Avertir le modérateur

Drame de la pêche à la ligne à Vassivière

Un père de famille en vacances laisse une canne à pêche dans l’eau et va faire un tour en barque avec ses enfants : il se retrouve convoqué au tribunal…  

Vassivière, un lac étonnant au cœur du Limousin, est un joli coin de vacances, choisi cet été par Mickael et sa petite famille, venus de Haute-Saône.

lac-vassiviere_5133-2.jpg

Mickaël a installé une canne à pêche, profite du calme,… et les enfants le requièrent pour un petit tour en barque : que du bonheur…

Mais Michaël repère soudain deux gendarmes à côté de sa canne à pêche, et il se rapatrie.

Gros gros problème lui expliquent les gendarmes, qui sont venus toutes affaires cessantes pour ce fait de délinquance avérée : le pêcheur doit être à proximité de la canne à pêche ! Mickaël explique que cette canne esseulée ne fait de mal à personne, et qu’il n’était pas si loin. Mais les gendarmes ont bétonné leur dossier : Mickaël était  à deux cents mètres, l’abandon a duré une heure et quarante cinq minutes, et les gendarmes ont mis un quart d’heure pour retrouver Mickaël ! Une affaire accablante.  

Mickaël, un peu dépassé par la tournure des évènements, demande ce qu’il risque : une amende de 45 €. Il propose donc de régler, pour passer à autre chose, mais c’est impossible. Il faut qu’il se présente le lendemain à la gendarmerie de Royère-de-Vassivière pour que soit prise sa déposition, et en attendant la maréchaussée saisit l’arme, euh… la ligne, du crime !

Mickaël est entendu le lendemain, et il propose à nouveau de payer l’amende, mais là encore, c’est impossible. Il faut que l’affaire soit renvoyée devant le tribunal, le juge de proximité de Guéret, car la fédération de pêche peut se constituer partie civile, et les droits de la victime, on ne rigole pas avec ça.

9782723482332_cg.jpg

Jean-Claude Priolet, président de l’Union régionale des fédérations départementales de pêche et de protection du milieu aquatique de l’Auvergne et du Limousin, joue au Robespierre aquatique : « Nous croyons encore que le droit est un élément fondamental de la justice sociale, qu’il n’y a pas de petit droit, ni de grand droit, que les règles ne sont pas faites pour être transgressées et que celui qui joue doit accepter de perdre. Le tempérament gaulois est certes enclin aux petits arrangements avec la loi, mais il n’est pas nécessaire d’inciter à ce penchant et rendre plus difficile encore son application. » Wouahou…

Quelques semaines plus tard, Mickaël a reçu une citation à comparaitre devant le tribunal de Guéret, soit 1.200 km aller-retour…

Il lui est reproché un manquement grave et caractérisé au bien connu article R. 436-23, I du code de l’environnement aux termes duquel les lignes « doivent être disposées à proximité du pêcheur », et ces faits sont punis d’une contravention de 3° classe de 45 €, par l’article R. 436-40 3° du même code.  

Pour cause de bilan carbone, Mickaël ne s’est pas déplacé, mais était en revanche présent le président de la fédération départemntale de la pêche et de la protection des milieux aquatiques, qui s’est constituée partie civile et a réclamé 25 euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi.  

Dans son réquisitoire, l'officier du Ministère public est apparu moyennement convaincu de l’à-propos de cette procédure, concluant à « une application bienveillante de la loi », et ajoutant que le Parquet « n'engagerait plus de poursuites contre ce type d'infraction si jamais aucune condamnation n'intervenait ». 

Message reçu par le tribunal qui dans son jugement du 23 novembre a relaxé Mickaël. Le tribunal a réussi à noyer le poisson !

1050.jpg

Délinquance aquatique : de nouveaux véhicules pour la gendarmerie 

Commentaires

  • La bêtise légendaire des pandores est confirmée et il y a parfois une justice.
    Combien ça coute au contribuable ?

  • Aaarf! il me viens que ca à l'esprit...

  • Ubu, Kafka et Courteline réunis.

  • C'est moche l'alcoolisme.

  • Quand je pense qu'un pauvre papy myope aurait pu se prendre les pieds dans la ligne et finir noyé, ce comportement laxiste est proprement criminel. Euh, lol.

  • Non ce n'est pas aussi ubuesque que le prétend Gilles.

    Il y a plusieurs raisons à cette réglementation dont les principalses sont :


    Le fait d'abandonner une ligne plusieurs heures fait qu'un malheureux poisson va s'y laisser prendre mais personne ne sera là pour abréger ses souffrances, affreux affreux affreux.

    Et en y réfléchissant, (oui je sais c'est pas forcément gagné avec certains), si la réglementation autorisait cet "abandon" provisoire... Cela inciterait peut-être un dangereux délinquant, probablement récidiviste, à voler la précieuse canne à pêche...

    Ce qui, ipso facto, déclencherait le courroux du malheureux pêcheur et, dans la foulée, une plainte pour vol en bonne et due forme.

    Ce qui entrainerait, derechef, une enquète appronfondie et très aléatoire quant aux résultats effectifs et, par voie de conséquence, un taux d'élucidation pour le moins à géométrie variable.

    Alors que coincer un délinquant sur la base de R: 436-40 3° ne demande aucun effort et donne 100% de réussite.

    Ensuite les juges de gauche laxistes relaxent le délinquant mais les statistiques du ministère des affaires classées sont rayonnantes.

    Voilà pourquoi des gens, forts compétents, se sont longtemps penchés sur cette situation pour arriver à R 436-23 et R 436-40 30° sans lesquels la République serait en grave danger !!!

  • Ubu est Roi en France et Kafka est son 1er Sinistre!
    (je crois en effet que ces gendarmes, ils ont fait Kafka dans leur pantalon)

  • Ce soir, je viens de relire cette délicieuse page.
    Avouez Mtre Gilles! Avouez tous vos péchés, à commencer par le fait que c'était un dangereux canular terroriste conçu pour nous faire marcher!
    (et discréditer la Gendarmerie Nationale peut-être... ;-))
    Si cette seconde hypothèse se vérifiait, attention! Une suite judiciaire reste possible, qui pourrait bien tomber sur le grand pêcheur au clavier qu'est le blog-captain!

  • Est-ce, au moins, qu'il y aurait une tolérance pour le pêcheur qui devrait s'éloigner quelques minutes de son matériel pour satisfaire à une exigence naturelle ?

  • @ XC

    Si vous faites un besoin naturel dans les bois prenez soin d'apporter du papier neutre parce que les pandores ne manqueront pas d'enquêter de manière appronfondie sur le délit...

    Ils iront jusqu'à lire ce qu'il pourrait y avoir sur les feuilles...

    Une femme a ainsi été condamnée pour avoir déféqué le long d'une haie et s'être torchée avec une facture.

    Et dire que s'il avait plu aussitôt après cette défécation audacieuse la dangereuse délinquante aurait peut-être échappé au juste châtiment.

  • Deux gendarmes qui surveillent une ligne pendant deux heures et demie et montent toute un procédure pour une contravention de 45 euros, n'est-ce pas là un gaspillage des effectifs ?
    C'est le Limousin qui veut peut-être cela.
    Un charmant village, pas loin du lac, est devenu subitement connu pour un pareil gaspillage d'effectif beaucoup plus important même. Ce village s'appelle Tarnac.

  • Ben c'est 2 gendarmes en zone pépère quoi. J'ai croise de retour d'ascain 2 fourgon de crs, il y a ç parier qu'ils sont de retour devant la maison de MAM...

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu