La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

18/02/2013

Les papas maltraités par la justice ? C’est du n’importe quoi !

L’histoire de ce père qui squatte une grue pour protester contre le retrait du droit de visite sur son enfant montre  certes le désarroi d’un homme, mais dresse un tableau stupéfiant de l’incapacité des représentants de l’Etat à tenir une ligne et à résister au moindre rapport de forces. Un grand bon en avant dans l'incompréhension...

I – L’affaire

La séparation du couple0a901a81e68155c4c5d6a0caedc0478c.jpg

Un couple non-marié s’est séparé. La résidence de l’enfant a été confiée à la mère, et le père disposait d’un droit de visite élargi, selon une décision du juge aux affaires familiales du 17 novembre 2009. Il ne s’agissait donc pas du régime à un WE sur deux, mais peut-être de deux sur trois, ou d’un jour ajouté dans la semaine.

Le père avait fait appel en demandant que la résidence de Benoît, alors âgé de trois ans, soit fixée à son domicile.

Deux soustractions d’enfant

A l’occasion de l’exercice de ce droit de visite, le père, à deux reprises, a refusé de rendre l’enfant, une fois en 2000 pour 15 jours, et une autre fois en 2011 pour deux mois et demi, et c’est chaque fois la police qui a dû le localiser et intervenir. Donc deux infractions de soustraction d’enfants, et on ajoute des menaces de commettre une nouvelle soustraction si la mère n'acceptait pas de mettre en place une résidence alternée. Sympatique et éducatif. 

Dès lors que le juge s’était prononcé et dans l’attente de l’arrêt d’appel, l’ordonnance devait être respectée. Mais sans attendre l’arrêt de la Cour, le père s’était fait justice lui-même, par les soustractions d'enfant. C’est dire que le père carbonisait son appel, et ouvrait vers une remise en question d’un droit d’accueil à son domicile.

Ce genre d’affaire a des suites pénales et civiles, et on peut se référer aux explications factuelles données par l’avocate de la mère à l’AFP.

Suspension du droit de visite

L’attitude et les menaces du père caractérisant un danger pour l’enfant, le juge des enfants a placé Benoît chez sa mère et autorisé des visites médiatisées du père, c’est-à-dire en présence d’un tiers, et dans un lieu de rencontre surveillé.

Sur le plan civil, un arrêt de la cour d'appel de Rennes a suspendu le droit de visite du père, ce qui est attendu dans une telle affaire, et accordé à la mère seule, l’exercice de l'autorité parentale, ce qui plus rare, mais la cour a tiré les conséquences des carences éducatives et de la violence du père.

Condamnation pénale

Sur le plan pénal, le 12 septembre 2012, le père a été condamné par le tribunal correctionnel pour des faits de violences suivies d'une incapacité supérieure à huit jours, soustraction d'enfant, et menaces contre les personnes avec ordre de remplir une condition. Sa défense ? Il n’y en a pas eu, car le père ne s’est pas présenté à l'audience... mais il a interjeté appel du jugement. L’affaire est en attente d’être jugée par la cour d'appel.

Médiation9782707616470_1_75.jpg

La situation étant très tendue ces derniers temps, la mère a proposé une mesure de médiation en urgence, prévue en fin de semaine,... mais le père l’a refusé.

De ce que je comprends, le père n’a pas même d’avocat. C’est sa liberté, mais quand on veut agir en justice, c’est quand même un peu mieux de se faire conseiller par des pros…

II – Quelques points d’analyse

Une affaire triste

Cette affaire est bien triste, mais elle ne conduit à rien : nul ne peut admettre l’idée de se faire justice soit même. La cour ne me donne pas la résidence de l’enfant,… eh bien je le prends, et je menace la mère. Excellent contexte éducatif pour l’enfant !

L’affaire était pourtant engagée de manière très correcte, avec la résidence chez la mère pour ce petit garçon de trois ans, et un droit de visite élargi. Le père avait fait appel, tout ceci est du très courant. Si l’enfant était si mal chez la mère, le père pouvait engager des procédures d’urgence, ce qui n’a pas été fait. C’est dire la violence soudaine que représentent les soustractions d’enfant et les menaces.

Il n’y a strictement rien à redire sur le fonctionnement institutionnel de la justice. Vouloir poser une problématique générale à partir de cette affaire est un non-sens. C'est pourtant ce qui a été fait...

La résidence des enfants souvent chez la mère

Selon le ministère de la Justice, dans 76,8% des cas de divorce en 2010, les enfants sont hébergés chez leur mère en résidence principale. Seuls 7,9% vivent chez leur père et 14,8% bénéficient d’une résidence alternée.

Oui, et alors ? Ces chiffres ne veulent rien dire, car les 76,8% des cas sont très majoritairement décidés par consensus des parents.  

Nombre de demandes de résidence du père sont non sérieuses, présentées sans autre motif que de mettre la pression.

Aussi, la seule question valable serait de savoir si, lorsque les demandes contraires des parents ont des mérites comparables, les juges donnent outrageusement la faveur à la mère. Or, il est impossible par des statistiques de qualifier ce qui relève de l’appréciation du juge sur des affaires aussi intimes. Aucune étude sérieuse n’a jamais démontré la réalité d’une faveur donnée à la mère dans les cas équilibrés.

La résidence alternée

C’est loin d’être un lupanar. Pour que ça marche, il faut une bonne qualité relationnelle des parents, et des domiciles assez proches, pour l’école et la vie de tous les jours.

Par ailleurs, certains enfants apprécient, et d’autres non, préférant avoir une maison que deux…  

Lorsqu’il y a accord des deux parents, les juges entérinent l’accord. S’il y a désaccord, les approches sont très individualisées, et il est impossible de définir une ligne jurisprudentielle dominante.

La rareté des poursuites pénales14699131_4570765.jpg

Une autre injustice annnoncée serait que le parquet donne rarement suite aux plaintes pour « non-représentation d’enfant ». D’après les chiffres du ministère, 16,4% ont donné lieu à des poursuites et 4,5% à peine à des condamnations.

Attention aux apparences : la poursuite pénale en correctionnelle est rarement la bonne solution, et le parquet y renoncera chaque fois que se crée un accord après la crise, notamment par une mesure de médiation.

Souvent le parquet ne poursuit pas pour ne pas envenimer l’affaire, car le père ou la mère en correctionnelle, c’est rarement bon pour l’ambiance familiale. Mais si le parquet a classé, chaque parent peut obtenir une copie des PV et engager les poursuites pénales par une citation directe devant le tribunal correctionnel. Alors, où est le blème ? 

Les politiques consternants

Les services de secours sont sur place. On entend beaucoup le préfet, et peu le procureur... mais enfin. Faisons leur confiance pour gérer cette affaire délicate au mieux.

Je suis en revanche consterné de voir comment les politiques se saisissent de cette affaire, comme si elle mettait en lumière un problème de maltraitance des petits papas…

Le premier ministre a dit se « saisir du dossier des droits des pères », alors que les questions posées sont la violence faite aux mères, aux enfants, et l'irrespect pour la justice.

La sous-ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti se lamente qu’il faut « entendre les revendications des pères ». Elle ajoute puissamment : « On ne peut pas vouloir à la fois l'égalité femme-homme, et en même temps, ne pas entendre les revendications des pères qui entendent assumer à part égales leurs responsabilités de parents ». Mais en quoi cette question est-elle posée par cette affaire ? Et qu’est que ce vocabulaire de « revendications des pères » ? Quelle représentativité de ces associations ? En quoi ces associations parlent-elles en mon nom ? C’est une maladie : vingt personnes se regroupent en asso, et ça devient une cause…  

A droite, Valérie Pécresse, patauge dans la même semoule : « Il faut que la garde alternée devienne le principe et qu’il y ait des exceptions, mais que l'on puisse avoir un droit, un accès des parents, des pères, davantage à leurs enfants ». J’ai relu trois fois… mais j’ai pas tout pigé. Et je voudrais dire à Valérie que dans le grande majorité des cas il y a consensus des parents, et que les appels restent minoritaires. Alors, une belle usine à gaz ?

Donner ce crédit à une affaire qui est celle de la violence et de l’irrespect pour la justice me sidère.  

Commentaires

Et maintenant Ayrault entre dans la danse, c'est grotesque. Les JAF font très bien leur travail et les enfants ne sont pas des objets dont on se dispute la garde. Ce type s'est mis dans son tort tout du long, laissez lz sécher sur sa grue.

Écrit par : Mathaf Hacker | 18/02/2013

Ce qui est marrant avec la déclaration de Valérie Pécresse, c’est que ça fait des semaines que la droite répète en boucle son attachement à l’intérêt supérieur de l’enfant — ou de ce qu’elle tient pour tel — contre l’inanité du « droit à l’enfant »…

Écrit par : M. | 18/02/2013

En vous lisant Gilles, je vous donne raison. Ce que je retiens surtout, c'est que ça se passe assez bien entre les parents séparés dans la majorité des cas.
Les politiques devraient faire plus sobre sur les faits divers, ça les soulagerait un peu dans leur boulot. Qu'est ce qu'ils y gagnent.

Écrit par : yesroll | 18/02/2013

Et le travail des me(r)dias est aussi du grand n'importe quoi !

Écrit par : Marissé | 18/02/2013

J'aime bien cette lecture des événements. Dans ce cas précis. Qui s'érige en exemple alors, qu'en apparence, ça n'en est pas un.
Néanmoins, force est de reconnaître, dans les faits et dans mon coin de pays (la Suisse romande), que les pères qui m'entourent ont rarement la garde lorsqu'il y a conflit avec la mère. Même si celle-ci décide, unilatéralement, de se tirer à 200 bornes avec les enfants. Que dirait la justice si le père décidait de faire de même? Poser la question, c'est y répondre.
Mais force, aussi, de reconnaître, dans les faits et autour de moi, que – quand il y a consensus entre les parents et qu'ils s'entendent – les pères gardent leur place, voire une partie de la garde des enfants. Malgré tout, nombreux sont les pères qui paient une pension alors qu'ils partagent la garde (et donc les frais)... Bien que féministe, je pense que, du côté des pères aussi, il y a des choses à revendiquer.

Écrit par : Patrizia | 18/02/2013

Et que doit on dire des pères qui payent la pension alimentaire et qui n'ont pour autant pas vue leurs enfants depuis bientôt deux ans alors que l'histoire avec la maman s'est juste terminé suite à l'obtention de ce qu'elle voulait, les enfants. Je suis tombé dans le panneau d'une femme qui ne pouvait pas avoir d'enfant naturellement, nous avons les démarches pour une FIV et après un combat de 3 ans, nos jumeaux sont nés, de la, la dégradation est venue pour au final me dire de me casser et que si je ne paie pas les pensions alimentaires alors elle fera le nécessaire pour me débouter de mes droits (dont je ne profite de toute façon). Que puis je faire? Faire une main courante qui terminera aux oubliettes? je n'ai pas les moyens de prendre un avocat et je n'a qu'a attendre bien sagement qu'elle se décide où qu'elle ne puisse plus les retenir de me voir, courage encore 13 ans....

Écrit par : greg | 18/02/2013

@ Greg,
Je ne suis pas du tout spécialiste du droit de la famille, mais il me semble que vous pouvez obtenir assez facilement une "obligation" de visite (si vous n'avez pas chié dans la colle par le passé, que vous payez les pensions alimentaires régulièrement etc.). En gros, des week-ends et des une ou deux semaines durant les vacances.
Ce sont de vieux souvenirs de 1ère année de licence, donc à prendre au conditionnel et d'autres personnes pourront mieux vous orienter que moi sur ce blog.

Gratuitement, dans un 1er temps, vous pouvez consulter des avocats dans votre tribunal de grande instance (une journée ou une demi-journée par semaine) pour un mini-consultation gratuite.
http://vosdroits.service-public.fr/F20706.xhtml

De toute façon, il vous faudra engager un professionnel du droit (qui peut vous être conseillé par l'avocat du TGI, qui peut être mandaté par un de vos assureurs au titre de la protection juridique).

Écrit par : Denis | 18/02/2013

@Denis, welcome to reality,

les lois disent mais qui va l'obliger à me donner les enfants quand je suis en droit de les avoir? La police? La gendarmerie? Ils vont venir extirper les enfants de force à leurs mères?Combien de témoignages prouvent qu'un grand nombre de pères qui ont respecté à la lettre ce que le tribunal leur à ordonner sont encore à attendre dans l'espoir de revoir leurs enfants. Ensuite, cette phrase me dégoûte: "(si vous n'avez pas chié dans la colle par le passé, que vous payez les pensions alimentaires régulièrement etc.)" Donc pour qu'un père puisse voir ses enfants, il doit les avoir acheter? Louer? Et que faites vous du cas où le père n'a pas de pension alimentaire à payer suite à un arrangement avec la mère mais que celle-ci décide finalement de couper court aux visites.

Écrit par : greg | 18/02/2013

Il n'y a pas très longtemps dans les Bouches du Rhône c'est un cas tout à fait inverse qui s'est posé. Un père s'est fait rosser par des nervis russes payés par la mère qui refusait que la garde de l'enfant soit confiée au père. Elle a enlevé sa fille et l'a emmenée en Russie. Le dénouement de cette affaire est très récent.

Écrit par : Gérard | 18/02/2013

Ensuite, cette phrase me dégoûte: (greg)

"si vous n'avez pas chié dans la colle par le passé, que vous payez les pensions alimentaires régulièrement etc." (Denis75)

"Donc pour qu'un père puisse voir ses enfants, il doit les avoir acheter? Louer?" (greg)

=> Non, il y avait deux parties dans cette phrase ; le plus important n'est pas la pension alimentaire dans ma phrase ; je voulais dire par "chié dans la colle" : avoir été violent avec la mère et/ou les enfants, n'avoir pas remis l'enfant comme convenu (comme dans l'exemple de ce billet), avoir eu un comportement (sans être violent) qui avait été reconnu comme potentiellement dangereux pour les tiers (drogues cacher comme l'alcoolisme, les médicaments, ou drogues illicites) etc. la liste est longue !

Puis, ensuite seulement, vient la pension alimentaire.
De toute façon, comme vous l'avez dit, il arrive que les pensions alimentaires soient payées (ou ne soient pas dues) et que la mère, à son tour, "chie dans la colle" tout de même.
Je répète qu'il faut que vous alliez voir un professionnel du droit spécialisé dans ces affaires, mais si la loi dit que, et bien il faut que !
Suite à des démarches légitimes et légales, l'observation de la loi par la mère peut être rendue obligatoire sous peine de contraintes financières, voire pénales (même exemple que le père dans ce billet qui avait soustrait les enfants).

Écrit par : Denis | 18/02/2013

C'est bien connu les juges font un travail remarquable. Et les pères désespérés ne sont que des comédiens.
Vivement qu'on réévalue et modifie le sytème judiciaire français.

Écrit par : Gatsby | 18/02/2013

étant divorcé depuis 4 ans et ayant la garde de mon enfant , mon ex-épouse nous a abandonnée et nous a laissé des dizaine de milliers d' euros de dettes et je peux vous dire que la justice est loin de faire son travail ,la mère reviens après 4 ans d' absence totale sans qu' elle soit recherché et hop un jour elle revient et voila sans rien demander a ma fille de 10 ans ont l' oblige a aller chez sa pseudo mère qu' elle ne connais plus , sans qu' elle est de chambre a elle !! et malgré les plaintes de l' enfant chez sa psychologue rien ni fait c' est pathétique a force de voir que c' est toujours LA MERE qui est privilégié quoi qu' elle fasse comme conneries a coté personne les voit enfin bref la loi favorise les liens de sang et c' est tout . On attends toujours un drame ou qu' un gamin s' ouvre les veines pour se bouger l' oignon dans ce pays de cassos , par contre le jour a ça arrivera attention y' aura plus de deux drame .... a bon entendeur . la justice française est débordé et dépassé .....

Écrit par : jean benoit | 18/02/2013

Cette affaire a été évidemment "montée" en épingle. Ça arrange également les médias qui peuvent pisser de la copie en faisant pleurer dans les chaumières. Cependant, et bien qu'il s'agisse de cas certainement très minoritaires, il y a tout de même des papas qui seraient plus en droit ou plus à même de garder leurs enfants et qui sont victimes d’à-priori dus à la tradition et au sacro-saint "amour maternel" qui n'est parfois qu'une vue de l'esprit.

Écrit par : Claudius | 18/02/2013

Pour l'avoir vécu en pratique, je confirme que les pères sont souvent désavantagés juridiquement.
Quant au 76,8% des consensus, je n'y crois absolument pas.

Écrit par : Réussir en droit | 18/02/2013

Lamentable histoire de ce type qui fait du chantage alors qu'il est déjA dans le viseur de la justice pour violences et enlévement sur son enfant.
Vrai de dire que la presse ne sait plus quoi dire et faire pour vendre ses copies car il est absolument anormal que des journalistes veuillent faire"pleurer dans les chaumières"pour
une affaire qui ne mérite absolument pas que l'on s'y intéresse.
Laissez ce type sur sa grue et si il veut sauter,qu'il saute!

Écrit par : esope | 18/02/2013

Bonjour,
Donc en gros, (et indépendamment de l'histoire de cette famille où le père ne semble pas si innocent), vous trouvez donc normal que les 76,8% des enfants soient chez leur mère, en vous rangeant derrière le fait qu'il est difficile de quantifier la partie "consensus des parents" (que ce soit délicat ou pas, si vous n'avez pas de chiffre précis, vous ne pouvez pas "prouver" que le concensus est majoritaire...)... Seriez-vous une femme par hasard?

Si les pères laissent la garde aux mères, c'est peut-être aussi parce qu'ils n'ont pas toujours le choix (horaires de travail incompatibles avec les sorties d'école, parce que malgré tout quand la mère est "obligée" de faire une pause professionnelle pendant les 1ers mois de l'enfant, il faut bien que quelqu'un accepte de travailler dur, avec des heures sups, pour joindre les 2 bouts....), ou bien encore parce que dans les idées reçues, l'enfant en bas age a plus besoin de sa mère que son père, alors qu'il n'en est rien.

Trouvez normal que les mères récupèrent la garde de l'enfant 76% du temps, c'est un peu comme trouver normal que le père travaille pendant que la mère garde la maison et l'enfant (les années 50...) ou bien encore plus récemment, trouver normal qu'un enfant doit absolument avoir un père et une mère...
Les mentalités évoluent, bientôt plus personne ne trouvera ce genre de situations, "normale"...

Écrit par : Marc | 18/02/2013

Heureusement que la résidence alternée n'est pas un lupanar... confusion avec panacée ?
Eclairage par ailleurs intéressant.

Écrit par : Thomas | 18/02/2013

pas signé cet article mais sans doute écrit par une femme..

Écrit par : didier | 18/02/2013

Je connais personnellement plusieurs père qui ont vécu ce problème, J'ai moi même du y être confronté :
L'usage, en cas de contentieux, c'est que les enfants vont chez la mère et que le père paie une pension alimentaire. Il est vrai que beaucoup hommes ce contente de ce schéma mais pour les autres c'est une autre histoire.
Travailleur sociaux, avocat, instituteur, médiateur et même juge, si vous évoquez l'idée d'aller au conflit pour récupérer la garde de vos enfants ou même seulement avoir une garde partagée, ils vous explique que c'est possible "en théorie" mais que vous partez avec un handicape énorme !
Un peu comme vouloir courir un marathon à cloche pied... rien ne vous en empêche et vous pouvez même y arriver mais ce sera long et douloureux !
Je connais un père qui, chaque foi qu'il récupère ses enfants les ausculte des pied à la tête à la recherche de marque de maltraitance maternel. Il a pu en faire constater par la police et un médecin mais le juge reste intraitable.
Le seul père que je connaisse qui ai réussi à récupérer son fils, c'est parce que la mère à été interné en psychiatrie !

Écrit par : leiopar | 18/02/2013

tout ceci est lamentable,j'ai vecu tout ca et chaque fois qu'il y a un probleme de garde mediatisé,ca me rend malade,20 ans apres je constate que rien n'a evolué!!c'est terrible pouyr l'enfant,on se demande vraiment QUE VEUT DIRE "L'INTERET SUPERIEUR DE L'ENFANT"!!!!...

Écrit par : solange | 18/02/2013

Après 3 relectures de cet article. Un constat s'impose : le parti pris est flagrant, et le positionnement est assez particulier, le titre aurait du être "CE père maltraité par la justice, c'est du n'importe quoi. " Alors là oui j'aurai pu essayer de comprendre votre point de vue.

Ici vous (je parle à l'auteur mais visiblement signer l'article ça demande un belle paire de *****) critiquez ce père qui a visiblement outre-passé la loi, là honnêtement oui on peut comprendre que ça vous gène et qu'en l'état il ne soit pas tout rose. Bref. Oui le père n'a pas un passé parfait, il a essayé de faire ce que la législation ne lui permettait pas en bousculant les choses qui prenaient trop de temps. Soit c'est moche mais c'est le risque dans l'état actuel des choses.

Par contre là le positionnement c'est quoi? Les pères doivent fermer leurs gueules car ils ne veulent pas prendre leurs responsabilités? C'est ça?

"Selon le ministère de la Justice, dans 76,8% des cas de divorce en 2010, les enfants sont hébergés chez leur mère en résidence principale. Seuls 7,9% vivent chez leur père et 14,8% bénéficient d’une résidence alternée.
Oui, et alors ? Ces chiffres ne veulent rien dire, car les 76,8% des cas sont très majoritairement décidés par consensus des parents. "

"Déjà ces chiffres ne veulent rien dire" bah si c'est un constat qui met des chiffres sur ce qui est déjà vérifié depuis des années. Consensus des parents? Rarement. À situation égale une père récupère la garde de l'enfant, il faut une énorme disparité de salaire, et des soucis de santé ou psy pour que la mère n'ait pas la garde.

Par contre OUI il y a des pères que ça arrange, des pères qui estiment que c'est mieux pour l'enfant, qu'ils ne se sentent pas aptes à obtenir la garde totale.

Autre chose, la question qu'on aborde peu c'est va-t-on dans la direction de l'enfant, sur ce qui est le mieux? Non, c'est le choix des parents, le choix du juge qui met un point final au débat.

Il est aussi acquis dans les idées des psy, pédopsy, éducateurs, etc que l'enfant a plus besoin de sa mère que de son père. Alors pourquoi le père aurait la garde hein?

Je rebondis sur ce que dit Marc plus haut : "Trouvez normal que les mères récupèrent la garde de l'enfant 76% du temps, c'est un peu comme trouver normal que le père travaille pendant que la mère garde la maison et l'enfant (les années 50...) ou bien encore plus récemment, trouver normal qu'un enfant doit absolument avoir un père et une mère...
Les mentalités évoluent, bientôt plus personne ne trouvera ce genre de situations, "normale"..."

Ça changera c'est sûr, déjà lors de séparation de couple du même sexe il faudra enfin se baser sur autre chose que : "mère > père" pour l'enfant.

Depuis des années la mère est suffisament bonne par nature, le père lui doit devenir un bon père. C'est dans sa nature voyons à la mère d'être à la hauteur de la charge qu'est de subvenir aux besoins (affectifs principalement) de son/ses enfants.

Certains au dessus ont abordé la question de la pension alimentaire, elle a été, et est encore parfois totalement incohérente (au niveau de la somme fixée) avec les moyens du père et aussi et surtout des besoins de l'enfant. (surévaluée car demande de la mère) Le père subvient aux besoins en fric pour l'enfant (et sa mère) et la mère à l'affection. Back to 50's...

Alors OUI c'est un fait divers. Mais il a eu le mérite de mettre le doigt sur quelque chose qui fonctionne mal depuis 1975 ( naissance du VRAI divorce Loi no 75-617)

Espérons que ça change d'ici peu de temps pour : les enfants en priorité. Et les quelques pères qui en souffrent.

Écrit par : Eliot | 18/02/2013

Bonjour, je me permets de réagir, juste pour faire savoir que de nombreux peres vivent tres mal ces situations mais n'en font pas écho, certains finissent par se suicider dans le total anonymat!!!!!Et je soutiens ces pères qui se battent pour l'égalité face aux tribunaux et je soutiens de tt coeur serge Charnay qui par son action fera, je l'espère, avancer les choses pour tous ces pères privés de leurs enfants!!!!!!
Je suis la conjointe d'un père séparé, qui A LA GARDE DE SA FILLE MAIS QU'IL NE VOIT PLUS DEPUIS DEUX ANS, et ce meme malgré les enquetes, qui pourtant sont en notre faveur!!!!! la justice attend, laisse faire la mère en TOUTE IMPUNITE!!!!!!!!! Pendant ce temps, une enfant de 13 ans n'attend peut -être que JUSTICE!!!!! la justice se rend complice de maltraitance en laissant faire celà!!!!!

Écrit par : sophie | 18/02/2013

La majorité des JAF sont des femmes,et dans l'inconscient collectif,et l'administration la mère est encore considérée comme la plus apte a élever les enfants,celle qui est indispensable...Ces deux facteurs se conjuguent et font que le père se présente devant le JAF avec un lourd handicap,sa place putative,va de l'absence au strapontin,et rarement a égalité et encore plus rarement a être juger le plus apte a élever les enfants ...Mieux lorsque vous contactez un avocat pour conseil,la sentence tombe:Vous pouvez essayé,mais si votre ex s'y oppose aucune chance.....Conseil suivant,il vaut mieux que vous arriviez devant le JAF avec un accord entre vous et votre ex ,sinon vous risquez d’être ciblé comme n'ayant pas l’intérêt de l'enfant comme projet..... Conclusion,soyez raisonnable,mieux vaut accepter les miettes que vous impose votre ex ,plutôt que de vouloir plus...Cela c'est la moins mauvaise des situations,car il y a un"accord" (sic)...Dans les autres situations,tout est possible,c'est la roulette russe

Écrit par : antimythe | 18/02/2013

Les seuls cas où la justice confie l'enfant au père, c'est que la mère est d'accord. Pourquoi cette discrimination ?

Un jour ma tante est partie avec les enfants pour suivre son amant plus vieux de 30 ans à 900 km de distance de la famille et des amis de ces enfants. Son mari n'a pas eu la garde, mais une bonne pension alimentaire à payer. Quelle est la justice là dedans ?

Écrit par : marcoilbiondo | 18/02/2013

Je trouve que cet article est de mauvaise fois évidente: Je cite:

"Or, il est impossible par des statistiques de qualifier ce qui relève de l’appréciation du juge sur des affaires aussi intimes. Aucune étude sérieuse n’a jamais démontré la réalité d’une faveur donnée à la mère dans les cas équilibrés. "

Mais monsieur, nul besoin d'études, il suffit d'ouvrir les yeux. N'importe quel avocat qui connait cet univers de la justice vous le confirmera. Les mères ont nettement plus de chances d'obtenir la résidence principale que le père.

Même quand le père a des revenus nettement supérieurs, même quand il est parfaitement apte à s'en occuper, c'est la mère qui aura la garde principale (en plus d'une pension conséquente).

Il faut que la mère soit au bord de la folie et présente un danger immédiat pour son enfant pour que le contraire arrive.

Le fait que les JAF soit à 95% est surement l'une des causes de ce sexisme judiciaire au détriment des pères.

Nier qu'une telle discrimination existe, c'est prendre les gens pour des imbéciles.

Écrit par : Jean Ven | 18/02/2013

Bonjour,

C'est drôle ces histoires. Enfin, drôle je me comprends.

Je suis à ma cinquième procedure avec la mère de ma fille de 12 ans. Outre la première que j'ai initié pour, à l'époque déjà, proposer une garde alternée, la mère à fait procès sur procès sur appel pour avoir plus que la garde de ma fille : ma mise à mort.

Aux 3ème jugement j'avais la garde de ma fille. Mais comme la mère de ma fille bénéficie depuis plus de 10 ans de l'aide juridictionnelle, et est toujours "étudiante" à 32 piges, il arrive un moment où toute mon énergie et l'argent de mon travail passe dans les procèdures à chaque fois ré-amorcées par la mère.

Mais la justice, la belle Justice de France, aveugle et sourde (et naïve) ne se rends pas compte du harcèlement juridique que je subie. Lors de mon audience nous étions 7 dans le bureau. J'étais le seul mec (mon avocate est une femme), je vous laisse imaginer l'ambiance "instinct maternelle".

J'ai "accepté" de ne plus voir ma fille, qui est complètement manipulée d'ailleurs, qu'un week-end par mois et l'autre là, elle réclame 300€/mois. Je viens de perdre mon emploi.

Bon, voilà quoi… j'espère qu'enfin la justice fera enfin son boulot.

Alors, que des histoires comme ce père (clean ou pas, on s'en tape) qui fait la résistance sur sa grue ne m'étonnent guère.

Que des pères se foutent en l'air parce que il y a aussi un sentiment d'injustice profond, ça personne en parle. Comme c'est bizarre…

Il y a des salauds partout et des mecs franchement pas recommandables c'est un fait avéré. Mais il existe aussi une certaine "égalité des sexes" dans la connerie et la méchanceté de certaines mamans.

Remettons les choses à plat. Chaque cas doit être pris et compris comme un cas unique où l'intérêt premier n'est pas celui de la toute puissante mère, ni celui d'un père vindicatif mais dans l'intérêt supérieur de l'enfant …

Allez j'y crois encore.

Écrit par : Thierry | 18/02/2013

C'est fou l'agressivité dans ce débat, on se croirait dans le débat sur le mariage homo !

Sérieusement, c'est pas en s'insultant les uns les autres que ca va faire avancer les choses.

Il faut reconnaitre que OUI majoritairement, les peres sont bien contents qu'on file la garde a la mere et qu'ils n'aient que les vacances/weekends pour eux.
Certes, certains voudraient plus, mais ils sont loin d'etre la majorité (la preuve, l'assos "svp papa" dont on nous parle partout en ce moment a 40 membres....).

Alors avant de hurler au complot de la justice CONTRE les peres, renseignez vous, chopez des statistiques, et vous verrez que la majorité n'est pas représenté par ces deux andouilles dans leurs grues !

Écrit par : Lau | 18/02/2013

@L'auteur de cet article.
Vous généralisez aisément le cas de ce père à tous les pères, travers habituel et facile.

Je suis un papa divorcé qui n'a jamais été violent ni envers mon ex épouse ni envers mon enfant pourtant pour obtenir la garde alternée, envers et contre tout, il a fallu que je me batte durant plus de deux ans.(la maman n'étant pas d'accord)
Comme vous (je l’espère), je suis un partisan acharné de l'égalité homme - femme, je me suis battu dans mon entreprise en tant que secrétaire du CHSCT pour que cette égalité soit un fait et oui!! c'est encore de nos jours nullement le cas.
En terme de droit des familles, force est de constater que l'homme est encore trop souvent relégué au rang de simple spectateur voire de "porte-monnaie" à plumer et que là aussi l'égalité n'existe pas, regardez les statistiques des tribunaux pour connaitre le taux de pères déboutés pour des gardes alternées.

Moi, j'ai eu de la chance enfin je devrai dire, j'ai un bon boulot, payé correctement qui ma donné les moyens financiers de me payer un bon avocat, de pouvoir suivre en appel et contrer un "incident" d'appel.
Il a tout de même fallu une enquête sociale pour prouver que j'étais un père attentionné et impliqué dans l'éducation de mon fils.
Dites moi à combien de mère fait on subir un tel traitement pour prouver qu'elles sont de bonnes mères?

A vous entendre, je pense que le combat des pères divorcés est loin d'être terminé tant vos arguments sont d'un autre siècle.

Écrit par : SMYL | 18/02/2013

Je m'étonnais il y a quelques mois auprès d'un ami qui connait un divorce difficile qu'il voit aussi peu ses enfants.
Sa réponse ?
"Tu sais, le juge est une femme alors..."

Écrit par : einundzwanzig | 18/02/2013

Bonjour,

Je soupçonne que dans la grande majorité des cas, les pères n'essaient même pas de se battre et donc donnent leur accord pour la résidence chez la mère. Quand on sait un combat perdu d'avance on hésite beaucoup à se lancer dedans dans le but de ne pas envenimer la situation...

Maintenant, la vraie question est la responsabilité des parents quand ils se séparent. Les enfants ne vivent jamais bien une situation de séparation. Si en plus les parents ne sont pas capables de prioriser le bien être de l'enfant avant leurs disputes, alors les enfants vont souffrir encore plus car ils auront l'impression d'être un pion sur un jeu d'échec.

La conclusion est que les parents qui se disputent avec un enfant au milieu devrait être mis en examen pour maltraitance et trainé devant les tribunaux. Là je pense que les parents prendront plus le temps de la concertation pour le bien être de l'enfant et non leurs égoïsmes.

Cordialement,

Yves

Écrit par : YvDelx | 18/02/2013

Si l'auteur de cet article allait de tps en tps à la permanence juridique de SOS Papasà Paris le mercredi soir, il entendrait un nombre incalculable d'histoires de pères maltraités, arnaqués et humiliés par des mères sans scrupules aidées de JAF anti-pères qui le feraient peut être changer d'avis...

Écrit par : Bodule | 18/02/2013

@Lau

Juste pour info SOS PAPA fait parti des assos de péres est compte 16 000 adhérents...
Quand aux statistiques justement il semble que vous n'en ayez pas pris connaissance sinon vous n'auriez rien dit...
A bon entendeur...

Écrit par : SMYL | 18/02/2013

Bravo, bel article bien écrit, beau titre accrocheur.
Oui, la personne qui a déclenché la médiatisation de ce sujet ne semble pas exempte de reproches.
Oui, la récupération politicienne est, comme à chaque fois très discutable.
Non, dans les cas de séparations impliquant un ou des enfants il n'y a pas de bonne formule, que ce soit la garde confiée à l'un ou à l'autre avec droit de visite, ni même quand la garde est partagée. Il y a pour les parents comme pour les enfants une rupture indélébile. Et une vie qui en sera marquée à jamais.
Ceci mis à part, ainsi que les volets politiciens et juridiques,une lecture humaine manque cruellement à votre exposé. Car au-delà des chiffres que chacun reconnaît facilement comme hautement contestables, ce sont des existences qui sont mises à mal jusqu'au tragique par notre si parfait fonctionnement institutionnel.

Écrit par : Devildriver | 18/02/2013

heu... à ceux qui trouvent que l'article n'est pas signé (et que c'est d'ailleurs un manque cou***illes), vous êtes quand même sur le blog d'un certain Gilles Devers qui est avocat, c'est marqué tout en haut... donc si ! c'est signé de facto...
après,le contenu peut être discutable et chacun a visiblement le droit d'ajouter son commentaire, mais quand même ! renseignez vous avant de partir en live... un peu de respect, ne fait jamais de mal...

pour ma part, j'ai deux frères qui ont vécu des histoires de divorces avec enfants... un d'eux a vu ses enfants se volatiliser en Belgique, car la maman a décidé de rentrer chez elle ! et l'autre qui voit sa concubine partir avec le bébé sous le bras au départ en prétextant un week-end et finalement c'est définitif, elle ne veut pas lui laisser son fils même 5 minutes, dans sa grande bonté elle l'autorise à venir le voir... et tant qu'un juge n'aura pas statué, il ne peut rien dire !
je suis une femme, j'ai moi-même trois enfants, mais ça me révolte que des mères puissent en effet faire ça (que moi j'appelle de la soustraction d'enfant), et qu'elles puissent agir en toute impunité. oh oui, il est allé chez les gendarmes pour signaler cela, et on lui a dit que tant qu'il n'y a pas de jugement établissant la garde, en gros il peut aller se faire foutre et elle faire ce qu'elle veut ! alors c'est sur qu'elle aime son bébé et qu'elle ne lui fait pas de mal physiquement, mais elle lui fait du mal psychologiquement en agissant de la sorte avec le papa, et là c'est de la maltraitance à mes yeux, parce qu'un enfant a eu besoin du papa et de la maman pour être, il doit continuer à voir les deux pour vivre. de quel droit se permet-elle d'infliger cela à son enfant ? ce n'est pas parce qu'elle a décidé qu'elle n'aimait plus le papa, que le petit doit avoir le même régime.
en ce qui concerne les gendarmes, je ne suis pas convaincue, qu'ils auraient réagi de la même façon si c'est le papa qui avait fait exactement la même chose... et c'est là que ça fait peur.

Écrit par : margo | 18/02/2013

en l'espère, le mec semble être un 'ouf, c'est certain.
le débat n'en est pas moins légitime.
Pères à temps (très) partiel :
raquez, et fermez-la.
boys don't cry.

Écrit par : Dude | 18/02/2013

Oui les papas sont maltraités par la justice et les services sociaux connexes. Je suis papa, et je sais de quoi je parle pour l'avoir très durement vécu. La mère peu raconter et faire et dire à peu près n'importe quelle connerie au sujet du père elle sera immédiatement entendue par des oreilles compatissantes, pensez donc, c'est une Mère!. Elle peut supprimer la garde au père de son propre chef, tout simplement parce que toutes les plaintes pour non presentation d'enfants émanants du père sont traditionnellemnt classées sans suite par le parquet .Puis, la mère accusera le père de ne pas prendre ses enfants et finira par demander le retrait de l'autorité parentale conjointe pour le déchoir de tous ses droits familiaux...Mais pas de celui de la pension.... Puis il ya les mères qui accusent en toute bonne conscience le père des fameux attouchements sexuels et déviants (à l'époque des accusations très à la mode et très médiatisée: l'affaire Dutrou). Avez vous déjà fait prendre un bain à votre gamin? ne le faites plus. Embauchez du personnel pour le faire on ne sait jamais. Un supositoire à administrer? Appelez SOS médecin pour son application...Ah oui, j'oubliais double peine: il faut lui faire payer tout cela très cher au père, en plus de la pension, et de la réputation douteuse qui ne la lâchera qu'un fois dans la tombe. La famille est un produit très juteux pour la Justice...Les procédures multiples, faisant des navettes entre JAF et pénal, les appels, et toutes les stratégies pour retarder la mise en oeuvre des jugements favorables au père, peuvent durées de longues années et font au bout du compte de nombreux sucidés et des enfants que les pères n'ont pas vu grandir. Voulez vous une vie pépère?. Naissez, vivez et surtout ne faites pas d'enfant si vous êtes français de souche. Si vraiment vous voulez un descendance dans des conditions semblables, c'est à dire avoir de enfants que vous ne verrez pas grandir, allez à la banque du sperme. Et je crois même que vous pourriez être rémunéré...

Écrit par : Bucéphale | 18/02/2013

C'est pas un peu bizarre de titrer sur une généralité : "Les papas maltraités par la justice ? C’est du n’importe quoi !"
et de développer sur un cas particulier ?

Un peu comme si on faisait : "Les noirs honnêtes et travailleurs, c'est du n'importe quoi !" et de développer sur l'affaire Ilan Halimi et les Barbarians ?

Écrit par : inlibroveritas | 18/02/2013

Je ne comprends pas : plusieurs commentaires reprochent à l'auteur de cet article de n'avoir pas signé, disent en substance que pour être ainsi "contre" les pères, il ne peut qu'avoir été écrit par une femme, etc.
En haut à droite, dans la banderole, il est écrit "par Gilles Devers, avocat".

Écrit par : Lucie | 18/02/2013

Malheureusement, certains professionnels de la justice, juges, avocats sont tellement intoxiqués par leur corporatisme qu'ils en viennent a contester des évidences.

La justice n'a jamais tort, fait toujours bien et est rendu par des gens d'une qualité exceptionnelle. Mais oui bien sur.

La justice est sexiste et discrimine les pères, c'est une réalité incontestable. N'en déplaise aux amoureux de la justice française.

Écrit par : Jean Den | 18/02/2013

ces papas accroché au ciel,fond oeuvre de bienfaisance! et fond faire des economie a la securité social.C'est la société qui mets leur securité en jeu, car priver d'amour qu'elqu'un c'est immonde! si ont faisait preuve de plus degalité "aussi" dans la garde des enfants et bien cela eviterai bien des retard a l'ecole ,des rv chez les docteurs ect .... cela fait des années d'injustices envers les papas et les familles des papas! dont des souers,des mères des grands meres... puisque certaines personnes ont de oeilléres!

Écrit par : lasphereenfant | 18/02/2013

l'injustice pour les pères a commencé avec l'injustice de voir trois juge femmes pour un juge homme.on retrouve ça dans l'éducation nationale ,l'hôpital.... ont voit les conséquences directes.

Écrit par : ramatuel | 18/02/2013

Mon histoire personnelle me rend circonspect par rapport à votre discours.
Les enfants ont toujours besoin de l'amour de leurs parents.
Imaginer des enfants qui aiment sur demande est la négation de l'humanité.
Ce sont les parents qui aiment les enfants, qui les protègent.
Les enfants se moquent des décisions de justice.
Ils attendent que les adultes aient réglés leurs comptes

Écrit par : SKIDA | 18/02/2013

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Devers

Écrit par : Marie | 18/02/2013

la folle vie !je suis un papa qui aura vu 28jours sur 365 en 2012 mes enfants chouette un vide horrible les mois passent et vous vous retrouvez devant un adolescent et une adolescente (16 et 14 ans )presque 500km nous sépare n ayant que cinq semaine de congés je gère leur venue .Une surprise qui ne me dérange pas leur mère s est mariée j en suis ravi pour elle mais là ou le bas blesse son mari alors qu à l époque n avais aucun droit sur mes enfants faisais pression sur eux voir même me provoquer pour je fasse l irréparable enfin le tout pour dire jeudi je suis obligé de me présenter à chârtres la mère demandant un droit de garde exclusif une remise en question du droit d hébergement et de garde bien sur une pension alimentaire et pour couronner le tout une enquête social j enrage je bosse comme un fou je vie seul donc j ai droit de vivre à ma guise mes enfants ne manque de rien lorsqu ils sont avec moi ciné piscine sortie resto et la semaine fini plus signe de vie . deux jours 250e voilà le coup pas d avocat trop cher mon but est de me battre pour conserver mes droits

Écrit par : bequier | 18/02/2013

une bel exemple :

Je suis séparé deux fois.

Une erreur dans la garde des mes enfants pour les vacances se glisse dans la décision:

J'ai un de mes enfants la première semaine les années impaires et inversement pour l'autre enfant. RESULTAT : JE N AI JAMAIS MES ENFANTS ENSEMBLE;

Je fais un recours en appel (Versailles) pour faire rectifier l'erreur reconnue par le greffier et le premier magistrat de première instance. le magistrat de versailles en appel refuse de rectifier et me dit droit dans les yeux qu'il n'y a pas d'erreur.

C'est magnifique : il valide une décision qui ne me permet pas d'avoir mes enfants ensemble pendant les vacances.

c'est grave.

Écrit par : service publique | 18/02/2013

@Marc "Si les pères laissent la garde aux mères, c'est peut-être aussi parce qu'ils n'ont pas toujours le choix (horaires de travail incompatibles avec les sorties d'école, parce que malgré tout quand la mère est "obligée" de faire une pause professionnelle pendant les 1ers mois de l'enfant, il faut bien que quelqu'un accepte de travailler dur, avec des heures sups, pour joindre les 2 bouts....)"
Oui, donc avant le divorce tout le monde (père y compris) trouve bien normal que ce soit la mère qui fasse les sacrifices professionnels pour pouvoir s'occuper des gamins (temps partiels, journées enfants malades, refus des réunions tard le soir, refus des promotions vers des postes trop chronophages ...), mais au moment du divorce ça ne devrait plus compter ? Les pères ont le droit de s'occuper de leurs enfants avant le divorce aussi.

Il est possible que je me trompe, mais tout les divorces n'ont pas lieu "dans les 1es mois de l'enfant" et donc il est possible de rééquilibrer après.

Il y a effectivement dans la représentation de la famille des relents des décennies passées (et c'est dommage), mais pas toutes à l'avantage des mères non plus : une mère qui ne demanderait pas la garde de ses enfants passerait pour une mère indigne faisant passer son bonheur personnel avant l'intérêt des enfants, un père qui ne la demande pas passe pour le gars qui ne veux pas envenimer/complexifier la situation et qui fait un sacrifice en faisant passer l'intérêt de ses enfants avant son bonheur personnel : même acte, perception diamétralement opposée.

Écrit par : Yaume | 18/02/2013

Bon.

La racaille come back, parce que là, ça commence à chauffer sérieux.

Cherchant les chiffres sur le sujet, la racaille 2 France que je suis, tombe tout d'abord, via google, sur une zolie bande annonce : "les vrais chiffres du divorce". C'est le site de SOS Papas.

Pôvres pères maltraités...mais c'est bien sûr, ils sont l'incarnation de l'objectivité statistique, ils ont les VRAIS chiffres (combien de statisticiens à SOS Papas ? Combien d'Alain Desrosières, de Michel Volle, de Jacques Desabie ? Et j'en passe !).

Allons, un peu de sérieux : les VRAIS chiffres, ils sont produits par des statisticien.ne.s, et non par des acteurs partisans.
On les trouve par exemple ici : http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_infostat93.pdf

Et l'on apprend notamment que

"Dans la très grande majorité des divorces
(85 %), le juge entérine un accord
des parents à la fois sur la
résidence et sur le montant et les modalités
de la pension alimentaire.

Cette situation s'explique par la forte proportion
de divorces sur requête
conjointe (la moitié environ) et par
l’incitation à la recherche d'un accord
en cours de procédure dans les autres
types de divorce - tableau 4 -.
Ainsi, il reste 10 % des divorces où le
juge a dû trancher un désaccord persistant
entre les parents en fin de procédure
et 5 % où le juge a dû prendre
une décision en l'absence d'un des
parents."

Cela ne veut pas dire que ces 15% au total, soient quantité négligeable parce que faible (les récits déposés ci-dessus par des parents concernés le montrent amplement).
En quoi consistent alors les désaccords ?

"L'origine du conflit peut avoir deux
causes : les parents s'opposent soit sur
le lieu de résidence des enfants, et en
conséquence le plus souvent aussi sur
le principe du versement d'une pension,
soit seulement sur le montant de
la pension alimentaire - tableau 5 -.
La première cause est minoritaire :
seulement 2%des parents sont en désaccord
sur la résidence des enfants"

C'est donc, de manière directe, la pension alimentaire (à la mère ou ... au père) qui constitue le gros de nos 15% de divorces avec désaccord.
Cela ne signifie pas que les ridicules "2%" soient à ignorer... les récits faits ci-dessus par des parents concernés, montrent au contraire combien il faut les considérer avec une attention accrue.

Voilà pour les chiffres.

Écrit par : racaille 2 France | 18/02/2013

Enfin, pour passer du volet "chiffré" au volet disons "qualitatif", je me permets à mon tour d'orienter quelque peu les choses concernant le contenu d'une partie (non chiffrée à ce jour, mais ça va peut-être venir) des "2% de désaccords portant sur la résidence" :

http://sophia.perrin.free.fr/memoireM2redacrvdef.htm#_Toc289739828

J'ai bien dit "une partie des 2%", et non "la totalité des 2%", hein.
En revanche, même s'il ne s'agit "que" d'une "partie" de ces ridicules 2%, elle ne doit pas être considérée comme plus insignifiante que le reste de ces 2%.
On voit ici que, dans tous les cas de figures, pour ces 2%, il faut faire très, très, très attention à ce qu'on fait, lorsqu'on est professionnel.le de justice... que ce soit un parent qui est victime d'une volonté d'éviction par l'autre, ou bien un enfant qui est victime d'un parent malveillant.

Le droit DE l'enfant, c'est aussi se poser la question sur comment faire émerger, dans de tels contextes, sa parole dégagée de toute influence l'étouffant.
J'ai bien dit : TOUTE influence.
Parce qu'un enfant, qui est aussi une personne comme vous et moi, mais en situation de dépendance affective et de subordination juridique et sociale, a aussi le droit au respect de sa personne et de sa volonté, lorsqu'elle parvient enfin à s'affirmer au milieu de tous ces adultes et de toutes leurs histoires, voire des actes qu'ils lui infligent à lui/elle.

Écrit par : racaille 2 France | 18/02/2013

je suis papa divorcé et ce qui me révolte c'est que la maman a un moyens de pression énorme !!! elle ou l’égalité !?
en ce moment j’écoute la ministre de la famille et je vois que c'est un discours de sourd
les papa vont rester des portes feuilles !!

Écrit par : laurent | 18/02/2013

je suis papa divorcé et ce qui me révolte c'est que la maman a un moyens de pression énorme !!! elle ou l’égalité !?
en ce moment j’écoute la ministre de la famille et je vois que c'est un discours de sourd
les papa vont rester des portes feuilles !!

Écrit par : laurent | 18/02/2013

Moi, dans un cas que je connais, le juge n'a pas favorisé la mère. Et il a eu raison.

N'ayant pas trop confiance dans le traitement judiciaire des conflits familiaux, et ayant en mémoire la situation d'il y a dix ou vingt ans où les mères étaient systématiquement favorisées pour les gardes d'enfants, je craignais justement que le jugement place la résidence de l'enfant chez la mère. Dans ce cas précis (la mère est partie s'installer loin, et d'autres aspects ...), cela aurait été à mon avis une erreur.

Le juge a mis la résidence de l'enfant chez le père. Et le père favorise au maximum les visites de l'enfant chez sa mère.
Ce jugement m'a favorablement surprise.

Écrit par : Marianne | 18/02/2013

Je connais des pères qui sont emm... quand ils n'ont pas leurs enfants et qui sont encore plus emm... quand ils les ont

Je connais des pères qui attendent d'avoir une nouvelle compagne pour tout d'un coup se dire qu'ils pourraient reprendre un peu plus leurs enfants

Je connais un père qui a engagé une procédure pour revoir ses enfants et qui les a laissés à l'attendre dans un commissariat de police à plusieurs reprises

Je connais des enfants dont les parents et leurs nouveaux conjoints respectifs sont des gens intelligents et respectueux et qui sont des enfants heureux. Heureux même d'avoir trouvé de nouveaux frères et sœurs.

Écrit par : jac | 18/02/2013

Je connais des pères qui sont emm... quand ils n'ont pas leurs enfants et qui sont encore plus emm... quand ils les ont

Je connais des pères qui attendent d'avoir une nouvelle compagne pour tout d'un coup se dire qu'ils pourraient reprendre un peu plus leurs enfants

Je connais un père qui a engagé une procédure pour revoir ses enfants et qui les a laissés à l'attendre dans un commissariat de police à plusieurs reprises

Je connais des enfants dont les parents et leurs nouveaux conjoints respectifs sont des gens intelligents et respectueux et qui sont des enfants heureux. Heureux même d'avoir trouvé de nouveaux frères et sœurs.

Écrit par : jac | 18/02/2013

@racaille 2 france

Petit problème dans vos chiffres, je doute qu'en France seulement 2306 couples divorces... drôles de statistiques alors que la réalité est plutôt au alentour de 134000 divorces en 2010.

En gros avant de parler, il faut regarder les vrai statistiques:
http://www.justice.gouv.fr/justice-civile-11861/evolution-statistique-des-mariages-et-des-divorces-23682.html

Donc en résumé, vos statistiques sont partielles et représentent à peine 1,7% de la réalité...

Écrit par : SMYL | 18/02/2013

Le sujet traité par l'article suscite un débat de qualité et des réactions engagées. C'est là l'office d'un blog, qui est reconnu comme un organe de presse, et je m'en réjouis.

Le débat est par lui-même sain, et tout peut être dit. Mais, comme disait l'autre, "il y a la manière". Le sujet passionne et, à l'évidence, la plume de certains a été emportée par la passion. Dans un débat comme celui-ci, peut-être plus que dans d'autres, l'objectivité implique le recul, la distance. Cela ne signifie pas que je récuse les textes rapportants une expérience personnelle douloureuse. Je ne conteste d'ailleurs pas davantage qu'elles puissent être vécues comme profondément injustes. L'objet de l'article est de proposer une réflexion sur un sujet général, à partir d'un cas particulier qui serait le réflet d'une situation plus globale.

Certains propos reposent sur une lecture furtive, pour le moins, de l'article. De manière véhémente, il m'est fait le reproche de n'avoir pas signé l'article. Bien évidemment que j'ai signé cet article! Mon identité est même l'une des premières informations mentionnées sur cette page! Il suffit d'en prendre connaissance pour en déduire, alors que d'aucuns en doutent, que je suis un homme. On ne voit d'ailleurs pas en quoi cette considération de haut vol influerait sur le fond du débat ... (variations sur le thème du retour aux années 50 ...).

S'agissant du chiffre de 76, 8%, lecture cursive là encore. Je ne dis pas qu'il représente le pourcentage de divorces dans lesquels les parents se sont acordés pour fixer la résidence de l'enfant chez la mère. Sont bien entendu à compter dans ce chiffre des décisions imposées par la justice. Je dis toutefois qu'une large part des décisions de justice décidant de la résidence de l'enfant chez la mère est le fruit d'un accord parental. Comment ne pas se réjouir, d'abord et avant tout, que dans la majorité des cas les parents qui se séparent le font en assez bonne intelligence pour s'entendre quant au sort de l'enfant? De toute évidence, il est plus sain que les parents s'accordent sur les conséquences de leur séparation de manière responsable, plutôt que d'entretenir un affrontement dont l'enfant sera l'une des principales victimes.

La question consistant à déterminer les raisons pour lesquelles, lorsqu'ils s'accordent, les parents décident mutuellement, dans la plupart des cas, que la résidence des enfants sera fixée chez la mère est complexe. Certainement les conseils respectifs des parties jouent un rôle. Mais je ne vois pas comment on pourrait imputer à la Justice en général la substance d'un accord qui s'est formé en dehors du cabinet d'un juge qui ne fait que l'homologuer ...

Pour le surplus et par définition même, l'affaire est tranchée par un juge dans un climat de crise, d'affrontement, de mésentente fondamentale des parents. Il y a un point certain à partir duquel le débat peut se construire: la loi reconnaît des droits identiques aux père et mère, lorsqu'ils ne sont pas privés de l'exercice de l'autorité parentale, quant aux relations qu'ils doivent entretenir avec leur enfant et quant à l'éducation à leur donner. Dans ce cadre, pour étayer la thèse du parti pris, pour ainsi dire, structurel de la Justice en faveur de la mère de l'enfant, il faudrait établir qu'à prétentions d'égal mérite la mère est préférée au père. Rien ne l'établi.

L’histoire de ce père qui squatte une grue pour protester contre le retrait du droit de visite sur son enfant montre certes le désarroi d’un homme, mais ne modifie pas cette analyse.

Écrit par : gilles | 18/02/2013

@SMYL : Dans l'Infostat cité par racaille 2 france il y a un encadré indiquant que les chiffres sont issus d'une étude portant sur une période du "13 au 24 octobre 2003" et uniquement pour les divorces concernant au moins un enfant mineur, donc non comparable à une année entière, la source probable est la suivante : http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_1_071108autoriteparentaleaprdivousep.pdf (mais bon, je ne suis pas assez doué en chiffres pour savoir si ça colle vraiment)

Écrit par : Yaume | 18/02/2013

Bonjour,

vous donnez des pourcentages mais vous ne citez pas vos sources. D'où tenez-vous ces chiffres ? Pourriez-vous nous communiquer les documents sur lesquels vous vous appuyez pour relayer vos affirmations ?

Merci à vous

Écrit par : KEH | 18/02/2013

Consensus ?
Pour moi, le consensus a été vite réglé : la JAF m'a mis le marché en main. Soit j'acceptais son diktat, soi je ne voyais plus mes enfants par décision de justice.
Et, en me renseignant, TOUS LES papas passé devant cette juge là avaient droits peu ou prou au même discourt !!! (Mon cousin, alors officier supérieur de police était passé devant la même JAF quelque mois plus tôt, avec le même marché !)
Je l'admets : ça, c'est du consensus !!! Et qu'est ce que j'aurais pris s'il n'y en avait pas !!!

Écrit par : CanluCat | 18/02/2013

Bonjour,
A-delà du cas particulier de cet homme et de la récupération politique de cette affaire, il est indéniable qu'il y a de nombreux problèmes dans le système judiciaire, et pas seulement en France.

Venant de vivre une affaire de ce genre à l'étranger, j'ai vu comment un homme a été faussement accusé d'attouchements sexuels (sur un enfant de moins de 3 ans, autant dire sans preuves puisque même l'enfant était incapable de témoigner), après 4 ans de procédure (soit 100 000 dollars plus tard en frais d'avocats), des expertises psychiatriques en sa faveur, il a été déchu de tous ses droits parentaux MAIS avec l'obligation de payer la pension alimentaire (il faudra un jour qu'on m'explique comment une obligation peut n'être assortie d'aucun droit). Il a dû faire face à une instruction pénale, à la ruine de sa famille... cela s'est soldé par sa mort, résultat d'un suicide à petit feu, il y a 2 mois. L'enfant sera élevé par une folledingue qui va lui raconter toute sa vie que son père était un monstre, ce qu'on appelle le syndrome d'aliénation parentale. À part faire justice SOI-même (au passage corrigez cette faute qui pique les yeux), que reste-t-il ?

Non, la justice n'existe pas. Si elle s'en sort "bien", c'est justement, comme vous le dites, Me Nevers, parce que les parents sont généralement des gens raisonnables qui se mettent d'accord entre eux, en évitant surtout de mêler des avocats et des juges à leur vie privée. Dès que la justice s'en mêle, c'est le drame. Alors certes, c'est de la faute de ces parents imbéciles et irresponsables, mais le système judiciaire n'a jamais prouvé son efficacité dans le domaine des affaires familiales, sauf, peut-être, dans l'affaire du jugement de Salomon. En conséquence, je ne me sens aucune envie de défendre ce système pourri, et je constate au vu des témoignages plus haut que ces horreurs arrivent aussi en France.

Je me réjouis donc de la récupération politique de cette affaire en espérant que cela permettra d'aborder le sujet des accusations mensongères, beaucoup plus courantes que ce que l'on aimerait croire, et qui sont souvent le résultat de suggestions d'avocats corrompus jusqu'à la moelle et de la manipulation des enfants en bas âge par des parents animés par une haine et un désir de vengeance implacables.

Dans ces affaires, c'est l'imbécillité, la corruption, l'appât du gain, la veulerie, la haine, la bureaucratie et l'indifférence qui se mêlent. Il n'y a rien à défendre dans un tel système qui mobilise tout ce qu'il peut y avoir de pire dans les relations humaines.

Écrit par : Folavril | 18/02/2013

"C’est loin d’être un lupanar." mdr je crois que tu confonds les termes lupanar: un bordel et panacée: un remède miracle... l’énervement qui semble bien poindre sous la rédaction de ce billet ne fait pas bon ménage avec la rationalité et la juste expression semble-t'il... Un peu de sang froid et de recul... ;-)

Écrit par : Palmadeluz | 18/02/2013

En même temps vous n'allez pas taper sur vos collègues et encore moins sur la main qui vous nourris.
Il y a comme un conflit d’intérêt.

Écrit par : plembo | 18/02/2013

@SYML : les chiffres qu'exploite le papier que j'ai cité sont l'exploitation d'une enquête statistique, qui par définition n'a pas à constituer un recensement exhaustif pour avoir valeur statistique.
A cet égard, je vous suggère la lecture, tout à la fin, de l'encadré 2 : "Sources et méthodes", où vous pourrez apprendre que :

"En 2003, une enquête nationale sur
les décisions des JAF, statuant sur la
résidence des enfants, a per mis de collecter
les décisions rendues dans l’ensemble
des TGI, au cours de la période
du 13 au 24 octobre. Un échantillon
de 4 414 décisions a ainsi été constitué,
dont 2 306 jugements de divorce, 378
décisions d’après divorce, 1 402 premières
ordonnances sur les enfants naturels
et 328 ordonnances
modificatives."

En clair : on prend un échantillon de 4414 décisions, dont 2306 sont des jugements de divorce, et on regarde ce qui se passe.
On fait en sorte que l'échantillon soit représentatif, et j'ajoute qu'ici, on est bien au dessus des 1000 individus statistiques (ici, "décisions de divorces") qui sont un nombre "minimum" pour pouvoir faire une exploitation statistique raisonnable d'un échantillon. A 2000 individus statistiques, on a des ordres de grandeur fiables. Donc quand on dit "2% de divorces conflictuels sur la résidence", ça peut être 4%, ou 0,5%, mais pas 20% ou 10%.
Les chiffres cités ici sont donc fiables.
Et, bien sûr, le JAF n'a de prérogatives que concernant la résidence de l'enfant mineur, donc exit les divorces avec des "enfants majeurs" (c'est à dire des adultes libres de dire "oui" ou "merde" à papa et/ou maman).

Les chiffres que vous citez vous sont le nombre total de divorces dans une année donnée, mais ça c'est du comptage de fichier (comme l'indique la source citée : "répertoire général civil"...). S'il n'y a pas d'enquête statistique derrière, ça ne vous apprend rien de plus que le nombre exact total de divorces et les autres variables présentes dans le fichier administratif ici exploité...

@folavril : envisagez-vous seulement l'idée qu'il peut aussi exister des cas où "ce parent insoupçonnable" a réellement commis des actes infâmes sur l'enfant concerné ?
Et que laisser un enfant à la merci de ce parent, est aussi dramatique, que de laisser accuser de tels actes un innocent par un.e conjoint/e machiavélique ?

Écrit par : racaille 2 France | 18/02/2013

M. Devers, je n'ai pas vu mes enfants depuis dix ans, la justice n'y trouve rien à redire : le dire prouverait que je suis paranoïaque, selon ces gens... Alors oui les pères souffrent, je ne suis pas le seul, les enfants souffrent et sont maltraités, et ceci avec l'accord entier de l'institution judiciaire. Institution qui est toute entière dévouée à un préjugé sexiste : les femmes, ça sert à torcher les mioches, à faire la vaisselle, à cirer les parquets - et malheurs aux enfants, malheur aux pères qui voudraient contribuer à renverser ce schéma sexiste.

Le pire est bien entendu que cette justice sexiste est souvent exercée par des femmes : femmes matons, femmes gardes-chiourmes, femmes kapos...

Il s'agit de maltraitance psychologique et parfois physique, de situations qui produisent de la souffrance et des drames, des suicides, de la destruction complète d'individus. On tue des enfants. On tue des pères. On tue parfois des mères (et dans tous les cas on les réduit à être des serpillères).

Vous êtes avocat et on connaît le rôle néfaste des avocats dans cette tragédie... Je vous exprime, monsieur, non pas ma haine ni ma colère, mais mon mépris le plus profond. Et je plains vos enfants, si vous en avez : un père qui aime la souffrance des enfants n'est pas un père.

Écrit par : Arthur | 18/02/2013

S'il y a consensus pour dire que je ne suis pas une fille, c'est que le débat a déjà progressé.

Je pense aussi qu'on peut essayer de faire dans le concept, et pas dans la prise à partie genre "je suis un méchant contre les papas"... Un petit effort de raisonnement est à la portée de tous, allons!

En 27 ans de carrière, j'ai vu passer pas mal de dossiers, et des décisions que j'ai estimées gravement erronées, même en appel. Ceux qui suivent le blog, savent que la justice est ici régulièrement critiquée, ... mais si la critique part sur des bases erronées, le résultat sera nul.

Mais donner raison à cet acte insensé comme l'ont fait les autorités politiques est un faute grave.

Un gvt qui fonctionne sur l'émotion induit la pays en erreur, et se préparent des déconvenues cruelles.

La violence des hommes contre les femmes dans la vie des couples est une plaie sociale grave, et tout ce que puisse faire est de la condamner.

Écrit par : gilles | 18/02/2013

Les chiffres sont ceux qui ministère de la Justice, et pas de mon épicerie personnelle

Le taux d'appel en chambre de la famille est très modéré, et les appels sérieux sont une minorité.

Les procédures sur faute, qui étaient le principe il y a 30 ans, deviennent exceptionnelle, c'est un fait.

Dire que la garde alternée est refusée si la mère n'est pas d'accord est une affirmation erronée

Écrit par : gilles | 18/02/2013

Pas beaucoup de femme par ici ?

Je m'arrête sur ça : "Si les pères laissent la garde aux mères, c'est peut-être aussi parce qu'ils n'ont pas toujours le choix (horaires de travail incompatibles avec les sorties d'école, parce que malgré tout quand la mère est "obligée" de faire une pause professionnelle pendant les 1ers mois de l'enfant, il faut bien que quelqu'un accepte de travailler dur, avec des heures sups, pour joindre les 2 bouts....)" d'un internaute, un peu plus haut, et j'ai juste envie de répondre NON, MAIS CA VA PAS ?

Donc, les mères qui ont la garde de leurs enfants, l'ont par bonté d'âme de ces derniers, et juste parce que ces pauvres hères travaillent tant et plus pour subvenir aux besoins de leur progénitures ? Non mais, votre salaire ne vous sert que pour la pension alimentaire (je dois insister sur ce mot, vous le comprenez ???)
L'argent que vous sortez de vos portes-monnaies (lu sur d'autres commentaires) est le même que celui que vous aviez en vivant avec vos ex, ça s'appelle être soutien familial, et jusqu'à preuve du contraire, les deux parents doivent y participer.

Je vous rappelle que la femme seule, travaille aussi, et subvient la plupart du temps avec son salaire, aux besoins de ses enfants, que le père participe me parait tout à fait normal. D'ailleurs, malgré le fait qu'elle travaille, elle va les chercher à l'école (sinon, y'a des nounous...)

Je vois que chacun parle de ses petits malheurs lors de son divorce, je pourrais en faire de même. Messieurs, vos discours sont quasiment mot pour mot ceux de mon ex, qui pense n'être qu'un porte-monnaie. Certes, il a une pension à payer, elle l'est irrégulièrement, car monsieur a découvert qu'au sein d'une famille, il y avait des charges (loyer, électricité, impôt, etc), de plus il ne me donne pas le minimum (fixé à environ 150€ par enfant, mais cela dépend beaucoup du tribunal et du lieu), car il s'était engagé à participer à d'autres frais. Ce qu'il ne fait que si je réclame.... les frais scolaires sont tellement aléatoires.

Mais mon cas n'est que personnel, je devrais donc vous parler de ceux de quelques unes de mes collègues ou amies : non paiement des pensions, non réclamation de garde d'enfant, demande d'arrêt de la pension alimentaire - et accessoirement, aucune envie de voir son enfant - triche sur bulletin de salaire pour avoir moins à payer, ou mise en insolvabilité, séquestration, ou violence sur la mère, etc. C'est ce qu'ont vécu certaines de mes amies, quand les pères ne se sont pas barrés un peu après la naissance des enfants (et ouais, ça existe)
Alors voilà, dans un pays où les hommes ont en majorité les plus gros salaires, les emplois les plus stables, dans un pays où une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son compagnon.... vous me permettrez de vous rétorquer que vous faites un peu chier avec vos revendications à dix balles.
D'ailleurs dans cette affaire (pour en revenir au texte de Gilles), le père n'est tout simplement pas clair, et ferait mieux, lui aussi de se taire :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/18/l-escalade-des-peres-a-nantes-cache-une-proposition-de-loi_1834399_3232.html?xtmc&xtcr=1
Voilà un simple coup de pub, changé en affaire familiale ! Faut se renseigner avant de râler.... :)

Alors certes, je connais aussi des hommes qui aiment et s'occupe de leurs enfants, un de mes voisins a ses enfants avec lui, un autre ses fils ont refusé d'être chez leur mère. Que vous vouliez l'admettre ou non, c'est au cas par cas. Et heureusement qu'il y a encore des hommes capables de se conduire correctement, sinon, tout ça serait vraiment malheureux. Mais de là a voter une loi pour les trois cas de lèse-majesté, alors que nous n'arrivons même pas à faire valoir nos droits en cas de viols, ça me dépasse.
Ah oui, et j'ai pas d'aide spéciale de la CAF (non, ça c'est pour ceux qui aiment les lieux communs....)

Écrit par : Sandrine | 18/02/2013

Il y a évidemment des pères, des mères et des enfants qui souffrent énormément de ces séparations mal réglées, avec de juges qui s’obnubilent des avocats qui flanchent.
Evidemment. Et je reste très silencieux face aux souffrances et aux révoltes qui s’expriment ici.

Mais je ne rendrais aucun service en laissant croire à une quelconque légitimité de l’acte sur la grue.

Je déplore que le proc de Nantes ne se soit pas fait entendre

Le bâtonnier de Nantes aurait du aussi bondir pour dire tout ce que fait le barreau pour le droit de la famille.

Quant à Taubira, c’est nul.

Je dénie toute représentativité à ces associations, et je ne peux pas admettre qu’elles soient considérées comme portant les « revendications de pères ».

Écrit par : gilles | 18/02/2013

Un grand merci à l'auteur de remettre ce débat dans sa bonne perspective.

Les deux points essentiels sont à mon sens abordés : intérêt des enfants et entente des parents.

Je suis père divorcé. La résidence principale de mes enfants est chez leur mère, mais j'ai un droit de visite élargi, élaboré en concertation avec mon ex compagne, 1 week end sur deux, plus en alternance soit le mercredi soir, soit du mardi soir eu jeudi matin. Ce système me permet de les suivre "au quotidien", et garder un lien fort avec eux. Mais pour en arriver là, pas de mystère : il faut du dialogue. J'étais plus partisan de la garde alternée, mais un certain nombre d'avis différents nous ont dit que ce n'était pas nécessairement une panacée, pour cause de manque de "point fixe" pour les enfants. Avec notre fonctionnement actuels, les enfants vont très bien et se sentent bien avec leurs deux parents.

Depuis le début cette histoire de père dans sa grue je me dis qu'il y a un truc qui cloche, et le discours sur les pères floués m'a paru plus que louche d'entrée de jeu. La lecture des faits conforte mon intuition.

Écrit par : Drtutut | 18/02/2013

"Pas beaucoup de femme par ici ?
Je m'arrête sur ça : "Si les pères laissent la garde aux mères, c'est peut-être aussi parce qu'ils n'ont pas toujours le choix (horaires de travail incompatibles avec les sorties d'école, parce que malgré tout quand la mère est "obligée" de faire une pause professionnelle pendant les 1ers mois de l'enfant, il faut bien que quelqu'un accepte de travailler dur, avec des heures sups, pour joindre les 2 bouts....)"
[Sandrine :] d'un internaute, un peu plus haut, et j'ai juste envie de répondre NON, MAIS CA VA PAS ?
Donc, les mères qui ont la garde de leurs enfants, l'ont par bonté d'âme de ces derniers, et juste parce que ces pauvres hères travaillent tant et plus pour subvenir aux besoins de leur progénitures ?"

Sandrine


HAHAHAHAHAHA
Hahaha
C'était bien drôle !!
Mais je suis d'accord ! C'est une vision du 19è siècle :) Ce Monsieur vit au 19è siècle (peut-être milieu du XXè siècle) car tout a bien changé depuis...


A quand des statistiques sur la réalité des perceptions de PA ??? (difficile à réaliser puisque les mères ne déclareront pas les non versements dans une majorité de cas)

Je comprends également le désarroi de certains pères (qui dans certains cas exceptionnels peuvent être victimes d'un système qui parfois dérape). Mais tenter de faire croire que c'est le cas tout le temps - comme la majorité des commentaires s'y emploient - et tout mettre sur le dos de la justice ou des femmes parce qu'elles sont juges me semblent un peu... puéril !

Allons messieurs : vous êtes encore mineurs intellectuellement, ou en pleine crise d'adolescence ??? Ou vous êtes fortement organisé et vous signez plusieurs fois sous différents pseudo (ohhh, ça va : les combines on les connaît...)


Comme le souligne un autre internaute :
"Les deux points essentiels sont à mon sens abordés : intérêt des enfants et entente des parents."

Écrit par : Denis75 | 18/02/2013

Vérité ? Honnêteté ? Assez des mensonges des hommes politiques ? Je vous recommande de vous pencher sur l'Union Populaire Républicaine (UPR) fondée par François Asselineau, un inspecteur des finances passé par HEC et l'ENA. L'UPR propose de sortir la France de l'Union Européenne, de l'euro et de l'OTAN. L'Union Européenne détruit notre démocratie en laissant à des fonctionnaires non élus, souvent étrangers de décider pour nous. L'euro détruit notre industrie, nos emplois, notre protection sociale parce qu'il est totalement inadapté, en raison de son cours vis-à-vis des autres monnaies, à l'état de notre économie. Enfin, il faut sortir de l'OTAN pour recouvrer notre pleine indépendance et une politique étrangère autonome et spécifique.

Allez voir la conférence d’Asselineau « qui gouverne la France et l’Europe ? », lisez la charte fondatrice :

Vive la France ! www.u-p-r.fr et http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau

Écrit par : Yves Balle | 18/02/2013

....beaucoup de débats...échanges d'idées, de positions forgées parfois par le vécu mais...depuis qqs jours, je n'entends pas vraiment la mise en avant de la maltraitance des enfants dans ce genre de situations
que ce soit papa ou maman qui a du mal à voir son ou ses enfants, ces mêmes enfants là ne vivent-ils pas tout cela dans la souffrance????la douleur de ne pas jouir de la présence du parent déchu de ses droits de visite via une sombre vengeance (car au final la vengeance reste le leitmotiv), mais la douleur de devoir vivre, malgré lui, directement les conflits parentaux et leurs conséquences
il faudrait réapprendre aux parents à mettre en avant l'intérêt de leurs enfants avant de se lancer dans des batailles sans fin, inutiles; et mettre l'accent sur les situations amenant à de telles tristesses SEULEMENT ET SEULEMENT autour de la sécurité de l'enfant
les années passent tellement vite qu'en se retournant sur elles, bien des tensions menant à tout cela ne méritaient pas d'imposer autant à nos petits bouts
courage aux parents concernés, courage aux enfants mêlés à cela....
une maman divorcée, pleine de compassion pour chacun...

Écrit par : guess | 19/02/2013

Jeter de l’huile sur le feu semble être la principale activité des avocats ces derniers temps, quand ces derniers ne construisent pas les fameux dossiers « crades » qu’ils adresseront en requête au magistrat pour justifier du droit d’hébergement chez la mère. Et, il faut bien le dire rapporte un maximum d’argent aux cabinets, une vraie industrie !
Seulement ces derniers, à la vision aussi courte que leurs bras, oublient, quand démocratie les lois sont votées dans un parlement qui représente le peuple.
Et qu’avant qu’elles soient votées, ces lois, la rhétorique est l’exercice le plus courant pour y voir clair.

Écrit par : Gillou | 19/02/2013

Quand certains font parler les statistiques, je pense simplement à ce que mon père a vécu. Ce que ce système judiciaire lui a fait subir.
Quand je pense à ce qu'il a du endurer pour pouvoir nous voir. Nous entre apercevoir. Je ne sais pas s'il a été au dessus de tout reproche, mon Papa est un être humain.
Alors que l'on excuse n'importe quel malfaisant, il faut croire qu'un Papa n'a pas de droit.
Une reflexion est pour moi significative du gouffre dans lequel on est : "si vous n'avez pas chié dans la colle par le passé, que vous payez les pensions alimentaires régulièrement etc
Et même si un Papa a merdé, il n'a pas droit à la rédemption ? Il n'a pas le droit de changer ? Drole de justice à l'emporte pièce. C'est vrai à la fin, ça ne concerne que peu de personne, alors on s'en fout. Là où vous ne voyez que le Père, vous ne voyez pas les enfants pris en otage.
Et ne me parlez pas des femmes battus et autres drames familiaux. C'est au même niveau pour moi. La justice passe, mais ne fait pas le service après vente.

Écrit par : Sing | 19/02/2013

"Une reflexion est pour moi significative du gouffre dans lequel on est : "si vous n'avez pas chié dans la colle par le passé, que vous payez les pensions alimentaires régulièrement etc
Et même si un Papa a merdé, il n'a pas droit à la rédemption ? Il n'a pas le droit de changer ? Drole de justice à l'emporte pièce."
Écrit par : Sing | 19/02/2013

Sauf que la phrase n'est pas comprise dans son contexte. Je disais à un papa dans une situation particulière et qui se plaignait que la mère devrait aussi accepter un droit de visite du père. Qu'il s'agit, il me semble, d'un droit à partir du moment où il n'a pas "chié dans la colle par le passé, qu'il paye les pensions alimentaires régulièrement etc"
Évidemment, si ce n'est pas le cas, ce ne sera pas de droit et automatique...
C'est tout

Écrit par : Denis | 19/02/2013

je pensais que les journalistes ne devaient pas prendre parti pour l'un ou pour l'autre et ici ce n'est pas le cas !!
les pères n'ont pas toujours les droits qu'ils méritent et il serait enfin temps que la justice reconsidère de nombreux cas !

Écrit par : sab | 19/02/2013

Je vois mal comment, au vu des chiffres des décisions, on pourrait dire qu'il n'y a pas de biais en faveur des mères.
Et encore, ce n'est pas le seul problème : le domicile conjugal est souvent laissé à la mère. Je connais un père qui s'est retrouvé SDF (foutu à la porte, il dormait dans sa voiture) et qui devait payer une pension alimentaire. Je doute que ce soit vraiment "consenti".


Concernant les "pères" qui s'enfuit au début, je voudrais signaler ce lien : http://www.huyette.net/article-paternites-imposees-bibliographie-114996211.html

Là encore il y a une dissymétrie entre la mère qui a légalement le droit de renoncer à toute responsabilité sur l'enfant qui vient de naître (accouchement sous X) et le père qui lui n'a aucun choix.

Écrit par : Tortuga | 19/02/2013

Il y a deux problèmes principaux qu'il ne faut pas perdre de vue:

1) Quand les deux parents veulent obtenir la garde, c'est la mère qui très majoritairement l'emporte

2) Quand une mère ne respecte pas le droit d’hébergement du père, la justice ne bouge pas le petit doigts, malgré la loi qui est supposé sanctionné ce manquement.

Si la loi était appliquée, il n'y aurait pas de soucis. Mais le problème reste le sexisme des juges , des avocats et de tout le système judiciaire.

Écrit par : Jean Den | 19/02/2013

Encore ce matin des professionnels du secteur entourant le drame familial qu'est la séparation quand il y a des enfants, et des femmes pour la plupart, reconnaissent qu'il y a naturellement une inclinaison vers la mère.

Écrit par : Gatsby | 19/02/2013

Et M. l'avocat Devers, que pense-t-il du déménagement de la mère à qui la garde est confiée ?

En cas de déménagement, s'il y a un litige entre les parents, il y a souvent transfert du dossier au tribunal du nouveau domicile de la mère.

Et l'ex-époux doit donc se trouver un nouvel avocat dans une autre ville, supporter les frais de transport et d'hébergement...

Écrit par : marcel | 19/02/2013

merci à Mtre Devers d'avoir mis en mots et écrit ce que je ressentais de la réponse sur les radios de notre 1e Ministre et de de la Ministre de la famille ne soulignant pas suffisamment le
rôle des juges aux affaires familiales et des médiateurs qui dans la majorité des cas s'exercent au mieux ; restent quelques cas particulier....

Écrit par : michèl | 19/02/2013

Dans cette affaire, nous avons :

- Un arrêt de cour d’appel qui ordonne un droit de visite sans hébergement, soit 4 fois par moi, dans un lieu de rencontre surveillé, car il y récidive de soustraction d’enfant

- Un jugement correctionnel pour violences avec incapacité de 10 jours sur la mère, deux soustractions d’enfants (dont une de deux mois et demi) et des menaces avec condition. Il y a appel mais je n’ai pas entendu que les faits étaient contestés

- Je passe sur ce que représente pour l’enfant, qui a 5 ou 6 ans, ce spectacle, avec divulgation France entière du nom patronymique

Alors, dites moi en quoi vous pouvez déduire la puissance du matriarcat, et de la clique des avocats défenseurs de système et autres balivernes ?

Écrit par : gilles | 19/02/2013

Pas la peine de la jouer finaud pour dire « il parait que les mères ont plus souvent les enfants que les mères »

J’ai donné le chiffre : 80%.

C’est donc réel et incontestable

Mais il est tout aussi vrai que cela correspond largement à un consensus, car:

- Les décisions sont très majoritairement prises par accord, c'est-à-dire avec conclusions écrites concordantes des deux parents

- Quand il n’y a pas d’accord, soit dans une minorité des cas, le juge tranche, et le taux d’appel est très faible ce qui signifie que la décision est acceptée.

Citez moi une seule étude sérieuse (et pas l'asso papa bisounours) qui disent le contraire.

Aussi, la seule question est de savoir lorsqu’il y a appel et que les dossiers sont méritoires, s’il y a une prévalence pour la mère

Aucune étude ne l’a jamais montré, mais ca n’empêche pas d’y réfléchir, certes. Mais amusez-vous à réfléchir sur des hypothèses fausses, vous partirez dans le décor, et le dossier n’avancera pas.

Écrit par : gilles | 19/02/2013

"Un jugement correctionnel pour violences avec incapacité de 10 jours sur la mère"

C'est faux, la violence supposée était sur le grand père maternel. Et 10 jours, dans le jargon des ITT, c'est une bagatelle.

Cet homme a été poussé dans ces derniers retranchements parce qu'il ne pouvait plus éduquer son fils dont la mère avait la garde principale.

Il souhaitait en avoir la garde, la mère l'a obtenu comme dans la quasi totalité des cas.

Écrit par : Jean Den | 19/02/2013

"Aussi, la seule question est de savoir lorsqu’il y a appel et que les dossiers sont méritoires, s’il y a une prévalence pour la mère

Aucune étude ne l’a jamais montré, mais ca n’empêche pas d’y réfléchir, certes. Mais amusez-vous à réfléchir sur des hypothèses fausses, vous partirez dans le décor, et le dossier n’avancera pas."


Tu devrais plutôt dire qu'aucune étude n'a jamais été faite pour ne pas que la discrimination soit révélée au plein jour.

Mais quiconque nie que les mères ont largement plus souvent la garde que les pères quand les deux parents demandent la garde, est un sot naif, soumis de manière servile à l'institution judiciaire.

Écrit par : Jean Den | 19/02/2013

@marcel

Le déménagement est un point très compliqué, souvent insoluble

Un couple séparé vit à Lyon, et la mère déménage à Rennes.

Les motifs peuvent être présentables, (mutation professionnel, retour dans la région de naissance) ou défendables mais cruels pour l'ex (une new life avec un chéri qui habite dans uen autre région) ou juste pour nuire (hélas, ça se voit).

Surtout, s'il n'a pas été avisé, le père peut tenter un référé (procédure urgente), et s'il offre de bons éléments de stabilité, c'est jouable. Mais il faut aussi tenir copte de l'age des enfants et leurs souhaits

Ce sont des situations très compliquées.

Écrit par : gilles | 19/02/2013

Le père "peut tenter", c'est certain, mais peut-il obtenir ? C'est moins certain.

Il existe une différence entre la théorie du droit et son interprétation en pratique.

Écrit par : Tortuga | 19/02/2013

Un couple se sépare, avec des enfants jeunes

Les deux ont des horaires de travail correct, et pas trop de déplacements

Ils ont tous les deux les capacités éducatives et organisationnelles pour s’occuper des enfants

Ils ont tous deux un appartement assez vaste pour recevoir les enfants dans de bonnes conditions

Leurs domiciles sont assez proches, ce qui permet de gérer les A/R à l’école et dans lieux d’activité des enfants.

Hypothèse : le père demande la garde alternée, et la mère refuse.

Le juge donnera la garde alternée, et si ce n’est pas le cas, faites appel et la cour dira oui

En 2013, et dans la réalité, la solution est certaine.

Pas la peine de monter sur une grue et de menacer votre ex.

Écrit par : gilles | 19/02/2013

"Hypothèse : le père demande la garde alternée, et la mère refuse.

Le juge donnera la garde alternée, et si ce n’est pas le cas, faites appel et la cour dira oui"


Soit vous n'êtes pas sobre, soit vous vous voiler la face d'une manière spectaculaire.

Écrit par : Jean Den | 19/02/2013

"Lorsqu’il y a désaccord des parents, la résidence en alternance est retenue dans un quart des cas ; dans les trois quarts restants la résidence habituelle de l’enfant est alors fixée chez l’un des parents, le plus souvent chez la mère"

"- Les rejets de l’alternance par le juge, qui se traduisent par la garde exclusive à un parent, se font majoritairement au détriment des pères (85,5 %)."

Écrit par : Jean Den | 19/02/2013

Quand cela m'est arrivé des amies m'ont poussé à aller rencontrer SOS PAPA. J'ai rencontré alors quelqu'un qui n'a pas mis une seconde en doute mon témoignage -qu'il a à peine écouté-, puis qui est parti dans un infini monologue haineux envers les femmes, j'ai essayé de couper court pour prendre congé poliment mais rien ne pouvait l'arrêter. J'ai commencé à partir et il a essayé de me rattraper en me proposant la solution idéale : participer à une émission de télé...
En rentrant j'ai dit à mes amies que les pères avaient peu de chance de voir leur situation évoluer si ils étaient soutenus par des gens comme ça.
Le père à la grue ne fait que conforter cette idée que les pères ne sont pas clairs et donc que le partage des rôles doit demeurer dans son sexisme.
Pendant des années j'ai vu mes enfants en milieu médiatisé. Il aura fallut 4 ans d'enquête de services sociaux (mis en place grâce à la juge pour enfant) pour qu'enfin la justice puisse s'interroger sur la santé mentale de leur mère (j'ai pour ma part subi 5 expertises qui, toutes, me réhabilitaient mais cela ne suffisait pas -niveau jaf- pour que je les vois ailleurs que dans un espace médiatisé)
C'est d'ailleurs une juge pour enfant qui m'a donné la garde de mes enfants, grâce à qui j'ai pu "réparer" les dégâts que leur mère avait fait subir à mon image.
Mon expérience nourrit les mêmes préjugés contre les jaf que peuvent le faire SOS PAPA (sur 5 jaf qui ont traité le dossier il n'y a eu que des femmes et toutes leurs décisions ont été prises contre moi, même quand j'ai été blanchi de l'accusation suprême -la pédophilie)
Ne laissons pas ces associations misogynes nous représenter, prenons plutôt parti dans la lutte contre le sexisme pour équilibrer les rapports entre hommes et femmes, et, en luttant pour le droit des femmes faire en sorte que toutes les visions sexistes disparaissent (les jaf -qui ne sont que le reflet du sexisme sociétal- suivront)

Écrit par : Le combat des pères | 19/02/2013

"Il existe une différence entre la théorie du droit et son interprétation en pratique".

Il en existe une aussi entre réfléchir et beugler surtout ce qui bouge

Prenons le cas d'un père très pris par son travail, qui finit tard, trois jeunes enfants, et la mère qui est parti de Nice à Rennes pour emmerder son ex.

L'ex a un travail plus tranquille, des horaires cool, et elle s'est toujours bien occupé des enfants

Est-il en mesure du jour au lendemain, de réaménager son travail pour se rendre assez disponible, et récupérer les trois enfants à son domicile??

Donc le juge ne pourra faire autrement que dire à la mère qu'elle exagère et qu'elle prend le risque de détruire bcp de choses, mais il laissera les enfants avec la mère, pour le seul motif qu'il n'y a pas d'alternative

Pas la peine de hurler sur le juge ou de demander une nouvelle loi !

Écrit par : gilles | 19/02/2013

On en voit aussi pas mal des pères qui relèvent de troubles psychiatriques et qui manipulent à tour de bras. Ils donnent le change en entretien avec une logique égalitaire parano ou perverse et passent au travers des mailles.

Comment savoir cela ? Zéro marge de manœuvre sans diagnostic psychiatrique, mais 15 ou 20 ans plus tard en rencontrant les enfants grandis parfois en tentative l’autolyse on rencontre ces pères. Et là masques tombent, ils ne peuvent pas cacher leur inadaptation. J'en dirai pas plus pour éviter de leur donner des biscuits.

Mes respects à la mère et à ses enfants.
Un père

Écrit par : Toine Léon | 19/02/2013

merci, Le combat des pères pour ce témoignage

Quand un couple se sépare, et surtout s'il y a eu bcp de sentiments, ca peut devenir une déflagration, et avec une énergie pas possible pour détruire l'autre, instrumentaliser les enfants, lancer les pires accusations.

La justice hérite de la situation, ce n'est pas elle qui la crée.

Il a bcp de défaut dans la justice, oui, et il y a des décisions et des pratiques très critiquable.

Mais dans un tel cas, comment imaginer qu'elle va rendre de "bonnes et belles décisions"? Comme par magie ?

Écrit par : gilles | 19/02/2013

J'ai lu aussi que le droit de visite est supprimé quand la pension n'est pas versée

Il n'y a aucune loi, et aucune pratique judiciaire en ce sens.

Écrit par : gilles | 19/02/2013

C'est Sego qui avait dit à Hollande qu'il ne reverrait plus ses enfants s'il se présentait contre elle. Où va se loger la méchanceté de ces bonnes femmes ?

Écrit par : Mathaf Hacker | 19/02/2013

Dans les relations conflictuelles entre deux adultes ayant pris la responsabilité de faire un ou plusieurs enfants, puis, se séparant, devant en assumer la garde et l'éducation, la justice ne pourra jamais être autre chose qu'un pis aller! Et ce n'est pas de "sa faute"!
On ne peut demander à la loi de régir une séparation, et la responsabilité d'enfants, si l'un ou les deux adultes n'ont pas un minimum de sens des responsabilités!
Quand l'un des parents n'assure plus (non représentation systématique, violences, mensonges, mauvaise foi, manœuvres...), il le fait directement contre son ou ses enfants, d'abord, qui sont les premières victimes, et s'il ne s'en rend pas compte, c'est d'autant plus grave et sans espoir!
Les haines, ressentiments, doivent passer après l'intérêt des gamins tel que les parents l'ont accepté, dès que la volonté d'avoir un enfant est manifeste.
La loi pourrait peut être être "mieux faite", et les juges ne sont pas tous compétents, mais rien ne permettra de régler un conflit entre deux adultes, dont les enfants sont les otages.

Écrit par : bert | 19/02/2013

"...Donner ce crédit à une affaire qui est celle de la violence et de l’irrespect pour la justice me sidère. ..."
j'ai adoré le terme "l'asso papa bisounours"... ;-))
Moi aussi ça me sidère, dans ce "couple" chacun ne pense qu'à "bouffer" l'autre et à soustraire les enfants à l'autre. C pas comme ça qu'on peut arranger les choses...
Psychologie élémentaire: les gens se comporte avec vous, comme vous vous êtes comportés avec eux...
D'autre part, Mme Taubira et les autres ont en effet cédé à la pression et consenti à "examiner" le cas:
Que dit-il en descendant de sa grue? Il parlent de "bonnes femmes qui nous gouvernent" etc....
Hum-hum... Si ça se passait comme ça avec son épouse... ;-))
D'autre part, des journalistes* "fouille-merde" ont enquêté et... (*heureusement il yen a!) Il semble bien que l'affaire fut moins spontanée que ce qui nous fut décrit et ce qu'on en a vu. Il existe semble-t-il, d'inquiétants mouvements ultra-conservateurs anti-féministes, qui militent pour le retour au stricte patriarcat d'autrefois...
Et que ceux ci ait su "noyauter" l'association SOS Papa, dont j'ai bien connu l'un des membres....
Drôle d'affaire...
Je confirme que si la plupart d'entre eux sont d'authentiques pères qui ont du mal à vivre la rupture de leur couple et que "ça se passe mal" à tort ou à raison avec l'épouse et avec la justice, il y a aussi des "excités" dont j'ai pensé, qu'ils devraient "se débarrasser'...
Pour le reste et pour l'anecdote, rions en aussi joyeusement:
La fameuse grande grue de l'ex Chantier Naval de Nantes Dubigeon-Normandie est au contre d'un très vieux conflit local entre Nantais, depuis la Fermeture. Certains voudraient voir ça disparaître et la détruire, d'autres au contraire, pensent que cette grue est une pièce sacrée et magnifique* du patrimoine industriel qui mérite la conservation. La bataille dure et elle est terrible... ;-)) Et parfois, "ça craint"... Jean-marc Ayrault le maire de Nantes aurait dit:
-"J'en ai assez de cette grue! Elle me casse les couilles! Ouf! A Matignon, je n'en entendrai plus parler..."
Est-ce bien sûr?
* C'est vrai que c'est un "objet" techniquement très intéressant, le connaisseur que je suis vous le dit. Mais bon. Comme pièce de musée.... ;-))

Écrit par : Thierry BRESSOL R/O | 19/02/2013

A lire absolument cette enquête sur ce que cachent les grimpeurs de Nantes.
L'antiféminisme le plus rétrograde :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/18/l-escalade-des-peres-a-nantes-cache-une-proposition-de-loi_1834399_3232.html

Écrit par : yesroll | 19/02/2013

Se fixer sur ces deux gars car ce sont de bons clients pour dénigrer un éventuel combat des papas pour plus d'égalité est mesquin. Il y a un déséquilibre reconnu par tous en cas de séparation. Si on veut en toutes circonstances l'égalité des sexes, il faut rééquilibrer dasn le domaine de la séparation. Un we sur 2 et la moitié des vacances parce qu'on est le papa, c'est injuste et indéfendable.

Écrit par : Gatsby | 19/02/2013

Vous êtes consternant et indéfendable : utiliser ce fait divers pour tenter de nous prouver que les pères et les mères sont égaux face à la justice? C'est de la mauvaise foi!

La situation EST déséquilibrée : 80% des gardes sont données à la mère. Pourquoi? Et surtout quelles conséquences?
C'est un système pourri qui s'auto entretient : on considère que c'est à la femme d'élever les enfnts, donc que son métier n'est que secondaire, donc il le devient par la force des choses. Donc les femmes travaillent en rêgle général moins que les hommes, donc elles sont plus à même de s'occuper des enfants, donc ce sont elles qui récupèrent le droit de garde.

Ne me dite pas que la justice ne pourrait pas casser cet état de fait : considérer que dans les situations où la garde alternée est impossible (déménagements, mésentente telle que l'équilibre de l'enfant en est compromis) il y ait statistiquement autant de pères que de mères qui ait la garde principale?
Vos histoires de boulot prenant pour le père, l'empéchant de s'organiser, résonne du fin fond d'un autre âge : qyand on est parent, on assume ! Si cela signifie alléger sa charge de travail, je ne vois pas ce qui permettrait à une femme de le faire et pas à unhomme.

Écrit par : Annec | 19/02/2013

Dans un couple qui s'entend bien et reste ensemble, la question des enfants n'est pas toujours si simple. Hommes et femmes en général, d'après mon vécu, n'ont pas le même type d'attachement aux enfants, c'est un lieu commun, évolutif de surcroit, mais suffisant pour teinter dans une forte majorité de cas une qualité d'attachement qui peut être confondue (à tort) avec une quantité.
Alors quand rien ne va plus, de toute évidence tout se complique pour chacun des deux parents (ou au moins l'un des deux) et pour les enfants (sauf cas de soulagement dans un long conflit plus ou moins latent).
Si un accord avec ou sans arbitrage n'intervient pas (ouf c'est la majorité des situations), des dérapages sont possibles et là il faut trancher, de façon en partie arbitraire (et professionnelle), mais préférable à un long pourrissement.
Avec un(e) perdant(e) mais on en arrive là en général quand les protagonistes n'ont pas vu en premier lieu précisément l'intérêt des enfants.

Ce n'est pas impossible que les femmes en général soient plus près des juges que les hommes (statistiquement moins délinquantes), ni qu'il y ait plus de juges femmes que d'hommes dans ces juridictions, avec un certain taux sinon de parti pris, du moins de meilleur communication intra genre.
Mais que voulez vous ? Avoir systématiquement deux juges, un mâle et une femelle, mariés et parents chacun de leur coté ? Vous imaginez la lourdeur ?

Alors le système n'est pas parfait, mais c'est mieux que de laisser face à face deux individus qui ne cherchent qu'à se déchirer et pour lesquels le fruit (putatif) de leur amour (supposé) n'est plus qu'un enfant objet qu'ils s'arrachent.
Et le temps qui passe arrange (un peu) les choses.
Tant pis pour le perdant, plus tard l'enfant reconnaitra les siens pour ce qu'ils ont été.

Et aussi : les femmes qui veulent un enfant à elles le peuvent assez facilement, pour les hommes et l'égalité des droits, il faut ouvrir et légaliser la GPA.

Écrit par : yesroll | 19/02/2013

Yesroll a lu a même chose que moi! ;-)) Ouhaichh... Une drôle de bande...
Et ceci semble venir de ce que les US savent faire de plus affreux hélas... Enfin, il ya aussi les USA de Bob Dylan et de Joan Baez, ou même ceux de Jefferson... Ca on préfère...

Écrit par : Thierry BRESSOL R/O | 19/02/2013

Si l'avocat, auteur de cet article, est sidéré par la violence et l’irrespect pour la justice qu'il voit dans cette affaire, c'est qu'il est aveugle à la violence dont est porteuse la justice familiale; violence qui mériterait selon lui du respect, et à sa propre violence. Il doit analyser ces aspects pour être un meilleur avocat. Son article témoigne de son incompréhension des enjeux et responsabilités de la justice familiale.
Voir le "manifeste pour une justice familiale non violente":
http://www.les-artisans.org/chantier/manifeste.htm
Et cet autre qui date de 20 ans, "Il faut ouvrir le chantier de la justice familiale
http://www.les-artisans.org/chantier/chantier.htm
Mme Taubira ferait mieux de s'attaquer à ce chantier qu'à celui, trompeur et destructeur, du mariage pour tous.

Écrit par : Antoine Sereine | 19/02/2013

Il est étonnant de constater que tant de personnes confondent l'égalité avec l'indifférence et la symétrie parfaite. Les femmes portent les enfants, et les liens in utéro avec la mère se poursuivent aprés la naissance, avec l'allaitement( ou le nourrissage par biberon).Même si le père prend un congé, la mère est pour un enfant sa première et principale figure d'attachement pendant ses trois premières années. C'est ce qui le construit. C'est ce qui construit notre humanité; et tous les beaux parleurs qui voudraient couper les enfants en deux, ont eu une mère qui les a soignés, bercés, et aimés, à laquelle ils ont eu recours dés qu'ils avaient peur.
Assez de mauvaise foi et d'inconscience: un enfant aime autant son père que sa mère, mais il a plus BESOIN de sa mère, qui est celle qui, dans la majorité des cas, a été sa référence principale et quotidienne. Les bons pères sont ceux qui se soucient des besoins de leurs enfants, suivant leur âge et les circonstances, et pas ceux qui veulent les arracher par moitié.Beaucoup de divorces ont pour origine le désinvestissement du père de la vie familiale pendant que la mère assume tout, aux dépens de sa stabilité professionnelle, souvent. Et soudain, parce qu'il y a séparation, on voudrait faire croire qu'un père et une mère , c'est pareil? On peut être égal et différent, qu'on se le dise, et comme dit Françoise Héritier, la différence des sexes est ce qui permet de penser.

Écrit par : Misha | 19/02/2013

Merci bcp Misha de cette remarque de bon sens.

Je m’explique mal l’idéal de paternité qui est « un partage du temps ». Etre père, c’est passer autant de temps auprès des enfants que la mère ? Eh ben les amis, c’est la grande fatigue… Il faut du viagra mental en perfusion ??

Il est certain que le rêve est la vie de famille, avec les enfants. Mais s’il y a séparation, il faut choisir, et faire le choix avec un chronomètre est désespérant sur la condition masculine.

En l’état actuel des pratiques judiciaires, un père qui se veut présent peut avoir 3 WE par mois, du vendredi après la classe au lundi matin pour un retour direct à l'école, et/ou un jour de plus dans la semaine. Il dispose des portables, des e-mails et de Skype. Alors, sur cette base, il a tout pour faire le père, et qu’il laisse tomber son misérable chronomètre !

Écrit par : gilles | 19/02/2013

@Racaille,
Oui, merci bien, je ne suis pas une conne figurez-vous, j'ai donc "envisagé" comme vous dites, sauf que moi, cher(e) ami(e), je "n'envisage" pas, voyez-vous, je me base sur des preuves, en l'occurence des imageries du cerveau et des tests neurologiques et psychiatriques, qui ont démontré scientifiquement (vous voyez donc que je ne parle pas de ces charlatans que sont les psychologues) que cet homme n'avait aucune tendance pédophile. Et qu'a dit le juge : "j'en ai rien à foutre des preuves". Il a décidé de donner raison à la mère et à une pseudo expertise psychologique réalisée par une diseuse de bonne aventure que la mère avait pour "amie" sur Facebook. Ah, mais cher monsieur, une capture d'écran facebook, ce n'est pas un moyen de preuve recevable, ah non non non... Et les expertises neurologiques, c'est pas recevable parce que ça a été fait pour défendre un bien juridique autre que la garde de l'enfant, en l'occurence la liberté du défendeur qui était sur le point de finir en taule aux côtés de notre amie Florence Cassez.
La mère a une historique psychiatrique long comme un jour sans pain, mais ça, c'est pareil, le juge s'en fout.

Donc, cher(e) Racaille, épargnez-moi votre petit ton condescendant ou réservez-le à d'autres qui n'ont rien de mieux à faire. Et au passage, je vous précise que Folavril est un nom de femme, au cas où vous n'auriez pas lu Boris Vian. Et que victime moi-même d'abus sexuels, je sais de quoi je parle, merci. Je ne vous reconnais pas le droit d'avoir une opinion ou des doutes sur une affaire qui, je le souligne encore une fois, c'est finie par la mort d'un homme innocent, par le traumatisme d'une gamine que sa mère a soumise à des touchers rectaux et vaginaux à l'âge de 3 ans et demi sur la table d'un médecin de la police scientifique. Aucune mère normale ne fait passer sa gosse par un examen pareil à moins d'être folle à lier et de détester sa gamine. L'accusation, je le rappelle, était "attouchements", il n'y avait donc aucune raison de faire passer la môme par cette épreuve.

Voilà. Maintenant, cher(e) Racaille, "envisagez" ce que vous voulez du haut de votre sentiment de supériorité. Ça doit être drôlement confortable d'être vous et d'avoir toujours raison.

Écrit par : Folavril | 19/02/2013

Je pense qu'une femme ou un homme né disons dans les années 50 voire 60 et avant sont mal placés pour décrire ce que nous sommes, nous, les papas d'une ère moderne en ce qui concerne la place de la maman et du papa dans un couple ayant des enfants. Les visions sont simplistes et nous placent sur le côté. Mais ça changera avec le temps.

Écrit par : Gatsby | 20/02/2013

@gilles
"La justice hérite de la situation, ce n'est pas elle qui la crée."
En effet, elle ne crée pas la situation conflictuelle, mais elle l'aggrave dans bien des cas en y ajoutant sa violence propre, sous le couvert de l'intérêt de l'enfant, crée des dommages profonds aux enfants, mères et pères, et rend ainsi ces situations conflictuelles insolubles.
La solution n'est pas de juger dans "l'intérêt de l'enfant", mais dans "l'intérêt de ses 2 familles, paternelle et maternelle.Pour ce faire, le juge devrait être assisté de parents, un peu comme dans la justice prud'hommale.
Les décisions prises à 80% en faveur de la garde par la mère constituent pour les mères un réel encouragement à la violence et à une forme de délinquance et contribuent à la montée de l'individualisme, de l'indifférence à la souffrance d'autrui, et de la violence dans la société.

Écrit par : Antoine Sereine | 20/02/2013

Attention, une proposition de loi peut en cacher une autre... ou cacher des intentions plus réactionnaires

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/18/l-escalade-des-peres-a-nantes-cache-une-proposition-de-loi_1834399_3232.html

Écrit par : Denis | 20/02/2013

Et c'est parti:

Garde d'enfant : un père juché en haut d'un aqueduc à Montpellier

A prévoir pour les semaines qui viennent Le Pont du Gard, Fourvière et la Tour Eiffel. Et Taubira devra recevoir, au nom du principe d'égalité, l'asso "les papas du coin" pour entendre ses revendications

Écrit par : gilles | 20/02/2013

BRAVO
MERCI..un peu de pragmatisme fait du bien, surtout venat d'un homme et d'un père.
CDLT
SOS les Mamans

Écrit par : Association SOS les MAMANS | 20/02/2013

@ Denis La référence que vous donnez est relative à Mr Patric Jean, producteur du documentaire "La Domination Masculine" qui profite de l'évènement "papa grue" pour faire la publicité de son documentaire.
Et plaquant le masculinisme quebecquois, comme grille de lecture à ce qui se passe en France, il fait de la désinformation et en même temps de la publicité mensongère.
Son discours sur la domination masculine, décroché de la réalité, approche le délire.

Au Quebec, un féminisme intégriste a donné naissance il y a une trentaine d'année à un masculinisme tout aussi intégriste. Mais la greffe en France n'a pas marché.

L'association portant sur la condition masculine, créée à cette époque, a disparu. Lui a succédé l’association SOS-divorce, active comme de nombreuses autres associations sur la question de la condition paternelle et de l’aide aux pères ou mères qui le veulent, qui se trouvent en situation de conflits liés au partage de l’enfance des enfants du divorce.

Écrit par : Antoine Sereine | 20/02/2013

@ Antoine Sereine,
Sauf que les méthodes d'instrumentalisation des données statistiques sont les mêmes ; sauf que les discours, peu ou prou, sont les mêmes.
Alors, si les intentions idéologiques sont différentes, tant mieux !
Dans ce dernier cas, on devrait donc proposer aux pères français de ne pas retranscrire les mêmes discours. voilà, voilà

Écrit par : Denis | 20/02/2013

@ Antoine Sereine

Qu'il y a ait des jugements maladroits ou révoltants, c'est hélas certain. On fait appel, mais on n'arrive pas à tout corriger, c'est certain aussi.

On m'accuse de corporatisme ou autres salades, peu importe. Ceux qui suivent le blog savent que ce n'est pas trop le genre de la maison, mais en écrivant dans le feu de l'actualité, je me sais que je me fais allumer. C'est la règle du jeu, no pb. La spontanéité à dire ce qu'on pense est un atout.

Je vous dirais ici 4 choses:

- Partir du cas de l'homme de la grue nantaise est le meilleur moyen de se planter, car ce monsieur a tout faux. J'ai lu aujourd'hui que les violences avec ITT de + de 8 jours, c'était sur le papy, car le père avait débarqué chez le papy pour faire le rapt de l'enfant, pour ensuite partir dans la clandestinité (plus d'adresse, plus de portable, paiement en liquide...). Inacceptable, et il est scandaleux que les autorités publiques lui aient déroulé le tapis rouge (mais nous sommes gouvernés par des personnes dont le cerveau a bouilli).

- La solution ne passe pas par la loi. C'est une illusion de le croire. Le seule réforme que je proposerai, quand Martine Aubry m'aura nommé ministre de la justice, c'est que les JAF n'exercent leur fonction que pendant 5 ans. Après, certains créent leur propre jurisprudence, et ils ont de la peine à entendre ce qu'on leur dit. Les JAF inamovibles, c'est une plaie grave. Aussi, ce ne devrait jamais être un premier poste. Plaie grave aussi.

- La médiation est actuellement proposée en début de procédure. C'est un progrès, mais il faut accélérer, et quand Martine Aubry m'aura nommé ministre de la justice, je fermerai qq prisons (car la prison coûte cher et est rarement utile) et je réaffecterai les budgets à la médiation. Il ne s'agit pas de concilier des personnes qui ne s'aiment plus, mais de les cadrer amicalement (donc fermement).

- (Maintenant, entre mecs) On doit se ressaisir. Le papa n'est pas une maman. Je ne sais pas vous, mais moi je n'ai pas d'utérus.

Écrit par : gilles | 20/02/2013

Ne pas avoir d'utérus n'empêche pas d'être présent comme une maman. Comme ne pas avoir d'utérus n'empêche pas les couples gays d'avoir des enfants.

Écrit par : Gatsby | 21/02/2013

Bonjour,
Je comprends parfaitement les réactions de révolte de certains pères qui sont floués dans leurs droits les plus naturels de vivre sereinement des moments de bonheur avec leurs enfants et qui sont maltraités par certaines personnes de l institution judiciaire ,prisonnières de leurs à priori féministes .
Voici le credo de cette idéologie perverse : L Homme a toujours tort , est incapable de s occuper d enfants , les mères sont victimes bien entendu jamais consentantes ,jamais profiteuses ou intéressées de se faire faire des enfants pour vivre d allocations, d avantages fiscaux et sociaux , de pensions payées par des hommes choisis en fonction de leurs capacités contributives ...et même financer leurs crédits constructions.
A partir de là , le papa n est même pas entendu dans des conditions d équité , sa cause est indéfendable , on ne lui propose même pas une chaise pour s asseoir dans le bureau du juge .Il doit attendre des heures dans une salle d attente où se croisent les regards de haine . Comment des personnes qui se sont aimées peuvent elles tant se hair ? Où est l intérêt des enfants quand ils ne peuvent même pas librement embrasser leur père? Certains ne peuvent même pas se payer un défenseur et à la limite , à quoi cela sert il puisque leur cause est déjà entendue . Même un criminel est mieux traité ...
Et je parle d expérience pour avoir connu cela au tribunal de Narbonne .
Courage aux papas , je suis solidaire de leur révolte qui ne fait que commencer , même si certains lobbys implantés veulent les caricaturer .

Écrit par : didier | 21/02/2013

"Pilote d'essais" en séparation et en perte d'enfants, je voudrais apporter un bref témoignage, basé sur ma propre expérience et celle de nombreux cas observés en allant au fond des choses.

Le lien avec un enfant nécessite un quotidien, une régularité.

En cas de rupture et d'ouverture de procédures, il y a un temps de carence, pendant lequel le parent désaisi de son enfant passe par mille morts. Car tant qu'il n'y a pas de décision de justice, c'est silence radio complet et le temps fait son oeuvre. Aucune autorité ne décide de mesures provisoire, et aucune action d'urgence ou conservatoire ne peut être entreprise. Le parent désaisi de son enfant n'a aucune existence pendant ce temps, que l'on peut estimer entre 5 et 8 mois. Aucune aide, aucun soutien, aucune écoute et aucun moyen juridique. Il n'existe plus.

La justice est lente. Elle doit l'être pour décider avec sérénité. Mais dans ce type de cas, le temps de la justice est assassin des liens parent/enfant. Nombre de parents déssaisis se retrouvent perdus quand enfin une décision intervient. Beaucoup ont fait un deuil, favorisé par la souffrance de la lutte, et la tonne d'immondices que messieurs les avocats jettent sur les parties pour les dévaloriser. Pendant ce temps, l'enfant a grandi et évolué. Les retrouvailles ne sont JAMAIS à l'image de ce qu'on espérait. Selon les cas, et selon le comportement de l'autre parent, il arrive même souvent un phénomène de rejet, difficile à accepter et parfois impossible à surmonter.

Tout le mal vient de là. Cette période de carence forme la base de tout ce qui s'ensuit. Et chacun, selon son caractère et selon son vécu personnel au cours de cette période, va réagir "avec ses tripes". Certains ont refait leur vie et veulent faire fi du passé, d'autres refusent ce qu'ils perçoivent comme une sanction après avoir nourri tant d'espoirs (droits de visite insuffisants et condamnation à payer une pension), d'autres encore comme le cas actuel entrent en "lutte armée".

Tant que personne ne se penchera sur ce qui se passe dans la tête et dans la vie d'un parent délaissé dès lors que l'autre parent a décidé de fermer la porte de manière hermétique, la grande majorité des drames perdureront car le système oublie que l'amour se cultive au quotidien. Et ça, aucun juge ni aucun ministre de la Justice ne le mesure, pas plus que ne le fait le Droit. En cela, le système est coupable car il tranche froidement sur des données matérielles, alors qu'au fond il s'agit de ce qu'il y a de plus fondamentablement humain dans ces affaires.

Je suis papa de 3 enfants. Deux que je ne vois plus et avec qui je n'ai plus aucun contact très précisément pour ces raisons ci-dessus, et un dont j'ai obtenu la garde après 5 mois de disparition complète et qui s'épanouit à mes côtés depuis 6 ans. Cherchez l'erreur....

Philippe

Écrit par : Philippe SCHNABEL | 21/02/2013

@Denis

Sauf que … sauf que …

Vous voyez, il reste toujours quelque chose de la calomnie que les expressions des uns et des autres colportent de forums en forums. C'est ça la rumeur.

Prenez donc connaissance de ce texte,
http://www.les-artisans.org/chantier/chantier.pdf
Il a 20 ans mais il est toujours actuel.

Vous pouvez aussi écouter cette interview menée par Libération. Elles est du jour.
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/20/se-reconnaitre-comme-une-victime-c-est-beaucoup-plus-complique-pour-un-papa_883271?xtor=EPR-450206

Le monde des parents en colère, j’emploie le mot parent car il y a aussi des mères auxquelles on enlève leurs enfants, est un monde de souffrances et de violences.
La première des violences est celle qui « soustrait » (terme pudique utilisé par les juges) un enfant à l’un de ses parents et met ainsi le feu aux poudres.

A la violence de la mère et du juge qui enfonce le clou bien profond s’ajoute, et ce n’est pas la moindre, celle que vous vous infligez à vous même, car rien ne vous prépare à cela.

Ce vécu intolérable pousse parfois à rendre violence pour violence.

Il y a toujours eu et il y en aura encore des « papas grue ».

Mais tout ceci n’a rien à voir avec l’épouvantail masculiniste qu’agitent les profiteurs de la situation d’injustice généralisée qui règne dans la cour des jaf et jafettes.

Écrit par : Antoine Sereine | 21/02/2013

Conseille aux enfants, fuyez, barrez-vous de chez vous, vous êtes en grand danger.

Des parents qui ne peuvent plus ce voir en photo, c'est de la torture mentale...Parole.

Écrit par : fils tranché | 21/02/2013

@Gilles
Reconnaissez, Mr Gilles, que le « papa grue » a eu le mérite de provoquer une réunion avec les ministres de la famille et de la justice qui ouvrira, peut être, une nouvelle séquence d’écoute des associations de pères.
Vu la prestation récente de Mme Taubira, nous avons manifestemant affaire à une combattante féministe qui pousse au développement des enfants sans père, je reste sceptique sur sa qualité d’écoute et sur les chances d'une avancée en matière du droit des enfants et des pères.

A ma connaissance, la dernière personnalité politique a avoir apporté son écoute et agi positivement sur cette question est Ségolène Royal en 2001/2002 en introduisant dans le code civil deux possibilités nouvelles pour régler les conséquences des séparations familiales : la résidence alternée des enfants et le recours à la médiation ;

Mais elle n’est pas allé assez loin et ses successeurs n’ont rien fait.

Voir ce manifeste qui date de 2002 l’après Ségolène Royal :
http://www.les-artisans.org/chantier/manifeste.htm

Je ne partage pas votre avis sur les rôles respectifs de la loi et de la médiation, bien que la limitation des mandats des Jaf soit probablement une bonne solution.

Pour moi, la solution passe par l’amélioration de la loi, dans ses principes comme dans ses modalités d’application, car aujourd’hui:

1/ la médiation est un serpent de mer ; elle ne fonctionne nulle part lorsque l’un des parents refuse de jouer le jeu ; et certains avocats savent très bien envenimer des relations parentales de façon à rendre impensable une décision de médiation par un juge

2/ et la justice familiale ne fonctionne pas non plus comme justice, mais comme une police des mœurs livrée au bon vouloir des jafs tout puissant et de leurs cours d'experts.

La solution est que la loi intègre la notion de l’intérêt des familles de l’enfant.

Dans les conflits parentaux , les juges doivent juger dans l’intérêt des familles ; c’est un premier niveau que le droit doit absolument intégrer.

Il faut leur enlever la possibilité de juger seul, de l’intérêt de l’enfant, car c’est une arme meurtrière des familles ; en atmosphère conflictuelle, nombre de leurs décisions sont excessivement nuisibles aux enfants.

Depuis 30 ans les juges sont en échec sur les questions de l’intérêt de l’enfant et sur celui des familles ; quand au législateur, il joue les ponce pilate qui se garde bien de descendre dans l’arène.

Lorsque l’intérêt de l’enfant est en jeu, c’est à dire s’il devient impossible de régler un conflit dans le respect des deux familles de l’enfant, alors les décisions nécessaires doivent être prises par une collégialité associant parents et magistrats, un peu à l’image de la justice prud’hommale.

Alors la justice familiale méritera le nom de justice et deviendra respectable.

Écrit par : Antoine Sereine | 21/02/2013

Alors, pourquoi dites-vous "droit de visite élargi" pour plus de deux fois par mois ? Un père ne voit ses enfants que tous les quinze jours ? Et plus largement, c'est "élargi" ?
Vous êtes vraiment juriste.

Écrit par : Lèguevaque | 22/02/2013

@Misha :
Vous dites : "Il est étonnant de constater que tant de personnes confondent l'égalité avec l'indifférence et la symétrie parfaite."

Ce n'est pas étonnant, c'est dans l'esprit du temps. Et cette "confusion" que vous dénoncez sera, dans d'autres affaires, louée pour ses effets positifs. Par exemple, c'est grâce à cette confusion que le mariage homosexuel a été voté récemment.

On ne peut pas, dans certaines affaires, regretter cette idée, et vanter la même idée dans d'autres affaires.

Écrit par : Tortuga | 22/02/2013

"Oui, et alors ? Ces chiffres ne veulent rien dire, car les 76,8% des cas sont très majoritairement décidés par consensus des parents."
Quels sont vos chiffres, vos sources ?

"Nombre de demandes de résidence du père sont non sérieuses, présentées sans autre motif que de mettre la pression. "
Quels sont vos chiffres, vos sources ?

Ah non, les chiffres ne veulent rien dire, c'est vrai, les opinions partisanes sont plus sérieuses...

Écrit par : Rémy | 22/02/2013

On lit attentivement TOUT ce qui s'écrit ici, et on peut classer les interventions de manière manichéenne en deux catégories (à quelques exceptions près, qui confirment la règle) :

1- Ceux qui souffrent ou ont souffert de ce système bancale car on leur a imposé des décisions inadaptées à la situation humaine qu'ils vivent ou ont vécue. J'ai nommé les papas et les mamans qui ont vu leur statut"naturel" aliéné sans considération pour ce qu'ils ont de plus profond dans leurs tripes (A notre époque, les enfants sont, pour tous, ce qu'ils possèdent de plus cher au monde). Notre papa-grue en fait partie, quoiqu'on en dise.

2- Ceux dont le système est le gagne-pain bien juteux, à savoir :

a)
Les avocats, qui ont un intérêt incontestable à voir le conflit se créer puis s'envenimer, en se constituant ainsi une rente à bon compte sur la souffrance d'autrui. Quiconque, inexpérimenté et un peu naïf, va voir un avocat alors qu'il (elle) est en situation plus ou moins amiable se voit invariablement conseiller des mesures de rétorsion et de protection, puis d'engager des procédures dont on connait les effets dévastateurs sur n'importe quel arrangement amiable. Dès lors, toute séparation devient obligatoirement conflictuelle, avec les massacres de vies qui en découlent car le dialogue entre les parties est de facto rompu et seuls les avocats et les juges ont désormais le monopole sur le dialogue et la marche à suivre.

b)
Les JAF et consort, dont le but ultime n'est pas de trouver une solution acceptable pour les deux parties, mais de "boucler" les dossiers de manière juridiquement incontestable. Ils sont notés et promus sur la qualité du bouclage du dossier, et non pas sur la qualité "humaine" des décisions imposées aux justiciables (parents comme enfants). Il existe même des livres écrits sur le sujet, par des magistrats ayant quitté cette profession pour cette raison.

S'il faut encore étayer cette thèse, j'invite à comparer les modes opératoires des Juges pour Enfants avec ceux des JAF.

Les Juges pour Enfants sont formés pour prendre en compte le réel intérêt des enfants, et savent que cet intérêt passe en priorité (partout où cela est possible) par une intégration impartiale des deux parents dans le processus, en tentant de les raisonner et en leur offrant des terrains où chacun, père, mère et enfant, pourra encore avoir un espace de liberté pour être ACTEUR de son destin, de sa parentalité ou de sa filiation.

Les JAF sont formés au juridique pur et dur, sans prise en compte des dimensions humaines des parties. Comme le juridique pur et dur est un flou artistique en raison de l'impossibilité de prendre en compte la diversité et la complexité de CHAQUE cas, la décision sera TOUJOURS insatisfaisante et peu constructive de la sérénité.
Elément aggravant : Le caractère sexiste, et donc partial, d'une frange non négligeable de la population des JAFs constituée très majoritairement de femmes fait obligatoirement pencher la balance dans une direction anti-pères. Où est donc cette parité, cheval de bataille de tant de tribuns ? N'est-elle exigée que pour diminuer le nombre d'hommes aux postes de décision ou bien est elle vraiment une exigence d'équilibre comme elle nous est présentée ?
Est-ce le Cheval de Troie d'une future société matriarcale ou un principe simple et clair d'égalités de chances ?

Enfin : Il serait intéressant de comparer le nombre de décisions frappées d'appel dans les deux types de décisions (JAF vs Juge des Enfans), ce qui serait un bon indicateur pour appuyer cette théorie.

Mon propos :

- Messieurs et Mesdames les avocats : même s'il s'agit de votre gagne-pain, le bien-être de millions de parents et d'enfants peut passer par l'utilisation de vos talents à modérer les ardeurs belliqueuses de vos clients primo-demandeurs. Voyez donc s'il n'y aurait pas un moyen tout aussi lucratif par lequel vous seriez rémunéré à concilier plutôt qu'à opposer et exacerber dans la froideur du Droit et du Non-Droit.

- Mesdames (et Messieurs ???) les JAF : Voyez donc la douleur profonde et la tristesse immense de ceux que vous recevez dans vos bureaux. Comme vous avez une marge de manoeuvre très large eu égard aux textes, il est très souvent possible de prendre des décisions sans forcément commettre de dégâts collatéraux, en prenant en compte la dimension humaine de ceux dont vous allez réguler des années de vie à venir.

Et surtout, surtout, refusez ces témoignages et autres attestations (souvent mensongères, toujours partisanes) que vous ne lisez pas ou très peu, et qui pourtant détruisent à votre insu des pans entiers de tissus de relations familiales et amicales, quand elles ne génèrent pas la haine la plus animale. En effet, témoigner c'est prendre parti, et être quasiment certain que celui ou celle qui ne bénéficie pas de ces largesses sera à jamais fâché avec le rédacteur. A quoi bon si, comme nous le savons tous, ces témoignages ne sont jamais déterminants dans vos décisions. Vous épargnerez ainsi aux avocats la collecte ad libidum de ces immondices très majoritairement inutiles mais dévastateurs dans le tissu social des justiciables.

Écrit par : Philippe | 22/02/2013

,je viens vous relater les faits suivants Malgré une dizaine de plaintes pour violences avec itt ,menaces de mort attestées par témoins et implication manigancée dans affaires de stupéfiants tout est classé sans suite en 2000.2003 Je subis violences et tortures physiques morales de la part d'un repris de justice payé,par un époux trés fortuné et franc maçon et d'un avocat conseil SOS Papa et franc maçon .LA JUSTICE ne donne pas suite et je suis convoquée dans une brigade où un opj suite aux courriers au procureur de l'époque me dit que je ne peux accuser un avocat franc maçon ,que la garde de mes enfants allait m' etre retirée,il brandissait mon courrier retourné du procureur avec dessus un triangle .J'AI COMPRIS QUE J'ETAIS IMPUISSANTE. .Tous les papiers signés par mon époux'( pas pauvre) sont signés avec les 3 points quand ils sont destinés à la justice.voir pieces ci jointes.L'Amitié fraternité entre M et son client font que le client richissime voir ci joint se targue d'aide juridictionnelle .EN 2006 ,je subis malgré des preuves accablantes un divorce pour faute à la cour d'appel de montpellier.Je peux prouver l'escroquerie judiciaire. Cela se passe ainsi ,mon dossier prouve noir la cour dit blanc.et je perds. J'ai entendu des conversations entre M ,P et P Ça parlait de drogue ,de cassettes des gosses .JE les ai faites ecouter aux gendarmes....et tout ça c'est à Perpignan et Montpellier. SoS PAPA BERK BERK BERK pouvoir corrompu et maçonnique manipulant les péres .mon ip vous l'avez,la diffamation c'est quand vous voulez.3 points à la barre.Les dossiers nombreux et bien glauques originaux sont bien cachés.Des magistrats infiltrés intègres attendent à la cour d'appel de Montpellier...

Écrit par : marie66 | 28/02/2013

@ Tortuga,

@Misha :
Vous dites : "Il est étonnant de constater que tant de personnes confondent l'égalité avec l'indifférence et la symétrie parfaite." (misha)

Ce n'est pas étonnant, c'est dans l'esprit du temps. (...)
On ne peut pas, dans certaines affaires, regretter cette idée, et vanter la même idée dans d'autres affaires.
Écrit par : Tortuga | 22/02/2013


=> HA ! haha haha haha
C'est juste exactement ce que vous faites à propos d'un autre sujet (liberté de religion) sur lequel je n'ai jamais pu lire vos contradictions à mes contre-interrogatoires.
Vous êtes comique parfois...

Écrit par : Denis | 28/02/2013

Lors de perversion narcissique commise par des nymphomanes échangistes dévoreuses de sexes sans conscience. J’affirme que les hommes sont des proies faciles face à ces vampires. La pire des violences est silencieuse est destructrice et ces pathologies narcissiques permises par l’absence de moralité de fidélité de respect et d’amour vrai conduisent notre société au chaos.
Mon fils a deux enfants son épouse par ruse l’a dépossédée de sa maison louée et de ses biens mobiliers ses deux enfants sont en danger et confiés à cette mère diabolique ils sont âgés de cinq et trois ans. Lui à un emploi elle a rompu avant le divorce un CDI disant qu’elle perdait des avantages en travaillant.
La situation est Kafkaïenne il est ruiné financièrement elle gagne plus que lui sans travaillé elle passe ses temps libres avec ses amants et amantes les fesse en l’air elle est belle notre société qui condamne la victime et permet aux délinquants de triompher sur ce qui devrait reposer sur le respect d’autrui et l’intérêt général.

Écrit par : lefebvre | 07/03/2013

Paris - Des salariés de PSA-Aulnay investissent le siège de l'UIMM
Le Point.fr - Publié le 08/03/2013 à 14:24
Les manifestants protestent contre la fermeture de leur usine prévue l'année prochaine dans le cadre d'un vaste plan de restructuration annoncé en juillet 2012


Ils auraient du monter en haut d'une grue

Écrit par : gilles | 08/03/2013

Il reste sûr que ça marche bien ces dernière semaine, le coup de la victime innocente haute perchée!
Ceci dit, on a su que le papa perché nantais n'était pas un véritable innocent, tandis que les Des salariés de PSA-Aulnay, sont de réelles victimes d'un drôle de système...
Mais je ne sais pas si l'invasion du siège du patronat de l'industrie, sera efficace pour se faire entendre...
Sans devenir un réel facteur bloquant et sans emmerder le plus de gens possible, il est impossible en France de se faire entendre. A mon sens, il leur faudra inventer autre chose. Je crois aussi que maintenant sans violence*, ils ne seront pas écoutés, encore moins que le le papa perché... Qui à ma connaissance, en est toujours au même point!
(sûr qu'après ses propos douteux en descendant de sa grue, il était mal parti le gars, à tort ou à raison)
"La violence est le dernier refuge de l'incompétence" (Isaac Asimov) mais face à la violence sociale, que faire?

Écrit par : Thierry BRESSOL R/O | 08/03/2013

Que faire quand la justice pousse les victimes à la disette prive et condamne le père à vivre hors de chez lui en payant pension alimentaire loyer et charges. Et par-dessus tout cela les dettes contractées par l’épouse perverse et narcissique qui par subterfuges l’a mis à la rue et sur la paille. Quant une victime est ruinée privée ensuite de tout projet d’avenir et perd ensuite son emploi il ne lui reste plus que la violence pour exprimer sa colère face à l’iniquité de la justice humaine ou comme beaucoup de victimes le suicide en France plus de dix mille personnes mettent fin à leur vie mais on nous sensibilise avec les morts sur la route. Le suicide la violence et la criminalité comme le terrorisme trouvent leurs racines dans l’iniquité et la cupidité humaine nos maux viennent de nos mots. Tout repose sur le mensonge la manipulation et le menteur est un meurtrier

Écrit par : lefebvre | 09/03/2013

Bonjour, Maître,

je vois que vous avez trouvé le moyens d'obtenir un score élevé d'affaires gagnées.
Vous exprimez très clairement qu'il vous est plus facile de défendre les intérêts des femmes qui divorcent que ceux des pères.
Vous crapotez depuis longtemps dans ce bourbier qu'est la justice aux affaires familiales et vous vous êtes fait cette excellente, mais cynique, philosophie.
Si en plus vous pouvez avoir, en face, un père qui réclame l'application de ce qui lui semble juste, là c'est Byzance, grâce à l'art 700.
Je méprise votre absence de sens de justice, Monsieur l'avocat et je vous plains.
Sincèrement,
signé: un pékin de justiciable.

Écrit par : toute vérité est bonne à dire | 10/03/2013

C la distribution des prix ce soir ici!...
Moi, je m'interdis strictement d'écrire quelque chose, que je n'oserais pas dire "entre quatre yeux".
L'anonymat n'est généralement pas courageux. Tant pis si je me répète un peu trop.

Écrit par : Thierry BRESSOL R/O | 10/03/2013

Je relate les faits de l’iniquité humaine mon fils vampirisé par cette perverse narcissique , alors que le divorce n’est encore clos que seules des décisions iniques imposées concernant la garde des enfants et bien sur ces pensions alimentaires et revenu donné à cette mère qui prend les enfants en otage et ne les éduque pas.
Mon fils vient de rendre ce dimanche soir ses deux enfants âgés de cinq et trois ans, devinez qui a réceptionné les enfants un certain Raphaël elle a un nouveau pigeon qui comme mon fils sera vampirisé.
J’ai l’impression que cette triste affaire se terminera par un drame et les journaux diront un malade vient de tuer son amie ou épouse car le mariage est un placement sûr au taux de rendement important.
Ma belle fille congolaise a refusé de travaillé rompu un CDI et actuellement grâce à l’iniquité des avocats femmes et juges femmes elle gagne plus que son mari dépouillé de tous ses biens mobiliers et mis dehors de chez lui.
En tant que père de l’ancienne génération, celle des valeurs morales, je suis effondré
Notre société est à l’image de cette élite plus que corrompu il faut revenir aux vraies valeurs de vérité de respect de fidélité et d’amour.
En dépit des multiples adultères et de ce dernier témoignage où l’infidélité se traduit par l’apparition de l’un des amants alors que le divorce n’est pas clos, c’est encore cette manipulatrice est comédienne qui aura raison.
Il faudrait remplacer la journée de la femme par celle de la justice qui se place au dessus du sexisme. Aujourd’hui on oppose les sexes les catégories sociales les unes aux autres. Satan mène le bal !
Au secours venez-moi en aide ! Existe-t-il un mouvement fédérateur de conscience qui renversera le pouvoir de l’iniquité ?

Écrit par : lefebvre | 11/03/2013

Je reviens au divorce en cours de mon fils, deux décisions de justice, il est provisoirement condamné à verser à la mère infidèle à cette perverse narcissique qui n’éduque pas les enfants mais perturbe leur équilibre 400 euros pour elle. Elle a détourné les allocations familiales à son profit touche le chômage et autres prestations. Perçoit aussi la pension alimentaire versée par le mari aux deux enfants de 400 euros revue à la baisse de 40 euros. Car ce jugement qui ne prévoit pas la garde alternée mais complique à merveille la situation du père qui travaille dans un cabinet d’architecte et doit se rendre sur des chantiers :
C’est incroyable il a les enfants le premier troisième et cinquième Week End du mois et pour lui faciliter la gestion de son agenda professionnel il doit prendre les enfants les mardis soirs au jeudi matin les deux et quatrième semaines du mois. Elle est belle notre justice ! C’est du n’importe quoi
Lors du premier jet du juge condamnant le père victime des subterfuges de son épouse celle-ci avant que la décision de justice soit signée fut avertie des conclusions du juge et changea les barillets des portes de la maison louée et financée par le père mis à la porte de chez lui.
Le deuxième jugement provisoire est pire que le premier.
Il majore les revenus du mari sans tenir compte de ses charges, et minore les revenus de l’épouse indélicate et irrespectueuse de ses engagements et obligations dues au contrat du mariage : le code civil dit : les époux se doivent fidélité respect et assistance mutuelle ce code serait-il caduque en cette société libertine sans repères moraux !
Un peu de logique messieurs les juges avocats : Un citoyen qui réclame ses droits à la retraite doit justifier qu’il a rempli ses obligations de devoirs en accomplissant tant d’annuités de travail. Pour le mariage ces obligations seraient elles aussi sans effets. J’ai toujours cru que tout était basé sur la réciprocité des droits et devoirs. Si les devoirs disparaissent les caisses se vident et les droits disparaîtront le jour où les victimes trop chargées crouleront sous le poids des charges
En effet non seulement ses revenus sont minorés mais on tient compte de ses frais et charges. Avant que ne fut lancé la procédure de divorce début novembre celle-ci qui ne devait pas encore avoir opté pour la nationalité française a dérobé le livret de famille. Mon fils inquiet a alerté la justice au cas qu’elle quitterait la France en emmenant au Congo les enfants. La justice n’a pas retenue cette interdiction de quitter le sol Français sans la signature du père. Mon épouse et moi-même sommes atterrés terrassés par cette justice aveugle. J’ai personnellement en engageant ma seule responsabilité alerté les autorités celles du sommet de l’Etat. Pas de réponse je suis certainement un étranger sur le sol français en cette France qui perd son âme !

Écrit par : lefebvre | 11/03/2013

En conclusion je crois encore en l’équité et impartialité des juges ; les juges sont des hommes faillibles et doivent plonger dans l’inconscient humain pour appréhender le subconscient reflet de la personnalité humaine marquée par la mémoire du vécu. En aucun cas le juge ne doit se laisser attendrir par le manipulateur comédien de haut niveau. C’est vrai j’y pense ma belle fille était venue en France pour faire des études des arts du spectacle et de la communication en ce domaine elle excelle
Dans le cas de perversion narcissique la justice ne devrait elle pas imposer des analyses psychiatriques faites par des gens ayant le sens de l’honneur des valeurs morales agissant pour l’intérêt des enfants et de l’époux ou épouse victime du harceleur moral forme de violence qui est plus dévastatrice que la violence physique qui s’en prend au corps des victimes. Cette cruauté morale détruit l’âme l’esprit et par conséquence indirecte nos corps de chair. Car dans ce drame tout la famille est vampirisée et détruite

Écrit par : lefebvre | 11/03/2013

En conclusion je crois encore en l’équité et impartialité des juges ; les juges sont des hommes faillibles et doivent plonger dans l’inconscient humain pour appréhender le subconscient reflet de la personnalité humaine marquée par la mémoire du vécu. En aucun cas le juge ne doit se laisser attendrir par le manipulateur comédien de haut niveau. C’est vrai j’y pense ma belle fille était venue en France pour faire des études des arts du spectacle et de la communication en ce domaine elle excelle
Dans le cas de perversion narcissique la justice ne devrait elle pas imposer des analyses psychiatriques faites par des gens ayant le sens de l’honneur des valeurs morales agissant pour l’intérêt des enfants et de l’époux ou épouse victime du harceleur moral forme de violence qui est plus dévastatrice que la violence physique qui s’en prend au corps des victimes. Cette cruauté morale détruit l’âme l’esprit et par conséquence indirecte nos corps de chair. Car dans ce drame tout la famille est vampirisée et détruite

Écrit par : lefebvre | 11/03/2013

Toute vérité doit être dite car le menteur est pire qu’un voleur c’est un meurtrier voleur d’âme
Aujourd’hui les valeurs s’inversent le bien est considéré comme mal et le mal comme un bien. .Cela ne peut durer la civilisation attire sur elle les malédictions.
Le mensonge est comme une braise laissée sur le sol desséché d’une forêt le vent se lève attise le feu et la forêt s’enflamme. ; Celle-ci renaîtra de ses cendres les arbres repousseront et seront protégés par de bons gardes forestiers.
Bravo au Pékin qui dénonce la justice personnellement je risque d’être traîné en justice pour avoir dénoncé l’iniquité j’ai soixante dix ans et suis victime d’une radiothérapie d’un cancer de la prostate. Si les juges me mettent en prison ils abrégeront mes jours je n’ai pas peur de la justice des hommes mais du juge qui jugera nos âmes car le corps n’est rien par rapport à l’esprit ! Par rapport à notre éternité !

Écrit par : lefebvre | 11/03/2013

J'avoue… j'ai décroché de la lecture des coms au moment où j'ai vu un afflut de comm masculinistes, nombrilistes et/ou homophobo-racistes… Bref, anti-égalité pour touTEs (moi je…, moi mon histoire…, moi JE connais untelE et blablabla etc … )

A-t-il été question de la Proposition de Loi n°309 (contenant le SAP/AP, qu'ILS veulent imposer dans les Codes) ??? Celle déposée le 24 octobre 2012 et qui est LE VRAI RÉEL motif caché de cette opération des "pov'papas grutesques"… organisée depuis octobre donc ! (j'ai les preuves, nous avons les copies d'écrans et de conversations)

C'est là que réside l'offensive du lobby masculiniste pervers ET narcissique ! il motive puis sacrifie un ou deux pères pas très clairs… mais c'est bon, c'est LA guerre ; la fin justifie les moyens !
Le buzz médiatique a eu lieu, il en restera FORCÉMENT quelque chose... les POLITIQUES, Ayrault en tête a ORDONNÉ à SES ministres (femmes) de recevoir ces "pov' papaS" en détresse (SOS PAPAS en tête), EN URGENCE !!!
Les "femelles" (c'est le petit nom qu'ils donnent aux femmes outre celui de "bonne-femmes") se sont exécutées avant même la descente de LA grue jaune Nantaise (Ville de Ayrault, hasard ? mais OUI bien sûr : ON y croit …!)
ILS ont LE POUVOIR et si rien n'est fait pour dénoncer ce lobby et bien les femmes et les enfants continueront de subir violences et incestes intafamiliaux en TOUTE IMPUNITÉ !!!

Le couillon perché-grutesque est donc descendu et par ses paroles a ruiné le bénéfice de l'action !? ... pas tant que ça : le buzz continu !!! Gagné !!!

Sauf que nous sommes un certain nombre (voir un nombre certain) à veiller ;-)
Et à avoir vu, suivi, étudié puis démasqué leur stratégie de MANIPULATION et d'ENFUMAGE politico-médiatique :-D … Bah ouais, "on" est pas (que) des "cruches" !

Nous donnerez-vous votre lecture de cette Proposition de Loi N°309 et du SAP/AP-PAPAS à l'envers ;-) ?

Bien à vous

Écrit par : Coquelicot Deschamps | 30/03/2013

Par ailleurs, que pensez-vous des articles 434-16 et 434-25 du CP ?
Pourraient-ils, à votre avis qui ne reste que le vôtre, être opposables à ces assoc et ces personnes qui véhiculent de façon lobbyiste, une suspicion et un discrédit allant crescendo sur l'Institution Républicaine de "La Justice" et particulièrement, TOUTES ces "JAF femmes ET féministes ANTI-PÈRES" ?

Merci d'avance de vôtre réponse

Écrit par : Coquelicot Deschamps | 30/03/2013

Voilà donc, en ce printemps qui ne veut pas venir, que bourgeonne un Coquelicot pervers au passage d'un père vert (de rage). Un seul coquelicot. Pas beau. Tout seul. Et tellement triste....

Qui es-tu donc, bourrique bucolique, pour ramener ta fraise avant la saison, au mitan Deschamps ?

Tu t'es faite chatouiller un peu trop fort les racines pendant l'hiver, pour prétendre la ramener, juchée sur ton talus, avec des mots tels que "GUERRE" et "COUILLON" face à des redites ridicules ??? Ou bien est-ce ton pollen naissant qui te fait éternuer de tels immondices ?

Bien sûr que tu as eu ta part de malheur ! Bien sûr qu'on voit bien que tu as dû subir du pas-facile. Et on serait même prêt à défendre ta cause si tu n'étais pas exactement la "cruche" dont tu parles, qui tant va-t-à-l'eau qu'enfin elle se brise, avec ton discours agressif et revanchard.

Le seul déni de la possible souffrance des pères te déshonnore. Coquelicot au tronc unique, tu ne vois que toi et cette illusion de pouvoir que te donne cette tribune. Mais tu ne fleuriras pas longtemps, et ça, ça arrange finalement tout le monde.

Faut-il que des millions d'hommes subissent le châtiment de celui que tu n'as pas su punir comme il faut ?

Prends tes ovaires sous le bras, Walkirie de pacotille, et cours, cours, cours vers des contrées peuplées d'Amazones où tu auras le sentiment de faire régner ton hystérie avec ton flacon de semence à usage privé que tu regardes en espérant qu'elle ne te donnera pas un garçon.

Allez hop ! Un p'tit coup de débroussailleuse, et tchao la mauvaise herbe !

Signé : Un grutier pro, qui en a levé de plus relous que celle-là !

PS : Messieurs, fourbissez vos armes, la bêtise et son cortège de violence gratte à la porte ! Et pas de coup de semonce ! Le coup de pied au cul direct. Faudrait pas que ça dure, cette sottise aux relents de pavot !

.

Écrit par : Grutier pervers | 30/03/2013

La famille biologique va être laminée par le mariage pour tous. La GPA et PMA seront les moyens de procréation de l’empire du mal. Certains lobbies opèrent dans les sphères des pouvoirs, s’adonnent aux rituels sataniques et adorent le veau d’or. Bon Dieu ! Dieu, a créé l’homme et la femme à son image l’enfant est le fruit de l’Amour d’un père et d’une mère ne formant qu’une même chair a partir des liens sacrés du mariage. Pourquoi créer les conflits racistes sexistes idéologiques et religieux. A qui profite les crimes de la division perpétués par ces loups déguisés en agneaux qui mentent et manipulent les opinions pour dévorer les peuples ? Depuis la dernière guerre mondiale les guerres et conflits n’ont cessé de spolier les peuples de leurs richesses des millions de victimes sont sacrifiées à l’autel des profits et le sang des innocents souille la terre. Il faudra trouver un jour un préservatif pour stopper le SIDA des esprits. Car un jour c’est l’humanité entière qui rendra l’homme et quittera nos corps pourris par le vice et la méchanceté. Dieu est Amour. Le mal progresse et nous le laissons faire ; mais si sa progression se fait à la vitesse d’un feu de forêt attisé par le vent de la folie humaine, c’est parce que Dieu s’absente de nos cœurs pour laisser place au serpent qui agit en notre chair et nous détruit par les addictions à celles-ci. Ce monde ne peut accéder au bonheur à la paix sans respecter ses vertus de l’amour de la fidélité. Il y a plus de 2000 ans. Deux préceptes furent donner à l’humanité pour réaliser le royaume des cieux sur terre « tu aimeras ton Dieu (donc le créateur par conséquent la création) de toutes tes forces ton âme et ta volonté et tu aimeras ton prochain comme toi-même » toutes les lois sont contenues en deux commandements si on aime on ne ment pas on ne vol pas on ne viole pas.
Pourquoi cette terre devient elle un enfer, je vous en ai donné mes explications à chacun de juger en son âme et conscience
La France perd ses repères moraux et devient le terreau des pervers narcissiques.
Il va falloir que notre justice ne juge pas le paraître mais l’être au plus profond de son âme.que faire face au menteur manipulateur .a ce vampire qui détruit tout autour de lui ?
Notre famille a été dupé pendant six années elle est anéantie ! Mes propos sont sous ma responsabilité. C’est certain les réformes de ce gouvernement vont fertiliser ce terrain narcissique le bon grain sera étouffé par l’ivraie et notre société gangrenée ne survivra pas à l’immoralité la corruption

Écrit par : lefebvre | 31/03/2013

Je suis fatigué par mes luttes contre ces moulins à vent qui tournent au gré des vents trompeurs et mensongers.
le monde ouvre la boîte de Pandore de l'insconscient collectif il a vendu son âme au diable et la science n'a plus de conscience. tout ceci à cause de la machine infernale qui impose sa pensée unique et clone nos esprits à celle ci.
je vous salue tous fraternellement et vous dit adieu!

Écrit par : lefebvre | 31/03/2013

Bon alors, laissons aboyer les chiens et restons à l'essentiel.

C'est une vraie question que celle concernant les articles 434-16 et 434-25 du Code Pénal... Sont-ils applicables en la matière (Plusieurs jusristes le pensent) ?

Et puis je souhaiterais vraiment avoir votre avis, Gilles, sur cette Proposition de Loi n°309 qui est le vrai motif de ce lobbying masculiniste actuel

Bien à vous

Écrit par : Coquelicot Deschamps | 31/03/2013

@ la fleur à pavot :

L'essentiel ?

Nous sommes quelques uns qui pensons que tu devrais te casser de cette causerie. Voilà l'essentiel. C'est mieux, si on te le présente comme ça ?

Les "chiens" ne cesseront pas d'aboyer, comme les "chiennes" ne cesseront de "garder".

Tes "vraies questions" de semi-pro-qui-se-la-pète, tout le monde s'assoit dessus. Il n'y que les oisives de ton genre (souvent grâce aux pensions alimentaires !) qui ont le temps d'aller consulter tes articles. Résultat : Un bide complet.

Personne ne s'intéresse à ce qu'il y a sous le capot. Ce que tout le monde veut, c'est que la machine fonctionne. Mais avec des rouages grippés dans ton genre, les mécanos vont avoir du mal...

Est-ce plus clair pour toi comme ça ?

Allez : Ouste !

Écrit par : Grutier pervers | 01/04/2013

bonjour,
je compte faire mon mémoire sur ce sujet, quels livres socio pourriez vous me conseiller?
merci

Écrit par : malaw | 15/04/2013

Bonjour,
J'ai trouvé ça marrant et encore plus pénible pour l'enfant. Pas très bonne exemple celui là.

Écrit par : tarif mutuelle | 17/04/2013

http://www.scienceshumaines.com/des-papas-leses_fr_30644.html

La conclusion ci-dessous est un peu abrupte, mais c'est pas faux !!
La totalité de l'article est instructive et apaisante concernant ce "ramdam" médiatique

"Là où [les papas maltraités] revendiquent un droit inconditionnel à l’enfant, les féministes leur rappellent que ce droit ne peut que dépendre de leur investissement effectif dans l’éducation des enfants au moment où le couple est encore uni. Or on sait combien l’entretien des enfants au quotidien et la prise de congés parentaux incombent encore largement aux mères.

Peut-être donc, avant de grimper aux grues, ces papas feraient-ils mieux de donner un petit coup de main à la maison ? "

Écrit par : Denis | 19/05/2013

Seul un avocrassier peut pondre un tel tissus de mensonges : je vous invite à faire un tour en jugerie bretonne, terre de femellisme et de pègre :

http://mafiarennaise.blogspot.fr/

Outreau ?

Ouh... trop...

Écrit par : LE HUEC | 26/06/2013

Ce que personne ne précise et surtout pas l'auteur de cet article est que ce père a pris un congé parental de 3 ans pour élever son fils et que suite a la séparation, la justice a confier la résidence de l'enfant a la mère. Les "violences" allégués n'ont pas été dirigés a l'encontre de la mère mais a l'encontre du grand père maternel qui faisait obstacle aux relations père/enfant.
Renseignez vous un peu mieux avant d'afficher un tel parti pris sexiste.
Signé: un père privé de ses trois enfants successifs avant leurs 4 ans, sans aucunes nouvelles, sans aucune violence.

Écrit par : laurent | 21/09/2013

Ce que personne ne précise et surtout pas l'auteur de cet article est que ce père a pris un congé parental de 3 ans pour élever son fils et que suite a la séparation, la justice a confier la résidence de l'enfant a la mère. Les "violences" allégués n'ont pas été dirigés a l'encontre de la mère mais a l'encontre du grand père maternel qui faisait obstacle aux relations père/enfant.
Renseignez vous un peu mieux avant d'afficher un tel parti pris sexiste.
Signé: un père privé de ses trois enfants successifs avant leurs 4 ans, sans aucunes nouvelles, sans aucune violence.

Écrit par : laurent | 21/09/2013

Merci maître pour cette petite mise au point.

J'ajouterais que dans 80% des divorces de couples avec enfants, les pères NE demandent PAS la garde de leur enfant...

Alors, forcément, l'enfant va vivre avec la mère (sans qu'elle ait besoin de le demander, et je dirais même plus: sans qu'elle le souhaite nécessairement! Mais c'est tellement tabou qu'aucune mère au monde n'osera déclarer ouvertement: "je préfèrerais me contenter d'un week-end sur deux et de la moitié des vacances, madame/monsieur le juge! Ca me permettra au moins d'avoir une vie sociale, une chance de retrouver un compagnon et ça me coûtera moins cher!" Vous n'entendrez jamais ça. Pas avant des siècles...)

Et dans les quelques cas où il y a conflit sur la garde de l'enfant (moins de 20% donc) on peut supposer que le fait que la mère ait mis sa carrière entre parenthèses, ou se soit davantage occupée de l'enfant en bas âge, a un impact sur les prises de décisions des juges.

Et tant mieux! Il serait particulièrement injuste d'imposer socialement aux mères de prendre en charge les tâches pénibles de l'éducation (notamment celles qui se passent avant 6 ans, où la mère est la bonniche de ses enfants), puis, en cas de séparation et de conflit, de privilégier le père. (c'est ce qui se passe dans un paquet de pays musulmans, où les enfants sont réputés "appartenir" aux pères).
En France, c'est encore majoritairement "maman" qui se charge du plus lourd en matière d'éducation des petits enfants.

Alors, rassurez-vous, quand une majorité de pères se consacrera autant aux basses tâches éducatives du début (nourrir, laver, torcher, porter, soigner, bercer, linger, etc.) que les mères, lorsque, comme les mères, ils sacrifieront leur carrière, leurs loisirs, leurs nuits, leur vie sociale, pour s'occuper des tout petits, les choses évolueront naturellement et les juges ne pourront plus être soupçonnés de faire du favoritisme "sexiste" (et seront bien emmerdés!)

Allez les papas, à vos congés parentaux! A vos biberons! A vos couches! etc. etc. etc.

Écrit par : shemssousabah | 22/09/2013

Si "seulement" 20% des pères demandent la résidence alternée, pour quoi la leurs refuser systématiquement ?
Ces pères, qui demandent la RA et dont je fait partis, s'occupent en général de leur enfant avant la séparation.
Pour ma part, puisque c'est le dossier que je connais le mieux, je me suis entièrement occupée de notre fille a contrario de la mère, dont c'était le premier enfant, et qui avait peur.
Ayant cessé de travailler avant la naissance alors que pour madame, fonctionnaire, c'était hors de question, je n'imposais a madame que de s'occuper du bain. Je me levais la nuit pour les biberons, je la changeais, etc.
Plus tard, je la levais, l'habillais, la nourrissais et l'emmenais chez la nounou le matin puis retournais la chercher en fin d'après midi et recommençais puisque madame "travaillait.
Aucune vie sociale, aucuns ami, plus de carrière professionnelle, rien d'autre que ma fille.
Et pourtant, après la séparation, madame a eu sans problème la résidence et moi, un classique week-end sur deux et moitié de vacances, avant qu'elle ne fuit a 800km.
Aujourd'hui, notre fille est élevée par son grand père de 65 ans, sa concubine et ses tantes, madame travaillant la semaine et "refaisant sa vie" comme vous dites si bien , le week-end et les vacances.
Vos affirmations, si elle étaient encore fondées il y a quelques années, sont totalement fausses aujourd'hui. Les pères apprennent de plus en plus a jouer pleinement leur rôles auprès de leurs enfantsd et dans la vie en général au détriment de l'image de patriarche qu'il n'ont plus, de leur carrière pro et de leur vie en général.
Suite a cela, j'ai vécu seul pendant longtemps et je faisait mon ménage, ma vaisselle et toutes les taches ménagères sans problèmes comme je le faisait en couple.
Et d'ailleurs, je ne suis pas loin de penser que c'est justement cela qui provoqua en partie la rupture, madame ayant toujours été attiré par les "vrais mecs" style "bad boy", image a laquelle je ne correspondais plus.
Assurément, si j'ai un autre enfant, ce que je ne souhaite pas, je ne m'en occuperais plus du tout car, s'occuper d'un enfant, s'y attacher et le voir disparaître de sa vie malgrè cela est insupportable. Je deviendrais un bon gros naze de macho qui n'en a rien a faire des gosses et des femmes. Cela provoque moins de souffrance lorsque ces dames décident de changer de "partenaires".

Écrit par : laurent | 22/09/2013

Bravo Laurent pour avoir résumé en quelques lignes ce qui se cache derrière les discours entendus et la langue de bois de tous ceux qui se réfugient derrière des statistiques débiles pour donner raison à l'un ou l'autre des camps. (Etant entendu que ces "camps" n'existent que du fait de la stigmatisation d'un combat générique hommes vs femmes).

La souffrance indescriptible d'un parent, quel qu'il soit, est directement proportionnelle à l'investissement personnel fourni auprès de l'enfant dès lors que le "système pourri et autiste" tranche en faveur de l'autre parent.

A ce jeu, les pères sont très majoritairement jetés aux chiens, car la vision souvent rétrograde des juges porte en elle les principes anciens lorsque les pères ne s'occupaient pas intimement des enfants.

En bref, celles et ceux qui décident de nos vies basent leurs décisions sur des notions subjectives, ne tiennent pas compte du caractère assassin d'une rupture avec son degré d'affect selon la régularité des soins et les investissements portés, et trop souvent prennent une décision basée sur un ressenti personnel. De fait, les JAF étant majoritairement des femmes, elles-mêmes souvent frustrées par des conflits de couples dans leur vie privée, vont reporter leur propre affect sur des décisions de justice.
Je parle là de l'imprégnation, celle qui régit la vie de TOUS les êtres vivants. Cette imprégnation est systématique, et s'établit automatiquement avec le parent prodiguant les soins les plus intimes et assurant la présence la plus effective. De fait, séparer un parent "impliqué et imprégné" de son enfant lui aussi tout aussi imprégné est un acte d'une cruauté extrême dont peu de gens se relèvent. Et personne ne peut affirmer que de telles décisions sont prises "dans l'intérêt majeur de l'enfant". Cette notion n'est qu'un prétexte car elle ne se base que sur des notions subjectives, tant que le degré d'imprégnation n' pas été déterminé. En cela, les juges et tous les supporters des notions sexistes sont dans l'erreur la plus totale.

Je rejoins également Laurent sur l'autre thème, celui du "macho" : Les femmes nous veulent toutes aux fourneaux, à la vaisselle, à la serpillière, aux couches et aux biberons.
Or, quand un homme se montre dans une telle situation, il présente une image avilie dans l'inconscient de sa compagne. Son conscient le veut ainsi car c'est "à la mode" et surtout, ça l'arrange. Mais son inconscient lui dégrade la vision de son compagnon, de telle sorte qu'elle finit par le mépriser car il n'apporte plus l'image du mâle sécurisant inscrit dans la mémoire ancestrale.
Exemple plus emblématique : Ne dit-on pas que les maris violents sont moins souvent quittés, à contrario de ceux qui se montrent doux et "égalitaires" ?
Quitter et fustiger un mari "gentil" est forcément plus facile, et on en abuse même pour des motifs des plus futiles aux relents d'égoïsme prononcé.

Personnellement, et à l'instar de Laurent, j'ai tiré un trait sur tout ce qui ressemble à une notion de couple, encore plus sur l'idée d'avoir d'autres enfants.

On a fabriqué une génération d'hommes encore plus égoïstes, qui n'ont plus du tout confiance, car l'arbitre en cas de désaccord ne prend pas en compte des notions fondamentales et décide avec son propre ressenti, à géométrie variable selon qu'il soit homme ou femme.

Il n'y a pas de solution avec le système en place, Laurent. Alors : SAUVE QUI PEUT !

Philippe

Écrit par : Philippe | 22/09/2013

Oui Messieurs ! Mais lors d'une séparation, tout le monde souffre : les parents, les enfants, les proches...

Ce n'est jamais simple et il faut bien sûr tenter de trouver la meilleure formule, notamment pour les enfants.

Parfois la garde alternée est possible, d'autre fois non (et dans la majorité des cas, les pères ne la souhaitent pas).

Écrit par : Denis | 22/09/2013

Philippe
je ne sais pas de quelle aide peut vous étre tout ce charabia pseudo psychologique sur "l'imprégnation" théorie concernant les animaux mais pas les humains, la mémoire ancestrale,sans parler des juges frustrées.Qu'un parent aimant souffre d'étre séparé de son enfant quoi de plus normal? Les enfants souffrent aussi de cette séparation surtout d'avec leur pére dont le boulot principal est de séparer l'enfant de sa mère ,j'entends par là intervenir comme tiers dans la relation mére enfant lui permettant d'advenir comme sujet autonome.

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

A cette Monique qui n'est visiblement pas imprégnée du recul nécessaire à toute analyse, trop prompte à l'insulte (cf "charabia pseudo psychologique"), anti-darwinienne et hermétique aux notions fondamentales, je dirais simplement que les humains font partie du règne animal, et qu'ils ne sont qu'une variante de la faune peuplant cette planète, parmi d'innombrables autres. (Mon curé va encore m'engueuler, je le sens... )

L'humanité a ses propriétés exclusives (notamment cognitives) qui se sont développées au fil du temps et qui lui ont permis de dominer (actuellement) la planète, à l'instar des longs cous des girafes qui leur permettent d'attraper les plus hautes feuilles en cas de disette.

A cette Monique prétentieuse-là, qui voudrait déifier en l'effaçant son statut d'animal (même supérieur), je dirais simplement : "Retourne un peu à l'école, ma chérie". Là où on te dira aussi : "Deux qui la tiennent...."

Pour ma part, je file faire "mon boulot" en m'empressant de séparer "l'enfant de sa mère". (A savoir que j'élève tout seul et avec bonheur un petit garçon de 8 ans 1/2 et ceci depuis qu'il avait 16 mois. Alors, les leçons, hein...)

Plus généralement : Ceux qui génèrent ces séparations sont les seuls responsables des situations inextricables dans lesquelles cela les entrainent. Ce qui est très, très, très dommage, c'est que celles ou ceux qui ont favorisé leur propre vie pour créer cette gabegie se voient trop souvent confiés les enfants. Ils (ou surtout elles) bénéficient ainsi du beurre et de l'argent du beurre. Le vrai coupable est rarement sanctionné, et c'est là tout le malheur.

Écrit par : Philippe | 22/09/2013

Cette Monique ne remet en cause que votre prose et a fait cinq ans d'études aprés le bac +une thèse pour s'autoriser à juger un baratin pseudo scientifique.Ce qui nous sépare de l'animal c'est le langage et c'est une séparation radicale.Et pour niquer comme le suggérent élégamment vos points de suspension encore faudrait il en étre capable :ce dont je doute vous concernant

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

comme je vois que les femmes ne vous conviennent pas peut étre serait il sage d'aller chercher votre bonheur du coté des hommes?

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

Et toc ! Dans le mille !

C'est vrai que mes enfants, ce sont des bébés-éprouvette !!!!

Il faut vraiment avoir fait bac + 5 pour s'en rendre compte, et savoir jouer la facilité de femelle de base vexée avec le mot qui tue : impuissant !
Trop minable, comme attaque, pour étayer plus avant la réponse. Sorry.

Je serais apparu tout aussi vulgaire et stupide si je l'avais qualifiée de "mal baisée". Mouhahahahaaa ! :-D

Alors, plus "scientifiquement", comme notre Monique se vante d'avoir fait des études, elle nous expliquera comment elle réduit ce que j'ai appelé "facultés cognitives" en "langage", et elle nous expliquera en quoi une partie du contenu peut désigner le contenant.

Pour la seconde partie de sa réponse (on dirait qu'elle est en train de se gâcher son dimanche...) :

Mon bonheur n'est pas non plus du côté "mariage pour tous".

Mais ma solution finale est de me servir sans courir de risques de ce que la gent féminine peut m'apporter, sans plus me préoccuper de ses états d'âme, de sa géométrie variable, de son infidélité, de ses mensonges et de sa vraie violence, insidieuse, celle que lui confère sa suprématie dans le système qui la favorise dans tous les domaines. A commencer par la propension, comme ici, à devenir rapidement très agressive et vulgaire quand on ne lui donne pas raison. Allons, ma chère, un peu de maîtrise et vous saurez utiliser le "langage" à d'autres fins qu'à uniquement satisfaire un ego démesuré.

Ciao ma chérie

Écrit par : Philippe | 22/09/2013

VOUS m'avez suggéré que je retourne à l'école je vous ai répondu que j 'y étais déjà allé , merci
VOUS avez utilisé l'expression "deux qui la tiennent .." que j'ai complétée en votre défaveur certes, mais je ne suis pas sure d'avoir complètement tort
VOUS avez prétendu que j'étais anti darwinienne montrant par là une méconnaissance et du darwinisme et de notions élémentaires sur la psyché humaine
Si vous étes infoutu de comprendre la différence entre langage et facultés cognitives je vous conseille de prendre des cours par correspondance
La haine des femmes que vous exprimez dans votre dernier chapitre montre exactement la validité de ce que j'ai avancé :si vous n'aimez pas les femmes, essayez donc les hommes
ne vous inquietez pas pour mon dimanche il est bien rempli par une activité trés féminine :je fais des confitures

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

Hey : faut pas pousser mamy monique dans la marmite à confiture, hein

Écrit par : Denis | 22/09/2013

Sûr !!!!

Le clavier de mamy Monique doit être tout gluant et collant, du coup...

:-D

Écrit par : Philippe | 22/09/2013

@Denis
Vir bonus dicendi peritus ne perd rien pour attendre!!!!

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

Non mon cher Philippe mon clavier ne ressemble pas à vos draps

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

ça veut dire que je n'aurai pas droit à un pot de confiture ???

Écrit par : Denis | 22/09/2013

mais si, faudra t 'il y joindre le mode d'emploi?

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

Avoir soi-disant fait bac + 5 + une thèse, et en être restée en-dessous de la ceinture façon pipi-caca de préau d'école primaire, on s'étonne un peu...

A ce niveau, nous aurions espéré un peu de qualité, un chouia moins de vulgarité et surtout plus de finesse... Dommage. On s'amusera un autre fois, il y a forcément mieux sur le marché.

Pardonnons-lui ses excès de langage (comme c'est tout ce qui LA différencie de l'animal, selon ses théories) : elle doit être très malheureuse, incomprise, rejetée, alors il faut bien que ça sorte, d'une manière ou d'une autre.

En tous cas, dans notre cas, il en faudra bien plus que deux qui la tiennent, car c'est à première vue une grande gourmande ! (pas que rapport à la confiture, hein...)

Suivez SON regard !

Écrit par : Philippe | 22/09/2013

Cette réponse ne refléte en rien ce que j'ai écrit , je n'ai employé aucun mot vulgaire ,quant à faire votre marché ,je ne doute pas qu'il vous faille payer votre défoulement ; suivez mon conseil , essayez les bars gays mais je ne suis méme pas sure qu'ils voudront de votre clientèle,les homosexuels ne supportent pas plus la bétise que les autres

Écrit par : monique gasc | 22/09/2013

"Ces chiffres ne veulent rien dire, car les 76,8% des cas sont très majoritairement décidés par consensus des parents. "

Pourquoi citez-vous des chiffres précis sauf pour celui-ci? Le chiffre qui serait interressant, c'est: quand le père demande la garde alternée, combien de fois l'obtient-il? Mais ce chiffre-là on ne le donne pas.

Autre chiffre: combien de père voudraient la résidence alternée, mais renoncent à la demander sous les mencaces de la partie adverse?

Globalement, votre article est d'une mauvaise foi consternante, à l'heure où on se bat pour l'égalité des droits, vous êtes porteur de la vieille idéologie féministe qui suppose que les hommes sont boureaux et les femmes victimes.

Écrit par : Mic | 25/09/2013

Cet article est intellectuellement une honte. Comment tirer parti d'un contre-exemple pour conclure à de fausses généralités. Si je m'efforçais de vouloir en faire autant je n'y arriverai même pas!

Quand comprendrons nous qu'il est nécessaire d'être juste et sans préjugés et que l'on doit dans toutes décisions d'affaires familiales penser aux intérêts des enfants? Défendre ce qui est juste, ôter toute partialité.

Je suis persuadé que les hommes sont défavorisés dans les procédures de divorce en général. Tout ceci étant issu d'une frustration vielle de plusieurs millénaires que l'on fait payer aux hommes de la même manière que lorsqu'on demande aux français de bien vouloir s'excuser pour le colonialisme français. Non mais franchement, revenons sur terre et tentons de nous aimer les uns et les autres!

Écrit par : SEB | 11/11/2013

Merci pour votre article! Il touche mon cœur profondément parce que je suis récemment allé à travers quelque chose similar.About il ya 3 ans, mon mari et moi 2 de nos enfants est parti pour trois années. Au cours de cette année de notre séparation J'étais tellement cassé, donc je suis finalement allé à un de mes amis qui m'a dirigé vers un lanceur de sorts Dr Oduduwa puis je me suis senti la paix et sentait l'amour à nouveau ensemble. Après le lancement du sort, mon ex-mari avait alors m'a offert un emploi à venir travailler à sa sa compagnie. si j'obéis et je suis allé. Après avoir travaillé ensemble en 1 semaine nous avions de se rapprocher et à partir de rencontres et de traîner en famille avec les enfants à nouveau, le Dr Oduduwa a restauré notre mariage dans une manière que je n'ai jamais attendu, mais je suis vraiment reconnaissant!

Contactez Dr Oduduwa aujourd'hui: dr.oduduwasamuelhightemple@gmail.com

Anna Anderson.

Écrit par : Anna Anderson | 04/12/2013

bonjour mon nom chaque corps est Jennifer Wayne Je veux juste partager mon expérience avec le monde sur la façon dont le Dr Ola m'aider , j'ai eu mon amour en arrière et sauvé mon mariage ... J'ai été marié pendant trois années avec 1kid et nous vivions heureux que les choses ont commencé à devenir laid et nous avons eu des combats et des arguments presque tous les temps ... il a empiré à un point qu'il a demandé le divorce ... J'ai essayé de mon mieux pour lui faire changer d'avis et rester avec moi parce que je l'aime tellement et je ne veux pas perdre lui, mais tout juste n'a pas fonctionné ... il a déménagé de la maison parce que c'était un appartement loué et toujours allé de l'avant de demander le divorce ... je l'ai supplié et tout essayé mais rien n'a fonctionné . La percée est venue quand quelqu'un m'a présenté à ce merveilleux, grand lanceur de sorts qui finalement m'a aidé ... Je n'ai jamais été un fan de ce genre de choses , mais tout simplement décidé de tenter à contrecoeur parce que j'étais désespérée et à gauche avec pas le choix ... Il a fait des prières spéciales et utilisé son pouvoir ... Dans les 4 jours mon mari m'a appelé et il a dit qu'il était désolé pour toutes les douleurs émotionnelles qu'il m'avait coûté , est retourné à la maison et nous continuons à vivre heureux , l'enfant sont trop heureux et nous nous attendons notre deuxième enfant ... je l'ai présenté à beaucoup de couples avec des problèmes à travers le monde et ils ont eu de bonnes nouvelles ... Juste pensé que je devais partager mon expérience parce que je crois fermement que quelqu'un là-bas ont besoin de lui ... Vous pouvez lui envoyer un courriel par le biais de son adresse e-mail olalovespell @ yahoo.com .
olalovespell@yahoo.com . est son adresse de contact.

Écrit par : Jeennifer Wayne | 14/12/2013

Apres avoir lu (avec une certaine colère...) cet article, ainsi que tout les commentaires, apres 8 passage devant differents jaf pour mes deux enfants (et au moins 5 erreures flagrante de ces dit-jaf), ainsi qu'apres des accusations diffamatoires de viols et de pédophilie, un eloignement geographique volontaire, et 7 non representations d'enfants classees sans suite, je n'ai qu'une chose a dire : m. Gilles l'avocat, vous devriez avoir honte de generaliser l'attitude des jaf a ce seul cas... ce sont des personnes comme vous qui privent certains enfants de leurs peres. Alors contiinuez ainsi, car tout se paie un jours..

Et merci pour tout ces peres et ces meres qui vous font vivre....

Michael. Pere qui se bat depuis 5 ans.

Écrit par : dunkelart | 22/04/2014

Et excusez moi, mais entre la monique et les deux abruties et leur docteur machin, on a de beaux exemples de stupidité hors sujet...

Écrit par : dunkelart | 22/04/2014

Faites attention ici , personne ne peut vous aider ici ou même suggérer comment vous pouvez obtenir votre ex ou aimer en retour , des témoignages de la plupart lanceur de sorts ici doivent être ignore.because plupart d'entre eux sont escroquerie je veux dire vrai arnaque que j'ai été une victime et je me suis arraché des milliers de dollars parce que j'étais tellement impatient de ma femme après qu'elle m'a laissé plus de 2 ans avec mon fils de 7 ans jerry , j'ai appliqué à 7 lanceur de sorts différents ici et tout cela en vain ils demandent tous à même chose envoyer votre nom votre ex adresse de nom et la photo numéro de téléphone , etc, qui je l'ai fait maintes et maintes fois et la plupart d'entre eux étaient de l'Afrique à l'ouest jusqu'à ce que j'ai vu un post sur Dr.Worrior sort et j'ai décidé de lui donné mon trail.He dernier ask moi quatre choses que mon vrai nom , mon ex et mon ex noms de la mère et de $ 230 et dit que mon ex va revenir à 24 heures , j'ai payé plus de $ 4800 sur l'incantation de sorts et de messagerie et rien n'ai travail pour moi après trois jours je pensais à la façon dont beaucoup j'ai perdu si loin, si je l'ai dit je vais lui donner un essai , donc je l'ai rappelé et j'envoie mon vrai nom , mon ex et mon ex nom de la mère et de l' $ 230 parce que je jure que c'était ma dernière tentative, donc je m'attendais comme il me dit d'attendre jusqu'au lendemain et je ne pouvais pas dormir cette nuit parce que j'aime vraiment ma femme et je veux son dos , à 21 heures ce jour-là , j'ai vu ma femme en ligne sur facebook et elle a dit salut au début, j'étais un choc parce qu'elle ne parle jamais avec moi pour le passé un an et neuf mois maintenant, je n'ai pas répondu à nouveau elle dit êtes-vous là ? Je réponds rapidement et elle a dit oui pouvons-nous voir demain j'ai dit oui et elle est allée hors ligne J'étais confus j'essaie de la draguer de nouveau, mais elle n'était plus en ligne je ne pouvais pas dormir cette nuit-là que je me demandais ce qu'elle va à-dire par 7.am le lendemain matin, elle m'a donné un appel manqué , j'ai décidé de ne pas rappeler que j'étais encore sur le choc encore, elle appelle et je prends elle a dit que nous pouvons voir après le travail aujourd'hui, je dis oui si elle fin à l'appel immédiatement, je suis descendu de travail, elle m'appelle et nous nous rencontrons et maintenant nous sommes de retour j'appelle Dr.Worrior le lendemain pour le remercier de ce qu'il a fait , en fait, je l'appelle encore lui et je le remercie aussi ma vie n'était pas complète sans ma femme s'il vous plaît soyez prudent ici j'ai été escroquerie milliers de dollars si vous voulez un vrai charme d'amour alors contactez Dr.Worrior par e-mail ( drworriorafrica@gmail.com ) ou appelez +2348112276982

Écrit par : Johnny | 22/05/2014

Un témoignage étonnant sur ​​un lanceur de sorts qui a ma femme pour moi .. Mon nom est Andy Semeurs , je vis en Australie , et je suis marié à une femme charmante et attentionnée, avec deux kids.A très grand problème est survenu dans ma famille il ya sept mois , entre moi et mon wife.so terrible qui elle a porté l'affaire devant les tribunaux pour un divorce.she dit qu'elle n'a jamais voulu rester avec moi , et qu'elle ne m'aimait pas anymore.So elle a emballé de ma maison et moi et mes enfants sont passés par une douleur intense fait . J'ai essayé tous mes moyens possibles pour obtenir son retour , après beaucoup de mendicité , mais tous ne avail.and Elle a confirmé qu'elle qu'elle a pris sa décision , et elle n'a jamais voulu me revoir . Donc, un soir , comme je revenais du travail , j'ai rencontré un vieil ami à moi qui a demandé de mon wife.So j'ai expliqué tout à elle, alors elle m'a dit que la seule façon que je peux obtenir ma femme , est de visiter un lanceur de sorts , car il a vraiment travaillé pour elle too.So je n'ai jamais cru en sort, mais je n'ai eu aucun autre choix , que de suivre ses conseils . Puis elle m'a donné l'adresse de courriel du lanceur de sorts qui elle s'est rendue . { } Tataspelltemple@gmail.com . Donc, le lendemain matin , j'ai envoyé un mail à l'adresse qu'elle m'a donné, et le lanceur de sort m'a assuré que je vais obtenir ma femme la prochaine day.What une déclaration incroyable! Je n'ai jamais cru , si il parlait avec moi, et m'a dit tout ce que je dois faire . Puis le lendemain matin , donc étonnamment , ma femme qui ne m'a pas appelé pour les derniers sept {7 } mois , m'a appelé pour me dire qu'elle venait back.So incroyable ! Donc, voilà comment elle est revenue le jour même , avec beaucoup d'amour et de joie , et elle s'est excusé pour son erreur , et pour la douleur qu'elle moi et mes enfants causés . Puis à partir de ce jour-là , notre relation était maintenant plus forte que la façon dont elle était avant , à l'aide d' un lanceur de sorts . Alors , je vais vous conseiller là-bas pour visiter avec bonté le même site { } tataspelltemple@gmail.com , si vous êtes dans n'importe quelle condition de ce genre, ou si vous avez un problème lié à " ramener votre ex . Ainsi, grâce à la tatalovespellcaster pour ramener ma femme , et apporté beaucoup de joie à ma famille une fois de plus . { } tataspelltemple@gmail.com , Merci ...

Écrit par : Andy Semeurs | 25/05/2014

Mon nom est Lorna Harron , et je fonde aux Etats-Unis ... Ma vie est de retour ! Après 2 ans de mariage brisé , mon mari m'a laissé avec deux enfants . Je me sentais comme si ma vie était sur ​​le point de finir J'ai failli me suicider , j'étais émotionnellement bas pour un temps très long . Merci à un lanceur de sorts appelé Dr momodo , que j'ai rencontré en ligne . D'un fidèle jour , alors que je regardais à travers l'Internet , je suis tombé sur d'attribuer des témoignages sur ce lanceur de sorts particulier . Certaines personnes ont déclaré qu'il apportait son amant dos ex , certains ont affirmé qu'il restaure utérus , cancer de traitement , et d'autres maladies , certains ont affirmé qu'il peut lancer un sort d'arrêter le divorce et ainsi de suite . J'ai aussi rencontré un témoignage particulier , il s'agissait d'une femme appelée Sonia , elle a témoigné sur la façon dont il a ramené son amant Ex en moins de 2 jours , et à la fin de son témoignage, elle a chuté Adresse e -mail de Dr momodo . Après avoir lu tout cela, j'ai décidé de faire un essai . Je l'ai contacté par courriel et expliqué mon problème à lui . En seulement 48 heures , mon mari est venu vers moi. Nous avons résolu nos problèmes , et nous sommes encore plus heureux qu'avant Dr momodo , est vraiment un homme doué et je ne vais pas arrêter de le publier parce qu'il est un homme merveilleux ... Si vous avez un problème et que vous cherchez un vrai et authentique lanceur de sorts pour résoudre tous vos problèmes pour vous . Essayer Haute momodospelltemple@gmail.com tout moment , il peut être la réponse à vos problèmes . Voici le contact : momodospelltemple@gmail.com

Écrit par : Lorna Harron | 25/05/2014

Comment je me suis Mon ex-mari Retour ...........

Mes noms sont Monique Curry , AM États-Unis . Je n'ai jamais cru dans les sorts d'amour ou de la magie jusqu'à ce que j'ai rencontré ce lanceur de sorts une fois quand je suis allé en Afrique en Juin l'année dernière au sommet d'une entreprise que je rencontre un homme appelé Dr Ogboni , est puissant , il pourrait vous aider à jeter un sorts de ramener mon amour est parti amant mauvaise conduite à la recherche de quelqu'un à aimer vous ramener de l'argent perdu et de l'argent formule magique ou sort d'une bonne im travail maintenant heureux et un témoignage vivant cos l'homme que j'avais voulu marier m'a laissé quatre semaines avant notre mariage et ma vie était à l'envers cos notre relation a été pendant trois années je lui ai vraiment aimé , mais sa mère était contre moi et il n'avait pas emploi bien rémunéré quand j'ai rencontré ce lanceur de sorts , j'ai dit lui ce qui s'est passé et a expliqué la situation de choses à lui au début j'étais indécis , sceptiques et douteux , mais je viens lui a donné un essai et en 6 jours quand je suis retourné à mon petit ami taxes ( qui est maintenant mon mari ) , il m'a appelé par lui-même et est venu me présenter des excuses que tout avait été réglé avec sa mère et sa famille et il a obtenu une nouvelle entrevue d'emploi , nous devrions nous marier je ne croyais pas cos le lanceur de sort ne m'a demandé mon nom et mon nom copains et tout ce que je voulais lui de bien faire , nous sommes mariés et nous attendons notre petit garçon et mon mari a également obtenu un nouvel emploi et nos vies sont devenues beaucoup mieux au cas où quelqu'un doit le lanceur de sorts de l'aide de son adresse e-mail : ogbonispelltemple@gmail.com

Écrit par : Monique Curry | 25/05/2014

Témoignage de ma vie!

Je suis Gabriel Anderson du Royaume-Uni, après 4 ans de mariage avec ma femme, il m'a divorcée et aller à un autre homme, j'ai fait tout mon possible pour le faire revenir, mais tous avorté, jusqu'à un vieil ami à moi m'a dit sur ​​un sort lanceur Dr.ODUDUA SAMUEL sur Internet qui l'a aidé reprendre sa femme, quand lui était un problème similaire, dans un premier temps je doute, mais j'ai décidé de faire un essai, quand je l'ai contacté (dr.oduduwasamuelhightemple@gmail.com ) il m'a aidé jette un re-unir épeler et dans les 48 heures ma femme et moi à nouveau réunis. Contactez ce grand lanceur de sorts sur votre relation ou un mariage à problèmes Email: dr.oduduwasamuelhightemple@gmail.com

Cordialement,
Gabriel Anderson.
Email: dr.oduduwasamuelhightemple@gmail.com

Écrit par : Gabriel Anderson | 30/05/2014

quel monde merveilleux nous vivons, je doute encore ce lanceur de sorts comment il a fait!
Ma bouche est pleine de témoignages, je suis Cate mon mari a quitté le domicile pendant deux ans en Afrique du Sud pour un touriste, il voulait dire une prostituée et il a été ensorceler par la fille de mon mari refuse de revenir à la maison, je pleure jour et nuit la recherche de la personne à m'aider, j'ai lu un papier de nouvelles sur un lanceur de sorts puissant appelé Dr Okojie et j'ai contacté le lanceur de sorts pour m'aider à obtenir mon amant vers moi et il m'a demande de ne pas s'inquiéter de ce que les dieux nous nous battons pour moi .. il m'a dit à la mi-nuit, quand tout l'esprit est au repos, il sera jeté un sort à réunir mon amant de nouveau à moi. et il n'a en moins de 3 jours, mon mari est venu vers moi et a commencé à pleurer que je dois pour lui pardonner, i, m si heureux de ce que ce lanceur de sorts fait pour
mon mari et moi .. contact sur son email drokojiehealinghome@gmail.com est le meilleur lanceur de sorts dans l'ensemble du monde sauvage. il est spécialisé dans la résolution d'autres problèmes, y compris ce qui suit:
(1) Si vous voulez que votre dos ex.
(2) si vous avez toujours des mauvais rêves.
(3) Vous voulez être promu dans votre bureau.
(4) Vous voulez femmes / hommes à courir après vous.
(5) Si vous voulez un enfant.
(6) Si vous avez besoin d'aide financière.
(7) Si vous voulez que le traitement du VIH SIDA
contactez-le maintenant pour la solution immédiate de votre
problèmes sur Drokojiehealinghome@gmail.com
Merci

Écrit par : cate | 10/06/2014

Je suis Mme Mechelle forgeron des Etats-Unis, je veux partager un témoignage de ma vie à tout le monde. Je me suis mariée à mon mari John Smith, je l'aime tellement que nous sommes mariés depuis 5 ans maintenant avec deux enfants. quand il est allé pour des vacances en France, il entend une dame appelée Marie, il m'a dit qu'il n'est plus intéressé par le mariage plus. J'étais tellement confonds et cherche de l'aide, je ne sais pas quoi faire jusqu'à ce que j'ai rencontré mon ami manqué Lina et lui ai parlé de mon problème. elle m'a dit de ne pas s'inquiéter à ce sujet qu'elle avait un problème similaire avant et me présenter à un homme appelé Dr KAKARAKA qui a jeté un sort sur son ex et de le ramener à elle après deux jours. Mlle Lina me demander de contacter le Dr KAKARAKA. Je l'ai contacté pour m'aider à ramener mon mari et il me demandez pas à vous soucier de ce que les dieux de ses aïeux vont se battre pour moi. Il m'a dit de deux jours, il sera ré-unir mon mari et moi ensemble. Au bout de deux jour, mon mari m'a appelé et m'a dit qu'il revient aux choses recherchées avec moi, j'étais surprise quand je l'ai vu et il a commencé à pleurer pour le pardon. En ce moment je suis la femme la plus heureuse sur la terre pour que ce grand lanceur de sorts ne pour moi et mon mari, vous pouvez contacter le Dr KAKARAKA sur tout problème dans ce monde, il est très agréable homme, voici le contact {kakarakaspell@yahoo.com } Il est le meilleur lanceur de sorts sur Internet jusqu'ici

Écrit par : Mme Mechelle forgeron | 14/06/2014

Salut mon nom est TINA veux juste partager mon expérience avec le monde de la façon dont j'ai obtenu mon amour en arrière et sauvé mon mariage ... Je suis marié depuis 4 ans avec 3 enfants et nous vivions heureux que les choses se commencé laid et nous avons eu des combats et arguments presque à chaque fois ... il a empiré à un point qu'il a demandé le divorce ... j'ai essayé de mon mieux pour lui faire changer d'avis et rester avec moi parce que je l'aimais de tout mon cœur et je ne voulais pas le perdre mais tout juste n'a pas fonctionné ... il a déménagé de la maison et encore allé de l'avant de demander le divorce ... Je l'ai supplié et tout essayé mais rien n'a fonctionné. La percée est venue quand quelqu'un m'a présenté à ce merveilleux, grand lanceur de sorts {} kakarakaspell@yahoo.com qui finalement m'a aidé ... Je n'ai jamais été un fan de ce genre de choses, mais tout simplement décidé de tenter à contrecoeur parce que j'étais désespérée et à gauche avec pas le choix ... Il a fait des prières spéciales et jeta un sort d'amour sur lui. Dans les 7 jours, il m'a appelé et était désolé pour tout le traumatisme émotionnel qu'il m'avait coûté, est retourné à la maison et nous continuons à vivre heureux, les enfants sont heureux aussi, et nous attendons notre quatrième enfant ... je l'ai présenté à un beaucoup de couples ayant des problèmes à travers le monde et ils ont eu de bonnes nouvelles ... Juste pensé que je devais partager mon expérience parce que je crois fermement que quelqu'un là-bas a besoin ... Vous pouvez lui envoyer un courriel {} kakarakaspell@yahoo.com merci you.or VOUS ME Cantact TOUJOURS SUR FACEBOOK DEUX

Écrit par : tina | 14/06/2014

Faites attention ici, personne ne peut vous aider ici ni même de suggérer COMMENT VOUS POUVEZ OBTENIR VOTRE EX OU AMOUR RETOUR, LES TEMOIGNAGES DE PLUS lanceur de sorts ici doit être IGNORE.BECAUSE plupart d'entre eux SCAM et une véritable arnaque dont j'ai été victime et I GOT DÉCHIRÉ de milliers de dollars parce que j'étais tellement impatient de MA FEMME ROSE APRÈS Elle m'a laissé PLUS DE 2ANS AVEC MON FILS 7ans VIEUX JERRY, j'ai appliqué À 7 AUTRE lanceur de sorts ICI ET TOUT EN VAIN ILS TOUT DEMANDE DE MEME CHOSE ENVOYER VOTRE NOM VOTRE EX nom et l'adresse IMAGE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE ETC ce que j'ai fait maintes et maintes fois et la plupart venaient d'Afrique du Sud jusqu'à ce que j'ai vu ce courriel en ligne sur DR KAKA CHARME AU NIGERIA et j'ai décidé de lui donna un CALL.HE DEMANDEZ-MOI QUATRE CHOSES mon vrai nom, mon ex et mon ex MÈRE nom et £ 500 et a dit MON EX reviendrai en 24 heures donc je n'ai pour terminer l'appel comme je l'ai payé plus de $ 7000 sur le sort CASTING ET MESSAGERIE ET ​​RIEN avons du travail pour moi après 3 jours, j'étais pensant à combien j'ai perdu AUTANT EN RAISON DE ROSE Alors j'ai dit LET ME Donnez-lui un TRY SO je l'ai rappelé et envoyer mon vrai nom, mon ex et mon ex MÈRE ET LE NOM £ 340 PARCE QUE JE JURE C'était ma dernière TRY SO j'attendais comme il m'a dit d'attendre jusqu'au lendemain et je ne pouvais dormir cette nuit parce que j'aime vraiment ROSE ET VEUX SON RETOUR À 21 heures ce jour, je vis Rose LIGNE SUR LE VISAGE DU LIVRE ET ELLE A DIT À HI J'ai d'abord été CHOC parce qu'elle n'a jamais parlez avec moi pour le passé, un an et 9 mois maintenant, je n'ai pas répondu encore, elle dit que vous êtes là? Je répondre rapidement et elle a dit OUI nous pouvons voir demain je dit oui et elle est allée hors ligne J'étais confus j'essaie de discuter avec elle de nouveau, mais elle n'était plus en ligne que je ne pouvais pas dormir cette nuit-là, je me demandais ce qu'elle va dire PAR 7.AM Le lendemain matin elle m'a donné un appel manqué j'ai décidé de ne rappellerons que j'étais encore sur le choc de nouveau elle appel et je PICK ELLE A DIT peut-on voir AFTER WORK AUJOURD'HUI j'ai dit oui alors elle fin à l'appel IMMÉDIATEMENT je sortait du travail elle me traite et nous nous réunissons et nous sommes maintenant BACK AGAIN J'APPELLE DR KAKA LE LENDEMAIN pour le remercier de ce qu'il a fait en fait je encore appeler LUI ET le remercier ma vie était pas complète sans ROSE épeler courriel l'(KAKARAKASPELL@YAHOO.COM) Cordialement,.
{} kakarakaspell@yahoo.com

Écrit par : ROSE | 18/07/2014

Faites attention ici, personne ne peut vous aider ici ni même de suggérer COMMENT VOUS POUVEZ OBTENIR VOTRE EX OU AMOUR RETOUR, LES TEMOIGNAGES DE PLUS lanceur de sorts ici doit être IGNORE.BECAUSE plupart d'entre eux SCAM et une véritable arnaque dont j'ai été victime et I GOT DÉCHIRÉ de milliers de dollars parce que j'étais tellement impatient de MA FEMME ROSE APRÈS Elle m'a laissé PLUS DE 2ANS AVEC MON FILS 7ans VIEUX JERRY, j'ai appliqué À 7 AUTRE lanceur de sorts ICI ET TOUT EN VAIN ILS TOUT DEMANDE DE MEME CHOSE ENVOYER VOTRE NOM VOTRE EX nom et l'adresse IMAGE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE ETC ce que j'ai fait maintes et maintes fois et la plupart venaient d'Afrique du Sud jusqu'à ce que j'ai vu ce courriel en ligne sur DR KAKA CHARME AU NIGERIA et j'ai décidé de lui donna un CALL.HE DEMANDEZ-MOI QUATRE CHOSES mon vrai nom, mon ex et mon ex MÈRE nom et £ 500 et a dit MON EX reviendrai en 24 heures donc je n'ai pour terminer l'appel comme je l'ai payé plus de $ 7000 sur le sort CASTING ET MESSAGERIE ET ​​RIEN avons du travail pour moi après 3 jours, j'étais pensant à combien j'ai perdu AUTANT EN RAISON DE ROSE Alors j'ai dit LET ME Donnez-lui un TRY SO je l'ai rappelé et envoyer mon vrai nom, mon ex et mon ex MÈRE ET LE NOM £ 340 PARCE QUE JE JURE C'était ma dernière TRY SO j'attendais comme il m'a dit d'attendre jusqu'au lendemain et je ne pouvais dormir cette nuit parce que j'aime vraiment ROSE ET VEUX SON RETOUR À 21 heures ce jour, je vis Rose LIGNE SUR LE VISAGE DU LIVRE ET ELLE A DIT À HI J'ai d'abord été CHOC parce qu'elle n'a jamais parlez avec moi pour le passé, un an et 9 mois maintenant, je n'ai pas répondu encore, elle dit que vous êtes là? Je répondre rapidement et elle a dit OUI nous pouvons voir demain je dit oui et elle est allée hors ligne J'étais confus j'essaie de discuter avec elle de nouveau, mais elle n'était plus en ligne que je ne pouvais pas dormir cette nuit-là, je me demandais ce qu'elle va dire PAR 7.AM Le lendemain matin elle m'a donné un appel manqué j'ai décidé de ne rappellerons que j'étais encore sur le choc de nouveau elle appel et je PICK ELLE A DIT peut-on voir AFTER WORK AUJOURD'HUI j'ai dit oui alors elle fin à l'appel IMMÉDIATEMENT je sortait du travail elle me traite et nous nous réunissons et nous sommes maintenant BACK AGAIN J'APPELLE DR KAKA LE LENDEMAIN pour le remercier de ce qu'il a fait en fait je encore appeler LUI ET le remercier ma vie était pas complète sans ROSE épeler courriel l'(KAKARAKASPELL@YAHOO.COM) Cordialement,.
{} kakarakaspell@yahoo.com

Écrit par : ROSE | 18/07/2014

Je n'ai jamais cru à l'amour des sorts lorsque j'ai
rencontré SORT TOP ROULETTE de ce monde. IL EST
VRAIMENT PUISSANT ET POURRAIT AIDER lancer des
sorts de ramener ONE'S GONE, LOST, Misbehaving
AMANT ET ARGENT MAGIC sort ou sort pour UNE
BONNE job.i 'M Maintenant heureux et un
témoignage vivant COS la femme que j'avais voulu
épouser GAUCHE ME 2 SEMAINES avant notre
mariage et ma vie était à l'envers COS Notre relation
a été pendant 2YEARS ... je l'aimait vraiment, mais sa
mère était contre US et il n'avait pas bien rémunérés
JOB. Alors, quand j'ai rencontré ce lanceur de sorts,
je le lui racontai et expliqués LA SITUATION DES
CHOSES QUI LUI .. Au début, j'étais UNDECIDED,
sceptique et douteuse, mais je lui ai donné un essai.
ET EN 7 JOURS Quand je revins à États-Unis, MON
AMIE (maintenant ma femme) m'a appelé par elle-
même et est venu me présenter des excuses que tout
avait été installé avec sa MAMAN ET DE LA FAMILLE
ET ELLE A OBTENU UN NOUVEAU entretien
d'embauche, qu'on devrait se marier .. je ne croit pas
qu'il COS LA lanceur de sorts seulement demandé
mon nom et mes copines NOM ET TOUT I voulait
qu'il fasse ... Eh bien, nous sommes mariés et nous
attendons notre petit KID, et ma femme a également
obtenu le nouvel emploi ET NOS VIES s'améliora. Au
cas où quelqu'un BESOINS DU lanceur de sorts de
l'aide, son adresse e-mail est;
TEMPLEOFGRACE01@YAHOO.COM ...... espérons qu'il
vous aide notre chance ... CONTACTER CETTE lanceur
de sorts GRANDE PAR COURRIEL:
TEMPLEOFGRACE01@YAHOO.COM

Écrit par : hommey | 27/07/2014

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu