Avertir le modérateur

  • Anoushka Shankar, Madame Sitar

    Ce sont des artistes magnifiques, et c’est une histoire de famille : le père, Ravi Shankar, maître du sitar, inspirateur des grands du rock, admiré dans le monde entier, disparu il y a quelques semaines, à 92 ans ; sa fille, Geetu, plus connue sous le nom de Norah Jones, créatrice de sa musique, entre le jazz, le rock… et le monde ; et Anoushka Shankar, soeur cadette d’un an, virtuose du sitar, experte de la musique savante hindoustani, et qui depuis cette base approfondit, enrichit, ouvre des grands espaces...

     

    Voici Anoushka Shankar en concert aux Nuits de Fourvière, dans le grand amphithéâtre romain de Lugdunum, ce mois de juillet.

     

    Ce concert s’inscrit dans tout le travail fait par Anoushka Shankar sur les liens entre la musique indoue et le flamenco. De part et d’autre, un grand classicisme et des inspirations communes, et le résultat est très réussi. Pour prolonger, je vous conseille le CD Traveller, qui est un cadeau de Noël éternel.

     

    Ce concert est tellement beau qu’on ne sait pas où commencer. C’est une réjouissance absolue. Anoushka Shankar, qui rayonne, une musicalité, une aisance, une classe… A la fin du concert, j'avais pris un ticket pour être réincarné en sitar... Elle est entourée de musiciens qui étaient partis pour une grande tournée : la chanteuse Sandra Carrasco, qui fait vibrer le flamenco et incarne cette musique des deux rives, Sanjeev Shankar au shehnai, proche de notre hautbois, et à la guitare flamenco, le superbe Melón Jimenez. Les deux percussionnistes font s’envoler l’orchestre, avec pour la fibre indienne Pirashanna Thevarajah et pour la fibre flamenco Bernhard Schimpelsberger, qui fait une démonstration de cajon, cette sorte de caisse claire, venue du Pérou.

     

    Non, vraiment, ce concert c’est le Pérou !  

     

    http://www.youtube.com/watch?v=7a1zU0yxk6c

    82925d00fd8168e21c1173409f8fb.jpg

  • Violences faites aux femmes : L’Inde se révolte

    Une jeune femme indienne de 23 ans vient de mourir des suites d’un viol collectif, commis avec une immense brutalité dans un autobus de New Delhi, il y a deux semaines. Un crime qui soulève la révolte en Inde.

    photo_1356254008709-1-0_reference.jpg

    Cette étudiante en kinésithérapie avait été très prudente, connaissant bien le contexte de la violence des machos indiens. Elle était accompagnée de son ami, et rentrait de bonne heure, à 21h 30, circulant dans le centre-ville, et en prenant le bus. Mais c’est dans ce bus qu’elle a été agressée, violée par six hommes alcoolisés, puis frappée avec une barre de fer, avant d’être jetée sur le bord de la route.

    Elle a été admise en service de soins intensifs à New-Dehli, mais les médecins n’ont pu stabiliser son état. L’ultime solution était une série de greffes, et il y trois jours, un transfert a été organisé vers Singapore, où une équipe semblait pouvoir tenter cette prouesse. Mais il était trop tard, et le décès de la jeune femme a été annoncé hier soir.

    Un crime atroce. Et ce crime est en train de faire chavirer l’Inde.

    494648_manifestation-le-22-decembre-2012-a-siliguri-pour-protester-contre-le-viol-collectif-subi-par-une-etudiante.jpg

    Cette agression, cette barbarie tranquille au cœur de la capitale, a bouleversé le pays, mais cela est allé bien au-delà. Ce crime a été le crime de trop, et le signal pour toute l’Inde : femmes et hommes se sont dressés contre cet abominable contexte de violence faite aux femmes, et d’impunité. Les études comparatives placent l’Inde au pire des rangs dans les agressions contre les femmes.

    S’agissant des plaintes, aucun chiffre n’est fiable car peu de plaintes sont déposées, vu ce que risquent les plaignantes et vu la rareté des condamnations. Les ingrédients ? Ils sont hélas bien connus, car universels : mise en doute de la parole de la victime, mise en cause de son attitude – car une victime d’agression sexuelle n’est jamais vraiment innocente –, contorsions insensées autour du consentement, prime à la parole de l’homme, celui qui lui fait la société, enquêtes suspicieuses et justice qui met sur un pied d’égalité le fait criminel et les éléments circonstanciels. De fait, les condamnations sont très rares, et les femmes vivent dans la domination et la peur.

    Cette agression a réveillé toute la société. Le gouvernement, principal accusé pour son incapacité à assurer les libertés et la sécurité des femmes, a voulu interdire les manifestions annoncées dans le centre de New-Dehli pour samedi. Résultat : un gouvernement devenu accusé, des dizaines de milliers manifestants, et des heurts violents, avec 143 blessés, dont 78 policiers. L’un d’eux en est mort. Les slogans étaient « la fin de la guerre contre les femmes », la peine de mort pour les violeurs, et le respect pour les femmes. Femmes et hommes étaient unis dans la manifestation.

    India-protesters.jpg

    Très sincèrement, je découvre cette arriération avec ce drame. J’en étais resté à l’image d’un pays dirigé pendant 15 ans par une femme, Indira Gandhi.

    Le mouvement de protestation semble d’une très grande ampleur. Hier soir, on a appris le décès de cette jeune femme, et dans l’après-midi, le suicide d’une autre victime. Le pouvoir va prendre des engagements, il a commencé à le faire, mais jusqu’où ira-t-il pour extirper ce machisme devenu congénital ?

    Du point de vue du droit, on voit que le parlement n’a jamais rien fait de sérieux, et que c’est la rue qui s’impose. La liberté de manifester est un élément fondamental, essentiel, de la démocratie. Nos plus grandes libertés trouvent leurs racines dans la rue, pas dans les urnes, c'est un fait. 

    manifestation----new-delhi-contre-le-viol-collectif-subi-par-une-jeune---tudiante--le-23-d--cembre-2012.jpg

    Vivent les femmes ! Et vive la liberté de manifestation !

  • La mafia EDF

    la_loi_du_silence,3.jpgOui, la mafia Edf, car c’est la loi du silence quand on s’approche réellement du nucléaire. On a toutes les infos et toutes les images quand c’est pour nous montrer les gentils agents qui grimpent dans les pylônes en plein hiver pour rétablir l’électricité après les chutes de neige, ou pour la mise en scène après le micro incident de la centrale de Chosemuche... Mais quand c’est la stratégie nucléaire, le pouvoir et ses réseaux, c’est l’embrouille. EDF est une entreprise privée – la blague – alors la propriété privée ça se respecte.

    L’affaire d’EDF en Chine est grave, très grave. Vous trouvez dans la presse de nombreux articles pour raconter l’histoire et émettre les hypothèses. Connaître le détail des faits ? Il faudra bien du temps, et il faudrait des enquêtes judiciaires,… qui ne sont pas d’actualités.

    Mais chacun a compris la trame. Le nucléaire en France est tripartite : Areva qui conçoit et fabrique les bases, Edf qui met en œuvre et exploite, et l’Etat qui veille aux intérêts supérieurs du pays, et qui est impliqué financièrement au top niveau.

    Tout va bien, sauf qu’il y a entre Edf et Areva une haine féroce, attisée par la rivalité entre les boss et la course aux marchés d’avenir.

    La Chine est le pays qui concentre les grands marchés de construction de centrales nucléaires, et Edf y est présent depuis trente ans. Beaucoup de savoir-faire, donc, et aussi vient un jour l’idée de conquérir le monde nucléaire à partir de cette alliance.la_loi_du_silence,4.jpg

    Les perspectives de business se sont précisées, et là viennent les difficultés. Négocier ce genre d’affaires avec les Chinois suppose de passer par des chemins non balisés, ne racontons pas d’histoires. Pour passer, il faut 1/ les transferts de technologies et 2/ les à-côtés.

    Pour les à-côtés, on attendra pour savoir, mais pour les transferts de technologies, c’est aussi simple que logique : il faut se débarrasser d’Areva. Pour Edf, Areva est un machin, et avec un peu de savoir-faire, les Chinois (la China Guangdong Nuclear PowerHolding Corporation – CGNPC) seront meilleurs et moins chers. Oh là là… la belle alliance pour conquérir le monde ! Peu importe si c’est jouer contre la France, car Edf est tellement importante… et rend tellement de services en France…  

    Alors que la politique nucléaire est tripartite, Edf de Proglio s’était fait faite chopper en 2010 avec la publication de docs confidentiels montrant qu’elle jouait contre Areva et contre le gouvernement. Edf de Proglio avait répondu que c’était des documents de travail, sans valeur juridique. Bien sûr… on rédige des contrats de 30 pages pour le fun… Edf avait dû admettre qu'elle agirait désormais en accord avec Areva.

    Mais à trois jours de la présidentielle, Edf avait présenté au gouvernement, pour validation, un accord Edf/ CGNPC, négocié en douce, inacceptable dans son principe comme dans ses modalités, et Baroin, alors ministre de l’Economie, l’avait bloqué.

    iconfessspan0hb.jpgProglio s’est ensuite à nouveau montré gentil gentil, et un accord est intervenu à l’automne entre le nouveau gouvernement, Edf et Areva pour revenir à la pratique tripartite. Très convaincant…

    Aujourd’hui, on voit que cette affaire, c’est du très sérieux.

    On n’a pas envoyé au front le Sinistre au brushing, trop occupé par une séance de photo en marinière. Non, la réponse a été une enquête de l’Inspection des finances, doublée d’une enquête des RG pour prendre des renseignements sur les relations entre décideurs français et chinois.

    La semaine dernière, Maureen Kearney, une syndicaliste CFDT d'Areva qui avait demandé à Luc Oursel, nommé par Sarko pour remplacer Anne Lauvergeon à la tête d'Areva en juin 2011, a été agressée à son domicile pour avoir demandé le texte complet de ces pré-accords.

    Bien sûr, il ne faut aucune enquête judiciaire sérieuse, car on risquerait de découvrir la vérité. Or, s’agissant d’Edf et du nucléaire, c’est strictement impossible. On fera juste le cirque nécessaire pour virer Proglio, installé par Sarko, avant la fin de son mandat, et nommer un ami fidèle.

    Le gouvernement peut taper sur le patron Peugeot, l’Indien Mital ou l’artiste gonflé Depardieu. Ce qu’a fait Edf, transférer la technologie au Chinois et leur promettre des coopérations y compris sur le marché français, est d’une autre gravité. Mais Edf est trop présente dans le paysage français pour espérer une opération vérité.

    i_confess.jpg

  • Vive l’Egypte !

    Je ne sais rien de ce qui passe en Egypte, mais je salue la remarquable réussite politique du peuple égyptien, des Frères musulmans et de Morsi. Deux ans après la Révolution du 25 janvier 2011, le peuple est uni, une constitution est adoptée et s’annoncent des législatives. De partout des insatisfactions, mais le chemin parcouru est magnifique.

    Je dis que je ne sais rien de ce qui se passe en Egypte, car je n’y ai pas mis les pieds depuis six mois, que là-bas on se rend vite compte à quel point on sait peu de choses, et comment tout évolue si vite.

    egypte,constitution,islam

    Plongé dans la vie du Caire, rencontrant beaucoup de monde, et des plus divers, et passant des heures dans les rues, les souks, les restos et les cafés (dont l’éternel Fishawi  du souk de Khan al-Khalil), j’avais juste compris qu’il faudrait des mois pour savoir ce qui se passe au Caire, et des années pour avoir une petite idée de ce qu’est ce grand pays. De loin, on voit des masses de personnes, affairées, pressés par un but qu’on ne parvient à imaginer. Et quand on s’approche, on voit de visages et des vies. Quand un ami peut faire l’intermédiaire, qu’on commence à échanger, on commence à entrer dans le concret, et alors on comprend juste qu’on ne sait rien de l’Egypte.

    Chères amies, chers amis, allez faire un tour au Caire. Il y a de très bons vols directs par Egyptair depuis Roissy. Les hôtels sont bon marché, car les afficionados de l’ordre sous le soleil du temps de Moubarak, le grand ami de Sarko et d’Obama, sont partis chercher le dépaysement hype et pas cher ailleurs. Alors, prenez trois ou quatre jours, et allez vivre le monde de demain : bienvenue au Caire.  Et ouvrez les yeux.

     egypte,constitution,islam

    Ceci pour dire quoi ? Que le miasme entretenu tous les jours sur l’Egypte est insupportable, car il ne résulte que d’a priori, et de postures fondées sur les peurs de la société française.  

    Il y aura deux ans ce 25 janvier, c’était la Révolution. L’enfant chéri des US, d’Israël et de la France, était renversé. Une crapule authentique, qui avait tout vendu. Les mêmes  US, Israël et la France n’ont ces temps-ci pas de mots assez durs contre El Assad. Ils atteindraient le seuil minimal de crédibilité s’ils n’avaient pas tant soutenu Moubarak et son allié Ben Ali. Qu’ils se la ferment relève de la salubrité.

    Et ils parlent pour dire quoi ? Ils ne disent rien, ils préfèrent donner des leçons. Eternels professeurs de morale, les US et la France entonnent le couplet « C’est pas gentil, il faut unir, et pas diviser ». TF1 et Libé applaudissent, çà en dit long… Après avoir pleuré pour le printemps arabe, ils pleurent pour l'hiver arabe... Attention, un jour viendra l'été ! 

    egypte,constitution,islam

    Regardons les faits.

    35% de votants pour une réforme constitutionnelle, c’est un excellent score pour ce type de vote, et ce dans un pays miné par l’illettrisme et ravagé par la crise économique.  

    63% de votes favorables… C’est la division du pays… Ben voyons. On reparle du référendum de 1962 ? Ou du référendum sur l’Europe ? Nous n’avons plus d’analystes politiques, mais seulement des phraseurs incontinents et écervelés.

    Ensuite ? La constitution est illégitime car elle fait référence à l’Islam ! Ces grands névrosés de la déesse laïcité intégrale pratiquent des séances d’onanisme collectif et bien heureux, mais c’est leur problème ! Grand bien leur fasse… Dans tous les pays du monde, l’Etat trouve des arrangements avec la religion. Obama dans quelques jours va prêter serment sur la Bible… En France c’est itou, avec des données religieuses omniprésentes dans la vie publique… mais il ne faut pas le dire !

    Ah, mais voilà le blème. Je n’ai rien compris au film, car la constitution Egyptienne intègre les principes de l’Islam. C’est donc l’abomination absolue, m’expliquent BHL, Sœur Caroline de l’Esprit Coincé, Libé et Rance-Inter. Yes, babies… Sauf que cette référence à l’Islam figurait dans la constitution de Moubarak… et dans celle de Sadate… Et faire l’Egypte sans l’Islam, çà me semble un peu compliqué…

    Bref, deux ans après la Révolution, malgré toutes les nuisances internationales, l’Egypte unie, vient de se doter d’une constitution démocratique. Le pouvoir judiciaire est préservé, et sait se faire entendre. Dans deux mois, viendront les législatives, le président Morsi transférera le pouvoir législatif à l’assemblée élue. Tout continue.

    egypte,constitution,islam

    Le nouveau gouvernement doit faire face à deux urgences, qui ne ressort pas des fantasmes de l’islamisation, mais se jouent sur la vie quotidienne des Egyptiens : éradiquer la corruption et stabiliser l’économie. Ce sera très compliqué, car tant d’esprits tordus (et intéressés) rêvent d’une déstabilisation de l’Egypte.

    Il y aura de l’incompréhension, des manifs, de la répression, des excès… Oui, et alors ?

    Les médias d’ici rêvent d’une opposition qui leur ressemble. Pourquoi pas ? Mais que fait le sympathique et US-compatible El-Baradeï, à part des interviews ?

    L’enjeu réel est évident, loin de ces jérémiades : combattre le grande misère, fruit des années Moubarak.

    Venez au Caire, oui, venez au Caire. Ne craignez pas les circuits touristiques, car ils sont magnifiques. Mais prenez le temps d’en sortir. Ce n’est pas compliqué, il suffit de demander à un taxi. Partez avec un taxi le soir, après vingt heures, et posez-vous à la terrasse d’un des petits restos (après avoir commandé leurs inégalables grillades), par exemple dans le quartier des Pyramides.

    Quand la nuit s’installe, vous allez voir de très nombreuses personnes se déplacer, partant en groupe. Ce sont les habitants des cimetières, qui partent s’installer pour la nuit. Le régime admiré de Moubarak a laissé une misère telle que deux millions de Cairotes, environ 10% de la population, dorment la nuit à l’abri des grandes tombes des cimetières.

    Combattre la misère, relancer l’économie : ce sont les seuls vrais enjeux du gouvernement égyptien.

    egypte,constitution,islam

  • Notre Dame d’Afrique

    Venant de l’aéroport pour rejoindre le centre d’Alger, on la voit se détacher à l’horizon, Notre Dame d’Afrique. Depuis le port ou Bab El Oued, elle semble à portée de main, et pourtant il reste encore à passer bien des ruelles escarpées pour atteindre le promontoire sur lequel elle a été construite. C’est lieu de bienfait : face à la mer, surplombant la baie d’Alger, installée pour faire le lien avec Notre Dame de la Garde, à Marseille. Gravement endommagée par le séisme de 2003, elle a fait l’objet d’importants travaux… par l’équipe qui venait de restaurer Notre Dame de la Garde. C’est un lieu maginifique, fait pour cette alliance de la mer, du ciel, de la lumière méditerranéenne, et son histoire est celle de la rencontre et de la fidélité.

    Joyeux Noël à toutes et à tous

    7uj948jn.jpg

    image002.jpg 

    notre-dame-d-afrique-9021.jpg 

    ok (2).JPG 

    nd_afrique02.jpg 

    alger_940x705.jpg 

    algeria583 (1).jpg 

    8024631050_b14358a968_b.jpg 

    Algerie_Alger_Notre-Dame-d-Afrique_01.jpg

    8244134338406562-img-3925copie-jpg.jpg

    Notre-Dame-d-Afrique.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu