Avertir le modérateur

Les Cannabis Social Clubs entrent en scène

CSC.jpgPour lutter contre le trafic, produisons nous même le cannabis dans l’esprit d’une coopérative ; pour faire face au risque sanitaire, organisons-nous par de petits groupes, avec une production limitée ; pour faire bouger la loi, créons des associations loi 1901, et soyons prêts pour le débat judiciaire. Voici l’entrée en scène des Cannabis Social Clubs, nouveau front de la désobéissance civile.

 

La Fédération des Cannabis Social Clubs Français (FCSCF) a déposé ses statuts d'association à la préfecture d'Indre-et-Loire, le 4 mars, à Tours, inaugurant une vague de déclarations de Cannabis Social Clubs, sous forme d’association loi 1901.

 

Dominique Broc, président de la fédération annonce que 400 clubs vont se déclarer à partir de cette fin mars : « On demande au gouvernement de trancher sur le cas des Cannabis Social Clubs. S’il y a des dissolutions au fur et à mesure, on va faire ça dans la durée et occuper les tribunaux pendant un long moment ».

 

L’idée des Cannabis Social Clubs a été rodée aux US, en Espagne et en Belgique. Il s’agit, pour ces consommateurs amateurs, de revendiquer une production et des pratiques clean. On est loin des bandes qui tiennent les quartiers Nord de Marseille mieux que la mairie, ou des go fast, cette pratique semi-industrielle du trafic. Non ce sont de petits groupes, une vingtaine de personnes. Ces amis autoproduisent et défendent des pratiques responsables. Pour être membre de l’association, on paie une petite cotisation, mais personne n’achète ou ne vend le cannabis, qui est le produit du terroir.

 

C’est de la pure désobéissance civique : montrer que la loi répressive est inadaptée, dès lors qu’il n’y a pas de trafic, et pas de danger car le petit groupe vit dans la clarté d’une déclaration en préfecture, et avec une production limitée.193932_10150196180844505_131631354504_8379481_2463165_o1.jpg

 

Le ministère de l’intérieur ne peut que réagir.

 

Les associations reposent sur un régime déclaratif. Ainsi, dès lors que les statuts correspondent au schéma de la loi de 1901, et que les formalités constitutives ont été respectées, la préfecture est tenue d’enregistrer l’association. Mais si le préfet estime que l’objet est illicite, il doit saisir le tribunal de grande instance d’une demande de dissolution.  La fédération compte sur cette vague de déclarations pour que suive une vague de procès, en espérant une bonne campagne de presse, et peut-être un jugement dissident, qui mettrait l’ambiance.


Mais, il y a aussi un volet pénal. L’article 222-35 du Code pénal punit la production ou la fabrication de vingt ans de prison et de 750 000 € d’amende, et si les faits sont commis en bande organisée, la peine grimpe à trente ans de réclusion criminelle et à 7,5 millions d’euros d’amende.

La fédération des Cannabis Social Clubs a déjà son argumentaire : «  Si par hasard on décidait de nous poursuivre, nous exigerions de l’être collectivement et demanderions à être jugés, en tant que producteurs de stupéfiants en bande organisée par la Cour d’assise spéciale prévue à cet effet ».

Pas gagné… Le Parquet est maître de la gestion des poursuites, et il peut agir contre les personnes, à titre individuel… avec des sanctions qui ne feront pas planer…

Le risque judiciaire est élevé, mais le but est de démontrer l’impasse des politiques répressives, alors que la consommation d’alcool, tellement partagée, est plus dangereuse.

Une étude récente faite par les profs de médecine pour la Société française d’alcoologie a établi que le nombre de séjours hospitaliers dûs à l’alcool est de 470 000 par an. Les troubles liés à la consommation représentent 60 % des séjours, et la dépendance 36 %. Ces hospitalisations liées à la dépendance ont augmenté de 30 % en trois ans et sont désormais aussi nombreuses que celles liées au diabète.

Ceci en toute légalité…

UKCSC-Would-You-Pick-Up.jpg

Commentaires

  • Le bilan des pratiques prohibitionnistes et répressives montre qu'elles ont totalement échoué.
    Leur coût est de plus en plus insupportable, surtout si l'on regarde le volet qui s'articule aux réseaux de corruption et dans certaines zones (Sahel par exemple) terroristes.

    Les CSC sont une initiative courageuse et pleine de sens politique.

  • Lorsque l'on voit les comportements des jeunes qui fument et boivent dangereusement,difficile d'émettre une opinion sur le cannabis..Il y a pas mal de personnes qui pratique une fumette festive et qui maitrise leur consommation..De même pour l'alcool..Mais que dire de ces personne souvent très jeune qui pratiquent une alcoolisation rapide et violente qui se termine quelque fois aux urgences..que dire de ces jeunes qui fume du cannabis souvent trafiqué et qui décrochent totalement de toute vie sociale et affective et abandonne les études..Difficile d’être jeunes dans notre société sans avenir,et le shoot alcoolique ou de drogues reste le moyen d'échapper au quotidien ..La prévention,par la dépénalisation du cannabis je n'y croit pas ..Ce sera un échec pour les consommateurs comme pour l'alcool ..Quand aux trafiquants ils rechercherons les moyens de trouver de l'argent facile d'une autre façon... Seul l'état devenu dealer fera des rentrées fiscales conséquentes comme pour le tabac et l'alcool...Ce ne sont pas les produits qui sont en cause mais les phénomènes d'addictions qui diffèrent d'un individus a l'autre,leurs causes souvent sociale et psychologique et leurs conséquences sociales et médicales...Le combat des associations des médecins,des psychologues et psychiatres est plus important en terme de prévention ,que le combat de la police même s'il n'est pas négligeable

  • Entre un interdit et une autorisation, il n'y a pas photo : je choisis l'autorisation.

    A propos de tolérance, on en est où des maisons ?
    En d'autres termes, une soirée maison close et fumette après, voilà qui a de la gueule pour une sortie du samedi soir !

  • Le fait que l'alcool (légal) cause plus de dommages que le cannabis (illégal) démontre l'efficacité de la prohibition du cannabis sur la santé. De plus, diverses études ont montré les effets positifs de la limitation du droit de fumer du tabac.

    Ce n'est pas un hasard si les drogues légales (alcool, tabac) causent plus de morts, de maladies et de souffrances que les drogues illégales.

  • @ Tortuga

    Vous avez fumé quoi ?

  • Aujourd'hui sur cette page, Yesroll a ouvert le bal en rappelant une vérité élémentaire qui dérange:
    "...Le bilan des pratiques prohibitionnistes et répressives montre qu'elles ont totalement échoué. Leur coût est de plus en plus insupportable, surtout si l'on regarde le volet qui s'articule aux réseaux de corruption etc..."
    Ben ouhaich... j'ai toujours soupçonné les prohibitionnistes d'êtte, de ceux qui profite des corruptions diverses que la prohibition entretient.
    (à voir ou revoir, l'excellent documentaire de Arte sur la prohibition de l'alcool aux USA, diffusé ya qlq mois... ;-))
    Dans le pire des cas effectivement, ceci a aussi pour conséquence le financement de tas de trucs pas très sympas, les djihadistes par exemple, même si je ne suis pas entièrement convaincu que les vrais et purs trafiquants laissent réellement les idéologues jouer dans leur jardin... En tout cas C arrivé au moins une fois et...
    - Depuis que des anciens de la CIA ont avoué publiquement avoir (sur ordre) aidé tous les trafics de ce genre en Afghanistan, pour emmerder l'Armée Rouge embourbée là-bas... ;-)) Ceci a fort bien fonctionné!
    Ceci étant, malgré les nombreux avertissements publics des connaisseurs de ce pays et même ceux des...
    Généraux de l'Armée Rouge!
    L'un d'eux publia d'ailleurs un avertissement publique à ses confrères Américains, que ça couterait très cher à l4Oncle Sam tôt ou tard, dès 1985. Encore un militaire à l'esprit pas assez étroit... ;-))
    (étrangement, car je me souviens de ses termes, il disait avertir aussi "par solidarité chrétienne". Ca m'avait sidéré à l'époque! Tout de même... Lire ça dans Novosti et dans "l'Etoile Rouge", la revue de l'Armée Rouge!)
    - Faut-il aussi rappeler que le canabis en France autrefois, jusqu'au 1er Consul Bonaparte qui a pour la première fois interdit l'usage et la culture du canabis, qui était beaucoup utilisé comme médicament, en anti-douleur par exemple?
    Avant la Révolution, le canabis poussait partout en France. Il semble que ce temps-là est revenu, depuis quelques années... ;-))
    (même si on le sait aussi, notre Révolution c'est du "à refaire"!)
    En fait, cette "Fédération des Cannabis Social Clubs Français (FCSCF)", par son initiative courageuse et originale, essaie d'initier un retour aux sources, tout simplement. Et si les toubibs qui connaissent bien le sujet le confirment....
    Cela dit, Mtre Gilles n'a pas tort de souligner ici et maintenant que juridiquement, c'est pas simple, pas du tout!

  • Vous dites : "Le bilan des pratiques prohibitionnistes et répressives montre qu'elles ont totalement échoué".

    C'est faux, et vous le savez très bien.
    Comparez le nombre de morts et de victimes de l'alcool (légal) et du cannabis (illégal).
    Les faits sont là : les drogues légales tuent beaucoup plus, causent beaucoup plus de victimes que les drogues illégales. Ce qui montre la pertinence des dispositifs prohibitionnistes.

    Mais c'est une vérité qui dérange : les drogues, quand elles sont légales, tuent plus que quand elles sont illégales.

  • A voir : Tabac, la conspiration http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109748.html

    Ce film montre les méfaits liés à la légalisation du tabac, montre comment l'industrie du tabac s'y prend pour convaincre les pays prohibitionnistes à légaliser cette drogue (avec les mêmes arguments que le cannabis : ce sera contrôlé, c'est mieux si c'est légal, etc...).
    Il montre aussi comment la situation s'est dégradées dans les pays qui ont légalisé le tabac : pendant la prohibition tabagique, le tabac faisait moins de dégâts qu'après la légalisation.

  • Le fait que l'alcool (légal) cause plus de dommages que le cannabis (illégal) démontre l'efficacité de la prohibition du cannabis sur la santé. De plus, diverses études ont montré les effets positifs de la limitation du droit de fumer du tabac.

    Ce n'est pas un hasard si les drogues légales (alcool, tabac) causent plus de morts, de maladies et de souffrances que les drogues illégales.

    Écrit par : Tortuga | 29/03/2013



    Pauvre Tortuga... En effet, c'est à se demander ce que vous avez fumé...

    Pourquoi donc la quasi totalité des addictologues sont favorables à la légalisation (avec les volets sanitaires l'accompagnant) et hostiles à la prohibition ???


    De plus vous comparez des drogues qui ne sont pas comparables niveau toxicologique. C'est un fait que l'alcool est plus dangereux que le cannabis.
    Mais rendez-le illégal et vous verrez que la prohibition entraînera une consommation à peu près égale (voire supérieure), avec des produits frelatés et avec des morts à tous les coins de rue du fait de la mafia, de la répression policière etc.
    Donc avec ce raisonnement : l'alcool serait encore plus létal si l'on compte toutes les morts (pas que point de vue médical) qu'aujourd'hui parce qu'il serait prohibé.

    Historiquement, on a un exemple flagrant de l'inefficacité de la prohibition concernant l'alcool. Arte avait fait une série de documentaires très intéressants sur la période états-unienne de prohibition de l'alcool : c'était pire que tout !

  • On n'a jamais autant bu d'alcol aux USA que pendant la période de Prohibition et jamais les "effets secondaires" dangereux et trash, du style de l'individu déjanté qui frappe ou même tue son épouse par exemple, n'ont été aussi graves ni aussi nombreux que durant cette période.
    Le parallèlisme de la came et de l'alcool est parfois étonnant:
    Ceci coûta fort cher, n'empêcha presque rien et créa de nombreuses mafias.
    Pour preuve, l'abolition de la prohibition aux USA, fut souvent soutenue par celles et ceux qui 15 ans plus tôt l'avaient initiée!
    On retrouve la même problématique de base:
    L'alcool ou le canabis, "pris" à doses modérées et "en connaissance", sont un bienfait pour le corps et l'esprit, et peuvent être utilisés dans un but thérapeuthique.
    Mais consommés n'importe comment, ça devient vite un désastre.
    Par ailleurs, les mafias et crimes entretenus par les prohibitions, sont au moins aussi dangereux que le produits lui-même.
    Que ceux qui ne savent pas, ne peuvent pas, ou ne veulent pas se dominer et consommer peu ou pas se tuent eux-mêmes, les cyniques peuvent en penser ce qu'ils veulent, mais c'est déjà grave au moins pour leurs proches!
    Tandis qu'avec les mafias qui sont entretenues par les prohibitions, les crimes et agressions diverses provoqués par l'état de manque, sont dangereux pour tout le monde, n'importe où, à n'importe quelle heure, au gré des mauvaises rencontres au mauvais moment!
    Vous trouvez ça drôle, Tortuga?
    Et ce qui se passe avec le tabac, commence "à porter ses fruits":
    "On" (je ne fume plus ;-)) en achète de moins en moins dans les fameux "bureaux de tabacs", actuellement très en difficulté, (surtout s'ils sont proche du Luxembourg ou de lAndore et l'Espagne) ert de plus en plus à des petits revendeurs à la sauvette, Marseille est à la pointe, car là-bas les malins savent que ça rapporte beaucoup et C moins dangreux que "le reste"! Les mafias sont en train de "refaire le tabac", comme dans les années 1940 et 50! A qui ça profite?
    Bon. J'ai pas la solution sur les addictions. Si je l'avais, je ne garderais pas ça pour moi et serai célèbre! ;-)) Mais ce qui ne marche pas, je le sais! On a déjà essayé... C cher nous dit Yesroll! (avec de nombreux flics, qui connaissent le sujet)

  • C'est très porteur le cannabis. lol

  • A propos de la désobéissance civique citée dans l'article, il faut quand même se souvenir que notre ami David H. Thoreau en est l'inventeur et qu'elle consistait à ne plus payer ses impôts à un gouvernement qui pratiquait l'esclavage.
    Rappelons aussi, qu'il est allé direct au trou pour ça.
    Et gardons à l'esprit que c'est sa tata qui l'en a sorti en réglant la note au fisc...
     
    Tout ça pour dire que le principal addict dans ce pays et depuis longtemps est l'Etat et que l'objet de son addiction est notre pognon. Que les doses nécessaires sont de plus en plus importantes et qu'elles le seront de plus en plus.
     
    Peut-être serait-il bon de désobéir civiquement en ne payant plus nos impôts afin d'offrir une cure de désintox à notre grand malade qui prétend gouverner nos vies ?

  • Sans l'impôt il n'y a plus de vie civilisée, inlibroveritas...
    (même si trop d'impôts ou mal impôts peut être inefficace. le Dibale se cache toujours dans les détails! )

  • Il ne s'agit pas de ne plus payer d'impôts, il s'agit d'une cure de désintox de l'Etat qui commencerait pas un sevrage. Au bout de quelques années on pourrait reprendre les impôts bien évidemment.

    De toutes façons il y aura toujours des gens comme vous qui ne renonceraient pas à payer des impôts. Eux aussi, il faut les laisser faire ce qu'ils veulent.

    Et maintenant, si vous voulez bien, dites-moi si c'est la civilisation qui a inventé l'impôt ou bien l'impôt qui a inventé la civilisation pour vérifier la validité de votre postulat final....

  • Le Diable se cache toujours dans les détails, même dans le "Dibale"... ;-))
    Je n'ai jamais dit que payer mes impôts est un plaisir, (pour qui on me prend?) mais que c'est un devoir de Citoyen(ne) et de Civilisé(e)! Que les modalité de ce devoir soient le plus souvent complexes et "à discuter", c'est un fait indéniable!
    Pour le reste, je me sens aussi obligé de le dire, il y a un certain temps je payais beaucoup d'impôts en France, en trois fois, la 3ème étant parfois "délicate", car il me semble que c'était "beaucoup"!
    Cela dit c'était possible et je n'y ai pas laissé "mes choses"... Je serais de mauvaise fois si j'osais écrire le contraire!
    Et, quand je payais beaucoup, c'est aussi parce que j'avais beaucoup! beaucoup plus que maintenant... ;-))
    En d'autres termes, payer des impôts est un signe de richesse. Les horreurs qui furent dites quand ce pauvre Gérard nous a pété les plombs il y a quelques mois, ça m'a sidéré!
    Qui l'a fait riche? Nom de Dieu! Dans le pays du monde qui subventionne le plus "son" Cinéma?
    (parfois C vrai aussi, en gaspillant... ;-) Quand les riches commencent à refuser de payer l'impôts, ce n'est pas "seulement" un retour au régime d'avant le 4 Août 1789, c'est une marque d'absence de civilité. Et...
    La barbarie, c'est précisément, l'absence de civilité...
    Et C est (beaucoup) plus grave que les emmerdeuses qui veulent porter le voile dans les lieux publics, même si ça donne des boutons à la moitié du pays!
    ("Citez moi un seul passage du Coran qui invite ou oblige les femmes à porter le voile! Vous ne trouverez pas. Ce n'est que local et culturel, pas religieux." Je viens de citer un Recteur de Mosquée et représentant Musulman, entendu sur France inter ce matin).

  • Etant libéral, je ne vois aucun inconvénient à mettre ce que l'on sur sa tête et même ailleurs - du moment que cela ne va pas à l'encontre de la loi.
    Ce sujet du voile ne m'intéresse pas, mais je note que n'ayant rien à voir avec la religion, n'étant qu'une coutume locale, les opposants au dit voile n'iraient pas contre la liberté de religion.

    Ceci étant, sauriez-vous me dire si c'est la civilisation qui a inventé l'impôt ou bien l'impôt qui a inventé la civilisation ?

  • @inlibroveritas | 31/03/2013 (fallait répondre plus tôt mais... Ah! S'il n'y avait que ça à faire...)
    Etre "libéral"? Plus le temps passe, plus il apparaît que c'est naturellement anti-citoyen. D'autre part, c'est aussi tordre le sens des mots! Comme ce genre d'émission de TV dite "télé-réalité", où tout est scénarisé même les choix des chaussettes et du slip que "il faudra porter" sont imposé aux participants, en d'autre termes, où RIEN n'est réel ou spontané, sauf probablement... Les stupides accidents qui peuvent survenir n'importe où à n'importe qui et n'importe comment pour n'importe quelle activité collective, surtout à où "on met la pression" au-delà du raisonnable sur les pingouins...!
    Se dire "libéral", c'est tordre le sens des mots, car plus on "libéralise", (surtout le droit du patronat de faire n'importe quoi) plus la vie devint dure, insupportable, dé-culturée et surtout, moins on a de prise sur sa propre vie. En d'autres termes, moins on est Libre de ses choix intimes ou collectif! Tel est la philosophie du mensonge "libéral".
    Jamais on s'est autant préoccupé de la sécurité des gens, pour la santé ou sur les routes, (quitte à imposer tout et n'importe quoi en permanence) mais surtout pas la sécurité de notre Métier et de notre Emploi!
    Bref... Si tu savais ce qu'est la civilisation "inlibroveritas" anonymoscribe, tu saurais que naturellement, c'est la Civilisation qui a inventé l'impôt ! Et oui... Dans la vie il y a des rapports entre les causes et les effets, et ce qui vous arrive, a rarement une ou des causes extraterrestres!
    Bossuet disait: «Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes.»
    C dire aussi que le laisser faire généralisé "libéral" a pour conséquence entre autres, ceci:
    On reproche parfois aux petites frappes de banlieues de vomir la Marseillaise, de n'exhiber le drapeau national que pour cracher dessus, et de ne jurer que par les valeurs héritées d'une version rabougrie de Hollywood, le fric, le machisme, la castagne. En y mettant les formes et l'apparence de la bonne éducation, des esprits se voulant émancipés appliquent pourtant les mêmes préceptes. Il suffit de bien les écouter pour le constater.

  • Quand je dis libéral, c'est que je suis pour que tout soit autorisé tant que ça n'enfreint pas la loi. Pas de place pour les jugements moraux.
    Par exemple, si vous voulez vous marier entre femmes avec un voile sur la tête ou même une burka, je n'ai rien contre car ça n'enfreint pas la loi. Et ce pour tout comportement d'individu.
    Voilà: c'est simple, ça s'énonce clairement et brièvement sans insulte et calmement.

    Bref, vous me confiez que c'est la civilisation qui a inventé l'impôt, alors que vous disiez plus haut : "Sans l'impôt il n'y a plus de vie civilisée, inlibroveritas..."

    Je relève un paradoxe.
    Mais le fait de me tutoyer de façon condescendante, de me toiser du haut de votre culture arrogante vous autorise ce genre de liberté j'imagine... :)

  • "Mais le fait de me tutoyer de façon condescendante, de me toiser du haut de votre culture arrogante vous autorise ce genre de liberté j'imagine... :) "


    Notre ami TB est un libéral visiblement ;) Quel que soit le sens que l'on retienne pour ce beau mot


    Pour la question en particulier : pour ma part il n'y a pas de contradiction, ni encore moins de paradoxe.
    Évidement que c'est la "civilisation" (quel que soit le sens que l'on retienne de ce mot : socialisation des rapports humains, regroupement en ethnie ou autre) qui a "inventé" le concept d'impôt. Sinon, les gens sont réticents à donner leur argent à n'importe qui - et je les comprends.
    Et si on supprime l'impôt, il n'y a plus de société (complexe, diverse, nationale ou encore plus élargie).

    Avant LES civilisations, les impôts s'appelaient "pots de vin" et ne profitaient qu'à une minorité pour qu'elle soit protégée. Je zappe quelques millénaires.
    Pour faire avaler la pilule, il fallait bien faire comprendre que les impôts servaient également ceux qui les versent... Et j'avoue que c'est devenu compliqué à faire comprendre...

  • @inlibroveritas | 02/04/2013
    Tu as semble-t-il un besoin de beaucoup de Lois pour t'encadrer:
    (je suis toujours arrogant avec les gens arrogants, j'ai moi aussi mes petits défaux)
    "... je suis pour que tout soit autorisé tant que ça n'enfreint pas la loi..." Ah! Ca craint!
    Ya aucun doute! Aucun ensemble de Loi ne sera jamais parfait, d'où la nécessité d'exiger une certaine précision dans les textes, ce qui alourdit C certain, leur style rédactionnel.
    "... pas de place pour les jugements moraux...." Ah bon!?
    En bref, inlibroveritas doit certainement être mieux "encadré".
    C'est exactement la différence entre lui et moi:
    Si je n'enlève pas les petites jeunes filles, si je ne les fais "disparaître" après quelques mauvais traitements imaginables par d'autres que moi, ce n'est pas parce que c'est interdit et que ça risquerait de me mener en Cour d'Assises, si je le faisais et si je me faisais chopper!
    Je ne le fais par par l'interdiction mais uniquement parce que ça ne me viendrait pas à l'idée! Si j'écris ceci, C uniquement parce qu'il arrive parfois de lire ça ou d'entendre dire que "c'est arrivé" par le journal TV, tout bêtement. Toi inlibroveritas, si tu ne le fais pas, (ce que j'ignore, même si C improbable), C peut-être à cauuse de l'interdiction.
    Et si tu te présentais avec ton nom, je te dirais Monsieur!
    @Denis! Je ne sais pas ce que tu nommes "libéral". D'un point de vue "Milton Friedman", C sûr, je ne le suis pas. Encore moins que libertaire! Libertin peut-être, mais pas comme DSK et son amie Marcella, la cochone littéraire qui aime les demi-cochons. Etre Libertin, c'est:
    Ce qu'on veut mais... Pas de violence et pas de pognon! Tout le contraire du "libéralisme".

  • Ceci dit, sans impôts, ni mêlme la fameuse TVA, il n'existerait aucun Service Public et l'Etat ou ce qui en tiendrait alors le rôle, ne serait au service que des puissants. C'est cela, le vrai projet libéral de l'Union Européenne, sans doute jamais ou rarement avoué!
    La façon d'imposer les privatisations partout en Europe et ailleurs, là où c'est ou c'était possible, que nous constatons, illustre fort bien mon propos. Pour ces cliques, il n'existe aucune limite!
    "... pas de place pour les jugements moraux...."
    En Grande Bretagne, les casernes de pompiers qui sont "tombées dedans" ne sont pas propriétaires de leur matériel lourd, (les fameux camions à grande échelle par exemple) il est louée à des entreprises privées, ceci étant depuis Mrs Thatcher. Et "ça" commence enfin à "groumer"! Un exemple parmis d'autres.
    La GB a aussi retiré son grand remorqueur de haute mer, indispensable pour le secours en Manche (ou English Channel), ce qui fait porter depuis peu tout le poids du risque sur qui? Le "pays.fr" et son peuple de cornichons de payeurs dont le gouvernement Sarkozy / Fillon laissa faire cela, (entre autres graves bêtises) mais qui espère que celui de Flambi fera mieux...
    On ne s'occuperait pas du tout des toxicomanes et on les laisserait clamser, sans nos impôts. Pensons en ce qu'on en pense, mais C aussi un "projet de société".
    (qui n'est pas le mien)

  • Requisitions : dix mois avec sursis

    http://www.liberation.fr/societe/2013/04/08/cannabis-social-clubs-dix-mois-requis-contre-le-porte-parole_894654

  • Gilles, je suis un peu déçu de vous voir en ces pages citer le torchon de l'hibernation. LoL

    Ceci dit l'avocat du leader du CSC a réclamé la cour d'assises pour son client ce qui est pour le moins inhabituel. Compte rendu par un vrai journal.
    http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/france/cannabis-dix-mois-avec-sursis-requis-contre-le-fondateur-des-social-clubs-08-04-2013-2063257.php

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu