Avertir le modérateur

Pour ne pas perdre son temps avec le procès Bonnemaison

Un toubib déconnecté est renvoyé aux assises pour avoir empoisonné 7 patients, et il risque une lourde peine de prison, ce n’est assurément pas banal. Ce procès, oui, pose de nombreuses questions sur les dérives d’un homme et d’un hôpital public. De vraies questions.

coucher-de-soleil-en-hiver-f0cbf704-98d1-4664-838d-b6902fd99af7

Comment dans un hôpital public, régi par loi de A à Z, un médecin peut-il ignorer les bases de la déontologie et l’une des plus importantes des lois, celle sur la fin de vie ? Que vaut la formation continue des médecins ?

A l’heure où les hôpitaux n’ont d’activité qu’en fonction d’accréditations, et que se multiplient les recommandations de la Haute Autorité de Santé, qui définissent les bonnes pratiques médicales, comment des praticiens publics peuvent-ils exercer dans une telle déshérence professionnelle, en rupture avec la connaissance scientifique ? Sommes-nous soignés par des sorciers ?

Alors qu’existent des données médicales certaines qui permettent d’apprécier l’état d’un patient, comment y-a-t-il pu y avoir sept morts brutales, que rien ne laissait deviner la veille, sans qu’aucun contrôle institutionnel ne fonctionne ?

Alors qu’il n’existe de travail hospitalier qu’en équipe, et que les infirmières bénéficient d’une formation leur donnant une haute connaissance clinique, comment est-il possible qu’il n’y ait eu de réaction qu’à la septième mort ?

Alors que la mort est ce qu’il y a de plus grave, comment les certificats de décès ont-ils pu être délivrés alors que ces morts ne s’expliquaient que par un acte les ayant précipitées ?

Ce sont-là de sérieuses questions, qui traitent de l’essentiel, à savoir la sécurité des patients. Un jour, vieux et fatigué, je vais me retrouver aux urgences de Centre Hospitalier de Bayonne, et je veux être sûr que je serai soigné, et non pas zigouillé par un toubib dépressif qui m’aura trouvé l’œil pas assez frais… Il faut donc (1) répondre à mes questions et (2) me dire ce qui a été fait pour revenir aux bonnes pratiques.

Quant au sort de Nicolas Bonnemaison… Je ne peux que lui souhaiter bonne chance. Il risque gros et devrait veiller à ne pas prendre la cour d’assises pour une assemblée de demeurés. Parce que franchement, ce qui ressort des préparatifs du procès et du battage médiatique, ce n’est pas folichon. Complètement à côté de la plaque ! Ça va être le spectacle du procès de la fin de vie, avec comme vedette sur la piste, le poussiéreux Koukouch… Préparez vos mouchoirs. La smala des pleurnichards va faire le show.

Alors, c’est la loi qui ne va pas ? Vous voulez une loi pour que le brave Bonnemaison ne soit pas condamné ? Assumez, les amis apprentis sorciers… Je l’ai écrite, votre loi mignonne, et le jugement qui va avec.

040761c7

*   *   *

Loi permettant de zigouiller les malades

Art. 1. – Quand un médecin estime un malade pas frais, alors que les signes cliniques et le bilan sont contraires, il peut décider de le zigouiller.

Art. 2. – Le médecin décide seul, et il zigouille le malade avec un produit utilisé pour la peine de mort, sans dire lequel, en planquant les ampoules, et sans rien noter dans le dossier médical.

Art. 3. – Le médecin ne doit donner aucune information à l’équipe médicale et infirmière avec laquelle il travaille.

Art. 4. – Le médecin doit outrageusement mentir à la famille en expliquant que c’est une mort naturelle, et que la médecine a été impuissante.

Art. 5. – Le médecin doit établir un faux  certificat de mort naturelle.

438839_sneg_zakat_ozero_zima_vecher_1680x1050_(www.GdeFon.ru)

*   *   *

Jugement innocentant un médecin zigouilleur

Le tribunal d’un autre monde,

Attendu qu’estimant un malade pas frais, alors que les signes cliniques et le bilan étaient contraires, le Docteur Schmoll a décidé de le zigouiller ;

Attendu que Docteur Schmoll a décidé seul, utilisant un produit destiné à causer la mort, sans dire lequel, en planquant les ampoules, et sans rien noter dans le dossier médical ;

Attendu que le Docteur Schmoll n’a donné aucune information à l’équipe médicale et infirmière avec laquelle il travaillait ;

Attendu que le Docteur Schmoll a outrageusement menti à la famille en expliquant que c’était une mort naturelle, et que la médecine avait été impuissante ;

Attendu que le Docteur Schmoll a établi un faux  certificat de mort naturelle ;

Attendu que toutes les dispositions de la loi permettant de zigouiller les malades ont été respectées ;

Par ces motifs

Déclare le Docteur Schmoll  innocent ;

Le félicite pour son respect scrupuleux de la loi, sans lequel il n’y a pas de vie en société.

091106_151646_barque_arriere.jpg

Commentaires

  • J'ai de plus en plus de mal à comprendre comment peuvent coexister dans un même crâne, celui de Gilles Devers, tant de bon sens et de nuance sur la plupart des sujets, et tant d'aveuglement, de mauvaise foi et de bêtise épaisse dès qu'il s'agit de l'euthanasie.

  • Bonsoir Luc

    je suis prêt à faire des efforts, mais en quoi ce texte est-il excessif ?

    J'ai posé une série de questions importantes et vraies, loin du sensationnel et de l'émotion. Comment les hôpitaux peuvent ils fonctionner sans respect de la loi ?

    En rédigeant cette loi, je montre positivement tout ce qui serait nécessaire pour que de telles pratiques soient légales. Aucun pays, aucun médecin ne peut l'admettre.

    Cette affaire, c'est la dérive d'un homme honnête et d'un établissement de qualité. Ce n'est pas le procès de la fin de vie.

    Je pense que la législation française devra bouger sur le suicide assisté, qui n'a rien à voir avec la fin de vie.

    Il y a un débat réel : faut il faire évoluer la loi de 2005, et sur quels points. D'autres pays ont des systèmes différents et c'est leur liberté. Mais aucun n'envisage de procéder à la fin de vie quand ce n'est pas la fin de vie.

  • Voilà:

    Procès Bonnemaison : "L'euthanasie n'est pas mon combat"
    Le Nouvel Observateur - ‎Il y a 28 minutes ‎

  • Interrogé par France Bleu Pays Basque, maître Arnaud Dupin, l'avocat du docteur Bonnemaison qui comparaît dès aujourd'hui aux Assises de Pau pour "empoisonnement" de 7 personnes âgées en fin de vie, a expliqué que, sur ce sujet, "aujourd'hui il existe en France une loi". 'La façon dont il a traité ses patients a apaisé tout le monde et a surtout respecté ce qui est autorisé"

  • Retour au réel

    http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/06/12/le-fils-dune-patiente-decedee-a-lex-docteur-bonnemaison-jaurais-voulu-que-vous-men-parliez/

  • Rapport de l'IGAS en 54 pages et résumé p50-54 qui montre que els infirmières lanceuses d'alerte sont des héroïnes injustement conspuées.

    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000671/0000.pdf

  • Un compte-rendu tout en nuance sur un blog de La Vie :
    http://www.lavie.fr/blog/josephine-bataille/proces-bonnemaison-jean-leonetti-recadre-le-debat,3425

  • Très bon article en effet

    J'espère qu'on me pardonnera d'écrire de manière un peu vive, mais jamais contre les personnes.

    Devant un procès, le pb n° 1 est le rapport à la loi, et là, il faut etre clair.

    - je reconnais avoir violé la loi, et j'explique pourquoi
    - la loi est nulle, je m'assois dessus

    Au final, le résultat ne sera pas le même !

  • Toujours tout en nuances LPF mais démontant bien la tentative d'enfumage des témoins de la défense sur le curare -entre autres d'ailleurs


    http://www.lavie.fr/blog/josephine-bataille/proces-bonnemaison-jean-leonetti-recadre-le-debat,3425

  • Quand notre ami Bonnemaison dira "j'ai violé la loi, voici pourquoi..;" tout ira mieux

    Mais essayer de contester la loi... sans avoir posé de QPC, c'est du bidon total

  • Merci de cette brillante démonstration par l'absurde.

    Mais pourquoi, dans votre dernier commentaire, prenez-vous implicitement la défense de ce médecin contre l’aide-soignante et le infirmières lanceuses d'alerte qui ont décrit, au sortir d'une longue hospitalisation psychiatrique, un caractère changé, un médecin avec lequel il n'était plus possible de discuter( "piquant tout ce qui bouge" a dit un témoin médecin affirmant cependant ne pas vouloir y croire) ?

    Le père d'une partie civile a été "piqué" pendant que son fils qui le veillait était parti déjeuner en laissant son numéro de téléphone et la mère et belle-mère des deux autres parties civiles ont subi le piquage expéditif de leur mère et belle-mère qui victime d'une hémorragie cérébrale massive après chute sous anti-coagulants avait bénéficié de la loi Leonetti avec un neurochirurgien ayant décidé de ne pas intervenir et l'avait expliqué au fils unique "sonné" car sa mère, certes âgée de 86 ans allait bien...

    http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/06/12/le-fils-dune-patiente-decedee-a-lex-docteur-bonnemaison-jaurais-voulu-que-vous-men-parliez/#comments

    PS: Votre sarcastique billet est aussi un salutaire antidote à la sensiblerie choisie par la défense qui a fait donner des amis et collègues de l'accusé qui ont tout osé depuis l'instillation d'un doute sur la légitimité de piquer des gens au curare jusqu'à la présentation de la pire agonie qui soit, celle d'un malheureux qui a subi des cowboys qui, voyant que c'était foutu, ne se seraient pas contenté de refermer mais lui auraient crée une plaie béante dans le thorax....Nous passerons sur le fait que ce genre de cancer risque l'atroce mort par étouffement -celle que procure le curare et, ce, alors que les infirmières lanceuses d'alerte ont récupéré une ampoule de curare dans une poubelle qu'il prétend ne pas avoir utilisé mais avoir ouverte, au cas où (il en reconnait un autre).
    http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/06/19/au-proces-bonnemaison-la-fin-de-vie-loin-des-images-de-cinema/#comment-28772

    Encore merci de ce salutaire billet mais j'ai eu dernière question: Comment se fait-il qu'aucune association d'infirmiers ne défendent l'honneur sali des lanceuses d'alerte accusées de complot dans le but de venger une de leurs amies, ancienne maîtresse de l'accusé?
    il y a un relent d mépris de classe et de misogynie dans ce traitement de ces lanceuses d'alerte comme si une affaire extra-conjugale hospitalière salissait moralement la femme et pas l'homme et comme si le médecins avaient le monopole de la compassion et que les aide-soignantes et infirmières n'étaient que bonnes à exécuter des taches sans réfléchir ni interagir émotionnellement avec les patients.

    Ce procès a aussi montré que l'accusé a "piqué" la mère de la partie civile décrite dans le premier lien après avoir lancé en réunion le pari d'un gâteau au chocolat -qu'il réclama et dégusta- que la patiente, qu'il s'apprêtait à tuer, ne passerait pas la nuit.

    Avantages: un gâteau au chocolat et le fait de briller auprès de son équipe comme meilleur médecin que le neurochirurgien dont il a défait le pronostic de durée de survie en trichant.
    Inconvénients: les infirmières traumatisées se sont mobilisées pour le surveiller et apporter des preuves.

    Malheureusement, le directeur de l'hôpital leur a imposé le silence tandis que la défense se répand dans les média.

  • Voici le lien correct vers la tentative d'enfumage des médecins témoins de la défense sur l'utilisation du curare en fin de vie-entre autres:


    http://www.lavie.fr/blog/josephine-bataille/proces-bonnemaison-le-curare-et-l-amitie-a-la-barre,3426

  • Le rapporteur public du Conseil d'Etat se prononce contre le maintien en vie de Vincent Lambert

  • L'officier de police judiciaire a salué le courage des infirmières, lanceuses d'alerte:

    http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/06/24/son-ex-maitresse-nie-tout-complot-contre-le-medecin,1199121.php

    Difficile à croire pour certains journalistes qui informent sans aucune distance critique avec des médecins qui sont venus raconter que la pharmacologie ne compterait pas et pire mais les médecins n'ont pas le monopole de la compassion.

    Difficile partout d'être lanceur d'alerte car cela dérange "le club" ....mais encore davantage quand on est infirmière contre un médecin et si en plus, une surveillante amie d'une laceuse d'alerte a été la maîtresse du médecin objet de l'alerte, sexisme et confraternité médicale vont s'allier pour salir la réputation des lanceuses d'alerte.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu