Avertir le modérateur

La prison de Khiam : Visite sur le lieu d’un crime israélien

Il est par hypothèse bien difficile de visiter les prisons israéliennes dédiées à la Résistance arabe, car elles sont toutes sur le territoire d’Israël, et inaccessibles. En violation de la IV° convention de Genève (Art. 76, 4° alinéa) et du statut de la Cour pénale internationale (art. 8, 2, b, viii) les dirigeants d’Israël ont toujours procédé au transfert des résistants arabes sur leur territoire, pour les interroger, les juger et les garder détenus. C’est dire qu’avant même de se poser des questions sur la conformité des procédures au droit (CPI, art. 8, 1, a, vi et art. 8, 1, a, ii), le crime de guerre est déjà établi. Le fait est indéniable, mais que ne pardonnerait-on pas à la seule démocratie du Proche-Orient…

Aussi, la visite de la prison de Khiam dans le Sud-Liban est d’autant plus importante. Israël a depuis ses méfaits bombardé le site, pour le détruire à 90%, mais passer quelques heures sur place, avec les explications d’anciens détenus, permet d’en savoir bien assez sur ce crime d’Etat.

Centre_map.jpg

Non-droit absolu

Cette prison était à l’origine une caserne, construite en 1933, du temps du mandat français, sur un promontoire qui domine le Sud-Liban. C’est lors de l'occupation du Sud du Liban, de 1982 à 2000, qu’Israël en a fait une prison dédiée à la résistance libanaise. Au fil du temps, environ 150 personnes y étaient détenues, des hommes, des femmes et des enfants. Au total 5000 personnes, souvent pour de longues années,… et aucune d’elle n’a été jugée.

L’encadrement était le fait d’officiers israéliens, et le fonctionnement reposait sur la sinistre ALS, l'Armée du Liban-Sud, une milice sous-traitante de l’armée israélienne, prête à tout, comme le sont les traîtres.

Khiam était une zone de non-droit absolu : torture systématique, conditions inhumaines de détention, isolement total, privation de lumière, pas de visite, pas d’avocat, pas de juge, pas de correspondance… et pas de procès. Si pour certains le séjour était court, car il fallait intimider, la plupart des détenus l’ont été pour de longues périodes, souvent plus de dix ans… et sans aucun jugement. Un ordre militaire, resté secret, suffisait.

Après dix ans de clandestinité, l’intervention du CICR

Bien protégé par le camp occidental, haut défenseur des valeurs, Israël a menti effrontément pendant plus de dix ans en niant l’existence de cette prison. C’était simplement un centre pour gérer les arrestations… Ajoutez quelques expressions outragées pour contester la propagande de Résistance libanaise, ces terroristes… En 1989, les détenus avaient engagé un mouvement de protestation pour obtenir la visite du CICR, aussitôt réprimé par deux exécutions. Les démarches insistantes du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont fini par payer six ans plus tard, et en 1995 le CICR a pu effectuer une première visite. Il s’attendait à l’horreur, et il a vu pire.

artindetention51_courtesyGNDM.jpg

L'un des caissons, pour l'isolement 

 

liban,israel,palestine

liban,israel,palestine

Un détenu pouvait rester des journées entières dans ces coffres

liban,israel,palestine

Une cellule collective pour hommes 

Soha Bechara

La résistante Soha Bechara a passé dix ans à Khiam. Militante du Parti communiste, elle avait tenté 7 novembre 1988 d’abattre Antoine Lahad, ce général dévoyé qui dirigeait l’ALS. Elle a vécu six ans à l’isolement, dans une cellule d'isolement mesurant 1,80 m de long sur 80 cm de large, avec d’incessants interrogatoires sous la torture : « L’électricité, les tuyaux, l’eau… des décharges électriques durant quatre heures d’affilée. On ne peut que crier dans ces moments-là ». Un jour, ils ont amené sa mère pour qu’elle assiste aux tortures de la fille. A-t-elle pleuré durant ces dix ans ? « Oui, j’ai pleuré quand cette mère et ce bébé criaient parce qu’on les séparait, et aussi quand on entendait les hurlements des hommes et des femmes en train d’être torturés. Pour les hommes, c’était horrible. A Khyam, la torture est hors de pensée ».

2.jpg

En haut de la photo, la partie préservée, qui était le quartier des femmes 

Suleiman Ramadan

Suleiman Ramadan a été capturé le 17 septembre 1985, grièvement blessé lors d'une opération militaire. D’abord transféré à l’hôpital militaire de Haïfa, où il a du être amputé d’une jambe, il est revenu le 27 octobre 1985 à Khiam, pour 73 jours d’interrogatoire sous la torture, les menottes aux poings, la tête toujours couverte d'un sac, installé sur un chariot dans un couloir, sans aucun soin pour ses blessures : «De faim, je mangeais mes ongles et la peau de mes doigts. Mais cela n'était rien par rapport aux brutalités et à la torture qui tombaient à n'importe quel moment». Suivra la cellule : neuf mois passés dans une cellule d'isolement de 90 cm sur 90 cm, puis à sept dans une cellule de 2,25 m sur 2,25 m : « C’était l’enfer. Nous étions privés de tout. C'était le règne de la maladie et de la faim. Les douches que nous prenions étaient parfois espacées de deux mois».

Après la visite du CICR, ont été lâchées quelques améliorations minimales d’hygiène, comme un point d’eau dans les cellules, et le rétablissement des correspondances. Dans la première lettre qu'il a reçue de sa famille, Suleiman Ramadan a trouvé une photo de son neveu. «En voyant cet enfant, j'ai su que j'existais en tant qu'être humain. C'est la plus grande joie de ma vie. Même à la libération, je n'ai pas ressenti cette joie-là ».

Libération en mai 2000…

En mai 2000, la Résistance libanaise a gagné. Israël a dû se retirer du Liban, les miliciens de l’ASL se sont liquéfiés et dans la foulée la prison de Khiam a été prise d’assaut : 145 prisonniers ont retrouvé la liberté.

Depuis, cette prison était devenu un mémorial, ouvert au public. Tout était resté, comme figé au temps de tortionnaires.

… et bombardement en juillet 2006

Le 25 juillet 2006, lors de la «guerre de 34 jours» entre Israël et le Hezbollah, l’aviation israélienne a largué une bombe guidée sur le site, qui n’était en rien un objectif militaire, et a pratiquement tout détruit. Quatre bérets bleus de l’ONU – un Autrichien, un Canadien, un Chinois et un Finlandais – qui étaient de permanence ont été tués. L’ONU a ouvert une enquête, et Israël a reconnu une « erreur au niveau opérationnel ».

C’était le geste du criminel qui veut faire disparaître les traces de son crime. Sauf que les crimes commis à Khiam sont entrés dans l’histoire, et que reste-t-il comme pensée à celui qui veut détruire les lieux de mémoire ?

Deux vidéos

La première Khiam ou le temps égrené au Sud-Liban est signée Jean-Marc Sroussi. Elle traite spécifiquement de la prison, et comme elle a été tournée en février 2006, on peut voir la prison avant son bombardement.

La seconde est un reportage publié par Temps Présent, l’émission de la RTS, Soha, retour au pays du Hezbollah, tournée en octobre 2006. Un bon reportage, qui fait comprendre ce qu’était la vie à Khiam, et qui pose très correctement le cadre de ce qu’est la Résistance libanaise, avec le rôle clé du Hezbollah, diabolisé chez nous, mais là-bas pièce essentielle, et respectée, de la défense du peuple libanais. 

14_Frontiere_sud Liban (2).JPG

Commentaires

  • Peu de mots tant ma colère est grande...remplie d'émotion aussi.

    Merci Gilles pour ce rappel, un peu connu mais sans autant de détails. Sans doute serait-il nécessaire d'envoyer cet article au sieur Arcady, grand défenseur d'israël, et d'autres dont la liste serait immense.

    Une pensée profonde à Georges Ibrahim Abdallah toujours emprisonné dans notre belle démocratie...par le bon vouloir des States et Israêl, via nos sociotraitres. J'ai honte.

  • merci pour ces informations, servant de piqûres de rappel.

  • Merci pour ce billet, je ne connaissais pas l'histoire de cette prison.

  • Il y a des instances juridiques internationales,pour ceux qui pratiquent ce genre de camps de tortures,non ?...ah,oui c'est vrai pas pour certains états....Comme par hasard se sont ceux qui ont réclamés a grands cris,ce genre d'instances....Vaste hypocrisie et manipulation

  • Est-ce vraiment pertinent de laisser cet état là s'autoproclamer "Etat juif" ?

  • Israël est deja par nature et de fait un état Juif,maintenant pourquoi les politiques Israélien éprouvent ils le besoin d'en faire officiellement une référence ?...je me doute,pour eviter d'accorder les mêmes droits aux Juifs qu'aux non Juifs dont les Palestiniens vivant sur le sol Israélien....La religion,cet instrument de pouvoir sur les esprits et sur la politique toujours et encore

  • Nombre d'Etats marquent leur attachement à une religion. Le président US prête serment non sur la constitution, mais sur la bible

    La véritable question c'est le sort réservé aux minorités pour l'éducation, le logement, le travail...

    Pour ce qui d’Israël, le projet d'origine, 1917, était clair sur la question religieuse car il s'agissait de créer "un foyer national juif"

  • Israël accepte que deviennent Israéliens des gens qui viennent de pays étrangers et n'ont aucune croyance ou même culture religieuse. Le seul critère pour pouvoir devenir israélien est d'avoir une mère juive.

    Le concept "d'Etat juif" ne repose donc pas sur la religion, mais sur l'ethnie, en l'occurrence sur le fantasme d'une judéité génétique.

    Israël se définissant comme "Etat juif", ce n'est donc pas un état religieux (même si les religieux sont puissants dans l'armée), c'est un état fondé sur le fantasme qu'il existe une race juive. C'est un "état ethnique"


    On n'est pas obligé de valider tous les archaïsmes américains.

    On a le droit de refuser le concept d'état ethnique et/ou religieux. Surtout qu'il est facile de constater que les états de cette nature sont conduits à un certain suprémacisme et à tuer facilement les êtres humains qui ne sont pas de la "bonne ethnie".

  • Khiam ! , fief symbolique et tactique de la milice Hezbollah

    Construit par les Français pendant le mandat incluant la Syrie, le fort de Khiam est transformé en une base de l'armée libanaise, avant d'être utilisé par l'armée du Liban Sud (ALS)pour détenir et interroger les terroristes palestiniens avec du sang sur les mains, et des membres du Hezbollah.

    L'ALS fut fondée en 1976 par des membres de l'armée libanaise basée dans les villes de Marjayoun et Qlayaa. Constituée pour l'essentiel de chrétiens, mais aussi de chiites et de Druzes libanais qui n'acceptaient plus les factions armées palestiniennes qui contrôlaient le sud de leur pays, l'objectif officiel de la milice était de protéger les civils libanais des exactions de l'OLP de Yasser Arafat.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_du_Liban_Sud



    Trés utile Khiam ! de meme, des guantanamo, il en faudrait cent dans toute l'europe, pour lutter contre le terrorisme islamopalestiniste.
    trés utile ausis, guantanamo,

    POUR PROTEGER LA VIE.

    Bien que l'ALS fut, jusqu'en 1982, alliés avec les israéliens, pour des interets communs (interets entre CHRETIENS et israéliens devant la menace palestinienne ! Les palestiniens torturaient les chrétiens libanais dans des camps de concentration: source: Le combat du Liban (edition conchon), auteur le résistant libanais chrétien jean-pierre Haddad.

    ,ce ne sont pas les israéliens qui géraient ce que faisait l'armée du Liban Sud.
    Israël a toujours rejeté toute la responsabilité des activités de ce centre à la seule ALS
    Pour toute exaction rapportée, demandez des comptes à l'ALS, chrétiens libanais, déja connus pour etre les responsables de sabrah et shatilah, mais en haut, réalisé sur ordre des services syriens.

    et vous dites, détruit ensuite par Israel ? ce fut le hezbollah qui captura ce lieu, détenu avant par l'ALS ! Israel n'a fait que piloner le Hezbollah en 2006, et a détruit cette désormais place forte du terrorisme du hezbollah !

    A notez que quatre observateurs de l'ONU, étrangement ayant voulu aller du coté du hezbollah terroriste, au lieu de venir se faire aider par tsahal, ont été tués hélas dans cette opération antiterroriste.

    Donc tout votre article, est un bidonnage de haine anti israélienne de propagande, encore une fois.

    CQFD !!!

    Comment les palestiniens - et leur propagandistes ! - transforment l'histoire !!

  • Le crime était plutot celui du hezbollah, qui a envahi et fagocité le Liban jusqu'a la trogne, en torturant et éliminant toute résistance chrétienne, et utilise la pauvre population libanaise, de ce pays conquis et asservi, et ni libre ni souverain, pour la cause égoiste du hezbollah, des palestiniens et des mollahs d'Iran, pour leur but de détruire la démocratie libertaire, humaniste, et égalitaire Israel, le seul pays du moyen orient ou des musulmans ont des droits et sont libres. La premiére fois qu'une femme musulmane a pu voter, ce fut en Israel. Les droits y sont identique quelque soit la religion, et Israel finance les mosquées qui foisonnent et les corans. le foular intégral/burka y est autorisé, ce qui est interdit en France ! plus de liberté individuelles qu'en france.. il y a des généraux de tsahal qui sont arabes. tout est démocratique.
    Les musulmans israéliens déclarent majoritairement ne pas vouloir vivre dans un état d'entité d'apartheid islamique géré par des palestiniens, qui pratiquent, EUX SEULS, la torture, ce que vous ne dénoncez jamais, et ils déclarent etre plus libres et avoir de droits en Israel que dans n'importe quel pays arabe.
    Des réfugiés musulmans et africains se battent pour venir vivre en Israel.

    La honteuse propagande islamopalestiniste fait des ravages dans les cerveaux. La télé lave votre cerveau chaque jour.

  • Réponse à Prince !

    Rien que ça...prince...mais fort mal renseigné. Sioniste, sayanim...à tout le moins.
    Vous devriez lire Ilan Pappé, Schlomo Sand, Uri Avnery, Amira Hass, Gidéon Levy, Michel Warchawski...bref, tous ces Israëliens que vous accusez régulièrement d'avoir "la haine de soi" mais qui savent de qui et de quoi ils parlent, eux. Votre schutzpa est incommensurable, la vraie celle-là, vous aveugle....autant que votre supériorité et votre mémoire oubliée : une insulte à la douleur des juifs qui ont souffert il fut un temps que nous ne voudrions pas (re)connaître. Vos mots ravivent les plaies. Quant à vos références sur Wikipédia, parlons-en...quand on sait comment les infos sont alimentées...pas même des historiens, en général.

    je ne vous salue pas.

  • contrairement à ce que cet article dit, il est du devoir - sous peine de violation du droit international !!- d'un état, de proteger sa population en arretant et interrogeant des terroristes nuisant et voulant tuer de la population civile.
    Israel ne pratique pas la torture, et les articles en parlant sont basés sur de faux dossiers, - ainsi que le juge Goldstone de l'ONU l' a découvert et déclaré à la presse: seuls les palestiniens et islamistes pratiquent la torture, le juge Goldstone déclaré avoir dcouvert que les dossiers d'accusation de torture rapportés à l'ONU contre Israel sont faux et basés sur de faux témoignages, aprés enquete, en fait de quoi, le juge Goldstone prie l'ONu d'annuler les conclusions de son propre rapport qu'il a réalisé pour l'ONU.

  • Boycott d'Israël tant qu'il ne change pas. Israël en tant qu'état terroriste et raciste qui accumule les crimes : assassinats extrajudiciaires, maltraitance et emprisonnement de centaines de mineurs (les jeunes mineurs palestiniens restent en moyenne deux ans dans les prisons israéliennes), assassinats de civils, bombardements de civils, siège de la population de Gaza depuis sept ans.

    Nous devons boycotter cet état et faire taire les racistes qui le soutiennent (CRIF, ELNET, LICRA, BNCVA). Ces officines prétendent défendre "les juifs", c'est faux: elles encouragent la judéophobie par leurs actions. Elles ne défendent qu'Israël sous une forme d'état raciste, et elle défendent l'extrême droite israélienne.

  • Au nom de la "raison d'état", une sorte d'accord intra palestinien, les tortures infligées entre memebres du fatah et membres du hezbollah, sont utilisés pour accuser les israéliens. Des rapports sont trés fondés là dessus. les prisons palestinienens des deux faction fatah (AP de abbas) et Hamas, sont équipées de dizaines de centre de torture. aprés libération éhcnagess .. ils accusent Israel, puis une allocation est donnée aux victimes. Le tout pour maintenir la proapagande anti israélienne primaire - donc éfficace.
    Tout acte de torture est puni trés sévérement en Israel. La cour de justice d'Israel défend tout ses citoyens sans distinction dereligion ou etghnie, et il n'est pas rare que des israéliens juif ssoient condamnés sur plainte de musulmans. La démocratie est égalitaire, au mem niveau qu'en France. Un état de droits, et le seul du moyen-orient. et je ne fait pas de "propagande".
    Alors que dasn l'entité d'apartheid islamique degaza, la police de la pensée se proméne avec des batons dans les plages ou dans la rue, si une robe se souléve de 10 cm quand il faut monter un escalier. De nombreuses photos montrent les milices de la morale déambulant, terrorisant la popualtion palestinienne.

  • le boycott d'un état - a fortiori envers une démocratie libertaire qui lutte contre tout les racimes, comme Israel, est illégal.
    La loi interdit tout boycott commercial envers une nation, un état, ou une ethnie.
    BDS est donc une association raciste de par la loi francaise.
    Des jugements ont eu lieu, des membres de BDS sont dans des prisons francaises, ou payent des amendes.
    Après les tribunaux correctionnels de Créteil, Bordeaux, Limoges, et Alençon, Après les Cours d’Appels de Bordeaux et de Limoges. Après la Cour de Cassation et la Cour Européenne des Droits de l’Homme, c’est maintenant au tour de la Cour d’Appel de Colmar de juger que le boycott des produits israéliens est illégal, infirmant ainsi les deux jugements prononcés par le Tribunal correctionnel de Mulhouse qui avaient relaxé les prévenus.

    Le 27 novembre 2013, la Cour d’Appel de Colmar vient de déclarer douze personnes coupables de discrimination nationale, raciale, religieuse par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique, en ayant appelé au boycott des produits israéliens lors de deux actions effectuées dans un magasin Carrefour à Illzach (Haut-Rhin) les 26 septembre 2009 et 22 mai 2010.

    la fatwa du cheikh Al-Albani indiquant qu’il est défendu aux musulmans d’avoir des relations commerciales avec les « sionistes juifs ».

    l’invective lancée à un étudiant de l’UEJF par une manifestante lors d’une marche organisée par le NPA en faveur du boycott à Nancy qui, découvrant qu’il était juif, lui intima l’ordre de partir au motif qu’il « n’avait rien à faire ici ».

    le commentaire d’un internaute sur la vidéo de l’action de boycott du restaurant Mac Donald’s de Limoges précisant : « on va commencer à vous brûler dans nos pays arabes s’il le faut. L’essence est à si bas prix qu’on sera très généreux avec vous ».

    On pourrait rajouter le récent clip vidéo d’une rare violence du rappeur Nino ZC qui appelle au boycott d’Israël et a « envie de se faire sauter » et de « faire des victimes à Tel Aviv » mais également ce maire palestinien qui, lors d’une action d’appel au boycott dans un magasin Carrefour à Evry (Essonne) avait dit aux clients qu’en achetant des produits israéliens, cela « finançait l’armée israélienne qui tue des enfants palestiniens », ce qui a valu une amende de 1.000 € à Madame Zemor, la Présidente de l’association CAPJPO-Europalestine et directrice de publication de son site, prononcée par la Cour d’Appel de Paris le 24 mai 2012 pour cet appel à la haine.

    Les témoignages purement politiques de l’eurodéputé Nicole Kill Nielsen (EELV) qui avoua lors de l’audience à Colmar ne pas connaître l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui condamne le boycott des produits israéliens alors qu’elle est membre de la Commission en charge de ces droits au Parlement européen, ou celui de Michel Warschawski qui a également reconnu que son Centre d’Information Alternatif avait été fondé avec de « grands terroristes » du FPLP et du FDLP, n’ont pas emporté la conviction des magistrats alsaciens.

    La Cour d’Appel de Colmar a donc rappelé à bon droit, que la liberté d’opinion et d’expression ne peut conduire quiconque à inciter à opérer une différence de traitement à l’égard des producteurs israéliens, ce qui constitue une discrimination répréhensible : la provocation à la discrimination n’entre pas dans le champ de la liberté d’expression, ce qu’avait rappelé avec force tant la Cour de Cassation que la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

    Il serait souhaitable que ces « défenseurs de la paix » (sic) le comprennent et respectent ces décisions judiciaires ainsi que la Loi, s’ils veulent effectivement que les peuples se rapprochent. On peut malheureusement en douter si on en croit la déclaration publiée par l’Association France Palestine Solidarité, longtemps dirigée par l’ancien Député Jean-Claude Lefort qui n’hésita pas à venir témoigner au soutien des prévenus à Alençon, qui appelle à la poursuite de ces actes illégaux.

  • Ce qui manque, c'est la loi autorisant de garder en détention sans jugement

  • Il faudrait m'adresser les références de cette loi démocratique

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu