Avertir le modérateur

Europe : Criminalité organisée, corruption et blanchiment de capitaux

A nouveau, le Parlement européen s’illustre par la qualité de ses travaux. Il avait institué une commission spéciale sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux (CRIM)  chargée d'évaluer l'ampleur du phénomène en Europe, et les conclusions ne sont pas tristes. Je conseille cette lecture aux atrophiés du bulbe qui se sentent menacés par les pauvres : a priori, le danger est ailleurs… Un coût de 670 milliards d'euros chaque année, et tous les effets induits !

C’est le Parlement qui le dit : l’ouverture des frontières a été un appel d’air pour le crime. Je vous livre des extraits des conclusions, avec juste des intertitres.

P008322_redimensionner.jpg

Le crime organisé s’épanouit avec le marché

Les organisations criminelles ont progressivement élargi leur champ d'action à l'échelle internationale en exploitant les possibilités qu'offrent l'ouverture des frontières intérieures de l'Union européenne ainsi que la mondialisation économique et les nouvelles technologies et en s'alliant à des organisations criminelles originaires d'autres pays (à l'instar des cartels de la drogue sud-américains et de la criminalité organisée russophone) pour se partager les marchés et les zones d'influence ».  Un nombre sans cesse croissant de groupes criminels diversifient leurs activités en renforçant les liens entre le trafic de drogues, la traite des êtres humains, l'aide à l'immigration clandestine, le trafic d'armes et le blanchiment de capitaux.

La criminalité est une menace économique pour l’Europe

La corruption et la criminalité organisée représentent des menaces importantes en termes de coût pour l'économie de l'Union. Les revenus et la capacité d'infiltration des organisations criminelles ont sensiblement augmenté du fait que celles-ci sont actives dans de nombreux secteurs qui relèvent, pour la plupart, de la compétence de l'administration publique. La criminalité organisée s'apparente de plus en plus à un acteur de l'économie mondiale, dans la mesure où elle a une vocation entrepreneuriale marquée et elle est spécialisée dans l'approvisionnement simultané de plusieurs types de biens et de services illicites, mais aussi, et de plus en plus, de biens et de services licites. Elle a une incidence de plus en plus marquée sur l'économie européenne et mondiale, ayant des conséquences importantes sur les recettes fiscales des États membres et de l'Union dans son ensemble, avec un coût pour les entreprises de plus de 670 milliards d'euros chaque année.

Une menace pour la sécurité

La criminalité organisée représente une importante menace transfrontalière pour la sécurité intérieure de l'Union, eu égard au nombre de victimes. La criminalité organisée tire des revenus considérables d'activités telles que la traite des êtres humains, le trafic illicite et la contrebande d'organes, d'armes, de drogues et de leurs précurseurs, de substances de type nucléaire, radiologique, biologique, chimique ou pharmaceutique, y compris de médicaments vendus sur ordonnance, la contrefaçon de biens de consommation courante, tels que les aliments, le trafic d'espèces animales ou végétales protégées et de parties de celles-ci, de tabac sous toutes ses formes, d'œuvres d'art et de divers autres produits qui sont souvent des contrefaçons. Les trafics susmentionnés entraînent des pertes de recettes pour l'Union européenne et les États membres, portent préjudice aux consommateurs, à la santé publique et aux entreprises productrices et peuvent, de surcroît, favoriser le développement d'autres formes de criminalité organisée.

Le crime dans le domaine environnemental

Les activités criminelles de type organisé et mafieux dans le domaine environnemental considérant que les activités criminelles de type organisé et mafieux dans le domaine environnemental – à travers les différentes formes de trafic et de traitement illégal des déchets, et la destruction du patrimoine environnemental, paysager, artistique et culturel et des paysages – ont désormais acquis une dimension internationale qui exige un effort conjoint de tous les pays européens en vue d'une action commune plus efficace de prévention et de lutte contre les « écomafias ».

crime organisé.jpg

Un haut niveau d’organisation

De nombreuses organisations criminelles présentent une structure en réseau caractérisée par un degré élevé de souplesse, de mobilité, d'aptitude à utiliser les moyens de communication électronique et d'échanges entre groupes ethniques, ainsi que par une forte capacité d'infiltration et de mimétisme. Il existe une propension grandissante à l'entraide entre les différentes organisations criminelles, qui parviennent ainsi – notamment à travers leurs nouvelles structures internationales et la diversification de leurs activités – à surmonter les différences linguistiques, ethniques ou d'intérêts commerciaux pour se livrer à des trafics communs et obtenir une réduction des coûts et une maximisation des profits en cette période de crise économique mondiale.

3 600 organisations criminelles !

D'après le rapport SOCTA publié par Europol en 2013, les organisations criminelles internationales actives dans l'Union européenne seraient au nombre de 3 600 et que 70 % d'entre elles ont une composition et un rayon d'action géographiquement hétérogènes, tandis que plus de 30 % ont une vocation polycriminelle.

Une zone grise fructueuse

Les organisations criminelles mettent souvent à profit une zone grise de collusion avec d'autres acteurs et peuvent s'associer, pour exercer certaines activités, avec des délinquants en col blanc (entrepreneurs, fonctionnaires à tous les niveaux décisionnels, responsables politiques, banques, membres de professions libérales, etc.) qui, même s'ils n'appartiennent pas en eux-mêmes à la structure des organisations criminelles, entretiennent avec elles des relations d'affaires mutuellement lucratives.

socio_economic_f.jpg

Le marché de l’immigration

La crise économique de ces dernières années a produit de notables évolutions dans les secteurs qui intéressent la criminalité organisée, laquelle a rapidement perçu les nouvelles possibilités qu'elles offrent, et que cette crise peut fournir parfois, en favorisant l'arrivée de nouvelles vagues d'immigrants à la recherche de meilleures conditions de vie et de travail, de nouvelles victimes à exploiter et de nouveaux hommes de main.

La traite des êtres humains rapporte 25 milliards de profits par an

La traite d'êtres humains, le trafic d'organes humains, la prostitution forcée ou la réduction en esclavage, de même que la création de camps de travail, sont souvent dirigés par les organisations criminelles transnationales. En particulier, la traite des êtres humains est à l'origine de profits qui atteindraient, chaque année, 25 milliards d'euros et que ce phénomène criminel touche tous les pays de l'Union européenne.

L’esclavagisme en Europe : 880 000 personnes ! Et tous les Etats sont concernés

Le nombre total de travailleurs forcés dans les États membres de l'Union est estimé à 880 000, dont 270 000 sont des victimes de l'exploitation sexuelle, les femmes représentant la majorité de ces victimes. La traite et l'esclavage des êtres humains sont des formes de criminalité très lucratives qui sont souvent contrôlées par des organisations criminelles transnationales. Tous les États membres de l'Union sont touchés mais qu'ils n'ont pas tous ratifié l'ensemble des instruments internationaux pertinents qui pourraient rendre la lutte contre la traite des êtres humains plus efficace. Seuls neuf États membres ont entièrement transposé et mis en œuvre les dispositions de la directive de 2011 concernant la prévention de la traite des êtres humains et la lutte contre ce phénomène et la Commission n'a toujours pas mis pleinement en œuvre sa stratégie de l'Union en vue de l'éradication de la traite des êtres humains pour la période 2012-2016.

al-capone-606064-jpg_415986.JPG

" Oh purée, si seulement j'avais eu un ordinateur... "

Commentaires

  • La page du Parlement

    http://www.europarl.europa.eu/committees/fr/crim/reports.html#menuzone

  • Ce n'est plus un fait restant à prouver, l'ultra-libéralisme et les pratiques mafieuses et la corruption généralisée, ça va ensemble!
    D'autre part, elle l'a elle même dit qu'elle aussi avait eu cette sensation (ou ce soupçon), on doit se souvenir qu'avant de participer au fameux Tribunal International de Den Haag consacré aux crimes de guerre, Carla Del Ponte était une très dure spécialiste de "ce genre d'affaires" et.... Elle commençait plus q

  • Ce n'est plus un fait restant à prouver, l'ultra-libéralisme et les pratiques mafieuses et la corruption généralisée, ça va ensemble!
    D'autre part, elle l'a elle même dit qu'elle aussi avait eu cette sensation (ou ce soupçon), on doit se souvenir qu'avant de participer au fameux Tribunal International de Den Haag consacré aux crimes de guerre, Carla Del Ponte était une très dure spécialiste de "ce genre d'affaires" et.... Elle commençait plus q

  • Incident de saisie... Voici la fin du texte:
    Elle commençait plus que sérieusement à "jouer avec les pieds" (comme ça se dit à Charleroi, en Pays Wallon) de nombreuses "personnalités du monde des affaires et de la politique" en Europe de l'Ouest... ;-))
    Comme les procédés du genre "tomber accidentellement par la fenêtre du 8ème étage", ça ne se fait que rarement et ça risque de provoquer un effet inverse, il ne fut rien trouver de mieux que de se débarrasser d'elle en lui donnant un bel os à ronger... ;-))
    Ca C sûr, c'est plus rassurant pour "le monde des affaires", voir la méchante Carla poursuivre des affreux personnages comme Slobodan Milosevic et tous les autres, surtout quand ils se retrouvent soudain en position de se faire chopper!

  • Tout le monde sait que la majeure partie des prostituées ne sont que des esclaves de proxénètes et de filières mafieuses.Chaque fois que sont proposées des mesures destinées à remettre en cause la prostitution on assiste à une levée de boucliers de la part des rares prostituées travaillant à leur compte accompagnées de celles que leurs proxos obligent à manifester .On a droit en plus aux analyses goguenardes de machos imbéciles et aux aneries de Marcela Yacub entre autres .Il n'y a ni assez de flics pour lutter contre cet esclavage ni de peines assez sévères à l'encontre des macs, est ce vraiment un hasard?

  • Ben oui Monique, ce n'est certainement pas un hasard. Et si en plus de ce contexte hautement trash, le "petit monde politico médiatique" fait (est-ce que ceci peut être nommé autrement?) la promotion des comportements graves du genre de celui de Marcela Yacube, Orelsan et autres Joe Star en les invitant à la radio ou à la TV, comment s'étonner que ces "phénomènes sociaux" perdurent joyeusement?
    - Non, il n'y a pas de hasard, ce que j'ai un soir entendu dire par cette sale garce qu'est Marcela Yacube, illustre fort bien (avec un talent qu'on ne saurait lui nier dans le sordide) le fait que tout cela n'existe pas par hasard, ni par la volonté d'extra-terrestres au dessins obscures et tordus:
    Ce n'est plus à prouver, l'ultra-libéralisme, les pratiques mafieuses et la corruption généralisée, tout ça va ensemble!
    (et cela "se complète" à la perfection, si j'ose dire)

  • L'esclavage c'est aussi quand un humain abdique sa liberté !

    Je me souviens qu'une bonne partie des esclaves romains à la fin de la République le devenaient volontairement pour effacer leurs dettes contractées auprès de propriétaires fonciers.

    Je sais aussi que les salariés sont esclaves volontaires abdiquant leur liberté contre un salaire.
    Comment verser une larmes sur ces hommes qui n'arrivent pas à assumer leur liberté ?
    La liberté pour les prolos ? Laissez-moi rire ! Ils l'échangeraient contre un billet de Loto...

  • @ intonolavinas,
    Le travail n'est pas qu'un instrument de torture et d'asservissement : il peut aussi servir à atteindre l'émancipation et la plénitude du soi.

    Sauf bien sûr si ceux qui sont réellement "libres" - car possédant toutes les richesses et entreprises - font du grand n'importe quoi ;-)

  • Une loi a été proposée pour interdire la prostitution au moyen d'une pénalisation du client.
    La situation va évoluer en France.

  • Esclavage forcé et esclavage volontaire,c'est un peu comme la burka volontaire et la burka forcée ,une de ces ambiguïté humaine qui lie le bourreau et sa victime consentante....Un phénomène que l'on retrouve aussi dans les couples,et ou la le partenaire retrouve après rupture avec son bourreau un bourreau a l'identique voir encore plus violent (Alcool,drogue,folie)

  • @incerebroaspirinas
    On devient marxiste? ça s'arrose!!!!!

  • On fatigue Antimythe?
    Les prostituées achetées et vendues sont violées , battues ,droguées et deviennent dépendantes ce qui est un moyen sur d'assurer leur soumission .Leur famille restée sur place est souvent menacée.Quand elles ne rapportent plus assez chez nous elles sont revendues pour une clientèle moins exigeante:Afrique ou Amérique Latine . Beaucoup meurent des ravages de la drogue ou du Sida.Le mac à l'ancienne et ses 2 ou 3 gagneuses est devenu une exception mais tout aussi condamnable.La prostitution s'est organisée en filiéres et de pauvres gamines se font violer plusieurs fois par jour par des clients qui ne veulent rien savoir.Tout ce commerce dégueulasse rapporte autant que la drogue mais on n'y met pas autant d'argent pour le réprimer au nom des sacro saints "besoins" de pauvres types qui feraient mieux de se masturber.Et qui blanchit tout ce fric?
    Avant de pénaliser les clients on devrait s'attaquer aux proxénètes et les faire passer aux assises , ça les mettrait hors d'état de nuire pour longtemps

  • Marxien Monique, Marxien tout au plus et encore...

    Pour le reste ni fasciste, ni communiste, mais à la bonne vôtre si ça vous fait plaisir...

    @Denis : D'aucuns diraient que sont libres ceux qui n'ont rien et aliénés ceux qui ont des biens. Comme quoi...

  • Comme quoi il faut un juste milieu entre la liberté économique, la liberté intellectuelle ou liberté psychique et la liberté matérielle !
    Et donc il faudra changer d'une manière ou d'une autre le système et le paradigme actuels.
    C'est tout ce que je voulais dire.

  • Le problème comme disait Guitry c'est qu'en supprimant un riche vous faites un pauvre de plus... (sans faire un seul pauvre de moins malheureusement)

  • Oui... sympathique l'allusion à Guitry.
    Mais je ne suis pas sûr qu'il était économiste...

    Sinon, on peut aussi limiter "la liberté" des riches de l'être excessivement et inconsidérément sans supprimer personne. Et je pense que, là, il y aura 2-3 pauvres en moins ;-)
    Mais c'est principalement une question d'idéologie et de convictions personnelles. ensuite, il faut mettre en oeuvre tout ça (quelles que soient l'idéologie et les convictions personnelles retenues) : ça c'est plus compliqué !!

  • Et l'on sait tous que "l'enfer est pavé de bonnes intentions", n'est-ce pas ininfernosatanas! ?!?

    C'est pour ça que la méthode de la démocratie est à mes yeux la meilleure. Pour limiter au maximum les abus ; dans tous les systèmes, organes, groupes et les autres recoins de notre vie en société. ;-)

  • limiter "la liberté" ?
    Ma ? Ché cos'é ?
    Au nom de quoi ? De Dieu ? De la morale ? Du bien public ? Du national-socialisme ?
    Par quel moyen ? La force ? La contrainte ? La corde ? Le pyjama rayé ?

    Pour moi, la liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Ainsi l'exercice des droits naturels et imprescriptibles de l'homme (La liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression) n'a de bornes que celles qui fixent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits.

    En quoi être riche nuit à autrui ?

    Ce qui est nuisible à un pauvre c'est qu'il soit pauvre.
    Le fait qu'il y ait des riches ne lui est pas plus nuisible.
    Le fait qu'il n'y ait pas de riches ne lui est pas moins nuisible.

    Il y a la frustration certes.
    En régime communiste tout le monde est pauvre, donc pas de frustration.
    En régime libre il y a des pauvres et des riches. Les pauvres sont frustrés c'est normal, mais les riches ne nuisent pas directement aux pauvres. Tout au plus les rendent-ils jaloux et je reconnais que ce n'est pas facile à vivre...

  • @inscriptoblablas
    Le seul pb c'est que pour étre riche il n'y a qu'un moyen : exploiter les pauvres !et c'est bien là que le bat blesse dans ce remarquable raisonnement fait probablement à l'aide d'un seul neurone

  • En fait, pour tout dire je méprise les pauvres.
    Ce n'est pas très chrétien allez-vous me dire ?
    Je vous répondrai d'aller vous faire voir avec vos bondieuseries à la noix !

    En effet, un riche est quelqu'un qui a voulu être riche et qui y est parvenu. Il a mis son intelligence et son énergie au service de ce but.

    Tous les pauvres que je connais, et J'en connais, voudraient tous être riches. Sans aucune exception ils rêvent d'argent nuit et jour !
    Par contre ils n'ont visiblement ni l'intelligence, ni les capacités physiques et morales pour y arriver.
    C'est dommage pour eux, mais le fait qu'ils n'arrivent à rien ne prouve pas qu'ils soient bons, au contraire.
    Ils sont mauvais (pas de réalisation de leurs objectifs) et ils sont mauvais (frustrés et haineux).
    Etant peu attiré par le Darwinisme social je pense qu'il faut les laisser vivre car ils n'en sont pas moins humains, mais ils ne méritent aucun respect.

  • Et maintenant, chose entendue hier, le "manifeste des 243 salauds" en réponse à un autre manifeste (un tout autre temps): C'est en fait celui de 243 vieux réactionnaires qui souhaitent ouvertement pouvoir disposer librement du corps d'autrui, sans aucune limite autre que leur pognon, la toute première de leurs "valeurs".
    C'est en matière de civilisation et de hauteur de vue, tout à fait à comparer avec le manifeste des 243 très mauvaises filles de tous les âges, qui au début des années 1970 osèrent poser sur la table le terrible problème des avortements clandestins et celui du Droit élémentaire (mais encore contesté en 2013) de chacune à disposer de son corps...

  • @Inconnocontraveritas
    Il continue et C déplorable, à vider ici la poubelle non recyclable qu'il a entre les deux oreilles. C'est certes aussi courageux que la majorité des anonymo-scribes qui sévissent sur la vaste toile, mais ce n'est pas réellement "joli-joli"...
    - Dis-moi un peu, tu oserais dire cela en face, devant une réunion de RMIste? ca m'étonnerait...
    Le sarkozysme larvé dans toute sa splendeur s'est exprimé ici-même ce matin un peu plus haut, un sarkozysme si maladif qu'on ne trouvera pas même entre les deux oreilles de Nicolas 1er.
    Va donc te faire mettre chez le diable, Inconnocontraveritas!

  • @ inmartolamass
    AOUCH !! Pan dans ta gueule lol
    Enfin, si vous acceptez de les laisser vivre, ça va : sa Seigneurie est trop bonne ;-) lolol!

    Sérieusement, ce sont des raisonnements, un peu simplistes quand même, qui ressemblent fort aux arguties des aristocrates pour justifier et maintenir leur rang. Ça ressemble aussi à du déterminisme biologique... C'est pas glorieux au XXIème siècle => "le pauvre est pauvre parce qu'il est faible et ratera tout ce qu'il entreprendra ; tandis que les gens riches le sont pour de bonnes raisons : amen !" lol

    Statistiquement, un riche n'est que très rarement devenu riche simplement parce qu'il le voulait et sans l'être à la base. Quelques exemples épars existent. Mais dans quasiment tous les cas, ils étaient déjà riches à leur naissance... Ils avaient un beau petit capital à investir au départ. Et surtout !!! Surtout : ils avaient des réseaux (un bon banquier qui connaissait Papa et des amis de maman qui sont ravis d'investir pour lancer la petite entreprise, ça aide un peu !),

    Par quels moyens limiter les libertés des rentiers, des possédants ?
    Non, pas de pyjama rayé, pas de corde. Mais en effet, les contraintes légales sont légitimes (droit du travail, différents droits socio-économiques pour limiter les abus sur des besoins vitaux : nourriture, logement, santé) ; et, évidement, l'obligation effective de payer ses impôts en fonction de ses moyens financiers :
    "Une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés". (A. 13 DDHC)

  • @Denis
    Pourquoi tu te fatigues à répondre à ce spécialiste de la provoc?

  • @ Monique,
    Ben et toi alors ? Pourquoi il n'y aurait-il que toi qui aurait le droit de perdre ton temps en faisant des remarques pertinentes à des internautes déboussolés par la propagande séculaire des capitalistes ;)


    De Monique ; @inscriptoblablas
    Le seul pb c'est que pour étre riche il n'y a qu'un moyen : exploiter les pauvres !et c'est bien là que le bât blesse dans ce remarquable raisonnement fait probablement à l'aide d'un seul neurone

    Écrit par : monique gasc | 31/10/2013

  • Ben oui, je ne suis pas sûr qu'il soit nécessaire ou même astucieux de répondre aux horreurs du fameux:
    "Inconnocontraveritas"... Mais bon. Parfois ça soulage! Et ces trolls n'ose jamais rien dire de ce genre et ouvertement autour deux, ils ont bien trop les jetons de se voir renvoyer dans les cordes, ou de prendre une bonne baffe bien méritée...

  • @Denis
    Je ne visais aucun monopole mais c'était une façon de souligner la différence entre des réponses intelligentes et de textes sans autre intérét que de choquer

  • Et si tu le permets j'ajouterai à ta réponse ceci: si ce latiniste connait si bien la plèbe il devrait savoir qu'il faut plus d'intelligence , d'astuce , de créativité , de talent et de travail à un pauvre pour survivre qu'à un héritier pour garder son patrimoine

  • Encore...!
    J'aime quand vous êtes comme ça... !

  • Chouette : un maso !!
    ;-)

  • Sais-tu, "Inconnocontraveritas" toi qui te crois bien protégé par ton courageux anonymat, que je peux lire ton adresse I et que d'autres que moi peuvent en savoir beaucoup plus? par exemple d'où tu te connecte et même... Si c'est de chez toi?
    Et que peut-être, même si moi je ne vais pas perdre beaucoup de temps avec toi, d'autres peuvent le faire et aller te faire taire? Enfin... Peut-être que la vie serait ennuyeuse sans les affreux comme toi, bien que ce ne soit pas si sûr.
    Je cris que tu dois bien t'ennuyer dans ta vie probablement de riche héritier et bon à rien dans la vie, pour passer du temps à déverser le contenu sale et non recyclable de ce qu'il y a entre tes deux oreilles...

  • Bien lire...
    Sais-tu, "Inconnocontraveritas" toi qui te crois si bien protégé par ton courageux anonymat, que je peux lire ton adresse IP et que d'autres que moi peuvent en savoir beaucoup plus?
    Par exemple d'où tu te connectes et même... Si c'est de chez toi? ;-)) Es-tu bien prudent? Car en fait, C la bonne question...

  • Encore...!
    J'aime quand vous êtes comme ça... ! Quand les masques tombent, que la colère vous dépasse, que votre vraie nature apparaît au grand jour : Les menaces de mort, la haine de l'autre, le refus des opinions différentes... Hummm : Communisme pas mort !

  • inrigolopaillass
    Quo usque tandem,Incognito abutere patientia nostra?Quem ad finem sese effrenata iactabit audacia?
    LOL

  • Que dire...


    On peut effectivement avoir ce genre d'opinion de nos jours (mais bon... pas de quoi en être fier... Et pas de quoi renvoyer au "Communisme" les gens qui réagissent à ce genre de propos ) =>

  • "En fait, pour tout dire je méprise les pauvres.
    (bla bla)
    En effet, un riche est quelqu'un qui a voulu être riche et qui y est parvenu. Il a mis son intelligence et son énergie au service de ce but [alors qu'un pauvre est "mauvais" (dans tous les sens du terme) et donc n'y arrivera pas].
    (et bla bla encore)
    Etant peu attiré par le Darwinisme social je pense qu'il faut les laisser vivre car ils n'en sont pas moins humains, mais ils ne méritent aucun respect."
    De : inmartolamass | 31/10/2013

    Bof! Pas de la super prose... Pas de quoi en être fier, encore une fois

  • @inconnocontraveritas le 31/10/2013...
    tu es une pièce du musée des horreurs, inconocontraveritas! Tu ne sais certainement pas ce qu'était réellement le communisme, je suppose aussi à te lire une fois de plus, que tu n'as jamais mis les pieds dans un pays du bloc de l'Est en son temps. Tu ne sais pas non plus que le communisme, ça n'existe plus. Mais tu te déclares encore anti-communiste.
    C'est quand même étonnant et le sera encore longtemps!
    Oui Mtre Gilles a raison, l'Europe ultra-libérale et la liberté totale des entreprises, c'est la porte ouverte au crime organisé, toujours et partout. Il n'est ni le premier et ne sera certainement pas le dernier à le démontrer. Si tu en as le courage, clic sur ici mon nom! Poutine, qui n'est plus un communiste, avec de nombreux exilés qui ont dû quitter leur Russie éternelle ou la petite République de la Fédération de leurs origines, ils disent tous aujourd'hui la même chose, à propos de l'URSS disparue.
    - Avant de démasquer ici ce qu'est l'anticommunisme, qui lui existe toujours et tu le prouves avec les autres trolls, voici une petite mise au point:
    Il se trouve que j'ai reçu quelques messages parfois violents qui me reprochent tous, chacun à leur façon, l'usage des "vieux clichés marxistes" supposés totalement périmés et inadaptés à la situation du 21ème siècle. C'est intéressant, mais... Est-ce bien sûr? Diable! Tout de même, le communisme ça n'existe plus!
    D'autre part il faut rester calme et sérieux. Ceux qui me connaissent personnellement ne me situent pas tout à fait dans cette mouvance. Cela dit nous devons le constater, Marx savait fort bien observer ce qui se passait autour de lui. Il fut un excellent observateur de son Temps mais aussi semble-t-il, de notre Temps. Bien sûr comme le Temps passe, ce qui se passe maintenant arrive d'une façon moderne et pour ainsi dire, "renouvelée" et... S'il n'y avait aujourd'hui plus rien à observer de ce genre, si certaines couches de la population n'étaient pas très effectivement, concrètement en train de plumer joyeusement toutes les autres, il n'y aurait aujourd'hui plus aucun "vieux cliché marxiste" à photographier!

  • Et oui... Il faut dans la vie pour se construire une opinion qui tient la route et ne repose pas sur de la vase, comme les tiennes, tenir compte des faits. Maintenantn clic encore sur mon nom et tu feras un petit tour, ou voyage photo, qui manque dans ta vie: quelques vues de l’URSS durant les années 1970, Exotisme garanti, c'est tiré d'une collection de photographies privées comme nous en avons aussi chez nous...
    Je suis allé à Leningrad et je n'ai pas vu l'enfer! ce n'est pas ce que je suis allé y chercher. (je passais, pur mon boulot) L'enfer, tu peux le trouver partout si tu cherches! En hôpital psy par exemple en France de 1984, j'ai cru savoir que c'est encore pire en 2013, grâce sans aucun doute à des conos de réactionnaires comme toi!
    (j'ai fréquenté une infirmière psy il y a longtemps et visité alors on établissement, nul besoin d'aller en URSS pour trouver l'enfer!)...
    Y a un truc que tu devrais assumer! J'ai remarqué cela tout seul en observant mon Europe, et je très fus surpris beaucoup plus tard par un homme qui n'avait absolument rien de communiste, le général Eisenhower et Pdt des USA à la fin de sa longue et multiple carrière.
    - Il disait en son temps, à la fin des années 1950, EXACTEMENT LA MEME CHOSE QUE MOI. Il s'indigna en effet de devoir constater ce qui suit dans l'exercice de ses fonctions:
    Un peu partout dans le "Monde Libre", c.à.d. dans les pays ne faisant pas partie du bloc communiste du temps de la guerre froide, la CIA et d'autres organismes de Défense des Etats-Unis, avaient en effet dès la fin de la seconde guerre mondiale, pris l'habitude de financer et entretenir, TOUTES les sortes imaginables et imaginées de groupes soi-disant politiques ou syndicaux se disant anti-communistes dans tous les pays, c.à.d. absolument n'importe qui!
    Il dénonça aussi le fait que ceci créa des dérives étonnantes, car tous les milieux mafieux du monde, ceux du crime organisé, furent capables de profiter de l'aubaine pour se faire entretenir aux frais des contribuables américains, et finalement ne pas réellement lutter contre "ceux d'en face", mais pour s'en mettre "plein les poches" et commettre une infinité d'exactions, au nom de la liberté...
    J'ai moi-même au cours de ma déjà longue vie "pro", dû constater ceci:
    TOUTES CELLES et TOUS CEUX que j'ai rencontré(e)s dans ma vie, qui se proclamaient avant tout anti-communsites, ils avaient un tous un terrible point commun: Ils n'avaient aucun scrupule ni principe humains et ils étaient profondément malhonnêtes et méchants. Et ceci allait le plus souvent naturellement avec une inculture personnelle, absolument étonnante.
    Ce n'est pas un argument, traiter de communiste quiconque écrit quelque chose qui remet en cause les horreurs sociales, économiques et éthiques, que tu nous écris presque tous les jours, inconomegacontraveritas... C'est une absence de solidité de tes convictions, mais pas l'absence de la cupidité et de la haine de tout progrès humain. ca, ti sais nous le démontrer.

  • En bref, tu nous énerves parfois, inconomegacontraveritas... Mais on t'emmerde aussi. Je crois en effet que toujours et partout, on ne dois pas laisser s'exprimer les tas d'ordures qu'il y a dans la tête des gens de ton genre...

  • @inconomegacontraveritas
    S'il peut être ajouté quoi que ce soit à ce qui te fut répondu ici un peu plus haut hier soir, ce sera cette remarque:
    - Il ne devrait pas être nécessaire de le dire, le communisme, ça ne marchait pas ou tout au moins, ça n'a pas marché. Et la question qui devrait se poser c'est "pourquoi?" Pas n'avoir qu'une seule réponse, quand on expose ici ou ailleurs des arguments et des faits, pour promouvoir le progrès en lieu et place du conservatisme le plus rance et la promotion de la loi du plus fort sans aucun frein, ou la liberté du renard libre dans le "poulailler libre" selon la célèbre formule qui caricature fort bien la chose. Et quand cette réponse, c'est "il ne faut pas l'écouter, c'est un sale gauchiste ou un enfoiré de communiste", et bien c'est "pauvre", pour rester poli.
    - Tu ne représente pas une dynamique de progrès, inconomegacontraveritas!
    As-tu seulement une seconde dans ta vie compris ce que ça représente le progrès et la nécessité de rêver, dans la vie? Je le sais, tu ne t'es jamais intéressé à l'aéronautique. Donc, tu ne sais pas ceci:
    - Les gens de chez Boeing ou de chez Airbus, si durant leurs heures de boulots, ils n'avaient fait que rêver, ils n'auraient pas su vendre leurs avions et... De toutes façons, aucun de leurs avions n'aurait pu voler!
    Mais si aucun(e) d'entre elles et eux n'avaient Rêvé, le Travail n'étant jamais suffisant à lui seul, même chose! Aucun de leurs avions n'aurait pu voler et encore moins se vendre.
    L'Amérique faisait rêver et c'est encore le cas, ce fut le premier et plus puissant Pilier de la puissance des USA. Je déteste encore plus l'anti-américanisme que l'anticommunisme, deux faces de la même mauvaise monnaie. Il se tasse un peu, en ce moment ce pilier et c'est un vrai problème....
    Le communisme aussi il faisait rêver et il a disparu, aussi faute de ne plus avoir su le faire.
    Et ce que tu représentes, inconomegacontraveritas, ça ne risque pas de faire rêver, c'est notre cauchemar...

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu