. Un an après le tsunami et la catastrophe de Fukushima, et pour la première fois depuis quarante ans, il n'y a plus de réacteur en service au Japon. Le dernier, celui de la centrale de Tomari à Hokkaïdo, dans le nord du pays, a été arrêté samedi pour vérifications et travaux de maintenance. Alors que les centrales thermiques, plus polluantes, ont pris le relais de l'atome, le gouvernement et les industriels plaident pour le redémarrage de certains réacteurs qui ont réussi les examens de résistance aux catastrophes naturelles. Mais la population est réticente. Des centrales au gaz et au charbon en remplacement. Sur les cinquante-quatre réacteurs en fonction avant le tsunami du 11 mars 2011, tous sont désormais à l'arrêt pour contrôles de sécurité, maintenance programmée ou ont été mis hors service après le passage de la vague géante. Les centrales atomiques contribuaient avant Fukushima à 30% de la production électrique du pays. Pour compenser l'absence d'énergie nucléaire, les compagnies d'électricité ont remis en marche des centrales thermiques, alimentées en pétrole, en charbon et en gaz naturel importés." [...]
    "leParisien.fr" (08 sept. 2012)

    La patience pour lire jusqu'à la fin de l'article du Parisien, m'a manquée, je l'avoue...
    Dans mon commentaire précédent, la bougie, était une image, la lampe à pétrole aussi, bien que ça devait être sympa une veillée avec cette lampe, disposée sur la table, les enfants et les parents autour...
    La proposition d'installer des panneaux solaires au Sahara, était plus sérieuse, pas dans les dunes, évidemment... Cela permettait de fournir de l'électricité presque gratuite à toute l'Afrique.

  • "Dans mon commentaire précédent, la bougie, était une image, la lampe à pétrole aussi, bien que ça devait être sympa une veillée avec cette lampe, disposée sur la table, les enfants et les parents autour..." (Sicotine)

    Ou un feu de bois : c'est encore plus chaleureux toute une famille autour d'un feu de bois.

    Sérieusement, on ne peut pas passer très vite au sans nucléaire sans conséquence technique, économique, voire sanitaire assez sérieuse. Le cas du Japon est particulier.

    Les panneaux solaires dans le désert avec des lignes haute tension pour alimenter l'Europe c'est un projet crédible par exemple (personne ne s'en soucie car c'est une histoire de sous). Pourtant, c'est de l'électricité infinie pour nous et eux, plus une source d'argent pour ces pays.
    Il y a plein d'autres projets à développer et le plus vite sera le mieux (centrale sous-marine, éolien à développer)

  • L'état chinois a investi massivement dans l'industrie photovoltaïque et la conséquence en a été une diminution importante du cout des panneaux. La part de la main d’œuvre dans le cout est faible, ce sont d'abord le cout du capital investi et les subventions énergétiques qui ont été déterminantes.

    L'Europe tente en ce moment de faire un mauvais procès à la Chine, contre l’intérêt de tous, la question étant pourtant assez simple : vaut mieux t il mieux subventionner une industrie qui produit de l'énergie avec un carburant gratuit, ou des industries qui utilisent des matières polluantes ou dangereuses ?

  • L'âge a effectivement une importance réelle et incontournable, dans la vie et l'exploitation de tout "objet technologique" et on ne le répètera jamais assez, que ce soit un avion de ligne, un navire de commerce ou une centrale nucléaire, si "l'intéressé" est correctement conçu et construite, puis SURTOUT bien entretenu depuis le début de l'exploitation, l'âge n'a pas à être considéré comme un élément très déterminant.
    Cela dit, si le navire militaire très Officiellement en Service Actif LE PLUS ANCIEN du Monde est (de longue date) la frégate 3 mats USS Constitution, l'US Navy ne l'envoie plus en Mer Méditerranée pour faire rayonner la force et la puissance des Etats-Unis, depuis "un certain temps" et nous savons tous pourquoi!
    Et... Le contexte de privatisation rampante et de la libéralisation de l'Enérgie Electrique imposée par l'UE et l'idéologie dogmatique très dangereuse (ça commence à être compris) ultra-libérale, ne nous permet certainement pas d'être convaincus que ces centrales nucléaires "un peu anciennes" sont réellement correctement entretenues et exploitées.
    Seuls ceux qui travaillent concrètement "sur ce terrain" savent exactement à quoi s'en tenir et...
    ILS SONT TENUS AU DEVOIR DE RESERVE. Vous me suivez?
    Il serait intéressant de les laisser parler Publiquement. Pour ma part, j'ai eu quelques "échos" qui demandent à être confirmé et ce n'est pas "si brillant que ça"...
    Pour le reste tout le monde le sait, le Diable aime se cacher dans les détails.

  • On lit ici ou là qu'un des enjeux est que EDF veut faire reconnaitre une longévité des cnetrales de 60 ans et non de 40, et que vu l'age du parc, il faudrait dans les années qui viennent en fermer un série, atteintes par la retraite à 40 ans

  • Fermeture fin 2016, annonce FH.

  • Bonne nouvelle pour les gars d'EDF :
    Ils ont deux gros chantiers sur les bras avec les démantèlements et l'éolien.

  • Cette obstination à refuser l'expérimentation sur l'exploration des gaz de schiste est parfaitement imbécile. Encore une lubbie des neu-neus verts.

  • Et le démantèlement, c'est pas pour demain : on va nous présenter une facture bien salée :))

  • Matthaf! Tu devrais prendre la peine de t'informer, avant d'écrire ici d'indicibles sottises:
    Demande à une de tes connaissances, si tu en as, qui ont déjà bossé dans l'industrie pétrolière!
    Ou plus rapide peut-être, interroge le bon Docteur Googoule! Qui sait tout, sur tout et partout! (ou presque... ;-)) car la perfection n'existe pas)
    Tu frappes "extraction du gaz de schiste & fracturation hydrolique, wikipedia*"
    (* wikipedia car je sais que ça a été validé par des "pro")
    Tu seras servi et évitera de périr idiot!

    Pendant qu'on entend dire que
    "quelques pays d'Europe se mettent eux-mêmes un boulet au molet, les USA se préparent à exporter leur gaz de schiste en Europe, quand elle sera obligée de l'acheter"
    Tu finiras en ayant lu ou interrogé ceux qui savent, par comprendre qui aura un vrai boulet au pieds dans quelques années, quans de trop nombreuses régions des Etats-Unis martyrisés par certaines de leurs entreprises, seront très durablement saccagées et inhabitables! Encore plus durement que la région de Tchernobyl...
    Pour une fois que les verts n'ont pas tort, écoutons les!

  • Allez Bressol, c'est toi qui es un neu-neu et un mouton de panurge. Pour être un peu plus intelligent (à l'impossible nul ne doit renoncer), lis ce que dit Claude Allègre sur le sujet.

  • Tiens, j'ai retrouvé l'article :
    http://www.lepoint.fr/chroniques/monsieur-hollande-n-ayez-pas-peur-des-gaz-de-schiste-05-07-2012-1482421_2.php

  • Voyons, voyons... Claude Allègre, alors là, voilà un gars qui est au top.

    Du mélange douteux du médiatique, du politique PS puis UMP et de l'affairisme (voir Mine d'or Yanacocha au Pérou).
    Sa bio(graphie) sur Wikipedia est assez corsée.

    Son article sur Le Point, c'est si ma tante en avait, elle saurait faire de l'exploitation de gaz de shit sans nuisance. Le pro nucléaire qu'il est oublie que l'eau des fleuves en période de sécheresse est déjà un peu juste pour refroidir les centrales.
    Sa solution pour lever le blocage, c'est donner des sous aux élus locaux et ils viendront vous manger dans la main.
    Tiens il ne donne même pas l'exemple d'un site d'exploitation US où les choses se font proprement, Il a du oublier, ou alors, il n'y en a point.

    Mathaf, là tu me déçoit, tu montes sur de meilleurs chevaux d'habitude.

  • yesroll,

    Je dis simplement que c'est imbécile de refuser l'expérimentation, c'est une démarche obscurantiste.

  • Mathaf,
    Je ne partage pas ton avis, on sait déjà que les techniques actuelles largement expérimentées aux USA sont très polluantes. Il n'existe pas de nouvelle technologie d'extraction.

    Si on essaie d'être objectif, les aspects « positifs » des gaz se schiste sont économiques et politiques, et les aspects « négatifs » sont d'abord écologiques et environnementaux.

    Je privilégie le second aspect voilà tout.

  • Mathaf,

    Je suis d'accord sur le principe que tu énonces : mais expérimentation n'est pas exploitation.
    Ils veulent bien sûr exploiter direct (ils n'expérimenteront rien du tout, empêcheront les scientifiques d'avoir accès aux sites etc. C'est connu, ils procèdent comme ça tout le temps car pour eux seul le pognon compte).

    Si on avait encore (nous, les citoyens, donc l'Etat) un tout petit peu de pouvoir, on pourrait imposer un plan intelligent sur les gaz de schistes : études indépendantes et compilation des résultats scientifiques existants ; expérimentation sous contrôle ; et puis : exploitation ou interdiction de cette activité.

    P.S : Claude Allègre ?? Lol
    je partage l'avis de Yeroll : voici un gros bouffon opportuniste qui s'est trompé mainte fois sur des sujets similaires (càd des gros dossiers de santé publique ou d'environnement) en dénigrant et insultant tous ses contradicteurs.
    Scientifiquement, il n'a rien foutu de sérieux depuis une vingtaine d'années. Pourtant, "on" continue de le citer comme une référence, comme argument d'autorité dans des domaines très divers de la science...
    Non : il faut juste le laisser rejoindre le cimetière des éléphants

  • Il y a beaucoup trop de perroquets sur l'Internet. Mais ceux avec plumes de couleur sont plus intéressants.
    Matthaf! Je sais comment on extrait le pétrole (C un savoir faire technique avant toute autre chose) tu ne le sais pas. Cherche donc toi-même à le savoir! Au-delà de tout point de vue politique, car il est facile de s'intéresser au "comment ça marche" maintenant.
    Il existe N situations et N méthodes pour "tirer" les hydrocarbures dont nous avons besoin. Ce n'est pas de la politique, c'est du savoir faire industriel:
    Les "pro" te le diront, il existe des méthodes plus "propres" que d'autres et certaines ne sont pas pratitquées, justement parce que c'est "sale". Car les boîtes pétrolières ne font pas que des sottises.

    Trop de points de vue ne sont que de la politique tout simplement, et ne "s'appuient" pas sur du savoir "pro". Matthaf n'est pas seul dans ce cas, C une très mauvaise habitude, de parler de ce qu'on ne sait pas. Dans la vie, tous les points de vue ne se valent pas, ce sujet le prouve, comme le fameux film qui "met le feu" cette semaine!

    Heureusement de la "droite" à la "gauche", les élus ont vite su réagir en France. D'autre part, Matthaf ne risque pas de faire partie de celles et ceux qui devront tôt ou tard nettoyer cette merde, quand la pollution sera devenue "bloquante". Ceci commence à arriver dans plusieurs régions ainsi saccagée aux Etats-Unis, à cause de l'ignorance et de l'inconscience généralisées. Tel est le laisser faire ambiant dans tous les domaines.

    Les USA, un des plus beaux pays du monde, sont en cours de saccage et tu laisserais faire les mêmes horreurs chez toi. Parfois, ça énerve!
    L'impact de la fracturation hydraulique sur l'eau et la santé des gens commence à être connu. Par exemple la jolie farce du méthane dissous dans l'eau courante "du robinet", c'est souvent assez important pour produire une flamme quand on présente un briquet devant le robinet au moment de son ouverture. C'est à la fois très amusant et inquiétant. Non?
    Quand bien même ce serait arrivé une seule fois, c'est grave:
    Plusieurs personnes ont en effet été gravement brûlées en ouvrant le robinet d'eau, pour s'être approchées en fumant de leur évier pour faire la vaisselle. C'est un effet secondaire fréquent de la fameuse fragmentation à l'eau pressurisée avec un des mélanges chimiques détonnant (et étonnant) dedans... Tu imagines la mutinerie si ceci arrivait au Larzac? ;-))
    On les voit tous venir, avec leurs gros sabots et la soi-disant expérimentation! On nous a déjà fait le coup... Comme par hasard, lors de chaque "débat" on voit toujours intervenir le même genre de pingouins plus que suspects de compromission avec les lobbies. Les Allègres & Co, ça devient pénible à la longue.

  • (anonymat... ;-)) Fausse manip et mon nom a été amputé!)
    la remarque de Denis, qui "frappa" avant moi, s'imposait! "Expérimentation".... laissez-moi rire!
    (même si C peu rigolo en fait)
    Les très froids et très techniques exposés sur la fameuse méthode, sont très clairs, même sans être ingénieur, même si C mieux quand on l'est. Il est fort peu probable qu'il soit possible d'extraire le gaz de schiste autrement que par ce procédé pour le moins trash.
    (l'avenir le dira, mais c'est un peu comme pour l'espionnage d'un câble de telecom à fibres optiques sans se faire détecter par la supervision du câble, on attend toujours, car c'est impossible!
    Et quand ce fut réalisé*, c'était une grosse farce par une ruse et tricherie astucieuse, qui n'a pas su contourner le centre du "sujet":
    *"On" a effectué le jointage de la "bretelle" secrète, pendant que la supervision était "off"!
    Pour le gaz de schiste, même chose! Un bon copain qui assista a des essais avant de faire le conducteur de travaux de montage de pylonnes de telephonie mobile me l'a expliqué en détail:
    Si un jour une Cie pétrolière déclare avoir trouvé une méthode propre:
    Ce sera le moment de regarder sous ses jupes! Et ce que tu verras, ce sont des fesses sales!

  • En effet, qu'un "organe de presse" qui se dit sérieux invite des charlatans notoires comme Claude Allègre dans ses colonnes, ça me sidère!
    Aahhh... Lui et les frères Bogdanov, ou bien l'autre "couillon" universitaire qui a si bien su permettre à une astrologue d'obtenir un Doctorat (que Dieu me botte le cul, j'ai oublié son nom!), c'est bien la magnificience du "n'importe quoi et n'importe comment" ambiant.
    Comment s'étonner après ça, du délire religieux et de l'obscurantisme (le vrai) qui frappe le Monde?!

    A propos de l'habituelle accusation d'obscurantisme qui tombe sur quiconque ose attirer l'attention sur les dangers de certaines technologies, il faut (tout de même!) rappeler ce qui suit:
    Pour ridiculiser toute contestation justifiée ou non, il se dit parfois (de plus en plus souvent ;-)) que si le "principe de précaution" avait été mis en application rigoureuse, Garneret n'aurait pas osé sauter en parachute à Paris en 1797! Ou Pilâtre de Rozier et les frères Montgolfier n'auraient pas su voler en Montgolfière, ou nos trains ne rouleraient pas à plus de 60 km/heure...
    Ceux qui osent dire tout ça au grand public qui n'a souvent pas pris la (vraie) précaution de s'intéresser à l'Histoire des Techniques, sont de fabuleux menteurs! Et des dignes disciples du Dr Goebbels, qui disait que plus le mensonge est gros, mieux il est cru par le peuple! (il serait fier de nous Goebbels... ;-))
    Avant d'oser voler en Montgolfière, Pilâtre de Rozier et tous les autres ont en effet pris tout un tas de précautions, à commencer par faire voler un ballon bien attaché avec des poules, des chiens, des lapins et des chats! E tous sont redescendus vivants, ce qui les a encouragés à monter eux-mêmes, naturellement!
    Quand en 1835 des médecins avertissaient les Cies de Chemins de Fer, sur la question:
    -"Peut-on encore respirer et vivre en se déplaçant à plus de 60 miles à l'heure? C'est probablement très dangereux!" disaient-ils. De fait à l'époque on roulait de plus en plus vite, sans jamais trouver la limite!
    En 2012, on lit ça et bien sûr, on se marre joyeusement! Mais....
    C'est eux qui avaient raison! Ils se sont en effet posés la bonne question, sans avoir les moyens de se la poser avec tous les éléments de mesures:
    N'avez vous pas remarqué, qu'à bord des TGV (300 à 500 Km/H maintenant!), les fenêtres sont fermées et la climatisation règne?
    Matthaf! Si tu prends le TGV, essaie donc un peu de casser une vitre, en étant "en pleine voie" et tu verras...
    La SNCF a fait 7 ans de test rien que là-dessus, avant de lancer ses TGV.

  • Bernard Thibault

    http://www.liberation.fr/terre/2012/09/15/fermeture-de-fessenheim-bernard-thibault-denonce-une-decision-abrupte_846576

  • Des idées

    http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/140912/equation-nucleaire-fessenheim-en-moins-epr-en-plus

  • La désision de fermeture de ce site en effet peut être vue comme "abrupte", mais une décision de fermer ou pas, ça devrait être une décision "seulement" technique! Pas une décision de politocards, pour faire plaisir aux uns ou aux autres, ou inversement!

    Moi, je ne sais qu'une chose, dans les conditions actuelles, de la gestion d'EDF et la libéralisation de l'Energie etc... (ou comment on traite les sous-traitants ou tout simplement la mentalité des décideurs locaux)
    Je conçois de sérieux doutes sur le sérieux et la sûreté de son exploitation. Pour le reste, s'il existait des gens réellement indépendants de tout pression dans le "staff" technique local, c'est eux qu'il faut écouter.
    Il me semble anormal que François Hollande ou Bernard Thibault, nous disent ce qu'il faut faire. (encore moins que moi! ;-)) Mais moi, je juge en technicien, C un peu plus sérieux...

    D'autre part, les gens du coin vous le diront, ou la consultation détaillée de la géographie locale, vous montrera (en toute objectivité irréfutable) (carte IGN ou Google Earth) que ce coin n'est pas le plus judicieux pour installer une centrale nucléaire....
    Voyez-vous mêmes!
    Au Japon, ils en ont installées, sur des sites qui furent régulièrement balayés par des Tsunami, au 19ème siècle et au début du 20ème par exemple, et tout le monde le savait.... (no comment) On a vu le résultat, maintenant, faut nettoyer et C le bazar!
    A Feissenheim, ce n'est pas le tsunami marin qui peut faire une belle farce. Mais le piège à con local existe aussi.
    (Rappel: L'Alsace est une zone d'activité sismique parfois violente, lisez l'Histoire de Strasbourg:!)
    Arrêtons donc ce vieux bazar, ou faisons les travaux de protection qui s'impose, si ça en vaut financièrement le coup, ce serait plus Responsable, vis à vis du pays voisin et de la population locale, elle aussi parfois irresponsable en laissant penser à sa place!
    Et... Si on ferme, il y aura beaucoup de boulot pour beaucoup de monde, pour assainir le site! Ce qu'on n'a pas réellement encore fait à Brénilis, par exemple. Qu'attend-t-on? Le déluge ou la vraie cata?
    Avec nos plus de 50 sites nucléaires que tôt ou tard il faudra "traiter", on a un gros et double "privilège":
    Ils nous ont donné une avance technologique durant longtemps!
    Et si on s'y met, sérieusement au démentèlement, ça nous fera créer de toute pièce un Savoir-faire aussi à l'exportation, très luctatif pour l'avenir!
    Au lieu de pleurnicher: Yes we can! (et pas pour jouer du pipeau!)

  • Autre question qui dérange:
    Les bobo-gaucho-écolo et tous les autres idéologues plus ou moins bornés, (pro ou anti-nucléaires à égalité), ont beaucoup de mal à admettre une réalité emmerdante:
    Plus le temps passe, plus on peut penser que... Le secteur nucléaire militaire est probablement beaucoup moins dangereux que son proche cousin civil!
    Vous en connaissez des militaires de carrière, surtout ceux de la Marine Nationale, qui ont envie de se faire sauter la figure avec leur "chaudière du diable"? Aucun! Je vous le dis!
    (ils n'ont pas de contrainte de rentabilité absolue et le but de nos sous-marins est de...
    Ne surtout pas s'en servir! Et encore moins attraper un accident avec, ce qui arriva parfois, mais très rarement! surtout chez les ".fr")

    Pourquoi seule la Marine Nationale démentèle réellement ses vieux SNLE?
    (même si C fait très lentement, car le budget est ce qu'il est et quand il manque de l'argent, C souvent là qu'on le prend! Encore un truc inteligent à long terme...)
    Nous marchons sur la tête.

  • Il m'est venu une question à propos des risques industriels et nucléaires plus précisément vis à vis du risque d'accident, les centrales sont elles assurées et par qui ?
    et j'ai (un peu) cherché :

    En Inde où il existe une législation de type provisionnement obligatoire du fournisseur
    Ici c'est l'état qui assure.
    Et au Japon, il y a bien un système, mais le réassureur suisse a bien pris soin de préciser que les risques de type tremblement de terre et autres catastrophe naturelle sont exclus.

    Curieux pour un truc vendu à zéro risque...

  • Pas d'assurance assez riche: c'est l'Etat qui joue à l'assureur.

  • La riposte commence

    http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/deconstruire-fessenheim-le-directeur-du-ciden-alain-ia0b0n690606

    Attention pour la suite du feuilleton: EDF a tjrs dealé avec le PS. On va faire la liste des "chargés de mission" et autres recrutés par le gentil électricien - dont madame Ex Jospin et des subventionnements divers et variés.

    Un quart d'heure de dicours pour donner le sourire à Hulot, et de grosses factures à venir

  • Oh les grosses factures viendront qu'il y ait fermeture ou pas.
    Prolonger la vie de 30 à 60 ans pour des dizaines de centrales + l'EPR en en dépassement constant de budget + faire chercher par Areva l'uranium australien, c'est assez onéreux.

    Une des plus belles innovations dans le domaine énergétique, c'est californien, ça fonctionne déjà et c'est ici :
    http://www.bloomenergy.com/fuel-cell/solid-oxide-fuel-cell-animation/

    On n'a ni pétrole, ni uranium, c'est sur. Alors mieux vaudrait avoir des idées.

  • "...Curieux pour un truc vendu à zéro risque..." On ne te le fait pas dire Yesroll! Encore un sujet tabou.
    Il y a quelque chose de totalement irrationnel et très dangereux, beaucoup plus que les risques techniques ou naturels, chez les "pro-nucléraire" fanatisés: Cette voracité vers "le toujours plus intégral".
    Ils refusent absolument de voir et observer avec soin et recul, tous les aspect "délicats" de ces technologies, qu'on a fort mal su utiliser jusqu'à présent.
    Ils sont encore plus fanatisé que les "anti", qui refusent de voir ce qui est intéressant, dans le nucléaire, ce qui fait parfois le jeu des "pro"!
    Le pire, c'est le projet EPR, en Finlande, ils ne savent plus du tout comment gérer leur chantier (un chantier à très grands problèmes!) et ça commence à "faire du bruit" dans la grande presse, en France, C le silence total!
    (faut lire des blog pour s'informer! avec toute l'incertitude que ça suppose parfois)
    Et le carburant MOX.... Là, on est dans le "gore" absolu! Là aussi, demander ce que c'est à Googoule!

  • La nouvelle la plus importante sur ce front énergétique reste quand même l'annonce de la fermeture d'ici 2030 des 54 centrales japonaises.

    Incidence déjà actée, moins de demande d'uranium = baisse des prix. Et le pic de la demande d'une ressource pas si abondante que ça repoussé d'au moins dix ans.
    Réaction apparemment inquiète d'Areva, mais est ce du lard ou du cochon ?

  • du lard ou du cochon ?
    Les deux sans trop de doute. Areva manifeste l'inquiétude de ses nouveaux dirigeants, des "pro-nucléaires" 10 fois plus durs et 10 fois moins lucide que l'équipage de Atomic-Anne Lauvergeon. Ces gens n'ont rien compris au film, comme d'hab!
    De toutes façons, le savoir-faire réuni en France par trente cinq ans d'ère nucléaire, ne sera pas de trop pour en créer un nouveau, qui ne saurait partir de rien, comme tjrs en matières de technologies, et ce nouveau on peut deviner ce qu'il sera:
    Le démentèlement des centrales, la dépollution des sites mis "off line", le traitement musclé des cas les plus durs, la formation pour tout ça et...
    Fatalement une recherche "de fond", pas beaucoup sur les bases actuelles, renouvellée pour de nouvelles formes d'utilisation d'une énergie nucléaire, plus propre et plus sure.
    Les japonais montrent enfin l'exemple d'une lucidité collective, après ce qu'il faut bien aussi appeler, une très sainte frousse!
    Ca nous ferait du bien en France une sainte friousse comme ça, avec on l'espère, moins de dégâts qu'à Fukushima bien sûr...! Et ça remettrait en place une certaine arrogance déjà ancienne, des fada du nucléaire. C'est un "fana", pas fada, du nucléaire bien encadré qui vous le dit.

  • Une arrongance fissurée à propos des OGM depuis hier!

  • 10,3%.
    C’est la hausse du bénéfice net d’EDF au premier semestre 2012. Et ce malgré une baisse de la production nucléaire en raison de nombreux arrêts de tranches : - 10,6 TWh par rapport à 2011.
    Cette progression repose donc, pour beaucoup, sur les bonnes performances des activités renouvelables de l’opérateur historique. A la forte progression d’EDF Energies Nouvelles s’ajoute la hausse de la production d’hydroélectricité : +5,9 TWh.
    Seule mauvaise nouvelle : le groupe annonce que le montant des sommes non compensées par la CSPE atteint désormais près de 4,5 milliards d’euros. Dont 700 millions d’euros enregistrés lors de ce premier trimestre 2012.

    EDF Energies Nouvelles a annoncé, cette semaine que sa filiale américaine - EDF Renewable Energy – avait mis en service « Pacific Wind », un nouveau parc éolien dans le comté de Kern (Californie). Composé de 70 turbines REpower, cette centrale couvrira la consommation annuelle d’électricité de près de 56 000 personnes. L’électricité renouvelable produite sera vendue pendant 20 ans à l’énergéticien américain San Diego Gas & Electric. La maintenance et l’exploitation de Pacific Wind seront assurés par EDF Renewable Services.

    Source : Cleantech Republic

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu