Avertir le modérateur

  • Le p’tit Valls enterre la PMA-GPA au Vatican

     

    jacques-aboucaya-eloge-de-la-trahison-9782268072661.jpgA 48 heures de la présentation de son plan de solidarité avec les banquiers, qu’allait donc faire le p’tit Valls, le syndic de liquidation du PS, au Vatican ? Une confesse pour les pauvres Roms qu’il livre à la misère contre quelques points dans les sondages ?

    J’étais d’autant plus surpris de l’écart de régime de ce psychorigide laïcard qu’en avril 2011 la maison mère de l’intégrisme laïcard, le PS, s’était étranglée d’indignation lorsque François Fillon, Premier ministre, s’était rendu au Vatican pour la béatification de Jean Paul II : « Cette décision rompt avec une tradition diplomatique établie et respectée par tous ses prédécesseurs qui veut que notre pays ne se fasse représenter à ce type de manifestation que lorsqu’elle concerne un Français ». Pauvres gens… Mais comment soigner un malade qui dénie sa maladie ? 

    En fait, le p’tit Valls s’était rendu au Vatican pour se faire pardonner le mariage gay en annonçant renoncer à la PMA-GPA, sous la bénédiction du Pape. Pour faire cette annonce, Valls aurait pu aller à la kermesse de l’UOIF au Bourget,.. mais c’était moins tendance.

    Un doute sur un « premier » ministre renonçant à de engagements présidentiels devant le Pape, bafouant l’autorité de l’Assemblée nationale et du Comité consultatif national d'éthique, saisis de ces sujets ?  Non, dès le lendemain le service après-vente a été assuré par deux rescapées de la parité, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, et Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la famille, qui de toute urgence ont reçu les associations cathos pour confirmer que la réforme de la PMA-GPA était enterrée.

    Peu avant le premier tour de l’élection présidentielle, François H. avait dragué les homos en déclarant à Têtu qu’il était favorable à l’ouverture de la PMA aux lesbiennes. Bambi, la rescapée de la beurette-mania, le 31 mars 2012, avait claironné que François H. souhaitait ouvrir la PMA «avec donneur anonyme à tous les couples sans discriminations ». Que la vie était belle au pays du mensonge...decortanze-elogemensonge.jpg

    Le signe d’alerte avait été la faite de scinder, dans le vote de la loi, le mariage gay et la filiation PMA-GPA. Mais Bambi nous disait que tout était sous contrôle « vu le principe d’égalité ».

    Dominique Bertinotti, une autre rescapée de la parité, qui a été la  cheville ouvrière de la loi sur le mariage gay, a toujours défendu – car le mariage, c’est la famille – que devaient être réformées la GPA et la PMA pour permettre la parentalité de couples gays. Mais après le retournement de François H., la rescapée de la parité, de l’Outre-mer et de la franc-maçonnerie Taubira, avait conformé que la loi sur la famille à venir écarterait ses vilaines questions. Le groupe PS avait dit qu’il ne se laisserait pas faire… mais le lendemain de la manif du 2 février 2013, qui avait réuni les foules en France, le p’tit Valls avait aussitôt lâché que le gouvernement s’opposerait aux amendements visant à légaliser la PMA et la GPA. Son maître, Sarkozy, avait approuvé.

    Mais comme avec ces abrutis n’ont aucune franchise, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) n’est pas dessaisi, et la circulaire Taubira sur l’obtention du certificat de nationalité française pour les enfants nés de GPA n’est pas abrogée. Ce qui n’a aucune importance, car les avis du CCNE font usage de coussin, et que la Cour de cassation a plusieurs fois déjà ignoré la circulaire Taubira.   

    Désormais, le Code civil distingue deux mariages : le vrai mariage, qui ouvre vers la filiation, pour les couples hétéros ; le faux, pour les homos. Le bilan est donc la destruction du mariage

    bernard-morlino-eloge-du-degout-9782268074153.jpg

  • Alstom franco-français, c’est fini

    Après les épisodes glorieux des pompes d’Aquilino et le réchauffement des relations entre François et Valérie, une nouvelle aventure attend notre équipe de choc : l’avenir d’Alstom. Après Arcelor-Mittal et SFR, voici à nouveau la pérennité de l’industrie en France sur la table.

    Je n’ai jamais compris pourquoi l’aller-retour vers Istanbul (272 €) était au même niveau que celui vers Lyon (260 €), mais la fierté de passer sur le quai de la gare devant la locomotive Alstom du TGV, enviée dans le monde entier, calmait ma curiosité. Bon, le problème est que j’ai appris hier qu’Alstom était à la ramasse, et que la direction cherchait à vendre la firme, fleuron de l’industrie française, pour ne pas boire le bouillon.

    peintures-coq-2-big.jpg

    Wahou ? Vous étiez au courant vous ? Alstom est en discussion avec General Electric (GE), pour que le mastodonte US rachète l’activité énergétique d’Alstom, soit 70% du CA. Pour situer, GE est, avec 140 milliards d'euros de CA et 300 000 salariés, cinq fois plus gros qu’Alstom. GE a une déjà une forte implantation en France, avec un siège à Belfort et 11.000 salariés, contre 18.000 pour Alstom. Les pourparlers GE/Alstom ont été rendus publics samedi, et depuis hier, Siemens se démène pour faire une contre-offre.

    Pour ma part, en écoutant la semaine dernière Ségo nous expliquer que la transition énergétique allait créer 100 000 emplois, j’étais trop content pour mon beauf’, qui est cadre chez Alstom. Je l’ai appelé ce soir, et pour lui c’est net :

    (1) Alstom est effectivement dans la panade, avec le poids lourd qu’est la stagnation du marché du nucléaire, et Bouygues l’actionnaire principal qui a besoin d’argent et qui veut vendre.

    (2) Tant qu’à faire, il faut mieux que l'affaire se fasse avec GE, peu présent sur les équipements énergétiques, ce qui peut booster l’excellent savoir-faire d’Alstom, alors que Siemens, le concurrent de toujours, est sur les mêmes marchés et les mêmes produits, avec un gros risque de casse. D’ailleurs, c’est pour cela que Siemens avait été écarté du plan de sauvetage d’Alstom en 2004… De plus, les affaires de Siemens ne sont pas au top, et le groupe en est plus à vendre qu’à acheter… ce qui lui impose un looping de haute voltige.

    (3) Alstom-GE, ça peut devenir une force de frappe, et Siemens a alors du souci à se faire.

    (4) Alstom replié sur le transport, son second métier (70% pour l’énergie, et 30% pour le transport), ça peut le faire, mais ça va être serré, alors que Siemens pourrait apporter des marchés.  

    Le conseil d'administration d’Alstom a annoncé une décision pour mercredi.  

    De ce qu’on lit, GE aurait proposé 9,4 milliards € pour acheter branche énergie d'Alstom, qui fait un CA de 14 milliards d'euros, et les choses sont assez avancées. Siemens a fait une offre d’un montant proche, mais c’est moins précis car Alstom et Siemens ne sont pas des amis mais de rudes concurrents. Côté équipe de France, c’est plus que mou : Areva, Schneider Electric ou GDF-Suez n’ont rien à proposer. Depuis dimanche, Siemens se démène et multiplie les arguments pour se présenter comme la base pour un plan européen, parle de réinvestissements en France, et écarte tout plan social.  

    Que peut faire l’Etat ? Alstom est une entreprise 100 % privée, et l’Etat n’a pas beaucoup de marge. Pas facile, alors que la concurrence est vive, d’apporter de l’argent – qu’il faudrait emprunter… – ou de se porter caution pour un refinancement par Alstom, alors que la grande question est la rétraction du marché. Impliquer un fonds qatari ? Rien à voir avec GE qui a l’argent,… et le métier ! La seule vraie prise pour le gouvernement est ce qui touche au nucléaire, qui est la cause sacrée.

    Nous allons dans les jours qui viennent vivre le feuilleton en direct pour l’avenir d’Alstom, mais un fait bien brutal est déjà acquis : Alstom franco-français, c’est fini. 

    c est fini NB.gif

  • Alberto Barros et la salsa colombiana

    La musique comme on en rêve : joyeuse, populaire, dansante… Des percussions de feu, des voix enchantées, des danseuses de rêve, un son aux magnifiques couleurs de la vraie Amérique, celle du Sud, et des mélodies qui parlent au monde.

    Ce concert d'Alberto Barros, c’est le rendez-vous des amis. Un défilé, avec d’incroyables complémentarités, et une grande unité. Vous allez voir, c’est vraiment le défilé de amis…  L’unité vient de cette puissante salsa colombiana, de l’orchestre – au sein duquel les percussions sont les reines –, des danseurs, omniprésents et fantastiques, et d’Alberto, le génial chef d’orchestre qui a dégagé la baguette pour un trombone.

    Oh purée, quelle salsa, quelle musique de la joie… Et quel regrets que nos programmateurs de festival n’aient pas admis que cette salsa colombiana, c’est de la meilleure des musiques, de quoi enflammer une soirée de concert, et faire danser la foule de bonheur. 

    Après tout, on s’en fiche avec internet et une bonne sono, on se débrouille. En portant le son à 257, vous allez vous régaler en dansant toute la nuit. Surtout, n’oubliez pas de mettre vos chaussures à clous, pour être sûrs de réveiller vos voisins, qui viendront se joindre à la fête.

    Ah, dernière chose, pour détendre les gosiers, et vu l’ambiance, je conseille d’en rester aux choses simples, et le ti-punch va très bien faire l’affaire. Directement dans le verre, un quart de citron vert, à écraser légèrement avec un pilon en bois, une demi cuillère de sirop de canne (on a toujours tendance à trop sucrer, ce qui casse le génie du citron vert), et un bon rhum blanc, à doser avec générosité et selon l’inspiration. Evitez les glaçons, qui dissipent les goûts. Si vous voyez que le ti-punch se réchauffe dangereusement, descendez-le vite dans le gosier, et préparer son cousin.

    En attendant, viva la salsa colombiana ! 

    Snap_2011.12.19_18h09m27s_001_.png

    maxresdefault.jpg

  • Lille : On est bien seul(e) dans le métro…

    C’est un peu dommage que ça tombe sur Lille, qui est la plus sympathique des villes françaises, mais c’est comme ça… Une jeune femme a été agressée dans le métro par un sale mec, bourré, violent et odieux, et les passagers se sont planqués, laissant la victime seule face à son agresseur.

    Un cauchemar

    In_My_Solitude_(Willis_Jackson_album).jpgLes faits ayant été exposés publiquement par le procureur, nous pouvons les considérer comme présumés vrais, et donc on peut en parler.

    La scène de cauchemar commence mardi vers 22 h 30 sur le quai. Le mec était une sorte de demi-portion, qui se promenait avec une bouteille de vodka à la main… Il a emmerdé cette jeune femme, l’injuriant, tentant de l’embrasser, lui passant les mains sur la poitrine et le bas ventre, la menaçant... La jeune femme protestait tant comme elle pouvait.

    Les voyageurs vont se caler dans une autre rame, ou se planquent. Pas un pour intervenir ou appeler les secours. « Personne ne m'a aidée. Je me suis défendue toute seule », explique la victime. Elle sort du métro, et le fumelard continue à l’agresser et la menacer de viol. C’est quand elle sera dans la rue, qu’un automobiliste, puis deux vigiles interviennent.

    Le mec a été jugé en comparution immédiate : 18 mois de détention, et deux ans d’interdiction de territoire pour ce ressortissant marocain. 

    Justice express…

    114299279.jpgD’abord, je suis en désaccord total avec cette justice accélérée. Les faits ont eu lieu mardi soir, et le jugement a été rendu jeudi. L’enquête a été vite faite, oki, car l’agresseur a été arrêté en flagrant délit, et il était normal de le présenter rapidement au tribunal. Mais il n’y avait aucune urgence à juger l’affaire. Il fallait placer l’agresseur en taule, et se laisser quelques semaines avant de juger, notamment pour permettre à la victime de souffler, faire le point et organiser sa défense dans le calme.

    Avec ce délai, le tribunal ne s’est pas laissé le temps pour jauger la personnalité de l’agresseur, alors que cette affaire est grave et inquiétante. Le mec était bourré, le mardi soir, et il a été jugé le jeudi. Un lendemain de cuite et après la garde-à-vue, il ne devait pas être bien frais… Alors, pourquoi se précipiter ? Cette agression est préoccupante… Un minimum de délai aurait été nécessaire pour cerner la personnalité de l’agresseur, comprendre les causes, analyser le risque de récidive… Dans notre temps qui perd la tête, juger vite c’est juger bien… N’importe quoi.

    Alors, est-ce que ça valait dix-huit mois, plus ou moins ?... Un jugement si rapide laisse forcément d'importantes parts dans l’ombre.   

    Les voyageurs tous coupables…

    Duke+Ellington+-+In+My+Solitude+-+LP+RECORD-332324.jpgTous coupables. Oui, bien sûr, tous coupables, dès lors qu’ils ont vu, ou même entraperçu, la scène. C’est clair au regard de l’article 223-6 du Code pénal :  

    « Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.

    « Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours ».

    On a bien lu : « Soit en provoquant un secours… ». On peut penser que deux personnes s’approchant du gus auraient pu alléger la charge pour la victime, sans exposer leur vie… Mais ne pas appeler les secours, et laisser la femme partir de nuit, coursée par ce sale mec… Lamentable !

    Et pour ceux qui argumentent sur le thème : « Tu parles, si tu t’interposes et que tu touches le mec, il porte plainte et c’est moi qui part au tribunal », je leur réponds : « (1) Enlevez le fromage lepéniste qui vous sert de cerveau, et prenez une bonne douche ; (2) Lisez le matin deux pages de « L’espoir » de Malraux, à midi deux pages de « Cent ans de solitude » de Gabriel García Márquez», et le soir 4 pages de « Cahier de Poèmes » d’Emily Brontë ».

    Mais le procureur n’en mène pas large

    spec-leo-f-solitude1.jpgEh oui, notre procureur n’en mène pas large, car cette affaire montre que la sécurité dans le métro, c’est bidon.

    Le métro de Lille, c’est 1.150 caméras de vidéosurveillance, et plus d'une centaine d'agents chargés de la sécurité,… et pourtant personne rien n'a marché. Appeler par le portable ? De ce que je lis, les téléphones mobiles ne captent pas dans le métro, c’est malin ! François-Xavier Castelain, directeur du contrôle, de la sûreté et de la prévention de Transpole, la société de transports en commun de la métropole lilloise, explique : «  Si on avait été alerté par les témoins, je ne dis pas qu'on aurait pu empêcher ce qui s'est passé, mais on aurait pu intervenir ».

    Oki, camarade Sûreté, mais à quoi servent les 1150 caméras de vidéosurveillance ? A pas grand-chose : «Techniquement, on ne peut pas mettre une personne derrière chaque caméra. Il y a seulement 30 écrans ». Trente écrans pour 1150 caméras… Merci camarade Sûreté, on commence à piger ! Et le camarade Sûreté met en cause l’inertie des passagers qui n’ont pas alerté les secours par les « bornes d'appel d'urgence ». Pourquoi ne pas les signaler, les appeler de manière plus explicite, et donner des explications aux usagers, qui sont souvent des habitués ?

    Alors, les accros de la vidéosurveillance me diront que c’est très utile pour identifier les délinquants. Sauf que le délinquant n° 1 a été arrêté dans la rue grâce à un passant courageux, et que le procureur explique qu’il n’est pas sûr de pouvoir identifier les délinquants n° 2, à savoir les passagers. Ah bon, parce qu’en plus les 1.150 caméras de Monsieur Sécurité prennent des images floues… 

    La solitude...

    dominique-merlet-liszt-benediction-de-dieu-dans-la-solitude-funerailles-annees-de-pelerinage-deux-legendes-fantaisie-et-fugue-sur-b-a-c-h-collection-elevation.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu