Avertir le modérateur

Aurore Martin : Valls et Hollande, ces malades de la répression

Aurore Martin, 33 ans, française, a été livrée par l’Etat français à l’Etat espagnol. Pourtant vous avez tous en tête ce principe : un Etat n’extrade pas ses nationaux. Guéant et Sarko s’y refusaient, mais Valls et Hollande n’ont eu pas ces scrupules. Voilà ce qui arrive quand on élit le « moins pire ».la_grande_illusion,9.jpg

Aucun acte de violence

La faute d’Aurore ? Aucun acte de violence, sinon je ne prendrai pas sa défense. Je suis totalement psychorigide sur ce truc. En droit, l’occupation armée justifie la résistance armée, comme le font les patriotes Palestiniens, Afghans ou Sahraouis. Mais l’Espagne, avec tous ses défauts, est un Etat de droit, acceptant le contrôle de la CEDH. Je n’idolâtre ni la démocratie espagnole, ni la CEDH et ses convictions molles, mais il existe suffisamment de garanties pour dire qu’en Espagne, le recours à la violence armée est illicite.

Sur ce blog, je me suis fâché (provisoirement) avec bien des amis à cause de Battisti. Battisti a été jugé pour des faits d’armes commis en Italie, qu’il a revendiqués. Pour moi, c’est une fin de partie. Si Battisti en voulait aux magouilleuses autorités italiennes de l’époque, ou aux US finançant les ligues d’extrême-droite, il pouvait tenter de s’en prendre à ces autorités. Mais tuer de braves gens qui mènent leur vie, non, jamais. Il n'y a de place pour la violence armée ni en Italie, ni en Espagne. 

Aurore Martin n’a rien à voir avec ces errances. Elle est membre du parti indépendantiste Batasuna, parti légal en France,... mais illégal en Espagne, car les malades sécuritaires espagnols le considèrent comme lié à l’ETA. En France, Batasuna présente des candidats aux élections locales. Oki ?

La faute d'Aurore ? Elle a participé à deux réunions publiques de Batasuna en 2006 et 2007, à Pampelune, en Espagne. C’est çà et c’est tout. Voilà la prise de ces accros à la répression que sont Valls et Hollande : une française, membre d’un parti légal en France, a participé à deux réunions de ce parti, illégal en Espagne. Pour cela, elle risque 12 ans de prison. Pour cela, la France extrade une française.

Cette bouse de mandat d’arrêt européenla_grande_illusion,1.jpg

L’Espagne, le 13 octobre 2010, a demandé à la France l’extradition d’Aurore,... qui est française. Cela aurait dû suffire à planter l’affaire, mais ici entre en jeu cette bouse de mandat d’arrêt européen (MAE).

Le MAE est le signe de la déliquescence européenne : l’ordre remplace la loi, pendant que les politiques se murgent à la buvette.

Le venin est celui de la poursuite judiciaire idolâtrée, une maladie des juges justiciers qui se l’étaient pété avec l'Appel de Genève de 1996, signé notamment l’ineffable Renaud Van Ruymbeke et d'autres candidats au enflement de tronche.

Les politiques se sont couchés devant les justiciers ignorants.

Le MAE a été adopté 2002 au prétexte de lutter contre la criminalité transfrontalière, grand sujet de consensus chez les blaireaux. Avec le MAE, on supprime les procédures d'extradition entre les Etats membres de l'Union Européenne, vu la confiance amoureuse existant entre Etats européens, et on s’aime tellement qu’on permet l’extradition par un Etat de ses propres nationaux. Et la CEDH, lamentablement, se couche.

Comme si ça ne suffisait pas, le législateur a adopté la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004, qui inclut dans le Code de procédure pénale cet article 695-23, pourri jusqu'à la moelle.  

D’abord le principe :

« L'exécution d'un mandat d'arrêt européen est également refusée si le fait faisant l'objet dudit mandat d'arrêt ne constitue pas une infraction au regard de la loi française.

Puis l’exception qui ruine le principe :

« Par dérogation au premier alinéa, un mandat d'arrêt européen est exécuté sans contrôle de la double incrimination des faits reprochés lorsque les agissements considérés sont, aux termes de la loi de l'Etat membre d'émission, punis d'une peine privative de liberté d'une durée égale ou supérieure à trois ans d'emprisonnement ou d'une mesure de sûreté privative de liberté d'une durée similaire et entrent dans l'une des catégories d'infractions suivantes :

- participation à une organisation criminelle ;

- terrorisme […].

Bref : il suffit qu’un juge espagnol écrive « terroriste » sous votre nom pour que tous les Etats européens se mettent à vous courser, en s’interdisant de vérifier si vous avez un lien quelconque avec le terrorisme.

Ne rigolez pas : c’est exactement le même projet (rédigé par Guéant et Sarko) que Valls et Hollande veulent faire voter pour remonter les filières « terroristes » islamistes.

Un traquenard pour livrer Aurore aux prisons espagnolesla-grande-illusion.jpeg

Aurore a tenté tous les recours, mais le texte sur le MAE, agrémenté de l’article 695-23 est un mur, et les juges n’ont pu que constater l’existence de ce mur. La CEDH aurait pu renverser la table, mais elle reste un bébé devant la politique.

Elle ne se cachait pas. Elle avait réuni autour d’elle de nombreux soutiens, et pour cause : c’est une simple militante d’un parti légal ! Elle a toujours assumé son militantisme, expliquant qu’au sein de Batasuna», elle participait à un processus de paix au Pays basque: «Pour moi, chaque jour dehors est un jour où je peux travailler, un bonus».

Aurore a été interpellée jeudi lors d'un contrôle routier « fortuit » à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques).

Fortuit ?... Ouah le gros balourd !

Jean-François Lefort, l’un des responsables de Batasuna à Bayonne, décrit un traquenard : « Nous réfutons la thèse d’un contrôle fortuit : au moment où Aurore Martin a été arrêtée, il y avait un important peloton de gendarmerie à un autre endroit où elle aurait pu passer ».

Valls, gros venin, gros malin

Quatre jours plus tôt, Valls avait donné une interview à El Pais, affirmant que l’ETA était toujours l’ennemi et qu'il n'y aurait pas de Pays basque français dans la prochaine loi de décentralisation, alors que cette question était bien avancée.

Avant-hier, Valls a fait arrêter Mohammed Hammami, iman de la Mosquée Omar, décrit aujourd’hui comme une abomination intégriste,... alors qu’il est responsable du mouvement Tabligh, autorisé à participer sous le contrôle du ministre de l’Intérieur Sarkozy aux élections au CFCM. Son fils est trésorier du CFCM. Mohammed Hammami est âgé de 77 ans, et le 15 mai, la commission des expulsions avait rendu un avis défavorable à son expulsion. Mohammed Hammami est bien connu, et il a pignon sur rue depuis des années. Guéant avait menacé de recourir à son expulsion, mais c'est Valls qui l'a fait, avec une urgence soudaine, la veille de l'arrivée du premier ministre israélien. 

Valls a un discours à tenir, et les décérébrés du PS l’ovationne, lui permettant de rêver au poste occupé par Ayrault, alors ce n’est pas la loi qui va le limiter…

Meme chose pour Aurore, mais cette fois-ci le consensus est pour la victime de Valls. Tout le monde s’oppose à l’extradition d’Aurore. 

Les réactions politiques La-grande-illusion.jpg

Le PS de Désir d’amour fait le canard, et ça ne surprend personne. 

Mais pour le reste, c’est très intéressant.

Max Brisson, conseiller général UMP : « Cet événement est un nouveau signal préoccupant pour tous ceux qui œuvrent pour un Pays basque apaisé et le vivre-ensemble. La société civile du Pays basque et bon nombre d'élus ont dit combien ils pensaient que ce mandat d'arrêt était disproportionné par rapport aux faits reprochés à Aurore Martin. »

Jean-Jacques Lasserre, sénateur MoDem : « Je suis choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats ».

Trois parlementaires PS, seize élus socialistes et républicains, par un communiqué commun : « Nous sommes consternés ». Ils condamnent l'application du mandat d'arrêt européen et réclament le « retour immédiat sur le territoire français » d’Aurore et ajoutent : « Nous rappelons que les faits visés par l'Espagne ne sont pas répréhensibles en France : appartenance à un parti politique légal en France et participation à des manifestations publiques ».

Kotte Ecenarro (PS), vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques : « Je déplore un situation ubuesque, incompréhensible en plein processus de paix. Ça tourne à la provocation de la part des gouvernements français et espagnol ».

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF des Pyrénées-Atlantiques : «Le gouvernement Ayrault vient d'écrire une page déshonorante pour notre pays. Il est insupportable et indigne qu’une ressortissante française, militante d’un parti autorisé en France, soit extradée pour des faits non punissables dans notre pays».

EELV Pays basque : «  Alors que les élus de tous bords et la société civile s'allient à la fois pour travailler à l'avenir du territoire et pour rendre pérenne la paix rendue possible par le dépôt des armes d'ETA, M. Valls semble vouloir créer la discorde en entretenant sciemment l'amalgame et la confusion ».

Noël Mamère : « Le ministre de  l’Intérieur prend le risque de rallumer le feu. Il est en train de mettre en péril le processus de paix qui est engagé au Pays basque, alors même que l'ETA a annoncé en 2011 qu'elle déposait les armes. M. Valls joue un jeu extrêmement dangereux dans le but de soigner son image de ministre de l'Intérieur intransigeant ».

Le Parti de Gauche : «Là où en 2011, Guéant et Sarkozy avaient reculé devant la mobilisation des nombreux soutiens de gauche comme de droite de la militante politique, Valls et Hollande n'ont pas hésité à bafouer les libertés d'opinion et d'expression reconnues par notre constitution et trahissent honteusement les principes fondateurs de la gauche ».

Anita Lopepe, membre de la coalition basque EH Bai : «Valls s’aligne sur le Partido Popular, c’est un simple relais de Madrid à Paris».

Le Comité de défense des droits de l’Homme Pays basque rappelle : «François Hollande lui-même avait apporté son soutien à la jeune Aurore quand il était candidat ».

*   *   *

La décision de Valls et Hollande est claire : ils ont extradé une Française qui n’a commis aucune infraction au regard du droit français, pour jouer aux chefs de guerre contre le terrorisme. Bush est leur modèle.

Je ne fais que deux observations.

1/ Comme l’alcoolique qui bat sa femme, celui qui viole la loi la reviolera. Les expulsions collectives de Roms, condamnées par l’ONU, démontraient un mépris souverain du droit, et ouvraient vers maintes violations du droit, et des plus graves. Nous sommes tous solidaires.

2/ La République, c’est le respect du droit, alors il faut dégager Hollande. 

Et ne me parlez plus du « moins pire », cette grande illusion.

grande illusion2.jpg

Commentaires

  • Oui, j'ai également pensé à l'affaire Battisti.
    Elle n'a rien à voir sur le plan des faits mais ce qu'a fait Mitterrand à l'époque (un crime à mon avis) provoque tous les errements à venir dont on a un exemple aujourd'hui.

    Soustraire à la justice un assassin légalement condamné par un état de droit entraîne fatalement qu'un jour on livre à la justice d'un état un(e) innocent(e) non jugé.

    La prochaine étape de ce gouvernement ou d'un gouvernement socialiste du futur ? :
    Livrer à un état totalitaire un(e) innocent(e)

    Ite missa est !

  • La France, hélas, à les dirgeants qu'elle mérite.
    Sarkozy et Hollande sont les versions modernes de Charybde et Scylla.
    Qu'est ce qu'on se taper derrière? Copé et Valls ou Montebourg ?

    Degageons les vite, mais de grâce, pas pour remettre Sarkozy, l'homme qui a permis à la police, à plusieurs reprises, de fouiller des écoliers alignés contre un mur, sous la menace de chiens policiers... Ou de laisser mourir froidement 2 bons gamins, Zied et Bouna, au nom du sécuritaire et de la politique du chiffre... Ce type là devrait d'ailleurs, lui, être en prison, pour toutes ses saloperies, au lieu de pérorer dans des amphis à 150 K€ la journée.

    Je pense aussi quela défense d'Aurore Martin ne mérite pas le sacrifice idéologique de Caesare, Gilles. Les 2 méritent qu'on leur foute la paix.

    Ce monde va vraiment de plus en plus mal, et de plus en plus vite mal.

  • Je ne comprends pas comment la cour d'appel de Pau a pu valider ce mandat, c'est inique.

  • J'entends bien le problème qu'est ce MAE, mais il a été validé par la justice française (qui ne pouvait faire autrement) et la cdeh a rejeté le recours d'A Martin. D'où ma question : dans un état de droit, serait-il normal que police et justice refusent de mettre en oeuvre ce mandat d'arrêt ?

  • C'est le même scénario, celui de l'étiquette "terroriste" collée au petit bonheur la chance sur celui qui passe au mauvais endroit au mauvais moment, c'est le même scénario que celui de Tarnac sous Allliot Marie.

    Et si les politiques qui ont élevé la voix se fendaient d'une action un peu plus déterminée que leurs communiqués mollasses, une grève de la faim par exemple, ou une plainte pour forfaiture contre le sbire de l'intérieur ?

  • Mais si, la justice pouvait faire autrement :

    1.L'article 695-22 du Code de procédure pénal prévoit plusieurs conditions dans lesquelles un Etat peut ne pas donner suite à un MAE. Il peut ainsi être refusé "s'il est établi que ledit mandat d'arrêt a été émis dans le but de poursuivre ou de condamner une personne en raison de son sexe, de sa race, de sa religion, de son origine ethnique, de sa nationalité, de sa langue, de ses opinions politiques ou de son orientation sexuelle".

    2. Trois jours avant l'arrestation d'Aurore Martin, mardi 30 octobre, la Cour d'appel de Pau a par exemple refusé la remise à l'Espagne d'Arturo Villanueva Arteaga pour son appartenance à un mouvement de jeunesse radical basque déclaré illégal en Espagne le 19 janvier 2007, invalidant le MAE émis par Madrid contre lui. En 2010, les juridictions britanniques avaient refusé d'appliquer le même MAE que celui rejeté mardi par la cour d'appel de Pau.

  • Après les plus de 800 morts causées par ETA, organisation qui possède plus que probablement encore d'importants stocks d'armes qu'elle se refuse à livrer, on peut comprendre que les autorités espagnoles ne soient pas très tolérantes à l'égard de tout ce qui ressemble à un soutien à ladite organisation. J'aurais pensé que l'adage "nul n'est censé..." s'appliquait aussi en Espagne. Elle savait où elle mettait les pieds. Elle a usé jusqu'au recours à la CEDH. Nous devons appliquer nos accords internationaux ou nous en retirer totalement.

  • J’ai hésité à laisser un paragraphe sur Battisti, mais je crois mieux de le maintenir. Par conceptions personnelles, et pour l’avoir vu de près dans des procès, je ne peux pas admettre la lutte armée dans des pays sans doute très imparfaits, mais qui sont des démocraties et où les juges soumettent leur décisions à des contrôles internationaux.

    En matière de terrorisme, le vrai, et pas le genre de connard qui jette des grenades au plâtre dans des épiceries et utilise son tel portable pour être sur de se faire arrêter en 4 jours, les Etats doivent adopter des mesures spécifiques, pour anticiper le passage à l’acte.

    Aussi, l’un des grands reproches à faire à ces terroristes est d’être la justification de lois répressives de plus en plus intrusives dans nos libertés.

    « Terroriser les terroristes » ? non, se servir de ses affaires pour renforcer l’appareil répressif et discréditer les actions politiques minoritaires.

    C'est ce prépare le gvt, avec sa loi sur la surveillance des sites internet. Là encore un dossier préparé par Guéant.

  • Gilles,

    Léon et Paulette sur Agoravox (qui a une certaine audience et dont un certain nombre d'éditeurs ont ma sympathie), ont repris votre billet.

    Ils y ajoutent le lien d'une déclaration d'Hollande cru 2011 très différente :
    http://soundcloud.com/bixente-vrignon/fran-ois-hollande-et-aurore

    xc, la question est non pas celle du comptage macabre des morts attribués à tel ou tel, mais de savoir si on est dans un processus d'apaisement (à l'irlandaise par exemple).
    Si tu est marchand d'armes et de salades "terroristes", je conçois tout à fait que tu préfères rallumer le cycle provocation/répression, sinon je ne vois pas bien.

  • Les protestations des politiques sont intéressantes, mais ça reste effectivement bien faible.

    Combien sont prêts à s'engager sur une modification des textes, qui aboutissent à ces violations du droit ?

  • Bonjour Maitre,


    Vous parlez de "la décision de Valls et Hollande", ou de la "victime de Valls".

    Pourtant, Aurore Martin n'a pas été arrêtée par Valls, ni même sur ses instructions, mais lors d'un contrôle tout ce qu'il y a de plus classique (la preuve étant qu'on a dû ressortir cette bonne vieille théorie du complot, faute d'autres arguments valables). Puis la procédure a été correctement respectée, les voies de recours exercées et la décision des juges prise selon les règles du droit interne et du droit de l'Union.

    Selon vous, les juges n'auraient pas dû respecter le droit de l'Union ? Ou alors, Valls aurait-il dû violer le principe de séparation des pouvoirs ?

    Dans un premier temps j'ai cru que vous ne critiquiez que le mécanisme du MAE, mais comme je lis que vous accusez directement Valls et Hollande d'être à l'origine de tout ça, je m'interroge...

    Nous sommes des juristes, et c'est ici un blog d'actualité *du droit*, il me semble donc que le juridique (ici respecté de A à Z) et la politique devraient être clairement délimités... non ?

  • L'illustration du beau travail de Valls évoque de funestes souvenirs :


    http://ep00.epimg.net/politica/videos/2012/11/02/actualidad/1351856354_815576_1351885918.mp4

  • C'est la loi qu'il faut blâmer (QPC ?), et non pas les juges ou l'exécutif. On ne peut décemment pas reprocher aux pouvoirs publics ou au judiciaire de ne pas respecter les engagements internationaux de la France. Aurore Martin a usé de tous les recours (sauf le recours constitutionnel, malheureusement) dont elle disposait, et tous les juges, nationaux ou supra-nationaux, ont confirmé le mandat d'arrêt. J'ai bien l'impression, qu'à l'inverse, si le MAE avait échoué pour des raisons politiques, c'est notre Etat de droit qui en aurait souffert, atteint à la hauteur suprême de séparation des pouvoirs.

    D'ailleurs, le MAE n'ayant rien à voir avec l'ancienne procédure d'extradition "maison", il faut arrêter de ressasser le principe de la non-extradition des ressortissants nationaux, qui n'a plus rien à voir en l'espèce.

    Par ailleurs, je suis déçu du ton général de votre billet. Vous nous avez habitué à plus de mesure et de sérieux. L'injure et l'apostrophe dessert le propos, plutôt que de susciter l'indignation que vous semblez rechercher.

    "Tout ce qui est excessif est insignifiant"...

  • Vive l’Europe une fois de plus des dispositifs et dispositions supra nationaux conduisent a des excès bête et méchant ....Mais qui peut réguler ceci?....Autre scandale de nos boutiquiers de l'Europe...ceci dit,cette personne c'est engagé dans une posture victimaire dont elle est en partie responsable...Braver la loi est courageux,sauf lorsque l'on en accepte pas les conséquences....Com et manipulation?
    http://www.lepoint./.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867

  • Les militants des indépendances régionales me paraissent souvent à la limite du racisme. Mais là le problème est qu'on découvre un mécanisme de construction d'un espace de répression judiciaire au niveau européen, sans qu'il y ait eu débat démocratique, et alors que les législations et réglementations dans l'Unions Européenne sont encore considérablement hétérogènes.

    Ce que je comprends c'est qu'on unifie la police et la justice européenne, sans avoir donné de légitimité démocratique à l'Union Européenne.

    Enfin, c'est la police et la justice contre les cols bleus qui s'unifient en Europe, les cols blancs, les multinationales, et les mafieux peuvent continuer à exploiter les différences de fiscalité et de réglementation entre états, et à utiliser les paradis fiscaux comme le Luxembourg, en toute tranquillité, en toute impunité.

    Et cette légitimité démocratique de l'Union Européenne me parait s'éloigner de jours en jours, tant l'institution politique 'Union Européenne" est gangrénée par les lobby de toutes sortes.

    L'Union Européenne ne respecte pas ses propres principes.
    Deux exemples parmi d'autres :

    - le traitement des migrants :
    http://www.vacarme.org/article2015.html

    - la participation à l'épuration ethnique israélienne :
    http://blog.mondediplo.net/2012-10-30-Comment-l-Union-europeenne-renforce-les-colonies

    L'Union Européenne a été une magnifique idée, j'ai envie de dire que la médiocrité des hommes politiques européens (droite et gauche modérées confondues) l'a tuée.

  • Merci pour les critiques, toujours aussi salutaires.

    Le ton excessif ?

    Je crois avoir fait pire… Mais à partir de cette affaire, j’en évoque d’autres, et je vois depuis la prise de pouvoir une ligne bien claire. Cette ligne n’est pas compliquée à analyser, car Valls et son aide de camp Hollande reprennent systématiquement les projets de Guéant et Sarko.

    Alors, au delà du cas d’Aurore, et de Mohammed Hammami et des Roms, et des mamans accompagnatrices d’élèves scolaires interdites de sortie, nous assistons à l’effondrement d’une vraie conception de la Gauche, qui avait bcp fait pour la défense des libertés.

    Mitterrand fait figure de gauchiste par rapport à ce que nous voyons.

    D’ailleurs, je ne focalise pas sur les ministres, car je dénonce le congrès du Parti qui a ovationné Valls alors que l’info venait de tomber : Valls a expulsé plus que Guéant.

    Il y a aussi des choix institutionnels, qui parlent. La Gauche avait dénoncé la gestion de l’immigration, question sociale, par le ministère de l’intérieur, mais Hollande a maintenu cette invention sarkozyste.

    Et puis, il y a tout ce discours puant…

    Non, c’est très grave. C’est une vraie faillite morale, et s’il ne faut jamais s’énerver, je ne crois pas être dans l’excès en dénonçant cette politique, car c’est une trahison.

    Qu’est-ce que la Gauche ? on pourra discuter des heures de savoir ce qu’est une poltiique économique de gauche dans le contexte de la mondialisation.

    Mais la Gauche (ce n’est pas exclusif, la Droite a fait de très bonnes choses) inclut des évidences que sont la défense des principes du droit, l’humanité et la solidarité avec les minorités et les plus vulnérables.

    Le gvt actuel a viré à 100% et conduit la Gauche au naufrage moral, comme Blair.

    Il y a peut etre un mot ou un autre d’excessif, mais c’est bien peu par rapport à ces choix politiques.

    Nous vivons dans une sorte de torpeur post-Sarko, mais il faut constater que Valls et Hollande font pire.

  • La Droite, c'est la Droite, qu'elle vive sa vie

    Mais les politiques dit "de Gauche", qui détruisent l'avenir de la Gauche, ça c'est grave.

  • Mieux distinguer le juridique et le politique ?

    Il y a effectivement trois étapes successives, distinctes, mais je n’accrédite pas que le droit a été respecté de A à Z.

    J’ajoute que je me refuse à une analyse simpliste du discours politique de la Gauche, genre « voici mon communiqué, et soyez sur que je suis sincère ». La classe politique rêve de contrôle social, et nous devons lutter pour nos libertés, car elles sont menacées par la Gauche. C’est un fait qui me désole, mais c’est un fait.

    Je pense par ailleurs que les juges ne sont pas toujours clean lors qu’ils sont confrontés à ces affaires. Se tromper est humain, et c’est pour tous (donc pour moi aussi). Je trouve les décisions de justice parfois très très sensible à l’air du temps.

    1/ C’est l’adoption de régime du MAE et de la loi « anti-terroriste » une de plus de 2004. Ce sont des choix politiques de la Droite. La Gauche ne remet pas en cause ces textes et leur logique aberrante, mais au contraire amplifie le mouvement. La loi sur les sites internet, c’est une dérive très grave.

    2/ Il y a une régularité formelle des décisions de justice ayant validé le MAE contre Aurore, mais ca n’empêche pas de se poser des questions sérieuses sur la relativisation des principes essentiels du droit. Il y a de la violence, illicite. Est qu’Aurore encourageait cette violence, ou est-ce qu’elle se plaçait dans une perspective, forcément lente au regard de l’histoire espagnole, de sortie de cette violence ? Le droit français va très loin pour identifier le secours à une entreprise terroriste, mais il n’a jamais été porté la moindre accusation contre Aurore. Aussi, je ne suis pas convaincu par les décisions de justice rendues. Je crois que c’est une mauvaise application d’une mauvaise loi. Il ne faut pas s’arrêter de penser parce que la CEDH a dit « banco ». Les arrêts de la CEDH méritent parfois des critiques de fond. En l’occurrence, la CEDH aurait pu juger autrement, et privilégier la défense de la liberté d’expression sur l’application de textes aussi douteux.

    3/ Il y a un choix politique déterminé, qui est un choix d’abruti, ne visant que la popularité sondagière à bref délai. D’un dossier à l’autre, se dégage une méthode. Mais çà, j’en ai parlé plus haut.

  • Je me souviens bien de la Mitte venant pavoiser dans les rues du petit Bayonne, et la rafle de quelques familles de réfugiés de la rue Panecau. Ses flics ont même perquisitionné l'Abbaye de Bellocq, ce que les SS n'avaient pas osé faire.

  • L’union Européenne a été fondé sur un mythe,celui de la garantie de paix et de prospérité pour tous ..Or cette union voulue et financée par les US , n'avait pas d'autre but que d'installer le pouvoir financier....Le cancer est en place et nous ronge,avec la complicité,de nos politiques et la bêtise de tout les gogos

  • Donc c'est bien ce que je pensais : il s'agit plus de faire le procès de la procédure de mandat d'arrêt européen (voire celui de l'intégration européenne) que celui de la décision, fût-elle politique, du pouvoir exécutif d'obéir au droit communautaire (le MAE ayant été institué par une décision-cadre, procédure qui n'existe plus depuis le Traité de Lisbonne, la compétence étant revenue depuis dans le giron du Parlement européen).

    Je ne vois pas de "mauvaise application". Les conditions de refus prévues par la décision-cadre de 2002 sont très claires :
    - non bis in idem ? --> non ;
    - amnistie ? --> non ;
    - irresponsabilité pénale en raison de l'âge ? --> non.

    Je veux bien que l'on débatte de la mise à mal de la souveraineté nationale (TUE, coopération policière et judiciaire en matière pénale, etc.), mais je trouve que débattre de la dimension politique n'amène à rien d'autre qu'une discussion de PMU.

    Guéant n'avait jamais "osé" (sic) exécuter le MAE visant Aurore Martin ? Peut-être, mais ce faisant, il violait allègrement le droit européen.

  • Il y a bien un quasi vide de la gauche européenne alors que celle ci devrait être le moteur du progrès pour une région historique de la planète.

    Et je me demande où ça coince :

    Dans le rapport entre peuple et élites ? surement, mais aussi :

    Dans la confusion généralisée induite par les crises multiples et l'impossibilité de solutions simples.
    Dans l'aveuglement de toutes et tous.
    Dans la détermination farouche et sordide des plus puissants, financiers en tête, à accroitre maladivement leurs profits.

    Alors pour cette jolie femme très digne, je ne sait pas ni comment, ni même où réagir.

  • "Mitterrand fait figure de gauchiste par rapport à ce que nous voyons. "

    Effectivement, du temps du GAL on ne s'emmerdait pas avec ces arguties juridiques, on flinguait allégrement les étarras et tant pis pour les balles perdues...

  • Bien vu Mohican

    Je n'aurais pas du utiliser une formule si ramassée

    Mais, à ce jour, Hollande supprimerait-il la Cour de Sûreté de l'Etat ?

  • "Mais, à ce jour, Hollande supprimerait-il la Cour de Sûreté de l'Etat ?"

    Bonne question.
    J'ai bien peur que la réponse soit "Non", ne serait-ce que parce que nous n'avons pas l'équivalent d'un Badinter au sein du personnel politique actuel.

    (mais si j'étais vicelard j'ajouterais qu'on n'a pas besoin de la Cour de Sûreté de l'Etat quand on dispose d'un Paul Barril qui dépose des preuves bidonnées chez les Irlandais de Vincennes)

  • Il y a longtemps que la messe est dite,il suffit de se rappeler les primaires au Ps ....
    Les camarades,auront beau jeu de rappeler qu'ils nous avait prévenu

    « il n’a aucune épine dorsale, il manque de caractère » (Martine Aubry dans Le Nouvel Observateur du 30 juin 2011)

    « il n’est pas fiable » (Martine Aubry dans Le Nouvel Observateur du 23 juin 2011)

    « une fraise des bois peut-elle cacher un éléphant ? » (Laurent Fabius dans Le Nouvel Observateur du 30 juin 2011)

    « le point faible de François Hollande, c’est l’inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il aurait réalisée en 30 ans de vie politique » (Ségolène Royal dans Le Figaro du 8 septembre 2011)

    « Franchement, vous imaginez Hollande président de la République ? On rêve ! » (Laurent Fabius dans Sud-Ouest du 18 avril 2011)

    « Arrêtez de dire qu’il travaille. François n’a jamais travaillé, il ne fout rien » (Martine Aubry dans Le Journal du dimanche du 30 avril 2011)

    « Hollande, c’est le principal défaut du Parti socialiste » (Arnaud Montebourg le 8 juin 2010 sur Canal Plus)

  • @Yesroll,
    ETA n'ayant pas livré ses armes, il me semble qu'on peut douter de sa volonté d'apaisement.

  • Demande d 'explications à Hollande devant les gros balourds de Valls et Taubira appelée en renfort

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/03/les-soutiens-d-aurore-martin-demandent-des-explications-a-francois-hollande_1785368_3224.html

  • Je suis persuadé que le félon Valls a fait cavalier seul sur ce coup afin de se faire reluire par ses ex-compatriotes. Aurore est un tout petit fretin, rien à voir avec les ettaras, même si elle est un peu allumée sur des idées d'un autre âge. Cela ne restera pas sans conséquences.

  • xc,

    Sur la question des armes, dans toute négociation de ce type elles sont juste un point parmi d'autres. C'est le processus dans son ensemble qui est à considérer jusqu'à la conclusion officielle de l'enterrement de la hache de guerre. Pour le moment et pour autant que je sache, l'état des lieux entre les nationalistes basques armés et le pouvoir central espagnol est une trêve, rien de plus. Un cessez-le-feu permanent décrétée unilatéralement par l'ETA le 10 janvier 2011.

    A titre de comparaison voire d'exemple à suivre, The Good Friday Agreement de 1998 en Irlande du nord a scellé le passage d'un état de trêve à celui d'un état de paix.
    Ce n'est qu'à partir de cet acte public et officiel que les parties concernées ont décidé le désarmement des groupes paramilitaires (IRA provisoire, UVF, UDA, etc.).
    Un point parmi les 7 points de l'accord de paix.

  • Ca C sûr... Incroyable mais vrai. On a réellement l'impression de toucher le fond et creuser encore, comme disait Felag... Cela dit, C bizarre tout de même, que Sarko et Guéant ne l'aient pas fait avant!
    Faudrait savoir! Cette fille, c'est un danger public ou non? Pour ma part, je n'y crois pas trop et quand bien même...
    Je n'en reviens pas. Dans quelques temps, C Jospin qui va se marrer de la future belle veste qui arrivera tôt ou tard au PS, si "ça continue comme ça"! Je n'ai pas eu une seule seconde confiance en eux, mais tout de même...
    Ca m'a réellement "scié" ce qui s'est fait cette semaine, moi aussi.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu