Avertir le modérateur

La vache est folle… pas le Parquet !

Un scandale de santé publique ? Non, une baudruche, qui se dégonfle : impossible de prouver que l’utilisation des farines animales était une faute, et impossible de prouver le lien de causalité entre les farines et les décès humains. Eh oui, ce n'est pas drôle, mais on a été enfumé dans l’affaire des farines.

Les faits

Première phase

6_u46d4.jpgTout démarre en septembre 1985 : un rapport officiel britannique signale l’apparition chez quelques bovins british de cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB).

Ça se complique en 1987, quand des travaux scientifiques montrent que la maladie est transmissible au sein de l’espèce animale, et en décembre, l’hypothèse – l’hypothèse – d’une contamination des bovins par l’absorption de farines animales (FVO) est retenue. Début 1988, sa Majesté interdit l’utilisation des farines animales pour l’alimentation des ruminants, avec abattage des animaux suspects, et la Commission européenne embraye en 1989,… avec une date d’effet en 1994.

Ça s’envenime en 1996

sonnerie-réveil-de-celine-la-vache-folle-offerte.jpgEn mars 1996, c’est le tremblement de terre : le gouvernement britannique évoque – évoque – la possibilité – possibilité – de la transmission de l’ESB à l’homme sous la forme d’une nouvelle variante de la maladie neuro-dégénérative de Creuzfeldt-Jakob (nvMCJ).

Aussitôt, plusieurs pays européens suspendent leurs importations bovines en provenance de Grande-Bretagne, et la Commission européenne approuve. La Grande-Bretagne s’engage à abattre en 5 ans tous les animaux âgés de plus de 30 mois.

Le 5 avril 1996, l’émotion est à son comble. La Direction générale de la santé annonce le premier cas de décès causé par la nouvelle variante de la maladie de Creuzfeldt-Jakob. La DGS ne dit rien de la cause, mais ça part en live, et ce sera le feuilleton de l’émotion tout au long de l’année 1996. Sur le plan scientifique, on n’a pas progressé d’un centimètre, mais bon : les transes nationales, c’est si bon pour faire du consensus.

Pendant que la gesticulation se poursuit, le comité scientifique vétérinaire de l’Union européenne, en septembre 1997, se prononce pour la levée partielle de l’embargo sur les exportations des viandes bovines britanniques. La France continue la gonflette, avec le drôlatique Jean Glavany, même si juin 1999, le Comité scientifique européen rejette, à l’unanimité, des arguments français en faveur de l’embargo.

Gros délire français

ACH002254276.1391122454.580x580.jpgPeu importe, le délire franco-français est en pleine forme, avec en novembre 1999, la publication du rapport de Geneviève Viney et Philippe Kourilsky sur le principe de précaution. 

Le 16 décembre 1999, la DGS annonce le deuxième cas français de décès causé par la nouvelle variante de la maladie de Creuzfeldt-Jakob. Ce qui est bien triste,... mais ne dit rien de plus sur un lien éventuel avec la vache british. En mars 2000, la France reste le seul pays européen à refuser d’importer le bœuf britannique, et elle ne sait toujours pas dire pourquoi… à part que ça plait aux sondages.

Par contre, les farines animales restent admises dans l’alimentation des bovins, et la presse en remet une couche sur le « scandale sanitaire ». De quoi ? On ne sait toujours pas, mais en novembre Chirac décrète qu’il faut interdire les farines, et une semaine après Jospin, Premier ministre, les interdit. Pourquoi ? Parce que c’est la cohabitation, et que Jospin sera le prochain président. Ça, c’était scientifiquement prouvé.

La grande agitation se poursuit, mais dans le vide, et en octobre 2002, la France annonce qu’elle lève l’embargo sur le bœuf britannique. Depuis juin 2013, les farines animales sont autorisées pour les poissons d'élevage et autres animaux de l'aquaculture, la Commission européenne relevant que le « risque de transmission d'ESB entre animaux non-ruminants » était négligeable.

Qu’il était beau mon procès (sur l’air d’Edith Piaf « Qu’il était beau mon légionnaire)

Retour à 1996

vache_folle2.jpgEn 1996, nos amies les vaches britanniques n’avaient pas la forme, nous sommes bien d’accord : une épidémie d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), ça te fiche patraque.

Là-dessus, qu’avait fait l’excellent gouvernement de Sa Majesté de Londres et de l’Empire ? Il avait expliqué que si les vaches étaient folles, c’est que p’têt ben elles se nourrissaient de farines animales, et que p’têt ben qu’il y avait un lien entre cette maladie des vaches une forme maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) qu’on avait découvert chez les humains. Donc, sur le plan de la faute, on ne sait rien ; sur le lien de causalité entre l’ESB et la MCJ, on ne sait rien non plus. Et aujourd’hui, on ne sait toujours pas qualifier la faute, ni le lien de causalité.

Tromperie… Ou homicide involontaire ?

l-coolcow.jpgOki. Mais tout ceci n’empêche pas de porter plainte quand on trouve des juges attendris, pour faire un gros bouillon de procédure, et TF1, pour faire un semblant d’information. Ce qui est très choquant, pour ne pas dire plus – genre on truande l’opinion – c’est que cette absence de lien de causalité était claire… chez les plaignants. Et oui, c’est du gros gros enfumage.

Quand vous estimez qu’un fait a causé un décès, vous portez plainte pour homicide involontaire. Or, en juin 1996, l'Union française des consommateurs (UFC) avait posé plainte pour « tromperie sur la qualité substantielle d'un produit » et « falsification ». Donc tu m’as fourgué de la viande bizarre, et je pose plainte pour voir si cette viande était bizarre, mais je n’ai jamais dis que cette viande bizarre avait pu causer des dommages. Dans les médias, c’était le déconnage à plein tube, genre « la farine m’a tué », ne cherchez pas à comprendre. 

En 2000, quatre personnes, des responsables d'usine de fabrication d'aliments pour bétail, avaient été mises en examen pour homicide involontaire… Euh, ça ne risquait pas,… car l’infraction n’a jamais été dans le débat judiciaire : les mises en examen ont été prononcées pour tromperie ou falsification. La causalité n’est toujours pas évoquée…

17 ans d’instruction pour rien

Vache_folle_de_toi-215x300.jpgL’enquête est partie dans un tunnel, et le 19 novembre 2013, après 17 ans d’instruction, le parquet de Paris a requis un non-lieu général. On l'a appris hier,... des fois le Parquet est plus causant. Le motif – tenez-vous bien – est qu’il n'a pas été démontré que les produits vendus par ces usines contenaient des protéines animales, et que de plus, aucune volonté de contourner les législations n'a pu être caractérisée chez les personnes mises en examen. Donc par absence du fait principal pouvant être qualifié de faute, la causalité n’a même pas été examinée.

Sur ce volet « homicides involontaires », j’adore les explications de mon excellent confrère Bernard Fau, avocat des parties civiles, qui admet aujourd’hui l’enfumage : « Nous savions dès l'origine que ce serait très difficile car il fallait démontrer un lien de causalité certain entre la consommation de certaines viandes et les décès ». Donc, c’était du n’importe quoi, merci, et désolé pour les gogos qui y ont cru ! Et il ajoute : « Si les juges prononçaient un non-lieu, ce serait une déception pour les familles mais ce serait aussi se priver d'informations utiles sur des dérives dans les marchés de denrées alimentaires ». Observation parfaitement idiote : l’instruction est finie, alors tu as toutes les informations dans le dossier. En route vers de nouvelles grossesses d’éléphante ?

A propos d’éléphante, j’ai eu plaisir à retrouver la madone des procédures en droit de la santé, la débarquée Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui a longtemps instruit calamiteusement ce dossier calamiteux, qui n’a donc pas même prouvé la faute dans l’utilisation des protéines animales, et qui encore pérore : « Ces affaires-là n'ont pas de frontières. Ce qu'il faudrait, c'est un procureur européen indépendant ». Ah oui, encore dix ans à travailler pour rien, ça serait cool.

*   *   *

A la fac, on enseigne aux étudiants que le droit de la santé doit toujours garder un volet pénal, parce qu’est en cause la vie humaine, et on a raison. Mais, quand on voit, dans la vraie vie, le massacre que sont ces procédure pénales – l’instrumentalisation des émotions – franchement, il y a de quoi se poser des questions comme le fait ma copine Dorothy. 

vache_trop_sexy.gif

Commentaires

  • Ah les peaux de vache ! toute cette histoire de cage aux folles c'était de l’intox ? incroyable !!!

    Mais alors ... la vache qui rit c'est normal aussi ?

  • Si on retrouve dans ce genre de situation, n'est ce pas que le Droit est en panne dès le départ.

    Comment peut on justifier qu'il est bon pour la vache, animal herbivore et placide s'il en est, d'ingurgiter des déchets animaux plus ou moins avariés. Comment se fait il que ces fainéants de juristes n'ont pas fait leur boulot pour interdire des telles pratiques contre nature ?
    Si le bon sens commande à un principe de précaution, dans un cas pareil il me semble justifié.
    Quand aux chercheurs bredouilles et autres trouveurs de n'importe quoi, leur image d'analyseurs de pets de mouches n'en sort pas renforcée dans l'opinion.

    Qu'est ce que ça fait gagner à qui de telles pratiques, où en réside l'intérêt ?

    Ma conclusion est simple : je suis devenu végétarien et je m'en porte à merveille depuis plusieurs années.
    Et une recommandation : aller donc visiter un élevage intensif.
    Mon dernier mot : Beurk !

  • C'est comme le nuage de Tchernobyl avis d'expert les gentils prions de la vache folle sont inoffensifs,car s'ils l'étaient la filière bovine serait foutue..Dans les hôpitaux il y a des tas de sondes infectées de prions ,que l'on ne sait pas désinfecter et aucun médecin ne fera à un confrère une coloscopie autrement qu'avec une sonde neuve...Expert outai outai ???

  • Pas de quoi être fier d'un tel dénouement, les faits sont graves, mais passés à la moulinette d'un droit retors digne des shadocks, ils deviennent irréprochables. Ubuesque...

  • Le parquet garde bien les pieds sur le plancher des vaches, alors ça crée des affinités forcément. Meuh !

  • C'est la generation q mange le plus pourri et empoisonné. C'est ça le developpement ?
    Pour ma part, chez moi, les surgelés industrialisé et produits industrialisés ne sont pas admis.
    Je priviligie fruits, legumes, poissons de mer.
    Mais il faut etre realiste, meme cela vient chargé de poison.
    Cela me rappelle, un voyage aus US. On etait au milieu de rien et on a fini pour s'arreter au polo tropical une chaine d'alimentation pour les latinos.
    mcdo pour moi n'est pas une option, je prefere crever.
    Et bien, l'assiette de polo tropical venait nageant dans l'huile, le riz dans huile, les pomnes dans l'huile avec des quantités geantes. Le jus d'orange ( industrialisé) etait bourré de sucre ( imbuvable).
    J'ai regardé autour de moi, salle bourrés de gens,mtous des gens obeses.
    Brr... Cela me donne froid dans le dos. Ils sont en train de se tuer.

    Quand je pense q chez nous, nous avons des commerces où on boit le jus de frut fait avec les friuts frais et naturels sur demande...

  • Voila pourquoi l'huile fait tant de succès:
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/les-lipides-seraient-des-drogues-dures-pour-le-cerveau-15-04-2014-1813119_57.php

  • Je le sais Thierry, Je connais plusieurs resturants etoilés aux US. Ne vous inquietez pas.
    Peut-etre je me suis mal exprimée. ce que je veux dire
    Ce phenomene de la mal bouffe touche surtout les couche polpulaires, car où se mange bien aux US, faut avoir de l´argent en consequence pour le payer.
    Et meme, les gens sortent de leur travail a midi et vont dans les mcdos et pollo tropical ( chaine populaire d´alimentation).
    Pour la vie de tout les jours les americains mangent mal meme chez eux car ils ont une mauvaise hygiene alimentaire, la preuve est la par les statistiques d´obesité.
    Chez nous ce phenomene est aussi le meme. Les plus pauvres aux Bresil ne sont pas mal nutris mais ils mangent trop de graisse dans leur regime alimentaire de tout les jours, donc ils sont les plus obèses par tranche de revenu.

  • Ca ou finir avec des "responsables pas coupables..."

  • Thierry , meme manger sain est discriminatoire car il faut manger bio et cela coute tres cher au Bresil.
    Puisque que tu m'as suggeré des restaurants où manger bien aux US, je vais me permettre de faire la pub de la cuisine peruvienne car c'est l'autre pays auquel je suis liée par mon mari.
    J'ai mangé le meilleur poisson de ma vie a Lima , ça a ete une fete des sens. inoubliable.
    Donc, je te suggere d'essayer cette cuisine, si tu ne l'as deja fait. Et
    Aller au La mar de Gaston Acurio a Miami, ouvert l'annee derniere, excellent.( d'ailleurs on mange hiper bien a miami , a condition d'avoir la plata) .

    http://eater.com/tags/gaston-acurio

  • Hehehe question mefiance, c'est plutot cru qu'il faut se mefier thierry. Je peux vous en certifier car j'ai mangé une salade nouvelle tendance a Cusco et bing, a deux heures du mat j'etais tres mal en point, j'ai v... Mon ame a l'hotel. Bref, j'ai eu droit a l'hopital sous perfusion, antibiothiques, anti-nausée et tutti quanti durant 11 heures. J'ai cru q j'allais mourrir. Je ne vais te raconter les details, pire q mon accouchement. D'ailleurs , le surlendemain , j'ai feulé la cheville en descendant des escaliers et retour en chaise roulante. Il manquait tomber des montagnes a machu pichu. Bon, Mais, je garde un tres beau souvenir de ce voyage :)

    C'est vrai q l'assado est magnifique, d'ailleurs j'habite dans la capitale de l'assado bresilien. Ils ne mangent que ça ici.

  • Avec le traité transatlantique qui se négocie en cachette, nous aurons bientôt l'immense joie de manger du bœuf aux hormones, du poulet au chlore et autres saloperies venant de l'agriculture américaine. Ou est passée la démocratie ?

  • Sauf erreur, il me semble qu'il manque le début de cette belle histoire :
    - au début (après-guerre ? après 1950 ? après 1960 ?) on a voulu valoriser les carcasses animales.
    - la vache, outre son peu d'appétence pour le cannibalisme, n'étant pas naturellement apte à broyer des côtes de bœufs décharnées, ni des carcasses de moutons délaînés, il a été jugé astucieux de réduire la chose en granulés que l'on pouvait discrètement mélanger aux multiples saloperies qu'elle devait ingurgiter pour assurer croissance, santé et productivité
    - mais il fallait aussi assurer le transport et la conservation de cette provende miraculeuse
    - d'où la grillade préalable !
    Certains devaient avoir une petite idée quant à la dangerosité potentielle du procédé car les normes de calcination étaient drastiques : très très longtemps et très très chaud.
    Bof, le pétrole n'était pas cher : OK pour tout, puisque vous y tenez.
    Et les vaches s'y firent. Sans problème sanitaire. Braves bêtes.
    Puis vint la crise pétrolière.
    On (qui, on ?) réfléchit, et on arriva à la conclusion que moins de pétrole c'était du plus, qu'il fallait pas assommer l'éleveur - au risque qu'il abandonne le produit si trop cher.
    Et pour consommer moins de pétrole, suffisait de chauffer moins longtemps et moins chaud.
    - Réticences (et pas seulement des vendeurs de pétrole) : mais c'était que des pas modernes, des frileux, des réacs, des obscurantistes, peut-être même des cocos voulant torpiller la vache occidentale
    - Et l'Angleterre du beefsteak et de la chimie réunis se tourna vers la nouvelle idole : Margaret (pas la princesse, non) : miss TINA la moderniste. Qui approuva pour le Royaume les nouvelles normes.
    - Les autres pays restèrent sur leurs positions.
    - D'où il s'en suivit un record du monde homologué en matière d'extermination de bovins, décerné à la Gracieuse Majesté.

    Malheureusement la GB exportait. Et de la viande et des granulés pas chers.
    Et il est tentant d'importer du pas cher, même si c'est interdit, voire dangereux.

    La suite, vous la connaissez.

  • mathaf,
    tu as oublié le mais et le soja trangenique. Ils sont hiper bon ... Lol

  • Comme l'indique tartare cru, les problèmes de prion ont commencé avec la moindre chauffe des farines bovines. Et ont disparu avec l'interdiction des farines animales.
    Après on peut se gausser de l'inutilité des actions en justice de par la difficulté à prouver les rapports de causes à effets, mais en ce qui me concerne voir des personnes qui ont fait du pognon en vendant des produits dangereux, s'en tirer sans aucune égratignure ne m'incite pas à l'optimiste sur l’empêchement de futurs scandales sanitaires...

  • D'abord, on ne dit pas vache folle, c'est stigmatisant. On peut dire vache à sexualité différente, à sexualité non reproductive, plein d'autres au choix, mais vache folle ça craint et un(e) juge [corporation ayant voté les pleins pouvoir au maréchal Pétain à l'unanimité moins une voix] pourraient vous condamner sévèrement.
    A part ça ma consommation de viande baisse de 10% par an depuis 5 ou 6 ans....
    Encore 5 ans et ils pourront mettre ce qu'ils veulent das les vaches, je m'en tape !

  • Je voulais dire juge = membre d'une corporation ayant prêté serment au maréchal Pétain...
    Ceux qui ont voté les plein pouvoirs à Pétain étaient les députés de la Chambre Front Populaire, pardon....

    Pfff, le réchauffement planétaire ça craint pour le degré d'alcool du vin...

  • Tai Tai
    Sil s'agit de stigmatiser toutes les corporations qui ont prété allegeance à Petain ça va faire du monde .Calmez vous avec ça et achetez du steack bio

  • Cette histoire du serment prêté à Pétain est ridicule

    Tous les magistrats résistants l'ont prêté, bien sur. Que devaient ils faire pour plaire à la bobologie historienne? Refuser de prêter serment pour se faire radier de la magistrature, et aller aux champs, alors qu'ils pouvaient rester dans cet appareil d'Etat, et commencer les réseaux.

    N'importe quoi

  • Dans ce type de scandale, la causalité ne peut jamais être prouvée. La justice est alors impuissante.

    Le cas de la vache folle est loin d'être isolé : il est par exemple pratiquement impossible d'établir un lien de causalité entre un cancer particulier et l'exposition à l'amiante, il est impossible de dire que tel ou tel cancer est dû à Tchernobyl, etc.

  • Cher maître, c'est pas n'importe quoi, ça s'appelle Collaboration.
    Une autre attitude était tout à fait possible puisque un magistrat l'a refusé : C'est pas n'importe quoi, ça porte même un nom : Résistance.

    Après vous êtes libre de penser que les juges collabos étaient les gentils et le seul et unique juge résistant un imbécile (voire même un con à l'aulne des juges d'aujourd'hui).
    Je respecte votre point de vue, vous êtes chez vous, mais ne le partage pas.

  • monique : citez moi une corporation au sein de laquelle les membres ont tous collaboré (à l'exception d'un seul) avec le nazisme ?
    A part les juges, je n'en connais pas, mais peut-être savez-vous mieux que moi, je serais curieux d'apprendre.
    Police : non
    Armée : non
    Assemblée Nationale : non

  • Il n'y a aucun point de vue de ma part, mais simplement le rappel de faits

    Tous les magistrats résistants - juridictions judiciaires ou conseil d'Etat - avaient tous preté serment à Pétain, à commencer par le Debré, qui était en contact ave De Gaulle et sera son premier ministre. *

    D'ailleurs pourquoi limiter aux juges ? Il y a eu de très nombreux fonctionnaires qui ont du preter serment. Et les autres étaient sous surveillance plus qu'étroite.

    Ces personnes très courageuses sont restées en fonction, et on commencé très tot le noyautage des administrations, de telle sorte que l'on retrouve dès 1941 les signes de fracture entre ceux qui allaient rester fidèles à l'Etat, et ceux qui pour de bon adhérait à Pétain. Pétain s'en est aperçu mais trop tard. Il a alors créé une structure parallèle avec les gens à lui, pour finir avec l Etat milicien

    L'épisode de la section spéciale de Paris montre que des magistrats ont refusé d'appliquer les peines de mort promises par Pétain aux nazis. Ce sont de grands magistrats qui ont toute notre considération

  • Okéééé ! J'ai compris !

    Les juges étaient collabos mais c'était pour résister et tromper les cons tels que moi !

    Les cons qui étaient sur le mur (du Fort de Nanterre pas celui du Conseil de la magistrature) à se faire fusiller étaient sans doute les collabos car leur action était inutile par rapport à la noble tâche souterraine des magistrats !
    De même le Directeur de la Banque de France refusant de livrer le stock d'or et viré et remplacé le lendemain, de même la totalité des pêcheurs de l'Ile de Sein abandonnant tout... tous des cons !
    De même Paul Didier qui fut le seul magistrat français à refuser de prêter serment de fidélité à la personne du Maréchal Pétain : un con !

    Bon j'arrête, on va bientôt me sortir que Goebbels était opposant à Hitler.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu