Avertir le modérateur

  • Jerry Lee Lewis, London, 1983

    Un très grand musicien, un pilier du rock’n roll,… un inventeur resté finalement trop classique quand le rock explosait et devenait aussi une manière de vivre. Jerry Lee Lewis, qui il est vrai ne craint pas de jouer au cabot sur scène et de tout flamber dans la vie, est d’abord un grand classique du rock,… et qui l’assume. Dans les années 1980, alors que les Stones baissent d’un cran, l’inénarable Jerry Lee Lewis est revenu sur les grandes scènes. Le voici au Hammersmith Odeon de Londres, le 16 avril 1983.

    La première partie du concert, c’est pour apprendre la grammaire Jerry Lee Lewis : I Don’t Want To Be Lonely Tonight, Come On In, mais aussi Sweet Georgia Brown ou Chantilly Lace, qui fait décoller le concert. Là, vous pouvez passer le son à +8.

    Après la merveilleuse ballade Would You Take Another Chance On Me, on arrive Mona Lisa (28 :15), le tournant du concert. Mona Lisa est une histoire de la musique. Jerry Lee Lewis y est éblouissant au piano… (et très bien filmé, un régal). Ses deux solos sont impressionnants, avec ce message : le piano qui est d’abord un instrument de percussion, ne l’oublions pas. Il enflamme ensuite avec un pur rock, High School Confidential, là aussi pianiste éblouissant. Il fait tomber la veste pour un scriptural Trouble in Mind, suivi deTennessee Saturday Night, avant d’enchaîner avec un gospel Georgia On My Mind. Honnêtement on est là très haut, pile au point pour deux monuments, Life’s Railway To Heaven et What’d I Say, avec toujours la source du blues, le feu du rock, et cette puissance de jeu au piano. J’adore… Great Balls Of Fire, Whole Lotta Shakin' Going… L’orchestre ne joue le rock qu’en pensant au blues.

    0884385661359_600.jpg

  • Les cons en correctionnelle : La justice va être débordée

    Enfin un plan de relance de l’activité pas con, avec la jurisprudence Bedos : poursuivre au tribunal ceux qui traitent autrui de « con » ou de « conne ». Avec 60 millions d’habitants en France, et qui ne sont pas que des cons, ça doit représenter chaque jour quelques millions d’infractions : con, conne, espèce de con, fais pas le con, pauvre conne, fait chier ce connard, t’es vraiment un con, putain ce qu’il est con celui-là… Cas grave, cette connerie d’autoaccusation : te me prends pour un con.

     

    74858207grocon-jpg.jpg

    Bref, les cons fusent et diffusent. Aussi, coller tous ces petits cons au tribunal avec une prune à la con de cent euros d’amende pour chaque infraction, et on aura vite comblé le déficit de l’Etat, ce que ces cons de politiciens ne savent pas faire.

    Premier de la liste, Guy Bedos, un sacré con, renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nancy pour avoir traité la députée européenne UMP Nadine Morano de « conne ». Une analyse pourtant pas totalement conne au regard des apports puissants de ladite député à la pensée collective du Parlement européen. Un siège qui est le résultat d’une manip à la con : virée de partout, elle avait été recasée là par Sarko qui, pas con, voulait l’exiler pour ne plus en entendre parler.  

    Je précise bien que je ne mets pas en cause la décision du juge d’instruction, qui en droit de la presse, a une marge d’action extrêmement limitée, ce qui est bien con, mais cette conne de loi est ainsi faite. Hormis un vice de procédure, le juge d’instruction est obligé de transmettre. En recourant à cette connerie de plainte avec constitution de partie civile, notre victime à la con cherche à piéger médiatiquement l’intervention du juge : « Ce n’est pas moi, mais le juge ». Sauf que le juge, là, est obligé de transmettre. Finalement, c’est l’histoire d’une conne nous prend pour de cons. Comme disait notre grand ami Jean Yanne : « C’est pas possible ! Pour être aussi con, tu as appris ».

    les-cons.jpg

  • « Établir une principauté salafiste en Syrie », et faciliter la naissance d’un État islamique « pour isoler le régime syrien » Analyse d’un document déclassifié de la Defense Intelligence Agency (DIA)

    Un très intéressant article de Brad Hoff, publié le 22 mai dans Levant Report, preuves à l’appui, publié en français dans ilFattoQuotidiano.fr,traduit par Christophe.

    levant-report-RT (1).jpg

     

    Le lundi 18 mai 2015, le groupe conservateur de surveillance du gouvernement, Judicial Watch, a publié une sélection de documents déclassifiés obtenus après procès contre le Département américain de la Défense et le Département d’État américain.

    Pendant que les médias grand public se focalisaient sur la gestion par la Maison-Blanche de l’attaque contre le consulat américain à Benghazi, un document circulant à la DIA en 2012 admettait l’existence d’un plan bien plus large (big picture), à savoir qu’un « État islamique » était le bienvenu dans l’est de la Syrie, afin d’influencer les politiques occidentales dans la région.

    Voici ce que contient ce document stupéfiant :

    « Pour les pays occidentaux, ceux du Golfe, et la Turquie [qui] tous soutiennent l’opposition [syrienne]… la possibilité existe d’établir de façon officielle ou pas une principauté salafiste dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), et c’est exactement ce que veulent les pouvoirs qui appuient l’opposition, de façon à isoler le régime syrien… »

    Le rapport de la DIA, précédemment classifié « SECRET//NOFORN » et daté du 12 août 2012, était bien connu parmi les services de renseignement, dont le Centcom, la CIA, le FBI, la DHA, la NGA, le Département d’État, et bien d’autres encore.

    Ce document prouve que dès l’année 2012, le renseignement US prévoyait la montée d’un État islamique en Irak et au Levant (ISIS, ou EIIL en français), mais au lieu de présenter ce groupe terroriste comme un ennemi, ce rapport le définissait comme un atout stratégique pour les USA.

    De nombreux analystes et journalistes ont détaillé depuis longtemps le rôle des agences de renseignement occidentales dans la formation et l’entrainement de l’opposition armée en Syrie, mais nous avons là la confirmation venant du plus haut niveau interne des Agences US de la théorie selon laquelle, fondamentalement, les gouvernements occidentaux voient l’EIIL comme leur propre outil pour provoquer un changement de régime en Syrie. C’est ce que montre par A+B ce document.

    Les éléments factuels, les vidéos, ainsi que les récents aveux de hauts responsables impliqués dans cette affaire (comme Robert Ford, l’ancien ambassadeur en Syrie, ici et ici) ont apporté la preuve que le soutien matériel par la CIA et le Département d’État des terroristes de l’EIIL sur le champ de bataille syrien remontait au moins à 2012 / 2013 (pour avoir un exemple clair d’élément factuel, voir le rapport britannique Conflict Armamant Research qui retrace l’origine des roquettes antichars Croates récupérées par l’EIIL à travers un programme conjoint CIA/Arabie Saoudite, et se basant sur des numéros de série  identifiés).

    Le rapport de la DIA tout juste déclassifié résume en ces points la situation de l’ISI (qui s’appelait EIIL en 2012) et qui allait devenir l’ISIS :

     

    §  Al-Qaïda mène l’opposition en Syrie

    §  L’Occident s’identifie avec l’opposition

    §  L’établissement d’un État islamique naissant n’est devenu réalité que grâce à l’insurrection syrienne (il n’est pas fait mention du retrait de troupes US depuis l’Irak comme facteur déclenchant pour la montée de l’État islamique, point de discorde entre de nombreux politiciens et commentateurs ; voir la section 4.D ci-dessous)

    §  L’établissement d’une « principauté salafiste » dans l’Est de la Syrie est « exactement » ce que veulent les pouvoirs étrangers qui soutiennent l’opposition (les pays occidentaux, ceux du Golfe, et la Turquie) de façon à affaiblir le gouvernement d’Assad.

    §  Il faudrait des « zones de repli » ou « abris » dans les régions conquises par les rebelles islamiques sur le modèle libyen (ce qui se traduit par les fameuses « No-Fly Zones » comme la première étape de la « guerre humanitaire » ; voir 7.B)

    §  L’Irak est vu comme une possibilité d’extension chiite (voir 8.C)

    §  Un État islamique sunnite serait préjudiciable à un « Irak unifié » et pourrait « faciliter le renouvellement d’éléments terroristes provenant de tout le monde arabe, qui se dirigeraient vers l’arène irakienne. » (voir la dernière ligne non censurée dans le document PDF)

    Voici quelques extraits des 7 pages du rapport déclassifié de la DIA (les caractères en gras sont de mon fait).

    R 050839Z AUG 12

    THE GENERAL SITUATION:

    A. INTERNALLY, EVENTS ARE TAKING A CLEAR SECTARIAN DIRECTION.

    B. THE SALAFIST [sic], THE MUSLIM BROTHERHOOD, AND AQI ARE THE MAJOR FORCES DRIVING THE INSURGENCY IN SYRIA.

    C. THE WEST, GULF COUNTRIES, AND TURKEY SUPPORT THE OPPOSITION; WHILE RUSSIA, CHINA AND IRAN SUPPORT THE REGIME.

    3. (C) Al QAEDA – IRAQ (AQI):… B. AQI SUPPORTED THE SYRIAN OPPOSITION FROM THE BEGINNING, BOTH IDEOLOGICALLY AND THROUGH THE MEDIA

    4.D. THERE WAS A REGRESSION OF AQI IN THE WESTERN PROVINCES OF IRAQ DURING THE YEARS OF 2009 AND 2010; HOWEVER, AFTER THE RISE OF THE INSURGENCY IN SYRIA, THE RELIGIOUS AND TRIBAL POWERS IN THE REGIONS BEGAN TO SYMPATHIZE WITH THE SECTARIAN UPRISING. THIS (SYMPATHY) APPEARED IN FRIDAY PRAYER SERMONS, WHICH CALLED FOR VOLUNTEERS TO SUPPORT THE SUNNI’S [sic] IN SYRIA.

    7. (C) THE FUTURE ASSUMPTIONS OF THE CRISIS:

    A. THE REGIME WILL SURVIVE AND HAVE CONTROL OVER SYRIAN TERRITORY.

    B. DEVELOPMENT OF THE CURRENT EVENTS INTO PROXY WAR: …OPPOSITION FORCES ARE TRYING TO CONTROL THE EASTERN AREAS (HASAKA AND DER ZOR), ADJACENT TO THE WESTERN IRAQI PROVINCES (MOSUL AND ANBAR), IN ADDITION TO NEIGHBORING TURKISH BORDERS. WESTERN COUNTRIES, THE GULF STATES AND TURKEY ARE SUPPORTING THESE EFFORTS. THIS HYPOTHESIS IS MOST LIKELY IN ACCORDANCE WITH THE DATA FROM RECENT EVENTS, WHICH WILL HELP PREPARE SAFE HAVENS UNDER INTERNATIONAL SHELTERING, SIMILAR TO WHAT TRANSPIRED IN LIBYA WHEN BENGHAZI WAS CHOSEN AS THE COMMAND CENTER OF THE TEMPORARY GOVERNMENT.

    8.C. IF THE SITUATION UNRAVELS THERE IS THE POSSIBILITY OFESTABLISHING A DECLARED OR UNDECLARED SALAFIST PRINCIPALITY IN EASTERN SYRIA (HASAKA AND DER ZOR), AND THIS IS EXACTLY WHAT THE SUPPORTING POWERS TO THE OPPOSITION WANT, IN ORDER TO ISOLATE THE SYRIAN REGIME, WHICH IS CONSIDERED THE STRATEGIC DEPTH OF THE SHIA EXPANSION (IRAQ AND IRAN)

    8.D.1. …ISI COULD ALSO DECLARE AN ISLAMIC STATE THROUGH ITS UNION WITH OTHER TERRORIST ORGANIZATIONS IN IRAQ AND SYRIA, WHICH WILL CREATE GRAVE DANGER IN REGARDS TO UNIFYING IRAQ AND THE PROTECTION OF ITS TERRITORY.

    *   *   *

    Aux US, on en parle. Rien à attendre de la presse mainstream française, totalement partie prenante, et qui n’est pas prête à l’autocritique. Ah les reportages internatioBFM Circus... Reprendre les dépêches nourries des fines pensées du Ministère des Affaires Etrangères, c’est si bon…

    Voici un article de Levant Report qui fait état de la réplique de la DIA, et qui répond. La presse libre, ça fait du bien.

    Creusez, cherchez et faites votre opinion ! 

    palmyre.jpg

     Palmyre

  • Un discours à la Guaino, et le refus d’accueillir 9127 réfugiés

    Alors, ce discours du Panthéon devant les cercueils vides... Je l’ai trouvé à tel point lourdingue et verbeux que j’ai pensé que Hollande avait recruté Guaino… 

    227763_580020085346289_532535020_n.jpg

    Opération immersion :

    « Il y a des moments dans la vie où les uns et les autres se disent tout à coup : c’est inacceptable ».

    « Mourir libre. Oui, mourir pour la liberté ».

    « Pour expliquer l’inexplicable, pour comprendre l’incompréhensible, pour nommer l’innommable ».

    « Elle n’était membre d’aucun parti sauf celui de la chair souffrante de l’Humanité »

    « La République sociale, qu’il considérait comme l’aboutissement du chemin vers l’égalité ».

    « Liberté qu’il a choisie jusqu’à l’ultime seconde de sa vie »

    « Il n’existe pas un peuple qui soit à l’abri d’un désordre moral collectif ».

    « C’est au nom d’une Humanité blessée qu’elle est solidaire des peuples victimes »

    « L’indifférence, voilà l’ennemi contemporain ».

    « Ne pas plier, ne pas se replier, espérer et lutter ».

    Je limite les critiques, car si le discours est nul - où est la portée historique ? - les personnalités sont éminentes, et il ne faut pas prendre le risque de pollution.

    Et puis soudain, on entre dans le réel. Le matin même, la Commission Européenne a établi un plan pour régulariser au sein des Etats de l’Union européenne la situation de 40.000 réfugiés syriens et érythréens, arrivés en Grèce et en Italie. Pour la France, la demande est d’accueillir en deux ans 4051 demandeurs d'asile venus d'Italie et 2701 de Grèce, soit 6752, et 2375 pour les autres réfugiés, soit 9127 en deux ans.

    Que va répondre la France du Panthéon ? On s’en doute : « nous n’en avons pris aucun ce jour, et ça ne va pas commencer demain, parce que c’est trop cher ». Genre « J’aimerais bien, mais ça va faire le jeu de Le Pen »… Misérable punaise encravatée… Pour mémoire, je rappelle que le Liban de 4 millions d’habitants accueille 2 millions de réfugiés.  Alors, oui, c’est vite vu, la grandiloquence n’était que des salades : « Il y a des moments dans la vie où les uns et les autres se disent tout à coup : c’est inacceptable… Mourir libre. Oui, mourir pour la liberté… Le parti de la chair souffrante de l’Humanité… La République sociale, aboutissement du chemin vers l’égalité… Pas un peuple qui soit à l’abri d’un désordre moral collectif... L'indifférence, voilà l'ennemi ».

    Franchement, ce mec me fout la gerbe. Parce qu’il ne s’est pas contenté pas de cette mystification qui détruit les principes du droit humain pour en faire du yaourt 0%, mais parce qu’il a argumenté son égoïsme d’Etat en invoquant Germain Tillion :

    « Aujourd’hui, Germaine Tillion serait dans les camps de réfugiés qui attendent les exilés de Syrie et d’Irak ».

    Lamentable. Pour argumenter son refus d’accueillir les réfugiés, il explique que Germaine Tillion serait partie dans les camps de réfugiés du Proche Orient, pour accueillir les « exilés » de Syrie et d’Irak, et se débrouiller pour qu'ils ne viennent pas en France. Ce type, sous ses rondeurs, n'a aucun scrupule... Il n’ose même pas prononcer le mot de « réfugié ».

    Allez va, petit fiancé, va passer une bonne soirée avec Julie, et lâche-nous. 

    0pourcent1.jpg

  • Les Républicains : Une nouvelle victoire offerte à Sarko

    L’UMP, divisée, endettée, sans projet, pourrie par les affaires, n’a pas gagné les européennes ou les départementales : c’est le Parti Socialiste, en déconfiture, qui a offert à Sarko tous ces cadeaux Bonux. Il n’y a pas de plus grand bénéficiaire de la politique de Hollande que Sarko.

    arton17856.jpg

    Comme si ça ne suffisait pas, voici qu’une série de lunaires en quête de spot médiatique a engagé un ridicule référé contre Sarko et ses « Républicains »,… ce pour offrir au p’tit nerveux une nouvelle victoire…

    Le texte de l’ordonnance du juge des référés du TGI de Paris n’était pas disponible hier soir, mais on devine assez bien ce qui s’est passé.

    Le premier point est la liberté qui doit être reconnue aux partis politiques, qui sont l’avant-garde de la démocratie électorale. Ici, il s’agit du choix du nom d’un parti, qui adopte celui du parti conservateur aux Etats-Unis (Amérique du Nord, Territoire indien occupé), affichant ainsi comme choix politique d’être les sous-fifres de l’impérialisme US, le grand destructeur de la planète. Au nom de quel argument de droit un juge pourrait-il s’opposer à la ligne politique d’un parti ? Pourquoi pas un référé contre le Parti Socialiste qui n’a rien de socialiste ? Une plainte pour tromperie sur la marchandise ? Ou un référé contre les Verts qui seraient trop roses ?

    Ensuite, j’ai déploré cette appréhension du concept « Les Républicains » par un parti qui depuis sa création par général de brigade à titre provisoire De Gaulle est un gros client de la brigade financière et de la correctionnelle. Ça mérite un bon dézingage politique, mais mettre ça sur le terrain judicaire, c’est nul. Le « Parti républicain » et le « Mouvement Républicain et Citoyen » seraient très bien, mais « Les Républicains » ce serait une horreur… Et que penser de ce parti de VGE qui s’appelait « Union pour la Démocratie Française » ? Ou du « Front National » qui capterait la nation ?

    Enfin, nos drôles de zigs ont choisi la procédure de référé qui est totalement inadaptée. Le pilier de l’action est l’article 809 alinéa 1 du Code de procédure civile, qui dispose : « Le président peut toujours, même en présence d'une contestation sérieuse, prescrire en référé les mesures conservatoires ou de remise en état qui s'imposent, soit pour prévenir un dommage imminent, soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite ». Ah bon, le sang coule ?... Alors, Sarko vous gave, oki. Mais où est le « dommage imminent » ? Où est la nécessité de « faire cesser un trouble manifestement illicite » ? Sarko n’a plus besoin d’une campagne de pub pour son meeting de ce WE. C’est fait, et c’est gratis ! 

    Un recours au fond reste possible, avec une chance de succès à moins de 0,01%. Il faut souhaiter que les juges résistent à ces démarches débiles qui cherchent à les faire entrer dans la vie des partis. Comme voulait le faire un certain El Blancos, alors galérien de la défaite Ségolène, et voulant remettre au TGI de Paris le fichier de adhérents du PS et les procès-verbaux de vote du Parti. Perso, j’ai toujours eu comme idée qu’El Blancos voulait tuer le PS, où il est marginal, pour espérer reconstruire un parti de bobos bien à Droite.

    En fait, il y a des destructeurs de la vie politique, et il faut les avoir à l’œil… à l’œil républicain bien sûr.

    Bonux-Logo.JPG

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu