La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

29/06/2013

La France était le meilleur soutien de l’apartheid en Afrique du Sud

Une polémique à deux balles met en cause l’attitude du Front National vis-à-vis de l’Afrique du Sud. Jean-Marie Le Pen expliquait, au moment de la libération de Nelson Mandela, que l’évènement ne l'avait «ni ému, ni ravi», en raison d'«une espèce de méfiance à l'égard des terroristes quel que soit le niveau auquel ils se situent ». De la vieille carne raciste… afrique du sud,nucléaire,armes,de gaulle

Mais ce serait une grave erreur de focaliser sur Le Pen, et le rappel de quelques points d’histoire montre que tout le sytème était pourri. La France gaulliste, puis giscardienne, a été le meilleur soutien de l’Afrique du Sud du temps de apartheid. Eh oui.

 

Le tournant de l’Onu de 1963

Les Nations Unies se sont ouvertement engagées dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud à partir de 1963, par deux actes.

Le premier est la résolution 181 du 7 août 1963 du Conseil de sécurité appelant tous les États à arrêter la vente et la livraison d'armes, de munitions et de véhicules militaires à l'Afrique du Sud.

Le second est la résolution 1899 (XVIII)  de l’Assemblée générale du 13 novembre 1963 qui engage instamment tous les États à s'abstenir de fournir du pétrole à l'Afrique du Sud.

C’est-à-dire qu’à partir de ce moment-là, il ne pouvait plus exister de doute sur la nature raciste et criminelle du régime, et ce en particulier pour la France, membre du Conseil de sécurité, et omniprésente en Afrique, gérant par ses réseaux son ancien empire.

Or, la France va tout simplement s’opposer à l’ONU pour soutenir les racistes. Les bases du deal faisait partie des choix essentiels du général de brigade à titre temporaire De Gaulle Charles : tout  est bon pour assurer la maîtrise du nucléaire.

 

De Gaulle bafoue l’ONU, ignore le crime et soutient l’apartheid

sans-titre.pngLe deal gaulliste était simple : la France ignore l’embargo sur les livraisons d’armes à l’Afrique du Sud, et en contrepartie, l’Afrique du Sud fournit à la France l’uranium à usage civil et  militaire nécessaire pour le développement de sa production énergétique et la mise à niveau de sa force de frappe.

L’uranium sud-africain a été la condition de la réussite du nucléaire français.  Acheté hors du contrôle de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, via sa filiale la COGEMA, le CEA a ainsi bénéficié de livraisons d’uranium pour 1000 tonnes par an, pendant plus de dix ans, un apport considérable, représentant la moitié des besoins.

Les contreparties ont été doubles.

D’abord, les ventes d’armes. Ces années ont été celles d’un flux constant de livraison de matériel militaire, malgré les résolutions que la France avait votées à l’ONU !  L’Afrique du Sud était isolée, et le marché était trop tentant… Le gouvernement français se justifiait par l’argumentaire fatigué de la distinction entre les armes défensives et offensives… une blague éternelle, alors que l’Afrique du Sud cherchait en réalité l’expérience des militaires français dans les guerres d’indépendance. Sous De Gaulle et Pompidou, l’Afrique du Sud était le 3° client pour l’armement… Dassault et la SNECMA se sont gavés.

Ensuite, le flux commercial. L’Afrique du Sud, prospère et maudite en Europe, a été une aubaine pour les entreprises françaises. En 1975, le Centre Français du Commerce Extérieur (CFCE) fait le bilan : « La France est considérée comme le seul véritable soutien de l’Afrique du Sud parmi les grands pays occidentaux. Non seulement elle lui fournit l’essentiel des armements nécessaires à sa défense, mais elle s’est montrée bienveillante, sinon un allié, dans les débats et les votes des organisations internationales ».

 

Giscard accélère…

Valery_Giscard1.jpgGiscard, élu en 1974, accepte avec enthousiasme cet héritage, multiplie les contrats d’armements, double les importations d’uranium dans le contexte du choc pétrolier…. et vend des centrales nucléaires par le contrat de Koeberg, en mai 1976. Mais, ce contrat est le coup de trop, et les réactions dans le monde obligent la France à abandonner l’Afrique du Sud, décidant en aout 1977 de rejoindre l’embargo sur les armes. Ce qui ne remet pas en cause les marchés en cours, dont deux sous-marins Agosta…

Au service de cette complicité avec le crime, s’activait un puissant lobby, diabolisant la cause des Noirs en Afrique du Sud, mi-terroristes, mi-communistes… L’une des bases était le groupe parlementaire d'amités France Afrique, du Sud présidé par le gaulliste Raymond Schmitlein, et dont le président d’honneur était Pierre Raynaud, l’ancien président du Conseil.

La présidence a ensuite été confiée au député Jacques Médecin, qui le 6 Juillet 1974, a signé le jumelage entre sa ville et celle du Cap. Le député communiste Virgile Barel avait interrogé le ministre de l’Intérieur, Michel Poniatowski, qui lui a répondu au Journal officiel du 10 aout 1974 : « Les jumelages entre communes françaises et étrangères sont actuellement à la seule initiative des collectivités locales, l'Etat n’ayant pas de responsabilité en la matière et n’intervenant ni pour autoriser les jumelages, ni pour les soutenir financièrement. Au surplus, une intervention des autorités de tutelle dans ce domaine serait incompatible avec la loi n° 70.1297 du 31 décembre 1970 sur la gestion municipale et les libertés communales »

En 1974, le jeune VGE ne risquait pas de sanctionner Jacques Médecin, alors qu’il intensifiait la coopération avec le régime de l’apartheid. Mieux : en 1976, il nommait Médecin secrétaire d’Etat au tourisme.

f-cell-584.jpg

 La cellule depuis laquelle Nelson Mandela analysait la politique de la France

Commentaires

Merci pour ces précieuses informations

Il faut espérer que Médiapart, entre autres, s'en fera l'écho

Toutefois il me semble que le meilleur soutien de l'Afrique du Sud était le pseudo-état hébreu

Pseudo pour de nombreuses raisons dont la moindre n'est pas qu'un état dont personne ne connait les frontières officielles ne devrait pas être qualifié d'état par ceux qui ont le souci du juste mot pour la juste chose, le souci es mots pesés pour éviter, sinon réduire, les maux pesants.

Écrit par : Georges | 29/06/2013

Le meilleur soutien de l’apartheid en Afrique du Sud, je n'en suis pas sûr. C être bien sévère! Le système Sud-Africian de l'époque (qui faut-il le rappeler? Il est toujours là, mais entièrement modernisé!!) comptait partout au Monde de solides soutiens! Même ponctuellement, l'URSS! C dire... Il ne faut pas oublier le plus petit des copains puissants, Israël...
Cela dit, C pas idiot de rappeler ici que la France fut probablement aussi, dans le peloton des plus solides soutien de l’apartheid... Business étant business... Et C sûr que le boycott de l'Afrique du Sud, ce fut souvent une jolie farce!
(on sera pudique pour le business des équipements militaires... ;-))
Mais en tout autre sujet et activité, pour n'évoquer que les nombreux navires de commerce de passage au large du Cap chaque jour que Dieu faisait, C fou tout ce qu'on a pu leur acheter à chaque occasion!
D'autre art, s'il avait fallu passer sans rien y faire ni acheter, on aurait été bien emmerdé... Ce qui rend les choses plus nuancées.
Au large des Côtes Africaines, en matière de Sécurité en Haute Mer, en cas d'accident, SEULE la Marine Militaire Sud Africaine pouvait venir à notre secours et le faisait souvent, de toutes les manières possibles et imaginables. On ne compterait pas le nombre de gars qui furent sauvés par les hélicos de l'aéronavale Sud-Africaine, qui se foutait royalement de qui avait besoin d'être secouru. (j'ai quelques anecdotes sur le sujet)
C'est d'ailleurs, toujours le cas aujourd'hui, même si leur marine n'est plus ce qu'elle fut. La RSA a aussi quelques autres nécessités d'urgence, hélas. La RSA est toujours le plus puissant pays de l'Afrique "Sud-Sahara", mais se débat dans des problèmes sociaux, extrêmement difficiles!
Là-bas les jeunes gens, pour eux l'apartheid, c'est de l'Histoire et ceci demeure, mais entre riches et pauvres, comme pour le reste du monde!

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

Ce matin faute de temps, j'ai lu la page "en diagonale"... Ca m'invita à parler de l'Afrique du Sud concrète que j'ai vue, le pays dont les marins au long cours contournent la géographie, mais dont il leur serait difficile de "contourner" le commerce agréable, avec ou sans cynisme. Car un des centres du sujet est bien là:
L'Afrique du Sud, d'avant Nelson Mandela était une très grande puissance commerciale et elle l'est aujourd'hui encore. Aucun pays important qui a besoin de vendre ET d'acheter beaucoup de choses à l'étranger, pour le meilleur comme pour le pire, ne pouvait réellement contourner l'Afrique du Sud!
C'était et le reste, pour le business, un Excellent client et bon payeur et... La RSA avait "plein de bonnes choses" à vendre, ;-)) dont "on" avait absolument besoin, à tort ou à raison. Donc, avec des pincettes sur le nez ou avec cynisme, la France comme les autres, un peu souvent avec une discrétion de pure forme... "Business is business".
Et pour les armes, ça c'est sûr, s'il est un sujet sur le quel nos politiques n'assument jamais ce qu'ils font...
"...l’argumentaire fatigué de la distinction entre les armes défensives et offensives…" La plus belle des hypocrisies crasseuses! De Gaulle lui n'en disait rien, il le faisait. Tout simplement, lire ses mémoires (là C clair):
La défaite de mai-juin1940, le Grand Charles n'avait qu'UNE seule idée en tête:
"PLUS JAMAIS CA!!" Chez lui, c'était une obsession permanente, peut-être jusqu'à la déraison. Il se serait sans aucun doute fait tringler par le diable, avec conviction même, pour être sûr de réussir à éviter le retour d'une telle catastrophe.
Se faire mettre par le diable? C'est d'ailleurs sans doute arrivé... ;-)) Voir ce qu'il organisa en Polynésie ou... Les mauvaises fréquentations évoquées sur cette page... CDG n'avait visiblement aucun état d'âme sur ce sujet.
Pour bien le comprendre, au-delà de l'approuver entièrement ou pas du tout, il suffit de se souvenir des anecdotes pénibles que racontent celles et ceux qui ont vécu la défaite de mai et juin 1940 et toutes ses suites...

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

De Gaulle a beaucoup plus aimé son idée de la France (et la présider) qu'il n'a aimé les Français

Écrit par : Georges | 30/06/2013

En d'autres termes, la défaite de mai-juin 1940, qui a envie que ça recommence? Moi, ça ne m'étonne pas que beaucoup de gens aient suivi CDG sans discuter une seule seconde et encore moins y réfléchir, même avec un certain nombre de "à côté" pas très prestigieux...
La réalité, c'est qu'on ne doit pas trop s'étonner que les personnes qui ont vécu en "position privilégiée" l'expérience de mai-juin 1940 et de ses suites, se soient moqués de ce qui se passai en Afrique du Sud! En 2013, la dissuasion nucléaire telle que ce fut conçu dans les années 1960, elle est réellement devenue au moins "discutable" et avec ce qui se passe "au point de vue budget", la tentation est grande de... En 1963 c'était crédible!
Avec Giscard d'Estaing là... Là commencent l'inexcusable et le côté réellement tordu! Aaahhhh! les belles affaires de Jacques Médecin en Afrique du Sud et ailleurs. Le très jeune Giscard d'autre part, (lire une bonne et simple "bio" wikipedia par exemple ;-)) il n'a certainement pas dû souffrir beaucoup de l'occupation, par la situation de sa famille... C pas comme mon père qui fut ado à Montpellier, une ville où à partir de la fin 1942 on manqua peu à peu de tout et n'importe quoi et comme légume accessible dans les quartiers pauvres, seulement du rutabaga, que son estomac ne supportait pas et que... J'en ai entendu parler, un peu trop quand j'étais gosse...
En fait, le régime gaulliste savait "faire avec" la mentalité d'assiégé des tenants de l'apartheid, pas par racisme mais par opportunisme. Ceci dit si CDG n'était certainement pas un raciste, ce gars qui était au lycée en 1910, n'avait certainement pas le même état d'esprit que nous à ce propos, sa condescendance mêlée de paternalisme avec l'Afrique, ça reste dans toutes les mémoires...
Précision:
Ils ont réussi à leur vendre 4 sous-marins type Agosta très améliorés "au top", selon tous les desiderata de la Marine de la RSA. Deux autres sous-marins étaient prévus mais... Giscard fut obligé de les céder au Pakistan, comme l'explique Mtre Gilles... (déjà, le Pakistan... ;-))
A propos! Car il faut aussi savoir en rire, (clic mon nom) un de ces sous-marins laisse un souvenir impérissable aux services du port de Nantes, avec ce qui lui arriva. Oui, on pouvait chasser le sous-marin sur la Loire à l'époque!
Sur le coup, ils ont cru que l'Afrique du Sud essayait de leur refaire le coup des vedettes de Cherbourg... ;-))

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

@Georges | 30/06/2013 - Ben oui, il était aussi comme ça le Grand Charles.
Il voyait et faisait tout, "toujours en grand". Les très grosses gaffes aussi d'ailleurs... ;-))

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

Ceci dit l'apartheid, il faut avoir discuté longuement avec "ceux qui y étaient", ou qui "en étaient", pour bien le comprendre, avait comme "meilleurs soutiens":
- Les puissances de l'argent localement et à l'extérieur, dans le Monde Occidental principalement, dont la France, qui se mouilla souvent plus que d'autres... Le monde des affaires a soutenu l'apartheid, quand "ça marchait fort bien comme ça"!
Quand il est devenu évident que c'était un "truc intenable", cette position a évolué... Le "monde de l'argent", les races il s'en fout! (totalement! Voyez une galerie de portraits de riches... ;-))
- La Guerre Froide! La position stratégique de la RSA pour le trafic maritime, ya qu'à regarder une carte planisphère pour le piger: D'un point de vue Bloc de l'Ouest, il n'était pas question (pas du tout!) de risquer voir un allié de l'URSS avoir la "haute vue" sur la pointe sud de l'Afrique, ça non... ;-)) Donc, même en se pinçant le nez, aux USA, pas d'état d'âme! Comme De Gaulle ils ont dû souper avec le Diable, content ou non.
. La Guerre froide terminée, le grand blocage avait disparu!
- Enfin le troisième soutien était le VRAI MOTEUR de l'apartheid. Le racisme? Non!
Ce moteur n'était pas le racisme cru, très bête et très méchant, comme celui qu'on a souvent en Europe. Le racisme n'était que la façade de l'apartheid, pas sa base:
Il ne faut pas confondre le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme "scientifique" des nazis aujourd'hui disparu.
Il ne faut pas confondre le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme débile profond des banlieues ou des petits fachos dont il a parfois été question ici.
Il ne faut pas confondre le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme de carnaval de Jean-Marie Lepen.
Il ne faut pas confondre (encore moins!) le racisme de façade de l'apartheid avec notre racisme sournois et hypocrite "à la française", celui qui s'exprime "avec tact" ;-)) dans le secteur immobilier par la célèbre formule:
-"Je crois que ça ne va pas être possible..."
Il ne faut pas confondre (non plus!) le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme feutré et délicat du monde des affaires, celui qui qui faisait dire par les grands patrons de la construction navale:
-"Laissons les Coréens, ensuite les Chinois, construire nos porte-conteneurs, c'est très simple, construire un porte-conteneurs... (absolument! Essayez vous-mêmes ;-)) Tandis que nous, on construira les bateaux très sophistiqués...." Et taratata... Lisez la presse professionnelle depuis 15 ans et voyez le résultat! Et voyez si les chinois ils sont aussi couillons que ça... ;-)) On retrouve ça dans tous les domaines d'activité!

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

Ceci dit l'apartheid, il faut avoir discuté longuement avec "ceux qui y étaient", ou qui "en étaient", pour bien le comprendre, avait comme "meilleurs soutiens":
- Les puissances de l'argent localement et à l'extérieur, dans le Monde Occidental principalement, dont la France, qui se mouilla souvent plus que d'autres... Le monde des affaires a soutenu l'apartheid, quand "ça marchait fort bien comme ça"!
Quand il est devenu évident que c'était un "truc intenable", cette position a évolué... Le "monde de l'argent", les races il s'en fout! (totalement! Voyez une galerie de portraits de riches... ;-))
- La Guerre Froide! La position stratégique de la RSA pour le trafic maritime, ya qu'à regarder une carte planisphère pour le piger: D'un point de vue Bloc de l'Ouest, il n'était pas question (pas du tout!) de risquer voir un allié de l'URSS avoir la "haute vue" sur la pointe sud de l'Afrique, ça non... ;-)) Donc, même en se pinçant le nez, aux USA, pas d'état d'âme! Comme De Gaulle ils ont dû souper avec le Diable, content ou non.
. La Guerre froide terminée, le grand blocage avait disparu!
- Enfin le troisième soutien était le VRAI MOTEUR de l'apartheid. Le racisme? Non!
Ce moteur n'était pas le racisme cru, très bête et très méchant, comme celui qu'on a souvent en Europe. Le racisme n'était que la façade de l'apartheid, pas sa base:
Il ne faut pas confondre le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme "scientifique" des nazis aujourd'hui disparu.
Il ne faut pas confondre le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme débile profond des banlieues ou des petits fachos dont il a parfois été question ici.
Il ne faut pas confondre le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme de carnaval de Jean-Marie Lepen.
Il ne faut pas confondre (encore moins!) le racisme de façade de l'apartheid avec notre racisme sournois et hypocrite "à la française", celui qui s'exprime "avec tact" ;-)) dans le secteur immobilier par la célèbre formule:
-"Je crois que ça ne va pas être possible..."
Il ne faut pas confondre (non plus!) le racisme de façade de l'apartheid avec le racisme feutré et délicat du monde des affaires, celui qui qui faisait dire par les grands patrons de la construction navale:
-"Laissons les Coréens, ensuite les Chinois, construire nos porte-conteneurs, c'est très simple, construire un porte-conteneurs... (absolument! Essayez vous-mêmes ;-)) Tandis que nous, on construira les bateaux très sophistiqués...." Et taratata... Lisez la presse professionnelle depuis 15 ans et voyez le résultat! Et voyez si les chinois ils sont aussi couillons que ça... ;-)) On retrouve ça dans tous les domaines d'activité!

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

Le premier et puissant moteur de l'apartheid, c'était la PEUR Collective! La sainte peur de la minorité banche des Afrikanders, venus de Hollande, de France et d'ailleurs il y a déjà quelques siècles, de se faire submerger par les zoulou et les autres "blacks", plus nombreux... Tout simplement.
Lire la page Afrique du Sud sur Wikipedia et lisez toute l'histoire des peuplements. C pas simple mais c'est un vrai roman. (et pas "du roman").
En plus, quand les Afrikanders se sont faits coloniser à leur tour par l'Angleterre et qu'ils furent vaincus, (guerre des Boers en 1900) ça n'a pas vraiment (mais alors pas du tout!) calmé un état d'esprit collectif et des mentalités d'assiégés devenus collectivement plus ou moins paranoïaques... C ça qui "fabriqua" l'apartheid, pas le racisme, qui fut d'abord le support théorique, permettant de maintenir "la main d'oeuvre pas cher" avec un prétexte théorique tout trouvé...
Revenir au sens des mots: apartheid signifie "développement séparé", pas racisme.
C.à.d. : "on ne se mélange pas* et C nous les patrons!"
Avec le gourdin si nécessaire comme argument décisif, pour les mauvais comprenant...
*Tu parles de ne pas se mélanger! Tous les chefs du parti de l'apartheid ont fini par avouer que dans leur famille, des relations "inappropriées" (disait Clinton) rendaient "fragile" depuis des siècles de présence, toute théorie audacieuse en matière de "pureté de la race"... ;-)) Autrefois, sujet tabou!
Tout ça, Frederik De Klerk et Nelson Mandela l'avaient compris ensemble peu à peu. Plus de peur réciproque, plus d'apartheid! Quand le monde des affaires a vu se dessiner la perspective d'un grand massacre réciproque, ils sont intervenus pour dire: Arrêtez ça!
On le sait maintenant, ça a beaucoup négocié durant des années. Et... Sans soutien de l'Est, l'ANC de Mandea n'avait plus qu'à se mettre au diapason:
Plus de blocage, plus de peur, plus d'apartheid! La suite on connait... C pas parfait mais ça marche.
(il faut arrêter l'ultra -libéralisme maintenant...)

Écrit par : Thierry bressol R/O | 30/06/2013

@Bressol! dans un de nos échanges tu disais que Obama se ridiculise avec se voyage en RSA! Pourquoi tu le dis pas?
Ta lourde intervention serait alors totale.
La Republic of South Africa est-elle honorée par la visite de ce rigolo qui semble se prendre pour Mandela? Entre Frederik De Klerk et Nelson Mandela, de vrais Prix Nobel de la Paix (qui sauvèrent leur pays du pire) et Obama, super-menteur transatlantique et Prix Nobel de carnaval, ya pas photo... Non?
On sait localement que le Pdt Zuma aussi est un spécialiste du ridicule et des histoires douteuses, ces deux-là finalement, ils vont très bien ensemble.

Écrit par : Tembol | 01/07/2013

Les puissances occidentales ne se sont jamais souciées de la vie,de la liberté,de l'éducation ,de la santé des Africains quand il a été question de piller leur continent.Les résolutions de l'ONU contre l'apartheid n'ont servi qu'a faire plaisir aux potentats du restant de l'Afrique lesquels ne génaient pour jouer en privé un double jeu avec l a RSA.Depuis le" bois d'ebéne "jusqu'a l'huile de palme aujourd'hui, l'Afrique fournit sa richesse en échange de dettes.Les dirigeants de l'Afrique du sud ségregationniste étaient certainement plus fréquentables que des dictateurs capricieux et imprévisibles.Je me souviens d'une émission ou Michel Droit (qu'il brule en enfer) déclarait en gros ":l'apartheid ou le chaos "devant André Brink et a eu le culot de reprocher à l'écrivain de dire du mal de son pays à l'étranger.L'Afrique berceau de l'humanité(en catalan berceau=bressol , j'ai pas pu résister)que nous détruisons depuis toujours

Écrit par : monique gasc | 01/07/2013

@Monique - Moi aussi! J'ai oublié quand, amis je me souviens encore de l'émission avec Michel Droit....
Ah! Celui là.... Il faisait du safari en "Empîre de Centre Afrique avec Giscard et son cousin.... Je me souviens aussi que le canard enchainé raconta comment il a descendu un gars, ne sachant pas même se servir de son fusil, sans danger pour les chasseurs... ;-))
Mais quelle bure il était, ce mec! C'était fabuleux le nombre d'horreurs qu'il disait...
A la limite, on s'ennuie aujourd'hui sans lui... ;-))
On ne sait plus souvent aujourd'hui, dire des horreurs aussi trash avec autant de talent!
(et je confirme, en Occitan et en Catalan mon nom de famille signifie "Berceau"!
Mon nom fut aussi longtemps le nom d'un système associatif de crèches en Espagne, dont le site fut www.bressol.com!
Et... Ce nom fut aussi celui celui d'un beau yacht de riches, du même genre que le célèbre et joli Paloma de Bolloré et de la mémorable période de repos bien mérité de Sarko en fin Mai 2007... Un de mes correspondants me disait d'ailleurs que c'était ce yacht, ce qui m'a beaucoup amusé. ;-))
Hélas, c'était une erreur mais... Même chantier, même année et mêmes plans, d'où cette confusion... ;-))
Nous avons ici il ya qlq temps évoqué l'écrivain Anglais Tom Sharpe, champion de la critique forcenée et très amusante de l'enseignement moderne, du thatcherisme et... De l'Afrique du Sud de l'apartheid. Il y a longtemps vécu et...
Il en fut expulsé à la suite de l'humour ultra-corosif de deux de ses romans dont l'action se situait là-bas...

Écrit par : Thierry BRESSOL R/O | 01/07/2013

Bien sur que l'Afrique du Sud avait d'autres soutiens. Mais celui de la France valait de l'or.

Le générale de brigade à titre temporaire a joué un sacré coup de p... en larguant les US et le RU qui soutenaient l'embargo. Ce en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, et alors que Mandela était entaulé. C'est archi-pourri.

On a fait le crique sur la nouille MAM annonçant qu'elle envoyait du soutien à Ben Ali le jour où ce mafieux toxicomane se barrait chez les bandits absolus d'Arabie Saoudite, terre d'accueil des grandes bases US.

Mais là, on a vendu, et pendant des années, en violation d'un embargo décidé par le Conseil de Sécurité, des armes destinées à tuer des militants noirs. De Gaulle reste un immense crapule.

Écrit par : gilles | 03/07/2013

venez sur mon web site on parlera de tous , vous etes des gens qui voulaient d'une afrique du sud noir, maintenant il y a genocide blanc

Écrit par : raymond charles | 18/11/2013

Comme quoi on peut "réveiller" un vieil article :-)

Les "grands hommes" le sont rarement vraiment.

De Gaulle inclu qui fut vraiment l'âme du coup d'état de 1958.

Illustration

- "Mon général, le nuage nucléaire va passer au dessus d'îles habitées"

- "De Gaulle ne s'est pas déplacé jusqu'ici (environ de Mururoa) pour rien; tirez"

Il parlait de lui à la troisième personne parfois :-(

Méprisable.

Écrit par : Georges | 19/11/2013

Il serait intéressant d'avoir la liste des entreprises françaises qui ont travaillé et fait des profits avec l'apartheid. Ce doit être (même si elles ont changé de nom ou de propriétaires) les mêmes que celles qui ont collaboré avec le nazisme. Ceci tant dans le domaine financier que dans le domaine industriel.
Le programme du CNR prévoyait leur nationalisation. Déjà, si le Front Populaire avait respecté son programme, les industries d'armement auraient été nationalisées, ce qui leur aurait évité d'armer Hitler et Franco, ce qui aurait alors évité les circonstances plus que tragiques qui ont suivi, qu'on connaît. Comme quoi...

Écrit par : DOMART | 07/12/2013

Vous ne pouvez pas savoir ce que vos commentaires m'ont apporté.
Je m'incline devant votre savoir et vous en remercie.

Écrit par : Kouyoumdjisky Claude | 09/12/2013

Le titres racoleur, et le réflexe de condamnation morale de Le Pen sont très irritants, je trouve que ça déssert la crédibilité de l'analyse... C'est dommage, car ces informations que vous mettez en lumière servent particulièrement bien la révision honnête de l'histoire et la vérité.

Écrit par : passant | 16/12/2013

Oui, pour le titre, je vois que je m'étais un peu énervé. J'aurais du dire que la France était bien placée dans le club des soutiens à l'apartheid.

Pour Le Pen, je condamne bien sur le type qui qualifie Mandela de terroriste, difficile de faire moins, mais je dis attention, le consensus en France était pour le soutien à l'apartheid

Écrit par : gilles | 16/12/2013

Le principal soutien à l'apartheid en Afrique du Sud était l'état d'Israël ... qui le pratique toujours.

Écrit par : durieu | 29/12/2013

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu