Avertir le modérateur

Mélenchon, l’illusionniste du droit social

Ouh la la, il faut que je fasse gaffe. A l’heure où Hollande et sa bande d’ahuris fait moins bien qu’un Bayrou, je m’en prends à celui qui défend la flamme à Gauche, l’illustre Mélenchon… Allons, chères amies, chers amis… Ouvrez les yeux sur les illusions de Mélenchon, et son soutien à Kerviel est une bonne occasion.

illusion-4.jpg

Mélenchon pour sauver la Gauche ?

Hollande, ce roublard éclairé par la puissance intellectuelle de Valls, s’est planté en six mois, et il poursuit la destruction de l’idée d’une Gauche de gouvernement en Europe, après Blair au Royaume-Uni, Schröder en Allemagne et González en Espagne. Alors, on regarde du côté de Mélenchon, ça peut se comprendre, mais désolé, c'est de la crédulité.

Mélenchon a fait carrière grâce au Parti socialiste et à la proportionnelle. Il prend la posture du râleur de Gauche, promet l’été en hiver, et fait toujours 10%, ce qui lui donne sa paie. C'est sa vie : supplétif du courant majoritaire du PS.

Il est si populaire qu’il a perdu toutes les élections auxquelles il s’est présenté sous son nom, sauf une fois : pour les élections cantonales de l’Essonne en 1985, élections qui ont marqué l’histoire du pays.  

Il faudra revenir sur ce Saint-Just en fromage blanc, mais regardons son soutien à Kerviel. Que des salariés dans la mouise fassent confiance à cet illusionniste oblige à apporter quelques précisions, et please, prenez le temps d’analyser, même si je vous énerve.  

6ab40203.jpg

« Kerviel est innocent »

C’est le cri du cœur de Mélenchon sur son blog. Lisez cette introduction au délire, faisant le parallèle entre Dreyfus et Kerviel… Consternant.

« Pour le militant politique que je suis, défendre un trader dans un conflit avec sa banque est aussi décalé que l'était la défense d'un capitaine monarchiste au début du siècle précédent contre l'institution militaire unanime. Le militarisme était alors notre ennemi car nous ne voulions pas de la guerre qu'il préparait. Dreyfus en était un rouage conscient et satisfait. Mais il était innocent. Les banques sont nos ennemis aujourd'hui car nous ne voulons pas du désastre qu'elles organisent. Kerviel en était un rouage actif, content de lui et du système. Mais Kerviel est innocent ».

Mélenchon est soudain saisi par cette question : « Et s’il était innocent, ce serait terrible ». Ça, c’est sûr, banane : ça s’appelle l’erreur judiciaire, et ça existe depuis que la justice existe. Comme il y a 60 000 détenus en France, mon Mélenchon-chonchon a trouvé de quoi s’indigner dix fois par jour, tous les jours… sauf que ce n’est pas avec le condamné de base que Mélenchon va passer à la télé.

Jérôme Kerviel a été reconnu coupable par un jugement du tribunal correctionnel de Paris (200 pages) confirmé par la Cour d’appel de Paris (100 pages), mouchant le distrayant avocat David Koubi : cinq ans de prison, dont trois ferme, et 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.

Je m’attendais aussi à une analyse critique de ces décisions de justice. Non rien. Ces deux décisions ne sont même pas visées dans la diatribe de Mélenchon. Le mec nous raconte un conte de fée, genre « les playmobil et les méchants banquiers ». Soyons sérieux : comment parler d’innocence sans critiquer les décisions de justice qui ont condamné ? C’est du niveau Sarko. Oui, désolé, mais c’est ça : du niveau Sarko pour le mépris de la justice.

 

Belle-illusion-d-optique.jpg

La soupe sociale de Mélenchon

Mélenchon s’était bien gardé de faire le malin devant la cour d’appel de Paris, car il savait qu’il aurait été ridiculisé en cinq minutes. Mais là, devant le Conseil de Prud’hommes, ça lui parait moins risqué, alors il a ramené sa fraise : en retour, il n’a reçu qu’un joli coup de pied au cul. Et bien mérité.

Regardons cette soupe : « Dans quelques jours, le 4 juillet prochain, Jérôme Kerviel passe aux Prud'hommes. C’est le dernier recours dont il dispose pour contester qu’il ait commis la « faute lourde » dont l’accuse la banque. Car cette incrimination, en plus de toutes les autres peines, le condamne à la mort sociale, sans aucune ressource et sans aucun accès aux droits sociaux les plus élémentaires. Je crois que Jérôme Kerviel est innocent. Ceux qui l’ont fait condamner sont donc coupables ».

1/ Kerviel, licencié en 2008, saisit les prud’hommes… cinq après ! Typique de la démarche d’un mec convaincu de son bon droit… Que peuvent bien en penser les salariés licenciés, et qui se précipitent  aux prud’hommes à peine reçue la lettre de licenciement ?...

2/ La faute lourde n’est pas une incrimination, car ce n’est pas pénal. Nul.

3/ « Je crois que Jérôme Kerviel est innocent » : on te demande pas tes croyances, mais tes preuves.

4/ « Ceux qui l’ont fait condamner sont donc coupables » : au pénal, c’est le procureur qui fait condamner. Niveau Sarko.

5/ Ce licenciement laisse « sans aucun accès aux droits sociaux ». C’est faux : un salarié liencié a droit au chômage, calculé sur les derniers salaires, quel que soit le motif du licenciement. On parle du montant des indemnités chômage de Kerviel ?

6/ Kerviel demande une expertise pour prouver qu’il n’a pas commis de faute, mais la cour d’appel, après une instruction conduite par un juge et au cours de laquelle Kerviel pouvait faire toute demande dans la défense de ses droits, a reconnu la faute. Donc, c’est plié !

7/ En pratique, ne reste en débat que la qualification de faute lourde. Passer de « faute lourde » à «  faute grave » lui permettrait de toucher ses congés payés ! De quoi en faire une cause nationale, en effet…

On pourrait continuer… Mélenchon n’est qu’une illusion, qui n'apporte à la Gauche rien de plus que Hollande.

 

optical-illusions-3.jpg

 Hollande et Mélenchon font de la politique "de Gauche"....

Commentaires

  • Comment peut-on être melonchoniste si on a un minimum de sens critique ?

    C'est bien pourquoi Jacquard m'a personnellement beaucoup déçu en votant pour le tribun démago

    Ne pas voter Hollande, sans la moindre illusion, dès le premier tour , c'était risquer de faire repasser l'imbuvable Sarko au dépens des plus défavorisés en nombre croissant

    Regrettable que Arrêt sur image vient encore de donner la parole à ce bateleur auto-suffisant imbu de lui-même

  • Bon là ça va.je n'idolatre aucun homme politique .mais ceux qui pensent faire mieux n'ont qu'a s'y coller.Mélanchon dit des conneries comme tous mais un peu moins quand méme.J'ai trouvé qu'il disait des choses trés justes pendant les présidentielles et qu'il était bien le seul.Je ne vois pas pourquoi on doit lui reprocher d'avoir quitté le PS à qui il ne fait pas de cadeaux. Quand au terme bateleur je le trouve injuste et dégueulasse ,en accord avec les media aux ordres qui préfèrent inviter Marine la rendant tours plus respectable.Melanchon est un vrai tribun meme s'il lui arrive de déraper(un tribun de la plébe ai je écrit mais ça vaut pour les latinistes).quant à l'affaire Kerviel je pense qu'il avait l'idée stupide de montrer que les banques étaient responsables et pas les lampistes.Ceux qui croient que Kerviel a agi seul sont vraiment des gogos

  • Je précise que je n'ai pas la moindre sympathie (pour ne pas dire plus) pour Kerviel ou par exemple le juge Burgaud et ceux de leur espèce des gens prets à tout pour gagner du fric ou faire carrière

  • Moi, j'aime bien Mélenchon, il est le plus souvent très amusant ou convainquant. Mais...
    Il y a son fort long CV. J'ai parfois la sensation qu'il règle quelques vieux comptes avec ses ex copains du PS, probablement fort justifiés en général mais... Est-ce le bon terrain pour le faire?
    Gaston Deferre préférait le duel et je crois que c'est lui qui avait (sur ce sujet) raison. Ca a plus de panache que la puante politique actuelle en tout cas...
    En ce moment, il participe au ridicule et au pathétique ambiant, qui aura le résultat que l'on devine, aux prochaines législatives... J'aime autant vous le dire, et ne serai sans aucun doute pas le seul, avec ce qui s'est passé depuis un an, que personne n'ose me parler de "'front républicain". N'importe quoi mais... Plus d'UMP ni de PS.

  • @Thierry
    Quel incurable romantique tu es!le duel !toute cette imagerie machiste!encore que moi qui suis un archer potable, àl'arc ,je m'en ferais bien quelques uns.

  • La tchatche... il en faut.

    Mais mon désarroi est de constate qu'il n'existe plus de Gauche de gouvernement en Europe, et ce n'est pas Mélenchon qui est apte à gouverner quoi que ce soit.

  • C'est grave de se dire "de gauche", et d'être incapable de gouverner un pays.

  • ah bon?En plus d'avocat tu es psy,Gilles,pour etre capable de juger qui est apte ou pas à gouverner?Melenchon n'a pas été un mauvais ministre .Je n'ai pas d'idées sur ses capacités à gouverner,je ne le connais pas personnellement,mais il est plus difficile d'etre aux manettes(au gouvernail dirait Thierry) que de rester sur la touche.Quand on est élu on n'a pas d'autres choix que de faire des compromis je le sais je l'ai été. Ce qu'il nous manque surtout ce sont de vrais penseurs, de nouveaux théoriciens capables de féderer l'emiettement de la Gauche (la vraie) .Un Lider Maximo ça peut attendre

  • Eh eh, ou parle-je de psy?

    Bien sur je parle de constatation politique

  • Cela dit et c'est à mon plus grand regret, le vrai problème avec Mélenchon, même s'il arrive souvent qu'il ait raison, c'est celui qui nous crève les yeux dans la dernière partie du terrible réquisitoire de Mtre Gilles ce jour:
    Il n'est absolument pas rigoureux ni logique, il n'a pas la cohérence d'esprit nécessaire pour être capable de proposer un vrai et crédible projet politique. Et ça pourtant, on a en plus que jamais besoin!
    Je crois donc aussi que celui ou celle qui nous fera ça, c'est pas lui.
    Quant à son soudain soutien à ce pauvre Kerviel et ses comparaisons "audacieuses", Mélenchon nous a habitués à mieux... ;-)) Qu'en penserait Dreyfus? ;-))
    Lui qui était tellement rigoureux que... Chez ses proches on s'est même demandé de quel bord il se serait situé au début d'Affaire, s'il n'avait pas été concerné... ;-))
    (en apparence au 1er coup d'oeil dans son affaire, il avait une vraie tête de coupable. C'est à l'examen que...)

    Maintenant, sur la conclusion "Mélenchon n’est qu’une illusion, qui n'apporte à la Gauche rien de plus que Hollande".
    Une illusion oui. Rien de plus? Si un peu, mais c'est du vrac! Et en politique les idées ne se consomment pas en vrac.
    D'autre part, encore un aspect complexe de la situation politique:
    Il ne devrait pas ignorer ce que dit un politicien Egyptien et Musulman:
    -"Le Coran et la Charia, ça ne se mange pas et il faut manger. Morsi n'en a pas tenu compte."
    -"Les idées de gauche non plus, ça ne se mange pas." (Thierry Bresssol, petit philosophe du 21ème siècle)
    Les faits sont têtus et la volonté de Dieu est incontournable.
    En toutes choses, tenir compte des Lois de la Physique et de la Nature, comme des rapports entre les causes et leurs effets, ça devrait faire partie du discours politique.

  • Ce qui m'a le plus sidéré depuis un an est arrivé cette semaine. C le triste gag de l'avion du Pdt Moralès. Il y a longtemps que je n'avais pas assisté à une action politique aussi gore. Nous attendons encore une explication sur la prise de cette décision. Qui a initié cela?
    Quand j'étais gosse, j'entendais parfois mon père commenter les infos. Parfois il disait:
    -"On n'a pas vu ça depuis vichy..." Il me semble l'avoir entendu dire ou penser ça mercredi matin...
    Ne pas savoir quoi faire devant la situation en Syrie par exemple, et ramer lentement de ce fait sans avancer ni pouvoir les aider à s'en sortir, ça peut se comprendre. Mais ce qui est arrivé à Moralès, même si sur le plan matériel ce n'est pas un désastre, (il n'y a ni mort ni blessé et seule sa consommation de kérozène fut "impactée") sur le plan des principes, ça m'a mis "en pelote".
    Rappel: Ni l'Oncle Sam ni la Commission de Bruxelles n'ont installé une armée étrangère omniprésente partout en France, au Portugal et en Espagne. Ce qui se passe est inadmissible. Les individus qui gouvernent sont des lamentables pantins.

  • Il est vrai que l'on peut se demander ce que va faire Mèluche dans cette galère .
    Cependant, votre haine du personnage vous entraine loin du sujet de fond qui est : l'embrouille d'une banque systémique qui plonge en 2008 et qui réussit à se faire dédommager d'une partie de ses pertes à hauteur de 1,7 milliard par C.Lagarde - sans que celle ci vérifie le bien fondé de la demande de la SG - en plus d'autres artifices comptables ( voir les faits exposés clairement sur le blog de votre ennemi) .
    Car qui peut croire que la banque ne connaissait pas les positions du trader ? vous, si ça vous arrange pour enfoncer Méluche . Vous voila donc grand défenseur de l'une de ces banques qui grugent le monde avec notre argent !

  • "les faits sont tétus" Lenine Ils se sont assez pour que je demande la preuve de l'absence de rigueur des discours de Melenchon durant la presidentielle et de l'absurdité de ses propositions.
    Comme je l'ai dejà écrit" il n'est pas de Sauveur Supreme ni Dieu ni Cesar ni Tribun"; vous voulez la suite ou vous connaissez les paroles?Je n'attends aucun sauveur, aucun homme providentiel mais un vrai mouvement social europeen et organisé qui fera émerger des hommes et des femmes capables d'offrir d'autres perspectives que le capitalisme débridé.Et si je parle de psy c'est parceque l'équation personnelle de ceux qui prétendent nous gouverner me parait aussi importante que leurs idées

  • Il est dommage qu'il n'ai pas critiqués plus précisément les décisions de justice.
    Si mes souvenirs sont bons :
    - Kerviel a été condamné essentiellement sur la foi de témoignages de personnes travaillant pour la société générale
    - Les experts des autres banques étaient unanimes : le "je ne savais pas" de la société générale n'est pas crédible
    - Les juges ont considéré que les falsifications de document faites par Kerviel prouvait que la Société Générale ne savait rien, alors que cet élément du dossier ne permettait pas d'exclure l'hypothèse "La banque a fermé les yeux" (pratique relativement courante, si quelqu'un donne des documents clairement suspects, on fait comme si on a rien vu, car on se dit qu'on n'est plus responsable).

    Il me semble que Kerviel est bien coupable sur plusieurs points, mais que la décision a été excessivement favorable à la banque, probablement parce que les juges ne connaissent pas le monde de l'entreprise (ce qui explique la facilité avec la laquelle il ont rejeté l'hypothèse "La banque ferme les yeux"). Et j'ai eu l'impression qu'il y a avait des doutes qui auraient du bénéficier à la défense. Je ne pense pas que les dédommagements demandés soient justifiés.

    Autre point (dont je ne suis plus sûr), il me semble que la peine pénale a été faible sous prétexte qu'il n'y avait pas d'enrichissement personnel de Kerviel, alors que des pièces du dossier démontrent que des bonus ont permis l'enrichissement personnel de Kerviel.

    Bien entendu, je parle de ce que je me souviens, car c'est vieux maintenant.

  • Ah oui, l'équation psy compte pour nos dirigeants, mais je n'ai pas la grille d'analyse... ni le divan !

  • @simon

    Pourquoi parlez vous de haine ? keep cool... Je n'ai de haine contre personne, et dans le monde politique, encore moins.

    J'ai même bcp de compréhension pour le personnel politique, car je pense qu'il est très difficile de gouverner.

    Simplement, je dis que 2 et 2 font 4. Donc, Mélenchon abuse, et il participe à la casse de la Gauche, en l'enfermant dans une posture rhétorique.

    Et sur ce coup. Qu'il défende Kerviel, je m'en tape.

    Mais qu'il discrédite ainsi la justice, et témoigne d'une telle méconnaissance du droit social, oui, c'est nul.

  • La justice s'est discrédité toute seule, sans avoir besoin de Mélenchon, en faisant fi des témoignages des experts des autres banques et en affirmant que la société générale ne savait rien.

  • Mélenchon ne parle pas du jugement et de l'arrêt pour la raison qu'il ne les a pas lu.

    Si c'est ça la conscience populaire. Vendre les principes de la justice pour 1 mn télé à coté de Kerviel, dont les midinettes sont amoureuses.

  • C'est vrai que les deux décisions ont surpris beaucoup de citoyens et elles en ont même choquées beaucoup parce que les condamnations financières et carcérales sont vraiment très élevées (et la je pense aussi que la justice s'est discréditée en ne faisant preuve d'aucune mesure, d'aucune proportionnalité et en retenant tout à charge contre Kerviel et rien contre la SG (alors que nous ne sommes pas des enfants : tout le monde doit bien se douter que la SG n'est pas Blanche-Neige dans ce conte de fées pour nains ;)


    Après, Mélenchon a tenté de faire un peu de beurre sur une affaire financière et judiciaire qui symbolise beaucoup de dysfonctionnements de nos sociétés.
    C'est normal, et c'est un peu son rôle : je ne vais pas trop le blâmer sur ce coup-là même s'il aurait pu arrêter une position plus nuancée.

  • Il soutient qui il veut, et il fait la politique comme il veut, l'ancien conseiller général de l'Essonne... Pas de pb.

    Mais j'observe que ce grand leader social débite les conneries au kilomètre sur le droit social.

    Allez soutenir qu'un licencié pour faute perd son droit au chômage, c'est dire que nous sommes dans une société de sauvages où l'employeur peut, à travers le choix du motif de licenciement, priver le salarié du droit au chômage !

    C'est de l'escroquerie que de soutenir ça, pour rallier la lutte des masses contre le capitalisme.

  • @Gilles
    pas besoin d'un divan juste un peu de bon sens.Ceci dit beaucoup de mes collégues pensent que Sarko est borderline ce qui me parait assez juste
    Sur les principes intangibles de la justice tu pourrais peut etre en parler avec Serge Portelli ou lire les bouquins de Pierre Legendre.Comme sa prose est un peu touffue on peut la résumer trés partiellement en disant qu'il pense que nous sommes passés d'une Loi intangible à une loi gestionnaire, contingente la loi sur la burqa m'en parait un bon exemple

  • Dans le genre, je peux proposer Victor Hugo, et notamment le texte « Le Droit et la Loi » (Actes et paroles – Avant l’exil).

    « Le droit et la loi, telles sont les deux forces ; de leur accord naît l’ordre, de leur antagonisme naissent les catastrophes. Le droit parle et commande du sommet des vérités, la loi réplique du fond des réalités ; le droit se meut dans le juste, la loi se meut dans le possible ; le droit est divin, la loi est terrestre. Ainsi, la liberté, c’est le droit ; la société, c’est la loi. De là deux tribunes ; l’une où sont les hommes de l’idée, l’autre où sont les hommes du fait ; l’une qui est l’absolu, l’autre qui est le relatif. De ces deux tribunes, la première est nécessaire, la seconde est utile. De l’une à l’autre il y a la fluctuation des consciences. L’harmonie n’est pas faite encore entre ces deux puissances, l’une immuable, l’autre variable, l’une sereine, l’autre passionnée. La loi découle du droit, mais comme le fleuve découle de la source, acceptant toutes les torsions et toutes les impuretés des rives. Souvent la pratique contredit la règle, souvent le corollaire trahit le principe, souvent l’effet désobéit à la cause ; telle est la fatale condition humaine. Le droit et la loi contestent sans cesse ; et de leur débat, fréquemment orageux, sortent, tantôt les ténèbres, tantôt la lumière. Dans le langage parlementaire moderne, on pourrait dire : le droit, chambre haute ; la loi, la chambre basse.

    « L’inviolabilité de la vie humaine, la liberté, la paix, rien d’indissoluble, rien d’irrévocable, rien d’irréparable ; tel est le droit.

    « L’échafaud, le glaive et le sceptre, la guerre, toutes les variétés de joug, depuis le mariage sans le divorce dans la famille jusqu’à l’état de siège dans la cité ; telle est la loi.

    « Le droit : aller et venir, acheter, vendre, échanger.

    « La loi : douane, octroi, frontière.

    « Le droit : l’instruction gratuite et obligatoire, sans empiétement sur la conscience de l’homme, embryonnaire dans l’enfant, c’est-à-dire l’instruction laïque.

    « La loi : les ignorantins.

    « Le droit : la croyance libre.

    « La loi : les religions d’état.

    « Le suffrage universel, le jury universel, c’est le droit ; le suffrage restreint, le jury trié, c’est la loi.

    « La chose jugée, c’est la loi ; la justice, c’est le droit.

    « Mesurez l’intervalle.

    « La loi a la crue, la mobilité, l’envahissement et l’anarchie de l’eau, souvent trouble ; mais le droit est insubmersible.

    « Pour que tout soit sauvé, il suffit que le droit surnage dans une conscience.

    « On n’engloutit pas Dieu ».

  • Hollande est son ambiguïté existentielle, c'est borderline aussi

  • "...Hollande est son ambiguïté existentielle, c'est borderline aussi..."
    C'est devenu si exaspérant que je me demande si pour se débarrasser définitivement de ces deux cliques PS et UMP, de vendus aux oligarchies vicieuses et héréditaires qui tiennent l'économie, il ne faudra pas "aller au charbon"...
    La réalité, C que Hollande n'assume pas ce qu'il fait, peut-être même le patin devant sa glace quand il se rase!

  • Je ne pense pas que Holly Hollande soit borderline mais j'ai entendu ce midi sur France Cu une nana dire qu'il avait un problème avec les femmes; non? Sans blague?Damned!!!!!personne ne s'en était aperçu!!!!!
    Si on en est aux citations :Karl Marx dans la critique du programme de Gotha "Le droit ne peut jamais etre plus élevé que la stucture économique de la société et le developpement culturel qui en dépend"

  • Oki. Je prends ce jeune Karl Marx en stage au bureau pour le mettre au gout des réalités de la période actuelle.

    Deux ou trois dossiers de droit international, et on va lui ouvrir les yeux au galopin

  • Victor Hugo a une vision très positive du droit et de la loi, mais c'est parce qu'il n'a pas connu les lois malveillantes et génocidaires du XXeme siècle. La Shoah a grandement changé notre vision de la loi : on ne pourra jamais faire comme si rien ne s'était passé.

    La Shoah a montré que la loi et le droit pouvaient servir le mal, pouvaient nuire à l'individu et être utilisée pour persécuter voire exterminer des minorités.

    Si Victor Hugo avait connu ces horreurs, sa vision du droit et de la loi aurait été moins optimiste.

  • Bonjour,

    Il y a un point sur lequel j'aimerai beaucoup avoir vos lumières :

    "En pratique, ne reste en débat que la qualification de faute lourde. Passer de « faute lourde » à « faute grave » lui permettrait de toucher ses congés payés"

    La qualification "faute lourde" dénote la volonté de nuire à l'entreprise (en plus de priver de congés payés) et la charge de la preuve étant renversée, c'est à SG de démontrer que Kerviel voulait sa peau...

    Question : le jugement en correctionnel ne suffit pas à démontrer la volonté de nuire ?? ou la SG doit argumenter ?... si on est dans ce cas, est-ce que la question de la "volonté de nuire" n'aurait pas du être tranché avant le passage en correctionnel ?

    Corolaire : est-il possible pour le CPH de ne pas s'aligner sur le tribunal correctionnel ?

  • Bah : Mélenchon et Lepen c'est bonnet blanc et blanc bonnet comme dirait l'autre...

    Vouloir comprendre le fonctionnement de leur cerveau c'est comme de mettre la tête dans un micro-ondes pour comprendre le fonctionnement de l'électricité

    :)

  • @Xavier R.

    La marge est plus qu'étroite, elle est infime, et en pratique uniquement théorique dans ce dossier. Ce qui montre que Mélenchon est un ignare du droit social, en prenant fait et cause pour cette action au Prud'hommes.

    Le faute lourde, c'est l'intention de nuire à l'employeur. Or, la SG est "partie civile" au procès, victime des agissements de son ex-salarié, ça ne laisse qu'une marge infime à la juridiction sociale.

    1/ Nous ne sommes pas encore à l'autorité de choses jugée, car la Cour de cassation ne s'est pas encore prononcée. Mais le salarié doit convaincre les juges, et l’arrêt de la cour d'appel, qui confirme le jugement et s'appuie sur toute l’instruction pénale, a un poids déterminant. L'avocat qui vient s'exciter avec une demande d'expertise, c'est risible... Je pense que l'avocat de la SG a une seule pièce dans son dossier: l’arrêt de la Cour au pénal, qui a répondu à tous les arguments de Kerviel et qui a mouché son amusant avocat.

    Ajoutez le mec qui attend cinq ans pour s'apercevoir qu'il doit contester son licenciement : c'est du jamais vu, et rien que ça, ça plie le dossier... ce d'autant plus que, fut un temps, Kerviel était défendu par d'excellents avocats.

    2/ Quand nous aurons l'autorité de chose jugée, ce sera encore plus limité, mais attention, l'ACJ n'est pas un absolu. Elle est un absolu pour les faits jugés, mais la juridiction reste maître de sa qualification. C'est sûr que si la Cour de cassation a retenu la SG victime de détournements intentionnels fait par Kerviel, la marge devient théorique. Mais le salarié peut toujours plaider sur l'intention de nuire "au sens du Code du travail"... qui serait différente de l'intention coupable "au sens du Code pénal".

    Ceci dit bon courage... Dans cette affaire, la marge d'interprétation est en pratique inexistante, car le débat sur l'intention ne repose que sur très peu de subjectif, et beaucoup sur de l'objectif, à savoir les preuves, notamment ce truc d’avoir des comptes occultes pour échapper au contrôle de l'employeur et l'absence de tout reporting.

    3/ Eh oui, il se trouve qu'un salarié a un patron. Mélenchon a l'air de le découvrir. C'est dire que le salarié exerce au nom de l'employeur et dans un rapport de hiérarchie. Ca fait bizarre d'avoir à rappeler de telles choses, mais comme Le héros des masses laborieuses a l'air de l'oublier, je lui offre cette petite piqûre de rappel.

    Je dois dire par exemple que j'apprécierais assez mal que quelqu'un de l'équipe du cabinet, crée des dossiers occultes que je ne puisse contrôler (au prétexte de défendre les intérêts du cabinet de ses clients mieux que le reste de l'équipe) pour engager le cabinet sur des trucs insensés et qui au final nous ruineraient.

    Donc, on ne peut pas parler d'un automatisme juridique qui n'existe pas, mais Kerviel en pratique n'a absolument aucune chance.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu