Avertir le modérateur

Mariage gay : Le référendum irlandais parle au monde

On pense bien sûr à Oscar Wilde, mais il faut d’abord voir cette belle société irlandaise. Les Irlandais étaient consultés sur une question simple, la légalisation du mariage gay. Il y a maintes raisons d’être réservé sur l’usage des référendums, notamment car il est rare qu’une grande question sociale se résolve par une alternative « oui » ou « non ». 

IrelandFansfacespaintedFeb22013INPHO_large.jpg

Ici, le recours au référendum se comprend, car chacun peut répondre « oui » ou « non », sachant que le texte ne concernait pas l'adoption, déjà possible pour les couples mariés, les personnes célibataires et les couples de même sexe. La question posée était donc simple : « Le mariage peut être légalement contracté par deux personnes sans distinction selon leur sexe ». Simple, si simple ? Mais pourquoi alors l’Irlande est-elle le premier pays à avoir adopté la voie du référendum ?

Vu de loin, il n’y avait rien d’évident à faire ce référendum dans un pays de grande culture catho et qui n’a dépénalisé les relations homos qu’en 1993, après un arrêt de la CEDH. 

La victoire de 1993, soit l’abrogation des articles de l’Offences against the Person Act de 1861 criminalisant l’homosexualité, ces textes qui avait permis d’entauler Oscar Wilde, avait beaucoup du au militantisme du sénateur David Norris, qui a poursuivi ses efforts.

L’affaire a suivi son cours, jusqu’à retenir l’idée de ce référendum, avec le résultat que l’on sait : 62% de votes favorables.

Les réactions ? Franchement, I am Irish…

Enda Kenny, le Premier ministre, qui avait milité pour le oui, triomphe, et on le comprend : « Aujourd'hui l'Irlande a écrit une page d'Histoire. Avec ce résultat, nous montrons que nous sommes un peuple généreux, sensible, audacieux et joyeux».

Les gagnants sont heureux, mais c’est surtout du côté des perdants que c’est intéressant.  

L’un des principaux opposants, le parlementaire Mattie McGrath, a salué la victoire : « C’est très bien d’avoir un bon taux de participation. Nous devons féliciter le camp du “oui” pour leur victoire et espérer que les promesses faites par les membres du gouvernement vont être tenues. »

L’archevêque de Dublin, Diarmuid Martin, s’est « réjoui » du bonheur « que les gays et les lesbiennes doivent ressentir en ce jour ». Pour lui, l’Eglise doit désormais « ouvrir les yeux » : « Peut-être que les membres de l’Eglise n’ont pas compris » les implications du mariage homosexuel. C’est une révolution culturelle qui est en marche. La plupart des jeunes gens qui ont voté “oui” sont le produit de notre système scolaire catholique. Il faut trouver la manière de faire passer notre message, voilà désormais l’immense défi qui nous attend. »

Bon, on est en Irlande, et l’Irlande est une île… Mais je pense que ce référendum va faire sentir ses effets bien au large de la belle île…

beautiful-ireland-1.jpg

 

Commentaires

  • J'ai du foutu sang irlandais par les aïeux de ma bretonne de mère. C'est un sacré peuple. J'ai bu des pintes de kilkenny ( ou smithwicks si vous préférez ) en leur honneur.

  • Que les réactions du camp du "non" soient moins violente en Irlande qu'en France n'est pas surprenant.

    En Irlande, le référendum a donné une légitimité démocratique à cette légalisation : chacun a pu s'exprimer librement et le peuple a voté. Les opposants reconnaissent la légitimité du scrutin.

    En France, la méthode était différente : Hollande a joué la carte de la stigmatisation et la censure du camp adverse, et il a été trop lâche pour passer par un référendum (malgré plus de 70% d'opinions favorables en France). Du coup les perdants acceptent moins bien leur défaite, c'est, finalement, assez normal.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu