Avertir le modérateur

Poutine, Nemtsov : Pourquoi nous ne comprenons rien à la Russie, par Irina de Chikoff

Non, non, ça ne deviendra pas une habitude, mais je reproduits à nouveau un article publié dans Le Figaro. C’est un journal très contrasté. Sur le plan politique, c’est le Journal Officiel de Sarkozy, couvé par l’ami Dassault, le propriétaire du journal. Au moins, c’est cash… Mais l’honnêteté m’oblige à dire que ce journal publie d’excellents reportages et de remarquables tribunes. On est d’accord ou non, mais ce sont des écrits de qualité, et je souligne que Le Figaro est beaucoup moins pro-US que Le Monde (Occidental) et l’invendable et si servile Charlie. Voici un texte remarquable d’Irina de Chikoff, qui a été longtemps correspondante du Figaro à Moscou. 

Cette hystérie anti-russe est insupportable

PHO4bbdc48e-c10b-11e4-a112-30fc57493cd5-805x453.jpg

Faut-il en rire ou en pleurer ? Après l'assassinat à Moscou de Boris Nemtsov dont presque personne ne connaissait le nom, les titres les plus racoleurs ont fleuri dans la presse : «Poutine m'a tuer». «Je suis Nemtsov». Et le visage de ce vieux jeune homme de 55 ans dont les boucles brunes étaient devenues grises, passe, en boucle, sur les écrans des télévisions. Tous les commentateurs, après un rapide clic sur Wikipédia, chantent les louanges de l'ancien gouverneur de Nijni Novgorod qui fut vice premier ministre chargé du secteur énergétique sous Boris Eltsine. Juste avant le grand krach de 1998 qui a sonné la fin de la récréation pseudo démocratique de la Russie.

Toute une génération, celle de Boris Nemtsov mais aussi de Egor Gaïdar, Irina Khakamada, Grigori Iavlinski ou encore Serguei Kirilienko, considéré comme un Wunderkind, fut balayée par ce tsunami. Que celui qui ne s'est jamais trompé, leur lance la première pierre.

Pris en tenaille entre les barons rouges reconvertis dans les affaires, les truands des bas-fonds soviétiques et les anciens copains du Komsomol (jeunesses communistes) qui avaient estimé plus judicieux de s'emparer des richesses du pays plutôt que de pavaner sur les estrades, les démocrates se sont volatilisés tel un essaim de moineaux tandis que Vladimir Poutine, tout d'abord à la tête du FSB (ex KGB) puis nommé Premier ministre, était appelé à la rescousse d'un pays en faillite. Près de 48 % de la population ne recevait plus de salaire ou bien sous la forme de boîtes d'allumettes.

Longtemps les Russes ont tenu rigueur à cette génération de jeunes apprentis sorciers qui les avait conduits, après tant de larmes, à un nouveau désastre. Beaucoup, aujourd'hui encore, ne leur ont pas pardonné. Et si les Russes, au grand étonnement des Occidentaux, développent une forme d'eczéma quand on leur vante les mérites de la démocratie, c'est qu'ils se souviennent qu'elle s'est achevée par un gigantesque «bardak». (bordel).

Les Russes ont de la mémoire. De la compassion aussi. Ils ont rendu hommage à l'ancien gouverneur de Nijni Novgorod, comme ils s'inclinent toujours devant les morts. Mais les bons sentiments étalés comme de la confiture les laissent indifférents. Quant aux leçons de morale… Pauvres médias occidentaux ! Ils ont avec la Russie bien du mal à faire prendre la bouture. C'est que la Russie est une terre dure ! Glacée ! Impitoyable aux siens. Et dans la toundra, dans la taïga, quand vous marchez, ca fait : crac ! crac ! Parce que ce sont des millions d'ossements que vos bottes piétinent !

Faut- il en rire ou en pleurer ? «Poutine m'a tuer». «Je suis Nemstov». Toute la futilité des médias occidentaux, leur inculture, leur mépris même pour l'histoire tragique d'un pays, sont résumés par ces «Unes» dérisoires.

La presse a oublié que dans les belles années de la démocratie triomphante, à l'époque des Nemtsov, des Gaïdar, des Iavlinski, des Khakamada ou des Kirilienko, des dizaines de banquiers, de députés, de journalistes ou d'hommes d'affaires ont été assassinés. La méthode était presque toujours la même. Une ou plusieurs balles dans le dos. Et en ces temps-là les tueurs à gages, débordés, banquetaient joyeusement dans les plus somptueux restaurants qui avaient ouverts leurs portes. Le champagne coulait à flot. Les filles étaient belles. L'argent facile. Fouette cocher !

Au milieu de ce brouhaha, un ami russe, ivre mort me disait : «Tu vois, ma petite colombe, nous sommes en progrès. Il n'y a pas si longtemps, on comptait nos morts par millions, aujourd'hui, ce n'est plus que par dizaines. Il ne faut pas, il ne faut jamais désespérer de la Russie. Et à défaut de la comprendre, il faut l'aimer».

 

 

Commentaires

  • J'ai quand même envie de demander : à qui profite le crime ?

  • En préambule je dois dire que j'aime bien Poutine sous certains aspects, c'est un tyran rock'n roll et éclairé, qui profite à la Russie, mais un tyran.

    Et si j'étais Poutine et voulais descendre un opposant, je m'arrangerais pour que ça arrive dans des circonstances qui me permettraient de dire : "non mais franchement vous pensez que je l'aurais fait assassiner si près du Kremlin, non mais soyons sérieux..."

  • Un " tyrant" élu par le peuple avec 85%
    d'approbation , de l'autre côté le "démocrate"
    Avec moins de 20% d'approbation.
    Hahaha
    le show must go on

  • Démonstration faite par Adrinana, il nous faut un tyran en France, un Poutine, qui oscillera de L'Elysée à Matignon et qui partira pêcher les oursins à Ouessan à dos de dauphin. On commencera par annexer la Suisse, plus d'opposition, les JO d'hiver, du botox, le pied.

  • 150 russes s'inclinent, sans y être forcés, devant Staline,



    MOSCOU, 5 mars 2015 (AFP) - Quelque 150 Russes se sont réunis jeudi à Moscou sur la place Rouge pour rendre hommage à la mémoire du dirigeant soviétique Joseph Staline, à l'occasion du 62e anniversaire de sa mort, a constaté une journaliste de l'AFP.

  • où j'ai dit cela ? montrez moi avec toutes les lettres.

    "et qui partira pêcher les oursins à Ouessan à dos de dauphin. , etc, etc, etc."
    pas besoin,
    il nous a déjà largement amusés oscillant entre l'Elysée et la rue de cirque . hahahahahaha.
    les galipettes à dos de dauphin avec des cheveux teints... l'horreur.

  • by the Way entre Flanby sans chemise et Poutine ... y a pas de comparaison. c'est un massacre . Hehehe.

    ptit extrait pour les amnésiques.

    Pendant près de 4 ans, du 22 juin 1941 au 9 mai 1945, le front germano-soviétique fut le front principal de la Seconde Guerre mondiale. Il s'étendait sur 6 200 Km. Sur ce front immense, l'Union soviétique, dirigée par le Parti communiste et Joseph Staline, y affronta seule à seule l'Allemagne hitlérienne, résista aux coups des hordes fascistes, stoppa leur avance et les refoula. Vingt millions de vies humaines sur les 50 millions emportées au total dans la dernière guerre, tel fut le tribut du peuple soviétique sur le fascisme. Le défilé de la Victoire sur la place Rouge à Moscou, le 24 juin 1945, fut véritablement triomphal. Son moment culminant fut le dépôt, au pied du Mausolée de Lénine, sous les roulements des tambours, des étendards des divisions vaincues du Reich. Il fut difficile ce chemin vers la Victoire. Le retracer contribuera à rappeler que l'URSS a largement contribué à la défense de "la liberté", de "la démocratie", des "droits de l’homme" et que ses peuples en ont fortement payé le prix. C'est une vérité historique et un devoir de ne pas l'oublier ! Stalingrad est un nom glorieux que l'on ne réussira jamais à rayer de l'Histoire des peuples ! Si aujourd'hui encore les chantres de l'Occident peuvent chanter leurs couplets sur la "liberté", c'est aussi en grande partie grâce à l'Union soviétique : Hitler voulait en effet bâtir son empire capitaliste, raciste et fasciste pour 1 000 ans, de l'Atlantique à l'Oural !

  • Thierry,
    est-ce que tu as déjà entendu parler de 800 camions avec nourriture , eau, médicaments, tentes, générateurs électriques envoyés par l'europe aux ukrainiens en zone de guerre ?
    moi pas.
    Poutine envoie de façon continue des convoi d'aides à ce gens. un grand convoi vient d'arriver au Donbass.
    cela veut dire que l'Europe s'encontre fiche de ces gens et accepte que le gvt illégal de porkoshenko décime ces gens qui les prend pour des sous-humains.
    c'est immonde et indigne de l'Europe.
    marteler a la longueur cette propaganda mensongère sur Poutin et laisser les gens dans la zone de guerre dans le pire besoin.
    y a pas de quoi être fière d'etre européen.

  • Encore un complot de Poutine

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/03/06/poutine-baisse-de-10-son-salaire-et-ceux-de-plusieurs-hauts-responsables-russes_4588917_3214.html

  • c'est irréfutable la coupabilité pour la DGSE.

    écrit par Nemtsov au local.
    Путин убил меня
    Poutine m'a tuer

    et photo satellite du crime faite par les américains

    http://thesaker.is/putin-did-kill-nemtsov-we-now-have-the-proof/

    We have the proofs damned !

  • Thierry,
    à propos de grecs,
    l'euro groupe vient de sortir sa collection printemps-été pour les vacances en Grèce. léger, strict, discret et on peut tjrs courir, en cas d'être reconnu, sans pb.

    https://www.flickr.com/photos/expd/16119408283/

  • Un chef reconnaissant,

    "Le président russe Vladimir Poutine a décoré lundi pour "services rendus à la nation" Andreï Lougovoï, principal suspect dans l'empoisonnement au polonium de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko à Londres en 2006" ( Le POINT )

    http://www.lepoint.fr/monde/russie-le-suspect-dans-l-affaire-litvinenko-decore-par-poutine-09-03-2015-1911433_24.php

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu