Avertir le modérateur

  • Inde : Violence infinie

    Les corps ont été découverts mercredi, au petit matin. Deux jeunes femmes – 14 et 15 ans – étaient pendues à un grand arbre de la place d’un village du district de Budaun, dans l’Etat de l’Uttar Pradesh.

    Le mardi soir, le père d’une des jeunes filles s’était adressés à la police pour dire que les filles, qui étaient allées dans un camp à proximité pour se rendre aux toilettes, n’étaient pas revenues. Mais la police n’a pas réagi.

    Les habitants du village se sont installés à proximité de l’arbre, à côté des deux corps qui pendaient, pour dire qu’ils ne partiraient que si la police prenait des mesures.

    Jeudi, Atul Saxena, le responsable de la police, parle d’un viol collectif commis par cinq hommes et de la pendaison des jeunes filles en plein désarroi. Un suspect a été arrêté et trois policiers ont été suspendus pour ne pas avoir régi à la plainte du père.

    Deux hypothèses sont évoquées. Selon la première, les viols ont été suivis de meurtres, puis des pendaisons. La seconde est que les jeunes femmes, bafouées, meurtries, n’ont pas supporté et se sont pendues. Dans un cas comme dans l’autre, c’est une violence infinie, qui équivaut à l’assassinat. L’horreur.

    Image

  • BNP Paribas : La France humiliée par les malfrats de Washington

    Obama a encore frappé : ses sbires demandent à la BNP de payer une amende de 10 milliards de dollars (environ 7,3 milliards d’euros), avec une menace de retrait de licence, soit la perte de 10% du chiffre d’affaires. Ah bon, la BNP a été condamnée, avec de vraies lois et après un procès équitable ? Non, chez les cow-boys (Territoire indien occupé, Amérique du Nord), on condamne sans procès.ImageMotif ? La BNP aurait violé pendant quatre ans l’embargo décrété contre Cuba, le Soudan et l’Iran. Quel tribunal a décidé de cet embargo contre ces Etats souverains ? Aucun : c’est encore Obama et ses sbires. Une zone de non-droit… Une association de malfaiteurs encravatés décident de ruiner des peuples, puis de ruiner une banque (française), ce sans loi, sans tribunal sans procès, et ça passe comme une lettre à la poste. Ça me sidère.

    Là-bas, l’affaire est traitée, sous le contrôle direct du gouvernement, par David O’Neil, chef de la division criminelle du ministère de la justice, Benjamin Lawsky, le patron du département des Services financiers (DFS) de l’Etat de New York… et Cyrus Vance Eternal Junior, le procureur du district de Manhattan. Eh oui, on retrouve ce loser en chef, le big boss de l’enquête sur la pipe nationale de DSK, qui ferme les yeux sur un viol parce que la victime a des papiers irréguliers

    Chez ces instruits, le jeu est simple : tu craches un max, sinon je t’inculpe. Du pur chantage. Sauf que rigolez-pas : si la BNP lâche 7 milliards d’euros, le contrecoup sera vite ressenti : ce sera ça de moins de financement sur le marché européen, un coup très rude à l’économie.

    Image

    Bien sûr, la banque BNP se prépare à un procès du feu de Dieu. Elle va contester les décisions d’embargo contre l’Iran, le Soudan et l’Iran, contraires aux résolutions de l’ONU. Elle va dénoncer ces sanctions gouvernementales, prises sans référence au droit international et sans procès, selon cette méthode qui conduit les US à commettre les plus graves violations du droit, comme en envahissant l’Irak ou en procédant à des campagnes d’assassinats au Pakistan… Non, la BNP ne se défendra pas. Ces décérébrés vont payer sans même oser saisir un tribunal. Une soumission totale.

    Du côté du gouvernement français, c’est la même incurie. Le p’tit naze de Montebourpif, qui fulmine devant l’Indien Mittal, se couche devant les US. Pourtant, Mittal n’a pas fait 7 milliards d’euros de dégâts… De la part de ce quart de portion, ça ne surprendra personne. Michel Sapin a lui discuté avec Benjamin Lawsky, non pour exiger le respect du droit – conduire un procès en fonction de règles conformes au droit international – mais pour implorer la clémence… Quelle honte. Un rat… mais c’était perdu d’avance, car le gouvernement est calé sur les délires de Washington pour ce qui concerne Cuba, le Soudan et l’Iran. Sapin s’est fait jeter, et il a contacté Eric Holder, le ministre de la justice US, qui a son tour l’a jeté, lui expliquant qu’aucune banque n’était « too big to jail », littéralement « trop grosse pour échapper à la prison ». Et Sapin a fermé son sifflet.

    Le seul qui a osé dire un mot est le syndicat CGT de la BNP Paribas… Allez, c’est pour rire, eux aussi sont dans le tropisme de l’oncle Sam. Non, le seul qui a émis une opinion critique, mais bien discrète, est Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France : « Nous avons vérifié que toutes les transactions incriminées étaient conformes aux règles, lois, réglementations, aux niveaux européen et français. Il n’y a aucune contravention à ces règles, ni d’ailleurs aux règles édictées par les Nations unies ». Très bien de rappeler que l’ONU existe, car c’est l’ONU qui défend le droit international, alors que les US ne défendent que leurs intérêts égoïstes, ceux d’un petit Etat de 320 millions de personnes qui maquereautent 7 milliards d’êtres libres et égaux.  Mais que pèse la déclaration de notre ami Christian ?

    Donc, c’est la crise avec les US ? Mais non, rien du tout ! Mieux, pour remercier ces malfrats, on va signer un accord de coopération, le traité transatlantique, qui va finir d’asservir nos économies.

    Demain, nos « ministres » expliqueront que ceux qui ruinent la France sont les réfugiés syriens ou les Roms. Et il faudrait voter pour eux…

    Image

  • La chambre supersociale de la Cour de cassation défend les congés payés

    Les temps sont rudes pour la Gauche sociale : la voilà qui se fait remonter les bretelles par les nouveaux défenseurs des travailleurs : l’Union européenne,… et la chambre supersociale de la Cour de cassation, dans son rapport annuel. En cause, la perte des congés payés en cas de faute lourde.

    licenciement,europe,cour de cassation

    Les congés payés, c’est l’exemple même du droit acquis. Tu travailles, donc en fonction du nombre de jours travaillés, tu as droit à des congés payés. Tu peux demander à les prendre chaque mois, ou tu les regroupes pour partir faire un grand voyage, genre Thaïlande, puis Prague, puis Ibiza, puis Los Angeles.

    Le problème est que ce droit acquis ne l’est pas… En cas de licenciement pour faute lourde, c’est-à-dire suite à une faute commise avec intention de nuire, les congés pays sont perdus (Code du travail, art. L. 3141-26 alinéa 2). C’est punitif et injuste, car ces droits ont été acquis avant la faute, et devrait être versée une indemnité correspondant à ces jours perdus.

    Bon, c’est anormal mais bien sûr les technocrates de l’ultralibérale Europe de Bruxelles ne font rien… Ouaip,.. sauf que c’est pile l’inverse.

    La directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003  concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail ne prévoit pas de perte des droits à congés payés. Aux termes de l’article 7 alinéa 1, les États membres doivent prendre les mesures nécessaires pour que « tout travailleur bénéficie d’un congé annuel payé d’au moins quatre semaines ». Tout travailleur…

    Pas de problème, ce gouvernement à fibre sociale avancée va zigouiller l’alinéa 2 de l’article L. 3141-26 du code du travail. Euh, et ben non…

    La chambre supersociale de la Cour de cassation déplore cette remise en cause d’un droit acquis, mais elle explique que même si elle adoptait une nouvelle définition, plus restrictive, de la faute lourde, elle ne pourrait pas respecter le texte à la directive, car la directive n’étant pas applicable directement en droit interne, elle ne pourrait pas statuer contre la lettre de la loi.

    Le gardien du temple au ministère de la justice, la direction des affaires civiles et du sceau, est favorable à cette proposition… mais pas de chance : la question relève du ministère du travail.

    Allez, soyons patients. La directive date de 2003, et la Cour de cassation sonne l’alerte en 2014. D’ici une petite dizaine d’années, la réforme devrait être votée. Qu’est ce qu’on attend pour être heureux ?

    Image

  • L’UMP choisit la chirurgie de guerre,… et gagne !

    Copé et Sarko en retraite anticipée

    et_par_ici_la_sortieL’UMP dans la tourmente, au bord de l’explosion, à terre… Je n’en crois pas un mot. Hier matin, Copé a commencé la réunion du Conseil national de l’UMP comme s’il était le boss. A 11h, il s’est aperçu qu’il était un blessé de guerre, avec une sympathique équipe de chirurgiens disposés à procéder à une sévère amputation, dans un hôpital de brousse. Une anesthésie en urgence, et Copé était en réa.

    Papy Sarko, qui se la jouait encore Président hier matin, était allé à Madrid se faire prendre en photo à côté de Mariano Rajoy, ce qui a de quoi impressionner les foules. Quand il a lu ses mails à midi, il a su que c’était plié. L’UMP lui échappe, et sa tribune minable sur Schengen – les étrangers menacent la France – avait assez montré qu’il était à bout de souffle.

    Ces deux là, qui sont de grands amis, ont donc à apporter quelques explications d’importance à la justice. En attendant, ils partent à la retraite, et ça, c’est franchement une bonne nouvelle.

    Affaire Pygmalion phase 1

    Et_par_ici_la_sortie_57De l’affaire Pygmalion, on ne connait pas tout, mais seulement la phase 1.

    A enseigner dans les écoles d’avocats, la sublime attaque de Maisonneuve, l’avocat de Pygmalion, ce lundi matin… qui balançait comme jamais vu, avec cet incroyable mélange de décontraction et de fermeté. C’était un paysan enfumant un terrier de renards, et quelques heures après les renards se carapataient dans tous les sens, les yeux bien rouges.

    Donc, on a bien compris. La campagne de Sarko a coûté 32 millions, alors que le plafond est de 22, et le gros de la campagne était assuré par Pygmalion, une société créée pour l’occasion, qui regroupe des potes à Copé et qui a pour client presque exclusif la « famille » UMP. Pour ne pas dépasser le plafond de 22  l’UMP a passé de fausses conventions avec Pygmalion, pour ce que ce soit l’UMP qui paie. Copé et Sarko, ces irresponsables, expliquent qu’ils n’étaient au courant de rien. Donc le candidat Sarko s’est totalement désintéressé du financement de la campagne, n’a jamais posé une question sur l’argent, et ne s’est jamais aperçu que la campagne explosait le budget de 50%. Comment un crétin pareil pourrait-il envisager de gouverner le pays ? Itou pour le Copé qui a engagé dix millions de dépenses fictives pour l’UMP sans s’en apercevoir.

    Affaire Pygmalion phase 2

    affiche-semaine-dd-353x500Mais que sera la phase 2 ? Cette phase 2, ce sera le détail de l’enquête, et la justice va aller vite. Elle dispose de tous les comptes, et « ça balance » de tout coté. On aura alors les réponses à qui a décidé, qui savait, et quelles ont été les petites contreparties. Car 10 millions sortis des comptes juste pour la beauté du geste… à d’autres ! Donc, ça va être le grand festival… Mais attention : ça ne concerne que la campagne de Sarko, gérée par Copé. Le reste est intact. L'UMP pourra se constituer partie civile au procès, et demander le remboursement des 10 millions.

    Là, vient en relais la politique. Les deux décomplexés faisant de l’expérimentation sociale avec la garde-à-vue, le reste de la bande va vite se réorganiser, et pour une raison simple : la victoire est à portée de main, et il y en aura pour tout le monde. En septembre, le Sénat passe à droite ; en mai, ce sont les vingt régions et une bonne partie des départements qui vont basculer ; la voie sera ouverte pour gagner dans trois ans la présidentielle et les législatives.

    On va repartir avec le grand classique de la Droite française – le RPR/UDF – qui sera un UMP/UDI Modem. Pour le leadership, Fillon va essayer cinq minutes d’affronter Juppé… Et on verra alors ce vaut vraiment le vote Le Pen, qui n’est rien d’autre qu’un phénomène de baudruche.

    Je résume. Hollande est carbonisé, mais on s’en fout, c’est Merkel qui dirige, et elle est en forme. Les deux décomplexés Copé et Papy Sarko sortent du jeu. La Droite classique va tout récupérer et finir de ringardiser Le Pen. D’ailleurs, il suffit de voir quels sont ceux qui voient ces jours-ci « La patrie en danger » : ce sont qui ont perdu, et qui le savent.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu