Avertir le modérateur

Antoine Sollacaro : Le Bâtonnier met en cause la Justice

Les choses vont mal en Corse : quinze assassinats depuis le début de l’année, et cette fois-ci, le grand avocat Antoine Sollacaro... Tout le monde a souligné la gravité exceptionnelle de cette exécution. Antoine Sollacaro a été abattu car il faisait son métier : défendre. Debout face à l’accusation, face aux verdicts déjà faits, refusant toute simplification. La défense depuis la terre corse. 

CATHEDRALE-D-AJACCIO_1.jpg

Elu bâtonnier du Barreau d’Ajaccio, il avait lors d’une manifestation officielle dénoncé les pratiques publiques tolérant la corruption, devant un préfet Bonnet furieux, qui avait quitté la salle. On sait comment l’histoire s’est ensuite écrite. Le grand public avait découvert cet avocat qui n’avait pas froid aux yeux dans la défense d’Yvan Colonna, mais il était un homme de l'engagement permanent.

Je l’avais entendu et avais été bluffé par ses capacités argumentaires lors du procès de la prison d’Ajaccio, qui s’était tenu à Lyon en 1985. Un commando de trois militants nationalistes s’était introduit dans la prison pour abattre deux hommes qu’ils estimaient être les assassins de Guy Orsoni (Des faits qui, par parenthèse, rappellent ce qu’est l’action des vrais groupes armés, je ferme la parenthèse). La défense, pour ces assassinats revendiqués, avait arraché une peine ramenée à huit ans. L’histoire de la Corse était passée sur la Cour d’assises et avait tout emporté…

Hier, le Barreau d’Ajaccio était réuni, et le Bâtonner Maroselli a rendu hommage à « cette figure de ce barreau depuis plus de trente ans, certainement le meilleur de nous tous ». Dénonçant « l'escalade et la folie meurtrière qui ensanglantent la Corse » le Bâtonnier s’est engagé à la fidélité : « Nous poursuivrons l'œuvre d'Antoine, nous porterons la voix des justiciables, sans concession et sans se laisser intimider par les lâches qui l'ont assassiné ».

corpqr19q406_paf_meut10911252.jpg

Jusque-là, tout est dans les clous. Mais la suite est bien différente, car le Bâtonnier, faisant état d’une délibération du conseil de l’ordre, a directement mis en cause la Justice.

« L'ordre des avocats se constituera partie civile et demande le dessaisissement de la JIRS (juridiction inter-régionale spécialisée) de Marseille au profit du juge naturel, c'est à dire d'un juge d'instruction du tribunal de grande instance d'Ajaccio ». Rappelant qu'Antoine Sollacaro était « le plus fervent pourfendeur des JIRS », il déploré « la tragique ironie » voulant que l'enquête soit confiée à la JIRS de Marseille », pour conclure : « En sa mémoire, parce que c'est l'essence même de notre métier, nous continuerons sans relâche à plaider, dénoncer les injustices et les incohérences d'une certaine justice. Je veux parler là des JIRS qui depuis quelques années se sont emparées des dossiers corses en mettant en œuvre des mesures liberticides, favorisant les antagonismes et, par-là, des drames ».

Quelle charge ! Le Bâtonnier, pleurant la mémoire d’un confrère exécuté, accuse la JIRS de Marseille, comme injuste et incohérente, agissant par des mesures liberticides et favorisant les antagonismes, au risque assumé de drames...  

Les JIRS ont été créées par la loi du 9 mars 2004, et sont au nombre de huit : Paris, Lyon, Marseille, Lille, Rennes, Bordeaux, Nancy et Fort de France. Elles regroupent des magistrats du parquet et de l’instruction dotés de moyens adaptés pour lutter contre la criminalité organisée (CPP, art. 706-73) et la délinquance financière (CPP, art 704) dans des affaires présentant une grande complexité.

Le Bâtonnier Maroselli met en cause, et dans les termes les plus accusateurs, les magistrats de ce service spécialisé, dépendant du TGI de Marseille. Ce n’était pas l’émotion, car la délibération du Barreau annonce des actes de procédure, qui seront motivés et justifiés par des pièces. Et il y a tout un débat en Corse pour dénoncer cette « juridiction d’exception ».

Lourde ambiance entre Ajaccio et Marseille… Si la Garde des Sceaux entend défendre ses services, c’est maintenant. 

MONTEE-DU-TRIBUNAL-AJACCIO-MAI-2009-a19659137.jpg

Le Palais de Justice d'Ajaccio

 

Commentaires

  • Des éléments du débat corse sur la Jirs ici (interwiew d'un magistrat et commentaires d'un citoyen alors en grève de la faim pour obtenit la libération d'un incarcéré)
    http://gabrielculioli.blogspot.fr/2012/03/une-interview-du-juge-choquet-dans.html

  • La région la plus violente d'Europe.
    De nombreux gouvernements ont tenté diverses politiques, sans succès.
    La grande majorité des Corses est attachée à la France, peut être même plus que de Français attachés à la Corse, ou du moins aux Corses.
    Avec comme difficulté la diffusion importante dans la société "normale" des réseaux bandito-nationnalistes.
    Une juridiction d'exception qui ne réussit pas vraiment au vu des résultats.

    Vu de l'extérieur de cette société très particulière et fermée, il est difficile de se faire une idée du comment faire baisser le niveau de violence et de corruption.
    J'ai lu le lien vers le blog de G Culioli. C'est gentil comme tout, mais ça n'éclaire pas vraiment.

  • Il faut que ce soit un bavard qui soit abattu pour qu'on parle de " quinze assassinats depuis le début de l’année ".
    Mais les autres ? Pourquoi on en a pas entendu parler dans les medias ?
    Qui étaient-ils ? Des sous-hommes ?

  • Chevènement apporte son grain de sel

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/chevenement-sollacoro-etait-implique-dans-un-certain-nombre-d-affaires-18-10-2012-2244069.php

  • Au moins le "Che" malgré son positionnement un peu rigide a énoncé une idée sur la question.

    Au fait Pasqua, dans la série des ex de l'intérieur, avait à défaut d'idées avouables sur la place publique, une façon de faire bien à lui :
    http://www.liberation.fr/politiques/0101228979-le-jeu-des-7-familles-corses-de-pasqua-sur-l-ile-ses-amis-vont-s-affronter-sur-deux-listes-aux-regionales-l-une-dissidente-l-autre-rpr-udf

  • Si Me Sollacaro s'était opposé à la Jirs de Marseille, opposition reprise aujourd'hui par le barreau d'Ajaccio, c'est pour deux raisons : primo les jirs seraient un élément d'une justice d'exception attentatoire aux libertés publiques, secundo la Jirs de Marseille, volontairement ou non, aurait un rôle trouble en "soufflant sur les braises" et contribuerait ainsi à la spirale d'assassinats.


    Le premier point me paraît infondé, et on ne peut que partager l'opinion d'Eva Joly, qui en visite à Ajaccio lors de sa campagne électorale (pour laquelle elle était soutenue par une partie des nationalistes)affirmait que la JIRS n'était pas une juridiction d'exception mais un pôle judiciaire regroupant de multiples compétences au service de la lutte contre le grand banditisme et les échanges d'argent.
    S'il faut considérer par essence toute structure spécialisée comme partie d'une justice d'exception, sans doute convient-il d'aileurs de supprimer pôles financiers et brigades financières, juge pour enfants et brigades des mineurs.

    Sur le second point, je n'ai pas les éléments pour juger de sa pertinence ; l'expérience nous a appris que police et justice ne sont pas forcément toujours irréprochables. Je remarque cependant que tenter de discréditer la Jirs peut aussi être simplement une stratégie de défense de la part de mis en cause. Je remarque également que l'accusation de « souffler sur les braises », d'accrocher des cibles dans le dos de certains est facile à lancer. De telles accusations ont d'ailleurs été proférées à l'encontre de Me Sollacaro lui-même : dans le procès de la Sms, il avait taxé un prévenu -Yves Manunta- de balance et d'indicateur, Yves Manunta avait alors accusé Me Sollacaro de lui avoir « mis une cible sur le dos », il a d'ailleurs été depuis assassiné.

    De la part du barreau ajaccien, la défiance manifestée à l'égard de la Jirs de Marseille me semble relever d'une certaine facilité. Il est plus aisé de vilipender la Jirs que d'affronter une interrogation : en allant parfois un peu loin dans son rôle d'avocat, A Sollacaro ne s'est-il pas exposé lui-même, apparaissant non plus comme l'avocat qu'il était, mais un élément d'un camp en présence ?

    Cette question un journaliste du monde la pose ici :http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/10/17/la-corse-assommee-apres-la-mort-de-me-sollacaro_1776719_3224.html.

    Un avocat d'Ajaccio, Me Mariaggi, la posait aussi en décembre 2011 dans le journal 24 ore : « Il devrait prendre plus de recul. A force de s'impliquer ainsi, les choses peuvent finir très mal. » (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/corse-mort-de-me-sollacaro-un-reglement-de-comptes-a-la-mode-du-milieu-corse_1175312.html)

  • @Gilles Devers :
    "Antoine Sollacaro a été abattu car il faisait son métier : défendre".

    Euh... qu'est-ce que vous en savez ? Vous connaissez les assassins et leurs motivations ? Vous devriez vraiment vous méfier des phrases à l'emporte-pièce qui se veulent percutantes mais qui ne reposent sur rien, et qui gâchent trop souvent vos billets par ailleurs de qualité (si je puis me permettre; je décrète à l'unanimité de moi-même que oui, je peux).

  • Des fautes d’orthographe sont apparues dans le texte : ex, ce très en colère, pour je suis très en colère, et surtout le mot raisonner et non résonné, je ne suis pas encore une cloche.

  • Mon ex-famille Brunet : dis les Thénardier. Quand le crime d’État se mêle au sacrilège, avec la complicité des juges renégats

    Mon histoire est vraie, la responsabilité de l’État est mise en cause dans cette affaire d’escroquerie. Cette entreprise est tout bonnement scandaleuse, immorale, indécente indigne d’une République démocratique.
    Je suis victime des Thénardier, de la justice mystique et vaporeuse en diable, je lutte contre cette extrême sévérité, froide comme la mort. J’ai cru, pauvre sot ! Que les juges protégeaient les victimes ?
    Tout beau ! Je suis mouton, mais je défends ma laine.
    Plus les effets sont grands, plus je cherche les causes.
    La justice sous son voile épais, ne craint les scandales, sauf, l’homme téméraire qui de raison, contre le vent des passions qui souffle sur la terre, ne saurait entraîner vers les hontes d’ici-bas !
    Depuis longtemps, je soupçonnais les Thénardier, mon divorce en 1995, m’a délivré de cet enfer enchaîné.
    En 1956, je suis orphelin à 15 ans, ma mère est décédée, elle avait 44 ans, le ciel m’est tombé sur la tête.
    Dans mon malheur, j’ai eu la chance d’être hébergé dans une famille d’une très grande charité, des humains, des vrais, des purs, d’authentiques bienfaiteurs, qui m’ont inculqué les vraies valeurs de la vie, mon éducation était axée sur les grands principes, la morale, le respect des autres, l’honnête, les règles de bienséance, des personnes d’une grande vertu chrétienne. Ma reconnaissance est éternelle pour la famille Généchaud d’Airvault.
    Étant mineur ; j’étais sous tutelle, mon oncle est tuteur, un homme honnête, mais pas facile à vivre, un ascétique.
    Jeune ouvrier peintre, je suis employé dans une entreprise de Thouars.
    Puis chez un décorateur Roger Rat, un homme très gentil, je lui demande, s’il connaissait une chambre à louer, il avait fait des travaux de peinture chez les Brunet rue Lafontaine, ces gens avaient une chambre à louer.
    Pour mon malheur ! Je suis tombé chez les Thénardier de Thouars, en plus dégoûtants, en plus pervers, en plus ignobles, des crapules, déguisées en bon samaritain. J’étais, jeune, insouciant, mes pas m’avaient conduit chez les Thénardier.
    Mon oncle avait dû s’informer de mon bien-être, et dévoiler mes origines allemandes, ainsi la fortune de mon père.
    Ce qui avait fait saliver ces monstres, Madame Thénardier était veuve, mère de quatre enfants, deux fils et deux filles, un fils travaillait à la SNCF, une fille était mariée à un cheminot, le plus âgé un traîne-savates alcoolo, allergique au travail, son épouse employée dans une pharmacie thouarsaise, la plus jeune des filles logeaient chez sa mère.
    Elle travaillait en usine et se prostituait le soir et les week-ends, une fleur impure qui avait un gamin le fruit de ses débauches effrénées, une garce, au lit c’était une superbe affaire, elle venait toutes les nuits se vautrer dans mon lit, pour une garce c’en était une vraie, la chose était préméditée, me faire épouser la marchande d’amour, qui était de onze ans mon aîné.
    Afin de me soumettre ces créatures maléfiques ont élaboré un plan diabolique, me droguer, chose facile la femme du charognard travaillait dans une pharmacie place St-Médard, ces crapules ont pris des risques, j’étais sous tutelle mineure, de temps à autre il testait l’efficacité du produit sur mes capacités à réagir.
    J’étais sous dépendance de cette racaille.
    J’accuse, l’État de ne pas avoir rempli sa mission, les tutelles n’offrent aucune protection pour les orphelins de père et de mère, l’autorisation de mariage par le conseil de tutelle devait être refusé, pour les raisons suivantes : cette personne beaucoup plus âgée que moi, de plus elle avait un enfant, elle se prostituait, sa mère une voleuse, je n’avais pas effectué mon service militaire.
    La responsabilité de l’État est engagée dans ce dossier.
    La suite prouve que cette famille était des gens peu recommandables.
    L’objectif de ces crapules, voler la fortune de ma famille allemande, l’exploité par Robert Brunet le pernicieux, ces créatures m’avait fait signer sur la partie basse d’une feuille blanche, j’étais bien sous soumission chimique, ensuite ; ils me font vendre la maison de ma mère avec tout son contenu, je n’ai perçu aucun centime de cette vente, j’avais un gros pincement de cœur mêler de honte, je tenais à cette maison qui contenait ma jeunesse, les meubles de ma mère, etc. encore la drogue.
    Ma vie avec cette femme ne m’a apporté aucun bonheur, pour cette raison, j’avais une vie extra conjugale. Elle me maintenait sous contrôle avec la drogue fournie par sa belle-sœur, elle se vantait de temps à autre de me manipuler avec ses produits, si cette créature ne m’avait pas conditionné, je ne serais pas resté, j’ai été sur le point de quitter la mégère dans les années 1980, elle avait dû doubler la dose, de temps à autre ma personnalité, mon état d’âme changeait, ma mémoire avait des défaillances.
    Je prends ma retraite en 1991, cela contrariait les plans de cette femme de mauvaise vie.
    Procédure de divorce en 92, avec obligation de domicile séparé.
    Le divorce est prononcé en juillet 95.
    Ces malfaiteurs sont plus abominables que les Thénardier, le mot racaille est bien faible pour imager ces montres. Ils m’avaient tout pris même ma maison de Vrines, d’une valeur de 110 millions d’anciens francs idem, pas un centime !
    Les Thénardier sont des brigands, des bandits de grand chemin.
    Le forfait étant incomplet, voler la fortune de mon père, rien ne retient ces maudits, ils ont payé Guillot pour qu’il me drogue ; conditionné à forte dose par Guillot, Nicolai, Boutet que je côtoyais journellement. Ces malfaiteurs m’ont conduit le 4 mars 1999 chez le notaire Tabourier, j’ai signé un acte de plusieurs pages avec mes initiales, à la dernière, j’ai signé mon nom, inconscient étant fortement annihilé par la drogue, était présent Guillot et Nicolai ces individus m’avaient conduit chez le notaire en me tenant par les épaules, j’étais vraiment mal en point, il y avait le notaire de St-Varent Grellier, j’étais surpris de voir mon ex-beau-frère Brunet, le malotru, réjoui de sa scélératesse naturelle.
    Mon aîné qui est en poste au Japon a fait un long séjour en France en 1999.
    Ce voyou a utilisé les produits à Guillot pour me faire signer une renonciation d’héritage.
    La suite de cette escroquerie un désastre pour la France, de nombreuses usines ont fermés
    Je suis très en colère contre cette bande de malfaiteurs, les Thénardier, la drogue m’empêchait de raisonner sainement, je me souviens de mon père, de la dernière fois qu’il est venu à St-Jouin de Marnes, et de ses dernières paroles ‘’tu ne manqueras de rien mon fils’’ quand il était en poste à St-Jouin à ma naissance il voulait me faire tatouer les armoiries de ma famille allemande.
    Je me rappel de tout, ce qui augmente ma colère, je pouvais connaître ma grand-mère Élisabeth Müller avant qu’elle ne décède le 3 févier 1971.
    Guillot est un voyou, il ne pouvait réaliser cette crapuleuse affaire sans le concours de Suire un individu aussi malhonnête que lui, ces crapules ont soudoyé la justice pour ne pas être inculpé pour leurs crimes.
    C’est une affaire d’État, les responsables de ses graves évènements en toute justice doivent être sévèrement punis.
    Sans la complicité d’Éric Goguy en poste au Japon, les escrocs me pouvaient réaliser cette spoliation, il mérite une punition exemplaire.
    J’ai une sainte horreur des voleurs, de plus, dans ce cas de figure utiliser des drogues pour me soumettre, ces produits ont détruit ma santé, ces maudits ont souillé la mémoire de ma famille, il m’ont déshonoré, volé mon identité ma retraite.
    Vous avez dit justice ? La chose, elle est transparente, cela crève les yeux !
    C’est un idéal rêvé la justice, des milliers de personnes sont victimes de cette administration criminelle.
    Ici dans cette page on se voit comme il faut, le vrai du faux !
    Ces juges sont sages pour faire le mal, mais pour ce qui est de faire le bien vraiment ils n’ont pas de connaissance !
    Des juges de la transgression, la semence du mensonge, ils ont conçu le malheur, et enfanté le méfait, sans cesse leurs pieds courent vers le mal, ils ont hâte de verser le sang innocent leurs pensées sont des pensées malfaisantes, pillages et effondrements, leurs jugements, ils les ont rendues tortueux.
    Une solennelle assemblée de traîtres.
    Chez eux ni bonne foi, ni honneur, ce sont des parjures, tous des traîtres, tous des hypocrites.
    La honte serait honteuse de siéger sur leurs fronts.

    Afin que cesse le pillage des usines, le 10 octobre 2012, j’ai déposé une plainte au parquet de Metz, au doyen des juges d’instruction contre l’infâme Éric Goguy, pour sauver l’usine Arcelor Mittal de Florange et Liège.
    Que le juge mette tout en œuvre, afin que cesse la destruction de l’industrie française, que les responsables de cette escroquerie soient condamnés comme il se doit !

    Jacques goguy, je prends la responsabilité de mes écrits. Cette affaire, je la mènerais à son terme.

  • @Gilles Devers :
    "Antoine Sollacaro a été abattu car il faisait son métier : défendre".


    Pas si sûr...Les pistes sont également l'immobilier corse, le nationalisme corse, le dossier Colonna, donc son métier de défenseur effectivement mais pas seulement.

  • La justice en Corse?....allons soyons sérieux,depuis des lustres,lors des audiences,hors continent, les victimes en viennent a perdre la mémoire,.....les témoins se rétractent ou deviennent confus ou encore deviennent gravement malade....La police et la gendarmerie sont fagocités par des responsables politiques pas plus reluisant ....cet avocat faisait partie de ce jeu de dupes....Il a joué a priori sur beaucoup de tableaux,et se croyez intouchables ....A voir la volée de moineaux en habit noir sur réagir a cet assassinat la peur,va les amener a peut être regagner le camps de la justice....Enfin,pour un temps

  • @VilCoyote, allez y franco et autorisez vous joyeusement.
    Tout le monde s'autorise ici, et c'est pour moi un confort de savoir que chaque fois que je mets un pied un touche, les alarmes s’allument. C’est un sur-moi collectif et bienveillant, car d’autres me diraient de foncer pour que je finisse de me ridiculiser.

    J'accepte le petit poil (non barbu) de trop car il faut dire ce qu'on pense en poussant un peu l'argument, et je ne vais quand même pas, à mon âge, faire du Jospin. Mais, je me défends. Je n'ai rien écris le jour même, alors que cet assassinat d'un avocat est, vu son implication dans la vie judiciaire corse, un évènement de première importance.

    Un avocat peut dérailler, passer le gué, les cas ne sont pas toujours publics et graves, mais c'est un risque permanent pour nous, de ne plus être défenseur des droits, pour glisser vers défenseur des personnes ou d'une cause. Ce n'est pas amoral, mais c'est non professionnel

    Mais je suis légaliste.

    Antoine Sollacaro a été bâtonnier, ce qui n'est pas rien.

    Lorsqu'au procès Colonna ont été évoquées des procédures disciplinaires, le bâtonnier de Paris l'a soutenu, et les plaintes disciplinaires ont fait long feu.

    Le bâtonnier et le conseil de l'ordre d'Ajaccio n'ont fait aucune réserve, et le bâtonnier a rendu un hommage d'une intensité rare, soulignant que ce n'est pas à la personne qu'on s'en est pris, mais à l'avocat.

    Donc, après analyse du réquisitoire et étude de mes arguments en défense, je me donne raison :)

  • Merci pour cette plaidoirie, Gilles :-)
    Juste une remarque (plus ou moins sérieuse, mais quand même) : "Antoine Sollacaro a été bâtonnier, ce qui n'est pas rien".

    J'ai travaillé dans un cabinet (parisien) qui cherchait un correspondant local *de confiance* dans le sud (est) pour traiter un de nos dossiers. Devant la pénurie, un collaborateur propose le bâtonnier. Réaction immédiate (et sérieuse et sincère) de l'associé présent : "Ah non ! S'il est bâtonnier, c'est qu'il a réussi à se faire élire, et ça cache forcément un truc pas net pour recueillir les suffrages de ces mecs" (ie. "les avocats locaux").

    Mais, laissons la police faire son travail, et croyez bien que dès que nous aurons de plus amples informations...

  • Sollacaro n'est pas aussi étincelant que ça, malgré ce que dit sa corporation endeuillée. Bon c'est un peu indécent de l'accabler alors qu'il n'a pas encore de scépulture, mais il y a plusieurs pistes à propos de son funeste destin.

  • Je n´y comprends rien de rien et je n´ai pas trop envie de le faire.

  • Adriana,

    Pas besoin de chercher à comprendre le banditisme corse, personne n'y parvient. C'est une tradition séculaire à laquelle personne ne comprend rien depuis des siècles. Le problème est celui de l'impuissance et de l"incompétence de l"état. Alors les cyniques pourront considérer qu'il s'agit d'un phénomène autonettoyant, comme pour les gangs de Marseille. Mais je ne crois pas que cela soit le cas. Valls ne fera que des moulinets et le problème restera entier ; les gouvernements successifs ont négocié avec cette bande d'ordures alors qu'ils envoyaient les flics les pourchasser sur le terrain. C'est d'une lâcheté indescriptible.

  • "...C'est une tradition séculaire à laquelle personne ne comprend rien depuis des siècles...."
    C une tradition du style des histoires belges que les français aiment raconter, car elles sont très simples à comprendre... ;-))
    Ces histoires là n'ont pas des siècles Mathaf! Tu connais la Corse encore moins que moi, qui n'y ai jamais mis les pieds!
    (ben oui C ridicule, j'ai pourtant fauit deux fois le tour du Monde, mais nul ne peut et pourra être allé partout...Hélas!)
    Pour avoir N fois travaillé avec des Corses, il est arrivé qu'on "en parle" fatalement! Les Corses que j'ai bien connus n'ont pas (du tout!) le profil de ce genre d'histoire, même si on sait qu'elles existent.
    Mais il faut arrêter de raconter des fables comme cette récente phrase de Mathaf! Ce "climat mafieux", ça n'existe que depuis le milieu du 20ème siècle, pas depuis des siècles!
    Et c'est l'ensemble des conséquences des conneries de l'Etat Français, qui ne sut pas en ce temps là, faire son devoir! C.à.d. organiser le vrai développement, et qui laissa quelques notables verreux faire tout ce qu'ils voulaient! (maintenant C tout le pays qui est géré comme ça et... Vois voyez qu'on n'est pas là non plus chez les extra-terrestres! Il se passe la même chose partout peu à peu, "en rampant", toute l'économie devient mafieuse)
    Pour les "détails", j'avoue ne pas piger tout ce qui se passe, faute de connaître les gens.
    Mais deux choses sont sures:
    - La juridiction d'exception est peut-être nécessaire, compte tenu de l'état "exceptionnel" en effet de la situation locale.
    - Mais ce qui a été fait jusqu'à présent, C pas très efficace! Tout ça au moins, C sûr...
    Et là aussi, le simple fait d'être un notable riche depuis des années, de façon héréditaire en particulier, ça devrait suffire pour ETRE définitivement EXCLU DE TOUTE FONCTION DECISIONNAIRE SUR L ILE! (dans "le privé" comme dans le public")
    Car là aussi, si on ne fait pas le ménage, les jeunes Corses (pas assez "bien nés") continueront à ne pas trouver de job et ne pas pouvoir se loger chez eux, dans LEUR ile! Et ils se feront parfois manipuler à tort ou à raison, mais quand il font sauter les résidebnces secondaires des bourgeois, ça me fait marrer! Même si ce n'est pas La Solution...

  • bravo ... super article .

  • ça a l´air un peu mafia italienne avec une touche française pour pimenter le tout ? :)
    Ça fait un bail que je lis ou entends sur la Corse et sans comprendre qui est le bad guy et qui est le good guy. Et pourquoi ils s´entre-tuent.
    Par effet d´inertie?
    En plus il y a ceux qui veulent l´independance mais je sais pas s´ils sont du cote bad ou good ou les deux, cela depend?
    Bof, je m´y perds.

  • Oui ça ressemble un peu à la situation italienne pas encore aboutie. Les italiens en ont pris conscience beaucoup trop tard mais ils prennetnt le problème à bras le corps. Ils sont aujourdhui plus courageux que l'état français qui n'arrive pas à mâter quelques centaines d'ordures. Sollacaro n'a rien fait pour trouver des solutions, au contraire.

  • Le Bâtonnier, appuyé par le conseil de l'Ordre, met en cause l’honnêteté du JIRS, qualifié de liberticide et calculateur, et en tant que tel moteur des violences...

    C'est une attaque extrêmement sévère

  • Allez Bressol, épargne moi tes affirmations gratuites; je connais la Corse et j'avoue sincèrement que je ne pas blairer ces corses complètement dévoyés.

  • J´apprends qu´on lui a arraché la langue? pkoi pas tant qu´on y est le zizi?
    ça l´air d´une signature des groupes mafieux.
    Bon, Thierry est pas d´acc mais ....
    les indices sont cruels

  • ah , je decouvre que c´etait une metaphore ...
    c´est dangereux ces metaphores dans un cas pareil.
    Ils ont apeine criblé de balles, c´est tout.
    Bon, je laisse tomber, qu´ils s´entendent entre eux.

  • Conseil de "l'Ordre" et Corse; c'est le plus bel oxymoron de l'année. Mort de rire !

  • S'il avait roulé au sans plombs, peut-être que..

  • Cher maître quand vous écrivez "Antoine Sollacaro a été abattu car il faisait son métier : défendre.", vous oubliez de relire les billets dans lesquels vous conseillez à d'autres de se taire en attendant que l'instruction fasse son œuvre.
    Mais je suis d'accord avec vous, s'il fallait attendre des années (ou plutôt des décennies) pour pondre un billet sur internet le monde serait plus juste (dans le sens de la justice) mais tellement plus ch...
    Alors je me tais... :)

    A part ça que Chevènement sorte n'est pas bon signe pour mes rhumatismes : Quand les morts-vivants apparaissent bien avant Halloween l'hiver sera froid !

  • Cher inlibroveritas

    Nous sommes ici dans un cas très particulier car la victime est un avocat, ce qui est ma profession.

    L’indépendance dont bénéficient les avocats est liée au respect de règles, celle du barreau. C’est un peu comme les militaires qui peuvent faire usage des armes s’ils sont dans le cadre du commandement

    Et, en fait j’ai l’esprit très militaire

    J’ai attendu que le bâtonnier d’Ajaccio se prononce, et il a déclaré : on a tué l’avocat, et pas l’homme.

    Pour moi, ça suffit largement à écrire la susdite phrase.

  • Allez Bressol, épargne moi tes affirmations gratuites; je connais la Corse et j'avoue sincèrement que je ne pas blairer ces corses complètement dévoyés.

    Écrit par : Mathaf Hacker | 18.10.2012


    Thierry oublie que notre Doyen est né il y a quatre siècles ; que quelques années avant la révolution de 1789 il changeait les couches d'un certain Napoléon peu connu alors ; que c'est l'un des derniers immortels sur terre et qu'il compte bien être le der des ders
    lol

    Bon, ok... je sors :)

  • Je suis un peu gêné par certains commentaires un peu simplistes et à peine décents sur la mort de cet homme.

    Sur le fond, l'état français et la corse j'ai déjà dit ce que j'en pensais, pas grand chose d'autre à ajouter.
    Pour Antoine Sollacaro, il me semble important de dire qu'il était militant LDH et je donne le lien vers cet article en hommage à l'homme qu'il fut :
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/10/17/antoine-sollacaro-revolte-contre-toute-forme-d-injustice_1776773_3232.html?xtmc=corse&xtcr=7

  • Tout a fait d'accord,
    A commencer par la presse française qui n'a pas fait dans le subtil. Surtout le journal le point avec son titre.
    Arracher la langue.

    Je ne sais pas ce qui est pire, peut Etre Quand on lit des commentaires du type
    qu'il faut faire un cordon sanitaire autour des américains pour ne pas prendre " leur maladie".
    Celle est est dure n'est-ce pas?

    La decence est une valeur bien relative.

  • Le métier d'avocat n'est pas une carapace qui peut tout camoufler, okay pour honorer un mort mais de là à larmoyer un hommage dégoulinant à l'homme, non.
    Lorsqu'on a été nationaliste, qu'on en défend les leaders, qu'on défend des figures du grand banditisme et qu'on investit dans l'immobilier corse, on vit sur un fil, chacun le sait là-bas.

  • Un avocat, ancien bâtonnier, membre de la (trop) pépère Ligue des Droits de l'Homme, exempt de toute procédure disciplinaire, et soutenu par le Bâtonnier en exercice et le Conseil de l'Ordre... et on met en doute son honneur ? Allons, allons!

    Un exercice si exemplaire que ses enfants ont rejoint la profession, sa fille étant jeune avocate...

    Oui, il en faisait bcp, et trop aux yeux de bcp, oui, et alors? Avez vous eu besoin de voir vos droits défendus? Savez vous ce qu'on attend alors d'un défenseur? La modération, la gentillesse..

    J'ai apprécié in vivo comment il pouvait prendre un dossier à bras le corps pour défendre, et c'est très fort. Je souhaite à tous ceux qui sont dans des situations procédurales difficiles de pouvoir compter sur un tel engagement de leur avocat.

    De plus, le thème n'est pas l'assassinat de cet avocat, mais la prise de position du Bâtonnier en exercice dénonçant la JIRS comme liberticide

  • La JIRS Liberticide ? ....Une affirmation basée sur quoi ? ...De quels faits significatifs?... Et si c'est le cas alors...Pourquoi monter aux créneaux seulement,maintenant c'est a dire après l’assassinat d'un avocat?.... Y a t'il dans ce meurtre,une relation de cause a effet avec le JIRS ?.... si oui,alors le bâtonnier sait qui et pourquoi ce meurtre?..... Si c'est non alors ce n'est qu'une affirmation gratuite....Mais alors pourquoi ?....,pour couvrir quoi,qui?.....Étrange affaire et étranges réactions de panique et de volonté de dramatisation,...Volonté d'aiguiller l’enquête vers un coupable institutionnel comme toujours en Corse? ...Pour l'instant,cela reste un meurtre sans cause,ni meurtrier connu (du public)

  • Je me sens obligé de rappeler aux lecteurs et auteurs de commentaires sur cette page à la nécessité de connaître un sujet avant d'en parler:
    Au temps de Pascal Paoli et du très jeune fils de Charles Buonaparte, il y avait certainement en Corse comme en tout temps et en tout pays, des assassins et des voleurs, ou peut-être des prostituées et des souteneurs, ou des patrons de cafés louchers et autres turpitudes!
    Mais... Ce climat mafieux est récent en Corse! Ceci date du début du 20ème siècle et c'est vraisemblablement de + en + entretenu par l'idéologie qui actuellement fait la loi, le libéralisme et le droit des riches, de faire n'importe quoi!
    Cette vérité dérange mais ce qui est arrivé est arrivé, comme le 17 octobre 1961 à Paris ou le génocide des Arméniens en Tirquie en 1915, ya pas à tortiller du cul, les faits sont têtus et incontournables!
    Pour le reste, je ne comprends pas ce qui est arrivé à cet avocat ni pourquoi, fatalement.
    Lors du procès de Colona il fut extrêment convainquant d'autre part, il faut bien le dire.
    (même si je ne prends pas Y Colona pour un ange innocent!)
    Cela dit, j'évite de m'avancer sur ce sujet, plus que glissant, le climat mafieux en Corse! Ca existe, C incontournable et très dangereux aussi pour les naïfs comme le Prefet Bonnet, qui essayent de "faire quelque chose" à tout prix et avec de bonnes intentions, sans comprendre ni en savoir assez! Insulter les Corses, ça n'améliore pas la situiation et encore une fois, là-bas tout le monde n'a pas "ce profil"...

  • Cher maître, c'est bien au bâtonnier peu scrupuleux que je pensais...

    Sinon, tout ce que je connais de la Corse provient de Mérimée (Mateo Falcone) et jusqu'au titre on voit que cette pourriture est une histoire vieille comme l'Ile...

  • Je sens que je devrais aussi rappeler un peu d'Histoire de la Corse, car C passionnant! Je conseille d'abord petite "chasse aux info" sur le plus grand des Corses, Pascal Paoli et sur sa République et la Constitution qu'il rédigea pour son île. Aux USA d'ailleurs, une légende tenace dit que leur Constitution de 1976/1783, encore en usage en 2012, fut inspirée entre autres, par Pascal Paoli et ils en sont fiers. C au moins partiellement braisemblable car Jefferson était aussi un admirateur de Paoli... Qui va savoir?
    Cette Corse là a disparu et il doit être rappelé que l'Etat Français s'est effectivement servi de cette île, plus comme une réserve de bipèdes pour en faire des soldats ou des fonctionnaires, que pour la développer! (ce que disait aussi Antoine Sollacaro en bon aisseur de son île!)
    Après la guerre de 1914/18, la situation n'a fait qu'empirer et l'avenir des jeunes à l'époque, il était à Marseille où des tordus surent trop bien les prendre en charge...
    Ce qui arrive aujourd'hui est la conséquence de ce bazar... Et... On ne prend pas le chemin pour soigner ça, ça au moins, ça se constate facilement!

  • Il fallait lire 1776/1783 bien sûr... Les fêtes du bicentenaires de l'Oncle Sam m'ont peut-être traumatisé...
    La seconde guerre mondiale n'a rien arrangée, d'autant que le terrible maire de Marseille durant "une période difficile" (1940/44), Sabiani, l'ex Marseillais que je suis vous le confirme, on en parle encore! Et malheureusement il était Corse. Enfin, on n'a pas fini d'en entendre parler, lui aussi il sut durablement pourrir la réputation de l'Ile, à lui presque seul!...
    Mais en 2012 deux morts chaque mois environ, c'est effectivement un peu courrir derrière la Moldavie post-Soviétique...
    Encore une fois, "le poisson commence à pourrir par la tête" on dit en Chine.
    En Corse pour "nettoyer", il faut démettre TOUS les notables féodaux "bien installés" depuis des générations et permettre une reé-industrialisation de l'Ile, une économie toute basée sur le "bronze-culs" ne saurait être saine! (en s'attaquant avec des moyens ridicules à un patron de petit restaurant de plage, le Préfet Bonnet ne fit pas que se planter et aller au violon! Il a fait la fortune de "Chez Francis"!)
    Après le grand ménage chez les notables, en passant par les services secrets, pas avec les gendarmes ;-) , ça ira mieux!
    Et ça, seul l'Etat Français peut maintenant le faire, s'il le veut. Ca peut être ça, s'il veut libérer la Corse d'elle-même, il lui doit bien ça.

  • @GillesDevers

    Oui, la réaction du bâtonnier est, comme vous l'affirmez, garante de l'intégrité d'A Sollacaro (intégrité que ne mettent en cause finalement , outre quelque sénateur haineux et sans vergogne, que des commentateurs peu au fait de ce qu'ils commentent).

    Par contre, je ne suis pas convaincu que la mise en cause de la Jirs par ce même bâtonnier accrédite et valide la thèse d'une Jirs liberticide et manipulatrice. Il s'agit pour moi d'une réaction affective, émotionnelle ... et sans doute inévitable.
    L'actualité de ce jour illustre en quoi cette réaction est compréhensible ; le procureur de Marseille a lancé un appel aux témoignages sous X dans l'enquête sur l'assassinat d'A Sollacaro. Or ce procédé était régulièrement dénoncé (fortemen)t par Me Sollacaro lorsque des témoignages sous X étaient utlisés contre certains de ses clients.

    Voilà donc l'enquête sur sa mort confiée à une juridiction vilipendée par Me Sollacaro, avec des procédés qu'il récusait pour ses clients. Situation un peu cruelle qui entraine le refus du barreau ajaccien. En dénonçantr la Jirs, ce dernier ne fait finalement que manifester sa fidélité à un confrère.

  • Belle effet de manche sergio2,un retour sur pattes pour chat.... La JIRS dénoncé par le bâtonnier par excès d'affects Euh?,?...C'est tout de même curieux que ce même bâtonnier ne se soit pas insurgé vis avis de cette mafia Corse qui tue sans compter ni justice...Hypocrisie indépendantiste et lâcheté par omerta offre de beaux jours à tous ces mafieux

  • Et les femmes corses, existent elles, plus silencieuses encore que les hommes ?

  • Xavier Bonhomme, procureur d'Ajaccio à France 24 :
    " Il y a en effet beaucoup de meurtres en Corse. Beaucoup trop. Mais il faut comprendre que la quasi-totalité de ces assassinats sont directement liés au crime organisé. Il s’agit presque toujours de règlements de comptes. Il est très rare d’enregistrer des crimes passionnels impliquant maris et femmes en Corse, comme c'est malheureusement plus fréquent dans d'autres juridictions où j'ai travaillé, comme Marseille et Paris. De même, il existe une quantité infime de crimes sexuels ici, les cambriolages sont rares et les agressions dans les rues sont quasiment inexistantes. Ainsi, le type de crime commis en Corse est complètement différent de tout ce que vous risquez de constater, disons, dans une banlieue de Paris. "

  • Antoine Sollacaro était un avocat sans concession, qui ne faisait pas semblant de défendre ses clients. On peut lui reprocher certaines envolées, on peut lui reprocher ses idées politiques (quoi que chacun de nous se reconnait volontiers la liberté d'avoir les idées de son choix), mais personne ne peut lui reprocher d'avoir fait son métier avec un engagement supérieur à la moyenne.

    Il était contre les JIRS et la justice d'exception en général. Il leur préférait la justice tout court.

    Il n'est pas sain d'associer un avocat à la qualité de ses clients. tout homme, fusse t-il le pire des criminels a droit à un avocat. Me Dupont Moretti ne défend pas que des enfants de coeur, personne ne pense de lui qu'il est un mauvais avocat, encore moins un criminel.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu